Clarisse Bader (1840-1902) : une des premières historiennes des femmes

Le 14 février 1902, une certaine Clarisse Bader, “sans profession”, décède :

L’an mil neuf cent deux, le quatorze février à vingt heures du soir. Acte de Décès de Clarisse Bader, âgée de soixante et un ans, sans profession, née à Strasbourg (Bas-Rhin), décédée en son domicile à Paris, rue Barbet de Jouy 37, ce matin à dix heures. Fille de Daniel Michel Bader, et de Justine Frédérique Hardy, époux décédés. Célibataire. Dressé par nous Claude Arthur Pougy, adjoint au maire, officier de l’état-civil du dix-septième arrondissement de Paris, chevalier de la Légion d’honneur, après nous être assuré du décès. Sur la déclaration de Jacques Audigé, âgé de cinquante-trois ans, docteur en médecine, domicilié avenue Bosquet 26, et de Achille Viallate, âgé de trente-cinq ans, publiciste, domicilié rue de Lille 7, qui ont signé1.

Pourtant, Clarisse Bader n’est pas sans profession ! L’officier d’état-civil, Claude Arthur Pougy, doit avoir eu l’embarras du choix : la nommer “publiciste” (journaliste) comme Achille Viallate l’est dans le même document, “femme de lettres” comme l’indiquent les jours suivants les journaux, ou “historienne” (ce qu’aucun titre de presse ne fait après le décès de Clarisse Bader !)…

Certes, il y a des précédents prestigieux de femmes dites “sans profession” lors de leur décès : “Lucile Aurore Amandine Dupin (dite George Sand)” est aussi déclarée “sans profession”, en 1876, dans l’Indre2. En 1888, Hubertine Auclert, pourtant directrice du journal La Citoyenne, est “sans profession” lorsqu’elle épouse à Alger Antonin Lévrier3, mais elle est “femme de lettres” dans le registre qui mentionne son décès en 19144. En 1890, Olympe Audouard, fondatrice de cinq journaux, écrivaine, meurt à Nice avec l’étiquette “rentière5”. En 1892, Marguerite Durand convole avec Georges Laguerre sous l’étiquette “rentière” alors qu’elle est comédienne6. Toutefois, en 1936, l’officier d’état-civil indique lors du décès “directrice de journaux, conservatrice de la bibliothèque Marguerite Durand7”.

Clarisse Bader est sans doute morte quelques années trop tôt pour que son activité soit consignée, dans un univers encore patriarcal qui voit facilement des bas-bleus partout. Ou bien les déclarants du décès (qui sont ses exécuteurs testamentaires) n’ont pas jugé bon informer l’officier d’état-civil des fonctions qu’elle a remplies, peut-être à la demande de Clarisse Bader elle-même. Nous allons voir en effet que si elle est attachée à son identité de femme de lettres, elle ne tient pas nécessairement pas à la voir affirmée sur la place publique.

Physiologie du Bas-Bleu par Frédéric Soulié ; vignettes de Jules Vernier, vers 1830-1850. Gallica (BnF).

Clarisse Bader, une existence sacrifiée ou sacrificielle ?

On sait peu de choses de Clarisse Bader. Elle est née à Strasbourg (Bas-Rhin) le 28 décembre 1840 d’une mère au foyer, Justine Frédérique Hardy née à Franckenthal (Bavière, Allemagne) et d’un père militaire, Daniel Michel Bader, issu d’une famille de cultivateurs de Sarre-Union, dans le Bas-Rhin, qui s’étaient épousés en février 18408. La famille, alsacienne, est optante en 1872 : suite au Traité de Francfort (1871), elle choisit la nationalité française9. Les différentes nécrologies contemporaines qui lui sont consacrées donnent à entendre que Clarisse s’est dévouée à ses parents et à ses recherches. Apparemment fille unique, elle est restée célibataire et a semble-t-il assuré la subsistance du foyer quand son père n’a plus été en mesure de le faire10. Sa mère meurt en janvier 1885, son père en mai de la même année11.

