Émile Erckmann et Alexandre Chatrian : une géopolitique de la choucroute ?

« Les films sélectionnés OCF présentent L'Ami Fritz », 1919. BnF, Bibliothèque musée de l'Opéra, Affiches illustrées Os et cie.

Né à Phalsbourg le 20 mai 1822, Émile Erckmann (1822-1899) fut la cheville ouvrière du duo d’écrivains qu’il forma avec Alexandre Chatrian (1826-1890) et qui eut un succès considérable dans la seconde moitié du XIXe siècle1, et même au-delà. Émile Erckmann et Alexandre Chatrian se rencontrent en 1847 et publient quelques mois plus tard leurs premières œuvres communes sous la signature Erckmann-Chatrian. C’est Émile qui écrit, Chatrian s’occupant de la relecture des textes, de leur commercialisation puis de leur réécriture (pour laquelle il avouera s’être parfois fait aider par des anonymes…) pour le théâtre. Ils resteront amis et collaborateurs jusqu’à leur brouille à la fin des années 1880. Mais pour des commodités d’accord et pour une harmonisation, ils seront ici Erckmann et Chatrian.

Auguste Trichon, « M. E. Erckmann, M. A. Chatrian, d’après des photographies de M. G. Marcel », L’Univers illustré, journal hebdomadaire, 19e année, n°1134 (16 décembre 1876), p. 804

Si Erckmann et Chatrian commencèrent dans une veine fantastique, l’essentiel de leur production se répartit entre romans nationaux2 et romans populaires, dans lesquels ils décrivent la vie du peuple de l’Est de la France.

Charles Emile Matthis, « Erckmann-Chatrian, Romans nationaux : Le Conscrit de 1813, Mme Thérèse, L’invasion, Waterloo… », affiche de 1870 pour les éditions J. Hetzel, Paris.

S’ils rencontrèrent un large écho auprès du public, leurs confrères furent parfois moins enthousiastes : Flaubert en 1872 écrit à la suite de la lecture de L’illustre docteur Mathéus : « Est-ce assez pignouf ? Voilà deux cocos qui ont l’âme bien plébéienne3 ». En 1879, il indique à Zola qu’il le « trouve bien indulgent pour Erckmann-Chatrian4 ». Et il est vrai que si Zola fait une critique argumentée et parfois sans concessions ; dans Mes Haines, il conclut en nuançant : « Je serais désolé que l’on accordât trop d’importance aux jugements sévères que contient cet article […] Mais je déclare, malgré mes restrictions, que cet auteur m’est très sympathique5 ».

Erckmann-Chatrian, Contes et romans populaires, Paris, Hetzel, 1867

Un écrivain scolaire

Si Erckmann et Chatrian ne sont plus beaucoup lus aujourd’hui, cela peut s’expliquer par certains reproches tenaces faits à leur œuvre. On les réduit souvent à « un écrivain pour la jeunesse dont les romans “nourrissent les imaginations des écoliers français”6 ». Il est vrai qu’ils ont été édités par Hetzel et ont bénéficié des « commandes, dès les années 1860, du ministère de l’Instruction publique7 ». Il est vrai aussi que leur œuvre semble parfaitement adaptée aux programmes scolaires de la Troisième République, ainsi que le constatait Augustin Aymard dans la Revue pédagogique en 1925 :

Cette œuvre professe évidemment une sagesse un peu courte, mais, à tout prendre, saine et robuste : de la morale en action sans l’ombre de métaphysique, la pratique des devoirs essentiels conjuguée avec le goût des plaisirs simples, c’est, je crois, au fond, la philosophie qui convient à ceux que la vie happe dès son aube ardente et qui doivent avoir, pour penser et agir, la tête, le bras et l’estomac solides8.

Et l’on trouve dans l’œuvre d’Erckmann et Chatrian de nombreux exemples pour illustrer les notions enseignées à l’école qu’Aymard énumère : le désir de s’instruire, la nécessité de fonder une famille, de travailler, le secours de la patrie en danger, le devoir fiscal, sans oublier bien sûr l’enseignement de l’histoire et de la langue française.

