Les images ont parlé ! la fête à laquelle ces femmes participaient …

Ronde de catherinettes autour d’un agent de police, à Paris : photographie de presse / Agence Rol. Date d’édition : 1922. Gallica (BnF).

Vous deviez deviner (voir ici) à quelle fête participent ces femmes qui dansent une ronde autour d’un policier sans que celui-ci semble s’en offusquer …

Sainte Catherine 1909 [deux “Catherinettes”], photographie de presse / Agence Rol. Gallica (BnF).

Le photographe de l’image du bandeau a saisi une scène amusante : deux jeunes filles, coiffées de chapeaux singuliers (un avion et un moulin), sont attentivement regardées par des passantes. L’avion fait allusion aux progrès de l’aéronautique, le moulin à l’expression « jeter son bonnet par-dessus les moulins », c’est-à-dire, au sens figuré, «adopter une attitude frivole, braver la bienséance pour une jeune fille1».

Dans une autre image (voir ici), sainte Catherine d’Alexandrie est aisément reconnaissable à la roue et à l’épée, instruments de son supplice. Cette sainte, fêtée le 25 novembre, est la patronne (entre autres) des couturières, des jeunes filles à marier, et des théologiens.

Enfin, vous retrouviez la statue de la sainte, fleurie par des jeunes femmes à l’angle de la rue de Cléry, au milieu d’une foule considérable.

Ces différents indices (alors privés de leurs légendes) vous mènent à la sainte Catherine. La photographie de la ronde autour du policier nous oriente vers la période où entre les années 1920 et 1940 on fête les “catherinettes”. Dans nombre de pays européens, il a longtemps été d’usage de fêter la sainte Catherine pour les filles âgées de plus de 25 ans et la saint Nicolas2 pour les garçons à 30 ans révolus.

Mes étrennes : almanach chantant. “1881” par Desrousseaux. Collection numérique : Fonds régional : Nord-Pas-de-Calais. Gallica (BnF).

 

Dans des sociétés très normées, où l’espérance de vie est plus courte qu’aujourd’hui, et où la religion fait du mariage le préalable à la procréation, la fête de la sainte Catherine est alors une injonction à trouver un mari au seuil symbolique du renouvellement générationnel (25 ans). Le droit pour une jeune femme, lors de ses 25 ans, de coiffer d’un bonnet neuf la statue de la sainte dans les églises constitue un symbole lourd de sens, une mise en scène de son passage à un célibat suspect, notamment à la campagne, donc souvent mal vécu. Plusieurs chansons, tantôt convenues, tantôt ironiques, mettent en scène l’injonction sociale à se marier tôt pour échapper à la “honte” de coiffer sainte Catherine…

Je veux me marier“, chansonnette créée à l’Alcazar. La chanson française : réunion nouvelle et choisie des meilleures œuvres de nos poètes et auteurs dramatiques les plus célèbres du jour…, 1878. Gallica (BnF).

La presse, en plein essor au XIXe siècle, consacre chaque année, aux alentours du 25 novembre, de nombreux articles à la signification de la coutume et aux festivités auxquelles elle donne lieu. Quelques (rares !) textes s’interrogent néanmoins sur la violence symbolique ainsi exercée sur les jeunes femmes. C’est le cas en 1868 d’un article du Charivari, même si sa portée se veut essentiellement politique …

Cette semaine a vu la fête de sainte Catherine, patronne des pauvres déshéritées du sort, qui n’ont pu trouver de mari. Le monde est sans pitié, il rit de ces infortunes au lieu d’y compatir. Nous ne voyons dans une mine piteuse que le côté grimace, sans nous inquiéter si une douleur vraie n’est pas dessous. Nous savons que Tantale a faim, nous savons qu’il a soif, mais nous rions de ses contorsions. Il y a souvent beaucoup de cruauté dans notre gaieté. Quoi qu’il en soit, toute allusion à la coiffe de sainte Catherine a pour effet immédiat, irrésistible de faire naître l’hilarité. Coiffer sainte Catherine, en somme, c’est avoir eu ce guignon de n’avoir pu mettre la main sur un épouseur. En généralisant la solution, en l’appliquant à tous ceux qui n’ont pu atteindre le but de leur désir ardent, sainte Catherine devient la patronne des désillusionnés, des ambitieux déçus, des enguignonnés de toute catégorie. Envisagée sous ce point de vue, quelle autre sainte du calendrier a plus de clients que sainte Catherine ? Pour un homme politique qui a toute sa vie guigné de l’œil un ministère, qu’est-ce que ne pouvoir atteindre ce ministère ? C’est coiffer sainte Catherine… M. Émile Ollivier a coiffé sainte Catherine. M. de Girardin, dont aucun gouvernement n’a voulu utiliser les services, en tant qu’homme pratique a coiffé sainte Catherine […] L’homme qui grimpe au mât de cocagne, le 15 août, et qui ne peut arriver à décrocher la moindre timbale, coiffe sainte Catherine […] C’est à vingt-cinq ans qu’une fille coiffe sainte Catherine ; jusque-là elle est en droit de repousser les lazzi. À quel âge peut-on dire d’un prétendant tenu à l’écart qu’il a coiffé sainte Catherine ? Je n’en sais rien, mais le comte de Chambord me paraît avoir atteint cet âge-là… […] Tous ces employés d’administration qui vieillissent dans le même grade, autant de pauvres diables qui ont coiffé sainte Catherine. Abrégeons … La France, qui aspire depuis si longtemps à la liberté, aurait-elle décidément coiffé sainte Catherine3?…

