C’est du propre ! – Partie 2 : La blanchisserie industrielle

À l’occasion de la 24e édition des Rendez-vous de l’histoire à Blois en octobre 2021, qui étaient consacrés au thème « Le travail », deux billets proposent de revenir sur la blanchisserie professionnelle, de la figure de la blanchisseuse à la grande industrie qui se met en place à la fin du XIXe siècle. Ce deuxième billet traite de la blanchisserie industrielle et des risques de la profession, après un premier billet sur la blanchisseuse de métier.

Aux côtés de la blanchisseuse à la pièce, du cadre artisanal de la boutique de blanchisserie ou des buanderies plus importantes installées en région parisienne, qui reste présents tout au long du XIXe siècle et début du XXe siècle, un nouveau type d’établissement voit le jour à la fin du XIXe siècle : la blanchisserie industrielle. Ce changement d’échelle répond à une demande accrue.

En 1896 Arthur Bailly, secrétaire de la Chambre syndicale des blanchisseurs et buandier, estime dans son ouvrage L’industrie du blanchissage et les blanchisseries qu’il se salit dans la capitale journellement plus de 2,5 millions de kilogrammes de linge soit 8 millions de pièces. Parmi les pièces blanchies par les blanchisseurs de Paris et de sa région : 800 000 draps et 2,3 millions provenant de linge de table ou d’office (nappes, serviettes…). La demande en blanchissage a très fortement augmenté, liée à la fois à de nouvelles normes d’hygiène mais aussi à l’accroissement de la demande de l’hôtellerie, de la restauration, des hôpitaux ou autres établissements avec internat.

Premières expériences

L’idée d’un établissement industriel pour le blanchissage du linge n’est pas nouvelle. Elle épouse les élans de modernisation portés par les Lumières. Dès la fin du XVIIIe siècle, des expériences de grandes blanchisseries, gérées par des entrepreneurs adoptant les processus nouveaux ou se spécialisant sur la qualité sont tentées. Jean Bouchary cite ainsi dans son ouvrage Les compagnies financières à la fin du XVIIIe siècle trois principales entreprises1. La buanderie de la Briche implantée à l’ouest de Saint-Denis se prévaut d’utiliser les méthodes flamande et anglaise très réputées consistant en un savonnage appuyé des parties les plus sales comme les cols et les poignets. Le 29 octobre 1786, le Journal de Paris précise :

Il vient de s’élever un établissement nouveau des plus considérables, c’est une blanchisserie pour le linge de Paris de Versailles et des environs (…). Le linge y sera blanchi à la manière de Hollande et d’Angleterre par des personnes que l’on a fait venir de l’un et de l’autre de ces pays.

Les lessives et techniques employées restent classiques pour l’époque : coulage d’une journée entière à chaud puis à froid et lessive de cendres. Le blanchissage se fait en huit jours tout compris. L’établissement n’ouvre finalement qu’en 1787 sous le nom de Buanderie de la Reine en 1787. Son directeur Pierre-Augustin Hulin se signale lors de la prise de la Bastille, ainsi que le relate Louis Blanc dans son Histoire de la Révolution. L’établissement est mis en vente en juillet 1790 comme en atteste l’annonce suivante:

Biens à vendre ou à louer : (…) Terreins, maisons, corps-de-bâtimens considérables, cours, jardins et dépendances formant ci-devant l’établissement de la Buanderie de la Reine, à la Briche prés de Saint-Denis-en-France. À vendre sur public, demain 19 à 3 h, sauf quinzaine chez M. Bouillat, notaire, rue Croix des Petits-champs.

Affiches, annonces et avis divers, ou Journal général de France,
18 juillet 1790. Gallica (BnF)

La blanchisserie de Bercy ouverte le 17 décembre 1786 dans laquelle on utilise le blanchissage à la vapeur est un deuxième exemple. L’entreprise, dirigée par un ensemble d’actionnaires, est mal gérée et disparaît en 17912. « Cette buanderie, construite à grand frais et dont le système compliqué et imparfait n’était pas susceptible d’être appliqué aux usages domestiques », analyse Antonin Bourgnon de Layre, en 1840 dans Traité pratique du lessivage du linge à la vapeur d’eau3.

