1848 et la « foire aux idées nouvelles » (Partie I)

Résultat de recherches iconographiques à travers les collections de journaux satiriques conservés par le Département Philosophie, histoire, sciences de l’homme de la Bibliothèque nationale de France (BnF) et de la Bibliothèque numérique Gallica, ce billet restitue et complète le contenu de la conférence « 1848 et la ‘foire aux idées nouvelles’ » présentée le 7 octobre 2017 lors des Rendez-vous de l’Histoire de Blois,  et s’inscrit ainsi dans la droite ligne du thème de la 20e édition « Eurêka – inventer, découvrir, innover » .

L’année 1848 est celle d’un intense bouillonnement politique. Avec les trois journées révolutionnaires de février (22 au 24), la Monarchie de Juillet est renversée. Le 25, la République est proclamée et le gouvernement provisoire prend des mesures politiques et sociales  concernant le suffrage universel, la liberté de réunion, la liberté de la presse, l’enseignement primaire gratuit et obligatoire, l’abolition de l’esclavage, le travail, etc. Les journées de juin (23 au 26), motivées par une crise économique et sociale,  sont cependant réprimées dans le sang. Le 4 novembre, la Constitution de la Seconde République est promulguée. L’Assemblée (pouvoir législatif) et le président (pouvoir exécutif) sont élus au suffrage universel masculin.  En décembre, Louis-Napoléon Bonaparte remporte largement l’élection présidentielle, soutenu par le « Parti de l’Ordre  »1.

Au beau milieu de cette agitation politique, la presse connaît un moment de grâce. Elle est libérée en mars des contraintes juridiques  et financières lourdes qui pesaient sur elle depuis la loi de septembre 1835 : demande d’autorisation préalable ; emprisonnement des responsables des journaux ayant enfreint la censure ; etc2. On assiste à une floraison de titres dans lesquels journalistes et dessinateurs laissent libre cours à une inventivité longtemps réfrénée. Ce moment de grâce est fugace : dès juin, plusieurs journaux sont interdits dont La Presse d’Émile de Girardin. En août, des décrets indiquent les délits de presse amenant à nouveau amendes et/ou emprisonnements : attaques contre les institutions, la liberté des cultes, le principe de la propriété, les droits de la famille, etc3.

Presse, nouveautés, charivaris et carnavals au XIXsiècle

Les nombreuses nouveautés du XIXe siècle sont répercutées par une presse et une littérature elles-mêmes en pleine accélération et mutation. Louis Reybaud dans Jérôme Paturot à la recherche de la meilleure des républiques4 décrit entre autres les « empiriques », chapitre à charge contre Cabet et les Icariens. Il y recense différentes catégories d’inventeurs5, et remarque :

Il en est dont le cerveau est toujours en ébullition ; les idées s’en échappent comme les laves sortent du cratère. Point de trêve, point de repos; le travail souterrain ne s’interrompt pas. À peine les premières couches sont-elles refroidies qu’une autre éruption commence, ardente, impétueuse, dans tout l’éclat de la fusion et du mouvement. Des idées, encore des idées ! Il en coule à flots au milieu de la fumée et du bruit6.

Ce passage inspire à l’illustrateur, Tony Johannot, une image intéressante. Sous son crayon, l’inventeur devient rédacteur, véritable homme-orchestre qui écrit inlassablement, en proie à la création comme le suggère son regard lointain. Sa main gauche frappe un maillet sur une grosse caisse tandis que son pied repose sur une presse, comme pour l’actionner. Les feuillets ne portent pas une prose mais des idées génériques : « blanches », « à vendre », « vendues », « carrées », « rondes », « folles », etc. Elles sont vouées à la diffusion (imprimerie) et à l’amplification (bruit de la grosse caisse). Cette ronde infernale va  de la plume aux inscriptions vomies par la presse puis démultipliées, symbole du vertige des contemporains devant l’essor de l’imprimé.

