« L’historien de demain sera programmeur… » : Emmanuel Le Roy Ladurie et les défis de la science

Caricature accompagnant l’article « la fin des érudits », révélatrice du climat de suspicion autour de l’ordinateur, aux débuts de son utilisation .

 

Cet article résume la conférence « « L’historien de demain sera programmeur… » Emmanuel Le Roy Ladurie et les défis de la science » présentée le 7 octobre 2017 lors des Rendez-vous de l’Histoire de Blois,  et s’inscrit ainsi dans la droite ligne du thème de la 20e édition « Eurêka – inventer, découvrir, innover ».

À partir des années 1960, Emmanuel Le Roy Ladurie, disciple de Fernand Braudel, incarne brillamment l’École des Annales et contribue à sa renommée en France et au-delà des frontières. Son œuvre lui a valu les appréciations les plus enthousiastes de ses pairs, qui ont salué en lui un « un grand historien », un « historien total », un « magicien » de l’histoire1.

Aussi exceptionnel est l’accueil que ses ouvrages ont rencontré de la part du grand public. Sa vivacité, sa simplicité, son sens de la formule et son humour ont permis à certains de saluer en lui un « nouveau Michelet »2. Mais l’histoire illustrée par Emmanuel Le Roy Ladurie ne se distingue pas seulement par les qualités de son récit. Elle est marquée aussi fortement par les nouvelles méthodologies et, peut-on dire, les nouvelles technologies de la recherche qui en sont encore à leurs débuts au moment où il fait ses armes.

L’article publié en plein tumulte des évènements de mai 1968 dans les pages du Nouvel Observateur (8 mai 1968) sous le titre « La fin des érudits » –  ayant comme sous-titre l’idée reprise de ses conclusions : « L’historien de demain sera programmeur ou il ne sera pas » – est significatif de son intérêt.

L’article d’Emmanuel Le Roy Ladurie, « La fin des érudits », paru dans Le Nouvel Observateur, 8 mai 1968.

En France aussi [y écrit-il], un pronostic s’impose en ce qui concerne l’histoire quantitative telle qu’elle sera pratiquée dans les années 1980 : dans ce domaine au moins, l’historien de demain sera programmeur ou ne sera plus.

Réédité sous le titre « L’historien et l’ordinateur » dans le premier volume de l’ouvrage Le territoire de l’historien3, ce texte aura un impact considérable dans l’opinion publique et en particulier parmi les historiens.

On le constate plus particulièrement par le nombre considérable de résultats issus d’une recherche sur Internet en utilisant précisément les titres sous lesquels est cité l’article mentionné : 893 pour « L’historien et l’ordinateur », 766 pour « La fin des érudits », enfin, 481 pour « L’historien de demain sera programmeur » (à la date du 5 octobre 2017).

L’article s’est donc avéré par la suite une référence incontournable dans les débats et dans la réflexion des historiens autour du rôle de l’ordinateur et, en général, des nouvelles technologies. Pourtant, l’image de l’historien de demain qu’il a ainsi réussi à imposer n’est pas seulement une preuve du talent journalistique de l’auteur. Elle exprime l’importance qu’il a accordée aux nouvelles méthodes proposées par les sciences dans son propre travail d’historien !

Une lecture de jeunesse semble avoir joué une influence considérable sinon sur ses conceptions historiques, au moins sur sa vision plus générale du monde : L’homme, cet inconnu (1935) d’Alexis Carrel, lauréat du prix Nobel de médecine en 1912, auteur controversé pour ses conceptions eugénistes. Ce livre, selon son auteur « n’a pas d’autre prétention que de mettre à la portée de chacun un ensemble de données scientifiques se rapportant à l’être humain de notre époque4. »

Sa prédisposition pour les sciences est ensuite considérablement stimulée par l’assimilation du matérialisme dialectique et historique pendant les années où il était en khâgne à Lakanal, puis à l’École Normale et au début de son activité de professeur d’histoire au Lycée Joffre de Montpellier. Le texte inédit d’une conférence, « Rationalisme et histoire », donnée en 1956 dans le cadre de l’Union rationaliste, est significatif de sa conception de l’histoire qui, en dépit de son corset idéologique, annonce en germe un concept novateur, promis à un long avenir :

L’histoire qui reste à faire, l’histoire totale […] est un des éléments essentiels de ces sciences humaines, aujourd’hui encore dans l’enfance, ou pour ne choquer personne, dans l’adolescence, ces sciences humaines dont le développement est plus nécessaire encore et plus important pour l’humanité que celui des sciences de la Nature5.