Dernier exemple, la blanchisserie de l’Île du pont de Sèvres étudiée par Pierre Mercier4 et connue par la publicité déployée à l’instar du prospectus ci-dessous. Cette publicité est également un appel à souscription qui s’accompagne d’une description méticuleuse des processus, de l’organisation envisagée des bâtiments, d’une liste des tarifs, des salaires et des employés nécessaires. L’ensemble doit être gage de sérieux et de modernité, signe aux futurs actionnaires que la gestion est réfléchie.

Blanchisserie du linge, Isle du Pont de Sèvres, Paris, 1788, p. 1-4. Gallica (BnF).

La société est créée le 8 mars 1787. Parmi les souscripteurs se trouvent Jean-Baptiste Riffé, avocat au Parlement mais aussi Jacques Battres de Pouilly, l’administrateur des hôpitaux militaires. Si la blanchisserie a pu fonctionner ce n’est que très éphémèrement et au ralenti. Mise en vente dès 1793, elle n’est liquidée qu’en 1802.

Un dernier projet peut être mentionné, plus tardif, celui de Clément Désormes, industriel, professeur de chimie au Conservatoire national des Arts et métiers. En 1826, Les Annales de l’industrie nationale et étrangère, ou Mercure technologique présentent l’établissement public de blanchissage du linge destiné aux blanchisseurs et non au public. Conception nouvelle, le blanc et le propre ne reposent plus seulement sur la chimie, promue jusqu’alors par Claude-Louis Berthollet (chlore /eau de Javel) pour le blanchiment, Nicolas Leblanc (soude artificielle) pour le blanchissage et même par les procédés de blanchissage à la vapeur destinés à mieux faire pénétrer le carbonate de soude. La mécanique s’invite avec l’introduction du mouvement, du brassage. Désormes évoque les laveuses, connues et utilisées en Angleterre sous le nom de « Dashwheels ». Initialement utilisées pour le blanchiment, ces machines peuvent être, selon l’auteur, très aisément adaptées au blanchissage du linge car « rendre propre du linge sale est beaucoup plus facile que de blanchir une première fois5 ». Des lessiveuses remplaceraient les cuviers dans un établissement dédié aux professionnels, une vaste manufacture commune à toutes les blanchisseries parisiennes implantée au bord de la Seine qui assainirait les faubourgs de Clichy, Vincennes, Colombes et Gentilly. L’idée de Désormes reste sans suite : le fonctionnement de telles machines nécessitant encore trop d’énergie et un investissement initial trop important (un million de francs).

Le blanchissage à la vapeur, Dictionnaire technologique, ou Nouveau dictionnaire universel des arts et métiers. 1822-1835. Gallica intramuros (consultation en ligne seulement dans les salles de lecture, BnF)

L’essor de la blanchisserie industrielle

Nicolas Sergueeff constate en 1878 dans son ouvrage, Études sur le blanchissage du linge par des procédés mécaniques que « la question du blanchissage du linge est entrée depuis quelques temps dans le domaine de la grande industrie6 ». Quelques grands établissements ont été fondés pour répondre à une demande croissante de linge propre pour l’Armée, les Hôpitaux et les Hôtels7 :