On sait également que Clarisse Bader a toujours tenu à la plus grande discrétion, prévoyant notamment d’être accompagnée lors de ses obsèques par ses amis, car elle n’a alors plus aucune famille, et de ne recevoir ni fleurs ni couronnes.

On ignore donc si, comme beaucoup de femmes de sa génération elle s’est sacrifiée au bien-être de ses parents (on verra que le travail féminin est pour elle acceptable dans certaines circonstances) ou s’il s’agit d’un choix, car elle déclare dans ses écrits qu’il est possible pour une femme de ne pas se marier, ce qui n’est alors pas un discours convenu dans son milieu catholique.

Elle affirme haut et fort sa foi dans ses ouvrages, se réclamant notamment de  Dupanloup. Le célèbre prélat distingue en effet la “femme studieuse” de la “femme savante” et encourage une forme d’instruction pour les jeunes filles qui selon lui, si elle est bien conduite, préserve la famille chrétienne12. L’ouvrage de Dupanloup intitulé La Femme studieuse (1867) connaît le succès et est maintes fois réédité jusqu’en 1914.

=> Cliquez sur les flèches ci-dessous pour lire La Femme studieuse dans une édition de 1914

Membre de la société asiatique, Clarisse Bader s’engage notamment dans les rangs de la Société antiesclavagiste de France, en tant que “dame patronesse” [sic].

 

Clarisse Bader, historienne ?

Dans Générations historiennes – XIXe-XXIe siècle, Olivier Poncet note à propos des historiens nés entre 1835 et 1849 (“génération transfigurée”) qu’ils sont nombreux encore à provenir d’autres horizons que celui de l’université. Il ajoute que “le milieu était exclusivement masculin, à la brillante exception de Clarisse Bader13”.

Il ne fait désormais aucun doute que Clarisse Bader est une des premières historiennes14, et même l’une des rares historiennes françaises du XIXe siècle. Son travail est reconnu par ses pairs qui la citent volontiers, elle échange avec de nombreux savants (voir ici une lettre qu’elle adresse à Victor Cousin). Elle est récompensée à plusieurs reprises par l’Académie. Et si ses ouvrages peuvent nous paraître aujourd’hui bavards et manquant parfois de sources vérifiées, il ne faut pas oublier que ses homologues masculins procèdent alors de la sorte.

Clarisse Bader publie son premier livre, La femme dans l’Inde antique : études morales et littéraires (1863), à l’âge de 23 ans, et le dédie au libraire-éditeur Benjamin Duprat. L’ouvrage reçoit une récompense de l’Académie française :

Recueil des discours, rapports et pièces diverses lus dans les séances publiques et particulières de l’Académie française (…) p. 465. Gallica (BnF).

Pendant vingt ans, Clarisse Bader publie régulièrement sur l’histoire des femmes. Elle collabore aussi sur ce thème à de nombreux journaux comme Le Journal des Débats ou Le Correspondant. Par exemple, elle donne à  La Semaine des Familles des articles intitulés “Nos Aïeules les Gauloises”, “Napoleonis Mater, étude historique”, etc.

Le champ de l’histoire des femmes lui paraît-il désormais avoir une connotation trop féministe (c’est en 1873 que Olympe Audouard publie par exemple Gynécologie. La Femme depuis six mille ans) ? Le renouvellement de l’historiographie lui inspire-t-il des méthodes de recherche différentes ? Elle s’attache à partir des années 1880 à des travaux pour lesquels elle utilise des sources de première main, et s’attelle à des thématiques le plus souvent patriotiques, comme Un ami du général Bonaparte. Les souvenirs du receveur général Collot d’après des documents en partie inédits (1897) et monarchistes, sans abandonner totalement l’histoire des femmes.

