Les images ont parlé ! Pourquoi ce personnage est désappointé …

Nouvelle comète de 1843”. Se vend à Paris, chez Dupont, rue Contrescarpe d’Auphine, 8, [1843?]. Gallica (BnF).

Vous deviez deviner (voir ici) pourquoi le personnage ci-dessous semblait désappointé …

« Un Astronome désappointé », La Caricature, s. 4, n° 15, 9 avril 1843. Gallica (BnF)

Son œil rivé aux constellations vous mettait facilement sur la piste. Les autres indices, comme le bandeau du billet (voir ici) montrant des personnages qui scrutent le ciel avec intérêt ou effroi, confirmaient sûrement votre hypothèse. Ainsi Victor Hugo (3e indice) regardait d’un air mi-irrité mi-mélancolique une comète … Voici la légende de ce dessin d’Honoré Daumier, que vous n’aviez pas à votre disposition afin de corser la difficulté : “Hugo, lorgnant les voûtes bleues, / Au Seigneur demande tout bas / Pourquoi les astres ont des queues / Quand les Burgraves n’en ont pas”.

Vous étiez donc désormais sur la piste d’une comète, un astre chevelu (2e indice) traversant le ciel parisien en 1843 (Les Burgraves sont représentés pour la première fois à la Comédie-Française en mars 1843).

Deux requêtes dans Gallica, bibliothèque numérique de la BnF, pouvaient vous aider à affiner votre analyse.

La première consistait à interroger Gallica avec l’expression “comète de 1843” (bien entre guillemets), puis à trier les résultats obtenus par ordre chronologique. Cette recherche aboutit actuellement à 277 résultats.

“Nouvelle comète de 1843”: [estampe] ([État avec la lettre]) Éditeur : Se vend à Paris, chez Dupont, rue Contrescarpe d’Auphine, 8, [1843?]. Gallica (BnF).

La seconde consistait à utiliser la recherche avancée de Gallica et chercher “comète” en sélectionnant l’option “dans tout le texte” en 18431, puis de classer par ordre chronologique. Cette recherche aboutit actuellement à 248 résultats. Les différents documents ainsi identifiés permettent de comprendre le contexte et la signification de cette caricature. Une comète particulièrement impressionnante est visible au début de l’année 1843. N’ayant pas de nom spécifique, elle est appelée tantôt “grande comète de 1843” ou bien “grande comète de mars2. Ses spécificités consistent en une impressionnante queue de dizaines de millions de kilomètres et une luminosité très importante : décelable en plein jour en Nouvelle-Angleterre en février, elle est visible le soir en France au mois de mars.

Autour des comètes une solide tradition de superstition est établie depuis l’Antiquité. Les comètes annonceraient la fin du monde et/ou entraîneraient des périodes fastes3. Pierre Bayle, Madame de Sévigné et Voltaire ont volontiers ironisé sur ceux qui voient dans les comètes l’annonce de catastrophes épouvantables, mais les siècles suivants entretiennent la croyance aux signes célestes et la peur d’une collision funeste à la Terre. La Comète de 1811 est par exemple associée à un incomparable vin (“le vin de la comète”) et Napoléon – qui croit encore en sa bonne étoile alors que d’autres pronostiquent son déclin – en fait la “comète impériale4”.

La nouvelle de la “grande comète” de 1910 entraîne à nouveau une hystérie savamment entretenue par les médias. La presse satirique s’amuse follement de cette épouvante, et L’Assiette au Beurre lui consacre un numéro.

L’Assiette au beurre, numéro sur “la comète liquidateur”, 14 mai 1910. Gallica (BnF).

Revenons en 1843. Le 11 mars, Le Journal du Cher signale : ” Espagne. — On lit dans un journal espagnol, el Castellano, du 28 [février] : « Des groupes nombreux circulent aujourd’hui dans les rues de Madrid, les yeux levés au ciel, où ils regardent, bouche géante, une comète dont la queue est parfaitement distincte5». Mais peu de gens sans doute ont lu ce type d’entrefilets puisqu’à Paris la surprise semble totale quelques jours plus tard.

La population, habituée aux calculs des astronomes capables désormais de prévoir les passages des comètes dites périodiques (comète de Halley par exemple), ne comprend pas qu’une comète s’annonce sans crier gare… Très vite, on attribue à l’Observatoire royal et à son « directeur des observations à l’Observatoire de Paris », François Arago, la responsabilité du soi-disant fiasco. Une partie de la presse part du principe que le passage de la comète était prévisible et que Arago est fautif. Dès que la comète est visible, les savants de l’observatoire multiplient pourtant les observations et rédigent des communiqués à l’intention de la presse (voir par exemple La Gazette de France du 19 mars). L’attaque est surtout politique : Arago est ouvertement républicain, favorable à l’éducation du peuple à qui il donne à cette période des cours d’astronomie populaire6.