Tony Johannot, illustration de Jérôme Paturot à la recherche de la meilleure des républiques de Louis Reybaud, 1849. Gallica (BnF).

La nouveauté inspire en effet à la presse, tout au long du XIXe siècle et bien au-delà, un rituel charivarique ou carnavalesque. Le charivari est un rite, le plus souvent campagnard, destiné à sanctionner une conduite jugée déviante et à rappeler la norme. Le soi-disant coupable est raillé, parfois « jugé ». La procession charivarique, au cours de laquelle est exhibée la personne ridiculisée, est accompagnée de bruits dissonants, d’un chahut.

Vignette de H. Castelli. Diloy le chemineau (Nouvelle édition) / par Mme la Ctesse de Ségur,… Paris, Hachette, 1887. Gallica (BnF).

Le carnaval se déroule dans un temps clos et surveillé et a pour fonction d’inverser les hiérarchies, les rôles7. C’est un temps de défoulement, de désinhibition. Charivaris et carnavals inquiètent les autorités politiques qui les restreignent progressivement. Mais les artistes s’en emparent et en font un véritable outil dans la caricature, dans la chanson, puis dans la littérature8.

« Le bœuf gras et le Carnaval de Paris » : [estampe] / Chaste lith. Pellerin, 1857. Gallica (BnF).

Place des femmes dans la société, nouveaux courants picturaux, invention  de la photographie9, etc., subissent tour à tour dans la presse satirique un rituel charivarique10 La réelle violence potentielle des caricatures11 ne doit pas faire oublier qu’elles s’inscrivent clairement dans le temps clos du charivari, de l’amusement comme le signalent les titres de cette presse satirique (Le Charivari, Le Journal amusant, etc.). Le but est de rire, et ce rire (quand le lecteur partage les codes nécessaires à la compréhension de l’image et du texte qui l’accompagne éventuellement) permet d’apprivoiser, de se familiariser12. L’accumulation de dessins sur un personnage peut même  aboutir à des formes de sacralisation, le lecteur identifiant désormais le caricaturé comme un homme d’exception, puisque souvent représenté, et exposé, les journaux étant vendus dans les kiosques, les estampes satiriques mises dans les vitrines, les albums de caricatures feuilletés dans les intérieurs bourgeois. Dans le même mouvement, le caricaturé devient proche, car  ses traits simplifiés  ou les objets récurrents qui lui sont associés sont facilement reconnaissables. Après l’immédiateté de la stigmatisation peuvent donc venir les temps plus longs de la familiarisation et de la sacralisation, temps qui autorisent l’adoption des changements et des personnalités nouvelles.

Au cours du XIXe siècle, les humoristes, souvent limités dans leur travail par la censure gouvernementale, ne peuvent s’attaquer aux sujets politiques, ou bien le font en adoptant des stratagèmes qui impliquent une connivence de la part des lecteurs. Le plus connu est « La Métamorphose du roi Louis-Philippe en poire » de Philipon (1831) qui vaut désormais au caricaturé d’être confronté dans la presse à une série de poires aux apparences innocentes 13. Le « moment 1848 » constitue  pour la caricature du XIXe siècle un temps d’exception : le bouillonnement politique est répercuté par des dessinateurs eux-mêmes confrontés très provisoirement à la disparition des normes et des stratégies d’évitement habituelles. Ils vont donc porter à l’attention des lecteurs ce qui leur paraît particulièrement sortir de l’ordinaire, et dans un domaine qui leur permet de déchaîner plumes et crayons. Les « utopies » politiques, sont prétexte non seulement à évoquer les questions  politiques, mais aussi les religions,  la famille et les normes sociales.

De surcroît, l’habitude ayant  été alors prise d’évoquer les « idées nouvelles », la presse satirique peut après le retour de la censure à l’été 1848 continuer à les aborder sous prétexte de moquerie. Il semble d’ailleurs que le plus souvent les dessinateurs en profitent pour évoquer le fond desdites idées nouvelles et/ou persifler adroitement sur ceux qui en rient, toujours dans une stratégie de contournement de la censure.

