7 septembre 1822 : l’indépendance du Brésil, une émancipation atypique 

Monnaie : Brésil, Empire du Brésil, Pierre II, empereur, 20 réis, 1869. Gallica, BnF

Découvert officiellement en avril 1500, par l’explorateur Pedro Álvares Cabral à la tête d’une flotte de treize navires, le Brésil, appelé à l’époque, « La Terre de la vraie Croix », devient pleinement une possession de la Couronne portugaise en 1522. Ce n’est que trois siècles plus tard, en 1822, que le « géant d’Amérique latine » parviendra à l’indépendance.

À l’aube du XIXe siècle, le Brésil est la plus prospère et la plus peuplée des colonies portugaises, avec environ 3 millions d’habitants.

Les circonstances de son indépendance, proclamée le 7 septembre 1822, ont été souvent qualifiées de « singulières » par les historiens. La plus saillante de toutes est sans doute le caractère plutôt pacifique  du changement politique, finalement provoqué par des dissensions au sein même de la royauté portugaise1. À l’occasion du bicentenaire de la proclamation de l’indépendance du Brésil, nous retracerons ici les étapes principales du processus d’indépendance ainsi que le contexte historique dans lequel il se déroula.

La remise en cause du système colonial

Frans Post (dit « le Canaletto du Brésil »), Moulin à sucre du Brésil, XVIIe siècle. Huile sur toile, Musée du Louvre (Peintures, inv. 1724 ; B 296).

Entre 1788 et 1802, des révoltes largement inspirées par les idéaux de la Révolution française éclatent au Brésil ; bien qu’elles soient d’importance et d’ampleur diverses et toutes vouées à l’échec, elles ont comme fil conducteur une remise en cause du système colonial.

Nous n’évoquerons ici que les trois principales.

1788-1789 : « L’Inconfidence minière » de Minas Gerais ou la conspiration de Tiradentes.

Depuis les années 1750, le déclin continu de la production aurifère plonge la région minière de Minas Gerais dans une grave crise économique2.

Pour pallier l’épuisement des gisements de surface, il devenait nécessaire de développer sur place des manufactures d’outils en fer, afin que les mineurs puissent atteindre les veines plus profondes. Mais la couronne portugaise, convaincue que la fraude était la véritable explication à la baisse du quinto annuel qui lui était dû3, dénonce une entorse au Pacte colonial4, et ordonne la levée d’une nouvelle taxe sur les producteurs eux-mêmes : la derrama. C’est en bonne partie contre cet impôt nouveau que s’organise une conspiration, avec pour figure de proue un sous-lieutenant de dragons, Joaquim José de Silva Xavier – dit « Tiradentes » en raison de ses activités occasionnelles de dentiste5.

Oscar Pereira da Silva, Tiradentes, 1922. Huile sur toile, Museu Paulista (wikimedia commons).

Le programme de la conspiration qui, derrière la figure de Tiradentes, rassemblait propriétaires de mines, magistrats, hommes d’affaires et ecclésiastiques, souvent lourdement endettés à l’égard du Trésor royal, suggère que les élites locales s’étaient éloignées de la Couronne. Elles envisageaient, en effet, une sécession de la capitainerie qui serait érigée en république, avec pour capitale São João d’el-Rei (bourgade dans le sud de Minas), et dotée d’un parlement et d’assemblées élues dans chaque ville. Toujours dans le sillon des idées propres à la Révolution française, d’autres mesures radicales étaient annoncées : un hôtel des monnaies serait créé ainsi que plusieurs manufactures, une fabrique de poudre, la production de diamants serait libéralisée et les esclaves de Minas Gerais seraient affranchis. Les citoyens s’organiseraient en milice (faute d’une armée permanente), les paroisses collecteraient les dîmes pour financer les hôpitaux et l’enseignement, enfin une université serait créée à Ouro Preto, qui était, au XVIIIe siècle, une des villes les plus riches et peuplée du Brésil. Le volet concernant l’instruction était significatif de cette volonté de rompre avec la métropole : le Brésil colonial, contrairement à l’Amérique espagnole, n’avait jamais eu ni imprimerie ni université ; les livres étaient imprimés au Portugal et les élites devaient se rendre à l’université de Coimbra, au nord de Lisbonne, pour étudier.