Imputer un échec à Arago permet à la fois de dénoncer les subsides donnés à l’Observatoire et de dévaloriser l’intérêt suscité par ses cours… Le Courrier du Gard par exemple propose un long feuilleton signé “NOSTRADAMUS, cadet” qui débine les astronomes et les fonctionnaires. “La comète” narre comment Arago, en pleine “réunion de députés de gauche”, doit recevoir la queue de la comète7… Plusieurs chansons ironisent : l’une évoque au Caveau “les appas” de la comète “brouillant les calculs d’Arago8” ; la “Lettre d’un opticien de la banlieue à M. Arago” prend pour refrain “As-tu vu la comète Arago ?” sur l’air de “As-tu vu la lune, mon gas ?9, etc. Un récit, sans doute ambigu, raconte qu’ Arago endormi ne voit point la queue de la comète …

À ce propos, il n’est pas mal de faire remarquer l’acharnement avec lequel le Journal des Débats cherche dispute à M. Arago, à propos de cette comète. Le journal de la rue des Prêtres prétend que le directeur de l’Observatoire aurait dû la voir avant qu’elle se montrât aux simples particuliers, et pour un rien il proposerait de l’envoyer à la salle de police comme un piou-piou en faction qui se serait laissé surprendre par une patrouille. Mais, puisque nous parlons de patrouille, n’est-il pas évident qu’à moins d’en faire une perpétuelle dans le ciel, il est difficile de voir à la fois tout ce qui peut se montrer dans tous les coins de cette immensité. Les observations sont permanentes et continues à l’Observatoire, ou il y a sans cesse des élèves de garde, et c’est précisément à M. Arago qu’on doit la régularisation de ce service. Mais une comète toute nouvelle, ou du moins sans traditions dans la science, une comète qui vient sans se faire annoncer, n’a pas de motifs pour être aperçue plus tôt par l’Observatoire que par dix ou douze des trente ou quarante millions d’yeux qui, sur la surface de la France, sont à chaque moment braqués vers le ciel. Qui diable a dit au Journal des Débats que la comète n’ait pas été vue à l’Observatoire tout aussitôt que partout ailleurs? Seulement le premier qui l’a signalée a dû prévenir les membres du bureau… Le maladroit ! il aurait bien mieux fait de dépêcher au Journal des Débats un exprès chargé de lui dire : « Ah ! vous ne savez pas ? Une comète vient de montrer sa queue. » En ce cas, le Journal des Débats eût été ravi; mais il est au contraire furieux parce qu’il a appris sa comète par son portier, comme M. Viennet sa pairie10.

Or le 27 mars, Jules Janin, sous couvert de son habituel feuilleton théâtral du Journal des Débats, utilise les huit colonnes à sa disposition pour attaquer violemment Arago… Cette attaque est diversement appréciée. La Sylphide la trouve amusante :

Après les bonnes œuvres, une des choses dont il a été le plus question dans tous les mondes de Paris et de beaucoup d’autres lieux, c’est la malencontreuse comète qui a inspiré au spirituel feuilletoniste du Journal des Débats une de ses plus amusantes boutades. Ce malheureux M. Arago a eu beau se défendre et contester au météore ses qualités cométiques et chevelues, la comète a défendu sa queue et l’a montrée au public comme pour narguer le grand astronome pris en défaut; sentinelle endormie qui a laissé passer la ronde sidérale, sans crier qui vive, et qui, au lieu d’observer et de lorgner le phénomène, s’est laissé lorgner par lui11.

“Courrier de Paris”, La Sylphide, 1843. Page 316. Gallica (BnF).

.

La réponse du Charivari (à savourer ici) est cinglante : Janin, “astronome improvisé”, est ridiculisé pour son ignorance scientifique, preuves à l’appui, et accusé de servir des intérêts politiques. Dix jours plus tôt, Le Charivari n’a pas lésiné pour rire de la “céleste nouvelle“, publiant plusieurs dessins en première page, ce qui est plutôt inhabituel à cette époque pour ce journal. Mais en lisant le texte et en observant les dessins ci-dessous, on remarquera que les plaisanteries portent non pas sur l’Observatoire mais sur les croyances attachées aux comètes, entretenues par les rédacteurs des almanachs populaires, tels “Barestadamus”, c’est-à-dire Eugène Bareste qui avait placé ses publications sous le patronage de Nostradamus. Plaisanteries entre camarades puisque L’Almanach prophétique, pittoresque et utile publié par Bareste est illustré par Gavarni, Daumier, etc. Cet Almanach fait en effet la part belle aux comètes en 1843 (voir ici).

=> cliquez sur l’image ci-dessous pour la voir plus en détail

En bas à gauche de ce texte, un dessin signé HD (Honoré Daumier) illustre la désillusion du quidam qui cherche vainement à entrevoir la Comète et n’entrevoit que la lune. Sa silhouette ressemble fort à celle représentée quelques jours plus tard par La Caricature, à la différence près qu’Édouard de Beaumont prétend quant à lui montrer un astronome désappointé qui ne voit point la comète alors qu’à l’arrière-plan, plusieurs personnes désignent une direction opposée…

Des mois durant, les journaux sont emplis de textes et d’allusions plus ou moins caustiques à la comète et/ou à l’Observatoire et ses savants. Le Courrier du Gard, par exemple, lui consacre le 4 avril 1843 un long feuilleton humoristique intitulé “Poisson d’avril – La comète“. Le Triboulet du même mois publie la “Lettre d’un opticien de la Banlieue à M. Arago, directeur de l’Observatoire, au sujet de la Comète“, sur l’air “As-tu vu la lune, mon gas?”

Après avoir livré aux journaux ses observations sur la comète, Arago donne son cours annuel d’astronomie à partir du 4 mai. La foule est encore plus nombreuse qu’à l’habitude et devant l’Observatoire les équipages élégants se pressent. Lors de la première séance, le “député astronome” répond avec panache et fermeté à ses détracteurs :

Après avoir visité toutes les planètes du système solaire, le professeur arrive aux comètes dont il fera une étude particulière, et qu’il aurait dû, dit-il, faire l’an dernier, afin d’éclairer le public à leur égard, et d’empêcher certains rédacteurs officiels de le rendre responsable de tout ce qui arrive dans les cieux sans qu’il l’ait prédit ou du moins qu’il l’ait signalé sur l’heure même12.

Les revues de fin d’année ne manquent pas de saluer la Comète et de brocarder l’Observatoire. Paris dans la comète, revue en 3 actes, par MM. Dumanoir, d’Ennery et Clairville, est donné aux Variétés le 22 décembre 1843, devant un public réjoui13. Des chansons circulent également comme “la Comète de 1843” qui figure dans le répertoire du Caveau en 1844.

« La Comète de 1845 » (sic), Le Caveau, 1844. Le titre comporte visiblement une coquille et doit sans doute être comme « La Comète de 1843 ».

La lecture des Leçons d’astronomie professées à l’Observatoire royal l’année suivante laisse à penser que l’épisode a été ressenti douloureusement par Arago, même s’il affecte vouloir uniquement rétablir la vérité scientifique :

À l’occasion de la comète de 1843, on a fait planer sur les astronomes actuels des reproches au moins singuliers. Ceux qui les ont inventés ou propagés, étaient certainement étrangers aux notions les plus élémentaires de la science. J’ajouterai que la futilité de ces reproches pouvait être constatée à l’aide des simples lumières de bon sens.

La comète s’est montrée inopinément ; personne n’avait prévu son apparition. De deux choses l’une : ou la science n’est pas aussi avancée qu’on le prétend, ou les astronomes ont été coupables de négligence et d’incurie. Examinons ces reproches l’un après l’autre. Personne n’avait prévu l’apparition de la comète de 1845 !

Le fait est vrai ; je m’étonne même qu’on le cite comme une singularité. Les catalogues astronomiques font aujourd’hui mention de 172 comètes régulièrement observées. Dans ce nombre 162 se montrèrent inopinément ;aucun calcul n’avait indiqué leur apparition, ni quant aux dates, ni relativement aux positions qu’elles devaient occuper dans le ciel. La comète de l’année 1843 rentrait donc dans la règle commune. En tout cas les astronomes de 1845 n’ont pas été plus inhabiles en se laissant surprendre par l’astre à longue queue du mois de mars, que ne l’avaient été : Lacaille en 1744, Bradley en 1757, Maskelyne en 1769, Wargentin en 1771, Herschell en 1795, Piazzi en 1807, Olbers, Delambre, Gauss, Oriani, etc. en 1811, etc., etc.

En s’évertuant à déconsidérer tel ou tel astronome français contemporain, certains journalistes ne comprenaient peut-être pas qu’en cas de réussite, ils frappaient d’une égale défaveur les savants les plus illustres du dix-huitième siècle ; mais ne fallait-il pas remarquer au moins que les célèbres directeurs des Observatoires de Berlin, de Greenwich, de Poulkova, de Kœnigsberg, etc., MM.Enoke, Airy, Struve, Besgel, etc., n’avaient pas non plus prédit la comète de 1845 et qu’il n’y a personne au monde qui ne dût se croire très-honoré de figurer en pareille compagnie ?

Les astronomes, dit-on, prédisent avec une exactitude merveilleuse les éclipses de soleil, les occultations des étoiles et des planètes par la lune  est-ce montrer trop d’exigence que de les prier d’annoncer au moins l’apparition des comètes? Oui, et on tomberait dans une erreur étrange en croyant, ainsi que le font beaucoup de personnes, que cela est possible. Vouloir que l’astronomie cométaire marche de pair avec l’astronomie planétaire, c’est demander que l’œuvre d’une ou deux semaines soit comparable à celle de vingt siècles accumulés : c’est tout simplement demander une chose impossible14.

Pour aller plus loin, on pourra consulter entre autres :

  • l’exposition virtuelle Comètes: des mythes à la réalité réalisée par l’Observatoire de Paris propose de nombreuses ressources. Certaines pages sont complétées sur le site “Les comètes pour les nuls“.
  • l’exposition en ligne “Sciences pour tous – 1850-1900”, conçue par la BnF, à explorer ici.
  • Marie-Laure Aurenche, “La diffusion du savoir dans le Magasin pittoresque (1833-1872) : l’astronomie, une science pour tous“, in Le Partage des savoirs XVIIIe-XIXe siècles [en ligne]. Lyon, Presses universitaires de Lyon, 2003.
  • Bruno Belhoste, « Arago, les journalistes et l’Académie des sciences dans les années 1830 », dans Patrick Harismendy (dir.), La France des années 1830 et l’esprit de réforme : actes du colloque de Rennes, 6-, Rennes, Presses universitaires de Rennes, coll. « Carnot », , p. 253-266.
  • Jean Eisenstaedt et Michel Combes, “Arago et la vitesse de la lumière (1806-1810), un manuscrit inédit, une nouvelle analyse”, Revue d’histoire des sciencest. 64-1,‎ p. 59-120.
  • Guy Jacques, François Arago, l’oublié, Paris, Nouveau Monde Éditions, coll. « Histoire », .
  • Colette Le Lay, “François Arago et Jules Verne : de Formentera à l’Astronomie populaire”, Revue Jules Verne 21, 2006, p. 89-92.
  • James LequeuxFrançois Arago, un savant généreux : physique et astronomie au XIXe siècle, Les Ulis/Paris/l’Observatoire de Paris, EDP Sciences, coll. « Sciences & histoire », .
Citer ce billet : Blog Histoire, "Les images ont parlé ! Pourquoi ce personnage est désappointé …," in L'Histoire à la BnF, 12/07/2022, https://histoirebnf.hypotheses.org/16210, [consulté le 04/12/2022].
  1. L’essentiel de l’événement se concentre sur mars 1843 mais il est évoqué encore fréquemment dans les mois qui suivent. []
  2. Identifiée aujourd’hui par les scientifiques comme la comète C/1843 D1 : C/ pour grande comète ; 1843 pour l’année ; D pour le demi-mois où elle a été observée soit la deuxième quinzaine de février ; 1 pour son rang de découverte selon les explications données par le site de l’Association d’Astronomie de Rennes. []
  3. Voir Maurice Champion, La Fin du monde et les comètes au point de vue historique et anecdotique, Paris, Adolphe Delahays, 1859 ; Jean-Louis Heudier, Ces horribles et épouvantables comètes, petite histoire des grandes peurs, Sofia Antipolis, éditions Book-e-book, 2013. []
  4. Voir Jean-Michel Faidit, La comète impériale de 1811, son découvreur Flaugergues, son influence sur Napoléon, le vin de la comète, Les Presses du Midi, 2012. []
  5. Le Journal du Cher, 11 mars 1843. []
  6. Voir Carole Christen, « Les leçons et traités d’astronomie populaire dans le premier XIXe siècle », Romantisme, 2014/4 (n° 166), p. 8-20. []
  7. NOSTRADAMUS, Cadet, “Poisson d’avril – La Comète“, Le Courrier du Gard, 1843. []
  8. La Comète de 1845 [1843]”, Le Caveau, Paris, 1844. []
  9. LETTRE D’UN OPTICIEN DE LA BANLIEUE A M. ARAGO, Directeur de l’Observatoire, AU SUJET DE LA COMÈTE“, Le Triboulet, 1843. []
  10. Quelques nouvelles en l’air touchant la comète“, Le Charivari, 22 mars 1843. []
  11. “Courrier de Paris”, La Sylphide : journal de modes, de littérature, de théâtres et de musique, 1843, p. 316. []
  12. Cours de M. Arago à l’Observatoire de Paris“, La Gazette de France, 8 mai 1843. []
  13. Il existait déjà un autre vaudeville en un acte intitulé Paris dans la Comète, représenté en 1835. []
  14. Leçons d’astronomie professées à l’Observatoire royal (4e édition) / par M. Arago,… ; recueillies par un de ses élèves, Paris, Chamerot, 1845. []

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search