Le ‘certificat de vaccine’ : un papier indispensable au XIXe siècle (2/2)

Dans le billet précédent, nous avons pu voir que la vaccination antivariolique est en théorie devenue difficile à contourner au cours du XIXe siècle. En effet, crèches, écoles, armées1, hospices, métiers divers, ont peu à peu fait de la présentation du certificat de vaccine ou des traces de variole la condition de l’admission en leur sein, rendant ainsi la vaccination de la population masculine de plus en plus systématique. Les femmes des milieux ruraux modestes sont alors les grandes oubliées de cet effort vaccinal jusqu’aux lois Ferry de 1881 qui, en rendant l’instruction obligatoire, permettent qu’une fois au moins dans leur vie elles soient interrogées sur leur variolisation et (en principe !) vaccinées.

Docteur X…, “Le monde savant“, Le Petit Journal, 25 mars 1890. Gallica (BnF).

Avec cette obligation déguisée, les pouvoirs publics supposent que même les populations les moins disposées à la vaccination finiront par en accepter l’idée et/ou s’y accoutumeront. Ils espèrent ainsi éradiquer la variole (ou petite vérole), comptant également à la fois sur la pédagogie (la presse est par exemple incitée à faire l’article des bienfaits de la « vaccine »), les statistiques montrant le succès des vaccinations, et sur la peur suscitée par les épisodes épidémiques.

=> cliquez sur les images ci-dessous pour mieux les voir. Sur la première planche du Manuel pratique de vaccine à l’usage des jeunes médecins (1821) , le “résultat de la petite vérole” , c’est-à-dire le visage entièrement abîmé , y compris un œil. Sur la seconde planche, le résultat de la vaccine désigne par la lettre A la seule petite cicatrice laissée sur le bras par la vaccination.

Nous verrons dans ce billet que le certificat de vaccination occupe jusqu’à la Première Guerre mondiale une place centrale dans les débats médicaux et politiques sur l’obligation vaccinale, et nous nous attacherons à comprendre pourquoi tout en ayant un rôle moteur dans la lutte contre la variole, il n’a pourtant pas eu l’efficacité espérée.

Lafon, “Force et astuce“, Les Récits de la jeunesse, 1er décembre 1910. Gallica (BnF).

Le certificat de vaccine au cœur d’un système de semi-obligation très complexe

L’idée de départ peut sembler simple : pour contrer la variole qui fait des milliers de morts à chaque épidémie et laisse de nombreuses personnes handicapées, les autorités font du certificat de vaccination un passage obligé pour entrer à l’école, obtenir certaines fonctions, etc., en menant par ailleurs de véritables campagnes de persuasion. La stratégie s’avère efficace à ses débuts, et même si on ne peut faire la part des demandes de vaccination spontanées des vaccinations motivées par l’obtention du certificat, le nombre global de vaccinations augmente et la variole recule, comme le montrent les données chiffrées établies année après année. Dès 1811, la réussite est « impressionnante » comme le souligne Pierre Darmon dans La longue traque de la variole2:

En l’espace de huit ans, 2 500 000 vaccinations ont été pratiquées dans l’étendue de l’Empire et le nombre annuel des varioles, qui avoisinait jadis le million, se cantonne désormais en deçà de la barre des cent mille, réduisant à quelques milliers le nombre des victimes d’une maladie qui, récemment encore coûtait la vie de 50 000 à 80 000 Français3.

Le « certificat de vaccine » prend peu à peu place dans l’horizon mental des populations, comme en attestent sa récurrence dans les « papiers » demandés et l’expression « majeur et vacciné » (voir le précédent billet). Mais la situation sur le terrain est complexe. Dès le Consulat et le Premier Empire, la gestion de la vaccination dépend d’initiatives étatiques ou privées. La publication en 1798 par Edward Jenner de An Inquiry into the causes and effects of the “variolae vaccinae”, a disease discovered in some of the Western counties of England, particularly Gloucestershire, and known by the name of the cow pox est rapidement connue et discutée en France. Un spécialiste de l’inoculation, le chirurgien François Dezoteux, l’évoque dès 1798 dans le Traité historique et pratique de l’inoculation4. Un public sans doute un peu plus nombreux peut lire en 1799 dans le n° 16 de La Décade philosophique, littéraire et politique un compte-rendu laudateur des travaux de Jenner, à moins qu’il préfère les Réflexions sur le “cowpox” ou la prétendue petite vérole des vaches, par J.-S. Vaume qui conclut à la supériorité de l’inoculation5En mai 1800, à Paris, une initiative privée est lancée sous la forme d’un Comité Central de Vaccine. Les fonds sont fournis par une Société des souscripteurs pour l’inoculation de la vaccine, fondée par le « citoyen Liancourt6», qui comprend des noms célèbres : Lucien Bonaparte, Talleyrand, Fouché, Carnot, etc.

=> cliquer sur les flèches ci-dessous pour feuilleter la liste des souscripteurs incluse dans le Rapport du Comité central de vaccine, établi à Paris par la société des souscripteurs pour l’examen de cette découverte, 1803

Dans le même temps, l’École de médecine de Paris et l’Institut obtiennent d’envoyer des médecins français en Angleterre7, puis de faire venir des médecins anglais en France pour transmettre la nouvelle méthode et le précieux fluide vaccinal. Les premières expérimentations ont lieu sur des « enfants trouvés » (ie abandonnés et recueillis dans des hospices), sans que les contemporains paraissent s’émouvoir de ce choix8. Bientôt le Comité central, qui a pour président le docteur Michel-Augustin Thouret et pour secrétaire le docteur Henri-Marie Husson, peut dresser un premier rapport9, de même que l’Institut national10 : ils décrivent les différentes expérimentations menées pour tester le vaccin, les bons résultats obtenus et leurs limites. En mai 1804, le ministre de l’Intérieur, le docteur Jean-Antoine Chaptal, chargé par Bonaparte d’enquêter la vaccination, réagit favorablement à ces rapports et indique dans une lettre au Comité :

[Extrait d’une Lettre de Chaptal au Comité de vaccine], La Décade philosophique, littéraire et politique, mai 1804. Gallica (BnF).

Les vaccinations médiatisées d’enfants de personnages connus, comme le roi de Rome, ou de médecins11, et l’effet de mode contribuent au succès de la vaccination anti-variolique, même si elle rencontre d’emblée quelques (rares) opposants, y compris dans le corps médical12.

Premier rapport de la commission de vaccine, séante au Louvre, à la Société de médecine (…), Paris, 1801. Gallica (BnF).

Napoléon, désormais convaincu, fonde la « Société pour l’extinction de la petite vérole, en France, par la propagation de la vaccine » qui remplace l’association des souscripteurs et le Comité central (passé sous l’autorité du Ministère de l’Intérieur) à la fin de l’année 1804. Les préfets doivent envoyer annuellement des rapports au Comité (devenu « Comité de la Société centrale de vaccine »), lequel regroupe les informations et les publie sous la forme de bulletins mensuels et d’un rapport annuel. En 1820, une ordonnance royale crée l’Académie de Médecine13 qui, entre autres tâches, se voit confier la question des vaccinations. À partir de juillet 1823, l’Académie de Médecine est « investie des attributions de l’ancien Comité central de vaccine14», fonctions qu’elle conserve tout au long du XIXe siècle, prenant notamment la suite de la publication du Rapport sur les vaccinations pratiquées en France.

À partir de 1864, l’« Institut de vaccine animale », fondé par l’association privée d’Ernest Chambon et du docteur Saint-Yves Ménard, permet de fabriquer et de distribuer la vaccine animale (pour en savoir plus, voir ce billet), de nombreuses études ayant prouvé qu’elle est moins dangereuse que le cowpox véhiculé depuis des décennies de bras à bras, en compagnie d’autres maladies telles que la syphilis. Cet Institut, bientôt imité en province, fonctionne avec succès plusieurs décennies durant.

L’Institut de Vaccine animale de Paris“, L’Ouvrière, 5 janvier 1901. Gallica (BnF).

L’Institut Pasteur est quant à lui fondé en 1888 grâce à une souscription publique internationale. Rappelons enfin qu’il n’existe pas au XIXe siècle de Ministère de la Santé15 et que la gestion des questions d’hygiène et des épidémies dépend alors principalement du Ministère de l’Intérieur. La législation concernant les vaccinations est produite, amendée et/ou complétée par le Parlement, les ministères concernés, et des instances plus locales. Le nombre croissant de médecins dans ces institutions au cours du siècle16 donne de plus en plus de poids à leur demande d’une obligation vaccinale et n’est pas étranger au vote de la loi de 1902.

Un vrai mille-feuilles de dispositions au cours du XIXe siècle

En pratique, la semi-obligation vaccinale repose donc sur un ensemble de textes, dont la superposition au cours du XIXe siècle complexifie l’interprétation, entre adaptation aux nouvelles lois ou aux progrès médicaux, consignes d’assouplissement lors de la décrue des épidémies ou de sévérité lors de la reviviscence de la variole, initiatives et mise en pratique à différents niveaux. Production et exigence du certificat de vaccine correspondent par conséquent à des interprétations variées des textes et des pratiques diverses. Prenons pour premier exemple la loi du 19 mai 1874 sur le travail des enfants et des filles mineures dans l’industrie : le mot vaccin n’y apparaît pas. Dans leur Explication théorique et pratique de la loi du 19 mai 1874 sur le travail des enfants et des filles mineures dans l’industrie, les avocats Ernest Nusse et Jules Périn reconnaissent qu’aucun article de cette loi ne requiert que l’enfant recruté par un atelier montre un certificat de vaccination, mais ils estiment que l’article 14 est suffisant pour ce faire…

“Explication théorique et pratique de la loi du 19 mai 1874 sur le travail des enfants et des filles mineures dans l’industrie”, par les avocats Ernest Nusse et Jules Péris, Bulletin de la Société de protection des apprentis et des enfants des manufactures, 1877, page 444.