Page du début du manuscrit (inédit) de la conférence « Le Rationalisme et l’Histoire » conservée dans le Fonds Emmanuel Le Roy Ladurie de la Bibliothèque de l’Institut de France (en cours de cotation).

C’est de la même période que date sa première rencontre avec les méthodes statistiques utilisées par ses camarades pour l’étude de l’histoire de la classe ouvrière. On le voit par exemple lors de sa collaboration avec son ami Georges Mallet, expert-comptable, dans le cadre d’un projet réalisé pour la Fédération de la Seine du Parti communiste. Il pose ainsi les bases de ses futures recherches d’histoire quantitative qui ont marqué une grande étape dans son activité scientifique ultérieure : « du moins appris-je à cette occasion – se souviendra-t-il – ce qu’était un chiffre, en histoire, en sociologie6. »

Cette nouvelle étape coïncide avec le début de ses travaux pour sa thèse sur les Paysans de Languedoc, sous la direction d’Ernest Labrousse, et sous le parrainage spirituel de Fernand Braudel qui lui apporte en plus une aide logistique efficace. « C’est vous qui m’aviez fortement conseillé – lui écrit Emmanuel Le Roy Ladurie – de me “ mécaniser ”, afin d’aborder dans de meilleures conditions l’étude des “ compoix ”7. » En effet, grâce à F. Braudel, il obtient du Centre d’études historiques la machine électrique à calculer « absolument indispensable » pour faire « des dizaines de milliers d’opérations8. »

Le résultat le plus spectaculaire de l’étude des cadastres à l’aide d’une additionneuse est une nouvelle lecture, plus précise et plus rapide, des données récoltées. Elle propose un modèle « oscillatoire ou respiratoire » des structures sociales capable de suggérer leur « immense respiration », contrairement au modèle « unilinéaire » de l’analyse marxiste.

La thèse complémentaire que l’historien est censé élaborer selon le système doctoral de l’époque, publiée sous le titre Histoire du climat depuis l’an mil en 19679, apporte aussi de nombreuses innovations scientifiques dévoilant un jeune auteur fort passionné par les recherches modernes d’analyse : la datation par le carbone 14, la dendrochronologie10, etc.

Fort de ces préoccupations, il devient, à partir de 1963, chercheur au Centre de recherches historique dans le cadre de la fameuse 6e Section de l’École des Hautes études, dirigée alors par Fernand Braudel, et reçoit, à partir de 1965, d’importantes responsabilités dans la direction des équipes de recherche et du Centre. Son rôle concerne à la fois le contenu et les méthodes : l’histoire quantitative et l’anthropologie historique deviennent ainsi  « les deux étiquettes » de bon nombre de recherches, et elles bénéficient désormais de l’introduction des nouvelles technologies dans le maniement de l’information11.

Il a également un rôle actif dans la collaboration franco-américaine, notamment par sa participation à des réunions sur l’utilisation de ces méthodes récentes en histoire quantitative. C’est le cas de la rencontre organisée du 26 juillet au 13 août 1965 à l’Université du Michigan qui renforce l’ouverture de la recherche historique en France vers l’application des nouvelles technologies.  En effet, cette université dispose d’une unité très avancée dans les technologies informatiques, le Survey Social Center, et, de surcroît, s’apprête alors à devenir partenaire des échanges scientifiques avec la 6e Section. À cette fin se réunissent, le 8 juin 1966, un groupe de travail en France constitué d’historiens du Centre de recherches historiques et de sociologues du Centre d’études sociologiques (une autre structure de la 6e Section) et les spécialistes de l’Institut national de la statistique et des études économiques (INSEE). Son objectif est de préparer des projets « à long terme » dans le but de conserver et de traiter informatiquement les archives statistiques de la France, notamment la Statistique générale de la France.

Statistique générale de la France. Gallica (BnF).

C’est donc en bon connaisseur qu’Emmanuel Le Roy Ladurie soutient en janvier 1967 la création à l’École Pratique des Hautes Études d’un comité « Calculateurs », dirigé par Marcel Couturier. Destiné à mettre au point un « ensemble de programmes généraux à l’usage des chercheurs en sciences humaines », celui-ci est installé au sein du Centre de recherches historiques « avec l’appui technique de l’Institut de programmation sur matériel IBM12 ».

