C’est du propre ! – Partie 1 : La blanchisseuse professionnelle

À l’occasion de la 24e édition des Rendez-vous de l’histoire à Blois en octobre 2021, qui étaient consacrés au thème « Le travail », deux billets proposent de revenir sur la blanchisserie professionnelle, de la figure de la blanchisseuse à la grande industrie qui se met en place à la fin du XIXe siècle. Dans ce premier billet sont abordés la blanchisseuse à la pièce, le cadre artisanal de la boutique et les buanderies de la région parisienne.

Le terme « blanchissage » englobe toutes les étapes de traitement du linge sale (coulage ou trempage, lessivage ou savonnage, essorage, séchage et repassage ainsi que des traitements d’apprêt tels que l’amidonnage ou le passage au bleu autrement nommé azurage). Il se distingue du blanchiment qui désigne l’ensemble des procédés de traitement des textiles neufs, tout en lui empruntant certaines machines et composés chimiques. La blanchisserie désigne les étapes du traitement du linge sale mais aussi parfois le lieu où s’effectuent une partie d’entre elles.

La blanchisserie peut être domestique ou professionnelle. C’est particulièrement dans l’espace urbain que se développent les métiers de la blanchisserie, là où l’exiguïté des logements, la difficulté croissante de l’accès à l’eau et le temps occupé par d’autres travaux ne permettent pas un traitement du linge à domicile. Là également où, dès le milieu du XIXe siècle l’essor de la demande de linge propre est alimentée à la fois par les préoccupations hygiénistes mais aussi par le développement de grands établissements comme les hôpitaux, les casernes, les hôtels, les prisons, les lycées…

C’est un métier protéiforme (blanchisseur à la pièce, en boutique, de linge fin ou dans une grande entreprise), dont les contours évoluent au cours du XIXe jusqu’au milieu du XXe siècle. Après les années 1950, la démocratisation de la machine à laver dans les foyers et l’essor de la technique du nettoyage à sec font disparaître une partie de cette activité.

La blanchisserie a été étudiée par les historiens, par le prisme de l’histoire locale par exemple1. Michelle Perrot évoque de son côté le lavoir comme lieu de sociabilité féminine2 et d’autres études prennent l’angle du genre pour évoquer les blanchisseuses. Raphaël Morera et Thomas Leroux dans un article de Genre et Histoire (2018), tout en reprenant cette approche, replacent aussi la blanchisserie dans le cadre de l’histoire environnementale à l’heure des premières industries chimiques, entre 1750 et 18203. L’histoire culturelle s’intéresse au rapport entre le propre et le sale4 et l’histoire des techniques se penche sur les machines et les processus industriels5.

Quels sont les gestes communs, les lieux, les produits utilisés par les blanchisseuses professionnelles, comment la grande industrie transforme-t-elle le métier par sa mécanisation et par l’emploi d’hommes ? Quels sont les risques de ce travail précaire et physiquement usant ? Enfin comment le métier s’organise-t-il entre syndicats professionnels et revendications spécifiques ?

Les collections de la BnF permettent de brosser un certain portrait de ce métier en évolution, grâce à de nombreuses publications qui conseillent, critiquent, dénoncent ou présentent des modèles à adopter avant de normaliser les pratiques. Les manuels à usage domestique ou professionnel, technique ou prophylactique qui se multiplient à partir du milieu du XIXe siècle sont une source importante. Citons par exemple, dès 1805 l’ouvrage d’Antoine Alexis Cadet de Vaux (1743-1828), Instruction populaire sur le blanchissage domestique à la vapeur qui s’adresse « aux maîtresses de maisons, aux dames hospitalières, aux femmes vouées à la profession de blanchissage… ». Le traité du blanchissage manuel écrit par Eugène Julia de Fontenelle (1790-1842) en 1834 et maintes fois réédité s’adresse lui aussi à un public large, professionnels ou « maîtresses de maison6 ».

Antoine Alexis Cadet de Vaux, Instruction populaire sur le blanchissage à la vapeur, Paris, au bureau du Journal d’économie rurale et domestique, an XIII-1805 (BnF).