« Idées nouvelles » : les meneurs identifiés par les caricatures

La production d’idées nouvelles par les utopistes constitue un thème de raillerie générique, comme on l’a vu plus haut dans le dessin de Johannot. L’idée est reconnaissable au tohu-bohu et à l’agitation qu’elle entraîne. En février 1849, dans Le Journal pour rire 14, une planche de Bertall représente le « Grand Carnaval politique de 1849 ». Le bœuf gras, transformé en « budget gras » promène un air mélancolique au milieu de hordes surexcitées parmi lesquelles  l’on retrouve les différents tribuns de l’Assemblée15. Un réverbère porte l’inscription « une idée par jour »… Dans le vaudeville La Foire aux idées (1849), « l’idée » est un personnage en soi. Ces idées peuvent accoucher d’un « Nouveau monde », comme l’indique le dessin « Christophe Colomb détrôné » publié par La Silhouette le 5 août 1849. L’explorateur, tout juste sorti d’une caravelle suspendue au ballon « Nouveau monde », débarque, plume à la main et plante derechef un drapeau portant l’inscription « l’an 1849 la socialismie est découverte »16.

« Le boeuf gras et le Carnaval de Paris » : [estampe] / Chaste lith. Pellerin, 1857. Gallica (BnF).

Le charivari implique un ou des meneurs qui se signalent le plus souvent par leur capacité à diriger le cortège grotesque, et à s’affubler de déguisements transgressifs (hommes habillés en femmes, etc.). Les caricaturistes désignent les meneurs charivariques à l’opinion par différents procédés graphiques et des légendes explicites. Pour les idées politiques de 1848, deux images sont particulièrement intéressantes, car elles offrent un panoptique. La première, du dessinateur Cham, est publiée initialement dans Le Charivari du 6 décembre 1848, et se présente comme un bilan politique de l’année (« Ce qu’on appelle des idées nouvelles en 1848 »). Le doute installé par le titre de la planche fait écho au contenu des six vignettes qui systématiquement dénoncent dans leurs légendes des emprunts à des idées ou des faits plus anciens. Les porteurs de (fausses) idées nouvelles ainsi désignés sont par ordre d’apparition Pierre-Joseph Proudhon, Pierre Leroux, Étienne Cabet, Victor Considerant, Alexandre-Auguste Ledru-Rollin, et Louis-Napoléon Bonaparte. Ils sont tous nommés dans les légendes, afin que les lecteurs les identifient parfaitement, bien que caricaturés sous des traits et avec des attributs identifiables pour les contemporains qui les ont déjà vus dans des charges précédentes (mise négligée de Pierre Leroux, queue dotée d’un œil pour Considerant, etc.). Le dessin a prétendument une visée pédagogique qui serait de fixer les nouveautés et visages politiques de l’année. On remarquera que les cinq premiers personnages bénéficient de la transmission d’idées plus ou moins neuves mais écrites, donc verbalisées et transformables, alors que Louis-Napoléon Bonaparte hérite de « toute la défroque de son oncle » …

Cham, « Ce qu’on appelle des idées nouvelles en 1848« . Gallica (BnF). [Dessin publié dans le Charivari n° 366, 6 déc. 1848]
=> Pour voir les détails de ces vignettes...

Cliquez ici pour obtenir l'image... À gauche de l'image, s'affichent différentes fonctionnalités de Gallica. Cliquez sur l'icône loupe (zoom) à gauche de l'image puis utilisez les icônes + et - en haut de l'image  ou le double-clic gauche pour zoomer ou dézoomer. Vous pouvez aussi sélectionner et télécharger votre sélection (icône ciseaux) une fois que vous avez zoomé. Par exemple...

