Journal d’un médecin de campagne : un chirurgien français dans les guerres balkaniques

Le docteur Rebreyend à la Bibliothèque nationale de France

Intervention présentée à l’occasion de la journée d’étude « Les Balkans au tournant de leur histoire : 1912-1913 », organisée le 5 décembre 2013 par la Bibliothèque nationale de France en collaboration avec l’EHESS, l’Université Paris I Panthéon Sorbonne, l’INALCO, la BULAC, Paris : Bibliothèque nationale de France, 2013.

En 1914, à Tours, la maison d’édition Alfred Mame et fils édite l’ouvrage d’un médecin français, le docteur Paul Rebreyend1, envoyé en Bulgarie par la Société française de secours aux blessés, d’abord à Philippopoli en octobre 1912 puis, en avril de l’année suivante, à Andrinople. Entré aussitôt à la Bibliothèque nationale au titre du dépôt légal, ce document constitue un témoignage au cœur des guerres balkaniques. Près de lui, dans les rayonnages de la bibliothèque, reposent d’autres récits personnels – journalistiques ou militaires pour la plupart – dédiés aux mêmes évènements.

Certaines de ces publications sont réparties entre plusieurs départements de la BnF : les thèses de médecine fondées sur l’expérience de ces guerres se trouvent par exemple dans le département Sciences et techniques. Mais le lot essentiel des ouvrages est groupé dans le département Philosophie, histoire, sciences de l’homme : une bonne partie d’entre eux se trouve sous la lettre « J » conformément à l’ancien classement thématique et topographique des collections.

L’ensemble des documents entrant à la Bibliothèque nationale par la voie du dépôt légal à cette époque apparaît comme un miroir de l’attention éditoriale et intellectuelle accordée aux guerres balkaniques de 1912 et 1913. L’abondance des publications en français révèle un vif intérêt pour ce qu’on appelle encore souvent « les évènements des Balkans ». Dans le même temps et bien que le dépôt légal ne s’applique pas encore aux photographies (il faudra pour cela attendre 1925), les agences de presse Rol et Meurisse déposent à la bibliothèque des clichés des combats et des populations civiles engagées malgré elles dans ces conflits2.

Balkans, soins à un soldat serbe allongé sur une civière / Agence Rol, Novembre 1912. photogr. nég. sur verre ; 13 x 18 cm. dép. des Estampes et de la photographie, cote EI-13 (217)

Alors que les ouvrages entrés dans les collections par voie d’acquisition ou de don ont un caractère sélectif, fondé sur des critères visant à opérer les choix les plus judicieux possibles dans une vaste production mondiale en plusieurs langues, les ouvrages entrés par dépôt légal, qui représentent en principe l’exhaustivité de l’édition française, forment, eux,  un ensemble assez hétéroclite. Deux grands ensembles s’y distinguent toutefois :

  • Le premier regroupe divers textes à caractère militaire, souvent de première main, sur le déroulement des opérations et les stratégies mises en œuvre.
  • Le second rassemble des témoignages plus personnels, généralement produits par des journalistes, rédigés à la première personne et livrant des observations socio-politiques sur la situation dans les pays balkaniques. À côté de ces ensembles figurent des contributions plus ponctuelles et dont certaines nous semblent originales, notamment celle que nous présentons ici.

C’est à double titre que l’ouvrage du docteur Rebreyend retient notre attention. Le chirurgien est un observateur privilégié du front et du retentissement des combats sur les populations militaires et civiles ; son sens de l’observation clinique, l’attention portée aux corps et à l’organisation pratique des soins médicaux lui donnent un regard extrêmement précieux et d’une grande acuité. Ce témoignage illustre également l’attention portée aux guerres balkaniques par la médecine militaire. Ainsi, plusieurs ouvrages en français, dont des thèses de médecine, sont publiés en 1913 et 1914 autour des aspects médicaux de ces conflits3. On retrouve au cours de la Première Guerre mondiale de nombreux témoignages de médecins sur la vie dans les tranchées et sur les dimensions médico-chirurgicales de ces années de guerre.