Aux côtés des multiples règlements et sources juridiques se trouvent également des publications publicitaires, des appels à participation destinés à convaincre de futurs actionnaires d’investir dans l’établissement d’une blanchisserie. Ces documents de quelques pages déploient leur argumentaire détaillant outils, machines, personnels, tarifs et fournissent des informations précises qui renseignent sur ce qu’un établissement modèle signifie à une époque donnée.

Enfin, la presse constitue une source multiple : presse militante, presse technique et professionnelle ou presse de vulgarisation scientifique. Des revues comme Les Annales de la construction ou le Génie civil s’intéressent par exemple à la grande industrie et aux établissements modèles, dont les entrepreneurs sont aussi des ingénieurs appartenant à la même sphère de sociabilité que les rédacteurs des revues. Les organes des syndicats professionnels comme la chambre syndicale des blanchisseurs, buandiers et lavoirs publics des départements de la Seine et Seine et Oise (1873), qui se mettent en place à la fin du XIXe siècle témoignent enfin de l’évolution d’un métier.

Afin de cerner la multiplicité de ce métier et d’en saisir les principales évolutions, évoquons d’abord les différentes échelles de la blanchisserie professionnelle depuis la blanchisseuse indépendante, jusqu’à blanchisserie industrielle avant de présenter la constitution et les revendications d’une profession à risque.

Des mots et des images

« Artisans : le maçon et la blanchisseuse », in Pierre-Joseph Buc’hoz, Histoire générale des animaux, des végétaux et des minéraux…, Paris, Buc’hoz, 1776, pl. VIII. Gallica (BnF).

La présence de blanchisseuses de métier en ville est attestée depuis l’époque médiévale. Elles se rencontrent d’abord sous la dénomination de « lavandières ». Le Dictionnaire de l’Académie française de 1694 indique ainsi que la lavandière est une « femme qui lave la lessive ». Quant au terme « blanchisseuse », il désigne plus précisément celle qui rend le linge blanc. À noter également, que s’il existe un équivalent masculin à blanchisseuse, le blanchisseur, ce n’est pas le cas pour la lavandière toujours envisagée au féminin.

Le Dictionnaire françois de Pierre Richelet (1626-1698) établit, en 1706, une hiérarchie entre la lavandière chargée d’une des opérations du traitement des « grosses lessives », le lavage et la blanchisseuse qu’elle aide et dont elle dépend. La blanchisseuse est toujours associée au blanc du linge mais elle peut s’occuper de « gros ou menu linge ». La référence au blanc est significative. « La blancheur du vêtement joue un rôle décisif : elle rend visible la propreté et l’appartenance de classe7 ». Les plus riches font même blanchir leur linge en Hollande réputée pour sa technique.

Au XIXe siècle, la distinction entre le blanchiment et le blanchissage est clairement établie, par le Dictionnaire technologique, ouvrage encyclopédique en 22 tomes et deux atlas de planches édités entre 1825 et 1835. Le blanchiment permet « d’enlever la matière colorante naturelle qui revêt les fibres écrues du lin, du coton, du chanvre (…) » et le blanchissage sert à « nettoyer les fibres ou les tissus de toute substance qui les salit accidentellement ». S’il existe plusieurs entrées au mot « lavage », lavage des laines ou des métaux, on ne trouve plus de trace de la lavandière, dans un ouvrage avant tout promoteur des nouveaux arts chimiques et mécaniques.

Enfin en 1859, le Nouveau dictionnaire de la langue française  dans sa définition de « lavandière » renvoie à « blanchisseuse ». Le terme de laveuse se substitue de plus en plus à la lavandière. Quant au mot buandière, il désigne la blanchisseuse de linge fin. Notons ici que les tissus de couleurs ou à motifs demandent un traitement particulier pour ne pas perdre leur éclat sous l’action de l’eau trop chaude ou des agents de saponification. Le nettoyage à sec est donc préconisé pour les détacher. Les teinturiers utilisent pendant longtemps de l’essence de térébenthine avant d’employer à la fin du XIXe siècle la benzine, dérivé de pétrole puis d’autres solvants comme le trichloréthylène puis le perchloréthylène au milieu du XXe siècle.

La blanchisseuse circule en ville, centre urbain dont elle est indissociable. De nombreuses estampes la représentent avec sa hotte ou son panier portant le linge sale au lavoir ou livrant le linge propre.