Après la Première Guerre mondiale, la fête change de visage. Les “vieilles filles”, ainsi qu’on les désigne, sont de plus en plus nombreuses, le conflit ayant touché des millions d’hommes jeunes, et le célibat féminin devient donc difficile à brocarder. La sainte Catherine perd une petite part de sa violence symbolique pour celle qui est encore célibataire et/ou ne se résigne pas à un mariage de convenance.

La tradition subsiste néanmoins, notamment dans le milieu de la mode à Paris. L’ouvrière ayant dépassé les 25 ans est en effet doublement patronnée par sainte Catherine, comme le suggère ce dessin de La Caricature dès 1842, en qualité de “vierge et de modiste”.

“Amanda, attendu que tu es arrivée à l’âge de 26 ans sans trouver de mari, en ta qualité de vierge et de modiste, nous te déclarons digne de coiffer Ste Catherine à perpétuité”. “La Sainte Catherine”, La Caricature morale et politique, 27 novembre 1842. Gallica (BnF).

La presse contribue à donner un caractère nouveau à la fête de la sainte Catherine dans les années folles en lui adjoignant des concours de toutes sortes et en l’inscrivant dans les nuits parisiennes. À partir de 1922, la République de Montmartre, notamment sous l’impulsion de Willette et Poulbot, encourage en effet les participantes à user de ressorts charivariques qui apparentent la sainte Catherine à des fêtes telles que l’élection de la reine des Blanchisseuses lors de la mi-Carême4.

La République de Montmartre fête la Sainte-Catherine“, Comoedia, 26 novembre 1922. Gallica (BnF).

On parle depuis le début du XXe siècle de “catherinettes”, pour désigner les midinettes5 et cousettes parisiennes. La marche des catherinettes entre Montparnasse et Montmartre est suivie par les badauds, de nombreux photographes juchés sur des voitures, puis bientôt des cameramans. Les concurrentes ont même le droit de tricher ! Elles se rendent ensuite au Moulin de la Galette, aux différents concours organisés, et la fête se termine à l’aube.

Marche des catherinettes de Montparnasse à Montmartre“, Excelsior, 30 novembre 1925. Gallica (BnF).

Concerts de jazz, concours divers, “foire aux fiancés“, travestissements masculins, champagne … les sainte Catherine des années vingt et trente sont très animées dans les grandes villes. À Marseille, en 1927, après avoir dit des poèmes à l’Odéon, les jeunes filles prennent des tramways spécialement décorés, pour écouter à l’Hôtel de ville un discours du maire qui promet de doter les sept premières catherinettes qui se marieront. Elles ont alors droit à un lunch offert par des grandes maisons marseillaises puis dansent le charleston au Palais des Machines, à l’invitation du journal Le Soleil6. La fête attire les célébrités à Paris : ci-dessous, vous pouvez voir une photographie de la gagnante de la marche des catherinettes en 1930 entre la meneuse de revue Parysis et Joséphine Baker.

=>Pour mieux voir la photographie, cliquez sur l’image ci-dessous

 

Les “catherinettes” parisiennes se jouent désormais des normes. La fête s’ouvre largement à des femmes de tous âges à la recherche d’une journée d’amusement. Le vert et le jaune initiaux sont parfois oubliés, ainsi que la fleur d’oranger épinglée à la robe ou au bonnet. 

Henriot, “Les échos d’Henriot“, Le Journal amusant, 14 octobre 1922. Gallica (BnF).

 

Les coiffures s’éloignent des bonnets traditionnels pour fêter désormais les événements de l’année. Ainsi, en 1936, une catherinette arbore une création rappelant la récente mesure en faveur des congés payés (voir ci-dessous).

 

Fantaisie, rire, danse SAINTE-CATHERINE“, Le Journal, 26 novembre 1936. Gallica (BnF).

 

Devenus véritables marronniers de la presse (voir ici sur ce carnet ce qu’est un marronnier de la presse) aux alentours du 25 novembre, les articles sur la fête de la sainte Catherine se déclinent en trois temps :

  • les préparatifs
  • la fête et ses coutumes, parfois vues de manières humoristiques
  • le bilan de la fête avec les nouveautés et les temps forts.

=> pour en voir quelques exemples, cliquez sur les images de la galerie ci-dessous

Même Les Annales politiques et littéraires y vont de leur page sur les catherinettes (voir ci-dessous)!

=> Cliquez sur les flèches ci-dessous pour lire l’article

Si le début de journée reste dédié aux cérémonies religieuses, la sainte Catherine des midinettes prend des traits qui la différencient de la fête des rosières, restée quant à elle très traditionnelle dans les banlieues et campagnes. Selon certains journaux parisiens, la catherinette des années vingt et trente suggère volontiers qu’en matière de sexualité, elle a depuis longtemps jeté son bonnet par-dessus les moulins, au contraire des chastes rosières (voir sur ce carnet la série sur les rosières).