  1. Le désir de s’instruire (Histoire d’un paysan, tome 1). —Rapports entre condisciples : brutalité et protection (Les années de collège de maître Nablot). — Les écoliers du père Vassereau (Histoire d’un Homme du peuple).
  2. Il faut fonder une. famille (Discours du rebbe à l’Ami Fritz). — Les jours heureux en famille (Mme Thérèse, passim). — Lahaine entre frères (Les Deux Frères, passim). — L’orphelin (Le début dans l’Homme du peuple).- Devoirs envers les vieux parents (Le brigadier Frédéric).
  3. Il faut travailler (La mère Balais à Jean-Pierre, Histoire d’un H. du P.). —Le choix de la profession, les rapports entre ouvriers d’un même atelier (Ibid.). — La conscience professionnelle (Maître Gaspard Fix, — Les années de collège de M. N.). — La prudence dans les transactions (L’achat d’une vache dans les Deux Frères). — Sur les promesses et contrats (Le serment du boucher Schmoûle dans L’Ami Fritz)9.

Pour parfaire cette image réductrice, leurs récits ont l’avantage de pouvoir être mis entre toutes les mains : « Dans ces livres si captivants et qu’on lit d’un trait, il ne se trouve pas un seul adultère. Tous peuvent et doivent être lus par tout le monde10 » !

Alsacien, vraiment ?

On reprocha aussi à Erckmann et Chatrian d’être un « écrivain alsacien, donc régionaliste, avec toutes les nuances restrictives que contient ce terme11 ». Ainsi Zola écrit à propos des personnages de leurs romans : « Ce petit peuple vit dans un petit coin de la France, dans le fond de l’Alsace, ayant des moeurs d’une autre époque et vivant une vie qui n’est pas la nôtre […] Aucun de ces êtres n’est secoué par nos passions ; ils habitent à des millions de lieues de Paris, et vous ne trouverez en eux rien de moderne12 », avant de conclure « Pour l’amour de Dieu, quittez l’Alsace et étudiez la France, étudiez l’homme moderne tel qu’il est13 ». Il est vrai qu’à de rares exceptions les récits d’Erckmann et Chatrian se déroulent loin à l’est de Paris : comme l’écrit en 1915 Georges Gastinel dans la Revue pédagogique « Presque tous les récits d’Erckmann-Chatrian ont pour cadre soit l’Alsace proprement dite, soit des régions contigües14 ».

Cette image d’écrivains alsaciens leur colle à la peau ; mieux, ce régionalisme semble finalement être ce qu’on attend d’eux, encore aujourd’hui, comme le montrent les illustrations de couverture des deux anthologies les plus récentes : Histoires d’Alsace et de Lorraine et Gens d’Alsace et de Lorraine, qui reprennent des images du dessinateur emblématique de l’Alsace sous la Troisième République : Hansi (1873-1951), alors même que le titre des deux volumes (ainsi que la carte intitulée « Le pays d’Erckmann-Chatrian » dans le premier volume) élargissent un peu l’horizon géographique en englobant la Lorraine.

Il y a donc là un malentendu, que laissent déjà entendre les titres des deux anthologies : Erckmann et Chatrian ne parlent pas que d’Alsace, mais d’Alsace et de Lorraine. Plus encore, il suffit de lire leurs livres pour voir que l’Est de Paris ne se limite pas à l’Alsace et à la Lorraine. Gastinel le reconnaissait à la fin de son énumération en 1915 :

Ajoutons, pour être complet, cinq ou six contes et romans qui nous entraînent sur la rive gauche de la Lauter […] Madame Thérèse (Anspach), L’Ami Fritz (Hunebourg), La Taverne du jambon de Mayence (Bergzabern)15

avant de conclure de façon un peu contradictoire avec cette dernière phrase (la Lauter marquant dès avant la défaite de 1870 la limite entre la France et l’Allemagne) :

Dans sa sécheresse, l’énumération suffit à montrer la constante prédilection des conteurs alsaciens pour leur pays16.

Mais Gastinel écrit en 1915 et les deux « conteurs alsaciens » (dont il faut cependant rappeler qu’ils sont nés l’un à Phalsbourg, à l’époque dans le département de la Meurthe, et l’autre à Grand-Soldat, en Moselle, donc tous deux en Lorraine…) sont rattrapés par la nostalgie des territoires perdus et le sentiment de revanche créé , après la défaite de la guerre de 1870, par l’annexion notamment du département du Bas-Rhin et de la plus grande partie des départements du Haut-Rhin et de la Moselle, même si « le meilleur d’Erckmann-Chatrian a été écrit, lu et largement entendu à la veille de cette défaite de 1870 qui brise leur œuvre et distend leur amitié17 ».

