Disparition d’Yves Coppens (1934-2022)

Le 22 juin dernier, disparaissait Yves Coppens, paléontologue et paléoanthropologue de renommée internationale, célèbre par ses importantes découvertes de fossiles pré-humains et par son immense talent de vulgarisateur.

Une vocation précoce

Comme il le raconte dans Origines de l’Homme, Origines d’un homme, il contracte dès l’enfance l’exotite, l’attrait de l’ailleurs, des gens d’ailleurs puis de l’archéologite, la paléontologite, l’attrait de l’avant et des gens d’avant1 et se passionne ainsi pour les fossiles et l’archéologie en Bretagne dans sa région natale.

Alignements près de Carnac. Agence Rol. Photographie de presse, 1921. BnF, département des Estampes et de la photographie, EI-13 (815)

Entré dès l’âge de 22 ans au CNRS en 1956, il travaille d’abord sur les proboscidiens (animaux à trompes) avant de s’intéresser à l’homme, aux hommes et aux pré-hommes. Mais pour lui, tout est lié :

Sciences dures, sciences molles, sciences humaines, sciences inhumaines, je me suis régalé partout. […] les sciences archéologiques et paléontologiques se trouvent aux frontières des sciences de la Terre (le contenant), des sciences de la vie et des sciences de l’homme (le contenu) […] l’intérêt pour l’humain a toujours prévalu dans mes recherches sur celui pour la géologie ou la paléontologie animale ou végétale, mais comme l’étude du contenant est nécessaire pour comprendre les conditions de dépôt et de conservation des restes humains, tandis que celle des faunes et flores est nécessaire pour planter leur « décor » et son climat, c’est évidemment l’ensemble qu’il faut chercher, découvrir, observer, recueillir, décrire, comparer et interpréter2.

Des fossiles qui réécrivent l’histoire des hominidés

Entre les années 1960 et les années 1980, il entreprend d’importantes expéditions internationales essentiellement en Afrique au cours desquelles, il met au jour avec ses coéquipiers des fossiles de pré-humains hors normes bouleversant les données sur les origines de l’homme.

  • En 1961, au Tchad, il s’agit d’un fragment crâno-facial d’une espèce d’hominidé vieille d’environ 1 million d’années, qu’il baptise Tchadanthropus uxoris ;
  • En 1967, il découvre avec Camille Arambourg, en Ethiopie un hominidé bipède baptisé Paranthropus aethiopicus qui aurait vécu entre 2.3 et 2.7 millions d’années ;
  • En 1974, toujours en Ethiopie, dans la région de l’Afar, avec Maurice Taieb et Donald Johanson, a lieu la très célèbre découverte de Lucy (Australopithecus afarensis), préhumaine de 3 millions d’années « qui allait devenir le symbole de la paléoanthropologie, le témoin et le messager de l’histoire de l’homme et son passé lointain et tropical […]3» . La découverte de 52 fragments donnait pour la première fois la possibilité de reconstituer un squelette et donc la silhouette d’un pré-humain.

Reconstitution hypothétique de Lucy vue de profil proposée par Jay Matternes (in Johanson Don et Maïtland Edey, p. 397) reprise dans F. Crouzel, “Qui est Lucy?” dans Mémoires de l’Académie des sciences, inscriptions et belles-lettres de Toulouse, volume 147, 1985, pp. 85-99

L’East Side Story

En 1982, lors d’un colloque à Rome, Recent Advances in the Evolution of Primates, il propose sa thèse baptisée l’East Side Story : la lignée humaine serait apparue en Afrique de l’Est grâce à un événement géologique, effondrement vers 8 millions d’années d’une importante faille, entraînant un changement climatique à l’est de cette nouvelle barrière naturelle, sécheresse, raréfaction de la végétation et de la nourriture, auquel les primates de cette zone se sont adaptés en développant notamment la bipédie, moyen rapide de se déplacer sur de grandes distances afin de se nourrir et permettant une meilleure perception visuelle des prédateurs ou du gibier4.

Suite aux découvertes de fossiles pré-humains à l’ouest de la vallée du Rift, et non plus uniquement à l’est, par Michel Brunet, le premier en 1994 au Tchad, nommé Abel, un Australopithecus bahrelghazali de 3.5 millions d’années5, le second en 2001 Toumai, un Sahelanthropus tchadensis de 7 millions d’années6, découvertes qu’il co-signe à la demande de M. Brunet, il accepte de remettre en cause son hypothèse mais reste convaincu que l’évolution de l’homme doit se comprendre dans une perspective environnementale et climatique.

Un homme aux multiples activités

Professeur, à partir de 1969, au Musée de l’homme, dont il prend la direction en 1979, il est nommé en 1980, professeur au Muséum national d’histoire naturelle, titulaire de la chaire d’Anthropologie, avant d’être élu titulaire de la chaire Paléoanthropologie et préhistoire du Collège de France en 1983.

Présent dans de nombreuses instances françaises et internationales, il était notamment membre de l’Académie des sciences et de l’Académie nationale de médecine.

Au début des années 2000, un de ses principaux engagements, à la demande du président de la République Jacques Chirac et de la ministre de l’Écologie et du Développement Durable Roselyne Bachelot, a été la constitution et l’animation d’une commission en vue de la rédaction d’une Charte de l’environnement qui a abouti à la loi constitutionnelle du 1er mars 2005.

En 2010, il accepte de présider le conseil scientifique de la Grotte de Lascaux au moment où cette dernière  se trouve menacée d’être placée sur la liste du patrimoine en péril. Durant ses 7 années de mandat, il a notamment pu contribuer à la naissance d’un Lascaux III itinérant et d’un Lascaux IV plus éloigné que Lascaux II de la grotte originelle et proposant la reproduction de l’ensemble contrairement à Lascaux II.

Depuis 2012, comme un retour aux sources qu’il adorait, il présidait l’association Paysages des mégalithes et le Comité scientifique international des monuments mégalithiques des régions de Carnac, de la baie de Quiberon et du golfe de Morbihan portant le projet de classement au Patrimoine mondial de l’humanité.

Enfin, il faut évoquer son immense activité de  vulgarisateur qu’il appréciait et lui tenait très à cœur.  

Il aimait conter, raconter, transmettre, expliquer ses découvertes, son travail, ses recherches et le faisait admirablement pour le plus grand bonheur des petits et des grands grâce à son beau talent de conteur. Ses innombrables conférences, émissions de télévisions et de radio, ses nombreux ouvrages édités chez Odile Jacob pour le grand public, sa participation à la production de films documentaires et encore tout récemment ses spectacles de théâtre en témoignent.

Il confessait dans ses mémoires :

Par timidité, j’ai mis un certain temps avant de me décider à monter sur les planches et puis l’exercice m’a plu parce que j’aime bien les gens, parce que j’aime bien raconter des histoires  même si elles sont de science, parce que j’aime bien qu’on m’écoute, qu’on me comprenne, qu’on m’aime. C’est un peu du cabotinage7 !

Pour aller plus loin :

  • Bibliographie sélective :

Y. Coppens,Titres et travaux d’Yves Coppens, Paris, Yves Coppens, 1982

Y. Coppens, Le singe, l’Afrique et l’homme, Paris, Fayard, 1983

Y. Coppens, Pré-ambules : les premiers pas de l’Homme, Paris, Odile Jacob, 1988

Y. Coppens, Le genou de Lucy : l’histoire de l’homme et l’histoire de son histoire, Paris, Odile Jacob, 1999

Y. Coppens, P. Picq (dir.), Aux origines de l’humanité, Paris, Fayard, 2001

Y. Coppens, Histoire de l’homme et changements climatiques [leçon de clôture prononcée le mardi 21 juin 2005], Chaire de paléoanthropologie et préhistoire, Paris, Collège de France, Fayard, 2006

Y. Coppens, L’histoire de l’homme : 22 ans d’amphi au Collège de France, Paris, Odile Jacob, 2008

Y. Coppens, Le présent du passé : l’actualité de l’histoire de l’homme, Paris, Odile Jacob, 2009

Y. Coppens, Le présent du passé au carré : la fabrication de la Préhistoire, Paris, Odile Jacob, 2010

Y. Coppens, Pré-textes : l’homme préhistorique en morceaux, Paris, Odile Jacob, 2011

Y. Coppens, Le présent du passé au cube : des nouvelles de la Préhistoire, Paris, Odile Jacob, 2013

Y. Coppens, Pré-ludes : autour de l’homme préhistorique, Paris, Odile Jacob, 2014

Y. Coppens, Devenir humains, Paris, Autrement, 2015

Y. Coppens, Des pastilles de préhistoire : le présent du passé 4, Paris, Odile Jacob, 2016

Y. Coppens, Origines de l’homme, origines d’un homme : mémoires, Paris, Odile Jacob, 2018

Y. Coppens, Le savant, le fossile et le prince : du labo au palais, Paris, Odile Jacob, 2020

Y. Coppens, Le sport fait-il évoluer l’humanité ?, Paris, Cherche midi, 2020

Ce billet a été rédigé par :

  • Pauline Darleguy, chargée de collections Préhistoire, Histoire ancienne et Archéologie, Département Philosophie, histoire, sciences de l’homme, BnF.
  • Luc Menapace, chargé de collections Sciences biologiques et Paléontologie, Département Sciences et Techniques, BnF.

L’illustration en tête du billet représente Yves Coppens en 2008, © wikimediacommons

Citer ce billet : Blog Histoire, "Disparition d’Yves Coppens (1934-2022)," in L'Histoire à la BnF, 06/07/2022, https://histoirebnf.hypotheses.org/16345, [consulté le 11/08/2022].
  1. Y. Coppens, Origines de l’Homme, Origines d’un homme, p. 19. []
  2. Y. Coppens, Origines de l’Homme, Origines d’un homme, pp. 449-450. []
  3. Y. Coppens, Origines de l’Homme, Origines d’un homme, p. 219. []
  4. Y. Coppens, Le singe, l’Afrique et l’homme. []
  5. M. Brunet, A. Beauvilain, Y. Coppens, É. Heintz, A.H.E Moutaye et D. Pilbeam, « Australopithecus bahrelghazali, une nouvelle espèce d’Hominidé ancien de la région de Koro Toro (Tchad) », Comptes rendus des séances de l’Académie des Sciences, 1996, vol. 322, pp. 907-913. []
  6. M. Brunet, F. Guy, D. Pilbeam, H. T. Mackaye, A. Likius, A. Djimdoumalbaye, A. Beauvilain, C. Blondel, H. Bocherens, J.-R. Boisserie, L. de Bonis, Y. Coppens, J. Dejax, C. Denys, P. Duringer, V. Eisenmann, G. Fanone, P. Fronty, D. Geraads, T. Lehmann, F. Lihoreau, A. Louchart, A. Mahamat, G. Merceron, G. Mouchelin, O. Otero, P. Pelaez Campomanes, M. Ponce De Leon, J.-C. Rage, M. Sapanet, M. Schuster, J. Sudre, P. Tassy, X. Valentin, P. Vignaud, L. Viriot, A. Zazzo et C. P. E. Zollikofer, « A new hominid from the Upper Miocene of Chad, Central Africa, Nature, 2002, no 418,‎ p. 145-151. []
  7. Y. Coppens, Origines de l’Homme, Origines d’un homme, p. 384. []

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search