En réalité, l’article en question stipule que les ateliers « doivent présenter toutes les conditions de sécurité et de salubrité nécessaires à la santé des enfants17», ce qui peut laisser une marge d’interprétation aux patrons recrutant des mineurs. Les parents sont tenus de leur présenter un livret, délivré par le maire, comportant entre autres renseignements la mention du vaccin, mais ce livret n’est pas toujours disponible dans les villages, faute d’une production suffisante, et est destiné aux « enfants », et non pas aux « filles mineures18 ». Une nouvelle fois, ce sont donc les filles des milieux défavorisés qui ne sont pas nécessairement vaccinées…

Un long rapport du Conseil municipal de Paris en 189219 laisse également entrevoir la complexité des injonctions auxquels sont soumis les différents acteurs de la vaccination. La responsabilité de l’obligation vaccinale incombant aux différents ministères concernés, le Ministre de l’Instruction publique et des Beaux-Arts Édouard Locroy décrète en 1888 l’obligation de la revaccination pour les écoliers atteignant l’âge de 10 ans. Les dépenses ainsi entraînées doivent être partagées entre communes et caisses des écoles, organisation qui nécessite l’aval et le soutien des services préfectoraux et municipaux dédiés, l’action conjointe des médecins, des inspecteurs, des instituteurs, etc., tous assujettis à des règles différentes. De surcroît, le fait que la vaccination de bras à bras est progressivement abandonnée au profit du recours à la génisse vaccinifère inquiète quelques personnes déjà indisposées par la revaccination. Le rapport conseille par conséquent d’« atteindre ce but sans imposer aux familles la moindre mesure qui puisse revêtir un caractère vexatoire20». Le rapport final (qu’on peut lire ci-dessous), soumis à pléthore de dispositions, présente au final deux injonctions contradictoires : ne pas déroger à l’obligation vaccinale mais autoriser les parents à recourir à leur médecin de famille, ce qui leur permet – même s’il est officiellement indiqué que le certificat devra être authentique… – de bénéficier d’une marge de tolérance.

=> cliquez sur les flèches ci-dessous pour lire le document dans Gallica

 

En revanche, l’armée se démarque, pratiquant elle-même gratuitement à partir de 1831 la vaccination pour les jeunes recrues21, sans échappatoire possible. En 1891, le règlement est désormais le suivant, tenant compte des dernières avancées médicales :

Les médecins militaires sont tenus : 1° de vacciner ou de revacciner tous les jeunes soldats, dès leur arrivée, ainsi que les hommes des contingents antérieurs chez lesquels l’inoculation est restée stérile ; 2° de renouveler l’opération chez les sujets réfractaires, pendant les quatre mois qui suivent le premier essai ; 3° de vacciner ou de revacciner, dès leur arrivée, tous les hommes de la réserve, de l’armée territoriale, à la disposition, etc., à l’occasion des périodes d’exercices pendant lesquelles ils sont convoqués, à l’exception de ceux sur lesquels aura été opérée, depuis moins de huit ans, une vaccination ou une revaccination avec succès certain ; 4° de soumettre à la vaccination, en temps d’épidémie variolique, tous les hommes chez lesquels les inoculations antérieures seraient restées stériles et ceux dont la revaccination, suivie de succès, remonterait à plus de cinq ans22.

Cette vaccination obligatoire indispose sans doute quelques appelés sous les drapeaux, mais la peur de la censure et le mode de fonctionnement de l’armée23 semblent avoir généralement découragé la résistance. Toutefois quelques textes marquent le mécontentement comme cet article dans lequel Jules Denizet affirme (avant les découvertes de Pasteur) que faire mordre un chien par une vipère suffit à l’immuniser contre la rage24. Mêlant ensuite deux de ses détestations, la vaccination antivariolique et l’impôt sur les chiens, il déclare :

Des chiens auxquels le venin de la vipère a été inoculé n’ont jamais rien ressenti des morsures de chiens enragés.

M. Desmartis me semble dans le vrai quand il propose pour une inoculation un venin qui est un produit naturel, tandis que nos médecins vaccinopathes nagent en plein dans le faux quand ils nous inoculent le pus de la vache qui est un produit morbide.

Si cette méthode d’inoculation était admise, — de même qu’on exige de tout citoyen français un certificat de vaccine pour l’admettre à l’honneur de chair à canon ou à tout autre emploi —, chaque chien en allant relever sa cote chez le percepteur devrait fournir un certificat de vaccine ibérique. Alors, plus de muselière. Il n’est pas un chien qui, consulté à ce sujet, ne serait heureux d’acheter le repos de toute sa vie au prix d’une piqûre et de trois jours de maladie25.

Dans le billet précédent, nous avons vu que le résultat de la variolisation est porté sur le livret militaire, indication qui fait office de certificat, et contribue à la réflexion générale sur la manière dont on pourrait améliorer les certificats médicaux ou créer un carnet de vaccination. Les demandes ou tentatives de clarification dans la presse généraliste ou spécialisée montrent en effet que les modalités de délivrance et de conservation du certificat de vaccine sont loin d’être évidentes, comme cette réponse faite à un lecteur du Progrès de la Somme en 1899 :

Un enfant, qui entre en classe, a-t-il besoin d’un certificat de vaccination ?

Par qui doit-il être fait ? et faut-il le payer ?

Aux termes de l’article 2 du règlement des écoles primaires publiques, tout enfant dont l’admission y est demandée doit présenter à l’instituteur notamment un certificat de vaccination. Ce certificat doit émaner d’un médecin au choix de la famille, qui doit en supporter le coût si le conseil municipal ne vote pas les fonds nécessaires à ces sortes de dépenses26.

La question du droit de timbre est également récurrente. Il s’agit d’un impôt perçu notamment lors de l’établissement de papiers officiels, mis en place par la loi du 13 brumaire An VII (3 novembre 1798), qui prévoit que tout acte émis par un particulier dans un intérêt privé doit être soumis au timbre. Si la plupart des certificats médicaux y sont soumis, le certificat de vaccination peut y échapper … selon l’interprétation des textes et les décisions prises ponctuellement. Ainsi, les indigents en sont exonérés, ce qui explique vraisemblablement que le certificat de vaccine est parfois le seul papier qui puisse leur servir à justifier leur identité (voir billet précédent).

Le Journal amusant, 26 octobre 1895. Gallica, (BnF).

L’exemption du droit de timbre sur tous les certificats de vaccine, bien qu’évoquée par divers textes, ne semble pas avoir été systématique. On le constate à diverses reprises, notamment lors de décisions prises par des conseils généraux inquiets devant la recrudescence de cas de variole. C’est le cas, par exemple, dans la Somme en 1880 :

M. Fournier fait observer que les certificats de vaccine sont soumis au timbre ; il propose au conseil d’émettre un vœu pour supprimer cette formalité onéreuse qui pourrait nuire à la propagation de la vaccine.

Ce vœu, mis aux voix, est adopté. Le crédit pour la propagation de la vaccine, est ensuite voté27.

Si les journaux médicaux rappellent régulièrement que le certificat de vaccine ne devrait pas être soumis au timbre (voir ici, par exemple), la question se pose pourtant régulièrement et souffre dans son élucidation du mille-feuilles administratif que nous venons de voir. On en jugera par cette circulaire du Ministère de l’Agriculture et du Commerce envoyée aux préfets en 1877 :

Versailles, le 31 janvier 1877. Monsieur le préfet, Mon attention a été appelée sur l’intérêt qu’il y aurait à ce que les médecins fussent autorisés à délivrer, sur papier libre et sans frais, les certificats de vaccine demandés par les parents qui désirent obtenir le livret exigé par la loi du 19 mai 1874, pour faire admettre leurs enfants dans les ateliers et fabriques. J’ai soumis à M. le ministre des Finances cette question, dont la solution rentre dans ses attributions. Mon collègue rappelle dans la lettre qu’il vient de m’adresser à ce sujet, que la loi du 19 mai 1871 ne contenant aucune disposition qui exempte ces certificats de l’impôt du timbre auquel ils sont assujettis par application de l’article 12 de la loi du 13 Brumaire an VII, il ne lui est pas possible de créer, par voie d’instruction ministérielle, une exemption que n’a pas prévue la législation. Toutefois M. le ministre ajoute que les certificats d’indigence étant compris parmi les actes et documents exemptés du droit et de la formalité du timbre, en vertu de l’article 16 de la loi du 13 Brumaire an VII sur le timbre, un de ses prédécesseurs a décidé, le 12 août 1872, qu’il n’y avait pas lieu de soumettre au timbre les certificats de vaccine mentionnant l’indigence des individus auxquels ils sont délivrés. En conséquence, les certificats de vaccine nécessaires pour l’admission des enfants mineurs dans les ateliers et fabriques pourront être rédigés sur papier non timbré, à la condition de mentionner l’indigence des parents auxquels ils sont délivrés.