J.-P. Dorian, “Catherine est une fille“, Séduction, 24 novembre 1934. Gallica (BnF).

 

L’hyper-médiatisation de la fête dans les années vingt et trente est toutefois rapportée essentiellement par des journalistes masculins. Il faut donc analyser leurs témoignages et les photographies sur l’émancipation des catherinettes avec précaution. Les allusions érotiques sont légion (voir ci-dessus), de même que les blagues machistes. Ainsi, lorsque Le Journal organise en 1928 un vote féminin pour élire la “catherinette du ‘Journal‘”, le bon déroulement du vote est l’occasion de plaisanteries : “Quelle leçon de modération, de gentillesse, les catherinettes surent, à cette occasion, donner aux hommes ! Chez les hommes, les scrutins sont précédés d’ennuyeuses palabres, de discussions. Hier, candidates et électrices, avant le vote, se contentèrent de danser et de chanter7”.

De la même manière, les innombrables photographies prises à cette occasion de midinettes faisant la fête dans les ateliers, sous l’œil attendri de leurs patrons, ne doivent pas faire oublier leurs conditions de travail souvent compliquées au quotidien. Çà et là, quelques journaux évoquent de rares ateliers où la participation aux défilés a été retenue sur les heures de travail (il est plutôt de tradition de donner quelques heures voire la journée). Le Populaire donne par exemple en 1927 un dessin rappelant que la condition des midinettes est souvent difficile et qu’elles ne gagnent pas toujours de quoi se nourrir décemment, ou propose en 1930 une photographie plus naturelle d’une catherinette, loin des paillettes …(voir ci-dessous).

Le Populaire : journal-revue hebdomadaire de propagande socialiste et internationaliste, 27 novembre 1927. Galllica (BnF).

“La marche des catherinettes”, Le Populaire, 24 novembre 1930. Gallica (BnF).

 

Dans L’Humanité, Paul Vaillant-Couturier consacre en 1935 un des articles de sa série “au secours de la famille” à “coiffer sainte Catherine“, avec des témoignages d’ouvrières sur les difficultés qu’elles rencontrent à fonder une famille.

L’Humanité, 25 novembre 1938. Gallica (BnF).

 

Mise au service de la propagande vichyste sur le rôle de la femme pendant la Seconde Guerre mondiale8, la sainte Catherine peine ensuite à retrouver le côté primesautier voire frondeur qui la caractérisait pendant les Années folles avec ses fameuses “catherinettes”. Elle est  souvent présentée  aujourd’hui comme une coutume datée et sexiste9

=> Pour aller plus loin :

La Sainte-Catherine. Culture festive dans l’entreprise, Préface de Martine Segalen, Paris, Éditions du CTHS (Comité des travaux historiques et scientifiques), collection « le regard de l’ethnologue », publié avec le concours de CNRS, Paris, 1997, 239 p.

Les Catherinettes en fête, Paris, Éditions Archives & Culture, coll. Images d’autrefois, Paris, 2008, 84 p.

  • on pourra entre autres regarder sur Arte, l’émission Karambolage consacrée aux Catherinettes le 21/11/2021, en replay ici

Citer ce billet : Blog Histoire, "Les images ont parlé ! la fête à laquelle ces femmes participaient …," in L'Histoire à la BnF, 08/12/2021, https://histoirebnf.hypotheses.org/12522, [consulté le 04/10/2022].

(Agnès Sandras)

 

  1. Anne Monjaret, “La fête de la Sainte-Catherine à Paris dans les Années folles, vue à travers la presse”, Ethnologia Europaea, 25, 1995, p.141-155. []
  2. Saint Nicolas est aussi le patron des bateliers et des petits enfants. Voir sur Gallica, le billet “La légende de saint Nicolas et des enfants au saloir“, par Audrey Viault. []
  3. E. Villiers, “Sainte Catherine“, Le Charivari, 26 novembre 1868. []
  4. Notons que l’élection des Mariannes de Paris date quant à elle de 1925 : voir Emmanuelle Retaillaud, “L’élection des « Mariannes de Paris », égéries républicaines”, 2020, en ligne ici sur Retronews. []
  5. Les midinettes sont les “couturières et modistes de la haute couture parisienne”, elles sont alors environ 20 000. Voir Anaïs Albert, « Les midinettes parisiennes à la Belle Époque : bon goût ou mauvais genre ? », Histoire, économie & société, 2013/3 (32e année), p. 61-74. []
  6. Le Petit Marseillais, 28 novembre 1927. []
  7. La catherinette du ‘Journal’ est élue“, Le Journal, 18 novembre 1928. []
  8. Voir sur le Facebook de l’INA, cette “actualité” tourné en 1941 : https://www.facebook.com/InaHistoire/videos/la-sainte-catherine-1941/2520129424971572/. []
  9. Voir Juliette Deborde, “Fête des Catherinettes : faut-il clore le folklore ?“, Libération, 24 novembre 2019. []

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search