  • La Compagnie des lits militaires possède la blanchisserie de Grenelle, la plus importante (qui lave 3 millions de kilogrammes de linge par an). La Compagnie dispose d’autres blanchisseries à Lyon, Marseille, Toulouse, Amiens ;
  • l’Assistance publique de Paris qui possède 16 buanderies intégrées aux hôpitaux Saint-Louis, de la Salpêtrière, Sainte-Eugénie, Lariboisière, Les Incurables (Ivry), les Petits ménages (Issy), la Pitié, la Maison d’accouchement, Cochin, Sainte-Perrin (Auteuil), l’hôpital temporaire, les Enfants assistés, Bicêtre, La Rochefoucauld, Reconnaissance (Garches) avec 9 millions de kg de linges lavés annuellement ;
  • La blanchisserie de Courcelles qui appartient à la Compagnie immobilière, propriétaire entre autre du Grand hôtel de Paris et pratiquant la location de linge. Elle blanchit 1,8 millions de kg de linge par an ;
  • La blanchisserie centrale des hôpitaux de Lyon (1,4 million de kg) ;
  • La blanchisserie à la vapeur de Gironde à Bordeaux (600 000 kg) ;
  • Les blanchisseries des Hôtels de Nice et Monaco, pour plus de 200 000 kg de linge.

Le Génie civil en 1911 estime que le chiffre d’affaire des grandes blanchisseries industrielles se situe entre 100 000 et 500 000 francs par an et pour celles qui cumulent blanchissage et location de linge plusieurs millions.

Arrêtons-nous sur quelques-unes de ces blanchisseries.

En mai-juin 1864, la revue La Célébrité invite à une visite de la blanchisserie de Courcelles située « dans un charmant petit village entre Batignolles et Porte Maillot sur le chemin d’Auteuil8 ». Cette blanchisserie modèle fonctionne depuis 1863. L’ingénieur Eugène Flachat, connu pour ses travaux d’aménagement de voies ferrées et de gares ferroviaires, en réalise l’aménagement. Les Nouvelles annales de la construction présentent en 1865 les plans commentés de la « blanchisserie de Courcelles, blanchisserie de la Compagnie immobilière, service du grand hôtel et de l’Hôtel du Louvre », présentée comme « un des modèles les plus complets qui aient été établis jusqu’à présent9 ».

L’établissement couvre 3000 m2. Le linge arrive directement des hôtels : il est déposé dans une salle de réception visible sur le plan ci-dessous. Le plancher des voitures est à hauteur de la salle de triage où sont établies de larges ouvertures pour faciliter le déchargement dans un souci d’organisation rationnelle du travail. Le linge est trié selon sa nature (vêtements des clients ou draps), puis rejoint les bassins de trempage ou les cuviers en fonte. La blanchisserie en possède 10 dont 4 peuvent contenir plus de 1000 kg de linge.

« Blanchisserie de la compagnie immobilière à Courcelles », Nouvelles annales de la construction. n° 132, avril 1865, pl. 15. Gallica (BnF). Les cuviers sont à mi-hauteur du plan, à gauche.

Tous les vêtements marqués par leur propriétaire, par des initiales brodées ou des épingles de couleurs sont contre-marqués par la blanchisserie à l’encre indélébile.

Le lavage se fait majoritairement dans des machines à laver, le lavage à la main restant dédié aux chemises dont les cols et poignets doivent être irréprochables. Les draps rejoignent les tonneaux à laver faits de sapin, les serviettes dans des roues en bois et le linge fin dans des roues en cuivre. L’établissement possède en outre des essoreuses mécaniques (1 000 tours/minutes), une chambre de séchage à chaud, des calandres pour le linge de table. Le pliage des draps est effectué par une presse hydraulique. Un monte-charge mû par une machine à vapeur permet d’élever le linge au premier étage où se trouvent les ateliers de repassage et de raccommodage. L’eau utilisée provient pour un tiers de la ville par abonnement et pour les deux tiers de l’eau de puits.

« Machine à repasser le linge ». Annales industrielles, Troisième année, Trente-deuxième livraison, 10 novembre 1871, p. 999-1000. Gallica (BnF).

La blanchisserie de Courcelles blanchit 3 000 pièces soit 12 000 kg de linge par jour. Elle emploie un peu plus de 200 ouvriers.. En 1910, la blanchisserie qui « blanchit du linge neuf destiné aux magasins et du linge qui est loué aux hôteliers, restaurateurs et coiffeurs » compte 350 à 400 ouvriers, possède cinq chaudières, deux machines à vapeur et des dynamos. Voici la répartition des emplois à la blanchisserie de Courcelles en 1864.