 

Parmi ces six personnalités, quatre ont pour des raisons diverses17 davantage attiré l’attention des dessinateurs durant l’année 1848. Il s’agit de Cabet, Considerant, Leroux et Proudhon, des « socialistes » dits « utopiques »  18, producteurs d’idées nouvelles et donc représentés comme des meneurs. Ainsi dans une « Vue théorique du phalanstère en activité », Bertall représente Considerant en meneur, mais d’une action grotesque. Costumé en pacha, ses trois queues portées par des domestiques, il menace de fouetter les travailleuses et travailleurs de sa ruche phalanstérienne. Ces personnages sont tous dotés de queues, réunies en un faisceau. Le dessin est très travaillé, explicité par une longue légende, permettant d’identifier les différents sympathisants :

La ruche phalanstérienne est en action ; les queues voyantes, développées suffisamment par l’influence des idées fouriéristes, sont réunies en un faisceau d’harmonie, d’intelligence et de lumière, sous la pression bienfaisante du lien social. La liberté individuelle, liberté mesquine et bâtarde, fait place à cette liberté collective et réglementaire qui fait la force des corps organisés, et prête au travail un si puissant attrait. – Le travail devient attrayant par l’attrait qui consiste à ne pas recevoir les coups de fouet destinés aux gouapeurs, ces frelons de la ruche socialiste. – Considerant, l’homme libre, le grand-prêtre, le porte-clefs du phalanstère, est costumé en pacha et décoré des insignes qui distinguent ces fonctionnaires, et en font le plus bel ornement (les trois queues).

AVIS IMPORTANT. – Le bonheur le plus pur règne sur toute la ligne19.

Bertall, « Vue théorique du phalanstère en activité », Le Journal pour rire, mai 1849. Département Philosophie, histoire, sciences de l’homme (BnF).

Les composantes de l’illustration permettent de toucher différents publics. Le moins instruit peut s’amuser du comique visuel induit par les procédés classiques de déformation et d’animalisation. Le familier des caricatures apprécie la présence d’éléments récurrents constituant un comique de répétition dont on a oublié parfois l’origine. Ici, il s’agit des queues comportant un œil : la queue inspirée de l’archibras imaginé par Charles Fourier, bras vertébré qui aurait permis à l’humanité d’accomplir de nouvelles tâches20. La « queue » est aussi le symbole des disciples (cf. prochain billet) et établit la filiation entre Fourier et Considerant. Les caricaturistes ont ajouté un œil omniscient, peut-être à la suite de Louis Reybaud qui consacre un chapitre aux « queues promises à l’humanité » dans Jérôme Paturot à la recherche de la meilleure des républiques, et plus certainement de Grandville qui dès 1844, dans un texte illustré (« la meilleure forme de gouvernement »), a longuement fantasmé sur l’archibras :

L’essor des passions aboutit à l’attraction.

L’attraction aboutit au bonheur.

Le bonheur fait pousser une queue à tous les hommes.
Passion – Bonheur – Queue, – tout est là.
Je m’explique sur cette queue. Elle n’est ni en brosse, ni en pinceau, ni en trompette. Elle se termine par un œil. Cet appendice-cyclope aura un mètre de long sur un décimètre de large. Il affectera la forme d’une trompe, et aura une bouche au dessous de l’œil pour déboucher des bouteilles de vin et absorber des morceaux de brioche. Quand par hasard l’œil sera myope, il lui poussera immédiatement une paire de lunettes fournies par cet ingénieur-Chevalier qui s’appelle la nature.

Je crois inutile d’énumérer tous les usages auxquels les hommes pourront appliquer cette queue21.