Je vous prie, Monsieur le préfet, de vouloir bien donner des instructions dans ce sens aux maires des communes de votre département, et m’accuser réception de la présente circulaire.

Recevez, Monsieur le préfet, l’assurance de ma considération très-distinguée. Le ministre de l’Agriculture et du Commerce,

Signé : Teisserenc de Bort. Pour expédition : Le directeur du Commerce intérieur, Dumontier28.

À la fin du XIXe siècle la complexité des règles qui régissent le certificat de médecine obligatoire crée une situation parfois ubuesque, soulignée par un journaliste :

Tout ce que l’État, les départements et les municipalités peuvent faire, c’est d’exiger le vaccin pour l’admission dans les établissements où l’entrée est facultative, mais là où celle-ci est obligatoire, il n’y a pas lieu, car outre que l’individu ne peut pas être constamment porteur d’un certificat de vaccin, dont la formule, l’authenticité et la forme ne sont pas déterminées, il est évident qu’au greffe de la prison, par exemple, on ne peut pas exiger la production d’un pareil document, car le prisonnier aurait tout intérêt à ne pas l’avoir, pour ne pas être incarcéré : on tomberait donc dans la drôlerie29.

Délivrer les certificats de vaccine : une contrainte non négligeable et perfectible selon les médecins

Les premiers pas des vaccinateurs officiels (sage-femmes, médecins, officiers de santé …) tiennent de l’épopée : manque de matériel, manque de budget qui les contraint à parfois payer de leur poche les affiches annonçant dates et lieux des vaccins, leurs frais de déplacement, etc., et plus rarement concurrence de bénévoles inexpérimentés (curés, nobles philanthropes). Peu à peu, la vaccination est organisée par les comités départementaux évoqués plus haut mais souffre toujours de finances insuffisantes. Très variés, souvent spontanés, du moins dans les premières décennies, les témoignages rédigés par les responsables des comités, nous livrent des informations sur le grand enthousiasme des médecins vaccinateurs qui croient en leur mission salvatrice mais doivent opérer dans des conditions complexes. Citons entre mille exemples le Dr Richard Pyot qui a vacciné 703 personnes dans le Jura, parcourant « pendant plus de trois mois consécutifs [en 1831], 28 communes, 14 hameaux, et un grand nombre de fermes et d’habitations isolées30».

Peu de médecins se sont opposés au vaccin au XIXe siècle. Pierre Darmon en a recensé 18 sur des milliers31. L’ouvrage le plus connu est le celui du docteur Henri Verdé-Delisle, De la dégénérescence physique et morale de l’espèce humaine, déterminée par le vaccin, publié en 1855, qui suscite nombre de lazzi chez ses collègues32 et dans la presse33 mais aussi quelques imitations, car s’il manque de rigueur scientifique dans ses démonstrations, il s’appuie néanmoins sur des accidents dont certains sont véridiques comme la transmission de maladies par la vaccination de bras à bras. Pour Verdé-Delisle et ses continuateurs34 l’humanité est physiquement et mentalement affaiblie par le recours au “bestial vaccin” – comprendre, pris sur la vache35. Verdé-Delisle réclame « la suppression de cette Contrainte, digne des temps barbares, qui livre d’autorité au vaccin tous les enfants36». Ce propos sert encore de slogan au congrès de la ligue internationale des antivaccinateurs37 qui se tient à Paris en 188038. L’antivaccinisme est alors l’apanage de quelques scientifiques, à l’occasion notamment du débat sur l’obligation vaccinale (voir plus bas), et a pour vecteur un journal médical, Le Réveil médical : journal international de médecine, de chirurgie et de pharmacie, paraissant le samedi, dirigé par le docteur Eugène Labbée, et publié en 1880-1881.

Dans la période étudiée, quelques médecins discutent également de l’utilité des certificats obligatoires tout en reconnaissant l’efficacité des vaccins. C’est le cas par exemple du docteur Paradis, doyen des médecins d’Auxerre, lors de la discussion sur l’influence de la vaccine au Congrès scientifique de France de 1858 (voir ici).

La délivrance des certificats de vaccine se heurte sur le terrain à des obstacles divers : il faut défrayer les vaccinateurs désignés par les autorités pour la réalisation du vaccin et la rédaction du papier, et garder une trace écrite des vaccinations et des résultats obtenus. Médecins et vaccinés doivent se revoir huit à douze jours après pour constater l’état des « boutons » de vaccination qui se développent au niveau des piqûres généralement opérées sur les bras, et attester que le vaccin a « pris » ou non.

Phases successives de la vaccination“, Article PEAU, Dictionnaire illustré de médecine usuelle/ par le Dr Galtier-Boissière,1913. Gallica (BnF).

Ce rendez-vous est fort compliqué à respecter dans les campagnes, les déplacements étant chronophages pour les vaccinateurs, notamment avant le développement du chemin de fer. Or les vaccinés ne sont pas toujours au rendez-vous, parfois oublieux, pris par leurs tâches, à la ville comme à la campagne, craignant aussi qu’on leur demande de prélever du vaccin sur leur enfant pour le donner à un autre, persuadés de la superstition qui veut qu’en pratiquant la vaccination de bras à bras on puisse affaiblir l’effet de la piqûre initiale. Dans les villes, la vaccination n’est pas non plus aisée. Le docteur Antoine Bulloz court chaque samedi la ville de Besançon, « de maisons en maisons, suivi de nourrices ou de pauvres femmes qui portaient des enfants sur leurs bras, cherchant des sujets à vacciner ou propres à transmettre le vaccin, poursuivant les récalcitrants jusque dans les réduits de la misère, suppliant les mères de laisser vacciner leurs enfants, menaçant les unes, payant les autres et ne recevant souvent, pour prix d’un si admirable dévouement, que de grossières injures39». Même si le trait est sans doute forcé pour montrer le dévouement héroïque du médecin, on conçoit que dans de telles circonstances l’établissement d’un certificat de vaccination ou la tenue d’un registre relève de l’exploit.

L’affaire se corse encore lorsque le corps médical, après force recherches et discussions, doit convenir que la revaccination est indispensable : les traces de variole ou d’un vaccin qui a « pris » ne suffisent donc plus, mais la population l’ignore parfois, voire se refuse à l’admettre, irrité du fait que le vaccin a une efficacité limité dans le temps. À l’inverse, lors des épidémies, les vaccinateurs débordés par les fortes demandes de vaccination (voir ce billet) ne sont plus suffisamment disponibles pour rédiger des certificats, ou tenir des registres détaillés des opérations effectuées.

Il arrive aussi que des médecins délivrent des certificats en accordant pleinement confiance (ou en feignant de ?) aux patients ou aux parents des enfants examinés. Dès 1803, le Règlement de la Maison d’Éducation pour les Orphelines, passage Saint-Paul à Paris, prévoit que « Nulle élève ne sera reçue que sur un certificat constatant qu’elle a eu la petite vérole, ou qu’elle a été inoculée du virus vaccin » et précise : « Dans le cas où une des élèves, admise sur un certificat délivré trop légèrement, se trouverait attaquée de la petite vérole elle sera remise à ses parents, si faire se peut, ou elle sera conduite au comité médical (Bureau central d’admission), pour être envoyée dans un hôpital40». Pour le docteur Nicolas-Philibert Adelon, « il n’est que trop commun de voir des médecins et des chirurgiens, distingués par leur savoir et leur habileté, avoir la faiblesse de donner des certificats de vaccine sur la simple déclaration des parents41».

D’autres s’agacent d’avoir à rédiger ce type de papier : c’est le cas d’un praticien charentais, le docteur Prosper Feniou42, qui en 1880 assortit ses certificats de notations mi-furibondes mi-humoristiques contre les services de vaccination et le préfet qui n’ont pas selon lui rempli leurs tâches.

=> pour mieux lire l’article, cliquez sur l’image ci-dessous

Le docteur Gustave Drouineau43 qui travaille en 1868 dans l’arrondissement de Marennes (Charente inférieure, aujourd’hui Charente-Maritime)) préconise quant à lui que tous les médecins puissent vacciner leurs patients et établir des certificats dont le modèle unique simplifierait la gestion administrative pour les praticiens comme les municipalités44 qui en reporteraient les résultats sur des registres.

Considérations générales sur la vaccine et les vaccinations, réponse à l’enquête vaccinale, par le Dr Gustave Drouineau, La Rochelle, 1868. Page 15. Gallica (BnF).

Considérations générales sur la vaccine et les vaccinations, réponse à l’enquête vaccinale, par le Dr Gustave Drouineau, La Rochelle, 1868. Page 16. Gallica (BnF).

Il est intéressant de constater que dans son souci de véracité, le médecin recycle pour édition un certificat qu’il a vraisemblablement établi. Un Victor Humbert, fils d’un cordonnier et d’une femme au foyer, a bien vu le jour le 28 septembre 1867 au Château-d’Oléron45.

Le 26 mars 1879, le docteur Aimé Riant dresse un bilan vibrant devant la Société de Médecine publique et d’hygiène professionnelle des insuffisances du certificat de vaccine et des améliorations à y apporter46. Selon lui, les médecins sont pleinement conscients du peu de valeur du certificat, notamment depuis que le recul a permis de constater que l’immunité liée à la maladie et aux vaccinations effectuées n’est pas pérenne. Il demande donc que les certificats soient délivrés par ceux qui ont procédé à la vaccination et non par d’autres médecins, que des renseignements précis y soient portés, et que le public soit informé que ce certificat n’apportant pas la garantie d’une protection durable, il faut se faire revacciner régulièrement.