Répartition des emplois dans la Blanchisserie de Courcelles (1864)

Tâches Nombre d’ouvrières Nombre d’ouvriers
Trempage, lessivage, lavage 5
Lavage à la main et rinçage 20
Essorage (utilisation d’essoreuses) 2 2
Séchage 8 hommes et femmes
Calandrage et pliage 2 2
Raccommodage 30
Repassage 100
Autres (bureaux, entretien…) 30

Tableau établi à partir des données citées par la revue La Célébrité (1864)

C’est un nouveau cadre de travail. La revue La Célébrité indique « les appareils sont si bien à leur place que le visiteur peut en moins d’une demi-heure se rendre compte de la succession des opérations10 ». Entre chaque opération trempage, lessivage et lavage, c’est-à-dire entre chaque machine, le linge est transporté par des chariots : la manutention est assurée par des hommes. On commence à imaginer des machines permettant d’effectuer plusieurs opérations (des machines lavant et rinçant) dans un souci de gain de temps.

« La blanchisserie recrutera encore longtemps des laveuses et des repasseuses parmi la classe laborieuse. Cependant les hommes gagnent du terrain dans la grande entreprise, partout où la machine remplace la main11 », écrit en 1908 Georges Régnal dans Comment la femme peut gagner sa vie.

« Blanchisserie de la compagnie immobilière à Courcelles », Nouvelles annales de la construction. n° 132, avril 1865, pl. 15. Gallica (BnF). Vue en coupe

Le cas des blanchisseries des hôpitaux fournit un autre exemple. L’Assistance publique des hôpitaux de Paris dispose petites buanderies dans chaque établissement hospitalier, chargées par exemple du lavage des pansements et de 16 buanderies communes. Celles-ci sont encore très peu mécanisées. Le Génie civil dans son numéro du 16 décembre 1893 établit le constat suivant :

Toutes les buanderies de l’Assistance publique sont très anciennes et établies dans des bâtiments dont beaucoup tombent en ruines. Le poids du linge que ces établissements doivent blanchir n’est plus en rapport avec leurs moyens de production ; le travail y est très pénible, très coûteux et défectueux. Ces buanderies ne possèdent qu’un matériel primitif et n’ont ni la quantité ni la nature d’eau qui leur serait nécessaire pour un blanchissage même passable. Cette situation a obligé l’Administration de l’Assistance publique à confier à l’industrie privée le blanchissage d’une partie importante de son linge. Or tout le monde sait que les moyens expéditifs employés par les blanchisseurs ont pour effet certain de hâter la destruction du linge sans pour cela donner un blanchissage convenable (…) Les prix élevés demandés par les blanchisseurs joints aux inconvénients que présentent leurs moyens de blanchissage sont les deux raisons qui ont été jugées suffisantes par l’Administration pour rechercher une solution plus pratique à ce problème12.

C’est dans cette optique que la buanderie de l’Hôpital Laënnec a été reconstruite. L’ancienne buanderie occupait un espace aménagé en 1812 de 2 700 m2, pour le traitement de 800 kg de linge. A la fin du XIXe siècle, elle devait déjà en traiter 2 000 kilogrammes uniquement pour ses propres besoins.

La nouvelle blanchisserie, construite en 1893, présentée comme une blanchisserie modèle13 doit remédier à cet engorgement et traiter le linge de quatre des hôpitaux de l’Assistance publique soit 6 000 kilogrammes par jour. Le linge est livré par des camions et voitures hippomobiles. La nouvelle architecture, avec ses combles en fer, conçue par Fernand Dehaître a pris en compte des éléments d’hygiène et de modernité comme la question de l’aération. Trois réservoirs d’eaux différentes alimentent la blanchisserie : eau provenant du canal de l’Ourcq ; eau de la Seine et eau des puits forés. Si l’énergie utilisée pour faire bouillir la lessive provient de chaudières à vapeur, l’usine est éclairée à l’électricité par 80 lampes à incandescence alimentées grâce à des dynamos. En cas de défaillance de celles-ci, une batterie d’accumulateurs peut prendre le relai.