Louis-Marin Bonnet (1743-1793), La Blanchisseuse. Gallica (BnF)

Théophile Alexandre Steinlen, Blanchisseuses reportant l’ouvrage, 1898. Gallica (BnF)

Le personnage de Gervaise dans L’Assommoir d’Emile Zola (1876) permet d’introduire les différentes figures de la blanchisseuse. Au début du roman, Gervaise travaille pour Madame Fauconnier, patronne de boutique ; laveuse, elle s’occupe également du repassage. Son rêve de devenir elle-même patronne de sa boutique « une boutique, une arrière-boutique avec deux autres chambres », employant également des ouvrières, ne se réalise qu’éphémèrement avant que sa situation ne se détériore.

Eugène Laurent Isidore Regnier, Théâtre de l’ambigu. L’Assommoir, drame en dix tableaux, de MM. Busnach et Gastineau, d’après le roman de M. Emile Zola. Deuxième tableau : le lavoir 1879. Gallica (BnF)

La blanchisseuse à la pièce

La blanchisseuse payée à la pièce est la plus précaire : elle effectue tout ou une partie des opérations de blanchissage. Le plus souvent, la « piéçarde » est laveuse : elle prend le linge chez ses pratiques ou auprès d’une blanchisseuse en boutique, qui s’occupe du repassage et de l’apprêt. À la fin du XIXe siècle, une laveuse fait payer le coulage, le lavage et l’essorage d’une couverture de coton 1 franc, qui est facturé 2 francs à la cliente après repassage et apprêt et portage à domicile par la blanchisseuse propriétaire de la boutique.

Les blanchisseuses de métier fréquent les mêmes lieux et utilisent les mêmes techniques que la particulière pour un usage domestique. Dans son ouvrage, Les lavoirs de Paris (1884), J. Moisy, fondateur de la Chambre syndicale des lavoirs de Paris, estime que sur les 25 000 places disponibles dans les lavoirs de Paris, la moitié est occupée par des blanchisseuses professionnelles à la pièce.

« Un bateau de blanchisseuses », in Paul de Kock, La grande ville : nouveau tableau de Paris, comique, critique et philosophique, Paris, Marescq, 1844, p. 126. Gallica (BnF)

Au début du XIXe siècle, les berges des cours d’eau sont encore largement utilisées pour le blanchissage du linge. À Paris par exemple, les blanchisseuses de chemises s’installent encore sur le bord de la Seine entre la place Maubert et le Pont-Neuf, tandis les blanchisseuses de draps se trouvent entre le Gros Caillou et Chaillot8. La première étape dans la capitale a été la création des bateaux-lavoirs présents également dans de très nombreuses villes comme ci-dessous à Toulouse. Ces établissements sont dirigés par des entrepreneurs privés, des maîtres ou maîtresses de lavoirs. Leur utilisation qui devient obligatoire dans la capitale est payante et soulève la révolte des blanchisseuses, particulièrement celles des berges de la Grenouillère à Paris (quai d’Orsay).

Charles Mercereau, Toulouse – Vue du Pont de pierre prise du Quai de Brienne, v. 1853-1876. Gallica (BnF)

Mais les bateaux lavoirs entravent la circulation des fleuves. Il faut leur substituer de nouveaux lieux dans des centres urbains qui se développent. Dès la fin du XVIIIe siècle, des premières propositions issues du mouvement des Lumières ont été émises pour établir des lieux modernes et plus sains pour le traitement du linge. Ces établissements sont également imaginés dans l’optique de parachever la réglementation sur l’usage de l’eau et encadrer une profession mouvante et remuante.

Le journal Le Courrier français rend compte en le 8 décembre 1850 des débats tenus lors de la deuxième délibération sur « le projet de loi tendant à ouvrir un crédit de 600 000 francs pour favoriser la création d’établissements modèles de bains et lavoirs au profit des classes laborieuses » initié l’année précédente et présenté le 11 juillet 1850 par Armand de Meulun (1807-1877). Un des arguments avancés, en plus de l’intérêt apporté « aux classes laborieuses » – la révolution de 1848 suivie des journées de juin n’est pas loin – est celui de l’hygiène :

(…) on a rappelé qu’en cas d’épidémie, on trouvait presque là une certitude de diminuer l’intensité du fléau (…) qu’il existait encore des contrées où la saleté traditionnelle engendrait la gale et autres maladies contagieuses.