Si les médecins ne s’accordent pas sur la nécessité du certificat, en tout cas lorsqu’il s’agit d’un papier délivré à la va-vite, sans réelle valeur médicale, ils semblent en revanche d’accord sur le fait que sa présentation doit être améliorée et uniformisée pour contribuer à l’éradication de la variole.

Maires et enseignant(e)s : exiger le certificat de vaccination sans l’exiger …

Le certificat médical attestant de la (re)vaccination variolique doit être présenté aux institutions qui le réclament, voire conservé. Nous venons de voir que ce certificat peut prendre des formes diverses (sur papier libre, avec timbre, pré-imprimé par une administration…) et qu’il peut être assez facilement falsifié ou imité, égaré, etc. Un soin particulier est conseillé à ceux qui doivent vérifier son existence, comme les instituteurs ou institutrices, et à ceux qui doivent garder trace du travail des vaccinateurs qui passent théoriquement une à deux fois par an dans les communes.

Les archives départementales de France. Manuel de l’archiviste des préfectures, des mairies et des hospices… par M. Aimé Champollion-Figeac, Paris, 1860. Page 84. Gallica (BnF).

 

On aura compris que l’enchevêtrement des responsabilités et législations précédemment évoqué rend la tâche complexe au XIXe siècle. S’y ajoute la proximité avec les populations locales qui fait que maires et enseignants préfèrent parfois garder sous silence le non-respect de l’obligation vaccinale pour les enfants plutôt que de s’exposer à un conflit47. En 1840, le docteur Ambroise Mordret dénonce incompétence et manque de motivation des maires et enseignants dans certaines communes de la Sarthe48. La même année, à Besançon, le docteur Antoine Bulloz évoque la tâche compliquée des vaccinateurs cantonaux49.

Nombre de rapports médicaux déplorent des certificats délivrés aux simples dires des patients, sans que la cicatrice de variolisation soit vérifiée, des instituteurs et des maires peu enclins à se brouiller avec des parents méconnaissant l’utilité du vaccin50, etc. Le docteur P. Jacquey, visitant les écoles de Lure (Haute-Saône) dans la décennie 1840, constate : « Il y a la vérité des règlements qui défendent aux instituteurs de recevoir dans les écoles des enfants non vaccinés ; mais, jusqu’à présent, la plupart des maîtres et des maîtresses s’y sont assez mal conformés, et les autorités locales n’ont pas tenu la main à leur exécution51». Puis il indique que les enseignants s’en tiennent assez souvent aux dires des parents et ne consignent de toute façon pas le contenu des certificats dans un registre ainsi qu’ils devraient le faire. Sa conclusion est plutôt pessimiste :

Principes d’hygiène appliqués à l’éducation primaire et à la construction des écoles / par P. Jacquey,… , Lure, 1845. Page 173. Gallica (BnF).

Ces constats sévères sont sans doute à nuancer. Pour d’autres observateurs, le certificat exigé est au contraire d’une grande efficacité.

L’Investigateur : journal de l’Institut historique, 1841, page 251. Gallica (BnF).

 

Les enseignants, comme les maires, semblent avoir surtout tenté de faire appliquer l’obligation, mais sans entrer en conflit avec les récalcitrants. Dès 1821, l’État inquiet devant le zèle de certains préfets, maires et vaccinateurs (voir billet précédent) donne en effet des consignes pour que les dispositions soient appliquées sans trop de sévérité. Le docteur Claude-Antoine Barrey, qui s’applique à démontrer les effets de la vaccine à Besançon et dans le Doubs, déplore cette circulaire ministérielle par laquelle on retire « aux Préfets l’ordre de faire exiger des certificats de vaccine pour les écoles, sous prétexte que ce moyen était assez connu pour laisser aux parents le soin de préserver leurs enfants, sans les forcer52». Il fait référence à la circulaire du « Conseiller d’État chargé de l’administration générale des hospices aux Préfets en septembre 1821 » qui ne mentionne que les établissements de bienfaisance, mais a une application plus large puisqu’il figure dans l’article « VACCINE» du Manuel théorique et pratique des préfets, des sous-préfets et des maires (1822) ou bien encore dans le Dictionnaire de l’administration départementale, ou Recueil raisonné des lois, arrêtés, décrets, ordonnances (1823)…

Extrait de l’article “VACCIN” du Dictionnaire de l’administration départementale, ou Recueil raisonné des lois, arrêtés, décrets, ordonnances… concernant les attributions du ministère de l’intérieur et les attributions mixtes des ministères de la justice, des finances… dans leurs rapports avec l’administration des départements par Péchart, Paris, 1823. Gallica (BnF).

L’application des textes dans les départements, dans les communes, dépend d’une somme de variables : des conseils départementaux enclins ou non à investir des fonds dans des campagnes de vaccination, des maires prêts ou non à avertir leurs administrés de la venue des vaccinateurs, des instituteurs et institutrices vérifiant ou non les certificats, et du zèle des vaccinateurs. Ainsi, un jeune médecin suscite chez ses collègues un étonnement teinté d’admiration par son obstination à appliquer la législation à sa disposition dans des communes héraultaises en 1853 :

Le seul fait que je croie devoir y signaler, c’est le mauvais vouloir ou l’incurie qui prive encore tant de familles du bienfait de la vaccine dans l’Hérault, notamment à Cette, où la répugnance est absolue. Dans ce département, comme dans plusieurs autres, l’autorité, sans droit pour imposer l’exécution d’une mesure qui touche à la liberté privée, est contrainte de chercher à l’obtenir par des moyens indirects, en en faisant, par exemple, la condition de certains avantages accordés aux familles par l’administration municipale. Le procédé le plus simple et le plus efficace a été d’exiger un certificat de vaccine pour l’entrée dans les écoles publiques. Un des vaccinateurs du département, M. Massaloup, a prêté secours sur ce point à l’administration avec un zèle qu’on n’accusera pas de tiédeur, ni de timidité. Sans mandat régulier, de son propre mouvement, il s’est mis à parcourir les écoles du canton de Mèze, visitant un à un les élèves, menaçant instituteurs et institutrices de peines disciplinaires, voire de destitution, s’ils soustrayaient le moindre des écoliers à l’empire du vaccin. M. Massaloup est partisan de la maxime : La fin justifie les moyens, et s’il y a lieu de penser qu’il en a poussé loin l’application dans la circonstance, ce n’est pas à nous à l’en blâmer53.

Il n’est donc pas surprenant que dès les années 1820, la France soit à nouveau confrontée à de sévères épidémies. Le corps médical, dans sa grande majorité, préconise deux leviers : la pédagogie, et l’obligation vaccinale. Ainsi, en 1878, les instituteurs délégués à l’Exposition universelle sont invités à écouter des conférences. Le docteur Aimé Riant leur prodigue une leçon sur l’hygiène à l’école et leur dit toute la défiance qu’il éprouve face à des certificats de vaccine délivrés au vu de cicatrices anciennes, ne présageant pas nécessairement d’une bonne protection. Et de marteler :

Si le certificat indiquait la date de la vaccine, on pourrait conjecturer si l’enfant qui le présente est ou non exposé à prendre la variole, et à la communiquer. Veut-on faire de cette obligation banale, trompeuse, dangereuse du certificat de vaccine, tel qu’il est admis aujourd’hui, une mesure sérieuse et réellement préservatrice : il faut exiger un certificat donnant la date de l’opération, et signé non du premier médecin venu, mais de l’opérateur […] En attendant croyons peu aux certificats de vaccine, et revaccinons beaucoup54.

Les différents doutes exprimés par les uns et les autres s’interpénètrent et finissent sans doute par brouiller le message délivré au grand public. La séance qui suit se déroule en 1880 au Conseil général de la Somme mais on en trouve l’équivalent dans tous les départements :

M. Danzel d’Aumont demande à l’administration préfectorale d’appeler, par la voie du Bulletin administratif, l’attention des maires sur la nécessité d’employer toute leur influence pour propager la vaccine et encourager la vaccination.

M. de Rambures objecte que les médecins sont loin d’être d’accord sur les propriétés du vaccin que quelques-uns d’entre eux considèrent comme un poison. Il y a donc lieu de ne pas rendre la vaccine obligatoire et de laisser la plus entière liberté aux parents.

M. Duquesnel fait observer qu’il suffirait, pour propager la vaccine, que, dans chaque école, l’instituteur exigeât de ses élèves un certificat de vaccination.

M. le Préfet dit que le nouveau règlement de l’instruction primaire donne satisfaction au vœu formulé par M. Duquesnel ; mais M. de Butler objecte que l’instruction primaire n’étant pas obligatoire, nombre d’enfants ne seront pas vaccinés dans les campagnes.

M. le préfet réplique qu’il ne s’agit pas là d’un service départemental et que l’administration ne peut que faire appel au zèle des médecins vaccinateurs55.

Rendre la vaccination obligatoire et, de fait, le certificat de vaccine obligatoire ?

Le levier de la persuasion et de la pédagogie est employé tout au long du XIXe siècle. Très tôt des brochures spécifiques sont rédigées comme en 1819 Le Père Thomas, ou Entretiens familiers sur les faux préjugés contre la vaccine56. Revues, imprimés, dictionnaires, dans leur grande majorité évoquent favorablement et recommandent la vaccination antivariolique. L’obligation du certificat en certaines circonstances est rappelée dans ces textes sans être contestée.

