Les images ont parlé ! Pourquoi ce personnage semble contrarié…

Vous deviez deviner  pourquoi un personnage semblait contrarié à la vue de nombreuses tasses remplies et posées sur le sol…  Différents indices (voir ici) vous aidaient à trouver la solution. À commencer par des images de consommateurs de café, la mention du Palais de l’Industrie et de l’Exposition universelle de 1855, et la référence à la machine à coudre.
La devinette tourne en effet, vous l’aurez compris, autour des nombreuses inventions présentées au Palais de l’industrie, lors de l’Exposition universelle de 1855. Cette Exposition, commanditée par Napoléon III, vise à égaler – voire à surpasser – la première  qui s’est tenue à Londres en 1852. Un palais est alors spécialement construit au Carré Marigny pour accueillir les expositions de l’Industrie et des Beaux-Arts et les exposants potentiels sont vivement encouragés à participer. Rapidement le Palais s’avère trop petit et ses allées sont réservées uniquement aux produits de l’industrie et à des manifestations de prestige. La révolution industrielle génère  un nombre faramineux d’inventions et l’on se presse pour les découvrir. Plus de cinq millions de visiteurs affluent à l’Exposition universelle de 1855. La presse décrit, commente les nombreuses inventions présentées, non sans s’amuser ou s’inquiéter devant certaines novations.

Si la machine à coudre fait l’unanimité, l’invention que vous deviez identifier fait rapidement débat. Vous comprendrez pourquoi en retrouvant l’image que vous deviez décrypter, assortie cette fois-ci de sa légende.

Nadar, “Revue du premier trimestre de 1856“, Le Journal amusant, 12 avril 1856. Gallica (BnF).
Nadar, “Revue du premier trimestre de 1856“, Le Journal amusant, 12 avril 1856. Gallica (BnF).

Mais qui est ce “M. Percolateur ?” Les images de la même série de Nadar ne nous renseignent guère, entre blagues potaches … et insistance sur le thème du percolateur et des tasses… !

Nadar, “Revue du premier trimestre de 1856“, Le Journal amusant, 12 avril 1856. Gallica (BnF).
Nadar, “Revue du premier trimestre de 1856“, Le Journal amusant, 12 avril 1856. Gallica (BnF).
Nadar, “Revue du premier trimestre de 1856“, Le Journal amusant, 12 avril 1856. Gallica (BnF).

C’est en combinant les mots café et percolateur dans la recherche avancée de Gallica que l’on trouve notre homme. M. Percolateur s’appelle en réalité M. Loysel, et le percolateur est “hydrostatique”. L’invention permet de délivrer des dizaines de cafés en peu de temps. Édouard Loysel (parfois orthographié Loisel), né en 1816 à Vannes1 d’un père ingénieur au corps royal des Ponts-et-Chaussées, est lui-même ingénieur. Il enseigne à Marseille2, écrit des manuels de vulgarisation des mathématiques3, et très vite enregistre des brevets :  pour un annonciateur universel – support publicitaire – en 18424 ; pour l’amélioration du jeu d’échecs ; et enfin pour une cafetière (ou percolateur) et un appareil à infusions en 18455. Il s’installe à Londres pour travailler à des inventions comme l’appareil de cuisine pour le soldat en campagne et le percolateur qu’il expose en 1855 dans une taille “spéciale monstre6” au Palais de l’industrie7.

Cham, “Promenades à l’Exposition”, Le Charivari, 3 juillet 1855. Gallica (BnF).

Nombre de journaux célèbrent cette nouveauté en soulignant l’économie que réaliseront consommateurs et cafetiers…

Journal des consommateurs, 18 septembre 1855. Gallica (BnF).

 

Au XIXe siècle, la consommation de café est incontournable dans les lieux  homonymes. Le coût du café, auquel il faut ajouter celui du sucre, n’en fait pas un produit très abordable, surtout si l’on recherche la qualité. La méthode de Loysel intéresse donc grand nombre de gens. Le débat reste ouvert aujourd’hui entre les spécialistes des divers procédés : certains pensent que Loysel a réutilisé les recherches d’autres inventeurs ; d’autres en font un pionnier qui aurait inspiré les Italiens. Quoi qu’il en soit, la présentation à l’Exposition universelle est un coup de maître. La visite du Palais de l’Industrie est fort longue, et les gens s’arrêtent volontiers pour prendre un café ou un chocolat, qui plus est à un tarif très abordable. Et bientôt, c’est l’Empereur en personne qui déguste le breuvage !

