C’est du propre ! – Partie 3 : le blanchissage domestique

Henri Rivière, [Lavoir à Tréboul], [Paris], [Eugène Verneau], [1909]. Gallica (BnF).

À l’occasion de la 24e édition des Rendez-vous de l’histoire à Blois en octobre 2021, qui étaient consacrés au thème « Le travail », ce billet propose de revenir sur le blanchissage domestique, en complément des deux billets déjà parus sur la blanchisseuse professionnelle et sur la blanchisserie industrielle.

Pal, Lessiveuse française… Viville, 1897. Gallica (BnF).

L’entretien du linge est influencé par les disponibilités économiques et technologiques et par l’état des mentalités. Pour laver le linge, il faut de l’eau chaude propre, du détergent et un outillage plus ou moins perfectionné. Il a fallu aux ménagères – car la tâche était généralement féminine – des trésors d’inventivité, de courage et de persévérance pour venir à bout de la saleté qui entachait le linge. Des sociétés rurales préindustrielles à nos populations urbaines actuelles, nous sommes passés du battoir à linge à la boule à lessive. Voyons comment.

La grande lessive

Dans les campagnes préindustrielles, la lessive est un événement communautaire. Elle est organisée quand les autres tâches ne mobilisent pas la famille, généralement au printemps et en automne. Réunissant les femmes de la famille, du voisinage, du village, elle donne l’occasion de montrer aux autres que l’on possède beaucoup de linge, de l’exposer. La faible fréquence de cette grande lessive est permise par l’abondance du linge, stocké dans des armoires. Elle est considérée comme une tâche importante de la maîtresse de maison. Dans certaines régions, elle ne s’effectue pas lors de la Semaine Sainte car laver son linge aurait signifié laver son linceul. La grande lessive s’étale sur plusieurs jours et rassemble une partie de la communauté. Lieu de sociabilité, elle donne fréquemment lieu à des réjouissances. Comme elle s’effectue fréquemment en plein air, elle ne dispose pas forcément d’un emplacement dédié.

Marie-Anne Croisier, Laurent Guyot, Ruine de la partie Intérieure d’une Basilique de Rome, Paris, chez Guyot, [ca. 1795]. Gallica (BnF)

L’instrument essentiel de la grande lessive est le cuvier, grand récipient cerclé également appelé baquet à lessive ou cuve à lessive ; son fond est équipé d’une bonde. Les opérations se déroulent autour de lui sur trois jours. Le premier jour, le linge sale est sorti des armoires où il s’accumulait ; il est assemblé, trié est mis dans le cuvier rempli d’eau froide pour être mis à tremper : c’est l’essangeage. Le gros linge est mis au fond, le linge plus fin au-dessus.

Le deuxième jour a lieu l’opération la plus spectaculaire : le coulage. Sur le linge est placée le charrier, une toile repliée dans laquelle une couche de cendre a été mise. À côté du cuvier, une cuve remplie d’eau est chauffée. Une fois l’eau chaude, elle est puisée et versée sur la toile contenant la cendre. L’eau chaude la traverse, emmenant vers le bas les sels minéraux qui agissent comme détergents. Après être passée dans les différentes couches de linge, l’eau chaude se retrouve au fond du cuvier et s’échappe par la bonde. Elle est alors récupérée sous le cuvier et remise à chauffer dans la cuve. L’opération est répétée pendant plusieurs heures. Le linge est manipulé avec des pinces afin de ne pas se brûler.

Le cuvier est laissé à refroidir la nuit pour les dernières étapes de la lessive le lendemain : rinçage, essorage et séchage. Le rinçage s’effectue à un point d’eau ou dans un lavoir quand la localité en est équipée. Le linge est frotté, savonné, battu et rincé pour en éliminer toute trace de lessive, puis essoré avant d’être mis à sécher.

Marie Laubot, La petite blanchisseuse, Paris, Gedalge, 1907. Gallica (BnF).

