Les images ont parlé ! Où se trouve cette jeune femme et pourquoi…

 

Notre précédente devinette vous invitait à identifier l’endroit où se trouvait cette jeune femme et pourquoi elle avait choisi de s’installer là pour ses travaux d’aiguille. En guise d’indices d’autres images vous conduisaient aisément à la solution. Plusieurs photographies d’enfants jouant avec l’eau, un quidam regardant un thermomètre mural, etc., vous aidaient à comprendre que la chaleur était le thème récurrent de la devinette.

La jeune femme que vous voyez dans la photographie ci-dessus a donc fui la chaleur pour trouver refuge dans ce que vous aurez peut-être identifié comme étant une station de métro. Un des indices suggérait que ce n’était pas une catherinette malgré son beau chapeau et ses travaux d’aiguille, et que le cliché était sans doute mis en scène. Enfin un dernier indice évoquait les marronniers de la presse, et vous pouviez en déduire que la thématique du cliché était la canicule maintes et maintes fois mentionnée par les journaux en période estivale.

Le cliché, publié dans l’Excelsior du 30 juillet 1911, était légendé de la sorte : “Où trouver plus de fraîcheur, en cette saison, que dans les souterrains de Paris ? C’est du moins l’avis de cette jeune Parisienne qui a préféré l’ombre du Métropolitain pour un travail paisible à celle des plus beaux arbres”. Il illustrait un article humoristique intitulé “La canicule est sans pitié – Paris métamorphosé” (voir ci-dessous dans Gallica, en cliquant sur l’image).

L’article fait partie des innombrables textes illustrés produits par la presse lors de la vague de chaleur de 1911. Cet épisode de canicule fit 40 000 morts directs ou indirects. Catherine Rollet qui a travaillé sur les observations démographiques et médicales et les réactions politiques durant la période indique : “La canicule de l’été 1911 a provoqué une grave crise de mortalité, touchant notamment les enfants (pour les trois quarts de la surmortalité) mais aussi les personnes âgées (pour un quart). Le contraste avec la canicule de 2003, qui a touché les âgés, est considérable.  […] Elle a aussi joué un rôle d’alerte pour les pouvoirs publics, les collectivités locales et la population tout entière parce qu’elle a ruiné momentanément l’idée de progrès continus dans la lutte contre la mortalité. Mais cette prise de conscience des progrès et des reculs possibles n’a touché que les enfants. La surmortalité des personnes âgées est restée invisible dans les statistiques produites à l’époque et dans les discours des spécialistes et des politiques1”.

“La mortalité infantile est trop élevée à Lille”, Le Grand Nord, 11 août 1911. Gallica (BnF).

Il faut toutefois souligner que la canicule de 1911 n’est pas la plus importante de notre histoire en termes de records de chaleur, contrairement à ce qu’on peut lire ici et là2.

“Canicule”, Heures claires des femmes françaises, septembre 1946. Gallica (BnF).

La prise de conscience partielle des conséquences possibles des épisodes de fortes chaleurs en 1911 ne marque pas la fin des commentaires légers et/ou des plaisanteries sur les canicules que l’on retrouve encore largement dans la presse jusque dans les années 1950, voire après. De la même manière, les conséquences sur l’environnement sont parfois minorées sur le mode humoristique. Dans la légende ci-dessous, c’est le “grand désespoir” des pêcheurs qui est évoqué lors d’une baisse impressionnante du niveau de la Marne en 1911 et non pas un asséchement du cours d’eau aux lourdes répercussions environnementales.

“Un coude de la Marne à sec”, Excelsior, 12 septembre 1911. Gallica (BnF).

Les raisons des attitudes parfois primesautières quant aux  conséquences des épisodes caniculaires jusqu’à la seconde moitié du XXe siècle sont sans doute multiples. On évoquera ici quelques hypothèses sans prétendre à l’exhaustivité.

La première tient à l’importance du cycle des saisons mis en valeur par le calendrier grégorien dès le Moyen Age. Il s’accompagne bientôt d’une délimitation de périodes dont le retour est censé rassurer les populations : après les rigueurs et les difficultés d’approvisionnement de l’hiver reviennent des saisons pendant lesquelles on peut récolter les fruits de la nature. L’ « époque à laquelle le soleil et Sirius se lèvent en même temps [du 24 juillet au 24 août]» est  nommée Canicule du latin canicula ou « petite chienne » terme d’astronomie désignant Sirius ou le chien d’Orion3. La Canicule est  présentée dans les almanachs des Temps modernes comme une période de grande chaleur nécessaire notamment au mûrissement des blés, base de l’alimentation occidentale. La chaleur sèche est de plus indispensable pour récolter et engranger sans peur de pourrissement les foins, les grains, les fruits que l’on peut faire sécher, etc.