Les plus érudits des lecteurs, qui ont pris connaissance des journaux, voire des écrits de Considerant, apprécient sans doute  la légende de la « Vue théorique du phalanstère en activité ». C’est une reprise parodique de l’Exposition abrégée du système phalanstérien de Fourier que Considerant donne dans ses conférences. Les éléments iconiques n’en prennent que plus de relief. L’ensemble de l’image interprète très librement la pensée fouriériste reprise par Considerant. Fourier a développé la théorie du travail attrayant, nécessaire dans le régime sociétaire du phalanstère : chacun doit pouvoir effectuer des tâches qui lui plaisent, abolissant ainsi la frontière entre travail et loisir22. Toutefois une régence est nécessaire, exercée par un chef élu, lequel devient sous le crayon du caricaturiste un pacha ayant les traits de Considerant. Cette interprétation caricaturale du phalanstère en activité est d’autant plus intéressante qu’en réalité les représentations graphiques des phalanstères sont très rares, car obérées, voire interdites par la théorie sociétaire : seule l’utopie est privilégiée23.

Les dessinateurs proposent également des cortèges dirigés  avec plus ou moins de succès. Proudhon mène un groupe très clairsemé (trois personnes et un corbeau) derrière le  corbillard de sa proposition dans La Silhouette du 5 août 184824. Une « Croquade politique » (on remarquera la cannibalisation suggérée) de Cham, montre un cortège d’ouvriers plus étoffé mais faisant des pieds de nez et tournant le dos à Proudhon qui  brandit fièrement un immense drapeau rouge (« La république sociale »). La légende explicite de manière parodique la scène : « Grâce à la supériorité de ses doctrines, le citoyen Proudhon qui porte haut et fier le drapeau du socialisme, marche à grands pas dans la voie nouvelle, suivi du peuple entier qu’il est parvenu à convaincre – Tiré d’un journal socialiste » 25.

Estampe. Cham, « Grâce à la supériorité de ses doctrines, (…) ». Chez Aubert, Pl. de la Bourse. Gallica (BnF).

Une seconde image propose un panoptique plus réduit des socialistes utopiques. Il s’agit de Cabet, Leroux, Considerant et Proudhon représentés comme les quatre Évangélistes dans La Silhouette du 1er octobre 184826. Chacun d’entre eux  porte par conséquent les symboles qui lui sont associés. Cabet flatte la tête de Fourier dont il est disciple, et se prépare enfin à partir en Icarie comme le rappelle malicieusement l’adresse de son sac de voyage. En effet, ses disciples l’attendent depuis déjà plusieurs mois au Texas … Considerant est assis sur un phalanstère de manière à ce que l’on puisse bien voir sa queue dotée d’un œil (cf. supra). Les papillons qui virevoltent autour de lui rappellent sa vision de la société jugée édénique par nombre de ses contemporains. Quant à la bouteille de limonade de mer, elle symbolise essentiellement une tradition charivarique. En effet, Fourier avait déjà tenté de démontrer qu’il avait seulement eu à cœur de désaliniser l’eau de mer et s’était indigné des moqueries dont sa prétendue limonade faisait l’objet. On remarquera qu’il se qualifiait lui-même d’inventeur :

Mais comment voulez-vous qu’on ait confiance à un inventeur qui, SELON LES JOURNAUX, veut changer les mers en limonade, et créer des hommes qui auront des cornes à la tête, des griffes de harpie, des queues de diable au derrière, etc.

Bonnes gens du progrès, vous gobez donc tous les contes que vous font les journaux !  Vous avez contesté au pape l’infaillibilité, et vous l’accordez aux journalistes ! Si Beaumarchais revivait, il ne ferait plus dire à son Basile : « Calomnions, calomnions, il en restera toujours quelque chose » ; aujourd’hui il en reste TOUT. Qu’un journal débite vingt calomnies, on les croit toutes les vingt ; tant notre siècle fait de progrès, en duperie. Il a suivi en progrès la marche de ces joueurs qui commencent par être dupes et deviennent fripons. Il a pris, à l’issue de la révolution, le goût des calembourgs qui ont amené le goût des calomnies ; elles sont aujourd’hui le pain quotidien des Parisiens, les journaux par spéculation mercantile en fournissent chaque matin à leurs abonnés27.