Sa production abondante et polymorphe (voir ici les différentes œuvres de Clarisse Bader) en fait une “auteure prolifique” parmi les historiennes fin de siècle,  comme le souligne Claude Ghiati15. Il faut peut-être aussi y voir a posteriori les effets d’une politique active d’auto-légitimation de l’historienne qui aurait pallié les lacunes d’un dépôt légal éditeur auprès de la Bibliothèque nationale parfois peu systématique en ce qui concernait les productions féminines… Elle serait même allée plus loin (ou quelqu’un l’aura fait pour elle) : on notera en effet que plusieurs tirés à part de ses articles sont alors enregistrés dans le catalogue de la Bibliothèque nationale (voir l’exemple ci-dessous).

Clarisse Bader, “Marie Antoinette en 1783 et 1793, d’après des documents manuscrits et en partie inédits”. Ce tiré à part d’un article paru dans Le Correspondant a été enregistré parmi les cotes LB de la Bibliothèque nationale : 8-LB39-12061 (Département Philosophie, histoire, sciences de l’homme, BnF).

Clarisse Bader, une historienne qui écrit sur les femmes ?

Une femme historienne, qui se lance très jeune dans l’écriture d’une série sur l’histoire des femmes, voilà qui peut déconcerter ses contemporains. Les compte-rendus (masculins), tout en rendant unanimement hommage à l’érudition et au style de “Mademoiselle Clarisse Bader”, soulignent parfois les lacunes ou l’inexactitude de son travail quand il s’agit de sexualité, tout en affectant de penser que cela est plus convenable pour une dame. Il s’agit peut-être aussi d’un déplacement intellectuel qui permet de ne pas polémiquer sur d’autres aspects de son œuvre, notamment la référence constante à la religion catholique.

A. de Mandre, “Revue littéraire”, La Comédie, 1er janvier 1877. Gallica (BnF).

 

Le plus féroce est Maxime Gaucher chez qui les recherches de Clarisse Bader sur La femme romaine semblent avoir entraîné une gaieté sans bornes. Ses sarcasmes, qui s’étendent sur plusieurs paragraphes, débutent de la sorte :

Le courage de Mlle Bader est voisin de l’héroïsme. Et songez qu’elle a lu les auteurs dans le texte et que, lorsqu’elle les cite, elle donne, non la traduction d’autrui, mais la sienne. En vérité, dites-vous, elle a affronté l’Art d’aimer ? Quoi ! elle a suivi Juvénal suivant lui-même Messaline la nuit hors du palais ? Comment nous racontera-t-elle tout ce qu’elle a vu et entendu ce soir-là ? — Rassurez-vous, elle ne nous le racontera pas, s’excusant sur son sexe. — À la bonne heure ; mais l’ouvrage aura des lacunes alors16!

Les oeuvres de Clarisse Bader sur l’histoire des femmes font surtout consensus chez ceux de ses contemporains que la véritable émancipation des femmes dérange. Une femme qui écrit sur l’histoire des femmes, sans audaces notoires, voilà qui satisfait non seulement son milieu catholique mais aussi un plus vaste public hostile à l’émancipation féminine, tout en tenant à un semblant d’ouverture. Clarisse Bader “qui a si bien étudié et si bien décrit la condition de la femme à diverses époques et en divers pays” fait autorité sans déranger : “Les savants reconnaissent la science de Mlle Bader ; les moralistes, ses saines idées ; les écrivains, ses qualités de style. L’Académie l’a trois fois couronnée17” déclare Xavier Marmier. Un journaliste, après avoir souligné que La Femme grecqueest aussi instructif, aussi complet que le permettent les convenances, dans un livre écrit par une femme et surtout pour les femmes”, conclut en 1872 :  “De tels travaux reposent et consolent des élucubrations de nos libres-penseures18”.

