La Semaine sanglante dans le manuscrit de L’Insurgé de Jules Vallès

Fonds Jules Vallès. L’Insurgé. Manuscrit pour l’édition Charpentier (1886) . Bibliothèque nationale de France. Département des Manuscrits. NAF 28124 (5), f° 3r.

En 1882, Jules Vallès conclut avec L’Insurgé sa trilogie autobiographique de Jacques Vingtras, commencée en 1878 avec L’Enfant, et poursuivie en 1881 avec Le Bachelier. Dans ce troisième opus, il se plonge plus particulièrement dans la Commune et les mois qui l’ont précédée. On a longtemps cru perdus les derniers chapitres du manuscrit de L’Insurgé. Ils attendaient en réalité leur heure dans les fonds de la bibliothèque de Saint-Denis (93). Gallica les réunit désormais virtuellement aux autres chapitres, conservés à la BnF.

Une du premier numéro de la republication du Cri du peuple, le journal de Jules Vallès, datée du 28 octobre 1882. Gallica (BnF) et Médiathèques de Plaine Commune.

De Jules Vallès, chacun connaît L’Enfant, qu’on fait encore lire aux classes. Chacun sait confusément qu’il s’agit là de la première partie d’une trilogie dont on néglige de lire les deux suivantes, tendant ainsi à oublier que L’Enfant ne prend tout son sens que dans L’Insurgé, ainsi que le proclame l’auteur, ou plutôt le narrateur :

La voilà donc, la minute espérée et attendue depuis la première cruauté du père, depuis la première gifle du cuistre, depuis le premier jour passé sans pain, depuis la première nuit passée sans logis – voilà la revanche du collège, de la misère, et de Décembre1 !

« L’Insurgé », c’est Jacques Vingtras, un Jacques Vingtras qui ne se cache pas trop d’être Jules Vallès, et la « minute espérée » commence le 18 mars 1871, le jour où la population parisienne s’oppose au retrait des canons de la Garde nationale par l’armée. Pour Vingtras, « C’est la Révolution ! », une révolution qui, racontée 15 ans plus tard par l’un de ses vaincus, prend toute sa coloration tragique de la « Semaine sanglante », celle de l’écrasement de la Commune par l’armée de Versailles. Dans L’Insurgé, paradoxalement, il est peu question de la Commune : une grosse moitié du livre se déroule avant le déclenchement de la guerre franco-prussienne, et encore un quart précède les événements du 18 mars. Vallès consacre ensuite une quarantaine de pages aux journées qui courent du 18 au 28 mars, puis, de là, saute au 21 mai, premier jour de la Semaine sanglante. De l’activité proprement réformatrice de la Commune, pas un mot. C’est que le roman est tout entier écrit dans la perspective de cette défaite :

J’ai eu un frisson tout de même. Je n’aurais pas voulu ces taches de sang sur nos mains, dès l’aube de notre victoire. // Peut-être aussi est-ce la perspective de la retraite coupée, de l’inévitable tuerie, du noir péril, qui m’a refroidi les moelles… moins par peur d’être compris dans l’hécatombe, que parce que me glace l’idée que je pourrai, un jour, avoir à la commander2».

Première pré-publication originale de L’Insurgé dans La Nouvelle Revue de Juliette Adam, datée de juillet-août 1882. Gallica (BnF).

Deuxième pré-publication originale de L’Insurgé dans Le Cri du peuple de Jules Vallès, daté du 28 octobre 1882. Gallica (BnF) et Médiathèques de Plaine Commune.

 

Édition originale de L’Insurgé chez Charpentier, 1886. Gallica (BnF).

L’Insurgé a paru pour la première fois du vivant de Vallès, en version incomplète, dans La Nouvelle Revue de Juliette Adam. Il y en eut quatre livraisons, de juillet à octobre 1882. Ce sont les chapitres XX à XXIII, une quarantaine de pages, qui sont plus particulièrement ignorés, entre la troisième et la quatrième livraison. Ils correspondent aux événements qui se déroulent entre la proclamation de la République, le 4 septembre, et la Commune elle-même, le 18 mars. Une deuxième parution a lieu du vivant de Vallès, dans son journal, Le Cri du peuple. Cette fois, c’est un feuilleton en 59 livraisons, du 28 octobre 1883 au 6 janvier 1884. La même impasse est opérée sur les chapitres XX à XXIII, avec d’ailleurs la même numérotation « fautive » : le futur chapitre XXIV de l’édition originale est appelé chapitre XXVII, et le décalage de 3 numéros se poursuit ainsi jusqu’à la fin. On compte donc deux pré-publications, incomplètes, avant l’édition originale publiée chez Charpentier en 1886. Entre-temps, Vallès est mort le 14 février 1885, alors que Le Cri du peuple était chahuté par l’affaire Ballerich (du nom de deux frères policiers auteurs d’une fusillade dans les locaux du journal, à la suite d’articles écrits par un agent provocateur). Séverine (la femme de lettres et journaliste féministe Caroline Rémy) a pris le relais de Vallès à la direction du journal : c’est elle qui l’accompagnait déjà dans les dernières années de sa vie, aussi bien pour son travail de rédacteur en chef du Cri du peuple, que pour la mise en forme de ses œuvres littéraires. Pour cette raison, on a longtemps cru que des chapitres entiers de L’Insurgé, notamment dans les derniers, étaient de la main même de Séverine. Nous verrons qu’il n’en est rien, sauf peut-être pour le tout dernier chapitre, qui porte le numéro 35.

Premier feuillet du NAF 28124 (3), premier manuscrit autographe de L’Insurgé. Gallica (BnF).

Deuxième feuillet du NAF 28124 (5), préparation de copie pour l’édition Charpentier. Gallica (BnF).

Nous connaissons deux manuscrits de L’Insurgé, tous deux conservés à la BnF (sous les cotes NAF 28124 (3), (4), (5) et (6)). Ces manuscrits ont été donnés à la bibliothèque en 1981 par l’écrivain, éditeur, libraire et collectionneur Lucien Scheler3.  M. Scheler les avait lui-même acquis auprès du libraire Pierre Berès, ainsi qu’il l’écrit dans le catalogue de l’exposition consacrée à sa collection par la Bibliotheca Wittockiana à Bruxelles en 19874. Lucien Scheler est responsable de deux éditions des œuvres de Jules Vallès : les Œuvres parues aux Éditeurs français réunis, en 12 tomes et 15 volumes, de 1950 à 1972 (la différence entre le nombre de tomes et de volumes venant du fait que les trois romans qui composent la trilogie de Jacques Vingtras ont connu une nouvelle édition revue et augmentée entre 1955 et 1967), et les Œuvres complètes parues au Livre Club Diderot, en 4 volumes, en 1969-1970. L’une et l’autre maisons d’édition faisaient partie de la galaxie éditoriale rayonnant autour du Parti communiste français. L’Insurgé a paru dans le cadre de ces grandes entreprises éditoriales en 1950 et en 1967 (édition augmentée) pour les Éditeurs français réunis, et en 1969 pour le Livre Club Diderot. C’est à partir du manuscrit acquis chez Berès qu’a été réalisée la réédition de 1967, ce qui situe son achat par Lucien Scheler entre 1950 et 1967. Les quatre cotes conservées à la BnF correspondent à deux états du texte, d’importance inégale. Les cotes NAF 28124 (3) et (4) sont celles du manuscrit autographe, dont tout donne à penser qu’il est la toute première version du roman. Ce manuscrit, qui consiste en deux volumes reliés demi-cuir, compte 298 feuillets pour le premier volume et 259 pour le second. Il couvre les chapitres I à XXVIII de l’édition originale, additionnés d’un certain nombre de passages non retenus et placés à la fin du deuxième volume. Il est abondamment raturé et très sensiblement plus long que le texte paru dans La Nouvelle Revue. Les chapitres XXIX à XXXV manquent. Les interventions identifiables de Séverine, visibles notamment aux folios 217, 218, 281 et 283 du premier volume, demeurent réduites et localisées, mais tendent à prendre de plus en plus d’importance à la fin du second volume, à partir du folio 183. Les cotes NAF 28124 (5) et (6), quant à elles, sont celles de la préparation de copie de l’édition Charpentier, réalisée en partie sur des épreuves du texte de La Nouvelle Revue. Cette préparation, reliée du même cuir que le manuscrit autographe, en deux volumes, compte 339 folios pour le premier, et 295 pour le second. Elle couvre les chapitres VIII à XXXIV de l’édition originale. Le dernier chapitre manque. Elle est pour l’essentiel de la main de Séverine. Vallès n’y a peut-être même pas touché. C’est surtout une mise au net du manuscrit très raturé.

Décompte des feuillets dans le RC MSS869, partie dionysienne du manuscrit. Médiathèques de Plaine Commune.

Ce n’est pas le lieu ici de relever les variantes du manuscrit à La Nouvelle Revue, et de La Nouvelle Revue aux deux autres publications réalisées juste avant (Le Cri du peuple) et juste après (éditions Charpentier) la mort de Vallès. Ce travail a déjà été fait, notamment par Roger Bellet dans l’édition Pléiade de L’Insurgé (1990), à laquelle nous renvoyons5. Dans leur édition de 1969 (Livre Club Diderot), Lucien Scheler et Marie-Claire Bancquart signalent :

Séverine mit au net les chapitres I à XXVII sous la direction de Jules Vallès. Quant aux chapitres suivants, ils sont un collationnement de fragments manuscrits laissés par l’auteur ; nous ne possédons pas, en effet, de manuscrit entièrement autographe de ces chapitres, alors que nous possédons celui des chapitres précédents. Il s’agit donc d’une reconstitution, par Séverine, de ce qu’auraient dû être les chapitres XXVIII à XXXIV6.

En effet, comme cela a été dit plus haut, dans le manuscrit conservé à la BnF, les chapitres XXIX à XXXV manquent. Ce sont justement ceux qui couvrent la Semaine sanglante, depuis l’entrée des Versaillais dans Paris jusqu’à la fuite de Vallès. Roger Bellet, mieux informé en 1990, rectifie :

Pour le manuscrit des chapitres XXIX-XXXIV, voir la version qu’en a découverte S. Disegni, Revue des Amis de Jules Vallès, n° 3 : “Un manuscrit autographe de L’Insurgé”, p. 49-687

De fait, Silvia Disegni, spécialiste de l’œuvre de Jules Vallès, professeur de littérature française à l’université de Naples Federico II, a bel et bien travaillé sur cette partie du manuscrit, découverte « dans une bibliothèque municipale de la région parisienne8 ». Silvia Disegni fait de l’apport de cette nouvelle partie du manuscrit une analyse détaillée, à laquelle nous renvoyons. Contentons-nous d’en résumer les conclusions : les variantes relevées peuvent être classées selon 3 axes, celui de l’autobiographie, celui de la représentation du mouvement insurrectionnel, celui des exigences formelles. Pour l’autobiographie, les coupes tendent à concentrer le récit sur l’homme public Vingtras, au détriment de la personne privée qui aurait pu faire le pont avec les deux premiers volumes, L’Enfant et Le Bachelier. Les variantes et coupes relatives au mouvement insurrectionnel ont pour objectif de gommer ce qui aurait pu être porté au débit de la Commune et nourrir sa légende noire. Du point de vue de l’exigence formelle, les corrections visent une certaine unité de ton, notamment en préférant le plus souvent les mots populaires, ou argotiques, à leurs équivalents plus neutres. Jacques Migozzi revient sur les constats de Silvia Disegni dans son article « Écriture de l’histoire, histoire de l’écriture : les remaniements du texte de L’Insurgé9».

Présentation du RC MSS869 par le scripteur de « l’écriture à l’encre bleue » (René Gaston-Dreyfus?). Gallica et Médiathèques de Plaine Commune.

Levons en revanche le voile sur le mystère savamment entretenu par Silvia Disegni et Jacques Migozzi au sujet la localisation de ce « trésor ». Le manuscrit dont il est question ici est conservé à la médiathèque du Centre-ville de Saint-Denis (réseau de lecture publique de Plaine Commune), sous la cote RC MSS869. Contrairement à ses pendants de la BnF, il n’est pas relié (la reliure des NAF 28124 (3) et (4) a probablement été faite par Lucien Scheler, ou par la BnF elle-même). À ce détail près, il leur ressemble en tout point. Comme le relève Silvia Disegni, il est comme eux de la main de Vallès :

Même si dates et signature font défaut, il s’agit bien d’un brouillon vallésien, la graphie de ces 119 feuillets numérotés de 1 à 171 l’atteste [en note : Si nous les comparons aux autres feuillets de la B.N., nous pouvons constater que leur papier à petits carreaux est le même et que les dix derniers feuillets de la B.N. sont exactement du même format. De plus le récit qui en fait l’objet concerne la dernière séance, le début de nos feuillets aussi]10.

Il s’agit donc ici de 121 feuillets numérotés de 1 à 119 : les deux premiers feuillets ne sont pas numérotés. Deux, voire trois systèmes de numérotation, tous manuscrits, coexistent : l’un, en haut à droite, comme sur les volumes de la BnF (mais porté ici de façon manuscrite et non au tampon encreur), est celui que nous avons mentionné. L’autre, en haut à gauche, est porté au crayon bleu, et ne coïncide avec le premier que jusqu’au feuillet 44. De fait, comme le signale Silvia Disegni, le feuillet 45 manque. Un nouveau saut se produit du feuillet 100 au feuillet 102 (le 101 manque), puis de nouveau, du 105 au 157 (les 106-156, qui correspondent au début du chapitre XXXIV, manquent). Un feuillet « 158 bis » est intercalé entre le 158 et le 159, puis on passe du 160 au 170, mais ce « 170 » est biffé, et remplacé à l’encre par le numéro 161 qu’on attendait ici. La numérotation au crayon bleu repart ensuite à partir de 1, mais elle est concurrencée par une troisième numérotation, à l’encre ou au crayon, qui se poursuit de 162 à 171. Nous ne comprenons pas la remarque de Silvia Disegni « Soulignons également une erreur de classement, les feuillets 168-169 étant pour des raisons logiques à replacer après le 109e11», sauf si le classement a été refait depuis 1986. En l’état actuel, les feuillets 167, 168, 169 et 170 (numérotation à l’encre ou au crayon gris en haut à gauche, la seule qui atteigne ces chiffres) s’enchaînent logiquement, tout comme les 109e et 110e (foliotation en haut à droite, la seule qui comprenne ces numéros). Le 118e feuillet, en revanche, qui porte trois numérotations (118 en haut à droite, 170 au crayon bleu biffé en haut à gauche, 161 à l’encre en haut à gauche) a été déplacé, mais il est bien désormais à son emplacement logique. C’est donc ici le numéro 161 qui fait foi, les autres étant fautifs. C’est peut-être le sens de la remarque de Silvia Disegni.

Feuillet « 44 » du RC MSS869. Gallica (BnF) et Médiathèques de Plaine Commune.

Feuillet « 45 » dans le NAF 28124 (4).

Feuillet « 46 » du RC MSS869. Gallica (BnF) et Médiathèques de Plaine Commune.

 

Comment ce manuscrit, dont on mesure l’importance quand on se rend compte qu’il invalide la thèse retenue par Scheler et Bancquart « d’une reconstitution, par Séverine, de ce qu’auraient dû être les chapitres XXVIII à XXXIV », comment a-t-il pu être ignoré de ces deux spécialistes, et comment s’est-il retrouvé dans les collections de la bibliothèque de Saint-Denis ? Quoique certaines zones d’ombre subsistent, nous pouvons désormais retracer presque complètement l’itinéraire de ces feuillets. En effet, nous savons que Séverine, qui était sa collaboratrice directe, a hérité des manuscrits de Jules Vallès (Hector Malot étant quant à lui son exécuteur testamentaire). Séverine meurt le 24 avril 1929. Son second mari, le docteur Adrien Guebhard, qui a soutenu financièrement les entreprises journalistiques de Vallès, l’avait précédée en 1924. Le fils qu’ils ont eu ensemble, Roland, est mort la même année que sa mère. Qu’est-il advenu du fils que Séverine a eu de son premier mari, Antoine-Henri Montrobert ? Toujours est-il que les souvenirs de Séverine et de Jules Vallès font l’objet d’une vente, chez Drouot, entre les 12 et 18 mai 193412. On ignore qui est le vendeur, mais on peut raisonnablement supposer qu’il a hérité directement des biens de Séverine, morte cinq années plus tôt. L’ensemble du manuscrit, comprenant les cotes NAF 28124 (3), (4), (5) et (6) de la BnF ainsi que la cote RC MSS869 de la bibliothèque de Saint-Denis, est alors réuni :

Précieux manuscrit autographe comprenant le texte complet de 28 chapitres13 ; celui en grande partie complet de 6 chap14., soit 34 chap. (sur 35) (…) Les épreuves portant les corrections autogr. de Vallès et de Séverine des chap. IX à XIV et une partie du chap. XV de l’Insurgé, publiés dans la Nouvelle Revue15… 

Un album de fac-similés a été réalisé pour accompagner le catalogue de cette vente16. Détail amusant, pour illustrer la vente du manuscrit qui nous intéresse, on y trouve le fac-similé du feuillet numéroté 45 au crayon bleu qui manque désormais dans le RC MSS869. En réalité, comme on peut le vérifier très aisément dans Gallica, ce feuillet se trouve à présent à la fin du deuxième volume du manuscrit conservé à la BnF, le NAF 28124 (4) (tout comme, d’ailleurs, le début du chapitre XXXIV, qui manque également dans le RC MSS869). Nous allons voir pourquoi.

Album de la vente des souvenirs de Séverine et de Jules Vallès, les 12-18 mai 1934 chez Drouot.

Catalogue de l’exposition Commune de Paris en 1935 à Saint-Denis.

De même qu’on ignore l’identité du vendeur de ce manuscrit, on ne connaissait pas non plus, jusqu’ici, celle de son acheteur. Très peu de temps après son achat, une partie du manuscrit a pourtant été exposée à la bibliothèque de Saint-Denis dans le cadre de la grande exposition consacrée à la Commune de Paris par la municipalité en 1935, avec comme maître d’œuvre le conservateur André Barroux (1896-1951). Le maire de Saint-Denis était alors Jacques Doriot (1898-1945), récemment exclu du parti communiste (1934) et sur le point de fonder le Parti populaire français (PPF, 1936), qui devait très vite devenir l’une des principales officines fascistes en France. L’exposition de 1935 sur la Commune venait opportunément nourrir, à la charnière de son itinéraire politique, son combat nouveau contre le PCF. 

Le catalogue de l’exposition17 présente le manuscrit de façon succincte :

330 bis. VALLÈS (Jules). – Manuscrit original autographe de ” l’Insurgé “. (Chapitres XXIX à XXXIII). // Ces chapitres contiennent de nombreux et importants passages inédits. // A M. X*** (par les soins de M. Andrieux).

Il s’agit à l’évidence du RC MSS869 toujours conservé à Saint-Denis. Le « prêteur », sans doute possible notre acheteur de 1934, a souhaité rester anonyme. Le libraire-expert de la vente, M. Georges Andrieux, a servi d’intermédiaire. Les Archives municipales de Saint-Denis conservent, sous la cote CT 886, un dossier relatif aux « dons » reçus par la bibliothèque pour l’exposition de 193518 qui nous éclaire sur les conditions de ce « prêt ». C’est M. Bernstein, libraire d’ancien bien connu à Paris, avec lequel André Barroux est en relation de travail régulière, qui, par lettre du 15 février 1935, annonce à Barroux que l’expert Georges Andrieux pourrait lui faire tenir pour son exposition des manuscrits de valeur de Jules Vallès, « sous réserve de la discrétion la plus absolue quant à leur propriétaire actuel, qui veut garder l’anonymat… ». Bernstein confirme le prêt par pneumatique du 9 mars 1935. Dans un courrier de la même date, Georges Andrieux précise les conditions :

J’ai été heureux d’arriver à décider mon client à vous prêter une partie du manuscrit de l’Insurgé. Il n’a pas voulu me prêter le tout, malgré tous mes efforts ; craignant des pertes ; mais je suis arrivé à me faire prêter plus de 100 feuilles, de la partie la plus intéressante : les chapitres XXIX à XXXIII plus longs que ceux de l’imprimé (…) P.S. Le client estime son manuscrit 35.000 frs soit pour la partie qu’il vous prête, il demande que vous l’assuriez pour 3.000 frs.

On voit que jusqu’ici, il n’est jamais question que d’un prêt. D’ailleurs André Barroux demande à Georges Andrieux son renouvellement lorsqu’il lui fait l’envoi, par courrier du 25 mai 1935, de deux catalogues de l’exposition, dont un pour son client. L’exposition doit être prolongée. On comprend que le feuillet 45, prêté à l’imprimerie F. Paillart (Paris-Abbeville) pour être reproduit dans l’Album de la vente de souvenirs de Séverine et de Jules Vallès19 est revenu trop tard chez l’acheteur pour être prêté avec le lot qui constitue désormais le RC MSS86920. À tout le moins, il a été mal reclassé à son retour. C’est peut-être ce qui est arrivé aussi aux premiers feuillets du chapitre XXXIV, quoiqu’ici, d’autres problèmes subsistent. Qui est ce mystérieux acheteur de 1934, devenu prêteur en 1935, qui tient à ce point à conserver l’anonymat et est à l’origine de la séparation du manuscrit ?

Gaston Gille, auteur en 1941 d’une thèse consacrée à Jules Vallès, y écrit :

Grâce à l’amabilité de M. Georges Andrieux, qui nous a communiqué les adresses des acheteurs en juillet 1935, nous avons pu consulter tout ce qui offrait quelque intérêt documentaire ou littéraire21

De fait, il décrit le manuscrit de L’Insurgé en page 4. Quoiqu’il lui arrive de remercier certains collectionneurs qui lui ont ouvert leur porte, ainsi de Frédéric Lolliée, Gaston Gille garde la même discrétion que M. Andrieux au sujet du propriétaire du manuscrit de L’Insurgé. La solution de cette énigme se trouve peut-être dans un catalogue de vente de 1966, une vente dont Pierre Berès était le libraire-expert. En effet, si aucun des documents laissés par la librairie Pierre Berès, et que nous avons pu consulter, ne mentionne expressément la vente du manuscrit complet aujourd’hui conservé à la BnF22, le catalogue de cette vente réalisée les 21 et 22 mars 1966 au palais Galliera23 mentionne :

262. VALLÈS (Jules). L’Insurgé. Manuscrit autographe et épreuves corrigées (…) Le texte se suit à peu près sans lacunes des chapitres IX à XVIII (sur 35). Les six premiers chapitres sont en partie manuscrits, à partir de feuilletons de la Nouvelle Revue(…)

Si on confronte cette description à celle du lot 1244 de la vente Vallès-Séverine de 193524, on reconnaît cette mention :

Les épreuves portant les corrections autogr. de Vallès et de Séverine des chap. IX à XIV et une partie du chap. XV de l’Insurgé, publiés dans la Nouvelle Revue.

Nous avons là probablement une description du NAF 28124 (5) de la BnF25, qui faisait partie intégrante du lot 1244 avec le reste du manuscrit, et se retrouve vendu isolément en 1966 par l’entremise de Pierre Berès. On se rappelle que c’est auprès de Pierre Berès que Lucien Scheler dit avoir acquis son manuscrit. La vente de 1966 est celle de la collection de René Gaston-Dreyfus (1886-1969), banquier (le catalogue ne porte que ses initiales, R. G.-D.), faisant de M. Gaston-Dreyfus le probable acheteur du manuscrit en 1935.

Échantillon de « l’écriture à l’encre bleue » dans le RC MSS869. Gallica (BnF) et Médiathèques de Plaine Commune.

Échantillon de « l’écriture à l’encre bleue » dans le NAF 28124 (3). Gallica (BnF).

Échantillon de l’écriture de Georges Andrieux, libraire-expert de la vente de 1934.

Une expertise graphologique portant sur l’écriture de René Gaston-Dreyfus pourrait permettre de lever le doute. En effet, des commentaires à l’encre bleue parsèment les trois parties du manuscrit (NAF 28124 (3) et (4) et RC MSS869) : on les trouve par exemple au premier feuillet du NAF 28124 (3), au sixième feuillet du NAF 28124 (4) ou au premier feuillet du RC MSS869 et on peut vérifier qu’il s’agit bien de la même main et du même stylo. Ce n’est pas l’écriture de Séverine et ça ne saurait être ses notes : elles sont trop éloignées de la rédaction du manuscrit. Ce sont les notes d’un collectionneur ou d’un conservateur :

Le texte est environ des deux tiers plus long que l’imprimé. Très important pour les épisodes inédits, la narration différente26.

 Ça ne semble pas être non plus l’écriture de Georges Andrieux telle qu’elle apparaît dans le courrier conservé par les Archives municipales de Saint-Denis27. Et bien sûr, ça ne peut être celle de Lucien Scheler, propriétaire des NAF 28124 (3) et (4) probablement dès 1950, date à laquelle il édite L’Insurgé pour les Éditeurs français réunis : on a vu que Scheler ignore jusqu’à l’existence des feuillets compris dans le RCMSS869 de Saint-Denis. Est-ce celle de Gaston-Dreyfus ?

Pour quelle raison Gaston-Dreyfus, s’il est bien l’acheteur de 1935, a-t-il à ce point souhaité conserver l’anonymat ? On peut hasarder quelques hypothèses : la famille (Gaston-)Dreyfus a suffisamment souffert de ce patronyme au moment où se déchaînait « l’Affaire » pour avoir choisi d’y adjoindre le prénom du père de René : Gaston. C’était une pratique courante dans la bourgeoisie de l’époque (qu’on songe aux « Oscar-Thibault » du roman de Martin du Gard), mais elle prend ici un sens particulier. René Gaston-Dreyfus, banquier juif au moment où se déchaînait de nouveau l’hydre antisémite, au cœur des années 30, prêteur d’un manuscrit de Jules Vallès (lui-même pas tout à fait exempt d’antisémitisme) à une municipalité plus tout à fait communiste et sur le point de devenir franchement brune, pouvait-il faire autrement28? Cela ne nous dit pas pour autant pourquoi, l’exposition terminée, Gaston-Dreyfus n’aurait pas fait en sorte de recouvrer son bien. Il est vrai que ce devait être un homme très occupé, qu’il avait des affaires jusqu’en Afrique, et qu’ayant peut-être négligé de s’occuper de cela avant le déclenchement de la guerre, il aura tout à fait oublié de le faire après 6 années d’épreuves. On s’explique moins qu’au moment de revendre sa collection, en 1966, il ait choisi de scinder le manuscrit en différents lots, seul le NAF 28124 (5) figurant ici. Il est vrai que Lucien Scheler ayant récupéré toutes les parties (les pages de Saint-Denis excepté), le manuscrit n’a pas réellement été scindé, sauf s’il faut voir en Gaston-Dreyfus « seulement » un énième intermédiaire entre l’acheteur de 1935 et Lucien Scheler.

Enveloppe conservée par erreur avec le RC MSS869. Gallica (BnF) et Médiathèques de Plaine Commune.

Ce sont là les principales zones d’ombre qui demeurent au sujet de ce manuscrit désormais virtuellement réuni grâce à Gallica et Commun Patrimoine. Il y en a d’autres. Ainsi, nulle trace dans aucun de ces manuscrits des pages autographes du chapitre XXXV29 : faut-il voir là la fameuse « main » de Séverine qui ne se serait pas contentée d’un travail de mise en forme (déjà capital) mais aurait « écrit » ce qui manquait ? C’est ce que croit savoir le rédacteur (Georges Andrieux ?) du catalogue de la vente de 193430 :

le 35e chap. de 34 lignes qui manque est celui qui forme la conclusion et fut écrit postérieurement, peut-être par Séverine, pour la publication en volume après la mort de Vallès.

À vrai dire, on ne comprend guère cette affirmation d’Andrieux, dans la mesure où ce chapitre est bien présent dès la première pré-publication dans la Nouvelle Revue, du vivant de Vallès donc. D’autres feuillets circulent : huit d’entre eux contenant le portrait de Vermorel au chapitre XXVIII ont été vendus chez Drouot le 14 juin 1999 peu de temps après la mort de Lucien Scheler (23 avril 1999) : les avait-il gardés par devers lui31 ? Enfin, les conservateurs successifs ont aussi pimenté l’affaire de leurs erreurs : ainsi l’enveloppe qui figure au début du fichier numérique du RC MSS869 de Commun Patrimoine – et qui est bien conservée avec ce manuscrit – porte la mention « de la part de Marguerite Durand ». Au terme de notre enquête, on voit qu’elle ne peut être en rapport avec le manuscrit de L’Insurgé, mais plus probablement avec le 330 ter du catalogue de l’exposition de 1935 :

VALLÈS (Jules). – Manuscrits et notes diverses. // Don de Madame Marguerite Durand.

Si nous résumons notre propos, voici donc un manuscrit qui a quitté les mains de Jules Vallès à sa mort en 1885, pour celles de Séverine, sa secrétaire littéraire, qui en fera bon usage à l’occasion de la publication définitive de L’Insurgé en 1886 chez Charpentier. Les héritiers de Séverine, après la mort de cette dernière, en 1929, ont dispersé la collection de ses papiers et de ceux de Jules Vallès lors d’une vente chez Drouot, en 1934. L’acheteur du manuscrit de L’Insurgé, peut-être René Gaston-Dreyfus, en a prêté les feuilles relatives à la Semaine sanglante à la bibliothèque de Saint-Denis en 1935, provoquant la scission irrémédiable du manuscrit. La partie « dionysienne » est restée dans la bibliothèque de la ville depuis lors, où Silvia Disegni l’a trouvée. Le reste du manuscrit a transité des mains de René Gaston-Dreyfus à celles de Lucien Scheler dans les années 1960, avant de rejoindre la BnF en 1981. On voit comment un tel itinéraire, marqué par l’histoire, s’il est satisfaisant pour le chercheur féru d’enquêtes policières, a pu être dommageable pour la bonne compréhension de l’écriture du roman (Lucien Scheler et Marie-Claire Bancquart allant jusqu’à croire que Séverine avait « terminé «  le travail de Vallès). Dès lors, on ne peut que se réjouir des nouvelles possibilités offertes par la numérisation et les « humanités numériques », Gallica et Commun Patrimoine venant pallier les insuffisances de l’histoire. À charge désormais des futurs chercheurs de venir puiser dans ces deux réservoirs pour redécouvrir le manuscrit désormais au complet. Le bibliothécaire s’efface, le chercheur entre en scène.

Pour aller plus loin :

NB : aujourd’hui responsable du pôle Conservation et Patrimoine de la BULAC, Julien Donadille a précédemment été conservateur des collections patrimoniales du réseau de lecture publique de Plaine Commune.

Citer ce billet : Julien Donadille, "La Semaine sanglante dans le manuscrit de L’Insurgé de Jules Vallès," in L'Histoire à la BnF, 25/05/2022, https://histoirebnf.hypotheses.org/15461, [consulté le 29/06/2022].

Le bandeau provient du “Fonds Jules Vallès. L’Insurgé. Manuscrit d’imprimeur pour l’édition Charpentier (1886) composé de placards de la Nouvelle Revue portant des corrections de Séverine et de Vallès et d’une copie de la main de Séverine et d’une autre main portant des corrections de Vallès”. Bibliothèque nationale de France. Département des Manuscrits. NAF 28124 (5). Folio 3r. Gallica (BnF).

  1. L’Insurgé, Jules Vallès, Paris, Charpentier, 1886, p. 260. []
  2. Ibid. []
  3. Je remercie M. Charles-Éloi Vial, conservateur au Département des manuscrits de la BnF, pour ces précisions. []
  4. « (…)j’ai acquis plus tard ceux du Bachelieret de l’Insurgé chez Berès(…)» in Scheler (Lucien)…, Antoine Coron, Bruxelles, Bibliotheca Wittockiana, 1987, p. 116. Tout comme Lucien Scheler, Pierre Berès a été tour à tour libraire, éditeur, collectionneur et expert. D’origine russe, il est né à Stockholm en 1913 sous le nom de Pierre Berestovski et mort à Saint-Tropez en 2008. Je remercie Michèle Sacquin, ancienne conservatrice à la BnF et à la bibliothèque de l’Institut, de m’avoir fait connaître ce catalogue. []
  5. Œuvres, 2 t., Jules Vallès, Paris : éditions Gallimard, « Bibliothèque de la Pléiade », 1975-1990. []
  6. Œuvres complètes, tome 2, Jules Vallès, Paris, Livre Club Diderot, 1969, p. 354. []
  7. Œuvres, II, 1871-1885, Jules Vallès, Paris : éditions Gallimard, « Bibliothèque de la Pléiade », 1990, p. 1936 []
  8. « Un manuscrit autographe de L’Insurgé », Silvia Disegni, in : La revue des Amis de Jules Vallès, n° 3, octobre 1986, p. 49. [https://amisdevalles.files.wordpress.com/2014/05/revue_valles_03.pdf, consulté le 14/04/2022] []
  9. « Écriture de l’histoire, histoire de l’écriture : les remaniements du texte de L’Insurgé», Jacques Migozzi, in : Revue des Amis de Jules Vallès, n° 4, mai 1987, pp. 39-51. [https://amisdevalles.files.wordpress.com/2014/05/revue_valles_04.pdf, consulté le 14/04/2022] []
  10. Op. cit., pp. 49 et 55. []
  11. Op. cit., p. 49. []
  12. Vente des bibliothèques : I Andrée Mégard-Gémier, II collections Séverine, mss autographes des principales œuvres de Jules Vallès, III Autographes de Marie Bashkirtseff… [vente, Paris, Hôtel Drouot, 12, 14-18 mai 1934 ; commissaire-priseur, Me Edouard Giard], Paris : G. Andrieux, 1934. []
  13. Les NAF 28124 (3) et (4). []
  14. Le RC MSS869. []
  15. Selon toute probabilité, les NAF 28124 (5) et (6). []
  16. Album de la vente de souvenirs de Séverine et de Jules Vallès Hôtel Drouot, 12-18 mai 1934, Paris : G. Andrieux, 1934. []
  17. Ville de Saint-Denis. Exposition d’art et d’histoire. La Commune de Paris, 18 mars-28 mai 1871, [s.l.] : [s.n.], 1935. []
  18. Je remercie Jean-Baptiste Epain de m’avoir fait connaître l’existence de ce dossier. []
  19. Op. cit. []
  20. La comparaison du fac-similé et du feuillet original nous permet par ailleurs de vérifier que la foliotation au tampon encreur en haut à droite du manuscrit NAF 28124 (4) n’existait pas en 1934. Elle est l’œuvre de la BnF. []
  21. Sources, bibliographie et iconographie vallésiennes, essai critique, thèse complémentaire, Gaston Gille, Paris, Jouve, 1941, p. 3. []
  22. Notre enquête a porté à la fois sur les registres de la librairie conservés à la Réserve des livres rares de la BnF sous la cote RES 4-NFZ-24, ses catalogues (notamment les cotes 4-C-514, 4-C-548, 4-NF-25405, 4-Z-2940, 4-Z-4631(62 & 68), 8-C-708, 8-C-2142 de la bibliothèque de l’Arsenal et les cotes DELTA-30995, DELTA-31395 et DELTA-31524 de la bibliothèque François-Mitterrand), ainsi que les 120 numéros du Bulletin Pierre Berès conservés à la bibliothèque Mazarine sous la cote 4° S 49 A. []
  23. Cote DELTA-31524 de la bibliothèque François Mitterrand. []
  24. Cote DELTA-31524 de la bibliothèque François Mitterrand. []
  25. Op. cit. []
  26. Dans le RC MSS869. []
  27. Jean-Marc Chatelain, conservateur de la Réserve des livres rares de la BnF, nous a assuré que ce n’était pas l’écriture de Pierre Berès. []
  28. Divers travaux évoquent l’antisémitisme de Jules Vallès. Citons par exemple « (…) Et contre le juif, car Vallès est antisémite dans la mesure même où il refuse l’exploitation médiate. Le pamphlet de Toussenel, Les Juifs, rois de l’époque, paru en 1845, exprime nettement une position qui est aussi celle de Michelet et de Proudhon, et qui, en 1886, sera reprise par Édouard Drumont (Drumont prit la défense des communards en 1889), dans La Fin d’un monde», dans « Jules Vallès et le peuple », Marie-Claire Bancquart, in : Romantisme, n° 9, 1975, pp. 120-121. [https://www.persee.fr/doc/roman_0048-8593_1975_num_5_9_4989, consulté le 17/05/2022] []
  29. Et, probablement, de plusieurs feuillets constituant le début du chapitre XXXIV. []
  30. Op. cit. []
  31. La BnF s’est portée acquéreuse de ces feuillets qui figurent au catalogue BAM sous la cote NAF 28020. Le vendeur était le libraire Pierre Berès, déjà cité.  Nous devons ces informations à l’expert Thierry Bodin. 25 feuillets figuraient par ailleurs dans le catalogue n° 61 de Pierre Berès. Ils y sont ainsi décrits : « Manuscrits de premier jet des ébauches de deux chapitres de L’Insurgé : La Commune et Portiau Vermorel. // Ces feuillets sont aux trois quarts inédits, seules quelques lignes par page ayant échappé aux ratures (…) ». Nous ignorons ce que ces feuillets sont devenus. []

Julien Donadille

Responsable du pôle Conservation et Patrimoine de la BULAC

More Posts

Follow Me:
LinkedIn


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search