Le compost manuel, calendier et almanach perpetuel . Recueilli & reformé selon le retranchement des dix jours. Avec la declinaison du soleil reformee, un abbregé de la sphere, & autres choses appartenantes à la navigation : principalement pour la longitude de l’est & ouest. Par J. de Seville, dit le Soucy, medecin mathematicien. A Rouen, chez Robert Mallard, ruë de l’Orloge, à la grand’Nef. 1586. Page 56.

L’étymologie du mot “canicule” est bientôt trouvée ridicule si l’on en croit un commentaire dédaigneux du tableau “L’été”  en 1775 du pauvre peintre Durameau qui avait décliné la métaphore  :

Il faudroit que le morceau en opposition de celui-ci [l’hiver] produisît un effet contraire, puisqu’il représente l’Été ; que les yeux éblouis, brûlés des feux d’un ciel ardent, se reposassent sur une verdure douce, ou fussent rafraîchis par la vapeur des eaux ; que la terre gercée, les plantes desséchées, les hommes languissans, les animaux halétans remplirent cette scène où tout périroit sous les fureurs dévorantes de la canicule. Qui le croiroit ! A ces grandes & poëtiques idées l’auteur a substitué un hiéroglyphe obscur, une allégorie platte & mesquine. Il représente ce signe malfaisant sous la forme vulgaire d’une Canicule, c’est- à-dire d’une petite chienne, dont la gueule vomit quelques traits de flamme enfumée. Au dessus est un gros vilain Zéphyr. Il lui darde, pour la rafraîchir, des jets d’une vapeur épaisse, qui ne semble guère plus suave que celle exhalée par l’animal pestilentiel. Et l’on appelle cela de la Peinture4!

Le mot canicule” continue néanmoins d’être employé rituellement pour désigner les périodes estivales pendant lesquelles le mercure s’affole.

Le Matin, 23 août 1898. Gallica (BnF).

Presse et lithographies satiriques du XIXe siècle s’emparent régulièrement de la thématique de la canicule à l’occasion des grandes chaleurs estivales. Dans les dessins la recherche de coins ombrés, de boissons et de baignades amène le plus souvent une solution satisfaisante voire très agréable : les corps s’alanguissent, les sourires illuminent les visages.

Edmond Morin, “La canicule”, Le Monde illustré, 31 juillet 1869. Gallica (BnF).

Ces différentes thématiques inspirent  les caricaturistes. Vers 1828, dans un dessin intitulé “temps de canicule”, Grandville joue sur l’étymologie (la chienne) et le fait que les animaux halètent sous l’effet de la chaleur pour se moquer de messieurs concupiscents sur les traces d’une coquette …

Grandville, “Tems [sic] de canicule“. Éditeur Martinet (imprimeur-libraire) , entre 1828 et 1829.  Musée Carnavalet, Histoire de Paris. G.24041. CC0 Paris Musées / Musée Carnavalet – Histoire de Paris.

Honoré Daumier fait des périodes de canicule un de ses sujets de prédilection. Alors que l’été 1852 est particulièrement chaud,  il illustre de savoureuses vignettes un texte de Clément Caraguel, “Paris dans l’eau“, pendant que Cham propose “Par trente cinq degrés de chaleur !“. Puis une planche du Charivari montre le mois suivant un couple se réjouissant devant son chien de “la fin de la Canicule“. Si la date de publication (18 août) rend le dessin crédible, le titre (“Tout ce qu’on voudra”) laisse plutôt penser à un jeu avec une censure alors de plus en plus présente5. Le Second Empire édictant une censure impitoyable, Daumier propose désormais des séries consacrées non plus à la politique mais aux travers sociaux sur fond de vie quotidienne. C’est ainsi qu’il se lance en 1854 dans une série intitulée “Les plaisirs de l’été”. La troisième planche, “tenue de canicule“, montre un couple bourgeois sorti dans la rue vêtu uniquement de dessous (de longues chemises de nuit), à l’abri d’un vaste parapluie, éventail à la main. La chevelure dénouée  de la femme, à une époque où “se promener en cheveux” était signe d’appartenance aux classes populaires, renforce l’idée d’un laisser-aller total.

Honoré Daumier, “Tenue de canicule“, Le Charivari, 14 août 1854. Gallica (BnF).

Ceux qui souffrent le plus de la canicule sont en effet ceux qui ne peuvent quitter les logements exigus des villes. Aristocrates, grands bourgeois, quittent quant à eux les villes au début de l’été pour y revenir au début de l’automne. Subir la chaleur, au travail ou au domicile, est par conséquent un des marqueurs des populations les plus modestes qui n’ont pas de congés ni les moyens de partir en voyage.

Jean Bruno, “Causerie“, Le Panthéon de l’industrie, 8 avril 1875. Gallica (BnF).

M. Radiguet, “Canicule“, Le Journal amusant, 26 juillet 1924. Gallica (BnF).

Se rafraîchir à la montagne, au bord de la mer, est donc au XIXe siècle l’apanage des élites alors que les moissons battent leur plein obligeant le monde rural à travailler malgré la chaleur, et que les logements sous les toits des grandes villes ne disposent pas de moyens d’aération. Les dessinateurs s’emparent avec plaisir de cette opposition, croquant tout aussi bien la promiscuité des corps souffrants dans les quelques établissements de bains parisiens, voire leur nudité en plein air6, que la suffisance des riches pour qui les domestiques inventent mille et une manières de se rafraîchir.

Paris dans l’eau“, Le Charivari, 25 juillet 1852. Gallica (BnF).

T. Denoue et J. Pelcoq, “Croquis parisiens“, Le Journal amusant, 14 septembre 1872. Gallica (BnF).

Jouant sur la polysémie du mot “baignoire”, Daumier propose en août 1859 une rafraîchissante amélioration à apporter “aux théâtres de Paris pendant la canicule“. En 1911, dans Le Rire, Sem évoque encore “le mois haïssable des canicules” et dessine le train du Tout Paris qui fuit “vers des mers, des monts ou d’indésirables Eaux7”. En mai 1913, dans le même périodique, J. Hémard se rit des prévisions météorologiques pour l’été à venir et indique que “les optimistes opinent pour la canicule“.

À partir des années 1910, les grands hebdomadaires qui en ont les moyens financiers peuvent recourir aux clichés photographiques. L’importante canicule de 1911 est l’occasion de documenter la recherche d’endroits à l’ombre rafraîchissante, de boissons désaltérantes et de pains de glace, les baignades improvisées, les tenues légères, comme le faisait déjà la presse illustrée du XIXe siècle. Désormais, les agences photographiques mettent à disposition des journaux des photographies divertissantes des gens et animaux cherchant à se préserver de la chaleur dès que les températures grimpent.

=> cliquez sur les images de la galerie ci-dessous pour mieux les voir…

Majoritairement destinés à faire sourire, ces reportages taisent le plus souvent les souffrances de ceux qui n’ont alors pas accès à l’eau courante ou qui doivent travailler par des températures élevées. Ainsi La Presse du 13 août 1911 titre sur “les victimes de la chaleur”, “la chaleur et ses méfaits”, mais illustre sa une (ironiquement ?) par un cliché du bain du président du Conseil, M. Caillaux, à Dinard ! Toutefois le 15 elle évoque  “Ceux qui travaillent et ceux qui se promènent” durant le pont du 15 août et propose un cliché montrant que “cette chaleur […]  n’empêche pas certaines catégories de travailleurs, tels que les terrassiers, les paveurs, etc. de poursuivre sous un soleil implacable leur dur labeur”. Dans la même page un article intitulé “les variations thermométriques” indique néanmoins que dans quelques mois les gens se souviendront sans doute avec nostalgie de ces fortes chaleurs :

Bref, nous regretterons probablement les jolis mois de juillet et d’août de la présente année de grâce.

L’homme n’est jamais satisfait. Puisse cette perspective nous rafraîchir un peu, en ce moment de température tropicale et, comme disait un plaisant, « par trop picale8».

Durant la canicule de 1929, les journaux militants dénoncent des tâches incompatibles avec la canicule, photographies à l’appui. C’est le cas du Populaire : journal-revue hebdomadaire de propagande socialiste et internationaliste qui montre un “galérien du XXe siècle”.

Un galérien du XXe siècle“, Le Populaire, 21 juillet 1929. Gallica (BnF).

Publiant comme d’autres journaux la longue liste des personnes souvent d’origine modeste, qui se sont noyées en tentant de se rafraîchir qui dans une rivière, qui dans un lac, L’Humanité implore : “Apprenez à nager – Neuf personnes se sont noyées en un seul jour” (17 juillet 1929). Le Populaire évoque une imagerie de la canicule qui ferait oublier des aménagements indispensables :

Dès que Ia température s’élève, les agences photographiques adressent aux journaux un cliché devenu classique. Des petits Parisiens, pour se rafraîchir, se dévêtent sur la berge et barbotent dans la Seine.

Car, contrairement à ce qui existe ailleurs – à Prague notamment – notre capitale n’a pas créé ces vastes baignades où des milliers d’enfants, et d’adultes, pourraient nager en plein air et à bon compte, durant la belle saison.

Quand la chaleur s’accentue nos «Poulbots » n’ont d’autre ressource que de se baigner, dans le fleuve, où ils le peuvent, sans surveillance, avec tous les inconvénients, tous les dangers que cela comporte9.

Dans Piscines, S.V.P, en 1935, Albert Soulillou dénonce la pollution industrielle de la Seine et décrit dans un reportage appuyé par des photographies la carrière souillée des Caboeufs à Gennevilliers, laquelle sert de “plage” à la population ouvrière. En août 1938, L’Humanité déplore la qualité de l’eau en Ile-de-France et rappelle que tous ne peuvent pas prendre de vacances lorsqu’il fait chaud10

Regards, 26 septembre 1935. Gallica (BnF).

“Canicule à Cannes”, Elle, 4 août 1952. Gallica (BnF).

Jusque dans les années 1970, la canicule demeure dans les reportages photographiques et la presse généraliste un marqueur social. Depuis les congés payés de 1936, les grandes chaleurs sont synonymes pour une population plus nombreuse de départs en vacances. Réfrigérateurs, sorbetières électriques, produits solaires envahissent désormais les encarts publicitaires … Le rapport au corps s’est modifié : au contraire du XIXe siècle, les corps doivent être déshabillés et bronzés au plus fort des chaleurs estivales. La presse multiplie d’ailleurs les conseils pour se préserver des méfaits des températures élevées et des expositions au soleil et signale les initiatives les plus diverses comme celle d’habitants de Chicago qui décident de troquer leurs costumes de ville trop incommodes contre… des pyjamas11 !

Les préoccupations liées au réchauffement climatique, les enseignements tirés de la canicule de 2003 et de ses conséquences ont depuis conduit à une prise de conscience progressive des risques des canicules. Pendant la décennie 1970, et notamment la grande sécheresse de 1976, les dangers pour la santé liés à une exposition prolongée au soleil, les conséquences environnementales des périodes de sécheresse avaient déjà alarmé le grand public. Articles, images, plaisanteries dans des médias divers ont désormais perdu de leur insouciance face à des canicules qui ne riment plus seulement avec des périodes estivales de grande chaleur.

=> Pour aller plus loin, on pourra entre autres lire :

et consulter :



Citer ce billet
Agnès Sandras (2023, 20 juillet). Les images ont parlé ! Où se trouve cette jeune femme et pourquoi… L'Histoire à la BnF. Consulté le 23 mai 2024, à l’adresse https://doi.org/10.58079/pmus

  1. ROLLET Catherine, « La canicule de 1911. Observations démographiques et médicales et réactions politiques », Annales de démographie historique, 2010/2. []
  2. Voir “Non, l’année 1911 n’a pas le record de chaleur“, Désintox, Franceinfo, 28/09/2020. []
  3. Article “canicule” du CNRTL. []
  4. Lettres sur les peintures, sculptures et gravures de Mrs. de l’Académie royale, exposés au sallon du Louvre depuis MDCCLXVII jusqu’en MDCCLXXIX . Commencées par feu M. de Bachaumont,… et depuis sa mort continuées par un homme de lettres célèbre…, Londres, J. Adamson (Londres), 1780. Page 179. []
  5. Voir Agnès Sandras, « La caricature sous l’Empire libéral (ou pourquoi un melon peut devenir politique) », in L’Empire libéral  : essai d’histoire globale sous la direction de Éric Anceau et Dominique Barjot, Paris : SPM, 2021. []
  6. Sur ce thème, voir Davide Lombardo, « Se baigner ensemble. Les corps au quotidien et les bains publics parisiens avant 1850 selon Daumier », Histoire urbaine, 2011/2 (n° 31), p. 47-68. []
  7. Sur les trains de plaisir, voir sur ce carnet le billet “Les images ont parlé ! Ce qu’attendaient ces touristes … []
  8. Variations thermométriques“, La Presse, 15 août 1911. []
  9. Pendant la canicule“, Le Populaire, 12 juillet 1937. []
  10. Claude Martial, “Eau fraîche“, L’Humanité, 5 août 1938. []
  11. Le Petit Marseillais, 14 août 1929. []

Agnès Sandras

chargée de collections en histoire de France au département Philosophie, histoire, sciences de l'homme de la BnF (2012-2022). Chargée de la valorisation des collections patrimoniales de la BIU Santé Médecine (Odéon) depuis 2023, notamment de la bibliothèque numérique Medica.

More Posts

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search