Les lavoirs à la campagne

L’accès à l’eau s’est d’abord fait directement, à l’air libre, sur les bords des rivières voire sur le rivage. Cela ne nécessite aucune installation mais expose aux aléas climatiques qui s’ajoutent au fait d’avoir les mains en contact direct avec une eau froide voire glacée, et d’être courbée dans une position inconfortable, à genoux. Cet inconfort a amené les communautés à construire des bâtiments dédiés au lavage : le lavoir.

Henri Rivière, [Lavoir à Tréboul], [Paris], [Eugène Verneau], [1909]. Gallica (BnF).

La construction de lavoirs se généralise au XIXe siècle, grâce aux pouvoirs accrus obtenus par les communes après 1789. Les budgets communaux permettent alors d’édifier une série de bâtiments publics : mairie, école, halle… Le lavoir, destiné à protéger des intempéries ses utilisatrices, possède également une fonction de prestige, d’où des colonnades ou statues qui décorent certains bâtiments. Les préoccupations hygiénistes ne sont pas absentes en un temps où sévissent des épidémies de choléra. De plus, les villages connaissent alors leur maximum démographique, ce qui pose le problème de l’accès à l’eau et de la concurrence de ses usages. L’implantation du lavoir est directement liée avec la présence de l’eau : au débouché d’une source ou le long d’un cours d’eau. Le lavoir est souvent gratuit et entretenu par les habitants.

Grande est la diversité des lavoirs, parfois simple aménagement sommaire, parfois bâtiment de prestige : simple auge au débouché d’une fontaine en montagne, bassin au débouché d’une source, ou places pour battre le linge au bord d’une rivière. Ces aménagements sont à la portée des communes mais laissent les laveuses en plein vent. Cet inconvénient est atténué par un toit en auvent courant autour du bassin et incliné vers celui-ci qui fait office d’impluvium. En bord de rivière, ce toit n’a qu’un seul pan, orienté vers celle-ci. La toiture peut aussi prendre la forme d’une halle. Quand n’existe qu’un seul bassin pour le lavage et le rinçage, le renouvellement de l’eau peut poser problème car l’eau savonneuse chargée d’impuretés coule au fond du bassin qu’il faut vider périodiquement afin de le curer. Certaines communes mieux achalandées disposent de deux bassins, ou de systèmes plus efficaces d’évacuation de l’eau. Pour sommaires qu’ils peuvent être, les lavoirs ruraux rendent service aux populations sans pour autant grever les finances communales pour leur construction et leur entretien. Pour bénéficier de chauffage, d’éclairage et d’eau chaude, il faut aller en ville.

Épinal, Au Lavoir, Épinal, Bazar des Vosges, 1880-1945. Gallica (BnF).

Les lavoirs en ville

La situation à Paris est bien résumée par J. Moisy dans Les lavoirs de Paris en 1884 :

Les lavoirs de ménagères sont surtout situés dans les quartiers excentriques formant l’ancienne banlieue. Là les femmes de ménage, pour la plupart femmes d’ouvriers, mères de famille, viennent, après la conduite des enfants à l’école, passer deux ou trois heures, plusieurs fois par semaine, selon les besoins du ménage. L’armoire de la famille étant loin d’être pleine de linge, comme en province, où la lessive se fait deux fois par an, les ménagères viennent apporter la blouse, ou le bourgeron du mari, après avoir bien recommandé le cher paquet au couleur, et le lavent sans se servir de brosse, ni abuser d’eau de Javel.  En un mot, elles dorlotent ce précieux butin de famille dont la propreté porte la santé, le bien-être pour tous les leurs1.

Les lavoirs se multiplient à terre au XIXe siècle pour desservir une population urbaine croissante. Les lavoirs communaux sont payants mais moins chers que les lavoirs privés. Les initiatives publiques répondent à des préoccupations hygiénistes, pour lutter contre l’insalubrité des logements. Napoléon III fait bâtir le bain-lavoir du Temple2 sur ses deniers de la liste civile, mais l’établissement se révèle rapidement déficitaire et est cédé à la Ville de Paris qui le rase pour édifier la mairie du 3ème arrondissement. Ce bain-lavoir devait donner l’exemple pour une série de bâtiments de même nature, mais la construction de lavoirs publics se révèle moins nécessaire dans le centre de Paris où les travaux d’Haussmann chassent une partie des classes populaires du cœur de la capitale. Les lavoirs, qui étaient 300 à Paris et 50 en banlieue en 1885, ont totalement disparu de la capitale dans les années 1950.