L’écrivain des territoires perdus

Durant toute la période des « territoires perdus » de l’Alsace-Moselle, Erckmann et Chatrian et leur œuvre sont souvent perçus sous l’angle patriotique. Eux-mêmes ont publié en 1874 Le Brigadier Frédéric, histoire d’un Français chassé par les Allemands évocation sans concession d’un garde forestier chassé de l’arrondissement de Saverne par l’occupation allemande de 1870. Dans cette réduction géographique à la seule Alsace, Erckmann et Chatrian ont leur part de responsabilité : quand l’adaptation pour la scène par Chatrian seul de L’Ami Fritz est jouée à la Comédie Française « la ville de Hunebourg devient Clairefontaine, et c’est bien en Alsace que se déroule l’action de la pièce. Nous supposons que Chatrian a opéré cette métamorphose géographique, pour assurer le succès de la pièce. Représentée en 1876, il était facile de faire vibrer la corde patriotique des spectateurs. Si l’action s’était déroulée en Allemagne, comme dans le roman, les réactions n’auraient pas été les mêmes18 ».

Et il est plus facile de concentrer les regrets du public en se limitant à la seule Alsace, frontalière de l’Allemagne et entièrement annexée, la Lorraine ne l’ayant été qu’en partie. Ainsi en 1883, la chanson Dis-moi quel est ton pays ? est sans ambiguïté. À la question : « Dis-moi quel ton pays ? Est-ce la France ou l’Allemagne ? », la réponse est « C’est la vieille et loyale Alsace », comme si seule cette dernière avait été annexée. Pas étonnant en tout cas qu’Erckmann et Chatrian symbolisent la résistance aux agressions de l’Allemagne : en 1915 la Société Erckmann-Chatrian s’associe aux populations qui souffrent, cette fois-ci les Lorrains chassés par l’avancée allemande.

Recueil du Département Philosophie, histoire, sciences de l’homme (BnF) – Société Erckmann-Chatrian (Nancy). Gala. Programmes (Cote: FOL-WZ-119. 1915)

Toutefois dès la fin du conflit Erckmann et Chatrian seront à nouveau considérés comme les chantres de la seule Alsace, comme en témoigne ce poème de circonstance écrit à l’occasion de l’inauguration, le 12 novembre 1922, du monument Erckmann-Chatrian (monument érigé à Phalsbourg, en Lorraine…) et publié dans le journal mulhousien Dur’s Elsass (et écrit à Domrémy, lieu hautement symbolique, en Lorraine également… ) :

 
L’Alsace au tendre ciel, aux noms amples et doux,
Fut, grâce à vous, l’objet de nos rêves d’enfance
Et, grâce à vous, malgré le joug qui la meurtrit,
Elle est plus fortement restée en notre esprit,
Le lieu du souvenir tout rempli d’espérance…

« À Eckermann-Chatrian. Inauguration du monument Eckermann-Chatrian à Phalsbourg, 12 novembre 1922 », Dur’s Elsass : Humoristisch-satirisch Wucheblättle, n° 303 (10 novembre 1922), n. p.

Ce qui est fascinant dans le cas d’Erckmann et Chatrian, c’est que leurs livres ont réussi à donner l’image d’une Alsace plus vraie que nature dans l’imaginaire collectif, y compris avec des textes qui n’ont pas l’Alsace pour cadre ce que Gastinel qualifie d’étroite analogie qui rapproche les Alsaciens de leurs voisins immédiats de l’Est et du Nord : même langage ou peu s’en faut et même mœurs. Lorsque leur inspiration les entraîne dans le Brisgau jamais les deux écrivains n’ont l’impression de passer une frontière. Et quant à la région Rhénane, il suffit de rappeler que l’Ami Fritz, ce même Fritz en qui le public du Théâtre français acclame un représentant authentique de l’Alsace, est un brave bavarois de Hunebourg19.

L’Alsace, la Lorraine et un peu plus

Pourtant, et pour en revenir à des considérations géographiques, Pierre-Pascal Furth n’hésite pas à briser le mythe : « les deux romans que l’on considère comme romans alsaciens type : Madame Thérèse et L’Ami Fritz, se déroulent non pas en Alsace, mais dans le Palatinat bavarois20 ». Ce qui ne les empêche pas de figurer dans l’anthologie Gens d’Alsace et de Lorraine. Et Noëlle Benhamou a beau insister : « L’action de L’Ami Fritz se déroulait dans la ville imaginaire de Huneboug, située dans le Palatinat bavarois, non dans le Bas-Rhin comme on le croit souvent21 », rien n’y fait. Même si ce que Gastinel appelait en 1915 « leur pays » est plus étendu qu’on ne le croit généralement, Erckmann et Chatrian restent toujours perçu comme alsaciens. On peut ainsi encore lire aujourd’hui que L’Ami Fritz « idéalisait l’Alsace et les Alsaciens22 » ou voir un village alsacien proposer tous les ans le « Mariage de l’Ami Fritz pour revivre un mariage alsacien dans la tradition du XIXe siècle !23 ».