Un médecin patriote et pro-bulgare

Le récit du docteur Rebreyend que nous voulons présenter s’ouvre sur une préface aux considérations extra-médicales. D’emblée et sans équivoque, l’auteur affiche une prise de partie en faveur du peuple et des militaires bulgares, contre les troupes ottomanes. C’est avec des accents exaltés qu’il déplore l’indifférence des Français à l’égard des Bulgares, dont les pertes territoriales sanctionnées par le traité de Bucarest sont lourdes :

Aujourd’hui, la Bulgarie, tombée à terre, est non seulement vaincue, mais diffamée. Pourtant, la bravoure des hommes, l’abnégation des femmes et des mères, tout cela n’a pu disparaître ni diminuer. Ce qui s’est ajouté à leurs épreuves de souffrances et de privations n’est pour les rendre moins sympathiques, bien au contraire. Pourquoi le visage de la France s’est-il donc détourné d’eux ?4

De même, le médecin souligne de façon toute aussi partisane et enlevée l’exemplarité et la sollicitude des troupes bulgares envers les populations civiles turques :

Ce que j’ai vu aussi, c’est l’assistance spontanée des vainqueurs aux misères de la population musulmane. Et ces misères étaient grandes ! Que de fois une pauvre femme turque nous arrêtait dans la rue, pour se faire traduire le petit billet laconique, le bon de pain délivré par le maire bulgare !5

L’amitié que le docteur Rebreyend témoigne aux Bulgares et l’exemplarité qu’il leur attribue se retrouvent dans la description de la camaraderie et des moments de sociabilité que partagent les blessés avec le personnel soignant des ambulances et hôpitaux d’étape dans lesquels le médecin français aura l’occasion d’officier.

Enfin, cette préface aux détours lyriques propose quelques remarques sur la « sauvagerie » des peuples balkaniques telles que les représentations peuvent les véhiculer à l’époque en Europe de l’Ouest :

Et puis, il y a les “atrocités”. Je ne sais ce que serait une guerre entre grandes nations occidentales. Sans doute y trouverait-on, à défaut d’une chevalerie improbable, un caractère d’humanité relative. Cette humanité, il faut renoncer pour longtemps encore à la trouver dans l’Orient balkanique. Où et quand les peuples l’auraient-ils apprise ? La haine ici, la rancune, ne remontent ni à trente ni à cinquante ans. Elles comptent par siècles ; elles sont à elles seules toute l’histoire des nations.6

Cette analyse de Rebreyend paraît maintenant bien péremptoire quand on la met en regard des horreurs que produira pourtant la première conflagration mondiale quelques années plus tard.

L’ambulance française de Philippopoli et l’hôpital d’étape d’Andrinople

Le corps du récit du docteur Rebreyend s’attache à décrire sa mission à Philippopoli, d’octobre 1912 à janvier 1913, puis sa mission à Andrinople entre avril et juillet 1913. Effectuées au nom de la Société française de secours aux blessés, en lien avec la Croix-Rouge bulgare, elles donnent lieu à une description générale de l’organisation des structures de soins ainsi que des opérations médicales menées, et sont suivies d’un carnet d’ambulance qui rassemble anecdotes et descriptions plus ponctuelles.

P. Rebreyend, Les Français aux armées de Bulgarie, Tours, A. Mame et fils, 1914. dép. Philosophie, histoire, sciences de l’homme, cote 8-J-8063

La mission française qui arrive à Philippopoli, (aujourd’hui Plovdiv), est composée du docteur Rebreyend ainsi que des docteurs Heuyer et Gourion7. Dès leur départ de France, à bord de l’Orient-Express, les trois médecins s’accordent sur leur bulgarophilie et ont le plaisir d’être accueillis à Philippopoli par un médecin bulgare formé à Paris :

Déjà bulgarophiles, nous ne cachions pas notre foi dans le succès des Balkaniques, sous les regards ironiques d’un groupe de Levantins regagnant, via Constantza, Constantinople. […] Un ami de la France, ancien élève de Charcot, connu de tous les “anciens de la Salpêtrière”, le docteur Mikhaïlowski, chirurgien de la reine, soignait, en nous attendant, nos quatre-vingt six premiers blessés.8

À Philippopoli, l’ambulance du docteur Rebreyend s’installe dans le collège Saint Augustin, bâti par des assomptionnistes et dans lequel de jeunes Bulgares reçoivent une éducation française. Les dortoirs, dotés de lits et de sanitaires, sont utilisés comme salle commune, et l’infirmière-chef occupe la petite pièce du surveillant. L’auteur dépeint une atmosphère chaleureuse et francophile, facilitée par l’entremise de femmes franco-bulgares qui, bien au-delà de leur rôle de traductrices, instaurent un climat de douceur malgré les blessures et les peines :