[Le Canal], [avant 1909]. Bibliothèque Forney, Ville de Paris.

Les bateaux-lavoirs

Ils ont longtemps animé les cours d’eau des coups de battoir et du langage cru des blanchisseuses mais n’ont pas laissé autant de traces que les lavoirs devenus des monuments emblématiques dans les villages. En effet, ces bateaux ont souvent été détruits ou ont tout simplement coulé. Ils sont pourtant attestés depuis longtemps. À Strasbourg, les bateaux-lavoirs des bords de l’Ill, publics et gratuits jusqu’en 1670, deviennent alors payants mais sont surveillés par des préposés et couverts en 17163.

À Nantes, avant la construction de lavoirs à terre, les femmes du peuple n’ont à leur disposition que le cours de l’Erdre, affluent de la Loire pollué par les abattoirs et les tanneries établis sur son cours. Ses eaux étaient pourtant préférées à celles de la Loire, soumise à la marée. On ne compte pas moins de 33 bateaux-lavoirs sur la Loire et 39 sur l’Erdre en 1810 ; en 1813, ils sont respectivement 45 et 46. Ces lavoirs utilisent des bateaux en mauvais état et offrent des conditions de travail très précaires et une hygiène douteuse. Ils sont fréquentés autant par les ménagères blanchissant le linge de leur foyer que par des laveuses indépendantes ou par des journalières travaillant à la journée. Elles sont toutes surnommées poules d’eau par les autres usagers de l’eau. La cohabitation n’est pas toujours aisée car les bateaux-lavoirs entravent le trafic des bateaux (halage, déchargement). Le propriétaire du bateau-lavoir paie la patente et un droit de stationnement, et il habite près de son bateau pour pouvoir le surveiller. Il met à disposition battoir, marmite et baquet, les laveuses apportant leur bois et leur savon. Les bateaux-lavoirs régressent devant l’apparition de lavoirs à terre et devant l’adduction d’eau dans les éviers, et disparaissent vers 1950 avec la diffusion de la machine à laver.

Charles Mercereau, Toulouse – Vue du Pont de pierre prise du Quai de Brienne, v. 1853-1876. Gallica (BnF)

À Paris, les bateaux-lavoirs apparaissent fréquemment sur dessins et estampes représentant la ville. Ils sont qualifiés de bateaux à lessive. Le plus ancien remonte à 1623 : la Sirène, détruit par les glaces en 1830. En 1695, on compte 60 baux pour ces installations4 : 34 sur la rive droite, 25 sur la rive gauche, un sur l’île de la Cité ; 82% sont en amont du Pont Neuf. Au XVIIe siècle, les baux sont au nombre de 88, concernant surtout la rive droite entre le pont Marie et le pont Royal5. L’interdiction des bateaux à lessive prise le 9 mai 1805 est peu appliquée puisqu’on recense 53 bateaux en 1833. Ce chiffre monte jusqu’à 94 bateaux en 1849. Ils sont fréquentés par une partie de la population parisienne comme le rappelle une pétition datée de 1885 : « Énormément de femmes d’ouvriers viennent sur nos bateaux laver d’une manière saine et économique le linge de leur famille6. ». Le nombre de bateaux à lessive diminue néanmoins dans la deuxième moitié du XIXe siècle. En effet, un arrêté de 1867 a interdit les réparations qui auraient pour but de prolonger l’existence des bateaux, et les autorités encouragent ou construisent sur leurs deniers des buanderies publiques ou des lavoirs de terre ferme : on passe de 69 bateaux en 1869 à 22 en 1886. Les derniers bateaux disparaissent au milieu du XXe siècle.

La chronologie diffère selon les localités, mais l’apogée des bateaux lavoirs se situe au XIXe siècle. À Montereau-Fault-Yonne, le premier bateau apparaît en 1844, remplaçant le lavage direct dans la rivière. Le nombre de bateaux monte jusqu’à six en 1906 avant que tous ne disparaissent sous le coup des intempéries, des contrecoups des guerres et de l’évolution sociale.