Le clergé catholique offre généralement son soutien à la vaccination. Ainsi lors d’une importante épidémie dans le Morbihan en 1888-1889 (6000 cas et plus de 2000 morts), le docteur Langlais souligne que ses recommandations ont été largement amplifiées à Cléguérec : « Des centaines d’enfants les ont apprises par cœur à l’école et les ont récitées dans leurs familles ; elles ont été lues en chaire deux dimanches consécutifs et traduites en breton : le maire les a publiées lui-, même et commentées devant la foule après les offices à l’église ; enfin, les gendarmes s’assurent dans les villages et dans le bourg que tant de bouches n’ont pas complètement prêché dans le désert57».

Mais selon les rapports des médecins, la pédagogie ne semble pas suffire, non plus que la publication des chiffres des épidémies dans les colonnes des journaux. Si les gouvernements successifs préfèrent la semi-obligation, nombre de médecins réclament régulièrement une vaccination obligatoire pour parvenir à l’éradication de la variole. L’un des premiers est le docteur François-Emmanuel Fodéré. Celui que l’on considère aujourd’hui comme le père de la Médecine légale pose dans son Mémoire sur la petite vérole vraie et fausse et sur la vaccine (1826) que les gouvernements « en leur qualité de modérateurs suprêmes » doivent imposer la vaccination, car « en laissant une liberté illimitée, en fait de choses nuisibles, comme l’est la petite vérole, c’est faire tout le contraire de ce qui est l’essence de la liberté sociale, puisque celui qui en est attaqué s’expose à nuire à un grand nombre de ses concitoyens, ce qui est une grande injustice58». Il s’appuie sur les exemples étrangers d’obligation vaccinale considérés comme réussis dans les années 1820 (Autriche, Danemark) pour préconiser l’obligation en Europe, assortie d’une réclusion provisoire des malades contagieux. Cette position est celle le plus souvent suivie par les médecins partisans de la vaccination obligatoire au XIXe siècle. Les discussions entre médecins sur la nécessité ou non d’imposer l’obligation vaccinale redoublent lorsqu’ils débattent en 1839 du bien-fondé de la revaccination :

Les gouvernements qui se sont succédé en France, depuis l’introduction de la vaccine, ont reculé, à tort peut-être, du moins c’est là l’opinion de plusieurs des médecins de cette catégorie, devant le projet de promulgation d’une loi qui eût rendu la vaccination obligatoire pour tous les citoyens. Imaginerait-on d’en faire une pour contraindre les vaccinés à se faire revacciner après vingt ans, après quinze ans, ou tous les dix ans59?

Les demandes itératives de l’obligation vaccinale d’une partie des médecins dans les rapports et séances de discussion dépassent rarement le cercle scientifique. En effet, les pouvoirs politiques français qui ont craint d’emblée une réaction forte de la population à l’obligation vaccinale sont confortés dans leur opinion par les troubles qu’elle contribue à entraîner dans d’autres pays. Cette crainte est visible à tous les niveaux. Ainsi, en 1866, le conseil général du Gers n’approuve pas un vœu émis par le conseil d’arrondissement de Lectoure au motif que :

Un membre du Conseil d’arrondissement de Lectoure a proposé d’émettre le vœu que nul enfant de l’un ou de l’autre sexe ne soit admis dans aucune école ni institution publique ou privée, sans être porteur d’un certificat régulier de vaccination.

Un autre membre a fait observer que cette mesure pourrait contrarier les partisans de l’instruction obligatoire, puisqu’un enfant obligé, d’un côté, d’aller à l’école ne pourrait, d’un autre côté, y être admis s’il n’est vacciné, de telle sorte qu’on arriverait fatalement à la vaccination obligatoire, mesure à laquelle les esprits les plus audacieux n’ont pas encore pensé. Malgré cette observation judicieuse, le Conseil d’arrondissement a adopté le vœu.

Votre Commission, Messieurs, partage l’opinion du second membre du Conseil d’arrondissement de Lectoure ; elle croit, d’ailleurs, que les populations ont compris suffisamment l’importance de la vaccination pour qu’il ne soit pas nécessaire de les stimuler par des mesures coercitives60.

Plusieurs projets de vaccination obligatoire sont examinés au Parlement et rejetés sans que l’opinion y prête attention. La première proposition (à lire ici) qui suscite véritablement l’intérêt est celle du docteur Eugène Monteils Pons61, médecin à Florac (Lozère), car elle suscite un débat autour de la notion de liberté, notamment celle du père de famille, en plein Empire libéral. C’est en effet le docteur et sénateur Henri Conneau, médecin personnel de Napoléon III, qui objecte à Monteils-Pons :

L’Angleterre, cette terre classique de la liberté, que tout le monde propose comme modèle en fait de liberté individuelle, voit le père de famille soumis à la plus vexatoire des obligations, celle de faire pratiquer sur son enfant une opération qu’il peut croire nuisible ou dangereuse pour la santé de ce qu’il a de plus cher au monde. Il en est de même en Allemagne. Nous ne croyons pas qu’on puisse imposer en France une loi semblable. L’instruction obligatoire n’y a point trouvé de chauds partisans, et cependant tout le monde convient qu’il est utile et avantageux que l’instruction soit généralisée et devienne le patrimoine de tous les Français. Comment pourrait-on espérer de rendre populaire une loi aussi antipathique à nos sentiments de famille que celle qui est proposée ?

À une époque comme la nôtre, où tout le monde invoque la liberté en tout et pour tout comme le plus grand, le plus enviable des biens, où elle est réclamée par l’écrivain, par le professeur, par le penseur, pourrions-nous proposer une loi qui annulerait la liberté la plus chère, la plus sacrée, la liberté du père de famille, la liberté de diriger comme il l’entend l’hygiène et l’éducation de ses enfants ? La répulsion pour la vaccination n’est point chose rare ; on a vu même des médecins attribuer à cette pratique des inconvénients qu’ils croient très-sérieux. Il faut que la vérité se fasse place d’elle-même, qu’elle s’insinue par la persuasion, non par la contrainte et par la force. Nous faisons des vœux pour que la vaccine triomphe de toutes les répulsions, et que toute résistance soit vaincue ; mais nous ne pouvons donner notre adhésion à une mesure coercitive, qui porte atteinte aux droits et aux sentiments du père de famille62.

En Angleterre, l’obligation vaccinale (1853) déclenche rapidement des ardeurs antivaccinales. L’opposition aux vaccins ne prend un véritable essor en France que dans les années 1880, lors de débats parlementaires remarqués sur l’obligation vaccinale (voir plus bas). Les découvertes de Pasteur, impliquant de recourir à divers vaccins dont la composition éveille la méfiance, confortent ensuite les antivaccinistes français dans leur refus, sans que le mouvement prenne la dimension qu’il a alors dans d’autres pays.

Maurice Radiguet, “Institut vaccinal universel“, Le Pêle-Mêle, 11 février 1900. Gallica (BnF).

 

Nombreux sont les édiles et médecins qui tentent de trouver des moyens supplémentaires de vacciner de nombreuses personnes. Les idées fusent tout au long du siècle : obliger les locataires à fournir un certificat de vaccination63; prévoir une case pour le tampon attestant de la vaccination sur l’acte de naissance ; etc., etc. Néanmoins deux idées prévalent au cours du siècle chez les médecins pour éradiquer la variole : isolement total des varioleux ; vaccination et revaccination gratuites et obligatoires pour tous.

La « loi Liouville » : discussions en tous genres

La loi sur la (re)vaccination obligatoire est tout près d’être adoptée lorsque le docteur Henri Liouville la porte en 1880. Professeur de médecine, ce député de la Meuse, est un républicain, ancien secrétaire de Gambetta. L’annonce de son futur texte, en pleine épidémie variolique au mois de février 188064 suscite immédiatement des oppositions politiques. Au cœur de ce débat se trouve la question de « la liberté du père de famille », invoquée notamment par les opposants à Jules Ferry, lequel est en train de travailler à un ensemble de lois sur l’instruction gratuite, laïque et obligatoire. Par exemple, La Presse du 27 mars 1880 publie un article intitulé « L’État médecin » dans lequel un parallèle est dressé entre Ferry et Liouville : « Après M. Ferry, qui surveille la santé de l’âme ; voici M. Liouville, qui veut soigner la santé du corps. Avec M. Ferry et M. Liouville, si la France dépérit, c’est qu’elle y mettra de la mauvaise volonté65 ». Le même jour, Le Rappel se moque de ceux qui invoquent la liberté du pater familias :

Au nom de la liberté des pères de famille, réclamera-t-on le droit sacré, non-seulement de laisser prendre la petite vérole à leurs propres enfants, ce qui serait déjà un peu vif, mais aussi le droit également sacré de la communiquer aux autres, ce qui semblera sans doute excessif à bien des gens ? Les personnes habituées à soutenir qu’il est licite de ne rien apprendre du tout aux enfants, de laisser dans les plus épaisses ténèbres de l’ignorance un esprit qu’un peu de culture aurait fécondé, et dont quelque grande idée serait peut-être sortie, ces personnes ne seront pas embarrassées pour démontrer que la santé du corps, pas plus que la santé de l’esprit, ne doit être soumise à la réglementation de l’État66.