Le Courrier du Gard, 24 juillet 1855.

 

Ce véritable coup publicitaire a sans doute irrité plus d’une personne, notamment les opposants à Napoléon III, et déclenché des jalousies. Les critiques pleuvent sur le percolateur. Un rédacteur du Siècle industriel en fait  l’exemple type des “inventions et des industries malheureuses” :

On a beaucoup plaisanté l’invention des percolateurs, et on a eu raison. Il y a des gens qui prétendent que c’est un progrès. Or, pour qu’il y ait progrès, il faut, de toute nécessité, qu’il y ait perfectionnement. Où est le perfectionnement ? — Est-ce dans la liqueur livrée à la consommation, ou bien dans l’appareil qui la produit ?
Si c’est dans l’appareil, — comme je le crois, —le public a été dupe d’un mot monté sur un barbarisme. Il a vu deux boules de cuivre bien luisantes dans lesquelles il peut se mirer à volonté, et, comme les alouettes, il s’est laissé prendre au tourniquet luisant. On ne me persuadera jamais que dans une capitale comme Paris, où toutes les jouissances du luxe, du bien-être et du confort sont poussées à leurs extrêmes limites, ce soit un progrès de venir prendre une tasse de café tout debout, poussé, coudoyé par un voyou qui vous monte sur les pieds, ou par une cuisinière qui vous éternue dans la figure.
C’est très bon marché, c’est vrai ; mais, en revanche, c’est très mauvais et vous êtes très mal. Le vrai progrès n’est pas là, selon moi. Le progrès eût été de ressusciter la mode romaine et de pouvoir se coucher sur une molle ottomane en fumant un panatellas ou un havane pur. Les gens qui voudront absolument du bon marché peuvent aller à la cuisine de la rue du Croissant. C’est une cave, c’est vrai ; mais au moins le café (non percolé) n’y coûte que deux sous8!

Ce texte éclaire d’un jour nouveau les dessins de Nadar (voir plus haut). En effet,  dès l’Exposition, Loysel vend son appareil à des cafetiers qui l’utilisent de manière intensive. Il est reproché au percolateur de favoriser une consommation sans âme : le buveur de café est désormais debout au lieu d’être assis, et doit consommer de manière expéditive un café de moindre qualité. Outre les critiques sur un mode de consommation moderne qui perd en convivialité, voire incite au gaspillage (les fameux cafés non bus de la première vignette),  certains commentaires stigmatisent aussi la promiscuité sociale et la disparition d’un entre-soi raffiné qu’induirait le nouvel appareil (voir ici par exemple) … Taxil Delord ironise dans Le Charivari sur la tasse à un sou et la presse à un sou (voir ici ses “hautes considérations sur la demi-tasse”), tandis que Louis Liévin dans L’Effronté joue  avec la notion de positivisme :

Le XIXe siècle est un siècle de positivisme.

C’est encore là une chose reçue et reconnue depuis quelques années. Nous ne vivons plus dans le vaporeux, dans le genre mandoline, on ne veut plus entendre parler de poésie depuis que M. de Lamartine lui-même a renié sa muse méditative.
Ne venez plus comme Voltaire, il y a cent ans
Je chante ce héros.

Un monsieur vous interrompt : on ne chante plus maintenant, on invente, on perfectionne, on expose.

Si vous lui donnez l’Esprit des lois : « On ne veut plus connaître d’autre esprit, vous répond-t-il, que l’esprit de la machine à coudre ou du percolateur9.

En-dehors des appareils de grande taille destinés à des cafés ayant un fort débit, Loysel a prévu de vendre ses percolateurs dans des formats plus réduits pour la sphère privée et  les troupes militaires. Ils sont donc exposés dans la “galerie d’objets d’économie domestique à bon marché”.