Les villes sont donc encouragées à construire des lavoirs municipaux couplés à des bains dont l’accès serait sinon gratuit du moins à prix réduit. La loi stipule que les villes doivent contribuer à hauteur des deux tiers des dépenses. Les plans, devis, tarifs et organisation des établissements doivent être soumis à une commission nommée par le ministre de l’Agriculture et du Commerce.

Le lavoir du Temple à Paris ou les lavoirs et bains publics de Romorantin découlent directement de cette nouvelle loi. C’est aussi dans ce cadre que l’homme d’affaire Alexandre Bourgeois d’Orvanne publie en 1854 un opuscule à destination des maires et conseillers municipaux pour leur proposer des plans d’établissements modèles puis monte sa société en 1856, la Compagnie générale des lavoirs et bains publics de France, au capital de 6 millions de francs. Au-delà du dithyrambe en faveur du nouvel Empereur et de l’argumentaire publicitaire destiné à convaincre les édiles de confier à la compagnie l’établissement et la gestion des lavoirs, l’ouvrage de Bourgeois d’Orvanne permet de mesurer les éléments de modernité attendus de ces nouveaux lavoirs. L’usage du blanchissage à la vapeur, inventé par Jean-Antoine Chaptal (1756-1832) et préconisé par Cadet de Vaux au début du XIXe siècle, mais qui s’impose alors avec difficulté dans les pratiques, est en un premier exemple. Il nécessite l’installation de cuviers et d’une source d’énergie pour chauffer l’eau. Au bois se substitue le charbon. Des nouvelles préoccupations d’aération ou d’évacuation des eaux usées sont également prises en compte.

Alexandre Bourgeois d’Orvanne, Plan d’un établissement modèle type, Paris, Maison, 1854 Gallica (BnF)

La réalité du lavoir pour la blanchisseuse reste loin de ces établissements modèles et à prix réduits. Chaque opération lui est facturée. Ainsi en 1884 une blanchisseuse (tout comme la particulière) doit payer 40 centimes la place, soixante le coulage, cinquante pour un jeton de lessive ou l’accès à l’eau chaude. Des tarifs dégressifs sont parfois pratiqués dans certains lavoirs pour les blanchisseuses présentes à la journée.

Au début du XIXe siècle, les opérations de blanchissage du linge au lavoir se décomposent en coulage ou essangeage (trempage pour éliminer premières tâches), lessivage, savonnage, rinçage, essorage. Ces opérations sont manuelles et pénibles. Le blanchissage à la vapeur s’impose progressivement à partir du milieu du XIXe siècle. Il permet un gain de temps par le trempage du linge dans un cuvier où l’action de la vapeur se mêle à la solution de soude pour décrasser les tissus.

J. Moisy, Les lavoirs de Paris, Paris, Wattelet, 1884, p. v. Gallica (BnF)

La gravure précédente, tirée de l’ouvrage de J. Moisy (1884) représente un lavoir type d’environ 100 places, relativement moderne équipé de cuviers en tôle galvanisée pour le lessivage, d’une chaudière à vapeur (modèle vertical ou horizontal) désormais essentielle, de deux essoreuses, de deux réservoirs. Chaque blanchisseuse dispose d’un baquet à savonner, d’un baquet à rincer, une boite à laver pour ne pas se mouiller, un seau pour prendre l’eau chaude et de la lessive. Des garçons de lavoirs sont commis au portage des seaux.

« Cuvier en tôle galvanisée », J. Moisy, Les lavoirs de Paris, Paris, Wattelet, 1884, p. 37. Gallica (BnF)

À la fin du XIXe siècle, de nouveaux matériels s’installent dans le lavoir : des tonneaux à laver de grande taille puis des machines à laver à double enveloppe avec tambour cylindrique tournant et perforé. Elles peuvent avoir plusieurs compartiments pour être utilisées par deux ou quatre clientes. Installées côte à côte en batterie, elles remplacent les baquets à laver : chaque machine remplace selon Arthur Bailly en 1896, « trois à quatre places » de laveuses. Il s’agit déjà d’une disposition proche de l’organisation rationnelle des blanchisseries industrielles.