« Buanderie de l’Hôpital Laennec, vue des tonneaux laveurs », Le Génie civil, n° 601, 16 décembre 1893. Gallica (BnF)

L’hygiène dans les hôpitaux revêt également au cours du XIXe siècle une importance accrue. Les vagues épidémiques (choléra) ou maladies endémiques comme la tuberculose rendent les autorités plus vigilantes. En 1902, la désinfection du linge des hôpitaux est rendue obligatoire. Elle se fait dans des autoclaves dans lesquels on met le linge à bouillir. Des appareils de désinfection par l’ozone sont parfois installés dans une pièce à part, fermée. Ils produisent l’ozone par électricité à haute tension. On utilise également des étuves de désinfection au formol14.

« Cuves à désinfection par l’ozone », La Nature, Revue des sciences, Trente-deuxième année, premier semestre, 1904, p. 40. Bibliothèque numérique CNUM, Bibliothèque numérique en histoire des sciences et des techniques

Un métier à risque

Le métier de blanchisseuse est reconnu comme un métier pénible : « Ces ouvrières font un métier plus rude qu’on ne croit généralement et leurs fatigues sont si grandes qu’un très petit nombre d’entre elles peut le supporter longtemps », écrit en 1873 Dionise Kaeppelin dans Blanchiment, blanchissage et apprêt des tissus.

L’humidité permanente entraîne des rhumatismes précoces chez les laveuses. Le corps est usé : 60 % des ouvrières de 40 ans atteintes de varices. Des affections chroniques liées aux conditions d’exercice de la profession de blanchisseuse sont régulièrement décrites par la littérature médicale. Le Dictionnaire de médecine usuelle de 1849 liste les maladies propres au métier : varices, rhumatisme. Il indique aussi « la conduite des blanchisseuses est très déréglée, elles ont presque toutes un parler très libre et dissolu ; elles font usage de liqueurs fortes (…) ». L’alcoolisme ouvrier est une préoccupation qui traverse le XIXe siècle soucieux d’encadrer la classe populaire : hygiène physique et hygiène morale.

Si les cuviers d’eau bouillante peuvent se renverser, d’autres pathologies comme l’intoxication à l’oxyde de carbone qui provoque anémie, syncope, trouble visuel dans les ateliers de repassage font l’objet de plusieurs enquêtes. Le rapport de Paul Razous établi en 190815 sur l’application de la réglementation du travail relève par exemple que dans la blanchisserie d’Issy-les-Moulineaux où travaillent 500 personnes, les buées sont trop importantes. Les buées sont régulièrement l’objet de règlements : les inspecteurs préconisent une aération plus efficace. L’installation de système de ventilation est synonyme de progrès vanté dans les installations modèles. En 1960, l’Institut national de sécurité rappelle encore les moyens d’éliminer les buées dues à la saturation en humidité de l’atmosphère, par l’installation de hottes, de ventilateurs, de cheminées, d’ouvertures, et une ventilation mécanique efficiente16.

L’enquête auprès des syndicats ouvriers sur les maladies professionnelles menée par Léon et Maurice Bonneff en 1905, Les Métiers qui tuent, consacre un chapitre aux maladies des blanchisseuses et blanchisseurs très exposés aux risques de contamination : le linge véhicule des bacilles de maladies comme la tuberculose, particulièrement lors des opérations de tri et de marquage du linge sale. La livraison est aussi un moment de contamination : l’usage courant étant d’utiliser un même panier ou chariot pour le transport du linge sale et du linge propre.