Le pont Saint-Michel, dans Le Monde illustré, n° 9, 13 juin 1857. Gallica (BnF).

La lessiveuse

Le mode de vie urbain ne permet pas de réaliser la grande lessive, du fait d’un manque de place et d’un accès problématique à l’eau. Il faut donc recourir à d’autres dispositifs pouvant s’intégrer dans les logements urbains. À la place du grand cuvier, on a recours à des récipients plus petits, en bois puis en fonte. Dans les campagnes, la chaudière en fonte, contenant une centaine de litres et servant à préparer la pâtée des cochons, est également utilisée pour faire chauffer le linge. De communautaire, la lessive devient individuelle et plus fréquente. Elle est facilitée par un autre outil qui remplit les fonctions du cuvier tout en étant maniable par une personne seule : la lessiveuse à champignon. Elle se diffuse à partir des années 1870 et est créée en simplifiant et en miniaturisant les techniques alors utilisées par l’industrie de la blanchisserie. La lessiveuse consiste en un récipient métallique tronconique pourvu d’une colonne en son milieu, celle-ci surmontée d’un champignon circulaire percé de trous ; son double fond est percé de trous dans sa partie supérieure. La lessiveuse chargée en linge et remplie d’eau est mise sur le feu. L’eau chaude monte alors dans la colonne jusqu’au champignon par lequel elle sort en arrosant le linge qu’elle traverse pour atteindre le fond de la lessiveuse où elle entre dans les trous du double fond. Elle passe alors à travers la soude placée dans le double fond, et gagne le bas de la colonne par laquelle remonte pour arroser à nouveau le linge, et ainsi de suite. Le circuit fermé de l’eau réalise à lui seul l’alimentation continue en eau chaude, tâche très physique de la grande lessive.

« Vue d’ensemble et coupe d’une lessiveuse », in Pierre Larousse, Larousse ménager : dictionnaire illustré de la vie domestique, Paris, Larousse, 1926. Gallica (BnF).

La machine à laver

D’autres solutions techniques sont employées pour mécaniser le lavage : brasser l’eau chaude par le mouvement d’ailettes actionnées par un agitateur, ou faire tourner le tambour dans lequel le linge a été placé, comme dans la blanchisserie industrielle. L’axe du tambour peut être horizontal ou vertical. Le récipient de ces machines est d’abord en bois cerclé, puis le métal s’impose. Une manivelle permet d’actionner le mécanisme à la main avant que le moteur électrique ne se répande à partir de la première moitié du XXe siècle. Les machines peuvent être dotées d’une essoreuse, composée de deux cylindres entre lesquels passe le linge pour en faire sortir l’eau. Les lave-linges se diffusent dans la population de la seconde moitié du XXe siècle, réalisant bientôt toutes les opérations de blanchissage : lavage, rinçage, essorage. L’équipement des logements en eau courante et en électricité permet d’y raccorder ces machines toujours plus complexes, désormais programmables.

Elle : l’hebdomadaire de la femme : tous les mercredis, n°169, 21 février 1949. Gallica (BnF).

Produits employés

Notre facilité actuelle d’accès à divers produits lavants et détergents nous a fait oublier que ces produits de l’industrie chimique ne datent souvent que du XIXe siècle. Longtemps, la ménagère n’a disposé que des cendres pour laver son linge. Il s’agit des résidus minéraux laissés par la combustion, une fois que l’eau s’est évaporée et que le carbone s’est échappé sous forme de gaz carbonique. L’agent détergent y est constitué par la potasse. Ces cendres étaient soigneusement ramassées dans le foyer domestique et mises de côté dans le cendrier pour le jour de la lessive. Les meilleures cendres étaient celles d’arbres au bois sans tanin comme les arbres fruitiers, du chêne, du frêne, du charme, de l’orme… Les cendres ont été employées dans les campagnes et dans les blanchisseries de ville jusqu’à la Première Guerre mondiale. Le mot « buée » tire son origine d’un terme désignant la lessive à la cendre de hêtre. Il était utilisé dans l’expression faire la buée (ou la bue), qui désignait la grande lessive annuelle. Après utilisation, les cendres servaient d’engrais. Le boulanger vendait les siennes à celles qui en manquaient. En plus de la cendre, des plantes aromatiques étaient ajoutées pour parfumer la lessive : lavande, romarin, thym, serpolet, laurier

