Acquisition de la collection Records of the Kurds : Près de 8 000 pages d’archives britanniques sur les Kurdes désormais consultables à la BnF

Alors que nous approchons, doucement mais sûrement, du centenaire du Traité de Sèvres (1921), prévoyant la création d’un État kurde, puis de celui du Traité de Lausanne (1923), qui entérina les frontières actuelles des différents États du Moyen-Orient, la question kurde, issue de la partition du peuple kurde entre quatre États modernes – Iran, Irak, Turquie et Syrie – ne cesse de revenir, depuis plusieurs années, dans toute son urgence sur le devant de la scène internationale.

L’horizon politique des Kurdes et leurs luttes passées continuent de s’affirmer dans une résistance face au nouvel ordre mondial créé, à l’initiative de la Grande-Bretagne et de la France, au moment de la partition de l’empire ottoman. Dans ce contexte, la publication aux presses de l’université de Cambridge d’une collection éditée par Anita L.P. Burdett et intitulée Records of the Kurds: Territory, Revolt and Nationalism, 1831-1979, regroupant les documents d’archives britanniques concernant les Kurdes sur cette période, fait figure d’immense service rendu aux chercheurs qui se penchent d’ores-et-déjà sur cette histoire trouble et encore peu étudiée.

F. 55. Kurdes venant d’Ayridja pour hiverner au pied de l’Ararat, [mission du Baron de Baye en 1898]. Société de Géographie.

Riche d’un contenu de près de 8 000 pages, réparties en douze volumes chronologiques et un volume de cartes, cette collection regroupe des fac-similés de documents glanés par l’éditrice dans les archives du gouvernement de l’Inde à la British Library et les archives du Bureau des Affaires étrangères, du Bureau de la Guerre, du Bureau de l’Inde, du Bureau des Colonies et du Cabinet, conservées aux Archives nationales de Londres. Principalement manuscrits dans les trois premiers volumes, puis entièrement dactylographiés à partir du sixième, ces documents sont reproduits de manière lisible, dans une forme physique maniable. Chaque volume comprend un sommaire dressant la liste de tous les documents et, si la division en parties et sous-parties est établie sur des critères essentiellement chronologiques, un effort de regroupement thématique a également été accompli. Bien qu’environ 5 % des documents, trop endommagés, n’aient pu être reproduits, cette collection se veut la plus exhaustive possible, excluant uniquement les brouillons et les doublons. Il faut toutefois signaler que les archives privées n’ont pas été utilisées, et seraient susceptibles d’apporter un éclairage nouveau et peut-être différent de ces sources gouvernementales, où l’histoire et la politique kurde sont toujours abordées dans le contexte des intérêts diplomatiques britanniques. Par ailleurs, la collection bénéficie d’une introduction de qualité écrite par Sabri Ateş et Djene R. Bajalan, deux des meilleurs spécialistes de l’histoire kurde à l’époque moderne et contemporaine.

Les possibilités offertes par la publication de cette collection d’archives sont immenses. Loin de se limiter au seul champ politique, les consuls et diplomates, hommes de terrain, ont consciencieusement noté le maximum d’informations possibles sur la région dont ils avaient la charge : composition des différents groupes tribaux (nomades et sédentaires), statistiques de population, religion, langue, etc. Ceci est notamment vrai au XIXe siècle, avec une volonté marquée de « défricher » ce territoire kurde encore mal connu. Les archives ici présentées pourront donc servir de base à des études menées dans des champs disciplinaires variés – histoire, géographie, sciences politiques, études démographiques, anthropologiques, etc. – et, au sein de ces disciplines,  alimenter des thématiques pléthoriques (par exemple les relations entre les Arméniens et les Kurdes, les réactions de la société kurde aux efforts de centralisation de la seconde partie du XIXe siècle, le contexte des différentes révoltes kurdes, etc.). Associées à d’autres sources, elles pourront être utilisées dans une perspective synchronique dans le cadre d’études abordant l’ensemble des dynamiques régionales sur une période donnée ou, au contraire, de monographies diachroniques consacrées à une région ou un groupe précis (tribu, communauté religieuse, etc.). Les étudiants désireux d’effectuer des recherches sur l’histoire moderne et contemporaine du Kurdistan trouveront ainsi dans cette collection une mine de sujets à explorer.

Grâce à la publication de ces archives britanniques, ce sont donc de nouvelles voies de recherche qui s’ouvrent pour les spécialistes de l’histoire kurde et moyen-orientale, et il est à espérer que des entreprises similaires puissent être menées dans les archives d’autres pays, notamment la France et la Russie. Quelle que soit l’évolution des revendications nationales du peuple kurde et ses perspectives futures, la connaissance de son histoire est désormais un prérequis impératif à une bonne compréhension des dynamiques de la région, et cette collection représente également une contribution primordiale en vue d’atteindre cet objectif. Il est à cet égard fort bienvenu que la Bibliothèque nationale de France, en en faisant l’acquisition, ait permis aux chercheurs travaillant en France de pouvoir aisément la consulter.

 

Sur l’importance de ces archives, voir l’entretien avec Anita Burdett, l’éditrice des volumes.
Kurdish history focus of collection published from British archives

 

Citer ce billet : Sacha Alsancakli, "Acquisition de la collection Records of the Kurds : Près de 8 000 pages d’archives britanniques sur les Kurdes désormais consultables à la BnF," in L'Histoire à la BnF, 18/01/2018, https://histoirebnf.hypotheses.org/1618, [consulté le 23/09/2018].

Sacha Alsancakli

Doctorant en Histoire moderne à l’Université Sorbonne Nouvelle – Paris 3/UMR 7528 Mondes iranien et indien

More Posts

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.