La caricature de Pierre Leroux donne à penser que ses attributs caricaturaux proviennent également d’une circulation des éléments humoristiques entre les journaux. Le Charivari est en effet un des premiers à s’amuser du dernier article de la Constitution proposée par Leroux à l’Assemblée. Voici l’article en question :

Enfin, quant au signe soit linéaire. soit à trois dimensions, nos pères avaient adopté pour emblème le peuplier, dont la structure exprime le mieux, parmi les végétaux, la similitude des parties et leur égalité ce qui a fait que son nom antique est en même temps le nom de la multitude ou du peuple. L’ASSEMBLÉE NATIONALE conserve cet emblème ; mais, conformément au mystère des antiques religions, elle y ajoute les trois corps ou solides de révolution, le Cylindre, le Cône, et la Sphère.

En conséquence, elle décrète :

Article 100. Des Peupliers seront plantés et entretenus avec soin dans toutes les communes de la République. L’État aura pour sceau un  Autel cylindrique surmonté d’un Cône, surmonte d’une Sphère rayonnante28. […]

Comme Fourier, Leroux n’ a pas été indifférent à la réception de son projet. Il le publie suivi des réactions de la Chambre (plutôt hostile à ses digressions) et d’un florilège de la presse. Le Charivari a employé un procédé assez courant dans la réception satirique : le discours de Leroux est enchâssé et restitué fidèlement dans un texte parodique afin de mettre en exergue son potentiel involontairement humoristique. De surcroît, Leroux est qualifié de « saint » dès le titre, et la métaphore religieuse est filée tout du long :

La Constitution démocratique et sociale de saint Pierre Leroux est rédigée en cent articles […] nous allons vous faire connaître l’article dernier, celui qui clôt la constitution.

Avec tout autre législateur nous aurions commencé par le commencement ; mais comme saint Pierre Leroux ne fait rien comme les autres, nous devons l’imiter dans sa manière de travailler.

Nous citons textuellement. Des phrases aussi remarquables ne doivent pas être modifiées ; si nous ajoutions une seule virgule, vous pourriez croire que tout le reste n’est que de la charge. Changer quoi que ce soit dans un article pareil, ce serait un crime de lèse-table de la loi.
Corne de feu ! le ciel nous préserve d une semblable idée !

Français, genou terre ! voici saint Pierre Leroux qui parle : [suit l’article 101 à l’identique]29.

Désormais connu du public, identifié comme un élément symbolique et drôle, le peuplier devient un attribut de Leroux dans de nombreuses caricatures. Le quatrième évangéliste du dessin n’est autre que Proudhon. Son attribut est un écriteau portant l’inscription « la propriété est un vol », attribut que l’on retrouve dans de nombreuses caricatures et dont la fonction est variée. Cet attribut peut sembler éminemment simplificateur de la pensée proudhonienne. Néanmoins, il permet aussi aux caricaturistes, après le retour à la censure, de toujours écrire en toutes lettres une formule  portant sur un thème interdit et de rire de ceux qui s’en effraient (voir prochainement la seconde partie de ce billet).

« Silhouette du jour », La Silhouette, 1er octobre 1848. Département Philosophie, histoire, sciences de l’homme, BnF.

Le texte accompagnant ces quatre caricatures est quant à lui une imitation parodique des textes bibliques, destinée entre autres à souligner le mysticisme émanant de certaines propositions  du socialisme utopique :

Lorsque le Verbe, fils de Dieu, eut donné au monde régénéré la loi nouvelle, la loi d’amour, quatre hommes se levèrent en Orient pour propager la doctrine du divin maître, et ils se partagèrent le monde, et différens dans quelques unes de leurs sectes et de leurs principes, mais unanimes dans l’œuvre dont ils étaient les artisans, ils allaient, forts, doux et sincères, témoignant la bonne nouvelle, l’Évangile, car ils étaient selon le Seigneur, dit l’Écriture.