« Batterie de machines à laver pour lavoir », Arthur Bailly, L’industrie du blanchissage et les blanchisseries, Paris, Baillière, 1896, p. 252. Gallica (BnF)

L’apparition des laveuses mécaniques permet de supprimer les opérations de battage du linge. Les lavoirs disposent d’un séchoir intérieur, ou à air libre (un espace dédié sur les toits ou à côté) mais rarement à air chaud car un tel équipement nécessite trop d’énergie.

« Séchoir à tringles pour lavoirs », Fernand Dehaître, Matériel des établissements hospitaliers, religieux, militaires, maritimes, pénitentiaires, établissements d’instruction, lycées, collèges, etc., Paris, Jamati, 1894, p. 211. Gallica (BnF)

Le fonctionnement n’est cependant pas uniforme : J. Moisy relève les pratiques douteuses de certains propriétaires de lavoir : mauvaise lessive pour que la blanchisseuse reste plus longtemps au lavoir, car elle paie à l’heure….

Mais quelle est l’importance de cette activité de blanchissage en matière d’emploi ?

En 1884, J Moisy dans Les Lavoirs de Paris citant les données de la Chambre syndicale des blanchisseurs et buandiers de Seine et Seine-et-Oise de 1879 estime que pour ces deux départements, 103 220 personnes sont employées dans la blanchisserie dont 93 158 femmes. 55 000 « blanchisseuses de linge fin » sont lavandières ou repasseuses à la pièce.

 En 1931, selon l’enquête industrielle le secteur de la blanchisserie emploie en France 108 593 personnes. L’emploi des femmes est largement dominant avec 92 217 blanchisseuses. Elles sont plus de 44 000 à être « travailleuses isolées » ou indépendantes. Les petites structures sont majoritaires en nombre d’établissements de blanchisserie et 80% ont moins de 10 employés9. Cependant les plus grandes structures représentent autant d’emplois que les petits établissements (22 000).

La blanchisseuse à son compte, le cadre de la boutique et la petite buanderie restent encore des modèles majoritaires dans les années 1930 même si de grands établissements industriels ont pris une place croissante dans l’activité.

La boutique

La boutique de blanchisserie reste une structure artisanale. Eugène Huc, dans La Blanchisserie mécanique, décrit une entreprise « modeste, souvent le cadre familial qui fait appel type : composée de deux à trois ouvriers professionnels10 ». Il ne s’agit pas toujours de salariés, les petites blanchisseries faisant appel à des laveuses indépendantes qui restent payées à la pièce.

En tant qu’employée, la blanchisseuse dispose d’une rémunération à l’heure ou à la journée. À la fin du XIXe siècle, les salaires forfaitaires pour les laveuses sont de 25 centimes de l’heure, 35 en 1912 ; elles travaillent dix heures par jour, six jours par semaine. Les repasseuses restent payées à la pièce.

Dans son numéro du 20 mars 1905, la revue l’Enfant évoque ces blanchisseries de quartier, les plus nombreuses, les plus petites. Elles sont pourvues d’une pièce pour recevoir le linge, effectuer le tri avant l’envoi chez un blanchisseur de demi gros ou au lavage. Le linge est trié, compté, marqué. Certaines blanchisseries viennent chercher le linge sale et rapportent le linge propre à domicile. Les délais de livraison peuvent être de deux à trois jours.

Eugène Atget, Voiture du blanchisseur, 1910. Gallica (BnF)

Ces entreprises sont fragiles doivent se spécialiser et se diversifier : finitions, apprêts, raccommodage, comme en témoignent les devantures de vitrines des années 1920. En effet, la fonction de lavage et celle de repassage, particulièrement du linge de corps, du linge fin ont commencé à intégrer l’espace domestique urbain. Les familles les plus aisées disposent d’une lessiveuse, d’une buanderie et cette nouvelle tâche est confiée aux domestiques.

 À partir des années 1950, le développement des machines à laver mais aussi l’arrivée de nouveaux tissus artificiels et synthétiques (rayonne, nylon…) et de nouveaux agents lavants, modifient la profession en profondeur.