Mais l’originalité de notre ambulance, ce qui en fit le caractère spécial, ce fut celles que nous avions surnommées dès le début les “Franco-Bulgares”. Françaises transplantées ici par un caprice du destin, femmes ou veuves de Bulgares, elles tendaient entre nous et nos blessés la passerelle, frêle d’abord, par où passa, débordante, la sympathie des deux peuples. Dans leur bouche, notre langue maternelle avait pris un accent discret, qui parfois nous faisait sourire. Elles furent les messagères d’espérance, les traductrices fidèles des timides requêtes, les interprètes émues des paroles de reconnaissance. C’est grâce à elles et par elles que médecins français et blessés bulgares purent se comprendre et s’aimer. La sympathie des uns et des autres se rencontra sur elles, et il leur en resta la meilleure part.9

La dévotion des populations locales est longuement soulignée par le médecin français et on peut voir sur une photographie10 la salle des grands opérés et son tableau noir sur lequel les convalescents apprennent le français. Ainsi, avec une certaine emphase, Rebreyend déclare : « Momentanément, le collège français avait vécu : l’ambulance française venait de naître »11.

P. Rebreyend, Les Français aux armées de Bulgarie, Tours, A. Mame et fils, 1914. dép. Philosophie, histoire, sciences de l’homme, cote 8-J-8063

De retour à Paris à la fin du mois de janvier 1913, le docteur Rebreyend participe à une seconde mission en Bulgarie, toujours dans le cadre de la Croix-Rouge française, cette fois comme chirurgien en chef à l’hôpital d’étape Andrinople, ville qu’il connaît déjà pour avoir exercé à l’hôpital français durant seize mois. Alors qu’Andrinople est tombée après un siège de six mois, la pénurie à l’arrivée du médecin français est telle que des pansements y auraient été réalisés avec la laine des matelas.

P. Rebreyend, Les Français aux armées de Bulgarie, Tours, A. Mame et fils, 1914. dép. Philosophie, histoire, sciences de l’homme, cote 8-J-8063

L’hôpital qui se forme sous la direction du docteur Molof, jusque-là médecin-chef de l’hôpital Alexandre à Sofia, est installé dans l’ancien hôpital municipal turc et l’ancienne école militaire. Les patients atteints du choléra sont isolés dans un quartier spécifique et le bâtiment de l’école militaire est exclusivement dévolu aux maladies internes. Le typhus, la dysenterie et le scorbut sont les principales pathologies relevées. L’équipe soignante se distingue par son caractère cosmopolite : aux côtés des trois médecins français12 travaillent deux médecins bulgares, un Grec ottoman, prisonnier de guerre, auxquels deux médecins autrichiens viennent plus tard s’ajouter. Cette structuration plus rigoureuse fait dire au docteur Rebreyend que « cette ambulance improvisée prit de plus en plus l’aspect et l’allure d’un hôpital régulier »13. Se tiennent également des consultations externes à destination des habitants de la ville en manque de soins médicaux. Au cours des trois mois de cette mission à Andrinople, environ 4000 malades sont reçus ; parmi eux, 1200 sont atteints d’affections chirurgicales. Par contraste et avec des mots toujours aussi durs pour les forces adverses, le médecin décrit l’hôpital central turc qu’il visite le 28 mai 1913 avec son collègue, Spiridonoff :

Jamais rien de tel ne nous était apparu. […] Pas une fracture immobilisée, pas un pansement étanche : partout de ridicules, d’odieux simulacres. Une cuisse cassée est placée soi-disant en extension. […] Un major turc, correct, impassible, beau parleur, nous guide à travers cette cour des miracles. Interrogez-le sur ces blessés, au hasard. Il ne sait rien, ne connaît personne. […] Et les cafés de la ville regorgent de médecins militaires turcs attablés, fumant, prenant un café sur l’autre, au long d’un jour. Ce sont pourtant les leurs qui pourrissent là, faute de soins, faute de bonne volonté, faute d’un peu de courage.14

La vertu des méthodes chirurgicales françaises

Le récit du docteur Rebreyend, en particulier son carnet d’ambulance, recèle de nombreuses descriptions des actes médicaux et chirurgicaux réalisés à Philippopoli puis Andrinople. Les blessés, selon la gravité de leurs atteintes, gagnent la structure à l’aide de fiacres réquisitionnés, de chars-à-bancs ou de voitures d’ambulance trainées « au pas d’un attelage de bœuf »15.