Le 20 mars, Liouville présente à ses collègues députés la loi qu’il a conçue. Il en expose les motifs puis le texte67. Ce dernier est court, étant destiné à être remodelé et précisé. Notons que le « certificat de vaccine » devient le « bulletin de vaccine », car Liouville prévoit un carnet à souche :

Le Temps, 15 mai 1880. Gallica (BnF).

Sitôt publié, le projet de loi réactive le débat entre partisans de « l’obligation civique » et personnes revendiquant leur liberté d’opinion68. Ce débat innerve les discussions qui suivent, et la production du « bulletin de vaccine » en est le symbole.

Les hygiénistes encouragent l’initiative au Congrès d’Hygiène de Turin69 durant lequel Liouville fait appel aux témoignages des membres de pays où la vaccination est déjà obligatoire. À une « immense majorité », les congressistes votent un projet demandant que la loi impose dans tous les pays l’obligation de la vaccination et des revaccinations70. En juin, le docteur Prosper de Pietra Santa, fondateur de la Société française d’hygiène, adresse des observations aux députés pour les éclairer sur le projet Liouville71.

Le 24 juin 1880 , le docteur et député Félix Mougeot présente un rapport favorable à la proposition de Liouville72. Une commission est donc nommée en juillet pour examiner le projet, dont le rapporteur est le docteur Louis Joachim Le Maguet. Le projet est déjà grandement modifié, puisqu’il ne prévoit plus qu’une seule revaccination avant l’âge de 21 ans. En revanche, un pas important est franchi avec la mention « pour les personnes des deux sexes avant l’âge de vingt et un ans » (voir ici). Examiné le 7 mars 1881 par la Chambre, le texte ainsi modifié entraîne l’opposition d’un certain nombre de députés, notamment sur les bancs de la droite. Le comte de Maillé, royaliste, interrompt la lecture pour s’écrier : « Tout sera bientôt obligatoire, même la liberté !», bientôt imité par un autre député qui demande si la purgation va être obligatoire. Benjamin Raspail, député de gauche, est également très critique, parlant de violation de la liberté individuelle. Enfin, le baron Félix Hippolyte Larrey, ancien médecin de Napoléon III, dit toute sa confiance en la vaccination antivariolique mais s’effraie devant l’obligation et sollicite l’éclairage de l’Académie de médecine73, à laquelle il appartient.

Il faut alors pas moins de cinq longues séances à l’Académie de médecine, très embarrassée par la situation, pour délivrer sa prise de position :

Séance du 3 mai 1881“, Bulletin de l’Académie nationale de médecine, 1881, page 570.

Les interminables escarmouches ayant préludé à cette conclusion sont rapportées avec délices par la presse médicale comme la presse généraliste74 qui s’étonne que les académiciens ont tout autant parlé (voire davantage) de la question des libertés que du point de vue strictement médical.

Le projet Liouville doit alors faire l’objet d’une deuxième lecture à la Chambre. Mais comme le dit pudiquement le docteur Apollinaire Bouchardat, académicien hygiéniste, s’adressant en août 1881 au préfet dans une lettre accompagnant une copie du rapport remis au Conseil d’hygiène : « La multiplicité des travaux des derniers mois n’a pas permis à la Chambre des députés, qui vient de se séparer, de reprendre la discussion de la loi Liouville sur la vaccination et la revaccination obligatoires75». Faut-il croire Le Matin qui croit savoir en 1885 que ce sont les antivaccinateurs qui ont « combattu et fait remettre dans les cartons le projet de loi Liouville en France76» ? Pierre Giffard donne même dans Le Figaro les noms des hommes politiques qui se seraient laissés convaincre :

C’est alors que le docteur Boëns, indigné, groupe autour de lui les médecins antivaccinateurs de sa connaissance, crée la Ligue universelle et se rend à Paris avec ses collègues.

Reçus par MM. Grévy, Ferry, Constans, au palais de l’Elysée, ces messieurs protestent contre le projet Liouville avec une énergie telle que M. Grévy se met en travers du projet, – M. Ferry aussi, M. Constans aussi. Ce dernier, toujours diplomate, dit aux médecins antivaccinateurs :

Je suis heureux de voir cette mauvaise loi s’enfouir dans les cartons. Les Français ont déjà bien assez de machines obligatoires (sic) sans leur fourrer encore la vaccination.

Et la loi est repoussée, et la France, dit M. Boëns, est sauvée d’une calamité grâce à la Ligue nouvelle77.

En tout cas, la « loi Liouville » est bel et bien oubliée, et le « bulletin de vaccine » ne remplace donc pas le « certificat de vaccine », lequel dans ce contexte croissant d’opposition à la (re)vaccination obligatoire devient un des symboles aux yeux des antivaccinateurs de « l’État fouille-au-pot » :

Et puis, en mettant à part la question de l’État fouille-au-pot, il s’agirait encore de savoir si la vaccination sera plus obligatoire qu’elle ne l’est maintenant, le jour où ce sera écrit dans le Code. Aujourd’hui, on exige des certificats de vaccination partout, — les médecins en savent quelque chose, eux qui ont à les délivrer. On en exige des parents à l’entrée des enfants dans les écoles ; on en exige des conscrits à l’arrivée au corps. Mais l’instruction, mais le service militaire, ne sont-ils pas maintenant obligatoires pour tous ? Et alors la vaccination n’est-elle pas, par le fait, obligatoire aussi ? Vous me direz peut-être qu’il y a encore des petits malheureux qui échappent à l’instruction obligatoire. Mais, pour ceux-là, il y a des affiches à la porte des mairies, leur promettant quarante sous s’ils viennent se faire vacciner78.

Les médecins ne baissent pas pour autant les bras, luttant pour que la vaccination devienne gratuite et soit par conséquent facilitée, et continuant leurs efforts de vulgarisation et de pédagogie. La gratuité de l’enseignement primaire (16 juin 1881) et la « loi du 28 mars 1882 sur l’enseignement primaire obligatoire » entraînent mécaniquement la pleine (ou presque ?) vaccination des nouvelles générations. Lorsque la revaccination devient obligatoire en milieu scolaire (voir plus haut) en 1888, le docteur Pierre Lardier indique : « nous pouvons donc dire que la vaccination est de fait, actuellement, obligatoire en France, bien qu’elle ne soit légalement pas encore obligatoire ». Mais dans le même rapport, le médecin déplore que dans son département des Vosges la revaccination ne soit pas pour autant appliquée (voir ce billet)… Ces constats expliquent que l’article 6 de la « Loi du 15 février 1902 ayant pour objet la protection » de la santé publique » passe quasi inaperçu :

“Article 6 “, Loi du 15 février 1902 ayant pour objet la protection de la santé publique, Recueil des principales lois d’intérêt général délibérées par la Chambre des Députés et devenues définitives pendant le cours de la législature / préparé par les soins du secrétaire général de la présidence… , 1902. Gallica (BnF).

Après un décret du 27 juillet 1903 qui pose les conditions dans lesquelles doivent s’opérer les séances de vaccination, une circulaire du 25 janvier 1907 (qu’on peut découvrir ici) indique les modalités d’application de la loi. Ces textes font toujours du certificat de vaccination la pièce maîtresse des vérifications. La circulaire de 1907 contient de surcroît une disposition spécifique sur le « danger de propagation de la variole par les étrangers et les nomades tels que mariniers, marchands ambulants, saltimbanques, forains, etc., qui, grâce à leurs déplacements incessants, peuvent échapper aux obligations légales dont ils sont passibles comme aux mesures préventives qu’exigent leurs conditions spéciales d’existence79». Si la presse n’évoque pas de défaut de certificats en milieu scolaire, en revanche, dans la presse des années 1920 et 1930, il n’est pas rare de trouver des entrefilets sur les parents n’ayant pas fait vacciner leurs nourrissons ou sur les marchands ambulants non vaccinés (voir ici), les peines allant des amendes à l’emprisonnement. Henri Danjou publie même en 1921 dans L’Homme libre, le journal de Georges Clemenceau, un article intitulé « Il faut choisir : ou se faire vacciner ou aller en prison80».

=> Cliquez sur les textes de la galerie ci-dessous pour mieux les voir

Il n’est donc pas surprenant que le certificat de vaccine demeure (voir billet précédent) assimilé à un papier d’identité dont l’exhibition rassure les autorités. Le thème continue à amuser la presse. Dans le dessin d’humour ci-dessous, en 1904, une femme cycliste se voit demander son certificat de vaccination par un agent de police. Et  selon un autre journal satirique (voir ci-dessous), pour obtenir la future carte d’identité, le certificat de vaccination sera indispensable !

=> Cliquez dans le cadre ci-dessous pour mieux voir l’image dans Retronews

Bogilas, “La nouvelle carte d’identité“, Le Journal amusant, 1er octobre 1921. Gallica (BnF).

Les premiers carnets de santé contiennent (ou non !) une partie vaccination, et les parents sont libres de les acheter ou pas. Dans celui-ci, publié en 1898, figurent des conseils, les adresses parisiennes pour se faire vacciner et des certificats de (re)vaccination. Les carnets de santé scolaires sont ensuite expérimentés à divers endroits (par exemple, dans les écoles de Lyon en 1910), l’idée étant que la gestion du carnet de santé soit partagée entre parents, médecins scolaires et instituteurs. Le « carnet national de santé » est institué par décret en 194281.
On notera enfin que les premiers « passeports sanitaires » français datent de 189082. Ils ont pour but de certifier que les voyageurs examinés ne présentent pas de symptômes du choléra qui sévit alors en Espagne et leur permet de se déplacer jusqu’à une commune où le maire, prévenu par lettre, doit exercer une surveillance. Ces « passeports sanitaires » ne comportent pas de mention de vaccination, les vaccins contre le choléra datant du XXIe siècle.