Les buanderies de la région parisienne

Les buanderies de la région parisienne, objet de plusieurs études, constituent un exemple intéressant. L’installation d’établissements autour de Paris est ancienne. Il s’agit le plus souvent de buandiers qui disposent de l’espace, de l’accès à l’eau, du local et du matériel pour effectuer le coulage, le lavage, l’essorage, le séchage, le repassage et l’apprêt.

En 1878, on compte 3 000 buandiers dans le département de Seine et Seine-et-Oise dont 370 à Boulogne-sur-Seine, 120 à Versailles, 102 à Rueil, 93 à Sèvres, 87 à Chaville. En 1900, on compte plus de 1 000 entreprises de blanchisserie avec Boulogne-sur-Seine (450), Rueil (100) et la vallée de la Bièvre (Arcueil, Cachan, Gentilly). La clientèle est parisienne et plus aisée. « Les gens qui ne manquent pas de linge peuvent ne le donner à blanchir que toutes les semaines » constate La Petite gazette de l’hygiène, organe de la santé publique publié par les blanchisseries hygiéniques en 1893.

Les établissements de blanchisserie de la région parisienne récupèrent et livrent le linge à domicile. Morin, un ancien blanchisseur se souvient des convois formés par les blanchisseurs en provenance de Nanterre, Courbevoie, Suresnes pour entrer dans Paris par la porte des Ternes car « en ce temps, l’avenue de Neuilly était déserte et les abords du pont mal fréquentés11 ».

Les cas de Boulogne et de Suresnes sont intéressants car ils constituent deux facettes de l’évolution de la blanchisserie du XIXe au XXe siècle.

Boulogne tout d’abord représente le passage de la petite à la grande blanchisserie. Dès le XVIIe siècle, des blanchisseries y sont installées. La situation géographique de la ville, sa proximité de Saint-Cloud constitue un premier atout relevé par Arthur Bailly. L’expropriation des blanchisseurs des berges de la Seine à Paris permet l’essor de l’activité à Boulogne. En 1851 sur 7602 habitants, 3562 sont blanchisseurs. L’industrie est « patriarcale et artisanale12 ». Les maîtres blanchisseurs embauchent les laveuses à la journée, qui viennent chercher l’embauche dès 5h du matin sur la route de la Reine.

À partir de 1830, l’industrie se modernise par l’emploi du carbonate de soude et de l’eau de Javel13 et se mécanise. Les blanchisseuses de Clichy et de Courbevoie viennent à Boulogne après l’installation des chemins de fer dont la vapeur salit le linge étendu dehors. On compte 550 blanchisseries en 1893. De grosses blanchisseries s’installent après 1890 : les Buanderies de la Seine emploient près de 270 personnes et la Blanchisserie de la Seine 200 ouvriers, pour une clientèle d’hôtels, cafés, limonadiers.

L’activité de blanchisserie commence à Suresnes14 vers 1830 qui offre également espace, eau et proximité de la capitale. L’équipement reste rudimentaire, le cuvier est en bois, on utilise encore des cendres pour la lessive. En 1860, l’installation des premières barbottes pour le lavage par Jean-Baptiste Dupont soulève de vives protestations des ouvrières. Face à cette première hostilité, il récupère le linge des blanchisseurs pour le lessiver avec ses machines et le rend pour le rinçage. Le séchage se fait à l’air libre. Le cycle total prend six jours (deux jours pour le lavage, deux repassage, deux pour la livraison). Le travail des ouvrières n’est pas continu : laveuses comme repasseuses effectuent deux jours chez un même patron et changent ensuite, cumulant plusieurs employeurs qui se sont entendus pour échelonner le processus. Le personnel fixe est peu nombreux : une ouvrière dite « fille de la semaine », un livreur, un homme chargé de l’entretien du matériel et souvent un couple patronal. Le témoignage de Morin en 1952, ancien blanchisseur à Suresnes, qui permet de brosser un état de l’activité dans les premières années du XXe siècle, montre que le cadre artisanal est resté prépondérant.