C’est ainsi que Clarisse Bader se retrouve involontairement (quasi) lauréate du premier prix Ann Lynch Botta destiné à récompenser une œuvre permettant de lutter contre les préjugés sur les femmes. Or les Académiciens reculent devant la nature du prix qu’ils accueillent et s’effraient devant les ouvrages proposés :

Une part du prix de 5 000 francs dû à la générosité de Mme Botta recevra dès aujourd’hui une bonne et honorable affectation mais le prix lui-même, comme le prix de poésie, sera remis encore au concours pour être disputé de nouveau, et décerné aussi dans deux ans.
En l874, le l8 décembre, Mme Botta écrivait de New York à l’Académie pour lui offrir de mettre à sa disposition un prix de 8 000 francs qui tous les cinq ans serait attribué au meilleur ouvrage publié en France sur le thème suivant, disait-elle : La Femme, et de quelle manière ses relations domestiques, sociales et politiques pourraient être modifiées dans l’intérêt d’une civilisation plus haute. Assez irrespectueuse pour notre civilisation moderne, cette formule américaine était de nature à effaroucher quelque peu une compagnie pacifique, amie de tous les progrès, mais ennemie de toutes les révolutions ; littéraire avant tout et par dessus tout ; qui ne demanderait qu’à céder toujours à des confrères plus compétents l’honneur, périlleux pour elle, de traiter les questions politiques et sociales.

Sans refuser tout à fait son concours et sa peine, que d’habitude elle ne marchande pas à qui les réclame, l’Académie dut cette fois montrer quelque hésitation ; mais bientôt, toute sa liberté d’action restant réservée, le prix fondé par Mme Botta fut d’un commun accord, destiné formellement au meilleur ouvrage, qui serait présenté sur la condition des femmes.
Ce prix, nous, espérions le décerner aujourd’hui pour la première fois. Cinq concurrents ont répondu seuls à notre appel, et, si le sujet proposé dans l’origine par Mme Botta avait été adopté, un petit livre, intitulé la Femme libre, aurait eu certainement des droits à la préférence. Mais plus il se rapprochait du programme écarté par l’Académie, plus, par cela même,  il s’éloignait de celui qui a prévalu, de celui qui pour nous est la loi et que nous avons dû respecter.

Dans ce volume, qui tient tout ce que le titre promet, l’auteur a fait preuve d’un talent réel mais il a manqué le but, en manquant de mesure et de modération. Au lieu de traiter en philosophe et en moraliste des questions de morale et de philosophie, c’est avec passion qu’il agite des questions sociales que nous n’avons pas à discuter avec lui. Ses intentions sont bonnes, ses moyens sont dangereux. Pour améliorer la condition des femmes, il ne faut pas commencer par en faire des hommes, il ne faut pas leur enlever ce premier mérite qui toujours sera leur charme, leur honneur et leur droit, le mérite d’être des femmes !

Par ses qualités comme par ses défauts, ce livre était de ceux qui ne passent pas inaperçus il a eu cet avantage et cet inconvénient. Le prix n’a pu lui être donné mais personne ne l’a obtenu19.

On peut supposer en effet que La Femme libre est l’ouvrage publié en 1877 par Léon Richer, libre-penseur, féministe, soutien de Julie Daubié, fondateur de revues comme Le Droit des femmes, créateur avec Maria Deraismes de l’Association pour le droit des femmes … C’est là que l’Académie française a l’idée de recourir à la série de Clarisse Bader sur l’histoire des femmes …

Une importante série d’études sur le développement historique de la condition des femmes dans tous les pays et à toutes les époques avait pourtant attiré l’attention de l’Académie, qui se souvenait d’avoir à deux reprises, en 1864 et en 1872, encouragé leur auteur, Mlle Clarisse Bader.

Sous ces divers titres : la Femme dans L’Inde antique, la Femme biblique, la Femme grecque et la Femme romaine, Mlle Bader a entrepris depuis près de vingt ans entrepris un immense travail d’information spéciale qui la plaçait déjà dans les termes du concours avant que le concours existât ; elle y sera d’autant plus qu’elle avancera davantage dans l’achèvement de son œuvre, œuvre encyclopédique qui a préparé la question, qui l’a étudiée, commentée, élucidée, mais qui, manquant jusqu’à ce jour d’une conclusion formelle, ne l’a pas encore résolue.