Les blanchisseurs et les blanchisseuses qui manient le linge souillé sont frappés en nombre considérable par la tuberculose. « Chargés chez les teinturiers-dégraisseurs et dans les blanchisseries, — écrivent MM. Montélimard, secrétaire du Syndicat des ouvriers teinturiers-dégraisseurs de la Seine, et Bustillos, secrétaire de la Fédération des ouvriers blanchisseurs, dans un très remarquable rapport présenté au 1er Congrès de l’hygiène — de trier et de marquer le linge sale chemises, flanelles, caleçons, parfois infectés, les travailleurs risquent tous les jours de contracter une maladie contagieuse. Au cours de la livraison en banlieue, le linge sale est en contact avec le linge propre. Ainsi des effets ayant appartenu à des malades peuvent transmettre au linge blanchi des germes infectieux. Le défaut d’hygiène est un danger pour la clientèle comme pour le personnel ».

Léon et Maurice Bonneff, Les Métiers qui tuent,
Paris, Bibliographie sociale, 1900, p. 117.

Dans un souci hygiéniste, cette dimension est intégrée par les politiques. Dès 1888 par exemple, un service de désinfection « au moyen d’étuves locomobiles à vapeur17 » est mis en place en banlieue parisienne. Les étuves de désinfections peuvent être utilisées par les particuliers18. Plusieurs décrets, entre 1902 et 1905, imposent un traitement séparé du linge propre et du linge sale dans les ateliers de blanchissage, la désinfection pour le linge des hôpitaux, réglementent le fonctionnement des ateliers (vêtements de travail, interdiction de consommer de la nourriture dans les ateliers…).

Georges Renard dit Draner, « Les blanchisseries hygiéniques », La Petite gazette de l’hygiène : organe de la santé publique publié par les blanchisseries hygiéniques : avec le concours de nos principaux hygiénistes, 1er janvier 1893. Gallica (BnF)

En revanche la toxicité des produits utilisés par dans le blanchiment et le blanchissage est peu dénoncée. Les médecins relèvent toutefois les « dermatites de cause chimique » notamment chez les blanchisseuses. Dès 1849, le Dictionnaire de médecine usuelle indique :

Les lessives à présent sont faites avec de la soude, obtenues par l’hydrochlorate de soude, ou avec les cendres et une dissolution de potasse du commerce. Ce dernier mélange occasionne aux blanchisseuses des crevasses et des excoriations aux doigts ; quelquefois ces affections sont tellement intenses qu’elles sont accompagnées d’inflammation et de fièvre (…).

L’usage de lessive et d’agents de blanchissage issus de la chimie moderne est promu par les tenants du modernisme : ingénieurs, entrepreneurs : c’est même un argument de présentation des établissements modèles. Depuis la mise au point de la soude artificielle par Nicolas Leblanc, réaction de l’acide sulfurique sur le sel marin, d’autres lessives ont été mises sur le marché, composées de carbonate de soude caustique ou répondant au nouveau procédé Solvay (réaction de l’ammoniac sur le sel marin) pour la fabrication de soude19. Les auteurs de traités sur le blanchissage s’ils remarquent les mains rongées des laveuses l’imputent souvent à un mauvais usage des produits

À partir de 1930, l’utilisation de nouveaux composés de synthèse, sulfates, composés benzéniques, s’accompagne de premières préoccupations sur la santé des ouvriers. En 1951, l’Institut national de sécurité dresse la liste les produis toxiques20 utilisés dans l’industrie du nettoyage des vêtements : soude caustique, ammoniac, chlore, anhydride sulfureux, acide sulfurique, acide chlorhydrique ou muriatique, aldéhyde formique, hydrogène sulfuré, acétone et trichloréthylène pour dissoudre les matières grasses.

Une industrie polluante

Un décret du 15 octobre 181021 a établi la liste des installations insalubres, dangereuses ou incommodes. Cette liste compte trois catégories d’industries : la première classe nécessitant l’éloignement des habitations, la seconde soumise aussi à autorisation et requérant l’assurance que les opérations pratiquées n’incommodent pas le voisinage. Enfin celles de la troisième catégorie sont a priori sans inconvénient mais doivent rester sous surveillance. Elles sont d’ailleurs soumises à autorisation du préfet de police pour Paris, ou des maires.