Ces quatre hommes, ces apôtres, étaient les quatre évangélistes. Aujourd’hui que le vent du socialisme souffle sur la France (malheureuse France !), voici que de nouveaux apôtres se lèvent pour répandre la loi nouvelle, avec cette toute petite différence que les premiers venaient pour tout construire et que les seconds accourent pour tout renverser30 […]

Nous verrons en effet dans  un prochain billet (à lire ici) que la religion et la sacralisation occupent une part importante des thématiques de la presse satirique autour des socialismes utopiques. Ce futur billet évoquera également la question des maîtres et disciples, et la résonance des questionnements de ces penseurs sur des questions sociétales, toujours à travers le prisme des caricatures.

Cham, Proudhoniana : Album dédié aux propriétaires. Paris, Au bureau du Journal Le Charivari, 1848. Département Philosophie, Histoire, sciences de l’homme (BnF)

 

=> Pour aller plus loin :

Citer ce billet : Agnès Sandras, "1848 et la « foire aux idées nouvelles » (Partie I)," in L'Histoire à la BnF, 21/12/2017, https://histoirebnf.hypotheses.org/1365, [consulté le 23/09/2018].
  1. Voir entre autres : Maurice Agulhon, André Nouschi, Antoine Olivesi, La France de 1848 à nos jours,  Paris, A. Colin, 2008 ; Sylvie Aprile, La révolution inachevée : 1815-1870 [ouvrage dirigé par Henry Rousso], Paris, Belin, 2014 ;  Jean-Charles Geslot, La France de 1848 à 1914,  Paris, A. Colin, 2014 ; Maurizio Gribaudi & Michèle Riot-Sarcey, 1848, la révolution oubliée, Paris, la Découverte, 2008. []
  2. Voir le Bulletin officiel du Ministère de l’intérieur, 1848, n°2, pages 58 et 59. []
  3. Voir le Bulletin officiel du Ministère de l’intérieur, 1848, n°2, pages 359 et 360. []
  4. Louis Reybaud, Jérôme Paturot à la recherche de la meilleure des républiques. Paris, Michel-Lévy frères, 1848. []
  5. Au sens de quelqu’un qui imagine quelque chose de nouveau. []
  6. Ibid. []
  7. Voir Daniel Fabre, Carnaval  : ou La fête à l’envers. Paris, Gallimard, 1992. []
  8. Voir Jean-Marie Privat, Bovary charivari  : essai d’ethno-critique. Paris, CNRS éd., 1994; Marie Scarpa, Le carnaval des Halles : une ethnocritique du « Ventre de Paris » de Zola. Paris, CNRS éd., 2000; Marie-Christine Vinson, « Une asouade chez la comtesse de Ségur ou comment édifier la jeunesse », Ethnologie française, 2014/4 (Vol. 44); Agnès Sandras, « 1879, l’année du grand hourvari zolien dans la presse », Excavatio, 2016. []
  9. Agnès Sandras, Henri Viltard, « Caricaturistes et photographes. Bataille autour du réel (1840-1900) », in Daniel Fabre et Marie Scarpa (dirs), Le Moment réaliste. Un tournant de l’ethnologie, Nancy, Éditions Universitaires de Lorraine, EthnocritiqueS, 2017. []
  10. Voir Ségolène Le Men (dir.), L’art de la caricature. Nanterre, Presses universitaires de Nanterre, 2011. []
  11. Voir entre autres: Quand le crayon attaque [Texte imprimé] : images satiriques et opinion publique en France, 1814-1918 : [exposition, Blois, Bibliothèque Abbé Grégoire, 21 septembre-10 novembre 2007] / [catalogue par] Michel Dixmier, Annie Duprat, Jean-Marie Génard… [et al.] ; préface de Jean-Noël Jeanneney ; avant-propos de Francis Chevrier ; présentation du fonds Villette par Catherine Bony.; Pascal Ory, Christian Delporte, Bertrand Tillier, Laurent Bihl, Emmanuel Pierrat et al., La Caricature… et si c’était sérieux ? Décryptage de la violence satirique. Paris, Nouveau Monde Éd., 2015. []