A la frontière espagnole“, Bulletin de l’Association des dames françaises / Croix-rouge française. Juillet 1890. Gallica (BnF).

 

=> Pour aller plus loin, en plus des ouvrages et articles déjà cités, on pourra lire ou écouter entre autres :

– la bibliographie élaborée par le Département Sciences et techniques de la BnF : “Épidémies depuis 1900 – Retour sur l’émergence de nouvelles maladies aux XXe et XXIe siècles
– les différentes émissions en podcast de France Culture qui ont porté sur la variole et/ou le vaccin
– les différentes émissions en podcast de France Inter, comme :
* Le vif de l’histoire : Les résistances aux vaccins

– Claudine Marenco, ” ‘Majeur et vacciné’: idéologie et prévention”, Sciences sociales et santé. Volume 2, n°3-4, 1984,  p. 135-165.

– Lion Murard et Patrick Zylberman, L’hygiène dans la République : la santé publique en France ou l’utopie contrariée : 1870-1918, Fayard, 1986.

– Françoise Salvadori et Laurent-Henri Vignaud, Antivax, la résistance aux vaccins du XVIIIe siècle à nos jours, Vendémiaire, 2019.

– Victor Vasseur, “Vaccination obligatoire”, à Marseille, une vieille affiche d’une campagne gouvernementale de 1905 retrouvée“, France Inter, janvier 2022.

Citer ce billet : Agnès Sandras, "Le ‘certificat de vaccine’ : un papier indispensable au XIXe siècle (2/2)," in L'Histoire à la BnF, 16/02/2022, https://histoirebnf.hypotheses.org/12885, [consulté le 29/06/2022].

L’image du bandeau provient de l’article “Vaccinons !” de La Jeunesse illustrée du 29 mars 1908.