Groupe de caneras de tir de la 8e armée, Palatinat de Bavière, 1918

Erckmann et Chatrian ont fait de l’Alsace, de la Lorraine et d’une partie de l’Allemagne occidentale, dans l’imaginaire de ses lecteurs, un territoire unifié, une zone rhénane marquée par une même façon de vivre. Si cette région a été identifiée à l’Alsace, ce n’est pas par les costumes, qui sont pourtant un des marqueurs du folklorisme et du régionalisme24, puisque les costumes des personnages des romans « pourraient fort bien être portés par des paysans bretons ou auvergnats, et rien ne rappelle le costume folklorique d’Alsace tel qu’on se l’imagine25 ». Ce qui n’est pas le cas dans les représentations de la fin du XIXème siècle, comme s’en réjouit Jules Claretie en 1883 :

Avec quelle émotion on devait revoir, dans cette pièce [Le Juif Polonais] et dans L’Ami Fritz, ces costumes alsaciens qui sont maintenant des costumes étrangers26.

Chabanel, Le Juif polonais, par Camille Erlanger, Affiche pour le Théâtre de l’opéra-comique, 1900

La nourriture symbole d’unité

Ce qui fait le lien entre ces diverses entités régionales dans leur art de vivre, c’est la nourriture, qui n’a que faire des frontières, surtout de celles de l’Est de la France. Ainsi dans cette carte gastronomique de la France datée du XIXe siècle, la Lorraine va jusqu’au Rhin et déborde la Lauter à la frontière nord. Dans celle de 1929 la liste des spécialités alsaciennes est tellement longue qu’elle doit être écrite côté allemand.

Alain Bourguignon, Carte gastronomique de la France, Paris, Girard, 1929

Or, il faut bien reconnaître que l’on mange beaucoup, et souvent bien, chez Erckmann et Chatrian. À tel point qu’on a pu évoquer une lassitude des auteurs :

Fatigués peut-être de raconter des festins hyperboliques comme dans ce pantagruélique chef-d’œuvre L’Ami Fritz, et de chanter la choucroute arrosée de bière, et les amours et les misères de ce petit village, MM. Erckmann-Chatrian, encouragés par le succès du Fou Yégof, écrivirent alors Madame Thérèse, et de ce roman date leur popularité27.

Pour un autre commentateur, « On pourrait reprocher à Erckmann-Chatrian la place que la “mangeaille” tient dans son œuvre28 ». On pourrait au contraire se délecter de cette abondance et y trouver matière à réflexion !

Ainsi, on constate sans surprise que dans leurs livres « la nourriture, même sans gastronomie, est un indicateur social d’importance29 ». Si l’ami Fritz, rentier hédoniste dont la nourriture est au début du roman le seul plaisir (« un gros égoïste, un homme qui ne pense qu’à boire et à manger30 » ) est particulièrement gâté puisqu’il « eut toujours la meilleure choucroute, le meilleur jambon, les meilleures andouilles et le meilleur vin du pays31 », d’autres n’ont pas cette chance , qu’ils soient des déclassés (« maintenant ses andouilles sont des pommes de terre cuites sous la cendre32 »), des Bohémiens qui « vidaient dans la marmite leurs grandes poches remplies de croutes de pain, de navets et de carottes33 » ou de ces démunis (« nous soupâmes tranquillement comme à l’ordinaire, avec des pommes de terre et du lait caillé34 ») dont le régime alimentaire change quand enfin la fortune leur sourit :

Seulement, lorsque vous êtes arrivé, vers la fin de l’automne dernier, pendant cette mauvaise année, vous étiez bien content d’avoir des pommes de terre et du lait caillé à votre appétit ; maintenant vous avez des œufs, du fromage blanc, de temps en temps un plat de choucroute avec du lard, et le dimanche un pot-au-feu de légumes, qui vous réjouit et vous entretient en santé35.

Une nourriture alsacienne ?

Erckmann et Chatrian eux-mêmes restaient très attachés à la nourriture de leur Est natal : « nos auteurs ne dédaignaient pas les joies gastronomiques de la plaine : quand ils emménagent en 1869 dans la villa de Chatrian au Raincy, ils ont toujours une tonne [le récipient, pas l’unité de mesure !] de choucroute à la cave36 » et souvent, exilés à Paris, « ils s’acheminent vers les spécialités alsaciennes du Gambrinus » dont un menu a été conservé : « Jambon et saucisses fumées aux branches verte de sapin et de genévrier ; civet de lièvre aux nouilles ; bretzels et tartes de Soldatenthal ; Rikewihr d’Alsace et vin blanc du Rhin37 ». Gourmands et gourmets, Erckmann et Chatrian ne perdent jamais de vue les victuailles ; c’est ainsi que dans leurs romans même un viatique, fût-il préparé dans l’urgence, ne saurait être négligé : « Tu feras cuire un petit jambon pour demain matin ; madame Thérèse part38 » ou mieux encore « Mais sauvez-vous ! s’écria-t-elle en lui fourrant une andouille dans la poche39 ».

Manger, un art de vivre

C’est quand même dans des circonstances plus calmes que la nourriture est la plus goûtée chez Erckmann et Chatrian. Pour être vraiment apprécié, un repas doit être partagé… et copieux :

Est-il rien de plus agréable en ce bas monde que de s’asseoir, avec trois ou quatre vieux camarades, devant une table bien servie, dans l’antique salle à manger de ses pères ; et là, de s’attacher gravement la serviette au menton, de plonger la cuillère dans une bonne soupe aux queues d’écrevisses qui embaume, et de passer les assiettes en disant : “Goûtez-moi cela, mes amis, vous m’en direz des nouvelles !” […] Et quand vous prenez le grand couteau à manche de corne pour découper des tranches de gigot fondantes, ou la truelle d’argent pour diviser tout du long avec délicatesse un magnifique brochet à la gelée, le gueule pleine de persil, avec quel air de recueillement les autres vous regardent40 !

Même s’il est simple (selon les critères d’Erckmann et Chatrian), il est convivial : « Là-dessus on dîna gaiement, comme à la campagne. Le dîner ne se composait que d’un simple pot-au-feu, d’un rôti et d’une salade, arrosés de petit vin blanc d’Alsace41 » et se doit d’entraîner la gaité : « les verres cliquetaient, les canettes tintaient, on criait à la bière, à la choucroute, aux saucisses42 » ; « On mangeait, on riait, on buvait, on appelait les servantes, qui montaient et descendaient à la hâte dans l’escalier tournant, avec des plats de choucroute, des cervelas, des saucisses fumantes, des gigots rôtis, des canards nageant dans leur jus, et des petits cochons de lait tout croustillants et d’un beau jaune doré43 » ; « Ce furent de nouveau des cris de joie, de nouvelles embrassades. Puis nous entrâmes, et le festin de jambon, d’andouilles et de grillades arrosées de vin blanc et de vieux bourgogne commença44 ». Surtout, un bon repas désamorce les conflits : « on commençait à parler de politique, quand la choucroute aux petites saucisses grillées arriva ; cela changea les idées d’un grand nombre45». Les énumérations de nourriture que contiennent ces quelques extraits, qui culminent dans l’œuvre d’Erckmann et Chatrian avec le festin inaugural de La Taverne de jambon de Mayence46 ne laissent guère de doutes : nous sommes bien à l’Est de Paris.

Géopolitique de la choucroute

Et s’il est un élément commun à toutes ces populations, de quelque côté de la Lauter qu’elles se trouvent, c’est bien la choucroute, rare présence végétale (si l’on excepte le persil dans la gueule du brochet, dont le rôle il faut l’avouer reste surtout décoratif) dans un univers essentiellement carné ; les légumes sans accompagnement restent, comme on l’a vu, le triste apanage des plus pauvres :

En voilà pour six semaines, jusqu’à la fête des vendanges. Les pommes de terre, les carottes et les navets vont recommencer : gueux de navets, je ne peux pas les sentir ! Et quand on pense qu’il y a des gens qui mangent tous les jours des omelettes au lard, des harengs saurs et de la morue, et qui font des noces tout le long de l’année47 !

C’est donc accompagnée, garnie, que la choucroute sera à l’honneur : saucisses, jambon, lard, comme dans ce délicieux alexandrin : « du lard frais, tremblotant sur un plat de choucroute48 » ; mais le légume reste l’objet, au même titre que le petit salé, des plus vives attentions et, bien sûr, comme toute nourriture qui se respecte, la choucroute était forcément plus goûteuse avant :

Je dirai même plus, la choucroute et le petit-salé étaient meilleurs autrefois, parce qu’on fumait mieux la viande, et qu’au lieu d’avoir une vis en bois, pour serrer la choucroute, on mettait une grosse pierre dessus, de sorte que la pierre descendait toujours, au lieu que maintenant, quand on oublie de tourner la vis, la choucroute se gâte à la cave. Je suis de votre avis pour tout cela ; mais il y a pourtant des articles sur lesquels les jeunes nous valent49.

La choucroute est bien le symbole culinaire du terroir alsacien50 : ce n’est pas un hasard si les journées de la choucroute se déroulèrent à Colmar de 1954 à 1997.

Recueil du Département Philosophie, histoire, sciences de l’homme (BnF) – Journées de la choucroute (Colmar). Programmes officiels. Cote : 8-WZ-1428.

Surtout, dans le cas d’Erckmann et Chatrian, elle est un parfait marqueur régional ; pas seulement de l’Alsace, mais de toute cette zone rhénane, française ou allemande, dans laquelle se déroulent la quasi-totalité de leurs histoires. On y mange la même chose, d’où le malentendu sur la question de l’Alsace. La choucroute est un plat suffisamment marqué, suffisamment ancien pour qu’on puisse fédérer une identité autour d’elle, voire dans le cas d’Erckmann et Chatrian créer une région sans tenir compte des frontières qui existent. La choucroute est dans Madame Thérèse ce que les Allemands regretteront en quittant leur « village d’Anstatt, au milieu des Vosges allemandes51 » : « C’est peut-être le dernier plat de choucroute que nous voyons devant nos yeux !52 ».

Sans surprise, l’image et l’odeur de la choucroute ont très vite été associées à Erckmann-Chatrian, les « sympathiques licheurs de choucroute » comme l’écrit Le Cri du peuple en 188553 ; et elles le sont encore un siècle après : « vous sentez la choucroute, à l’heure où “la ligne” est un impératif catégorique54 ».

De l’art de manger la choucroute

Comment alors résoudre cette ambiguïté : Erckmann et Chatrian ont créé à travers leurs récits une région transfrontalière peuplée de mangeurs de choucroute en partie français, en partie allemands et s’occupent du territoire plutôt que des cartes. Mais ils sont eux-mêmes profondément patriotes, notamment après la guerre de 1870 quand Phalsbourg est annexée par l’Empire allemand. Toutefois Erckmann et Chatrian différencient les Allemands des Prussiens : l’Est proche (y compris français), rhénan s’oppose en effet à un Est plus lointain. Dès 1863, dans Madame Thérèse, une vieille femme s’exclame « J’ai toujours pensé que ces Prussiens n’étaient pas grand’chose : des tas de gueux, de véritables bandits55 » qui sont « des hommes barbares, des sauvages venus du fond de la Poméranie56 ». L’ennemi est bien loin à l’Est du Rhin comme l’indiquent les auteurs après la guerre de 1870 dans Le Brigadier Frédéric (1874) : « La mauvaise race qui trompe n’existe pas au pays ; elle est toujours venue d’ailleurs57 ». Un ennemi qui veut faire main basse non seulement sur les Français de l’Est mais aussi sur les Allemands de l’Ouest :

Voilà les Prussiens ! … Aujourd’hui ils dévorent tout. Ils ont planté leurs griffes sur les Allemands ; ils leur ont donné des officiers qui les triquent […] Les nobles prussiens vont nous manger ; et les Badois, les Bavarois, les Wurtembergeois, les Hessois avec nous58 !

Le Prussien se distingue aussi de l’Allemand par ses pratiques alimentaires. Les Prussiens sont « joufflus et ventrus comme des mangeurs de pommes de terre59 » et parmi eux, « combien de paniers percés, de sacs à bière de buveurs de schnaps60 » ; ni partage ni convivialité : « Les uns buvaient de la bière, d’autres du vin de Champagne ou de Bourgogne, chacun selon sa fortune, sans en offrir aux camarades, cela va sans dire61 », et quand ils mangent la même chose que les Rhénans, ils mangent salement : « pour oublier les désagréments de la discipline, ils avalaient autant de saucisses à la choucroute, de jambons et de salades au cervelas, que nos vétérans prenaient autrefois de petits verres d’eau-de-vie […] ils mangeaient tous des deux mains, la bouche ouverte jusqu’aux oreilles et le nez dans leur assiette62 ». Pour Erckmann et Chatrian, le bon usage de la choucroute s’arrête là où la Prusse commence.

Pour aller plus loin :

Œuvres d’Erckmann-Chatrian

Sur Erckmann-Chatrian

Le site consacré à Erckmann-Chatrian : http://www.erckmann-chatrian.eu/ administré par Noëlle Benhamou

Deux numéros spéciaux de revues :

Sur la question de l’ « Alsace-Lorraine »

Varia

Un article qui explique, à partir de l’exemple de la tartiflette, comment peut se faire le passage d’un plat emblématique du terroir à la mondialisation :

  • Bourgeat, Serge et Bras, Catherine, « Entre ancrage local, mondialisation culturelle et patrimonialisation… Une géographie de la tartiflette », Géoconfluences, 14 décembre 2021

Un billet de blog sur les romans scolaires de la Troisième République, qui rappelle que Le Tour de France par deux enfants débute à Phalsbourg, ville natale d’Émile Erckmann :

  • Jung, Laurence, « Les romans scolaires de la Troisième République passés au crible des outils d’intelligence artificielle », La Recherche à la Bnf, 17 février 2022
Citer ce billet : Bertrand Tassou, "Émile Erckmann et Alexandre Chatrian : une géopolitique de la choucroute ?," in L'Histoire à la BnF, 19/05/2022, https://histoirebnf.hypotheses.org/15280, [consulté le 30/06/2022].

Image de couverture : « Les films sélectionnés OCF présentent L’Ami Fritz », 1919. BnF, Bibliothèque musée de l’Opéra, Affiches illustrées Os et cie.

  1. Voir les chiffres donnés par Françoise Mélonio, Naissance et affirmation d’une culture nationale : la France de 1815 à 1880, Seuil, 2001, p. 130. []
  2. « Dès 1865, Hetzel lance les “romans nationaux”, sous forme de fascicules illustrés à 10 centimes […] très engagés politiquement, les deux écrivains font revivre l’épopée napoléonienne dans des fresques historiques destinées à instruire le peuple », Noëlle Benhamou, Erckmann-Chatrian, conteurs et moralistes, Paris, Les Belles lettres, 2020, p. 8 []
  3. Lettre de Flaubert à Georges Sand, octobre 1872. Gustave Flaubert, Correspondance, Paris, Charpentier, 1893, t. 4, p. 136 []
  4. Lettre de Flaubert à Émile Zola, octobre 1879. Ibid., p. 341 []
  5. Émile Zola, « Eckermann-Chatrian », dans Mes haines : causeries littéraires et artistiques, Paris, Faure, 1866, p. 220 []
  6. Claude Aziza, « Préface », dans Erckmann-Chatrian, Histoires d’Alsace et de Lorraine, Paris, Omnibus, 1999, p. 1. []
  7. Ibid. []
  8. Aubin Aymard, « Erckmann-Chatrian à l’école primaire », Revue pédagogique, t. 86 (Janvier-Juin 1925), p. 278 []
  9. Ibid, p. 278 []
  10. Émile Hinzelin, Erckmann-Chatrian: étude biographique et littéraire, Paris, J. Ferenczi et fils, 1922, p. 274. []
  11. Claude Aziza, op. cit. p. 1. []
  12. Émile Zola, « Eckermann-Chatrian », op. cit., p. 208 []
  13. Ibid., p. 221 []
  14. Georges Gastinel, « L’Alsace et la France dans l’œuvre d’Erckmann-Chatrian », La revue pédagogique, t. 67, (Juillet-Décembre 1915), p. 415 []
  15. Georges Gastinel, « L’Alsace et la France dans l’œuvre d’Erckmann-Chatrian », art. cit., p. 416 []
  16. Ibid. []
  17. Jean-Pierre Rioux, Erckmann et Chatrian ou le trait d’union, Paris, Gallimard, 1989, p. 135. []
  18. Pierre-Pascal Furth, « Erckmann-Chatrian écrivain alsacien ? », Europe, numéro spécial Erckmann-Chatrian, n°549-550 (janvier-février 1975), p. 53. []
  19. Georges Gastinel, op. cit. p. 424 []
  20. Pierre-Pascal Furth, op. cit., p. 35. []
  21. Noëlle Benhamou, op. cit., p. 150. []
  22. François Roth, Alsace-Lorraine : histoire d’un pays perdu : de 1870 à nos jours, Nancy, Place Stanislas, 2010, p. 74. []
  23. http://www.mariage-ami-fritz.fr/ []
  24. voir Anne-Marie Thiesse, La Création des identités nationales : Europe XVIIIe-XXe siècle, Paris, Le Seuil, 1999, p. 190-196. []
  25. Pierre-Pascal Furth, op. cit. p. 38. []
  26. Jules Claretie, Erckmann-Chatrian, Paris, Quantin, 1883, p. 26. []
  27. Jules Claretie, op. cit., p. 11. []
  28. Louis Schoumacker, Erckmann-Chatrian : étude biographique et critique d’après des documents inédits, Paris, Les Belles lettres, 1933, p. 290 []
  29. Jean- Pierre Rioux, op. cit., p. 73. []
  30. Erckmann-Chatrian, « L’Ami Fritz », dans Contes et romans populaires illustrés par Théophile Schuler, Paris, Hetzel, [1867], p. 4 []
  31. Ibid., p. 2 []
  32. Erckmann-Chatrian, « La Taverne du Jambon de Mayence », dans Ibid., p. 2 []
  33. Erckmann-Chatrian, « L’Illustre docteur Mathéus », dans Ibid., p. 51 []
  34. Erckmann-Chatrian, Le brigadier Frédéric, illustrations par Théophile Schuler, Paris, 1876, p. 4 []
  35. Erckmann-Chatrian, Histoire d’un sous-maître, Paris, Hetzel, 1871 []
  36. Jean-Pierre Rioux, op. cit., p. 69. []
  37. Ibid., p. 103. []
  38. Erckmann-Chatrian, Madame Thérèse, ou Les volontaires de 92, illustrations par Riou, Paris, 1879, p. 71 []
  39. Erckmann-Chatrian, « L’Illustre docteur Mathéus », op. cit., p. 26 []
  40. Erckmann-Chatrian, « L’Ami Fritz », op. cit., p. 11 []
  41. Erckmann-Chatrian, Maître Gaspard Fix, suivi de L’éducation d’un féodal, Paris, Hetzel, 1876, p. 70 []
  42. Erckmann-Chatrian, « L’Illustre docteur Mathéus », op. cit., p. 34 []
  43. Ibid., p. 41 []
  44. Erckmann-Chatrian, Madame Thérèse…, op. cit., p. 84. []
  45. Erckmann-Chatrian, Histoire d’un paysan : 1789, Paris, Hetzel, 1868, p. 256. []
  46. Erckmann-Chatrian, « La Taverne du Jambon de Mayence », op. cit., p. 44 []
  47. Ibid., p. 51 []
  48. Erckmann-Chatrian, Histoire d’un conscrit de 1813, Paris, Hetzel, 1883, p. 101 []
  49. Erckmann-Chatrian, « Histoire d’un joueur de clarinette », dans Contes et romans populaires illustrés par Théophile Schuler, Paris, Hetzel, [1867], p. 5 []
  50. Elle est, avec le baeckeoffe, un des deux plats traditionnels choisis pour représenter l’Alsace par Jean-Robert Pitte, Atlas gastronomique de la France, Malakoff, Armand Colin, 2017, p. 101. []
  51. Erckmann-Chatrian, Madame Thérèse…, op. cit., p. 1 []
  52. Ibid., p. 54 []
  53. « À minuit », Le Cri du peuple, s. 1, troisième année, n° 789 (26 décembre 1885) []
  54. Jean-Pierre Rioux, op. cit., p. 10. []
  55. Erckmann-Chatrian, Madame Thérèse…, op. cit., p. 71 []
  56. Ibid., p. 70 []
  57. Erckmann-Chatrian, Le Brigadier Frédéric, illustrations par Th. Schuler, Paris, Hetzel, 1876, p. 5 []
  58. Ibid., p. 37 []
  59. Ibid., p. 24 []
  60. Ibid., p. 26 ; une note des auteurs le traduit par : « eau-de-vie ». []
  61. Ibid., p. 50 []
  62. Ibid. []

Bertrand Tassou

Bertrand Tassou est conservateur au département Philosophie, histoire sciences de l'homme à la BnF, chargé de collections en géographie.

More Posts


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search