L’ouverture d’Emmanuel Le Roy Ladurie vers l’application des innovations scientifiques transparaît en outre dans ses travaux, parfois en collaboration avec des spécialistes de la communauté des sciences « dures » :  Jean Corbel, par exemple, ce « franc-tireur de la karstologie13 », avec lequel il signe l’article « Datation au C14 d’une moraine du Mont Blanc », paru dans la  Revue de géographie alpine14;  ou le chimiste Adon A. Gordus et les autres auteurs de l’étude « Le Potosi et la physique nucléaire15 ».

La passion de l’historien pour l’utilisation des nouvelles technologies dans son domaine est enfin illustrée par la thématique des mémoires et des thèses élaborées par les jeunes générations de chercheurs sous sa direction : Nicole Bernageau, « L’anthropologie physique en France au XIXe siècle. Contribution à l’histoire biologique des Français vue à travers le développement d’une discipline scientifique » ; Pierre Muret, « Photographie aérienne et urbanisme » ; Jean Lemoine, « La cryptographie, évolution – emploi de l’ordinateur » ; Yvonne Sensenbrenner, « Problèmes de structures agraires en Champagne méridionale, d’après les plans d’Ancien Régime, les cadastres et la photographie aérienne ».

La nomination en 1973 d’Emmanuel Le Roy Ladurie au Collège de France, pour assurer la continuité de la chaire d’histoire moderne assurée par Lucien Febvre en 1949, puis par Fernand Braudel, est une date importante dans sa carrière scientifique. De sa place de professeur au Collège de France, il continue à profiter de son influence pour contribuer au rapprochement entre l’histoire et les sciences, sans pour autant avoir toujours gain de cause : malgré le soutien apporté à Jacques Arsac, le créateur du langage de description algorithmique EXEL16, il n’a pas réussi, par exemple, à donner à l’informatique la place qu’il aurait voulue dans l’enseignement du Collège. Son rôle devient essentiel ailleurs, à la Bibliothèque nationale qu’il dirige en tant qu’administrateur général, entre 1987 et 1994, et où il continue à exercer une certaine influence après son mandat, entre 1997 et 1999, en tant que Président du Conseil scientifique de l’institution, devenue à partir de 1994 la Bibliothèque nationale de France. En effet, pendant cette période, et notamment entre 1987 et 1994, son nom est lié aux grandes réalisations informatiques.

Première grande œuvre : l’informatisation de l’ancien catalogue qui existait sous forme de fiches et sous forme de volumes imprimés. Lancé avant sa nomination à la direction de la Bibliothèque nationale, ce processus remporte ses premiers succès lorsque, en février 1988, les lecteurs se voient offrir la possibilité de consulter sur les ordinateurs, placés dans la salle des catalogues, les premiers 550 000 titres des collections.

Emmanuel Le Roy Ladurie lors de l’inauguration de premiers ordinateurs dans l’ancienne salle des catalogues de la Bibliothèque nationale, rue de Richelieu (février 1988).

L’administrateur est bien placé pour présenter cette réalisation aux médias et aussi pour affronter les esprits rétifs à ces avancées technologiques au sein de son propre personnel. Son rôle bénéficie en outre d’un contexte très favorable : l’évènement créé par François Mitterrand lors son traditionnel entretien télévisé du 14 juillet, quand il annonce  la construction « d’une bibliothèque d’un type entièrement nouveau », « de l’une ou de la plus grande et la plus moderne bibliothèque du monde ». Dans ce contexte nouveau, l’historien est chargé de patronner les grands chantiers – récolement informatique des collections, conversion informatisée des anciens fichiers – en vue de la nouvelle grande bibliothèque qu’est la Bibliothèque nationale de France aujourd’hui17.

=> Pour aller plus loin : un documentaire en ligne ici !