  12. Voir Alain Vaillant, La civilisation du rire. Paris, CNRS Éditions, 2016. []
  13. Voir  David S. Kerr, Caricature and French Political Culture, 1830-1848 : Charles Philipon and the Illustrated Press, Oxford, Clarendon Press, 2000 ; Ségolène Le Men, « Caricatures et images cachées »,  Genesis, n ° 24, 2004, p. 43-70 ; Fabrice Erre, Le Règne de la Poire. Caricatures de l’esprit bourgeois, de Louis-Philippe à nos jours, Paris, Champ Vallon, 2011. []
  14. Le Journal pour rire, février 1849. []
  15. Sur les mascarades parisiennes, voir Laurent Bihl, La grande mascarade parisienne : production, diffusion et réception des images satiriques dans la presse périodique illustrée parisienne entre 1881 et 1914. Thèse de doctorat sous la direction de Christophe Charle, Paris 1, 2010. []
  16. La Silhouette, 5 août 1849. []
  17. Sur Proudhon, voir Thierry Menuelle, Le « Charivari » contre Proudhon. Paris, Publications de la Société P.-J. Proudhon, 2006 ; sur Considerant, voir  Quentin Detourbet, « Les caricatures contre Victor Considerant dans la presse satirique illustrée sous la Deuxième République (1848-1849)  », Cahiers Charles Fourier, 2011 / n° 22. []
  18. Voir Nathalie Brémand, « Introduction : « Socialistes utopiques », les mal-nommés », Cahiers d’histoire. Revue d’histoire critique, 124 | 2014. []
  19. Bertall, « Vue théorique du phalanstère en activité », Le Journal pour rire, mai 1849. []
  20. Voir Jonathan Beecher, Victor Considerant  : grandeur et décadence du socialisme romantique ; traduit de l’anglais (américain) par Michel Cordillot. Éd. revue et corrigée par l’auteur. Dijon,  les Presses du réel, 2012. []
  21. Grandville, Un autre monde : transformations, visions, incarnations, ascensions, locomotions, explorations, pérégrinations, excursions, stations …. Paris, H. Fournier, 1844. []
  22. Voir Pierre-Henri Lagedamon, Travail, temps libre et socialisme  : le temps du travailleur dans la pensée d’Owen, Fourier, Cabet et Proudhon. Rennes, Presses universitaires de Rennes, 2016. []
  23. Voir Florent Perrier, « L’utopie à l’image exceptée. Ambiguïtés du phalanstère représenté », in Nathalie Brémand et Florent Perrier (coord.), Le phalanstère représenté. Cahiers Charles Fourier, décembre 2013, n° 24. []
  24. « Enterrement de la proposition Proudhon », La Silhouette, 5 août 1848. []
  25. Estampe. Cham, « Grâce à la supériorité de ses doctrines, (…) ». Chez Aubert, Pl. de la Bourse. Gallica (BnF). []
  26. « Silhouette du jour », La Silhouette, 1er octobre 1848. []
  27. Charles Fourier, « Valeur des calomnies propagées par les Journalistes« , Œuvres complètes, 8-9.Paris, Ed. Anthropos, 1835-1836. []
  28. Projet d’une constitution démocratique et sociale, fondée sur la loi même de la vie, et donnant, par une organisation véritable de l’État, la possibilité de détruire à jamais la monarchie, l’aristocratie présenté à l’Assemblée nationale par… le citoyen Pierre Leroux. Paris,  G. Sandré, 1848. []
  29. « Le sceau de la République selon saint Pierre Leroux », Le Charivari, 25 septembre 1848. []
  30. « Silhouette du jour », La Silhouette, 1er octobre 1848. []

Agnès Sandras

chargée de collections en histoire de France au département Philosophie, histoire, sciences de l'homme

More Posts

2 réflexions sur « 1848 et la « foire aux idées nouvelles » (Partie I) »

  1. Superbe initiative qui comble un manque dans les infos disponibles dans les fonds de la BNF.
    Bravo et merci à Agnès Sandras

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.