Voulant honorer des efforts persistants et récompenser des travaux littéraires qu’anime partout le sentiment moral, comme le disait ici M. Villemain en proclamant le prix décerné à la Femme dans l’Inde antique ; voulant aussi témoigner autant que possible du désir qu’elle aurait de répondre sans retard au vœu de la donatrice, l’Académie a prélevé, sur le montant du prix Botta, une somme de 2 000 fr. qu’elle attribue avec estime à Mlle Clarisse Bader, en attendant qu’un ouvrage plus complet achève ce qu’elle a si utilement commencé20.

Lors d’un séjour en France, Madame Botta demande à rencontrer Clarisse Bader. Cette dernière raconte leur entrevue quelques années plus tard, non sans avouer avec humour qu’elle a craint la réaction de l’Américaine devant le fait que “l’Académie avait, sur le prix institué par elle, couronné des idées diamétralement opposées aux siennes21”…

Clarisse Bader, féministe ou pas ?

Clarisse Bader est difficilement classable. Elle est parfois répertoriée aujourd’hui parmi les féministes pour son oeuvre sur l’histoire des femmes et certaines de ses affirmations.  Si elle ne revendique pas cette étiquette, elle tente cependant dans son travail sur La femme française dans les temps modernes d’examiner au prisme de l’histoire l’évolution des droits des femmes. Ainsi, elle n’est pas totalement fermée à l’idée que des femmes puissent être médecins, et le mariage ne lui paraît pas obligé même si elle en fait la pierre d’angle de la famille chrétienne. Elle se cantonne toutefois dans son étude à un espace soigneusement délimité par Dupanloup d’une part pour les femmes du monde désireuses d’avoir une instruction solide, et Jules Simon d’autre part (et encore !) pour les femmes issues du peuple22.

Ce n’est pas en tout cas une féministe réclamant haut et fort la systématique émancipation politique, sociale et familiale des femmes. Elle ne cite d’ailleurs pas les féministes de sexe féminin qui luttent pour l’égalité des droits entre hommes et femmes. En revanche, elle évoque Léon Richer dont La Femme libre l’a particulièrement indisposée. En effet, Richer avance dans cet ouvrage que “sur neuf millions de femmes majeures, quelques milliers à peine voteraient librement ; le reste irait prendre le mot d’ordre au confessionnal23”. Clarisse Bader riposte :

Ils espèrent qu’en faisant miroiter à ses yeux la perspective de l’émancipation, elle tombera en leur pouvoir. Et c’est si bien un intérêt de secte qui est ici en jeu, que le plus fidèle avocat de l’émancipation des femmes désire qu’elles ne jouissent pas immédiatement du droit de suffrage […] Ce n’est que lorsque la libre pensée aura émancipé l’esprit des femmes, que leurs défenseurs les jugeront dignes du droit de suffrage.

C’est sans doute aussi pour le même motif que nos aptitudes aux fonctions d’avocat et de magistrat, aptitudes parfaitement reconnues d’ailleurs, pourront n’être employées que plus tard.
Ce sera plus prudent pour la libre pensée.
En attendant, on réclame pour nous l’accès à toutes les autres fonctions civiles, bien entendu, car, malgré l’habileté stratégique que nous reconnaissait au XVIe siècle Marie de Romieu, on s’obstine à ne point placer au nombre de nos droits celui de défendre notre pays par les armes mais cela viendra24.

Enfin, elle mentionne – parfois sans la nommer – à plusieurs reprises George Sand à qui elle reproche notamment ses convictions socialistes.

