Gallica pour les historiens (Partie II. Quelques conseils pratiques)

Dans un précédent billet, nous avons vu comment voyager des jours entiers grâce à Gallica et au blog Gallica … De ces périples, le gallicanaute aime à rapporter des souvenirs, voire à partager en direct les plus délicieuses de ses découvertes. Il peut souhaiter aussi revenir à des documents particulièrement intéressants. Ce billet se veut donc un guide pour aider les historiens et les férus d’histoire à tirer pleinement profit des fonctionnalités de Gallica.

Découvrir et lire un document
D’où vient-il ?

Passons aux travaux pratiques. Vous désiriez en savoir davantage sur la grisette vue par Louis Huart et Gavarni,  après avoir lu Alain Lescart, Splendeurs et misères de la grisette. Évolution d’une figure emblématique 1. En utilisant le mode d’emploi du précédent billet, vous avez localisé deux éditions numérisées d’ouvrages contenant dans leur titre « la grisette » et ayant pour auteur Louis Huart, illustrées par Gavarni.

Les données affichées à côté des images correspondant aux couvertures de ces livres vous permettent de constater que les titres  et les dates d’édition diffèrent. Pour en savoir plus, il faut cliquer sur l’icône des informations détaillées. Vous obtiendrez ainsi la notice complète : éditeur, localisation et cote du document, etc. À côté du nom de l’auteur, la mention Ne voir que les résultats de cet auteur vous permet d’obtenir tous les documents numérisés dans Gallica ayant le même auteur que l’ouvrage que vous êtes en train d’explorer (attention, n’oubliez pas que vous trouverez dans le catalogue général d’autres documents non numérisés).

À côté des informations détaillées, des icônes vous signalent des caractéristiques spécifiques de la numérisation du document.  Dans le cas ci-dessus, les icônes vous indiquent que l’édition de 1850 est numérisée en mode texte et qu’on peut l’écouter. La seconde édition date de 1841 : l’absence des icônes précédemment citées signifie que cette édition est numérisée en mode image et non pas en mode texte, vous ne pourrez donc ni y mener de recherche en mode texte ni l’écouter.

Pour le chercheur, les deux éditions ont leur intérêt. La première correspond à la vogue des des physiologies. La seconde est une réédition  dans une collection humoristique à bas prix, et les images  sont donc de plus piètre qualité que dans la première. Ainsi, on aura intérêt, après comparaison,  à utiliser la recherche plein texte de la seconde et  les images de la première (voir plus bas).

Comment le lire ?

Lorsque vous dénichez un document dans Gallica, il existe un certain nombre de fonctionnalités qui vous permettent de le lire dans de bonnes conditions. Vous avez par exemple découvert un manuscrit du Livre des propriétés des choses de Barthélémy l’Anglais, traduit par Jean Corbechon, enluminé par Évrard d’Espinques, et aux armes de Jean du Mas, seigneur de l’Isle, conseiller et chambellan du roi, mort en 1495. En cliquant sur la notice, vous obtenez des menus verticaux à gauche et à droite. Celui de droite vous permet de feuilleter le document en avant (>) et en arrière (<), de retourner directement au début ( =>) ou à d’aller à la fin (<=).

Au-dessous, s’affiche dans un rectangle la pagination ou la foliotation du document. En cliquant à droite de ce rectangle sur la petite flèche, vous obtiendrez la liste des pages avec éventuellement des mentions spécifiques comme page de garde, plat, dos, etc., et pourrez cliquer dessus. En passant la souris sur le rectangle, vous obtiendrez le n° de la vue correspondant à la page photographiée (ex. 594/808) que vous êtes en train de regarder. Vous pouvez le modifier  pour aboutir à une autre page dont vous connaissez le numéro.

Le menu de gauche donne accès à diverses fonctionnalités utiles pour la lecture :

  • informations détaillées (voir plus haut)
  • table des matières ou légende
  • mode d’affichage
  • zoom

Les fonctionnalités du mode d’affichage varient selon le type de document. On insistera ici sur les usages les plus courants.