P. Rebreyend, Les Français aux armées de Bulgarie, Tours, A. Mame et fils, 1914. dép. Philosophie, histoire, sciences de l’homme, cote 8-J-8063

Quelques descriptions de corps et de blessures méritent d’être citées pour se figurer l’état des soldats qui atteignent l’ambulance ou l’hôpital d’étape :

L’un d’eux, à qui une balle avait cassé les deux mâchoires et emporté un tiers de joue, avait la tête empaquetée d’un pansement qui semblait un sac taché de rouge brun. On entrevoyait, par un trou étroit, un œil éteint et une bouche bavante. L’autre avait, au crâne, un enfoncement large comme une pièce de cinq francs. Le troisième crachait du sang, avec une balle de schrapnell dans la poitrine. Les quatre autres, pâles et somnolents, exhalaient, même en plein air, l’affreuse certitude de leur gangrène.16

De même, le 10 juillet 1913, le docteur Rebreyend relève :

Quelques blessures horribles. Une fracture du maxillaire inférieur par schrapnell, avec un trou à y fourrer une noix. Dans ce trou noir encombré de lambeaux sphacélés, on fait une irrigation au permanganate. Et l’on entend tinter dans la cuvette les dents qui tombent, pêle-mêle avec les morceaux de mâchoire.17

Cependant, l’aspect le plus marquant des dimensions proprement médicales du récit du docteur Rebreyend est sans doute l’exaltation des vertus des méthodes françaises de chirurgie. Ce serait elles qui justifieraient l’enthousiasme provoqué par la mission française auprès des populations bulgares : « Je dirais volontiers que, dans ce triomphe, nos modestes personnalités ne comptèrent pour rien. La France, l’esprit français, les méthodes françaises firent tout »18.

P. Rebreyend, Les Français aux armées de Bulgarie, Tours, A. Mame et fils, 1914. dép. Philosophie, histoire, sciences de l’homme, cote 8-J-8063

De quelles méthodes le docteur Rebreyend parle-t-il sur ce ton de fervent patriote ? Il s’agirait avant tout d’une moindre tendance à l’amputation. Le chirurgien français la résume en une formule empruntée à un soldat : « Chez les autres, on coupe ; chez les Français, on recolle »19. Ce blessé s’était présenté avec un pouce désarticulé que le docteur Rebreyend ne voulut pas se résoudre à amputer. Les médecins français se distinguent donc par leur « tendance résolument conservatrice »20 et la mission française à Philippopoli ne réalise que trois amputations – un bras, une jambe et une cuisse – au cours de ses trois mois d’exercice. Ces quelques amputations, inévitables pour prolonger la vie des blessées, sont mentionnées avec tristesse et amertume dans le carnet d’ambulance. C’est avec plus de fierté et d’enthousiasme qu’une anecdote mettant en avant les méthodes françaises est décrite :

Un sous-officier, le bras cassé par une balle, languissait dans une ambulance étrangère, le bras œdémateux, avec une forte fièvre tous les soirs. Tant et si bien qu’on déclara l’amputation nécessaire. Il protesta, fit un tel tapage, répéta si obstinément, “qu’il voulait aller chez les Français, où l’on ne coupait pas les membres”, qu’un beau matin on prit le parti de l’envoyer au diable, c’est-à-dire où il voudrait. Il vint chez nous. Après vingt-quatre heures d’observation, on le mit dans un “Hennequin” bien classique, d’où il sortit trente jours après, consolidé.21

C’est, selon le témoignage du docteur Rebreyend, la valeur de l’enseignement clinique français qui est ici à l’œuvre :

Poser l’indication opératoire ; poser celle, souvent plus délicate, de l’abstention ; ne pas considérer tout comme fini avec l’opération terminée ; rester dans la direction quotidienne du traitement ultérieur des chirurgiens aussi “médecins” que possible : voilà qui est purement, exclusivement français.22

Une des vertus de cet enseignement semble être de relativiser la distinction terminologique entre le métier de médecin et celui de chirurgien au bénéfice de l’activité première de clinicien.

