Traces éphémères : une pétition de Filles de joie en 1830 (1)

Les Rendez-vous de l’Histoire de Blois donnent depuis quelques années une carte blanche à la BnF, ce qui permet de proposer plusieurs conférences. Nous vous proposons d’en retrouver certaines sur le Carnet l’Histoire à la BnF, en complément des captures audio réalisées lors du festival.

On les a nommées « filles de joie », « filles publiques », filles ou femmes « sensibles ». Les termes sont nombreux, en ce premier XIXe siècle, pour qualifier les prostituées.

Les « filles de joie » constituent un objet de recherche tout à fait passionnant, pour qui s’intéresse aux « sans-voix », aux oubliés. On s’attend à les croiser dans les papiers émanant des autorités – policières ou hospitalières. Nous les retrouvons bien sûr dans les œuvres littéraires et artistiques : Coralie dans les Illusions perdues de Balzac, Fantine dans Les Misérables de Victor Hugo… Mais elles ont laissé aussi des traces fugaces de leurs voix personnelles, à travers des documents occasionnels, qui seront au cœur de nos interrogations.

Cette série de billets prend sa source dans la présentation,  aux Rendez-vous de l’Histoire de Blois, d’une conférence, intitulée originellement « Traces éphémères : les femmes au travail dans le fonds des Recueils. L’exemple des Filles Publiques1». Il nous a semblé intéressant de compléter et d’enrichir cette intervention. À l’instar du travail fait par Agnès Sandras pour le colloque organisé par Criminocorpus autour des complaintes criminelles2, il nous a paru pertinent de montrer comment il est possible de tirer toute la substance d’un document éphémère, de le critiquer, et de le replonger dans son environnement de production.

Une pièce étrange par sa date et son isolement au sein d’un recueil

Au sein des collections du service Histoire se trouve un fonds bien particulier : les Recueils3.

Constitués sous l’impulsion de Léopold Delisle à partir du Second Empire, ils regroupent, dans des domaines très divers, beaucoup de documents. En fait, tous ceux qu’on estimait indignes d’un traitement à la pièce, comme pour les livres. Il a donc été décidé de cataloguer en lots des documents gratuits, éphémères ou dont on considérait l’intérêt comme ténu, tels que des tracts, des dépliants, des faire-part…  Le fonds des Recueils regroupe essentiellement des imprimés datés de la Restauration à nos jours (quelques documents remontant au XVIIe siècle).

Les documents qui ont été catalogués après 1958 sont généralement regroupés par entité éditrice : un grand magasin, une marque automobile etc… Ils sont aisés à reconnaître dans le Catalogue général : leur cote comprend toujours les deux lettres WZ :

Exemple : http://ark.bnf.fr/ark:/12148/cb33940416n

Les documents étant fort variés, parfois atypiques, il a parfois été décidé de créer des regroupements thématiques. C’est le cas du recueil qui nous intéresse aujourd’hui :

Notice de recueil

Type(s) de contenu et mode(s) de consultation : Texte noté : sans médiation

Titre(s) : [Recueil. Prostitution. Tract] [Texte imprimé]

Publication : [Lieux divers] : [éd. divers], 1975-

Description matérielle : Formats divers

Note(s) : Comprend aussi : une pétition datée de 1830

Sujet(s) : Prostitution — Aspect politique

Notice n° : FRBNF36696442

Identifiant de la notice au format public : ark:/12148/cb36696442k.public

Localiser ce document (1 Exemplaire)

1 Tolbiac – Rez-de-jardin – magasin

4-WZ-13316. (1975- …) support : livre

Le recueil « Prostitution, tracts » regroupe d’après sa notice des documents postérieurs à 1975, ce qui semble parfaitement logique : c’est dans les années de libération sexuelle que se sont multipliées les actions militantes des « travailleurs et travailleuses du sexe ». Cependant, dans la zone de notes, figure une très curieuse mention : « comprend aussi : une pétition datée de 1830. »

“Aux ministres !!! Nouvelle pétition des filles publiques de Paris, tendant à obtenir de LL. EE. la révocation de l’ordonnance attentatoire à leur liberté, et rendue contre elles par M. le Préfet de police, basée sur des motifs non encore énoncés ; rédigée par Mlle Elisa C… ; approuvée et signée par près de trois cents de ses compagnes ». Paris, chez les libraires du Palais-Royal et les marchands de nouveautés. 1830. Bibliothèque nationale de France, Département Philosophie, histoire, sciences de l’homme. Recueils. Cote : 4-WZ-13316.

Une pièce bien isolée, dont manifestement on n’a su que faire. Elle porte un numéro de don en 1997, et une estampille assez ancienne à l’encre violette, avec la mention « Bibliothèque de Chartres ». Le  « L » au crayon au crayon de papier en haut à gauche indique une orientation vers le Service de l’Histoire de France. Quant à l’autre mention manuscrite, « Autran », il est impossible de trouver une explication. En cherchant au titre, dans le catalogue général, on se rend vite compte que la pièce figurait déjà dans les collections d’histoire de France, sous la cote 8-Li5-123, et qu’un autre exemplaire se trouvait à la Réserve des livres rares, dans un recueil de pièces (à ne pas confondre avec le fonds des Recueils) coté SMITH LESOUEF R-2434 (3).

Il y a non seulement un doublon de notices au catalogue général, les deux exemplaires cités ci-dessous n’étant pas tout à fait catalogués de la même manière, mais aussi un triplon : une notice (voir ci-dessous et ici) où figure la mention : « notice en attente de catalogage », et pour laquelle il n’y a aucun exemplaire rattaché…

Le catalogue professionnel nous apprend que la notice n’a pas été modifiée depuis 1997, ce qui est parfaitement cohérent avec le numéro de don (1997000337) de notre pétition isolée… qui sans aucun doute aurait dû être accrochée à cette notice.

Deux hypothèses s’offrent dès lors  à nous:

  • Le bibliothécaire qui a fait l’acquisition par don en 1997 a fini par se rendre compte qu’il avait entré un document qui figurait déjà deux fois dans les collections. Il a en quelque sorte glissé la pétition « sous le tapis » en l’orientant vers le fonds des Recueils.
  • Plus vraisemblablement le document s’est égaré lors du déménagement (et de la disparition sous sa forme originelle) de l’ancien service de l’Histoire de France et s’est alors retrouvé avec le fonds des Recueils qui avait rejoint le nouveau service Histoire.

En tout cas, une fois arrivée dans le fonds des Recueils, notre pétition a rejoint l’ensemble déjà constitué consacré à la prostitution. Mais le bibliothécaire a bien vu que le document était différent du reste du contenu du recueil. Il a donc ajouté une note au catalogue. Il n’a cependant pas jugé nécessaire de changer les bornes chronologiques dans les zones de dates.

En conclusion, que penser de ce choix de traitement documentaire ? Pour ce document en double, le fait de le signaler de deux manières différentes, comme un livre, et comme pièce d’un recueil, augmente les chances pour un lecteur intéressé de le trouver. C’est la manière la plus satisfaisante de valoriser ces documents occasionnels  : dans ce cas précis, la pétition  ne se trouve que dans deux bibliothèques selon le catalogue collectif de France (CCFr), la BnF et la Bibliothèque historique de la ville de Paris.

 

Description éditoriale du document :

 Il s’agit d’un petit cahier de 16 pages, correspondant à une feuille chez l’imprimeur, pour réaliser cet octavo. Le nom de l’imprimeur figure sur la dernière page du cahier : « Imp. de Poussin4».

La rue de la Tabletterie se trouvait entre les rues Saint-Denis et des Lavandières Sainte-Opportune. Elle a été détruite par ordre du baron Haussmann pour le percement de la Rue des Halles.

L’imprimeur produit beaucoup d’occasionnels, de chansons, et des journaux. Par exemple :

La Méduse. Bibliothèque nationale de France. Département Philosophie, histoire, sciences de l’homme. Cote : LC2-1238.

=> cliquez sur les flèches ci-dessous pour feuilleter l’ouvrage dans Gallica

 

  • Lettre à un ami. (Signé : Constans. 15 septembre 1833.) Publication : (Paris,) : impr. de Vve Poussin, (s. d.). On y mentionne la veuve Poussin5, au 2 rue Mignon, la typographie semble faite avec le même matériel.

Le titre de notre document est : « Aux Ministres ! ! ! Nouvelle pétition des filles publiques de Paris, tendant à obtenir de LL. EE. la révocation de l’ordonnance attentatoire à leur liberté, et rendue contre elles par M. le Préfet de police, basée sur des motifs non encore énoncés ; rédigée par Mlle Elisa C… ; approuvée et signée par près de trois cents de ses compagnes ». Vendu 75 centimes, il porte pour adresse sur la page de titre, « Paris, chez les libraires du Palais-Royal et les marchands de nouveautés. 1830 ».

Une association nommée « libraires du Palais-Royal » a bien existé à la fin du XVIIIe siècle, après le réaménagement des bâtiments par le Duc de Chartres. Le nom réapparaît en 1814, et se trouve utilisé épisodiquement jusque vers 1860, plutôt pour de la littérature à caractère sinon contestataire, tout au moins polémique. Autant dire qu’il s’agit sans doute, dans le cas qui nous concerne, d’un éditeur fictif, ce qui nous incite à nous tourner vers l’imprimeur, comme véritable responsable de cette publication.

Seraient vendus « chez les mêmes libraires » :

Dans les ouvrages « pour paraître incessamment » et annoncés :

  • Projet d’un nouveau règlement, concernant les filles publiques et les maisons de prostitution : en le cherchant au catalogue général de la BnF, on découvre que ce titre a bien paru, chez les « Libraires du Palais-Royal, et imprimé par Poussin (voir ici)
  • Abus et intrigues des filles publiques et maisons de prostitution de Paris, dévoilés : aucune trace au catalogue général de la BnF, ni au CCFr
  • Histoire amoureuse et véridique des marchandes de modes de Paris, par l’auteur des Amours et intrigues des Grisettes : aucune trace ni au catalogue général, ni au CCFr, mais si on recherche « amours et intrigues des grisettes », on trouve qu’il s’agit sans doute d’un ouvrage d’un certain J.B. Ambs-Dalès.  Les amours et intrigues des grisettes ont connu une réédition en 1830 chez Roy-Terry. L’ouvrage porte deux mentions d’imprimeurs : à Metz, chez  E. Hadamard, et à Paris chez Béraud. Si le nom de Roy-Terry apparaît bien, la page de titre comporte la mention « Librairie Française et étrangère, dont l’adresse est identique à celle du libraire. Du même auteur, les Nouvelles amours et intrigues des marchandes de modes des grisettes et des filles de joie par un praticien pourraient être, avec une variante de titre, l’ouvrage annoncé dans notre pétition. L’ouvrage, bien publié en 1830, porte comme mention d’édition « Lerosey, libraire, Palais-Royal ». Malheureusement, pas de mention d’imprimeur cette fois.

Regardons donc les éditions autour de 1828-1830 des œuvres de ce médecin au nom bien balzacien, Morel de Rubempré6.

On trouve toujours, pour les titres publiés par Morel de Rubempré, la même constellation d’éditeurs, libraires et imprimeurs : la Librairie Française et étrangère, Terry (parfois indiqué sous le nom Roy-Terry), Cosson, Béraud, Vassal, Tardy, Mansut, Sétier. Tous ceux-là sont parisiens, mais on note cependant deux imprimeurs plus éloignés, Hiard, à Meulan, et Hadamard, à Metz.

Le texte de la pétition

« Aux Ministres.

Nouvelle pétition des filles publiques.

Messeigneurs,

Une de mes compagnes d’infortune a dernièrement adressé à M. Le Préfet de police une pétition où se trouvent consignés quelques-uns des effets résultant de l’ordonnance qui nous proscrit. Comme cette pétition ne tend à l’amélioration de notre triste existence qu’en se fondant sur les torts qu’elle produit à une classe de commerçants, et que d’ailleurs M. le Préfet n’a pas jusqu’à présent jugé convenable d’y faire droit, je prends la liberté de vous soumettre les considérations morales que j’ai puisées dans ma solitude. Que le mot de morale dans ma bouche ne vous étonne point : le malheur nous inspire quelquefois ; et, quoique dans notre triste position il faille abjurer tout sentiment de pudeur, une longue expérience et la fréquentation des hommes, réveillent en nous des réflexions parfois si pénibles, qu’elles nous laissent deviner la vertu en nous dégoûtant de nous-mêmes et de ceux que nous recevons.

L’ordonnance nous met au séquestre et nous prive de la vue du soleil qu’on avait jusqu’ici disputée qu’aux malfaiteurs. C’est un fâcheux privilège que de vivre sous l’autorité de M. Mangin7! Ses prédécesseurs, du moins, avaient eu quelque pitié de nos misères ; ils avaient senti que des femmes dont l’industrie fut tolérée jusqu’à ce jour, et dont la faiblesse a été souvent protégée par eux contre la brutalité, ne pouvaient tout-à-coup devenir coupables au point qu’on dût mettre le comble à leur infortune, en les arrachant à la liberté : aujourd’hui, la dépravation des filles publiques a payé pour l’immoralité de certains hommes ; l’aridité du cœur a trouvé grâce devant les agents de la police ; mais, les vices qui sont nés d’une mauvaise éducation, d’une nécessité urgente, parfois de la coquetterie, de la paresse même, ceux-là sont punis de la prison, et d’une prison perpétuelle : c’est l’absolu du pouvoir ; et, mieux que personne, vous le savez, Messeigneurs, l’absolu en toute chose est bien près du ridicule.

Quoi qu’il en soit, nous voilà cloîtrées, forcées, pour nos besoins ou nos menus plaisirs, auxquels vraiment nous ne saurions tout de suite renoncer, de prendre les dehors d’une femme honnête. Cela peut sans doute convenir à certaines gens qui veulent de la chasteté à tout prix. Cependant, en sera-t-il de même pour d’autres qui, d’ailleurs fort pudiques, ont les manières tellement affectées, la tournure si légère, qu’on les prendrait… Vous frémissez, Messeigneurs ! Que sera-ce donc en apprenant qu’une jeune personne innocente, et dont le seul tort était de ne pas savoir régler sa marche, a été dernièrement victime de la méprise de nos argus, et conduite sous bonne escorte au corps de garde de la rue de Lafeuillade8. Elle n’y est restée que cinq minutes, il est vrai, mais cinq minutes, n’est-ce pas déjà fort raisonnable quand on se trouve en si digne compagnie ? Ce fait m’a été rapporté par une amie ; je souhaite qu’elle se soit trompée ; mais l’aventure fût-elle fausse, ce qui n’a pas eu lieu pourrait bien arriver, et jugez de l’effet, si pareille chose survenait à une grande dame possédant un nom, des titres, que sais-je ?

On dit encore, voyez la calomnie, que la mesure pudibonde n’a été adoptée que pour donner à un éminent personnage, pendant son séjour à Paris, une opinion favorable des mœurs de la capitale : à son départ, le pavé de Paris nous serait rendu. Cette petite fourberie nous consolerait presque. Ne sommes-nous pas toujours faciles et de bonne composition. Un moindre mal amène l’oubli d’un plus grand ; et des arrêts d’un mois, tant injustes soient-ils, ne pèsent rien auprès d’une captivité dans terme.

Le cas échéant, j’oserai pourtant faire observer à vos Excellences que c’est exploiter l’arbitraire à bon marché. Moi, pauvre d’esprit, j’ai peine à concevoir que, pour satisfaire un vain amour-propre, vous ayez pu sacrifier la liberté de 25.000 de mon espèce. L’honnête M. Mangin, seul, s’est donc trompé. Il a cru ajouter à l’éclat d’une réception, en dérobant pendant quelques jours aux regards de l’illustre visiteur ce que celui-ci est à même de voir à toute heure chez lui. La flatterie est de mauvais goût ; on pourrait l’envisager comme une critique, et vous, Messeigneurs, ne sauriez, en conscience, l’approuver.

Toujours est-il que si notre mauvaise étoile a inspiré M. le Préfet de police, et que l’ordonnance ait pour but l’anéantissement complet des filles publiques, je vous supplie d’en calculer toutes les conséquences ; jetez les yeux autour de vous, voyez les hommes corrompus qui fourmillent dans toutes les classes de la société, et dites si un père de famille peut dormir avec tranquillité. Les passions brutales s’éteignent auprès de nous, elles se fortifient en notre absence ; et une femme sage, constamment aux prises avec les insinuations d’un pervers, aura-t-elle toujours la force de résister ? Croyez-en celle qui jadis fut honnête aussi, l’inexpérience et la perfidie m’ont seules perdue. Depuis, j’ai fait de bien pénibles études ; j’ai subi des épreuves si rudes, qu’il m’est bien permis de vous faire partager mes craintes sur ce qu’il y a de plus pur. L’infamie se cache souvent sous les dehors les plus heureux ; l’ombre lui convient à merveille, et le fanal de la maison de tolérance suffit pour l’écarter de nous, qui en avons l’habitude, et qui depuis longtemps sommes résignées à supporter tous les dégoûts. Cependant, l’infamie ne peut s’éteindre par ordonnance de police, dans le cœur de ceux qui en sont atteints. Les passions ont toujours leurs cours, et la difficulté de les assouvir amène l’irritation. A défaut de plaisirs faciles, on s’attachera avec plus d’acharnement au succès d’une conquête dont notre abandon grossissait encore les difficultés ; on pourra compter les victimes, et pour dernier résultat, le déshonneur restera gravé sur le front d’un vieillard, peut-être, qui jusque-là avait toujours marché tête levée.

Après des considérations aussi puissantes, je n’hésite point à vous dévoiler encore les secrets de notre avenir. Ils seront de quelque poids pour engager vos Excellences à une décision nouvelle.

Notre position est intolérable : on a voulu la rendre telle. Pour nous affranchir, il n’est qu’un moyen, nous sommes disposées à l’adopter. Un commerce quelconque, en nous rendant à la liberté, nous facilitera la continuation d’un métier qui nous faisait vivre, et le seul que nous puissions exercer avec avantage. Nous recevons dans nos boutiques, les habitués le savent, les étrangers comprendront facilement nos gestes et notre mise. La Police prétendra-t-elle alors exercer sur nous sa surveillance spéciale ? Elle ne le pourra pas ; nous vivrons sous un régime commun, et les droits de visite même seront perdus pour elle. Une femme atteinte d’une maladie honteuse la propagera impunément, et la syphilis, qui commençait à disparaître de France, prendra une extension telle, qu’en dépit des ordonnances de M. Mangin, il sera bien difficile d’en arrêter les progrès.

La morale publique, Messeigneurs, devant, comme toute bonne morale, être d’accord avec l’humanité, j’ose espérer que vous voudrez bien donner une désapprobation formelle, et faire rapporter une mesure qui s’écarte de tous sentiments de pitié. Mes compagnes, signataires avec moi, attendent tout de cette démarche : flétries par l’opinion, bannies du monde, que peuvent-elles en espérer ? Cependant elles n’ont jamais été ingrates : en s’adressant à vous, elles croient se rendre utiles à la société qui les repousse, elles se plaignent et redoutent de se venger.

Je suis avec respect, Messeigneurs, de vos Excellences, la très humble servante,

Élisa C***, Passage Saint-Guillaume, n°10. »

Suit une liste de 258 filles signataires, indiquant leur nom, et leur adresse.

Voici les faits dénoncés par le texte : à l’occasion d’une visite importante à Paris, le préfet de police Mangin aurait promulgué une ordonnance interdisant la présence des filles de joie sur la voie publique. Il semblerait que la pétition adressée ici ne soit pas la première…

A la recherche de l’ordonnance perdue…

Premier réflexe du bibliothécaire, quand il s’agit de retrouver un texte réglementaire : vérifier au catalogue s’il n’y en a pas une édition. En l’occurrence pour la préfecture de la police, il existe un recueil célèbre : la Collection officielle des ordonnances de police depuis 1800 jusqu’à 1844 / imprimée par ordre de M. Gabriel Delessert,… publiée entre 1844 et 1874. Gabriel Delessert, lui-même préfet de police de 1836 à 1848, est l’instigateur de cette publication précieuse.

Claude Mangin est préfet de police du 13 août 1829 au 30 juillet 1830. Il suffit donc de dépouiller la collection éditée sur cette période (voir ici).

Malheureusement, l’ordonnance concernant les filles publiques  n’est mentionnée nulle part.

La presse peut souvent nous en apprendre beaucoup. La recherche du terme « filles publiques » dans plusieurs titres aujourd’hui numérisés et qui existaient sous la Restauration sera-t-elle fructueuse ?

  • Dans Le Pirate, revue hebdomadaire de la littérature et des journaux, numéro du 2 mai 1830 : « Mercredi. M. Debelleyme9 avait commencé à empêcher la circulation des filles publiques dans les rues, et, jusqu’à présent, M. Mangin avait laissé cette mesure incomplète. Il paraît qu’il se détermine enfin à suivre en cela l’exemple de son prédécesseur ». Il semblerait en effet que quelque chose se trame du côté de la préfecture de police.

    Le Pirate, revue hebdomadaire de la littérature et des journaux, 2 mai 1830. Gallica (BnF).
  • Le 6 mai 1830, dans La Semaine, « une ordonnance de police, qui n’a pas été rendue publique, et qui a déjà été mise à exécution, interdit la circulation des filles publiques, à compter du 1er mai ».
La Semaine, 6 mai 1830. Gallica (BnF).

Manifestement, le journaliste n’a pas vu le texte, mais il semble savoir qu’il est déjà appliqué.

  • Dans Le Globe, journal politique, philosophique et littéraire, quotidien, dans le numéro du 6 mai 1830 :

Un arrêté de M. le préfet de police, concernant les filles publiques, vient d’être mis à exécution : aucune fille publique ne pourra, ni de jour, ni de nuit, circuler dans Paris. Des maisons de tolérance seront établies dans divers quartiers : au-devant de la porte sera placé un réverbère portant le numéro de la maison et, dit-on, le nom de la rue.

Voilà qui semble confirmer la pétition. Il s’agirait d’un arrêté et non d’une ordonnance, encore que le journaliste ici non plus ne semble pas avoir vu le texte, comme le « dit-on » le laisse penser. Précision d’importance, le texte règlementaire serait le prélude à l’instauration des maisons closes, ces établissements où les prostituées étaient recluses sous l’autorité d’une mère maquerelle. Le but évident était de faciliter les contrôles de police et les inspections sanitaires. La mère maquerelle jouait également le rôle de surveillant.

Pour la petite histoire, la presse permet également de savoir qui est ce prestigieux visiteur, pour lequel, d’après la pétition, le préfet de police aurait tenté de cacher les filles de joie : il s’agit du prince Léopold de Saxe-Cobourg et Gotha, juste choisi pour porter la couronne de Grèce, qu’il refusera, avant de devenue le roi des Belges Léopold 1er.

Avant de se tourner vers les archives, une dernière requête au catalogue général nous permettra peut-être d’identifier d’autres publications de 1830, en lien avec cette affaire des filles publiques. La pétition semble indiquer qu’au moins un texte avait précédé sa publication. La recherche au catalogue général suit principalement deux axes, à partir des cotes sous lesquelles notre pétition a été enregistrée dans les collections (voir ici le billet aide à la recherche en Histoire).

L’exemplaire de la Réserve des livres rares, porte la cote Smith-Lesouef R-2434 (3). On peut émettre l’hypothèse que les pièces portant d’autres sous-cotes que (3) seront en lien avec notre affaire d’ordonnance.

L’exemplaire coté dans le fonds général porte la cote 8-Li5-123. En regardant les cotes voisines dans le catalogue de l’Histoire de France, on peut raisonnablement penser trouver des textes proches, s’il y en a eu (voir ici le billet sur les recherches dans le catalogue de l’histoire de France).

Le résultat des deux recherches est plus que probant ! Pas moins de vingt-deux publications sont directement liées à l’ordonnance du préfet.

=> Pour les voir cliquer ici

Deux remarques : 51 exemplaires pour 22 textes différents : on note les pièces rentrées par le dépôt légal, cotées ici Li5, Ye, ou R, et celles provenant de grands dons, Le Senne ou Smith-Lesouef. Dans des cas marginaux ici il y a eu acquisition ou don isolé.

6 documents sur 22 sont numérisés et accessibles dans Gallica, d’où le danger de fonder uniquement un corpus sur les sources en ligne (voir ici les billets “Gallica pour les historiens”). Cela va sans dire, mais l’expérience a pu montrer que cela allait mieux en le disant !

La grande abondance de publications autour de l’ordonnance nous amène à cette hypothèse : il y a bien eu un texte émanant de la préfecture de police interdisant aux filles publiques de circuler, ou en tout cas il y a eu une rumeur persistante et de nombreuses personnes ont cru cette rumeur.

A priori, les textes réglementaires émanant de la Préfecture de police se trouvent dans les archives de l’institution, qui forment un service propre. Mais un simple regard dans l’inventaire sommaire des fonds laisse très peu d’espoir : « Il est à noter que la plupart des archives antérieures à 1871, à l’exception notable des registres d’écrou des prisons parisiennes de l’Ancien Régime (série AB), ont été détruites lors des incendies de la Commune10 ». En y regardant de plus près, il ne reste que des épaves des archives de la Préfecture de police entre le Premier Empire et 1870.

À défaut de bénéficier d’une source primaire à ce stade, il ne reste plus qu’à espérer qu’il demeure une source secondaire, un ouvrage proposant le texte de l’ordonnance, ou confirmant de manière plus officielle son existence.

Le miracle « Parent-Duchatelet »

Avec les débuts des études hygiénistes dans les années 1830, de nombreux médecins commencent à se préoccuper de questions sociales. Le rapport du Docteur Villermé sur les conditions de travail dans les filatures est bien connu (voir ici). Pour la prostitution, existe un document équivalent :

De la prostitution dans la ville de Paris, considérée sous le rapport de l’hygiène publique, de la morale et de l’administration : ouvrage appuyé de documens statistiques puisés dans les archives de la Préfecture de police / par A.-J.-B. Parent-Duchâtelet,… ; précédé d’une notice historique sur la vie et les ouvrages de l’auteur, par Fr. Leuret, 1836.

Il en existe trois éditions, 1836, 1837 et une troisième édition fortement enrichie publiée en 1857 (les trois sont accessibles sur Gallica. Pour l’édition de 1857, tome 1 :  et tome 2.).

Alexandre Jean-Baptiste Parent du Châtelet (ou Parent-Duchâtelet, 1790-1836) se destine très vite à une carrière d’hygiéniste. Ses premiers travaux d’importance sont consacrés aux égouts de la capitale, en 1824. Il passe ensuite à la question de la prostitution, sur laquelle il enquête pendant presque huit années.

Portrait de Parent-Duchâtelet figurant au frontispice de l’édition de De la prostitution dans la ville de Paris, considérée sous le rapport de l’hygiène publique, de la morale et de l’administration, 1857. Gallica (BnF).

Il est bien sûr en lien avec les médecins spécialistes, visite les hôpitaux, se rend très régulièrement à la prison de Saint-Lazare. Mais surtout, il parvient grâce aux bonnes relations qu’il entretient avec l’administration à consulter dossiers et archives à la préfecture de police.

Parent-Duchâtelet évoque précisément son travail dans les dossiers et les registres :

J’ai dû passer ensuite aux documents renfermés dans les archives de la préfecture de police. Mais ici se présentait plus d’une difficulté : jamais les cartons renfermant ces documents n’avaient été ouverts à qui que ce fût ; pouvait-on, sans inconvénient, les confier à un étranger ? N’avait-on pas à craindre quelque indiscrétion de la part de cet étranger, et ne courait-on pas le risque de compromettre ainsi des individus ou même des familles respectables ? Ces raisons majeures arrêtèrent quelques temps les chefs de l’administration, qui me connaissaient bien, mais qui ne pouvaient comprendre les motifs qui me faisaient agir ; j’insistai, je ne me rebutai point par les réponses évasives ; je m’adressai enfin à M. Delavau11, qui m’accorda tout ce que je demandais. Quelques mois me suffirent pour épuiser la mine dont on m’avait rendu maître ; je fis bien de ne pas retarder, car à peine avais-je fini qu’il vint un ordre de mettre au pilon tous les papiers que je venais de remuer ; je dois avouer que cette mesure était nécessaire, mais on a détruit par là quelques documents curieux qu’un examen préalable aurait pu conserver.

Autrement dit une partie des pièces qui ont servi pour son étude avaient été détruites bien avant les incendies de la Commune, par les services de la préfecture eux-mêmes.

Alain Corbin, qui a édité une version abrégée de l’essai en 200812 évoque dans son introduction d’une véritable « sociologie empirique ». Parent-Duchâtelet se plonge notamment dans les registres de suivi et les dossiers individuels des filles :

J’ai puisé largement à cette source précieuse, et je puis dire que c’est dans ce bureau que j’ai composé mon livre ; j’en suis redevable à la bienveillance de M. Debelleyme et de M. Mangin ; ce dernier surtout prenait à mon travail un tel intérêt, qu’il me fit plusieurs fois appeler dans son cabinet pour stimuler mon zèle et m’encourager par quelques paroles flatteuses. (…) Il m’a fallu plusieurs années pour achever, dans le bureau dont je parle, le relevé, non seulement des écritures qu’on y tient et des registres qu’on y conserve, mais encore des dossiers individuels tenus sur toutes ces femmes qui se trouvent à la tête des maisons de prostitution, et sur chacune des filles publiques que l’administration a pu soumettre à sa surveillance.

Parent-Duchâtelet a donc non seulement fréquenté les archives de la préfecture de police avec assiduité, mais il a connu Mangin personnellement. S’il évoque notre ordonnance, nous pourrons considérer le fait comme acquis, au vu du faisceau d’indices concordants.

Aux pages 520-546 de l’édition de 1857, dans le chapitre XI consacré au stationnement et au racolage des prostituées, notre médecin hygiéniste fait un panorama de la réglementation parisienne concernant les filles publiques, et voici son récit :

J’ai dit que le bruit s’était répandu, en 1827 ou 1828, qu’on allait les obliger [les filles publiques] à porter un costume, et de plus un numéro, la consternation devint chez elles générale, et qu’il y eut à ce sujet, dans la prison et dans l’hôpital, une sorte d’émeute et une agitation qui durèrent plusieurs jours. (…) enfin arriva à la Préfecture de police un magistrat aussi actif qu’intelligent, que l’exercice du ministère public avait rendu inflexible, et devant la volonté duquel tous les obstacles devaient céder : on devine déjà que j’ai voulu parler de M. Debelleyme. Une des premières mesures prises par ce magistrat contre le scandale de la prostitution, fut d’interdire aux filles publiques l’entrée du Palais-Royal et le raccrochage dans les rues et à la porte de leurs maisons, ce qui n’avait jamais pu s’opérer, ce qui se fit sans contrainte, et excita le contentement général [en italique dans le texte]. (…) Cette nouvelle mesure fut-elle exécutée ? Tout démontre qu’il n’en fut rien, car M. Mangin, successeur de M. Debelleyme, voyant, en 1829, que quelques maisons de logeurs fourmillaient de filles publiques, leur enjoignit d’opter entre une maison de tolérance, dont on leur délivrerait le livret, ou la tenue de leur garni, dans lesquels ils cesseraient de recevoir des prostituées. Quelques femmes prirent des maisons de tolérance, les autres restèrent simples logeuses, mais elles continuèrent à héberger des prostituées, sans qu’il fut possible de les en empêcher. (…) M. Mangin, qui succéda à M. Debelleyme, était trop bien instruit, et par conséquent trop bon appréciateur des mesures utiles, pour dédaigner ce qu’avait si bien commencé son prédécesseur ; il compléta la mesure de M. Debelleyme, par différentes modifications qu’exigeaient les localités, et il en maintint l’exécution d’une manière rigide. Le 1er mai 1830, il rendit un arrêté qui ordonnait aux prostituées de se tenir dans l’intérieure de leurs maisons, et leur enjoignait de ne se montrer sur aucun endroit de la voie publique. La Révolution de 1830 interrompit cet ordre de choses ; le stationnement et le raccrochage se présentèrent plus hideux et plus insupportables. Nous avons donné plus haut un extrait de la lettre adressée à ce sujet au préfet par la Société de la morale chrétienne13

Parent-Duchâtelet nous le confirme, on a bien tenté de réglementer la présence des filles publiques dans la rue en 1830.

Un complément précieux : l’ouvrage de F.F.A. Béraud

Trois ans après Parent-Duchâtelet, un nouvel ouvrage prend pour sujet les filles de joie. Les Filles publiques de Paris et la police qui les régit est publié en 1839. De l’auteur, F.F.A. Béraud, on ne sait que ce qu’il veut bien dire de lui. Il se définit, sur la page de titre, comme « ex-commissaire de police de Paris, chargé spécialement du service actif et de l’attribution des mœurs ».

Béraud explique, dans la préface, ce qui le pousse à rédiger son livre. D’après lui, Parent-Duchâtelet porte un très bon regard d’hygiéniste sur la prostitution, mais son œuvre pèche par de nombreuses lacunes dans sa dimension administrative :

Mais l’apparition d’un livre important, intitulé : De la Prostitution dans la ville de Paris, par M. A.-J.-B. Parent du Châtelet, me force à rompre le silence, et à diviser la publicité de mon travail, en confiant aujourd’hui à la presse, en quelque sorte par anticipation, la partie saillante de mon ouvrage qui traite administrativement de la prostitution , dans l’état où l’a mise notre civilisation avancée. J’en dévoile les principes, j’en signale les conséquences ; je tiens note exacte des moyens que l’administration emploie contre cette gangrène sociale, pour en arrêter les progrès, et pour en éloigner le hideux tableau des regards de la population. Enfin, je démontre l’insuffisance de ces moyens, et je propose de nouvelles mesures tendant à refouler la prostitution dans des limites convenables, et à faire, pour ainsi dire, disparaître un scandale qui dégrade l’espèce humaine et afflige les honnêtes gens autant qu’il leur inspire de dégoût14.

Les deux auteurs ont travaillé ensemble, ils se connaissent donc très bien. Mais le regard que porte Béraud sur le travail du médecin Parent-Duchâtelet est sévère :

J’ai eu de fréquentes occasions d’accueillir M. du Châtelet dans mon bureau à la préfecture, où il venait me voir pour converser ensemble sur la matière qui remplit son livre et le mien. Je lui ai fourni tous les documents qu’il a désirés, et je lui ai remis un grand nombre de notes, dès qu’il m’eût fait part de son projet de signaler au public cette plaie de l’humanité, seulement sous le rapport hygiénique. Cette partie de son travail est complète ; mais on y chercherait vainement des données administratives dans un but d’amélioration, pour le bien-être des citoyens, et surtout à l’avantage des femmes honnêtes. Par exemple, je ne comprends pas que, dans un ouvrage inspiré par les intentions les plus honorables, après des détails vrais sur la carrière de la débauche, sur les chances de maladies qu’on y rencontre, M. Parent du Châtelet finisse par dire : Ainsi, le métier de prostituée, à l’exception toutefois des maladies syphilitiques, ne serait donc pas par lui-même insalubre. S’il y a quelque chose de probable dans cette conjecture, il fallait le taire dans l’intérêt de la morale15.

Nous le voyons, il y a chez Béraud un véritable jugement moral, très critique vis-à-vis de la prostitution. Manifestement, il instruit la question à charge : c’est sans doute une des raisons qui a pesé sur la faible postérité de l’ouvrage, en comparaison du livre de Parent-Duchâtelet.

Béraud définit les mesures réglementaires qu’il serait nécessaire de prendre pour endiguer la prostitution. Il rappelle notamment les textes qui selon lui devraient être repris et appliqués avec la plus grande sévérité. Et parmi ces textes ; « l’arrêté du préfet de police du 14 avril 1830. » On le voit, la date ne correspond pas exactement à celle indiquée par Parent-Duchâtelet, qui propose, quant à  lui, le 1er mai. Nous pouvons cependant donner du crédit à la version du commissaire de police, d’autant qu’il est le seul à nous en donner le texte :

Considérant que s’il n’est pas possible d’extirper la prostitution, il est indispensable d’en régler l’exercice, de manière à ce qu’elle cesse d’offenser la pudeur publique, d’exciter les hommes à la débauche et de les exposer à être dépouillés et maltraités, nous avons arrêté ce qui suit :

Article 1.

Il est expressément défendu aux filles publiques de se présenter sur la voir publique pour y exciter directement ou indirectement à la débauche.

Il leur est également interdit de paraître, dans aucun temps et sous aucun prétexte, dans les passages, dans les jardins publics et sur les boulevards.

Article 2.

Les filles publiques ne pourront se livrer à la prostitution, que dans les maisons de tolérance.

Article 3.

Les filles isolées, c’est-à-dire, celles qui n’habitent pas dans les maisons de tolérance, ne pourront se rendre dans ces maisons, qu’après l’allumage des réverbères. Elles devront s’y rendre directement, être vêtues simplement et avec décence, et s’abstenir de tout stationnement, de toute promenade et de toute provocation.

Article 4.

Elles ne pourront, dans une même soirée, quitter une maison de tolérance pour se rendre dans une autre.

Article 5.

Les filles isolées devront avoir quitté les maisons de tolérance, et être rentrées chez elles à onze heures du soir.

Article 6.

Les filles qui se présenteront sur la voir publique de manière à se faire reconnaître, ou qui paraîtraient dans les lieux qui leur sont interdits, seront immédiatement arrêtées. Il en sera de même des filles qui, se rendant après l’allumage des réverbères, dans les maisons de tolérance, auront dévié du chemin qui y conduit directement, de celles qui, dans la même soirée, passeront d’une maison de tolérance dans une autre, et de celles qui seront trouvées sur la voie publique avant l’allumage des réverbères, ou après onze heures du soir.

Article 7.

Les maisons de tolérance pourront être indiquées par une lanterne, et dans les premiers temps, par une femme âgée qui se tiendra sur la porte.

Article 8.

Les maîtresses de maisons pourront, selon les circonstances et les localités, être autorisées à tenir un café ou un estaminet.

Article 9.

Le secrétaire général, les chefs de la seconde division et de la police municipale, sont chargés de l’exécution du présent arrêté.

Le conseiller d’État, Préfet de police, signé : MANGIN16».

On comprend, à la dureté du texte, les réactions indignées qu’il aura suscitées parmi les « petites femmes » de Paris !

Dans un second billet, nous verrons quels autres enseignements il est possible de tirer de ces seize pages, visiblement  imprimées dans la précipitation, et analyserons cette fois-ci la liste des 258 signataires.

Citer ce billet : Frédéric Manfrin, "Traces éphémères : une pétition de Filles de joie en 1830 (1)," in L'Histoire à la BnF, 28/01/2022, https://histoirebnf.hypotheses.org/13110, [consulté le 25/05/2022].

L’image du bandeau provient de Plainte et révélations nouvellement adressées par les filles de joie de Paris à la congrégation, contre l’ordonnance de M. Mangin, qui leur défend de circuler dans les rues pour offrir leurs charmes aux passants ; précis historique contenant les hauts cris des nymphes du Palais-Royal, la clameur des modistes…  Par une matrone, jurisconsulte de ces dames. On trouvera cette image en son entier ici.

Vous pouvez réécouter la conférence prononcée à Blois ici.

  1. La captation audio de la conférence est accessible à cette adresse : https://rdv-histoire.com/programme/edition-2021-le-travail/traces-ephemeres-les-femmes-au-travail-dans-le-fonds-des-recueils. []
  2. Agnès Sandras, « Pour une « archéologie » comparée des chansons sur les parricides et les infanticides dans les recueils du Département Philosophie, histoire, sciences de l’homme de la BnF », Criminocorpus [En ligne], Actes du colloque “Les complaintes criminelles en France après 1870 : inventaire, problématisation, valorisation d’un corpus méconnu“, Archives nationales et BnF, 2019, mis en ligne le 01 mars 2021. []
  3. Pour une présentation un peu plus complète, on consultera avec profit cette page de l’ancien guide de recherches à la BnF : http://grebib.bnf.fr/html/recueils.html. []
  4. Zéphir-Denis Poussin, parfois orthographié Zéphyr-Denis. Natif de Saint-Mars-d’Outillé (Sarthe), fils de commerçant. Breveté imprimeur à Paris le 23 oct. 1829 en succession d’Antoine-Auguste Barthélemy. En 1830-1831, avec plusieurs autres imprimeurs parisiens, il pétitionne pour la suppression des brevets d’imprimeur. Décédé du choléra, à Paris, en août 1832. Adresse : Paris : 1829-1832. – Rue de la Tabletterie, n° 9. – Rue Mignon, n° 2., rue de la Tabletterie, n. 9 . []
  5. La  veuve de Poussin, née Jeanne-Françoise Boyon (1808-1887), est brevetée en sa succession le 24 oct. 1832 et exerce jusqu’en sept. 1839. []
  6. Notice du Maitron pour Morel de Rubempré : « Médecin, rédacteur de L’Ami des Peuples, prévenu du simple délit d’avoir arboré devant les barricades, dans la soirée du 5 juin 1832, un drapeau tricolore couvert d’un crêpe et en proférant les cris de “Vive la république !” Il avait organisé une ambulance dans le quartier Saint-Méry. En octobre 1832, il n’avait pas été compris dans les débats de l’affaire du cloître Saint-Méry, s’étant pourvu en cassation contre l’arrêt de renvoi, et en juin 1833, traduit devant la cour d’Assises, il avait été acquitté après de courts débats. Il eut comme médecin et auteur de travaux sur la médecine populaire, une certaine renommée ». Des recherches complémentaires dans les archives nous apprennent que Joseph Morel est né le 17 mars 1799 à Rubempré dans la Somme. Il est reçu docteur en médecine le 23 mars 1824, et commence à publier des ouvrages sous le nom Morel de Rubempré en 1825. Il est mort le 31 octobre 1846. Morel de Rubempré s’acquiert une certaine notoriété au moment où Honoré de Balzac se lance dans ses projets d’imprimeur. Ce dernier a sans doute retenu la musique du nom du médecin pour créer son Lucien de Rubempré. Fait amusant, il semble que Marcel Proust se soit inspiré de Lucien de Rubempré pour son personnage de … Morel dans  À la Recherche du Temps perdu ! []
  7. Jean Henri Claude Mangin (1786-1835) a été préfet de police du 13 août 1829 aux Trois Glorieuses. []
  8. Aujourd’hui Rue La Feuillade dans les 1er et 2e arrondissements de Paris. []
  9. Louis-Marie de Belleyme ou Debelleyme (1787-1862), préfet de police du 17 janvier 1828 au 13 août 1829. C’est le prédécesseur direct de Mangin. La rue De Belleyme dans le 3e arrondissement lui doit son nom. []
  10. Voir le site des archives de la Préfecture de police ici. []
  11. Guy-Louis-Jean-Baptiste Delavau (1787-1874) préfet de police du 20 décembre 1821 au 5 janvier 1828. []
  12. La prostitution à Paris au XIXe siècle ; texte présenté et annoté par Alain Corbin; Paris, Éd. du Seuil, 2008. []
  13. De la prostitution dans la ville de Paris. suivie d’un Précis hygiénique, statistique et administratif sur la prostitution dans les principales villes de l’Europe…, p.343 et suiv. []
  14. Béraud, Les Filles publiques de Paris et la police qui les régit, 1839, p. 10-11. []
  15. Ibid., page 12. []
  16. Ibid, p. 177-180. []

Une réflexion sur « Traces éphémères : une pétition de Filles de joie en 1830 (1) »

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.