Pour la commodité de lecture, les fonctionnalités proposent un affichage sur une page, deux pages à la fois ou en défilement vertical. La mosaïque est particulièrement utile pour repérer des illustrations. Imaginons que vous souhaitiez voir les miniatures d’ Évrard d’Espinques, sans plus vous intéresser au texte. Plutôt que de feuilleter une par une les 800 vues, vous pouvez opter pour le mode mosaïque, puis cliquer sur les vues ainsi repérées .
Certaines pages de presse, certaines images, certains manuscrits peuvent sembler difficiles à déchiffrer. Il faut utiliser la fonction zoom en cliquant sur la loupe à gauche  : elle fait apparaître les signes – (réduire) et + (agrandir). Il est aussi possible d’utiliser le clic droit sur la souris pour zoomer.
Enfin, les deux flèches de rotation permettent de mieux visualiser des documents présentant des particularités. Par exemple,  un auteur peut avoir ajouté des annotations à l’envers sur un feuillet. C’est le cas de Flaubert dans le manuscrit ci-dessous (image 1 de la galerie). En tournant le texte grâce à la flèche de rotation horaire puis en zoomant, il est plus facile de déchiffrer l’ajout (image 2).
=> cliquez sur les images ci-dessous pour mieux les visualiser
Partager vos trouvailles

Vous avez trouvé un document particulièrement intéressant comme cette gravure à l’eau-forte représentant L’attentat de Jean Chatel sur Henri IV et au fond le supplice de l’assassin, et vous souhaitez partager cette découverte. Dans la colonne de gauche, cliquez sur l’icône partage et envoi par courriel. Vous obtiendrez plusieurs fonctionnalités (voir capture d’écran ci-dessous).

La fonctionnalité copier le code pour intégrer vous permet d’insérer le document ou une partie du document dans une publication en ligne, comme un blog.

Vous pouvez également partager un document sur les réseaux sociaux, ou bien encore envoyer [le lien pérenne du document] par courriel.

Enregistrer vos découvertes
Plusieurs solutions sont à votre disposition pour enregistrer les documents qui vous intéressent.
Vous trouvez par exemple le Livre de thèmes latins de la main du roi Louis XIV, sous la direction de l’abbé de Beaumont, son précepteur, en 1647-1648 particulièrement fascinant ? En cliquant sur l’icône Télécharger dans la colonne de gauche, vous obtiendrez plusieurs possibilités (voir capture d’écran ci-dessous).
 

 

Vous pouvez soit enregistrer la totalité soit une partie des vues du document en PDF. Vous pouvez aussi charger une image JPEG correspondant à tout ou partie de la page visionnée.

Par exemple, vous menez une recherche sur les maisons de campagne au XIXe siècle, et vous avez repéré une illustration de Robida portant sur « les maisons de campagne des environs de Paris », datant de 1882 (image 1 de la galerie ci-dessous). Vous cliquez sur l’icône Télécharger dans la colonne de gauche, puis JPEG. Vous choisissez alors de télécharger Utilisez le curseur pour sélectionner dans l’image la zone souhaitée apparaît. En passant la souris sur l’image, vous obtenez le curseur et pouvez découper la partie de l’image qui vous intéresse (utilisez aussi éventuellement la fonction zoom).  Vous obtenez donc une partie de l’image à télécharger (image 2). En ouvrant ensuite le document obtenu  avec un logiciel de retouche photographique, vous pouvez le modifier à votre guise (image 3.).

Vous avez particulièrement goûté une des illustrations du Livre de la cité des dames de Christine de Pisan ?

Christine de Pisan, Le livre de la Cité des dames. Bibliothèque nationale de France, Département des manuscrits, Français 1177. Gallica (BnF).

Utilisez dans la colonne de gauche l’icône Partage et Envoi par courriel. Vous obtiendrez alors la fonctionnalité Conserver le permalien, qui vous permettra de choisir entre le lien pérenne de l’ensemble du document ou d’une des vues.

Dans un prochain billet, nous verrons comment rechercher dans Gallica des documents variés sur une thématique, ou sur des thématiques combinées, et comment trier les documents trouvés selon différents critères.

 

 

 

 

 

 

 

 

  1. Alain Lescart, Splendeurs et misères de la grisette. Évolution d’une figure emblématique,Paris, Honoré Champion, 2008. []

Agnès Sandras

chargée de collections en histoire de France au département Philosophie, histoire, sciences de l'homme

More Posts

3 réflexions sur « Gallica pour les historiens (Partie II. Quelques conseils pratiques) »

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.