Les articles nécrologiques qui lui sont consacrés en 1902 rendent compte de la difficulté à désigner une auteure qui écrit sur les femmes, appartient à la catégorie des historiens où les femmes sont sous-représentées, réclame dans quelques domaines l’égalité des sexes et … milite néanmoins pour que la femme demeure au foyer. Dans le tableau ci-dessous, on pourra constater qu’un journal catholique comme l’Univers, dans son enthousiasme pour une historienne studieuse, n’hésite pas à la parer de travaux virils, tandis que La Fronde, feuille féministe, reste prudente.

 

Désignation de l’état-civil de Clarisse Bader dans l’article nécrologique Désignation des fonctions de Clarisse Bader Allusions au genre et/ou au féminisme Source de l’article nécrologique
« Mlle Clarisse Bader » « collaboratrice du Monde »

« auteur d’ouvrages »

« appartenait à ce groupe d’élite de femmes de lettres chrétiennes qui honorent leur sexe par des travaux virils et fournissent des arguments vivants aux féministes raisonnables »

« auteur d’ouvrages sur la femme »

L’Univers, 18 février 1902
« Mlle Clarisse Bader » « talent d’écrivain »

« collaboratrice des livres du comte de Chambrun »

 

[néant] Bulletin de la Société antiesclavagiste de France, 1er janvier 1902
« Clarisse Bader »

« Mlle Bader »

« auteur » « s’adonna à des études qui ne sont
généralement pas du goût de son sexe »
Revue alsacienne illustrée, 1er janvier 1902
« Mlle Clarisse Bader » « a publié dans le Journal des Débats quelques articles remarqués » [néant] Journal des débats politiques et littéraires, 17 février 1902
« Mlle Clarisse Bader » « l’érudit auteur d’ouvrages sur la femme, collaborateur du Journal des Débats, du Correspondant […] » « auteur d’ouvrages sur la femme » La Fronde, 17 février 1902
« Mlle Clarisse Bader » « l’érudit auteur d’ouvrages sur
la femme, collaborateur de plusieurs journaux »
« auteur d’ouvrages sur
la femme »
Le Rappel, 18 février 1902
« Mme Clarisse Bader » « un écrivain distingué » « une femme de bien » Le Figaro, 17 février 1902
« Mlle Clarisse Bader » « la femme écrivain » « la femme écrivain » La Vérité, 18 février 1902

La lecture des ouvrages de Clarisse Bader doit se faire à l’aune des discours de ses contemporains sur l’émancipation des femmes si l’on ne veut pas risquer de contre-sens. Comme l’indique Sylvie Biet25, notre auteure n’est pas à la recherche d’un féminisme égalitaire : catholique, monarchiste, Clarisse Bader fait siennes les thèses traditionnelles du catholicisme sur les femmes ; mais elle consacre sa vie à étudier la condition des femmes et les améliorations à y apporter. Lorsque la Revue de l’enseignement secondaire et de l’enseignement supérieur publie en 1889 une liste de “Documents, publications et ouvrages récents relatifs à l’éducation des femmes et à l’enseignement secondaire des jeunes filles”, Clarisse Bader y a une place notable26.

Elle a donc à sa manière contribué de manière importante au féminisme en démontrant par les faits que les femmes peuvent être historiennes et que l’étude de l’histoire des femmes n’est pas un apanage masculin. Il est d’ailleurs un signe qui ne trompe guère : la férocité des contempteurs du bas-bleuisme ne l’épargne pas !

Clarisse Bader, un bas-bleu ?

Honoré Daumier, planche 13 de la série “les bas-bleus”. Le Charivari, 8 mars 1844. Expositions BnF : http://expositions.bnf.fr/daumier/grand/056.htm

Clarisse Bader se voit bientôt consacrer un chapitre entier des pures méchancetés de Jules Barbey d’Aurevilly sur les auteures contemporaines dont il juge qu’elles sont des “bas-bleus”, comme George Sand, Sophie Gay, André Léo, Louise Colet, etc. Et il n’est pas innocent de constater que les reproches essentiels qu’adresse Barbey d’Aurevilly à Clarisse Bader au fil de la dizaine de pages qu’il lui réserve sont de : 1/ oser l’histoire 2/ consacrer à la Femme ses travaux historiques !