Le récit de ce médecin français constitue donc un témoignage instructif sur l’organisation des soins et la nature des affections médico-chirurgicales des soldats au cours des guerres balkaniques. Si les descriptions sont résolument partisanes et empreintes d’un patriotisme fervent, ce témoignage représente une source historique intéressante et éclairante sur la médecine en contexte de guerre. La Première Guerre mondiale et les pathologies dites « des tranchées » fourniront de nouvelles occasions pour le développement de la médecine militaire et civile23 et mettront en évidence le souci constant, dont témoigne ici le docteur Rebreyend, de limiter les amputations traumatiques et infectieuses qui menacent les blessés de guerre.

Bibliographie

Coryllos, P., La Trépanation primitive dans les plaies du crâne par projectiles de guerre (Observations personnelles de la guerre des Balkans), Thèse de doctorat en médecine, Paris, 1914

Cousergue, E., La Guerre des Balkans, organisation et fonctionnement du service de santé des armées coalisées, Paris, M. Imhaus et R. Chapelot, 1913

Delaporte, S., Les médecins dans la Grande Guerre : 1914 – 1918, Paris, Bayard, 2003

Delorme, E., Des enseignements de la guerre des Balkans. Campagne de Thrace, 1912. Blessures par les armes de guerre, Paris, impr. de Levé, 1913

Kotzareff, A., Quelques blessures de nerfs observées pendant les guerres balkaniques, Thèse de doctorat en médecine, Genève, 1914

Rebreyend, P., Les Français aux armées de Bulgarie, Tours, A. Mame et fils, 1914

Citer ce billet : Simon Bertin, "Journal d’un médecin de campagne : un chirurgien français dans les guerres balkaniques," in L'Histoire à la BnF, 10/11/2017, https://histoirebnf.hypotheses.org/1253, [consulté le 25/11/2017].

 

  1. P. Rebreyend, Les Français aux armées de Bulgarie, Tours, A. Mame et fils, 1914 []
  2. Une centaine de ces photographies sont disponibles sur Gallica, la bibliothèque numérique de la BnF []
  3. A. Kotzareff, Quelques blessures de nerfs observées pendant les guerres balkaniques, Thèse de doctorat en médecine, Genève, 1914 ; P. Coryllos, La Trépanation primitive dans les plaies du crâne par projectiles de guerre (Observations personnelles de la guerre des Balkans), Thèse de doctorat en médecine, Paris, 1914 ; E. Cousergue, La Guerre des Balkans, organisation et fonctionnement du service de santé des armées coalisées, Paris, M. Imhaus et R. Chapelot, 1913 ; E. Delorme, Des enseignements de la guerre des Balkans. Campagne de Thrace, 1912. Blessures par les armes de guerre, Paris, impr. de Levé, 1913 []
  4. P. Rebreyend, Les Français aux armées de Bulgarie, Tours, A. Mame et fils, 1914, préface, p. xi-xii []
  5. Ibid., préface, p. xxi []
  6. Ibid., préface, p. xvii-xviii []
  7. Voir photographie des trois médecins p. 29 []
  8. Ibid., p. 43-44 []
  9. Ibid., p. 46-47 []
  10. Ibid., p. 55 []
  11. Ibid., p. 34 []
  12. Les docteurs Caillé, Celliez et Rebreyend []
  13. Ibid., p. 129 []
  14. Ibid., pp. 168-170 []
  15. Ibid., p. 49 []
  16. Ibid., p. 51 []
  17. Ibid., p. 218 []
  18. Ibid., p. 58 []
  19. Ibid., p. 61 []
  20. Ibid., p. 61 []
  21. Ibid, p. 62 []
  22. Ibid., p. 62-63 []
  23. Voir notamment sur ce sujet : S. Delaporte, Les médecins dans la Grande Guerre : 1914 – 1918, Paris, Bayard, 2003 []

Simon Bertin

Conservateur des bibliothèques en disponibilité. Étudiant en médecine à l'Université Paris-Descartes.

More Posts

Une réflexion au sujet de « Journal d’un médecin de campagne : un chirurgien français dans les guerres balkaniques »

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *