Vapeurs, efforts et mutations : représenter le labeur à l’ère industrielle (1/2)

À l’occasion de la 24e édition des Rendez-vous de l’histoire à Blois en octobre 2021, qui étaient consacrés au thème « Le travail », ce billet propose de revenir sur les représentations littéraires et visuelles du travail au XIXe siècle, en France et en Angleterre.

Paris, Londres, Manchester : des villes dédiées au travail

Si autant d’artistes et d’écrivains, en France comme Outre-Manche, semblent s’être donnés pour mission de témoigner des conditions de travail du peuple au milieu du XIXe siècle, on le doit à l’essor de l’industrie qui s’est développé en Grande-Bretagne, puis en France dès la fin du XVIIIe siècle. Or une ambiguïté affecte ces représentations picturales et littéraires. Celles-ci ont-elles l’industrie elle-même, les machines et les dispositifs techniques pour objet ou bien le travail qu’effectuent les ouvriers ? Les artistes et les écrivains visent-ils à montrer le « travail » à travers des gestes à effectuer, en présentant l’accomplissement de tâches ou en témoignant sur les conditions dans lesquelles elles s’effectuent ? De 1815 à 1870, des représentations réalistes, entre « pittoresque urbain et industrialisme », vont témoigner de l’univers du labeur, tandis qu’autour des années 1870-1900, une rupture esthétique et politique s’exprime plus âprement avec la reconnaissance politique de l’ouvrier républicain, qui va permettre l’affirmation durable, en peinture, d’une véritable iconographie de la figure ouvrière.

E. Dupont, Les ouvriers : histoire populaire illustrée des travailleurs au XIXe siècle, Sceaux, Charaire et fils éditeur, 1790.  Gallica (BnF).

Dès la fin du XVIIIe siècle en Angleterre, la révolution industrielle fait basculer une société autrefois agraire et artisanale vers une société commerciale et industrielle. Cette transformation est notamment favorisée par le réseau ferroviaire qui modifie les modes de communication et de circulation dès les années 1840. En France, ce développement se fait plus tardivement et de manière progressive, avec une première ligne de chemin de fer construite en 1823 reliant Saint-Étienne à Andrézieux, puis, le prolongement de la ligne de Saint-Etienne à Lyon entre 1826 et l’ouverture de celle reliant Andrézieux à Roanne en 1832. Diverses compagnies de chemins de fer couvrent progressivement le territoire, avec la Compagnie des houillères et du chemin de fer d’Épinac en 1830, avant l’inauguration de la ligne Paris-Saint-Germain-en-Laye le 24 août 1837, qui annonce la densification du réseau qui sera nationalisé en 1878.

Chemins de fer : Grand réseau national, commercial et stratégique, 1841. Gallica (BnF).

Cette amélioration des conditions de circulations favorise les voyages lointains, comme de proximité. Dès lors, le voyage à Londres devient une destination très appréciée par de nombreux peintres et écrivains français, comme en témoigne ce guide illustré du voyageur à Londres datant de 1851.

Guide illustré du voyageur à Londres et aux environs, orné de 70 vignettes dessinées d’après nature par MM. Daubigny et Freemann ; accompagné de cartes et plans gravés par P. Tardieu et Erhard, Paris, E. Bourdin ; Londres, W. Thomas et Churchill, 1851. Gallica (BnF).

Londres, une ville tentaculaire

Tous éprouvent une véritable fascination devant le paysage urbain londonien : l’atmosphère brumeuse et enfumée qui règne à l’époque sur cet univers industriel, les irréels jeux de lumière qui tentent de percer à travers l’opacité du smog et surtout l’ambiance fantomatique de l’activité humaine que l’on peut y observer, tout cela inspire des visions nouvelles. L’ouvrage intitulé Londres (1876) du critique d’art Louis Enault et du journaliste Blanchard Jerrold, témoigne de la situation d’asphyxie où se trouve la ville, comme en attestent les illustrations de Gustave Doré. Désormais, le cadre urbanistique est devenu pathogène sous l’effet de l’industrialisation massive.

Louis Enault, Londres, illustré de 174 gravures sur bois par Gustave Doré, Paris, Hachette, 1876, p. 73. Gallica (BnF).

On y découvre les arches d’un pont d’un viaduc ferroviaire. L’espace architectural est fait de briques et de pierres où l’homme n’a plus sa place. Ces scènes d’inspiration piranésienne révèlent également la disparition de la nature en ville. L’horizon est hermétiquement clos par le passage enfumé d’un train à vapeur au-dessus des toits dans un univers concentrationnaire où grouille une population tenue enfermée dans des arrière-cours et des ruelles. La ville est devenue synonyme d’étroitesse, d’imbrication et d’entassement. Gustave Doré, qui effectua le voyage à Londres, sut saisir les mendiants et les ruelles serrées, et transcrire visuellement les conditions d’insalubrité :

Louis Enault, Londres, illustré de 174 gravures sur bois par Gustave Doré, Paris, Hachette, 1876, p. 96. Gallica (BnF).
Louis Enault, Londres, illustré de 174 gravures sur bois par Gustave Doré, Paris, Hachette, 1876, p. 97. Gallica (BnF).

Les classes laborieuses de l’East End

Également fascinée par Londres, la femme de lettre et militante socialiste française, Flora Tristan, réalisa en 1840 une véritable enquête sociale révélant le caractère gigantesque de la capitale de l’Empire britannique. En s’intéressant aux conditions de vie des classes laborieuses dans Promenades dans Londres, Flora Tristan décrit les paysages de l’East End transformés par l’industrialisation, dévolus aux ouvriers, aux indigents et aux cheminées d’usine. Dans son texte, la ville paraît déformée par l’industrialisation et se fait monstrueuse :

Flora Tristan, Promenades dans Londres, Paris, H.-L. Delloye, 1840, p. 4. Gallica (BnF).

N’ayant pas reçu d’éducation durant son enfance, Flora Tristan entreprend des voyages, notamment au Pérou, où elle observe les conditions de vie. De retour en France en 1835, elle fréquente les cercles littéraires et socialistes parisiens afin de partager son projet utopiste de soutenir les femmes en difficulté. Devenue dame de compagnie en Angleterre, mais aussi ouvrière dans les filatures et les imprimeries, c’est avec un regard républicain, qu’elle détaille ses observations sur la vie quotidienne et s’avère une militante engagée, une des figures majeures du débat social dans les années 1840, attentive aux conditions de vie des habitants de Londres :

Flora Tristan, Promenades dans Londres, Paris, H.-L. Delloye, 1840, p. 4. Gallica (BnF).
Flora Tristan, Promenades dans Londres, Paris, H.-L. Delloye, 1840, p. 7. Gallica (BnF).
Flora Tristan, Union ouvrière, suivie de Lettres, Paris, 1844. Gallica (BnF).

Manchester ou « cottonopolis » et l’industrie du textile

On le voit, Londres comme les grandes cités industrielles anglaises telle Manchester, ville du Nord de l’Angleterre située dans le Lancashire, dédiée à l’industrie textile, sont des « Babylone noires », des lieux dédiés au labeur et au travail forcené, où l’espérance de vie ouvrière n’est que de 17 ans au milieu du siècle. « Manchester a toujours été décrite comme la ville manufacturière par excellence, comme le montre par exemple la fameuse lithographie reproduite dans les Illustrated London News le 4 juillet 1857, avec la centaine de cheminées d’usines déversant sur la ville une épaisse fumée noire1» .

La femme de lettre Elizabeth Gaskell va ainsi témoigner du monde industriel autour de la ville de Manchester dans plusieurs romans, notamment dans Nord et Sud, publié en feuilletons dès 1855 dans la revue Household Words de Charles Dickens. Le Sud rural s’oppose au Nord industriel sur fond de l’univers âpre de la révolution industrielle où patrons et ouvriers s’affrontent lors des premières grèves, fortement présentes dans la peinture de la fin de l’époque victorienne. L’héroïne, Margaret Hale, découvre avec horreur l’univers brutal de la révolution industrielle :

Plusieurs kilomètres avant d’arriver à destination, ils voyaient déjà à l’horizon, en direction de la ville, un épais nuage gris plombé qui paraissait encore plus sombre par opposition au pâle gris-bleu du ciel d’hiver […] À mesure qu’ils s’approchaient de la ville, l’air prenait un léger goût et une légère odeur de fumée […] Ça et là se dressait, telle une poule au milieu de ses poussins, la masse rectangulaire d’une grande usine aux multiples fenêtres, qui crachait des bouffées noires de fumée2.

Elizabeth Gaskell s’est inspirée de Manchester, surnommée Cottonopolis pour créer Milton. Cette grande cité cotonnière, enfumée et bruyante, vouée au travail, est richement décrite, de même que les ouvriers :

Dans les petites rues du quartier, il y avait de nombreuses manufactures, d’où sortaient deux ou trois fois par jour des flots d’hommes et de femmes […] Ils marchaient d’un pas rapide, la mine assurée et effrontée, le rire et la plaisanterie faciles3.

La révolution industrielle a certes fait la richesse de la ville mais a aussi conduit à la misère une large part de la population : « À Manchester on ne voit pas seulement beaucoup d’invalides mais aussi nombre de travailleurs qui ont perdu tout ou partie de leur bras, une jambe ou un pied4». Dans le roman Mary Barton, publié en 1848, Elizabeth Gaskell situe là encore l’action à Manchester, ville où le gouffre qui sépare les différentes classes sociales est particulièrement flagrant. Elle y brosse un portrait sévère mais réaliste de l’ouvrier :

Elizabeth Gaskell, Marie Barton : roman anglais, Paris, 1882, p. 3. Gallica (BnF).

L’âge mécanique et la modification du paysage

Indéniablement, les Victoriens sont conscients d’un certain malaise de la civilisation moderne, car la Révolution industrielle a apporté aussi la misère des classes laborieuses et modifié les paysages urbains à grande vitesse. En Angleterre, des penseurs comme Thomas Carlyle, Charles Dickens ou John Ruskin accusent la société victorienne d’être dénuée d’âme et d’idéal et dénoncent cet « âge mécanique ». Wilfred Stone va jusqu’à affirmer que « si les Victoriens s’accordaient sur une chose, c’était que leur époque était laide5». Avec le mouvement préraphaëlite fondé par Dante Gabriel Rossetti, William Holman Hunt et John Everett Millais en 1848, les peintres et théoriciens John Ruskin et William Morris protestent contre l’enlaidissement du paysage anglais, prônant le retour aux valeurs du passé, notamment aux références visuelles et esthétiques du Moyen Age, à l’écart des fumées industrielles. Or leur mouvement est mal compris et leurs toiles sont jugées hermétiques par le public et les critiques, qui y lisent un refus des valeurs britanniques contemporaines :

Armand Dayot, La peinture anglaise : de ses origines à nos jours, Paris, L. Laveur, 1908, p. 194.

 

Seul Ford Madox Brown, dans Au travail (1852-1865), offre une vision de cette transition du monde rural et agraire vers une société industrielle. Commandée par Thomas Plint, un collectionneur d’œuvres préraphaëlites, la toile présente un groupe de travailleurs creusant une route et témoigne de l’extension de Londres. Les travailleurs sont placés au centre de la toile et des chômeurs ou des classes aisées sont sur les côtés. La scène se situe dans le quartier d’Hampstead, alors en pleine expansion. On y voit « un héros terrassier aux robustes bras dorés travailler sur un chantier au centre de la scène. Les intellectuels (représentés par un Carlyle ricanant et un pasteur socialiste muni d’une bible) et les classes dirigeantes (un député dûment chapeauté et portant gilet, une jeune femme effacée, chargée de tracts inutiles, une autre, qui se protège d’une ombrelle) se partagent l’ombre et les bas-côtés […] Il s’agit d’un travail glorieux et vaillant, ce qui correspondait à l’idéal de la middle-class victorienne, non du labeur avili, humilié, dégradé par l’injustice et la misère, qui était la réalité. Le tableau est un étrange mélange de satire sociale et d’exaltation des mythes dont vivait l’époque6».

Ford Madox Brown, Au travail, Armand Dayot, La peinture anglaise : de ses origines à nos jours, Paris, L. Laveur, 1908, p. 181. Gallica (BnF).

.

Par ailleurs, les périodiques britanniques de l’époque reviennent, eux-aussi, sur ces projets urbains réalisés autour de Londres, dans une volonté d’expansion des limites de la ville. Ils dénoncent également la pollution générée par les industries et l’impact de la productivité des usines, qui sont documentés et illustrés de manière féroce, notamment par le célèbre George Cruikshank, qui connaîtra une célébrité internationale en illustrant des romans, notamment ceux de Charles Dickens, dont Oliver Twist (1838), dans lequel la ville de Londres apparaît de manière extrêmement sombre et sordide.

Illustrations de Oliver Twist de Charles Dickens par George Cruikshank, Londres, 1839, vue 6. Gallica (BnF).

 

En cette seconde moitié du XIXe siècle, la perception du travail est donc étroitement liée à celle de la ville et de l’environnement de vie. Au-delà des fictions relatées par les écrivains britanniques, les lecteurs de l’hebdomadaire satirique Punch, fondé en 1841, sont sensibles aux caricatures de la Tamise et de ses boues polluées et nauséabondes. On assiste donc à un intérêt nouveau pour l’environnement urbain et pour la protection des sites et des paysages naturels. La toxicité du paysage, engendrée par l’activité industrielle intéresse désormais la presse comme les écrivains. Lorsque le grand satiriste Cruikshank publie en 1829 son dessin, il donne un aperçu précoce et mordant de la lutte entre les deux Angleterre qui se dessine à cette époque. Les champs, les arbres et les haies fuient devant l’envahisseur qui les détruit. Ce conquérant incarné par Londres, ville tentaculaire par excellence, devient une véritable armée terrifiante et risible avec de petits personnages mécaniques qui préparent le terrain aux rues nouvelles, sur fond de nuage de fumées industrielles. L’activité industrielle nocive génère une vision du travail pessimiste, diffusée par les journaux qui relaient l’exaspération de la population et son inquiétude devant ce sombre tableau.

=> on peut également écouter ici en replay l’intervention d’Isabelle Le Pape aux Rendez-vous de l’Histoire de Blois

Citer ce billet : Isabelle Le Pape, "Vapeurs, efforts et mutations : représenter le labeur à l’ère industrielle (1/2)," in L'Histoire à la BnF, 13/01/2022, https://histoirebnf.hypotheses.org/12736, [consulté le 21/01/2022].

L’image du bandeau provient de : “Etablissement de Ch. Naegelé et Cie, filature de coton” [Mulhouse]. Auteurs : Pedraglio, J. (Illustrateur); Ohlman (lithographe); Fassoli, Charles (lithographe). 1854. Collection numérique : Images d’Alsace (avec l’aimable autorisation de la  BnUS). Gallica (BnF).

  1. John Wilson et John Singleton, « Le district industriel de Manchester de 1750 à 1939 : grappes d’entreprises, réseaux et réalisations », in François Eck, Michel Lescure (dir.), Villes et districts industriels en Europe occidentale (XVIIe-XXe siècle), Tours, Presses universitaires François Rabelais, 2002, p. 183. []
  2. E. Gaskell, Nord et Sud, Paris, Fayard, 2005, p. 98. []
  3. E. Gaskell, op. cit., p. 115. []
  4. Christine Jordis, Promenades anglaises, Paris, Seuil, 2008, p. 349. []
  5. Catherine Rancy, Fantastique et décadence en Angleterre : 1890-1914, Paris, CNRS Editions, 1982, p. 3. []
  6. Christine Jordis, op. cit., p. 361. []

Isabelle Le Pape

Isabelle Le Pape, cheffe du service Art, département Littérature et Art - Bibliothèque nationale de France

More Posts


Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.