Jules Barbey d’Aurevilly, Les oeuvres et les hommes. 5, Les bas-bleus, 1878. Page 316. Gallica (BnF).

Quelques années plus tard, Guy de Maupassant n’est guère tendre non plus lorsqu’il raconte la séance de l’Académie française durant laquelle Clarisse Bader reçoit une partie du prix Botta (voir plus haut). Mais se moque-t-il de l’Académie ou de Clarisse Bader, la chose est difficile à juger…

Après ça, on a donné un gâteau à Mlle Clarisse Bader qui burine près de vingt ans ! un immense travail d’information spéciale sur la femme dans l’Inde antique, la femme biblique, la femme grecque, la femme romaine, la femme à papa et la fam-ine en Algérie27.

Olympe Audouard répond à Barbey d’Aurevilly par une longue conférence très ironique28. Si Clarisse Bader n’évoque pas les moqueries contre les bas-bleus, son homonyme Clarisse Badère préfère se distinguer d’elle et se faire appeler Clémence Bader ou “Madame Bader de Vendôme”. Mais cette autre Clarisse Badère n’a guère de chance non plus avec les auteurs masculins : Alexandre Dumas évoque son œuvre avec mépris dans “La Dame au volubilis” en 1854…

En faisant œuvre d’historienne, et en choisissant de surcroît d’écrire sur l’histoire des femmes, Clarisse Bader a donc été incontestablement une pionnière, n’en déplaise à Barbey d’Aurevilly et Maxime Gaucher …!

 

 

=> Pour aller plus loin :

– Yann Kergunteuil, “Écrire l’histoire des femmes : quelles ressources à la BnF ?” , 2021.

– Sur Clarisse Bader et/ou les premières femmes historiennes, on peut lire entre autres :

– Sur les femmes citées au fil de ce billet, on peut consulter en ligne les ressources BnF suivantes :

Citer ce billet : Agnès Sandras, "Clarisse Bader (1840-1902) : une des premières historiennes des femmes," in L'Histoire à la BnF, 08/03/2022, https://histoirebnf.hypotheses.org/14253, [consulté le 25/05/2022].