Le Progrès manufacturier, 28 octobre 1855. Gallica (BnF).

 

Le Journal amusant, 12 janvier 1856. Gallica (BnF).

En plus d’une mention honorable pour un jeu appelé “tournoi”, Loysel reçoit lors de cette Exposition une médaille de 2e classe  dans la classe XI (Préparation et conservation des substances alimentaires) pour “un appareil qu’il appelle percolateur hydrostatique, au moyen duquel on peut obtenir, par infusion et déplacement, sous la pression hydraulique, des extraits liquides de toutes les substances végétales, tels que grains maltés et houblons, substances tinctoriales, substances médicinales, betteraves, café, thé, etc. Un de ces appareils fonctionne au buffet du palais de l’Industrie, et produit près de deux mille tasses de café à l’heure. On conçoit qu’il peut s’appliquer à un grand nombre de substances alimentaires et rendre de très bons services dans les établissements publics et particuliers10”. Le percolateur reçoit également une mention pour mémoire dans la classe XXXI (Produits de l’économie domestique), le jury ayant “appris avec intérêt que M. Loysel se propose d’établir, dans les centres populeux de Paris, des débits de café, sous la surveillance de l’autorité, où cette liqueur réparatrice pourra, par sa qualité et son prix, faire une heureuse concurrence à l’alcool11”.

En 1856, l’appareil connaît un succès de curiosité et de mode dans les cafés qui l’emploient. Mis en avant lors de l’Exposition agricole, acheté par exemple pour le café Frascati, le percolateur semble promis à une longue carrière.

En réalité, l’appareil ne convainc pas durablement. Il occasionne parfois des accidents, et le public trouve plus agréable de s’asseoir pour discuter autour d’un café. Sans doute, comme dans le dessin d’humour, les cafetiers se sont-ils parfois retrouvés avec davantage de tasses préparées que de consommateurs ! Le percolateur de Loysel tombe alors dans l’oubli, bientôt remplacé par d’autres inventions …

Édouard Loysel meurt le 23 septembre 1888 en son domicile, rond-point des Champs-Élysées (8e arrdt). L’acte de décès indique qu’il est rentier12.

=> Pour aller plus loin, entre autres :

Citer ce billet : Blog Histoire, "Les images ont parlé ! Pourquoi ce personnage semble contrarié…," in L'Histoire à la BnF, 20/11/2021, https://histoirebnf.hypotheses.org/12362, [consulté le 04/12/2021].

L‘image du bandeau est extraite des 7 jours de Ketje par Jordic, Paris, 19… Collections des médiathèques municipales de Boulogne-Billancourt. Gallica (BnF).

 

 

  1. Archives départementales du Morbihan, Registres des naissances de Vannes. Édouard est né le 29 août 1816. []
  2. Voir Le Sémaphore de Marseille, 5 octobre 1837. []
  3. Ibid. []
  4. Bulletin des lois, n° 964, décret 10398. []
  5. Bulletin des lois de la République française, juillet 1845. []
  6. Gazette alimentaire : journal du commerce des denrées du 13 août 1855. []
  7. Paris universal exhibition, 1855. Catalogue of the works exhibited in the British section of the exhibition, in French and English; together with exhibitors’ prospectuses, prices current, &c. L’Illustration publie une gravure du percolateur qu’on peut voir aujourd’hui  dans plusieurs blogs. []
  8. Jobard, “Des inventions et des industries malheureuses“, Le Siècle industriel : journal des consommateurs : organe des sociétés en commandite et représentant de la production manufacturière : journal non politique paraissant tous les jours, 26 juin 1856. []
  9. Louis Liévin, “Le positivisme au XIXe siècle“, L’Effronté, 15 février 1856. []
  10. Exposition universelle de 1855. Rapports du jury mixte international publiés sous la dir. de S.A.I. le Prince Napoléon, président de la commission impériale, Paris : Imprimerie impériale, 1856, p. 647. []
  11. Ibid, p. 1404. []
  12. Archives départementales de la Ville de Paris, Registres des décès, 8e arrondissement, année 1888. []

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.