Le travail de blanchisseuse indépendante ne disparaît pas lorsque se développe dans le dernier tiers su XIXe siècle un nouveau type d’établissement : la blanchisserie industrielle. En effet, la blanchisserie industrielle capte un nouveau marché spécifique, celui des hôtels, des restaurants, des internats, cumulant également plusieurs activité de blanchissage du linge, de location et de service de teinturerie pour les clients des hôtels. La demande de blanchissage du gros linge ou du linge fin diminue plus tardivement avec l’apparition des laveries et surtout avec l’arrivée de la machine à laver dans la majorité des foyers après les années 1950.

Pour aller plus loin

Bibliographie

 

Citer ce billet : Chloé Cottour, "C’est du propre ! – Partie 1 : La blanchisseuse professionnelle," in L'Histoire à la BnF, 31/03/2022, https://histoirebnf.hypotheses.org/14604, [consulté le 04/10/2022].

 

  1. Voir par exemple, Dominique Hervier, « L’usage de l’eau dans une activité de service disparue : la blanchisserie », Paris et Île-de-France : mémoires publiés par la Fédération des sociétés historiques et archéologiques de Paris et de l’Île-de-France, 1994, n° 45 « La Seine et son histoire en Île-de-France, Actes du VIIe Colloque de la Fédération », p. 439-470 ; Paule Fievet, « Les bateaux-lavoirs de Montereau », ibid., p. 471-489. []
  2. Michelle Perrot, « Femmes au lavoir », Sorcières : les femmes vivent, n° 19 « La saleté », 1979, p. 128-133. []
  3. Raphaël Morera et Thomas Le Roux, « Blanchisseuses du propre, blanchisseurs du pur. Les mutations genrées de l’art du linge à l’âge des révolutions textiles et chimiques (1750-1820) », Genre & Histoire, n° 22, Automne 2018 (consulté le 16 mars 2022). Voir aussi André Guillerme, La naissance de l’industrie à Paris. Entre sueurs et vapeurs : 1780­1830, Seyssel, Champ Vallon, 2007. []
  4. Georges Vigarello, Le propre et le sale : l’hygiène du corps depuis le Moyen Âge, Paris, Le Seuil, « L’univers historique », 1985 ; Alain Corbin, Le Miasme et la jonquille : l’odorat et l’imaginaire social XVIIIe-XIXe siècles, Paris, Flammarion, 1986 ; id., « Le grand siècle du linge », Ethnologie française, juillet-septembre 1986, p. 299-310. []
  5. Marie-Cécile Riffault, « De Chaptal à la Mère Denis : histoire de l’entretien du linge domestique », Culture technique, 1980, n° 3, p. 256-263. []
  6. Julia de Fontenelle, Manuel complet du blanchiment et du blanchissage, nettoyage et dégraissage des fils et étoffes de chanvre, lin, coton, laine, soie, Paris, Roret, 1834, tome 2. []
  7. Raphaël Morera et Thomas Le Roux, « Blanchisseuses du propre, art. cit. []
  8. Maurice de Keghel, Le Blanchissage rationnel et automatique du linge, procédés domestique et mercenaire, Paris, Gauthier-Villars et Cie, 1927, p. 3 []
  9. Présidence du Conseil, Statistique générale de la France, Enquêtes annexes du recensement de 1931 : Enquête industrielle, Paris, imprimerie nationale, 1935 []
  10. Eugène Huc, La Blanchisserie mécanique, Paris, J.-B. Baillière et fils, 1938, p. 17. []
  11. Gaston Morin, « Les blanchisseurs de Suresnes », Bulletin de la Société historique de Suresnes, t. III, n° 12, 1952, p. 28-32. []
  12. « Les blanchisseurs en Île-de-France », in Françoise Wasserman et Claudie Voisenat, Blanchisseuse, laveuse, repasseuse : la femme, le linge et l’eau, Fresnes, Écomusée de Fresnes, 1986, p. 59-69. []
  13. L’eau de Javel, mise au point par Claude-Louis Berthollet (1748-1822) à partir du chlore est principalement fabriquée dans une usine fondée en 1777 dans le hameau de Javel, rattaché à Paris en 1860. []
  14. Gaston Morin, « Les blanchisseurs de Suresnes », art. cit. []

Chloé Cottour

Chargée de collections en sciences de l'ingénieur au département Sciences et Techniques

More Posts


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search