Le métier d’ historien / Micheline Paintault, réal. ; Janine Codou, aut. ; Emmanuel Le Roy Ladurie, participant – 1974 – 0 h 43 min 37 s

 Ce film se propose de suivre la démarche intellectuelle d’Emmanuel Le Roy Ladurie risquant, suivant ses propres mots, « l’aventure d’une histoire totale » à propos de sa thèse : « Les paysans du Languedoc ». Le film découvre la personnalité de l’ historien et son champ d’exploration (archives, compoix languedociens, terroirs mais aussi hommes d’hier et d’aujourd’hui). Il s’efforce aussi d’approcher les méthodes de l’histoire quantitative (source : Média Scérén)
 
 
Citer ce billet : Stefan Lemny, "« L’historien de demain sera programmeur… » : Emmanuel Le Roy Ladurie et les défis de la science," in L'Histoire à la BnF, 28/12/2017, https://histoirebnf.hypotheses.org/1505, [consulté le 16/07/2018].
  1. Jacques Le Goff, « Un grand territoire pour un grand historien », Psychologie, n° 106, novembre 1978, p. 90-92 ; Peter Lennon, « Annales of a Total Historian », Times, 8 décembre 1984, p. 6 ; Lauro Martines, « Emmanuel Le Roy Ladurie, Magician of History », The Washington Post, 19 décembre 1982, p. 6. []
  2. Apud André Burguière, « L’historien et l’actualité », texte ms. en vue d’un colloque à Chartres, qui finalement n’a pas eu lieu. []
  3. Emmanuel Le Roy LadurieLe territoire de l’historien. Paris, Gallimard, 1973, p. 11-14 []
  4. Alexis Carrel, L’homme, cet inconnu. Paris, Plon, 1935, p. VII []
  5. « Le rationalisme et l’histoire », conférence, février 1956 []
  6. Emmanuel Le Roy Ladurie, Paris-Montpellier: P.C.-P.S.U. [Parti communiste-Parti socialiste unifié], 1945-1963, Gallimard, 1982, p. 116. []
  7. « Le compoix d’une communauté contient, sous le nom de chaque propriétaire et par articles séparés, la description de toutes les possessions, leur contenance, […] leur nature, leur qualité et leur estimation. Certains compoix, dit cabalistes, énumèrent également les biens mobiliers : cheptel, meubles, industries etc. Le compoix permettait de répartir sur la communauté la part qu’elle devait supporter dans la taille royale du diocèse, additionnée du montant de ses propres dépenses. » Définition en ligne sur le  portail « Pierres vives« . []
  8. Lettre d’Emmanuel Le Roy Ladurie à Fernand Braudel, sans date et la lettre d’Emmanuel Le Roy Ladurie à Mme Schumacher, du Centre d’études historiques, 3 janvier 1956, Bibliothèque de l’Institut de France. Fonds Fernand Braudel. []
  9. Emmanuel Le Roy Ladurie, Histoire du climat depuis l’an mil. Paris, Flammarion, 1967. []
  10. La dendrochronologie est une méthode scientifique permettant en particulier d’obtenir des datations de pièces de bois à l’année près en comptant et en analysant la morphologie des anneaux de croissance des arbres. Elle permet également de reconstituer les changements climatiques et environnementaux. []
  11. Lettre d’Emmanuel Le Roy Ladurie à Fernand Braudel, sans date et la lettre d’Emmanuel Le Roy Ladurie à Mme Schumacher, du Centre d’études historiques, 3 janvier 1956, Bibliothèque de l’Institut de France. Fonds Fernand Braudel. []
  12. Archives Nationales :  20000071/67. []
  13. Numa Broc, Une histoire de la géographie physique en France : XIXe-XXe siècles : les hommes, les œuvres, les idées. Perpignan, Presses universitaires de Perpignan, 2010, p. 545. La karstologie, est la science qui étudie les roches calcaires, le karst, ainsi que les phénomènes liés au processus de formation des grottes et de ce qui les entoure. []
  14. Revue de géographie alpine, vol. 51, 1963, n° 1, p. 173-175. []
  15. Annales. ESC, 27, 1972, n° 6, p. 1235-1256. []
  16. Lettre de Jacques Arsac à Emmanuel Le Roy Ladurie, 25 mars 1979, Bibliothèque de l’Institut de France. Fonds Emmanuel Le Roy Ladurie. []
  17. À ce sujet, voir la prochaine publication de mon ouvrage biographique : Emmanuel Le Roy Ladurie : une vie face à l’histoire, Hermann, 2018, 560 p. []

Stefan Lemny

Chargé de collections en histoire de l'Europe centrale et de l'Est Département Philosophie, histoire, sciences de l'homme

More Posts

Une réflexion sur « « L’historien de demain sera programmeur… » : Emmanuel Le Roy Ladurie et les défis de la science »

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.