La buanderie est classée parmi ces installations de troisième classe. Elle est surtout responsable de l’altération des eaux par le rejet de ses eaux sales, tandis que les dégagements des buées qui altèrent les maisons mitoyennes et les odeurs figurent parmi les principales oppositions du voisinage. Le Traité pratique des ateliers insalubres, dangereux ou incommodes de Dufour et Tambour (1868) classe ainsi cette industrie :

Buanderie.
Inconvénients : Altération des eaux
Catégorie : 3e

Cette pollution des eaux avait déjà été relevée par Alexandre Parent-Duchâtelet en 1822 dans son étude sur la Bièvre, Recherches et considérations sur la rivière de Bièvre, ou des Gobelins ; et sur les moyens d’améliorer son cours relativement à la salubrité publique et à l’industrie manufacturière de la ville de Paris, due à la présence de nombreuses activités polluantes comme les tanneurs et les blanchisseurs.

Cependant ni les lavoirs ni les blanchisseries industrielles ne sont mentionnées dans les installations classées : seules les buanderies sont listées. Le Conseil d’hygiène du Département de la Seine prône au début du XXe siècle une révision du décret pour y inclure les blanchisseries industrielles et les lavoirs et pour ajouter aux risques, les fumées et le danger de contamination. Le souci hygiéniste de lutte contre la propagation des maladies reste prépondérant par rapport aux autres risques.

Syndicats et mouvements sociaux

Si les blanchisseuses ne sont pas organisées en corporation, elles participent à plusieurs luttes, se révoltant contre l’obligation de rejoindre les bateaux-lavoirs ou participant pour certaines aux journées de juin 1848.

Les principales revendications des blanchisseuses indépendantes concernent la fin de la rémunération à la pièce pour obtenir un salaire ou l’augmentation du salaire journalier comme ce mouvement des blanchisseuses parisiennes qui demande la journée à 3,50 francs relayé par le journal la Fronde le 18 octobre 1898 sous le titre « Une grève féminine ». Ce mouvement se prolonge en novembre par la création du « syndicat des blanchisseuses ». Les patronnes qui y adhèrent reçoivent une affiche pour indiquer aux clientes qu’elles pratiquent bien le tarif journalier revendiqué par les ouvrières.

Syndicat des blanchisseuses. Encore une corporation extrêmement nombreuse et qui a su s’organiser. Elles ont établi un tarif et décidé que les patronnes qui y adhéreront recevraient une affiche constatant leur adhésion. De telle sorte que les clientes, un peu soucieuses de voir assurer à ces intéressantes travailleuses la journée minima de 3 fr. 50, ne donneront leur clientèle qu’aux patronnes qui adhèrent au tarif fixé par le syndicat.

« Tribune du travail », La Fronde le 18 octobre 1898.

Les blanchisseuses forment également un groupe social avec ses codes, ses rites et ses fêtes, dont la mi-carême est le point culminant, particulièrement à Paris. C’est le moment des mascarades et défilés de cortèges organisés par quartier ou lavoirs ainsi que le décrit pour l’année 1884 Le Figaro. C’est aussi le moment de l’élection de la reine du lavoir.

Mais c’est au sein de la blanchisserie industrielle que s’organisent les syndicats les plus importants. Des mouvements de contestation ont ainsi lieu à la blanchisserie de Courcelles. Le journal Le Rappel se fait l’écho des conditions de travail et des revendications des ouvriers et ouvrières en 1892 : la fin des amendes, le droit de choisir le lieu pour déjeuner, le relèvement des salaires. Le journaliste conclut : « ces revendications sont trop justes et trop modérées pour que les propriétaires de la blanchisserie de Courcelles, refusent d’y faire droit. »

« Grève dans une blanchisserie », Photographie de l’Agence de presse Meurisse, 1936

La blanchisserie au XIXe siècle et début du XXe reste un métier protéiforme, majoritairement féminin qui comprend des emplois particulièrement précaires. Mais il ne s’agit que d’un aspect de la blanchisserie aux côtés de celle assurée par les femmes dans le cadre domestique : une « tyrannie du linge » selon l’expression de Michelle Perrot dont la charge, si elle n’est pas supprimée, va s’alléger avec l’introduction de la machine à laver dans les ménages.

Pour aller plus loin

Bibliographie

 

Citer ce billet : Chloé Cottour, "C’est du propre ! – Partie 2 : La blanchisserie industrielle," in L'Histoire à la BnF, 07/04/2022, https://histoirebnf.hypotheses.org/14766, [consulté le 25/05/2022].

 

  1. Jean Bouchary, Les compagnies financières à Paris à la fin du XVIIIe siècle, Paris, Rivière, 1942, t. III, p. 117-126. []
  2. Lucien Lambeau, Histoire des communes annexées à Paris en 1859, Paris, Leroux, 1910-1923, t. 1, p. 108. []
  3. Antonin Bourgnon de Layre, Traité pratique du lessivage du linge à la vapeur d’eau, Paris, 1840, p. 46. []
  4. Pierre Mercier, « Premier établissement industriel dans l’île Seguin : la blanchisserie Riffé (1786-1793) », De Renault frères constructeurs d’automobiles à Renault régie nationale, t. 2, n° 6, 1975, p. 110-115. []
  5. Ibid. []
  6. Nicolas Sergueeff, Études sur le blanchissage du linge par des procédés mécaniques, Paris, Capiomont et Renault, 1878. []
  7. Données indiquées également par La Science française : revue populaire illustrée, 2 mars 1893. []
  8. La Célébrité, 29 mai 1864 ; 5 juin 1864. []
  9. Nouvelles annales de la construction : publication rapide et économique des documents les plus récents et les plus intéressants relatifs à la construction française et étrangère, n°124, avril 1865, p. 49-50. []
  10. La Célébrité, 29 mai 1864 ; 5 juin 1864. []
  11. Georges Régnal, Comment la femme peut gagner sa vie, Paris 1908, p. 231. []
  12. Le Génie civil, t. XXIV, n°7, n°601, 16 décembre 1893. []
  13. Elle est également décrite par Fernand Dehaître, Matériel des établissements hospitaliers, religieux, militaires, maritimes, pénitentiaires, établissements d’instruction, lycées, collèges, 1894, p. 240-245. []
  14. Ibid., p. 239. []
  15. Paul Razous, Élimination des buées industrielles (teintureries, blanchisseries, papeteries, filatures de lin et de soie et industries diverses), Paris, Éditions techniques, 1911. []
  16. Institut national de recherche et de sécurité pour la prévention des accidents du travail et des maladies professionnelles, Les Blanchisseries industrielles, Paris, 1960, p. 17. []
  17. Cité par Fernand Dehaître, Désinfection, stérilisation, renseignements pratiques sur les appareils et procédés, 1893, p. 37. []
  18. « Rapport présenté par Georges Berry au nom de la 5e sous-commission du comité du budget et du contrôle sur le chap. XX, art. 20, 21 et 25 des dépenses du budget 1892 », Conseil municipal de Paris, 1891. []
  19. Solvay et compagnie, Exposition universelle tenue à Paris en 1889 : Soude et produits chimiques, Paris, 1889. []
  20. L’institut national de sécurité…, Les Blanchisseries industrielles, op. cit., p. 24. []
  21. Voir aussi Recueil de lois, décrets et ordonnances sur les brevets d’invention, les ateliers et manufactures qui répandent une odeur insalubre ou incommode : législation industrielle, Paris, Huzard, 1831. []

Chloé Cottour

Chargée de collections en sciences de l'ingénieur au département Sciences et Techniques

More Posts


Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.