  1. AD Paris, Registres des décès, 7e arrondissement, 1902, acte 246. []
  2. AD Indre, Nohant-Vic, Registre des décès, 1876, acte 12. []
  3. ANOM, Registres des mariages, Alger, 1888. []
  4. AD Paris, Registres des mariages, 11e arrondissement, 1914, acte 1242. []
  5. AD Alpes-Maritimes, Registres des décès de Nice, année 1890, p. 44. []
  6. AD Yvelines, Registre des mariages de Maisons-Laffitte, 1892. []
  7. AD Paris, Registres des décès, 5e arrondissement, 1936, acte 368. []
  8. AD Bas-Rhin, Registres des mariages, Strasbourg, 1840 et AD Paris, Registres des décès, 7e arrondissement, 1902, acte 246. []
  9. AN : Listes d’optants – 1872 – 1872 ; BB-31-16. []
  10. Daniel Michel Bader est fait chevalier de la Légion d’Honneur en 1853, officier en 1861. Voir son dossier reconstitué sur la base LEONORE. []
  11. AD Paris, Registres des décès, 7e arrondissement, 1885. []
  12. Voir Nicole Mosconi, “La femme savante“, in Revue française de pédagogie, volume 93, 1990, p. 27-39 et Marc-Antoine Pottin, “Dupanloup et l’éducation des filles, in Genre & Éducation : Former, se former, être formée au féminin (dir. Paul Pasteur, Presses universitaires de Rouen et du Havre, 2009. []
  13. Olivier Poncet, “la génération transfigurée” in Générations historiennes – XIXe-XXIe siècle (dir. Yann Potin et Jean-François Sirinelli), Paris, CNRS Éditions, 2019, page 67. []
  14. Voir Isabelle Ernot, « L’histoire des femmes et ses premières historiennes (XIXe-début XXe siècle) », Revue d’Histoire des Sciences Humaines, 2007/1 (n° 16), p. 165-194, et “A la bibliothèque Thiers, à Paris, découvrez Clarisse Bader (1840-1902) et la condition féminine au XIX e siècle“, Entretien avec Sylvie Biet, conservateur en chef de la bibliothèque de l’Institut de France et de la bibliothèque Thiers, avec Anne Jouffroy, Canal Académies, 2012. []
  15. Claude Ghiati “De quelques historiennes « fin de siècle » (1898-1902). Étude à partir du Répertoire de Pierre Caron”, in Histoires d’historiennes – Études réunies par Nicole Pellegrin Saint-Étienne, Publication de l’Université, coll. «l’école du genre», série Nouvelles recherches n°1, 2006, p. 86. []
  16. Maxime Gaucher, “Causerie littéraire“, La Revue politique et littéraire, 17 février 1877. []
  17. Xavier Marmier, “En Alsace“, Revue britannique, ou Choix d’articles traduits des meilleurs écrits périodiques de la Grande-Bretagne, 1er janvier 1884. []
  18. B.E., “Revue bibliographique“, Revue de France, 1er janvier 1872. Sur les libre-penseuses, voir Jacqueline Lalouette, La libre pensée en France : 1848-1940, Paris, A. Michel, 2001. []
  19. Académie française – Séance publique annuelle du 4 août“, Le Journal des Débats, 6 août 1881. []
  20. Académie française – Séance publique annuelle du 4 août“, Le Journal des Débats, 6 août 1881. []
  21. Clarisse Bader, “Un salon littéraire à New York“, Le Correspondant, septembre 1894. Sur cette affaire, voir Juliette Delobel, “Anne Lynch Botta, une Américaine à Paris“, Blog Gallica, 2021. []
  22. Jules Simon publie en 1861 L’Ouvrière. Sur la place de l’ouvrière dans les représentations contemporaines, voir Joan W. Scott, « “L’ouvrière ! mot impie, sordide”. Women Workers in the Discourse of French Political Economy, 1840-1860 », The Historical Meaning of Work (dir. P. Joyce), Cambridge University Press, 1987. []
  23. Léon Richer, op. cit, page 238. []
  24. Clarisse Bader, La femme française dans les temps modernes, 1883, page 460. []
  25. A la bibliothèque Thiers, à Paris, découvrez Clarisse Bader (1840-1902) et la condition féminine au XIX e siècle“, Entretien avec Sylvie Biet, conservateur en chef de la bibliothèque de l’Institut de France et de la bibliothèque Thiers, avec Anne Jouffroy, Canal Académies, 2012. []
  26. Revue de l’enseignement secondaire et de l’enseignement supérieur, 15 août 1889, pages 179 et suiv. []
  27. Guy de Maupassant, “Un beau discours, le supplément littéraire du Figaro, 12 septembre 1925. Le texte alors inédit aurait été remis au Figaro par Juliette Adam à qui Maupassant l’aurait fait parvenir en 1881. Le jeu de mots final sur l’Algérie s’explique par le fait que Maupassant est de retour d’Algérie et vient de dénoncer la réalité coloniale, notamment une situation de famine. Voir : “1881. Maupassant, chroniqueur vagabond… et reporter critique dans l’Algérie française“, France Culture, 25/01/2019. []
  28. Olympe Audouard, “M. Barbey-d’Aurévilly, réponse à ses réquisitoires contre les bas-bleus / conférence du 11 avril, par Mme Olympe Audouard“. []

Agnès Sandras

chargée de collections en histoire de France au département Philosophie, histoire, sciences de l'homme

More Posts


Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.