1933 : le Japon photographie la Mandchourie occupée

Contexte historique

Le terme de « Mandchourie », d’origine occidentale, n’a qu’un sens géographique correspondant au Nord-Est de la Chine, sauf pendant la très brève période (1931-1945) au cours de laquelle la Mandchourie politique a coïncidé avec la Mandchourie géographique.

Carte de la Russie, Japon, Corée, Mandchourie, publiée par A. Taride, 1903-1904. Gallica (BnF).

C’est de cette époque que date la publication japonaise présentée ici : Report of the first scientific expedition to Mandchoukuo under the leadership of Shigeyasu Tokunaga : June-October 1993. Tokyo : Office of the scientific expedition to Mandchoukuo, Faculty of science and engineering, Waseda University, 1934-1939.


Dans son Étude sur la MandchourieHenry de Rosny écrit en 1891 :

« La Mandchourie, grâce à ses nombreuses rivières, aux hautes montagnes qui l’entourent et qui la protègent des vents moussons du Pacifique ou des aquilons glacials de la Sibérie, est un pays d’une grande fertilité, où l’on rencontre une superbe végétation, des vallées pittoresques parsemées de plaines, de prairies et d’épaisses forêts. »

Quarante ans plus tard, cette région du nord-est de la Chine passe sous la domination des Japonais suite à un coup de force de l’armée et devient en 1932 le Mandchoukuo – un État fantoche au service du développement économique du Japon qui va exploiter ses ressources naturelles abondantes.

Expédition scientifique et rapport de mission

En juin 1933 débute la première expédition scientifique japonaise en Mandchourie. Initiée par le secrétaire du War Office of Japan Toki Akira et menée par Tokunaga Shigeyasu (1874-1940), professeur à l’Université de Waseda, cette mission amène treize scientifiques (géologues, paléontologues, géographes, botanistes, zoologues et anthropologues) à investiguer pendant trois mois la province de Jehol, partie sud-ouest du Mandchoukuo. Encadrée par une escorte de trente soldats de l’armée du Guandong pour assurer sa protection, l’expédition est soutenue par de nombreux sponsors, dont le journal Asahi qui s’occupe de la couverture médiatique.

Report of the first scientific expedition to Mandchoukuo under the leadership of Shigeyasu Tokunaga : June-October 1993. Tokyo : Office of the scientific expedition to Mandchoukuo, Faculty of science and engineering, Waseda University, 1934-1939. dép. Philosophie, histoire, sciences de l’homme, cote 4-R-7197

Cette mission a donné lieu à la publication d’un volumineux rapport en 25 volumes, bilingue anglais-japonais (ou en japonais avec un résumé en anglais), abondamment illustré (soit 4 000 pages et 820 planches) dont la Bibliothèque nationale de France possède la quasi intégralité.

Report of the first scientific expedition to Mandchoukuo under the leadership of Shigeyasu Tokunaga : June-October 1993. Tokyo : Office of the scientific expedition to Mandchoukuo, Faculty of science and engineering, Waseda University, 1934-1939. dép. Philosophie, histoire, sciences de l’homme, cote 4-R-7197

Rédigé par le chef de l’expédition, le premier volume intitulé Natural science research of the first scientific expedition to Manchoukuo – probablement le plus intéressant de tous – présente en premier lieu l’objectif de l’expédition : prouver le lien étroit entre le Japon et le Mandchoukuo en contribuant au développement de la civilisation asiatique et « éclairer le peuple du nouvel État et explorer les ressources naturelles du pays » (page 1). Suit le récit presqu’au jour le jour de la progression du groupe, de ses conditions de vie et de travail sur place, des difficultés rencontrées (conditions climatiques extrêmes, infrastructures limitées, problèmes sanitaires, hostilité de la population, attaques de « bandits »). La seconde partie du volume est une suite de 390 photos au format vignette, principalement des clichés de paysages et de scientifiques en action. Peu de photos des populations indigènes, de leur cadre de vie ou de leur vie quotidienne, ce qui donne l’image d’une région déserte et peu développée.

Report of the first scientific expedition to Mandchoukuo under the leadership of Shigeyasu Tokunaga : June-October 1993. Tokyo : Office of the scientific expedition to Mandchoukuo, Faculty of science and engineering, Waseda University, 1934-1939. dép. Philosophie, histoire, sciences de l’homme, cote 4-R-7197

Le rapport scientifique à proprement parler commence au volume deux et est divisé en sections thématiques, la zoologie représentant la moitié de la publication. Les textes sont accompagnés d’une centaine de photos ou illustrations de belle qualité (cartes topographiques de fouilles, fossiles, papillons, poissons…).

Intérêt de la publication

La photographie a joué un rôle primordial dans la colonisation du Mandchoukuo par le Japon et l’abondance des illustrations de cette série est  révélatrice de ce fait. Le recours à la « science » coloniale et la place prépondérante des illustrations dans les rapports ont en effet pour fonction de faciliter le processus d’appropriation du pays colonisé par le lecteur, en lui offrant soi-disant une « vision objective » du monde par des preuves visuelles. D’autre part, l’utilisation de la photographie dans les rapports de mission scientifique apporte la preuve de l’écart entre le développement du Japon et celui du pays colonisé, légitimant ainsi l’expansion et la domination territoriales. L’intérêt de cette série réside moins donc dans son contenu scientifique que dans son rôle symbolique1.

Si cette série est consultable uniquement dans sa forme imprimée dans la bibliothèque du rez-de-jardin, rappelons qu’environ 4 400 documents sur le Japon et l’histoire des relations franco-japonaises ont été numérisés dans Gallica et sont accessibles en ligne.

Citer ce billet : Florence Paschal, "1933 : le Japon photographie la Mandchourie occupée," in L'Histoire à la BnF, 14/11/2017, https://histoirebnf.hypotheses.org/1247, [consulté le 25/11/2017].

 

  1. Morris Low, Japan on display : photography and the emperor, London, Routledge, 2006, 199 p. []

Florence Paschal

Gestionnaire de collections en sciences sociales au département Philosophie, histoire, sciences de l'homme

More Posts

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *