1848 et la « foire aux idées nouvelles » (Partie II).

Dans un précédent billet, j’évoquais le charivari orchestré à partir des idées des socialistes « utopiques » de 1848, et comment il s’est concentré autour de Cabet, Considerant, Leroux et Proudhon. Ces quatre « meneurs », désormais accompagnés de symboles récurrents comme la queue terminée par un œil de Considerant, ou par exemple  la redingote crasseuse et le peuplier de Leroux, obtiennent dans la presse satirique une place proportionnelle à leur présence à l’Assemblée et/ou à leurs écrits dont l’inventivité stimule parodie et imagination. Nous verrons dans ce billet comment les caricaturistes oscillent entre stigmatisation et sacralisation des utopistes, allant jusqu’à présenter leurs écrits comme une nouvelle religion.  Puis nous nous demanderons de qui ou de quoi l’on se moque précisément dans ces caricatures.

« Croisade contre le socialisme« , [un défet du] « Journal pour rire ». Bertall. [Collection Jaquet]. Dessinateurs et humoristes. 185 […] Gallica (BnF)

Les socialistes utopiques et le thème de l’aliénation

Les théories des utopistes ont entraîné quelques caricatures sur leur possible aliénation. Dans «  Ce qu’on appelle des idées nouvelles en 1848 », Pierre Leroux « emprunte ses petits peupliers à un pensionnaire de l’établissement national de Charenton ». L’aliéné, avec sa longue chemise de malade, ses cheveux hirsutes, ne se distingue véritablement de Pierre Leroux que par son bonnet portant l’inscription « Charenton ». Ce dernier, avec sa longue redingote et sa chevelure mal peignée, lui ressemble d’autant plus qu’il partage la même fascination pour de petits jouets qui ne sont autres que des peupliers1 … Pire encore, le malade, visiblement graphomane, porte à sa ceinture des écrits qui sont en réalité ceux de Leroux. En effet, « du moi et du non-moi »,  « de l’amour  », sont des concepts récurrents dans la Revue sociale ou solution pacifique du problème du prolétariat publiée par Leroux à partir de 18462.

C’est aussi à Charenton que « Sans rien écouter, M. Proudhon va toujours droit son chemin »3. La Silhouette du 22 avril 1849 offre avec « Considerant à Charenton » un dessin plus complexe. Proudhon, l’air satisfait, appuyé sur « de la propriété », écoute un médecin qui lui montre vraisemblablement le quartier des aliénés dangereux4, sous l’œil hébété de deux malades inoffensifs. Enfermé dans une cage, d’autant plus animalisé que sa queue (son archibras, voir précédent billet) passe entre les barreaux, Considerant roule des yeux furieux. Sur sa cage une indication difficile à déchiffrer précise sans doute la nature de sa démence et/ou sa catégorie animalisée : il s’agit peut-être de « FOLEICARIE » (jeux de mots sur la folie et l’Icarie de Cabet ?). Au bout de son archibras, son œil scrute intensément le dialogue entre son rival politique et l’aliéniste.

 » Considerant à Charenton », La Silhouette, 22 avril 1849. Département Philosophie, histoire, sciences de l’homme (BnF).

Cette dernière caricature relève aussi des combats idéologiques, véritable aubaine pour les caricaturistes qui peuvent les transformer en affrontements entre « meneurs » (voir précédent billet). Elle condense différents événements concernant la pensée socialiste au cours desquels le spectre de la folie, et son corollaire, l’internement à la maison de Charenton (célèbre asile d’aliénés de la région parisienne dont l’évocation est signifiante pour tous les publics), ont été récemment évoqués. Le 6 février 1849, La Démocratie pacifique, journal dirigé par Considerant, s’insurge contre la série « Du socialisme – Doctrine de C. Fourier » publiée par L’Univers : religieux, politique, philosophique, scientifique et littéraire. Le dernier article de cette série se terminait en effet le 4 février par ces phrases :

Mais s’il s’est trompé ? Si nous en avons administré des preuves irrécusables, oh! alors, disons-le hautement, le fou qui a écrit ses [sic] livres s’appelle légion ; ce  n’est pas un fou, c’est un hôpital tout entier. Il n’  y a en effet, dans ses traités, ni chapitre, ni article, ni coin, ni recoin qui ne soit un cabanon, d’où quelque maniaque, inventeur, astronome, musicien, ivrogne, gourmand, impudique, furieux, bouffon, ou autre, ne vous apostrophe et ne vous jette sa folie à mesure que vous passez5.

Reprenant le même registre lexical, La Démocratie pacifique évoque les « divagations passionnées » de L’Univers6.

Victor Considerant et P.-J. Proudhon ne s’accordent pas sur nombre de points. C’est le cas, toujours en février 1849,  à propos de la « banque du peuple »  projetée par Proudhon7, et critiquée par Considerant. Ce dernier, outré de manœuvres malhonnêtes qu’il attribue à Proudhon, le tance longuement, et inclut dans sa diatribe un texte imitant les analyses psycho-judiciaires contemporaines  :

Nous ne discuterons pas des outrages émanés de cerveaux malades. Sans doute la première accusation pouvait paraître une simple extravagance, mais la persistance, jointe aux procédés du maître, montre bien que le dérangement est devenu endémique et fixe dans le groupe, et la folie, chronique.

La folie est incontestablement un cas d’excuse et d’irresponsabilité. Il faut reconnaître cependant que toutes les folies ne sont pas également intéressantes. Il y en a qui inspirent un fort légitime dégoût, celle-ci est du nombre.

Depuis longtemps nous avions reconnu, à des signes trop certains, cette triste maladie de l’esprit qui a inspiré successivement le Représentant du peuple, le Peuple, et donné à presque tous les écrits sortis de la plume du citoyen Proudhon cette odeur de haine et cette couleur fauve qui les caractérisent.  […] —Nous avons perdu notre temps et notre huile, et nous reconnaissons la maladie pour incurable8.

Proudhon répond dans Le Peuple en employant le même vocabulaire de la folie. Après avoir déclaré qu’« il  faut avoir eu l’esprit hébété pendant vingt ans par les vapeurs méphitiques  du phalanstère, pour se conduire d’une façon aussi niaise que l’a faite en cette circonstance M. Considerant »,  il qualifie Fourier  d’« halluciné » et déclare :

Eh bien ! que M. Considerant produise ses raisons : qu’on entame une critique ; qu’on fasse le tamisage des élucubrations de Fourier.
Jamais occasion plus solennelle, plus décisive ne s’est offerte de faire sortir victorieusement l’idée du Maître, si tant est que jamais idée ait été conçue sous ce crâne éburné. Le socialisme de Fourier a suffisamment agité le monde : qu’on sache, enfin, si l’homme idole de la Démocratie pacifique fut le plus merveilleux des génies ou le plus colossal des fous9.

Cet affrontement sur la folie supposée des uns et des autres semble avoir marqué durablement Victor Considerant et la presse. En avril, Considerant expose une requête à l’Assemblée. Il souhaiterait obtenir un terrain pour construire un phalanstère, voire même une « commune échantillon » pour expérimenter également l’Icarie de Cabet, la banque du peuple de Proudhon, le système trinitaire de Leroux  :

M.  VICTOR CONSIDERANT. Ce qui est pour vous un rêve, une hallucination, est une réalité pour moi. J’y crois bien plus, je la sais, je la connais, et je vous propose de la faire passer sous vos yeux.
Prêtez-moi pour quelque temps douze ou quinze cents hectares de terre. (Exclamations. – Rires.)

À DROITE : Nous y voilà ! La lieue carrée, le phalanstère !

M. VICTOR CONSIDERANT. […]
Et si, libre de mes moyens, je ne remporte pas sur votre incrédulité, sur le démon des révolutions, plus animé, plus subversif que jamais, une victoire complète, moi qui ai consacré ma vie à propager ce que vous appelez la peste du socialisme, je porte pour le reste de mes jours l’expiation de ma folie. Si je ne vous bats pas à plates coutures, je consens à être enfermé toute ma vie à Charenton (Hilarité prolongée.)10.

Les journaux ironisent longuement sur cette déclaration de Considerant. Si La Silhouette décide de mettre en image la fausse prophétie de Considerant en le plaçant à Charenton sous l’œil satisfait de Proudhon (voir plus haut), Le Charivari se montre intéressé au point de  lui enlever symboliquement son travestissement caricatural dans une parodie du 13 avril  :

Ce n’est pas sans étonnement que nous avons reconnu que le Fourou-Fourou ressemblait extraordinairement à M. Considerant, et qu’il portait comme lui une paire de moustaches suffisantes pour tout un corps d’armée. Le Fourou-Fourou était d’ailleurs enveloppé dans un large paletot qui empêchait de voir s ‘il avait une queue prenante terminée par un œil phalanstérien. Ainsi habillé il n’était pas plus extraordinaire qu’un autre orateur, et comme il a parlé avec émotion et conviction on l’a écouté attentivement. Quelques représentants disaient même que le Fourou-Fourou était un philosophe dont il ne fallait point décourager la folie douce, parce que l’on pouvait apprendre de lui quelque chose d’instructif dans ses moments de lucidité11.

La même veine est conservée pour la séance du 14 avril. Le Charivari reprend alors l’image de Charenton utilisée par Considerant lui-même dans les débats :

Cette nouvelle édition de la Démocratie pacifique a prouvé à ceux qui ne lisent pas ordinairement le journal de M. Considerant, qu’il peut y avoir à Charenton des hommes de beaucoup de talent, et très capables de soutenir une conversation raisonnable jusqu’au moment où on leur conteste d’être le bon Dieu12.

Les socialistes utopiques, nouveaux évangélistes … selon les caricaturistes ?

La question du « bon Dieu » entraîne précisément un nombre important de caricatures. Si les rapports complexes entre socialismes utopiques et religions sont sous-jacents, l’angle fréquemment choisi par les dessinateurs est celui de la relation entre maîtres et disciples. Il permet des effets de (dé)sacralisation très charivariques, dans ce moment où les instances de censure ne statuent plus sur les questions politiques ou religieuses (voir précédent billet).

On a vu comment ces quatre socialistes utopiques ont été parodiquement  désignés comme des « saints » au terme de l’année 1848 (voir précédent billet).  Néanmoins, leur capacité éventuelle à évangéliser les foules fait l’objet d’un traitement différent. Pierre Leroux, souvent décrit tel un sauvage qui ne consent à se déplacer à l’Assemblée que pour la noyer de discours soporifiques, perd rapidement de son charisme sous le crayon des caricaturistes. Ainsi, Cham lui prête une auréole, le qualifie de saint, mais le dessine tel un ermite descendant occasionnellement de la lune (voir image ci-dessous).

Cham, « Saint Pierre Leroux, descendant de son cabinet habituel de méditations pour aller promener un petit discours à l’Assemblée nationale », Proudhoniana : Album dédié aux propriétaires. Paris, Au bureau du Journal Le Charivari, 1848. Département Philosophie, histoire, sciences de l’homme (BnF).

À l’inverse, « le père » Cabet est fréquemment représenté  comme le guide de pèlerins. Le Voyage en Icarie (1840) et ses multiples brochures expliquant dans un langage simple (et beaucoup plus concret que celui de ses adversaires d’inspiration fouriériste) ses idées13 contribuent à forger son image d’apôtre du communisme. Dans son journal Le Populaire, le 9 mai 1847, il lance  l’appel « Allons en Icarie ! » qui invite ses partisans à venir fonder avec lui une nouvelle société au Texas :

Poursuivis comme Jésus et ses disciples par de nouveaux Pharisiens, retirons-nous comme eux dans le désert, dans une terre vierge, pure de toute souillure, qui nous offrira tous les trésors de sa fécondité !

» ….. Allons fonder une Icarie française, européenne, universelle.

» ….. Allons fonder une Icarie pour la liberté et l’égalité ; allons réaliser l’idéal de la Philosophie, de la Religion et de la Fraternité.
» ….. C’est une armée d’industriels de toutes les professions qui viendra fonder avec nous un Peuple, une Nation.
» ….. On nous jette toujours à la face les mots rêve, utopie : allons, Icariens, fermer la bouche à nos détracteurs ; allons fonder et réaliser Icarie14 !

La Silhouette, 3 septembre 1848. Département Philosophie, histoire, sciences de l’homme (BnF).

Dans les années 1849 et 1850, lors des malheureuses expériences icariennes aux États-Unis15 que la presse répercute largement, les anciens disciples sont montrés sans jugeote, avec des motivations peu rationnelles. Le parallèle avec la ruée vers la Californie est souvent établi et lAlmanach pour rire n’hésite pas, par exemple, dans « Deux utopies  », à comparer le sort tout aussi peu enviable de celui parti « chercher de l’or » et de celui qui pensait que Cabet lui avait donné « l’adresse du bonheur », « sous les ombrages de l’Icarie  » .

Le rapport de Considerant à ses « disciples  »  est présenté de manière très différente.  Il est en effet vu comme le disciple de Fourier transmettant la bonne parole à son tour (voir le dessin ci-dessous : Considerant est suivi de  son phalanstère transformé en arche de Noé et d’une foule portant des oriflammes tels que « Saint Fourier, ora pro nobis »).

La Silhouette, 15 octobre 1848. Département Philosophie, histoire, sciences de l’homme (BnF).

Son attribut, l’archibras fouriériste transformé en queue, devient métonymiquement et doublement le symbole de la relation de maître à disciple. En effet, au XIXe siècle, la « queue », désigne le groupe des derniers adeptes d’une école, motif souvent repris par les caricaturistes16. Considerant est donc parfois suivi de son école, hommes et femmes juchés sur sa queue (voir ci-dessous).

« La queue du citoyen Considerant », La Silhouette, 27 mai 1849. Département Philosophie, histoire, sciences de l’homme.

Complété par l’œil omniscient, l’appendice de Considerant scrute et surveille. Dans « La queue et l’œil du fouriérisme », publié en 1849, un journaliste feint même de croire qu’une paysanne des environs de Langres, après avoir lu Considerant, a eu un enfant doté d’une queue terminée par un œil :

Tremblez donc ! réacs et aristos ! l’œil démoc’ soc s’avance ! tremblez ! et empressez-vous de jeter vos écus dans la caisse de la Démocratie Pacifique ! Les temps sont accomplis17.

Quant à Proudhon, il est présenté par la presse satirique comme le dieu d’une nouvelle religion calquée sur les croyances judéo-chrétiennes tout en les combattant. Cham réunit ces éléments paradoxaux dans une « DÉCLARATION ». Agenouillé devant l’Évangile sur lequel il prête serment (mais de la main gauche), Proudhon tient dans sa main droite une feuille portant l’inscription « Dieu est infâme. Proudhon ».  Sa déclaration (« Je fais serment devant Dieu et devant les hommes, sur la Constitution et sur l’Évangile, etc. »), semble perturber gravement le diable qui, comme l’indique le sous-titre de la légende,  «  n’y comprend plus rien 18. » La mégalomanie est souvent suggérée, comme dans « La recréation du monde par P.-J. Proudhon » : auréolé, le penseur vient de « recréer un homme et une femme à son image… » (voir image ci-dessous).

 

Cham, « La recréation du monde par P.-J. Proudhon. P.-J. Proudhon crée un homme et une femme à son image », La banque Proudhon et autres banques socialistes, 1849. Département Philosophie, Histoire, sciences de l’homme.

Ses disciples sont parfois représentés comme des gens du peuple en proie à une idolâtrie naïve. C’est le cas de ce couple agenouillé devant une niche contenant la statue de Proudhon surmontée de l’inscription « Adoremus Proudhonus19 ». Le plus souvent, les « disciples » sont plutôt représentés comme des miséreux pressés de mettre en œuvre de manière peu réfléchie les idées proudhoniennes sur la propriété. Un « DISCIPLE DE PROUDHON  », dans son galetas sous les toits, brandit le poing en s’écriant: « V’là encore mon propriétaire qui me réclame ses trois termes… réactionnaire, va20 ! » Cet autre « disciple de M. Proudhon », revolver à la main s’attaque à un quidam dans la rue : « – Je prends mon bien où je le trouve21. » Sous la plaisanterie affleure néanmoins une véritable réflexion, comme en témoigne un autre dessin de Cham. Hâve et déguenillé, un pauvre hère s’interroge face à un bourgeois ventripotent, chargé de sacs d’or. La tonalité de la scène est renforcée par l’écriteau « route de Bondy », allusion à Robert Macaire, symbole du brigand qui se joue des conventions sociales et des lois22 :

Vous êtes riche et me donnez la moitié de ce que vous avez. Bon ! Mais moi qui suis pauvre je suis obligé de vous donner également la moitié de ce que je possède, et comme je n’ai rien, cela me gênera beaucoup23.

De qui (de quoi)  rit-on à travers la satire des socialistes utopiques ?

En mars 1849, La Presse s’émeut de la censure exercée sur une folie-vaudeville  donnée au Théâtre du Gymnase, la Danse des écus24:

Le motif principal de !a suspension serait la scène où deux représentants réformateurs, dont les traits et les vêtemens [sic] chaque jour reproduits par des caricatures, sont tellement dans toutes les mémoires qu’il serait difficile de ne pas les reconnaître, échangent entre eux des qualifications infamantes25.

La suspension est en effet surprenante, car les parodies et bouffonneries théâtrales autour des utopies socialistes sont légion26. Elle annonce un durcissement de la censure, combattu par La Presse. L’article que nous venons de voir donne un retour important sur le rôle des caricatures. La photographie étant alors débutante, c’est la caricature qui  tient lieu d’image ressemblante27 et familiarise les lecteurs avec les traits du personnage. Dans une mise en abyme, Le Charivari met en scène une voyageuse paniquée par la présence dans son wagon de Proudhon  (« Ah ! ciel ! c’est lui ! c’est bien lui ! … conducteur, arrêtez ! ») qu’elle identifie grâce à l’hebdomadaire satirique qu’elle est en train de lire28. C’est d’ailleurs au Charivari que La Presse fait référence pour expliquer pourquoi la charge et la parodie sont nécessaires à la liberté d’expression, et comment les socialistes, producteurs de brochures en grand nombre, doivent supporter les railleries des caricatures  :

– Mais il sera donc permis de traduire sur la scène des personnages connus, et de les livrer ainsi à la risée du public ?

– Est-ce que cela n’a pas lieu tous les matins dans le Charivari ? Est-ce que cent personnes plus ou moins célèbres n’ont pas le privilège de fournir chaque jour un sujet nouveau de caricature, exposée aux vitres de tous les marchands d’estampes ? Alors,  si l’on veut être conséquent, il faut rétablir la censure sur les lithographies, les gravures et les dessins, car il n’est pas au pouvoir du crayon d’absoudre ce qui serait condamnable en dialogue, et si l’on rétablit la censure sur les caricatures, il n’y a pas de motif pour qu’on ne la rétablisse pas sur les journaux, et si on la rétablit sur les journaux il faut l’étendre aux brochures et aux livres29.

Au demeurant, Cabet, Considerant, Leroux et Proudhon ne semblent pas contester les caricatures qui les concernent. On a vu en revanche dans le billet précédent Fourier (« Valeur des calomnies propagées par les Journalistes ») puis Leroux surveiller étroitement l’écho donné à leurs idées par la presse, y compris les journaux satiriques. La Démocratie pacifique de Considerant fait de même et commente de temps à autres les caricatures, selon un partage assez logique. Favorable aux dessins concernant ses adversaires, elle commente de manière moins enjouée et très réactive ceux qui visent la destinée du socialisme :

Le Charivari nous offre, dans sa dernière caricature, le départ de l’année 1848. Elle emporte dans sa hotte le socialisme, représenté par MM. Leroux, Considerant. Nous engageons le dessinateur réactionnaire à conserver cette lithographie ; elle sera encore de mise au 1er janvier 1850, et années suivantes. Les socialistes sont résolus à ne pas déménager de sitôt30.

Cham,  » Actualités – 1848 décampant avec armes et bagages ». Le Charivari , 1er janvier 1849. Département Philosophie, histoire, sciences de l’homme. BnF.

À l’inverse, cette charge (voir dessin ci-dessus) est goûtée de La Gazette de France. La réaction de la feuille de Considerant l’amuse  :

Le Charivari représente aujourd’hui dans une carricature [sic] très-piquante l’année 1848 qui s’en va errante et fugitive, après avoir été rayée du Calendrier. Sous la forme d’une vieille sorcière, elle emporte avec elle les Proudhon, les Cabet, les socialistes et leur terrorisme. La Démocratie dit au sujet de cette carricature [sic]   [citation]  Quelle que soit la résolution des socialistes, il faut bien en prendre son parti !  Ils s’en vont avec les philippistes et les républicains de plusieurs nuances31.

Il ne faut pas  limiter l’influence de ces caricatures aux quelques milliers d’abonnés de la presse satirique dans les années 1840. En effet, les estampes sont affichées dans les vitrines des marchands, les journaux placés dans des endroits de forte fréquentation  et les séries rééditées sous forme d’albums. De plus, comme en témoigne un encart pour Le Journal pour rire (voir ci-dessous), les plaisanteries sur les idées nouvelles de 1848 constituent un argument publicitaire de choc32.

 

Les caricatures sont de surcroît décrites et commentées jusqu’en province par les journaux non illustrés, comme on vient de le voir plus haut.  L’Écho rochelais du 10 octobre 1848 évoque  par exemple « dans le Charivari une caricature très-piquante sur le Proudhonisme élevé à l’état d’idole » :

Une mère conduit son fils s’agenouiller devant le nouveau créateur. — Tiens, mon fils, lui dit-elle, voilà le nouveau Dieu ! …

— Maman , est-ce que c’est celui qui nous a tirés du chaos ?

— Non, mon fils, c’est celui qui veut nous y replonger33 !

À l’inverse, tout en reconnaissant le caractère spirituel d’une des dernières charges du Charivari, le Journal de la ville de Saint-Quentin et de l’ arrondissement en contredit la portée. Selon le journaliste, le caricaturiste a exagéré l’avancée bonapartiste :

Les sangsues de la veille et les sangsues du lendemain, tel est le titre d’une des dernières charges du Charivari. La République est étendue sur un sopha, dans la personne d’une femme jeune et d’une apparence encore assez robuste. Ses deux bras sont étendus, et du droit tombent des sangsues parfaitement rondes ; elles sont coiffés de bonnets phrygiens, portent des décorations, des croix de commandeur, etc. ; vers le bras droit se dirigent des sangsues maigres ; elles sont coiffées de petits chapeaux. L’auteur a fait une composition toute spirituelle, mais peu conforme à la vérité; en effet, les sangsues coiffées de bonnets phrygiens, ne sont nullement tombées ; elles s’attachent, au contraire, à notre flanc, avec une nouvelle ardeur, et semblent vouloir aspirer, dans une dernière et longue gorgée, le peu de sang qui nous reste encore34.

On pourrait citer d’autres exemples de ces interprétations divergentes des mêmes images par des contemporains. C’est dire si à plus d’un siècle et demi de distance, il importe d’être extrêmement prudent avec ce type de caricatures, les intentions de leurs auteurs et la perception qu’en ont eue les lecteurs. Leur potentielle violence immédiate, iconographique, est à contextualiser. Nombre de ces caricatures ne peuvent se comprendre sans connaître leur genèse souvent complexe : une charge est fréquemment le produit de la circulation des idées à travers les articles de la presse non satirique, des chansons, des débats politiques, souvent empreints d’une plus grande violence que la charge en question. Acmé ou simple composante du charivari face à la nouveauté, la caricature répercute plus souvent un trouble face aux changements, ou des interrogations quant aux déchaînements qu’ils provoquent. Elle tend un miroir et permet par le rire d’exorciser la peur de l’inconnu, du différent, du nouveau. Cette source est donc à manier de manière très prudente.

Se moquer des idées nouvelles, c’est les faire connaître

On peut en effet examiner les caricatures portant sur les idées nouvelles de 1848 de deux manières. La première analyse consiste à prendre ces charges au pied de la lettre : elles seraient le plus souvent réactionnaires et véhiculeraient des stéréotypes contre les écrits socialistes utopistes, contre les femmes socialistes, etc. La seconde analyse possible, à laquelle je vous convie à travers ces deux billets, consiste à appréhender la circulation des idées entre les différents médias, et à essayer de comprendre à quel moment les caricatures interviennent dans ces transferts d’informations. On ne pourra prendre ici que quelques exemples.

Il y aurait ainsi énormément à dire sur les femmes de 1848. Bien des analyses s’arrêtent à  la laideur des clubbistes femmes et à leur pédantisme dans les caricatures et reprochent à Daumier des séries comme Les Bas-bleus, Les Femmes socialistes, Les Divorceuses… Pourtant, si l’on veut bien essayer de lire de manière distanciée les légendes de Daumier, et se laisser porter par des dessins d’où jaillissent la puissance et la passion des femmes représentées (voir ce dessin, par exemple), on peut se demander si comme à son habitude le caricaturiste ne s’est pas surtout moqué d’une population frileuse devant la nouveauté. Ses légendes peuvent souvent être lues de manière antagoniste. La première réaction de deux lectrices  de journaux apprenant la fermeture des clubs aux femmes : « Les réacs35 ! » est destinée à sourire de ces militantes, mais un contenu demeure qui est la possibilité de traiter de réactionnaires les hommes fermés à la participation politique des femmes.

Si  l’on feuillette par exemple la série des fictives Vésuviennes d’Édouard de Beaumont, on constate que le dessinateur a pris plaisir à représenter des femmes déterminées, en révolte contre leurs aînés et leurs maris, et désormais capables de leur résister dans certaines situations36. Elles portent d’ailleurs le pantalon. Le cas des Vésuviennes est d’autant plus intéressant que ces féministes volcaniques, parées de toutes les audaces, symboles de toutes les transgressions, sont un parfait exemple d’un charivari mené essentiellement par la presse satirique. L’appel au rassemblement des Vésuviennes est lancé par un homme coutumier des plaisanteries, la pétition et la Constitution des Vésuviennes37 sont signées par des personnages de fiction de la presse satirique, leurs costumes et leurs mœurs sont uniquement décrits par Cham puis Beaumont qui les dessinent dans le Charivari. D’autres caricaturistes comme Doré les représentent (voir ici). Quelques manifestations de Vésuviennes ont bel et bien lieu, dont il est difficile de démêler la part de canular. Elles deviennent personnages de théâtre38, motifs de valses39, et de fil en aiguille prennent consistance au point de figurer désormais parmi les pionnières du socialisme féminin dans nombre d’écrits. Ce qu’elles sont en quelque sorte puisque les fantasmes autour des actions vésuviennes ont donné chair à une nouvelle « idée » parmi une « foire aux idées » encore très masculine en 1848 (voir le dessin éponyme de Bertall ici), et permis sans doute de trouver moins surprenantes les véritables revendications des femmes socialistes.

On notera d’ailleurs que La  Voix des femmes, feuille des socialistes féminines dirigée par Eugénie Niboyet, adresse des remontrances  très humoristiques au Charivari :

Citoyen Charivari,

Nous avons vu avec peine que dans votre numéro d’hier, vous releviez méchamment quelques expressions d’une pétition qui a été signée par plusieurs dames de notre société ; les gens d’esprit ont toujours été en France les champions du beau sexe, et voilà que vous nous attaquez ? Oh citoyen Charivari, nous prendriez-vous par hasard pour des bas-bleus ?

Nous prendriez-vous par hasard pour de vieilles mégères frondeuses, portant à la fois un jupon et des moustaches ! Cela prouverait bien que vous ne nous connaissez pas !

Si telles étaient vos préventions, détrompez-vous, citoyen Charivari ; loin d’être des personnages sans nom, hérissés, courroucés, boursouflés, mal coiffés, ayant de l’encre aux doigts et des plumes sur les oreilles, nous sommes tout simplement des femmes … qui lisons le Charivari, et l’aimons … quand même40.

De surcroît, de telles représentations marquent durablement les mutations dans l’imaginaire collectif, fussent-elles apparemment moquées. En l’absence de photographies, et les dessins étant rares sur de tels sujets, c’est donc une charge qui représente par exemple un «  Banquet fémino-socialiste ». Si l’on évite de plaquer des jugements anachroniques sur le fait qu’une femme enceinte boive, si l’on évacue l’effet comique immédiat sur le fait que ladite personne trinque à « l’abolition de la famille » au milieu de clubbistes féminines accompagnées d’enfants, on pourra alors s’interroger sur la portée de la mise en image de mutations socio-politiques qui n’auraient peut-être pas été connues autrement. De la même façon, lorsque La Démocratie pacifique fait signer à une certaine Henriette des tribunes au vitriol sur l’idée que Proudhon se fait de la présence des femmes dans les clubs41, Le Tintamarre relaie et amplifie certainement la polémique à une autre échelle :

Ce terrible M. Proudhon finira mal, je vous le prédis. Le voilà brouillé à mort avec les dames socialistes […] M. Proudhon veut que la femme se contente d’écumer son pot ; rien que cela ! Il la trouve assez savante. […] Il faut voir comme il traite les clubs féminins et les banquets de la papillonne ! … M. Proudhon veut que ces dames restent chez elles et tricotent des bas de laine. «Ménagère ou courtisane » voilà l’inexorable sentence de cet anthropophage … Le brutal ne se soucie même pas que la femme fasse l’ornement de nos salons. Aussi nos jeunes phalanstériennes l’accablent-elles d’imprécations et de ports de lettres. Une intrépide socialiste vient de lui adresser ses malédictions par l’entremise de la Démocratie pacifique. Cette foudroyante épitre est signée : Henriette […] Jamais manifeste plus hardi, plus sarcastique, n’avait jailli d’une plume féminine […]42.

De la même manière, Cham donne dans Le Charivari en 1848 une série très significativement nommée « Études sociales ». Il y décline les (supposées ?) craintes des différentes classes sociales à l’aune des changements fantasmés : éclatement des familles, amours libérées, délaissement des enfants et des personnes âgées… Les caricaturistes finissent même par faire rire de la somme des fantasmes. Quillenbois, par exemple, livre dans La Silhouette du 18 mars 1849 une représentation de « l’honnête bourgeois égaré dans la forêt du socialisme » : la jambe prise dans un piège, le citoyen est torturé par des singes ayant les traits de Cabet, Considerant, Leroux, Proudhon et Louis Blanc…

Il n’est donc pas étonnant que le même mois, Le Journal pour rire s’apercevant, à l’instar du reste de la presse satirique, que le meneur charivarique n’était peut-être pas celui que l’on croyait, publie un dessin synthétisant l’habileté d’un Louis-Napoléon Bonaparte qui aurait profité des idées nouvelles. S’il déclare s’ébouriffer comme Leroux, mettre des lunettes comme Proudhon et risquer sa petite banque (toujours comme Proudhon), on remarquera qu’il est doté d’une queue comme Considerant et qu’il a également lu Fourier et Saint-Simon… (voir image ci-dessous).

Bertall, « Essai de socialisme impérial », Le Journal pour rire, mars 1849. Département Philosophie, histoire, sciences de l’homme (BnF).

 

Citer ce billet : Agnès Sandras, "1848 et la « foire aux idées nouvelles » (Partie II).," in L'Histoire à la BnF, 04/01/2018, https://histoirebnf.hypotheses.org/1478, [consulté le 15/11/2018].

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

?

 

 

 

 

 

  1. Sur les peupliers, voir le précédent billet. []
  2. Voir Andrews Naomi J., « L’association en théorie et en pratique. La Revue sociale de Leroux », dans Quand les socialistes inventaient l’avenir. Presse, théories et expériences, 1825-1860. Paris, La Découverte, « Hors collection Sciences Humaines », 2015, p. 247-254.  []
  3. Cham, Proudhoniana : Album dédié aux propriétaires, Paris, Au bureau du Journal Le Charivari, 1848. []
  4. La visite aux aliénés « intéressants » est un topos de la littérature du XIXe siècle. En effet, les médecins avaient pour habitude de montrer les malades aux visiteurs de prestige. []
  5. « Du socialisme – Doctrine de C. Fourier – IV », L’Univers, 5 février 1849. []
  6. «Coïncidences édifiantes », La Démocratie pacifique, 6 février 1849. []
  7. Voir Olivier Chaïbi, Proudhon et la Banque du peuple, 1848-1849, Paris, Connaissances et savoirs, 2010. []
  8. V. Considerant, « Pour en finir avec M. Proudhon », La Démocratie pacifique, 10 février 1849. []
  9. MM. Considérant et Proudhon jugés par eux-mêmes. Pour en finir avec M. Proudhon, par M. Considérant ; Pour en finir avec M. Considérant, par M. Proudhon. Paris, G. Dairnvaell, 1849. Le 14 février, Le Charivari compile des extraits de ces deux articles pour en faire un dialogue et conclut : « Disputez-vous, ô grands socialistes, ce sera la meilleure manière de rendre la paix à la France ;  tous les partis s’accordent à rire de vous, et quand on rit, on est désarmé. » []
  10. « Assemblée nationale (…) Séance du 14 avril », La Presse, 15 avril 1849 []
  11. « Assemblée nationale, séance du 13 avril », Le Charivari, 14 avril 1849. []
  12. «Assemblée nationale, séance du 14 avril », Le Charivari, 15 avril 1849. []
  13. Voir François Fourn, « Les brochures socialistes et communistes en France entre 1840 et 1844 », Cahiers d’histoire. Revue d’histoire critique,  2003. []
  14. Cité dans Étienne Cabet, Procès et acquittement de Cabet, accusé d’escroquerie au sujet de l’émigration icarienne : histoire d’Icarie. Paris, au bureau du « Républicain » , 1851 []
  15. Voir  François Fourn, Cabet ou Le temps de l’utopie. Paris, Vendémiaire, 2014. []
  16. Voir Agnès Sandras, « La queue du Maître de Médan : naissance en mots et en images de la légende des disciples zoliens », Plaisance, numéro spécial « Zola au début du XXIe siècle », 2007. []
  17. « La queue et l’œil du fouriérisme »,L’Argus et le Vert-vert réunis, Charivari de Lyon, 28 octobre 1849. []
  18. Cham, La banque Proudhon et autres banques socialistes,1849. []
  19. Cham, « Le christianisme faisant place au proudhonisme », Proudhoniana : Album dédié aux propriétaires. Paris, Bureaux du Charivari, 1848. []
  20. Cham, Proudhoniana : Album dédié aux propriétaires.  Paris, Au bureau du Journal Le Charivari, 1848. []
  21. La Silhouette, 12 août 1848. []
  22. Voir Noémi Carrique, « Le succès du crime sur scène avec Robert Macaire : modernité théâtrale et protestation sociale au XIXe siècle », Criminocorpus [En ligne], Varia, mis en ligne le 13 décembre 2012. []
  23. Cham, « Le communisme est à l’avantage des riches », Proudhoniana : Album dédié aux propriétaires, 1848. []
  24. Marc Fournier et Henry de Kock, La Danse des écus, folie-vaudeville en 1 acte… Paris, Michel Lévy fr, 1849. []
  25. « Censure ministérielle »,  La Presse, 24 mars 1849. []
  26. Voir Robert Dreyfus, « Le livre du jour – Petite histoire de la revue de fin d’année », Le Figaro. Supplément littéraire du dimanche, 19 juin 1909 et Romain Piana, « L’imaginaire de la presse dans la revue théâtrale », Médias 19 [En ligne], Publications, Olivier Bara et Marie-Ève Thérenty (dir.), Presse et scène au XIXe siècle, PRESSE EN SCÈNE, mis à jour le : 19/10/2012. []
  27. Agnès Sandras, Henri Viltard, « Caricaturistes et photographes. Bataille autour du réel (1840-1900) », in Daniel Fabre et Marie Scarpa (dirs), Le Moment réaliste. Un tournant de l’ethnologie, Nancy, Éditions Universitaires de Lorraine, EthnocritiqueS, 2017. []
  28. Cham, « Revue comique de la semaine – Dans un wagon du chemin du Nord », Le Charivari, 15 avril 1849. []
  29. « Censure ministérielle »,  La Presse, 24 mars 1849. []
  30. La Démocratie pacifique, 2 janvier 1849. []
  31. La Gazette de France, 2 janvier 1849. []
  32. Journal de la ville de Saint-Quentin et de l’arrondissement, 7 mai 1848. On remarquera que cet exemplaire a été annoté par un lecteur qui a ajouté « Philipon ». Ce dernier était en effet directeur du Journal pour rire. []
  33. L’Écho rochelais, 10 octobre 1848. []
  34. Journal de la ville de Saint-Quentin et de l’arrondissement, 18 janvier 1849. La charge décrite a été publiée dans Le Charivari du 8 janvier 1849. []
  35. Honoré Daumier, « Il paraît que les clubs vont être complètement fermés… « .   Paris, Chez Aubert. []
  36. Voir l’exposition virtuelle « Femmes au masculin » (dir. Christine Bard), 2005, sur le site MUSEA. []
  37. Voir Les Vésuviennes, ou la constitution politique des femmes par une société de Françaises. Paris, Impr. de É. Bautruche, 1848. []
  38. Voir le rôle d’officier des Vésuviennes tenu par Aline Duval en 1848 au théâtre Montansier. []
  39. Voir Les vésuviennes : valses [pour piano avec accompagnement de flûte, violon, basse et piston en la] par Bosisio ; sur des motifs de Ricci. Paris,  S. Richault, 1849. []
  40. Marie Noémi, La Voix des femmes : journal socialiste et politique : organe des intérêts de toutes, 28 avril 1848. []
  41. Cette tribune (« À M. Proudhon », La Démocratie Pacifique, 5 janvier 1849) identifiait clairement et réutilisait différents mécanismes du charivari. On peut la lire ici. []
  42. Théodore Langlois, « Causeries« , Le Tintamarre, 7 janvier 1849. []

Agnès Sandras

chargée de collections en histoire de France au département Philosophie, histoire, sciences de l'homme

More Posts

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.