Disparition de Philippe Contamine, 26 janvier 2022

Le grand historien médiéviste français Philippe Contamine, spécialiste de la guerre et de la noblesse à la fin du Moyen Âge,  est décédé à Paris le 26 janvier 2022.

Professeur émérite, il fut titulaire, entre 1970 et 2000, de différentes chaires d’histoire médiévale, successivement à l’Université Nancy-II (Université de Lorraine), à l’Université Paris-Nanterre, puis à l’Université Paris-Sorbonne, (Sorbonne-Université). 

Élu à l’Académie des Inscriptions et Belles-Lettres le 14 décembre 1990, au fauteuil de Paul Lemerle, il fut membre de la Société nationale des Antiquaires de France, de la Royal Historical Society, de la Société de l’Histoire de France, du Comité des travaux historiques et scientifiques, du Conseil scientifique de l’École nationale des Chartes et de nombreuses autres institutions.

Antoine Flandrin écrit à son propos, le 27 janvier 2022 sur le site du journal Le Monde : « Pur produit de l’École des Annales, il s’intéresse dans La Vie quotidienne pendant la guerre de Cent ans : France et Angleterre, XIVe siècle (Hachette, 1976), à l’économie, mais aussi à la vie privée, à la noblesse comme classe sociale et comme milieu, au rôle des chevaux et à l’exercice du pouvoir1

L’hommage que lui rend Jacques Berlioz dans la revue L’Histoire, à laquelle Philippe Contamine collaborait depuis 1980, rappelle qu’il s’intéressa « dès ses débuts dans la recherche à l’histoire dite militaire2».
En 1964, il publiait Azincourt, et en 1972, Guerre, État et société à la fin du Moyen Âge : études sur les armées des rois de France, 1337-14943 , fruit de sa thèse d’État, soutenue en 1969. Ce livre démontre selon J. Berlioz que « ce n’est paradoxalement pas l’histoire-bataille qui passionne Philippe Contamine » mais « l’étude des armées de terre que le roi de France a levées… » et « dont il a voulu […] faire une étude institutionnelle et sociale4».
On peut citer également La guerre au Moyen Âge5,  manuel de la collection Nouvelle Clio (PUF), publié pour la première fois en 1980 et réédité de nombreuses fois depuis. Au sujet de ce livre, Jacques Berlioz écrit « …Contamine en fait un livre programmatique, notamment dans la présentation des « thèmes et perspectives » de recherches actuelles et à venir6. »
Il faut aussi évoquer la figure de Jeanne d’Arc (Philippe Contamine fut le directeur du Centre Jeanne d’Arc d’Orléans de 1989 à 2000) qu’il a étudiée à travers plusieurs ouvrages, notamment :
De Jeanne d’Arc aux guerres d’Italie : figures, images et problèmes du XVe siècle en 19947, Jeanne d’Arc : histoire et dictionnaire en 2011 et en 2020 Jeanne d’Arc et son époque : essais sur le XVe siècle français.

[Recueil. Portraits de Jeanne d’Arc] : [portraits à cheval].Département Estampes et photographie, N-2 (ARC, Jeanne d”). Gallica (BnF).

« Le Champion des Dames, » par « MARTIN LE FRANC, prevost de l’église de Lausane. » (1440). Département des Manuscrits. Français 12476. Gallica (BnF).

PHILIPPE CONTAMINE DANS LES COLLECTIONS DE LA BNF

Sa notice de personne dans le catalogue général permet d’accéder aux œuvres dont il est l’auteur, ainsi qu’à celles dont il est le sujet. On retrouve également les ouvrages qu’il a dirigés et ceux auxquels il a collaboré.

Sur l’ensemble des documents rattachés à cette notice, on compte 94 textes imprimés et 3 documents sous forme d’images animées.

Une partie de ses publications (articles, compte-rendus, notes biographiques) est accessible en ligne sur les différents portails de revues PerséeCAIRN et JSTOR.

La plateforme Open Edition héberge des livres et des articles dont il est auteur ou collaborateur, en accès ouvert.

=> pour réécouter Philippe Contamine :

Citer ce billet : Marianne Arnold, "Disparition de Philippe Contamine, 26 janvier 2022," in L'Histoire à la BnF, 16/02/2022, https://histoirebnf.hypotheses.org/13840, [consulté le 29/06/2022].

L’image du bandeau provient du Folio 1v de  Francesco Petrarcha, Triunfi ; Francesco Petrarcha, Sonetti et Canzoniere ; Leonardo Bruni, Vita di Francesco Petrarca ; Dante Alighieri, Sonetti et Canzoniere ; Leonardo Bruni, Vita di Dante. Département des Manuscrits. Italien 548. Gallica (BnF). 

  1. Antoine Flandrin, “L’historien Philippe Contamine est mort”, Le Monde, 27 janvier 2022. Voir par exemple le compte-rendu de Robert Fossier, “Philippe Contamine. La vie quotidienne pendant la guerre de Cent ans. France et Angleterre (XIVe siècle). Paris, Hachette, 1976. In-8°, 287 pages. (La vie quotidienne)“, in Bibliothèque de l’école des chartes. 1977, tome 135, livraison 1, p. 214-215. []
  2. Jacques Berlioz, “Philippe Contamine est mort“, L’Histoire, 27 janvier 2022. []
  3. Voir Raymond Cazelles, “Philippe Contamine, Guerre, État et société à la fin du Moyen-Âge. Études sur les armées des rois de France (1337-1494). Paris et La Haye, Mouton, 1972. In 8°, XXVIII-757 p“,  Bibliothèque de l’École des Chartes, 1973, tome 131, livraison 1, pp. 289-293. []
  4. Jacques Berlioz, op. cit. []
  5. Voir Jean-Claude Schmitt, “Philippe Contamine. La guerre au Moyen Âge”, Archives des sciences sociales des religions, n°50/2, 1980, p. 262. []
  6. Jacques Berlioz, op. cit. []
  7. Voir Olivier Mattéoni, ” Philippe Contamine. De Jeanne d’Arc aux guerres d’Italie, images et problèmes du XVe siècle”, Médiévales, n°32 (Voix et signes. Nouvelles musiques du XIIIe au XVe siècle), 1997, p. 135-137. []

Marianne Arnold

Bibliothèque nationale de France, département Philosophie, histoire, sciences de l'homme

More Posts


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search