  1. Instituée en 1798, la conscription masculine prévoit un tirage au sort entre ceux qui effectuent leur service et ceux qui ne l’effectuent pas. À partir de 1872, tous – sauf exemption médicale – doivent faire leur service. Voir Frédéric Maguet, « La conscription au XIXe siècle », Histoire par l’image. []
  2. Pierre Darmon, La longue traque de la variole – Les pionniers de la médecine préventive, Perrin, 1986, p.199. []
  3. Ibid. []
  4. Cité par H. Bazin, “Les membres du Comité Central de Vaccine, une poignée d’hommes qui ont bien mérité de leur patrie, et même de l’humanité“, Bulletin de l’Académie nationale de Médecine, 2001, 185, no 4, p.749-765. []
  5. Rappelons que la méthode de l’inoculation a précédé celle de la vaccination. []
  6. Il s’agit du duc François de La Rochefoucauld- Liancourt. Ce philanthrope œuvre inlassablement pour la vaccine. Un intéressant tableau de Constant Desbordes montre une vaccination publique et gratuite en 1801 au château de Liancourt. Voir ici. []
  7. Voir Rapport sur la vaccine, ou Réponse aux questions rédigées par les commissaires de l’École de médecine de Paris, sur la pratique et les résultats de cette nouvelle inoculation en Angleterre par le Docteur Antoine Aubert, Paris, 1900. []
  8. Sur ces expérimentations, voir Mathieu Corteel, « Prospectives statistiques de la vaccine », dans Le hasard et le pathologique, sous la direction de Corteel Mathieu, Paris, Presses de Sciences Po, p. 57-81. []
  9. Rapport du Comité central de vaccine, établi à Paris par la société des souscripteurs pour l’examen de cette découverte, Paris, 1803. []
  10. Rapport fait au nom de la commission nommée par la classe des sciences mathématiques et physiques [de l’Institut national] pour l’examen de la méthode de préserver de la petite vérole par l’inoculation de la vaccine, Paris, Baudouin, imprimeur de l’Institut national, 1803. []
  11. On pense notamment à René-Nicolas Desgenettes qui vaccine son fils en 1802, et s’inocule en Égypte la « fièvre bubonneuse » alors qu’il est médecin en chef de l’armée d’Égypte … Voir Pierre-Yves BEAUREPAIRE, « René-Nicolas Desgenettes », Histoire par l’image [en ligne]. []
  12. Voir par exemple Pierre Chapon, Traité historique des dangers de la vaccine ; suivi d’Observations et de réflexions sur le rapport du Comité central de vaccine, Paris, 1803. []
  13. ORDONNANCE portant Création de l’Académie royale de médecine“, décembre 1820. []
  14. Voir le “Rapport sur les vaccinations pratiquées en France …“, présenté par l’Académie de Médecine, Paris, 1823. []
  15. Le premier ministère de l’hygiène, de l’assistance et de la prévoyance sociales est créé en 1920. Voir Murard Lion, et Patrick Zylberman, « Mi-ignoré, mi-méprisé : le ministère de la santé publique, 1920-1945 », Les Tribunes de la santé, vol. no 1, no. 1, 2003, p. 19-33. []
  16. Voir Jacques Léonard, La médecine entre les pouvoirs et les savoirs: histoire intellectuelle et politique de la médecine française au XIXe siècle, Paris, Aubier, 1981. []
  17. Loi du 19 mai 1874 sur le travail des enfants et des filles mineures employés dans l’industrie –Bulletin de l’Assemblée nationale, XII, B. CCIV, n°3094. []
  18. Voir Karen Fiorentino, « Protéger l’enfant ouvrier. La loi du 19 mai 1874, une « législation intermédiaire » ? », Revue historique, 2017/2 (n° 682), p. 327-358. []
  19. RAPPORT  présenté par M. VAILLANT, au nom de la 4e Sous-Commission (1) du Comité du budget et du contrôle, sur l’art. 5 du chap. XIX des Dépenses du budget de 1891 (Inspection médicale. —Revaccination des élèves des écoles communales), 1892. []
  20. Ibid. Page 6. []
  21. Voir Les Maladies du soldat, étude étiologique, épidémiologique, clinique et prophylactique, par A. Marvaud, Paris, F. Alcan, 1894. Page 328 : “D’après l’article 120 du Règlement du 1er avril 1831, les médecins militaires étaient chargés de vacciner les hommes présents au corps qui, faute de traces matérielles de variole ou de vaccination, paraissaient susceptibles de cette dernière opération ; ils devaient avoir toujours du vaccin à leur disposition, pour pouvoir vacciner immédiatement et en toute saison les jeunes soldats, à leur arrivée au corps”. []
  22. Ibid., page 332. []
  23. Voir Mathieu Marly, Distinguer et soumettre. Une histoire sociale de l’armée française (1872-1914), Presses universitaires de Rennes, Rennes, 2019. []
  24. Plus tardif, un dessin du journal des tranchées Le Mouchoir montre en mars 1916 le major vaccinant de manière expéditive. Voir ici. []
  25. J. Denizet, “La Rage“, Le Peuple français16 mai 1870. L’ouvrage de Desmartis auquel il fait allusion est le suivant : Emploi des différentes espèces de genêt en médecine ; du “genista tinctoria” contre la rage, de la scoparine, de la spartéine, par Louis P. Desmartis (père), Bordeaux, 1853. La “vacccine ibérique” est sans doute une allusion erronée au fait que la première génisse vaccinifère a été ramenée de Naples. []
  26. Le Progrès de la Somme, 20 octobre 1899. []
  27. Séance du conseil général de la Somme, 17 août 1880. Le Progrès de la Somme18 août 1880. []
  28. L’Union libérale, 16 février 1877. Sur les certificats d’indigence, voir ici. []
  29. “Questions du jour”, La Liberté1 octobre 1891. En réalité, dès mai 1865, les préfets ont reçu de la direction de l’administration pénitentiaire une lettre les incitant fortement (voir ici) à (re)vacciner les détenus qui lors de leur entrée en prison ne l’ont encore jamais été ou depuis trop longtemps, de même que le personnel. []
  30. Académie nationale de médecine, Rapport sur les vaccinations pratiquées en France … , 1832, p. 22. []
  31. Pierre Darmon, op.cit. []
  32. Voir par exemple le long compte-rendu qu’en fait le docteur Charles Anglada dans la Revue thérapeutique du Midi : journal de médecine, de chirurgie et de pharmacie pratiques, p. 298 et suiv. []
  33. Voir notamment “À vous grêlés, couturés et faces d’écumoire” dans Sous les Orangers d’Alphonse Karr, 1859, p. 105 et suiv. []
  34. Voir Essai d’une bibliographie sommaire et raisonnée de la vaccine, ou Revue rapide des principaux écrits, travaux et discussions sur cette maladie, depuis Jenner jusqu’aux dernières expériences de MM. Lafosse, H. Bouley et Chauveau,… par A. Maygrier, 1865, page 23. On pourra repérer d’autres titres hostiles à la vaccination antivariolique grâce à la notice “variole” de data.bnf.fr, ici. []
  35. L’expression est du docteur A. Bayard, dans “La vaccine“, La France médicale : historique, scientifique, littéraire, 4 janvier 1869. []
  36. De la dégénérescence physique et morale de l’espèce humaine, déterminée par le vaccin par le Dr Verdé-Delisle, 1855, page 250. []
  37. Cette ligue est fondée par le médecin belge Hubert Boëns. Voir Bernard Desmars, « Boëns, Hubert », Dictionnaire biographique du fouriérisme, notice mise en ligne en décembre 2019. []
  38. Voir Le Réveil médical : journal international de médecine, de chirurgie et de pharmacie, 25 décembre 1880. []
  39. Notice historique sur le docteur Bulloz“, Séances publiques de l’Académie de Besançon, 1845. []
  40. Code administratif des hôpitaux civils, hospices et secours à domicile de la ville de Paris…., Tome 2, Paris, 1824. Page 467. []
  41. Dictionnaire abrégé des sciences médicales dirigé par Nicolas Adelon, Volume 15, 1826, page 380. []
  42. Le docteur Prosper Feniou a bien existé. Il vit à Cognac en 1872 selon le recensement. Il est né à Moulidars (Charente) en 1840, s’est marié à Angoulême et est mort en 1882, d’après les registres d’état-civil de la Charente. Connu pour ses opinions républicaines, c’est aussi un polygraphe qui écrit poésies et articles médicaux – voir ici. []
  43. Né en 1839 à La Rochelle, il y meurt en 1921. Le docteur Drouineau est un infatigable polygraphe. Voir ici sa notice dans DataBnF et son dossier de légion d’honneur ici. []
  44. Considérations générales sur la vaccine et les vaccinations, réponse à l’enquête vaccinale, par le Dr Gustave Drouineau, La Rochelle, 1868. []
  45. Etat-civil du Château-d’Oléron, Archives départementales de Charente-Maritime. Victor Humbert est typographe en 1906 à Lyon, selon le Recensement de 1906, Archives départementales du Rhône. []
  46. Cette séance est rapportée par La Revue d’hygiène et de police sanitaire, 1879, n° 01. []
  47. Les éventuelles sanctions sont, sauf erreur de ma part, encore peu documentées par un recours aux archives. []
  48. RAPPORT DES VACCINATIONS PRATIQUÉES PENDANT L’EXERCICE DE 1839 ; PAR M. MORDRET, DOCTEUR-MÉDECIN ET DIRECTEUR DES OPÉRATIONS VACCINALES DU DÉPARTEMENT DE LA SARTHE“, Bulletin de la Société d’agriculture, sciences et arts de la Sarthe, 1840. []
  49. Rapport sur l’épidémie de petite vérole qui a régné à Besançon et dans plusieurs communes du département pendant l’année 1840 / par M. le Dr Bulloz, 1841. []
  50. Cette dimension ne doit pas être ignorée. Si l’école et la presse se rangent massivement derrière la volonté d’instruire les populations des effets encourageants de la vaccination, il existe alors encore une part de la population qui n’a pas nécessairement accès à l’information. Le docteur Smith, lors de l’épidémie de variole de 1870, déclare dans le numéro du 30 mai de La Gironde : ” Nous pouvons affirmer, de notre côté, que pas un des variolés qui se sont présentés à l’hôpital n’était vacciné. Lorsqu’on leur demande les motifs de cette indifférence, ils répondent qu’ils n’ont pas eu le temps de se faire vacciner, qu’ils ne savaient pas. Ce dernier motif allégué nous amène à faire un pressant appel aux patrons, aux propriétaires de garnis, etc., pour qu’ils engagent leurs ouvriers, leurs clients à se faire vacciner. Beaucoup sont des gens qui vivent au jour le jour, péniblement, de leur travail, ne savent pas lire, et s’inquiètent peu de la variole et de ses dangers, de la vaccine et de son utilité. Le jour où le mal les frappe, ils sont tout étonnés, tout démoralisés, souvent affaiblis et malades. Que voulez-vous que puisse la médecine contre ces varioleux ?… Rien. Ils périssent alors qu’un seul bouton de vaccine les eût sauvés.” []
  51. Principes d’hygiène appliqués à l’éducation primaire et à la construction des écoles / par P. Jacquey,… , Lure, 1845. Page 171. []
  52. Histoire impartiale de la vaccine, ou Appréciation du bien qu’on lui attribue et du mal qu’on lui impute : mémoire par Cl.-Ant. Barrey, 1831. []
  53. Dr A. Dechambre, à propos du Rapport sur l’état de la vaccine dans le département de l’Hérault pendant 1853, par le Dr Dumas in la Revue des sociétés savantes de la France et de l’étranger, juillet 1860, p.162-163. Le dossier de légion d’honneur – voir ici – d’Auguste Eleuthère Massaloup permet de contextualiser l’action de ce jeune médecin, né en 1831 à Mèze d’un instituteur. []
  54. Les conférences pédagogiques faites aux instituteurs délégués à l’Exposition universelle de 1878, Paris, 1880, page 275. []
  55. Séance du conseil général de la Somme, 17 août 1880. Le Progrès de la Somme18 août 1880. []
  56. On peut en lire un compte-rendu dans le Nouveau journal de médecine, chirurgie, pharmacie, etc. []
  57. Compte-rendu des épidémies, des épizooties et des travaux des conseils d’hygiène du Morbihan… , par le Dr Alfred Fouquet, 1890. []
  58. F.E. Fodéré, Mémoire sur la petite vérole vraie et fausse et sur la vaccine, 1826, page 113. []
  59. Rapport sur les vaccinations pratiquées en France, 1839, page 179. []
  60. Rapports et délibérations / Département du Gers, Conseil général, Séance du 29 août 1866. Page 81. []
  61. Il en raconte la genèse et explique son point de vue dans Histoire de la vaccination, recherches historiques et critiques sur les divers moyens de prophylaxie thérapeutique employés contre la variole…, par le Dr Eugène Monteils- Pons, 1874. []
  62. La médecine au Sénat“, La France médicale : historique, scientifique, littéraire, 4 janvier 1868. []
  63. “Académie des Sciences – Revue du mois de novembre 1839”, L’Expérience : journal de médecine et de chirurgie, 4 juillet 1839. On peut lire ici le résumé des propositions de M. Castéra, Sur les moyens d’éteindre la petite-vérole en France. []
  64. Annonce du préfet de police au conseil municipal de Paris, 15 février 1880. Voir ici. []
  65. “L’Etat médecin”, La Presse, 27 mars 1880. []
  66. A. Gaulier, “La liberté des parents“, Le Rappel, 27 mars 1880. []
  67. “Annexe au procès-verbal de la séance du 20 mars 1880. Proposition de loi tendant à rendre obligatoires la vaccination et la revaccination. Présentée par M. Henry Liouville, député”, Impressions : projets de lois, propositions, rapports, etc. 1880. []
  68. L’Ecole des communes ou Bulletin des lois et ordonnances développées… à l’usage des maires, juin 1880. []
  69. Sur ces congrès internationaux d’hygiène, voir Anne Rasmussen, « L’hygiène en congrès (1852-1912) : circulation et configurations internationales », in Patrice Bourdelais (dir.), Les hygiénistes : enjeux, modèles et pratiques (XVIIIe-XXe siècles), Paris, 2001, p. 213-239. []
  70. Montpellier médical : journal mensuel de médecine, 1880, p. 365. []
  71. La Presse, 18 juin 1880. []
  72. Rapport sommaire fait au nom de la 19e commission d’initiative parlementaire chargée d’examiner la proposition de loi de M. Liouville tendant à rendre obligatoire la vaccination et la revaccination, par M. Mougeot,député”, Annales du Sénat et de la Chambre des députés, 5 juillet 1880, page 19. []
  73. Discussion de la proposition de M. Liouville sur la vaccination obligatoire“, Journal officiel de la République française. Débats parlementaires. Chambre des députés : compte rendu in-extenso, 7 mars 1881, pages 437 et suiv. []
  74. Voir par exemple Le Voltaire du 6 mai 1881. []
  75. Le Soleil, 27 septembre 1881. []
  76. ANTIVACCINATION – LE QUATRIÈME CONGRÈS DES ANTIVACCINATEURS A CHARLEROI -, Le Matin, 27 juillet 1885. []
  77. Pierre Giffard, “Le Congrès de Charleroi“, Le Figaro, 28 juillet 1885. []
  78. Maurice Sainte-Foy, “De la vaccination“, Le Soleil, 3 janvier 1890. []
  79. Bulletin officiel annoté de tous les ministères : lois, décrets, circulaires, instructions/ Administration communale et départementale , février 1907, page 35. []
  80. Henri Danjou, ” Il faut choisir : ou se faire vacciner ou aller en prison “, L’Homme libre, 27 janvier 1921. []
  81. En 1939, le 29 janvier, les députés votent la proposition de loi de M. Bernex – voir ici. En mai, les préfets reçoivent une circulaire sur le carnet de santé du Ministre de la Santé publique – voir ici. En 1942, sous le régime de Vichy, le “carnet national de santé” est institué par le maréchal Pétain, voir ici. []
  82. Voir Joëlle M. Abi-Rached, “Covid-19 : « L’idée du “passeport sanitaire” n’est pas nouvelle, mais au XIXe siècle, son but était tout autre », Le Monde, 12 février 2021. []

Agnès Sandras

chargée de collections en histoire de France au département Philosophie, histoire, sciences de l'homme

More Posts


Vous aimerez aussi...

1 réponse

  1. 28/02/2022

    […] Sandras, “Le ‘certificat de vaccine’ : un papier indispensable au XIXe siècle (2/2)“, carnet de la recherche à la BnF, 2022. A compléter avec… tous ses autres textes sur la […]

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search