Au XIXe siècle, les progrès de l’industrie chimique mettent le savon à portée des ménages pour savonner le linge ou pour le découper en lamelles et l’ajouter aux cendres pour la lessive. Guy Thuillier recense plusieurs types de savon en Nivernais : « On utilisait généralement du savon blanc ou bleu marbré de Marseille, en table ou en brique, mais également dans la vallée de la Loire, du savon noir ou vert de Montauban, des savons de Toulouse, ou encore des savons liquides de Lille qui coûtaient moins cher7. »

Le savon est produit à partir de la soude. Celle-ci, est d’abord tirée de la combustion de la soude commune, plante assimilant le sodium. Les procédés Leblanc en 1791 puis Solvay en 1861 permettent la production industrielle de la soude, qui remplace progressivement les cendres dans la lessive. À la fin du XVIIIe siècle, les travaux sur le blanchiment des toiles aboutissent à la création de l’eau de Javel, bientôt adoptée par les ménagères pour détacher. Un autre produit de l’industrie tinctoriale sert paradoxalement pour obtenir un linge qui paraît plus blanc : le bleu outremer synthétique dit bleu Guimet est ajouté dans l’eau de rinçage. C’est ce qu’on appelle l’azurage.

Leonetto Cappiello, Laver au « Soleil » c’est blanchir sur le pré, [1931]. Gallica. BnF.

Une activité reflet de temps

L’évolution technologique du cuvier au lave-linge n’est pas un processus continu et uniforme. Sa chronologie diffère selon les régions et les classes sociales : la lessive au cuvier se maintient dans les campagnes jusqu’ au début du XXe siècle, remplacée par la lessive à la chaudière ou à la lessiveuse. En ville, au XIXe siècle, les classes populaires lavent leur linge ou le confient à de petites blanchisseuses, tandis que la bourgeoisie dispose chez elle du personnel pour l’effectuer ou la confie à des blanchisseries. Les Trente Glorieuses sont un grand moment d’équipement domestique, généralisant l’usage de la machine à laver dans la population, en lien avec l’équipement des logements en électricité et eau courante. L’eau ne vient plus de la source mais du robinet. L’impact des activités domestiques sur l’environnement devient une préoccupation croissante dans la population. Quelle sera la lessive du futur ?

Pour aller plus loin

Bibliographie

Citer ce billet : Luc Menapace, "C’est du propre ! – Partie 3 : le blanchissage domestique," in L'Histoire à la BnF, 15/04/2022, https://histoirebnf.hypotheses.org/14941, [consulté le 18/08/2022].

 

  1. J. Moisy, Les lavoirs de Paris, Paris, E. Watelet, 1884, p. 33-35. []
  2. Françoise Le Brenn, « Comment blanchir le peuple, les bains-lavoirs du Temple », dans Monuments historiques, 122, 8-9/1982, p. 30-32. []
  3. Anny Bloch-Raymond, « Bateaux-lavoirs, buanderies et blanchisseries. Des relations entre espaces publics, espaces privés », dans Revue des Sciences Sociales de la France de l’Est, n° 13, 1984, p. 5. []
  4. Archives nationales, Q1 1119 : État des baux des bateaux à lessive. []
  5. Raphaël Morera, Thomas Le Roux, « Blanchisseuses du propre, blanchisseurs du pur. Les mutations genrées de l’art du linge à l’âge des révolutions textiles et chimiques (1750-1820) », dans Genre & Histoire, 22, automne 2018. []
  6. Joseph Barberet, Le travail en France : monographies professionnelles, t. 1, 1886, p. 265. []
  7. Guy Thuillier, « Pour une histoire de la lessive en Nivernais au XIXe siècle », dans Annales : économies, sociétés, civilisations, 24, 2, 1969, p 379-380. []

Luc Menapace

Chargé de collections en biologie et paléontologie au département Sciences et techniques

More Posts


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search