A map showing some of the chief auriferous deposits in the neighbourhood of Ouro Preto, années 1890. Gallica-Bnf (Cartes et plans, GE D-8841).

La trahison de l’un des conjurés fit échouer la conspiration : Tiradentes fut condamné à mort et les autres insurgés à la déportation perpétuelle.

1794 : Conspiration de Rio de Janeiro

À partir de 1794, sous l’impulsion du professeur de rhétorique Manuel Ignacio da Silva Alvarenga, des réunions nocturnes commencent à avoir lieu dans l’enceinte de l’Academia Cientifica de la capitale, connue également en tant que Sociedade Literaria6

« Dessein de la future Académie impériale des Beaux-Arts de Rio de Janeiro », in J. B. Debret, Voyage pittoresque et historique au Brésil, ou Séjour d’un artiste français au Brésil, depuis 1816 jusqu’en 1831 inclusivement, Paris, 1826, t. 3, pl. 41. Gallica-BnF (Estampes et photographie, Fol-UB-214)

Les réunions prenant une orientation de plus en plus politique et critiquant ouvertement la tutelle portugaise, l’Academia fut dénoncée et fermée. Cette contestation d’intellectuels, bien que moins ambitieuse dans ses buts que la conspiration de Tiradentes, témoigne néanmoins du mécontentement qui circulait dans les milieux lettrés de la capitale brésilienne. Il est d’ailleurs intéressant d’observer que l’un des accusés, Mariano José Pereira da Fonseca, marquis de Maricà, acquis aux idées des Lumières, adhérera plus tard au mouvement d’indépendance et deviendra sénateur et ministre du tout nouvel État brésilien.

1798 – La révolte de Bahia ou la conspiration des « tailleurs »

La sédition de Bahia, elle, est animée par des artisans tailleurs (alfaiates), mulâtres et noirs, auxquels s’agrègent des soldats sans emploi et des agriculteurs sans terre. La révolte est également connue comme « la revolta dos Franceses », en raison de son adhésion aux principes de la Révolution française.

Encore de nos jours, cette image est souvent reprise par les mouvements et associations contestataires brésiliens comme le Mouvement de Sans Terre, ou de défense des noirs tel que Geledés

En effet, Jean de Dieu et Tomàs Gonzaga, les plus actifs des insurgés, n’hésitent pas à appeler « le magnifique et puissant peuple bahianais républicain » à un soulèvement pour éliminer les notables, attaquer les monastères, ouvrir les prisons, supprimer les différences entre blancs, noirs ou mulâtres et, naturellement, abolir l’esclavage7.

H. Dias Tavares, Historia da sediçãointentada na Bahia em 1798 : “a Conspiração dos alfaiates”, São Paulo, 1975. BnF (16-PC-5225).

K. M. de Queirós Mattoso, Presença francesa no movimento democrático baiano de 1798, Bahia, 1969. Bnf (8-PC-3976)

Après plusieurs semaines de surveillance policière, les conjurés sont toutefois tous arrêtés et exécutés.C’est dans ce contexte historique où se mêlent des éléments fort divers – mécontentement politique de la population créole, volontiers hostile à la tutelle portugaise, lassitude d’hommes d’affaires à l’égard du Pacte colonial, aspiration des intellectuels à une libéralisation de la censure et les menaces d’émeutes sociales associées aux problèmes raciaux – qu’émerge l’esprit de rupture.

La rapide évolution de l’échiquier international entre 1807 et 1820 va précipiter la situation politique jusqu’à la proclamation de l’indépendance.

De la colonie à l’empire luso-brésilien

En 1807, l’invasion du Portugal par les troupes napoléoniennes, en rétorsion de son refus d’adhérer au blocus continental contre la Grande Bretagne8, provoque le départ immédiat du prince régent – fils de Marie Ière de Portugal et futur roi Jean (João) VI dit « Le Clément » – et de sa cour vers le Brésil, sous escorte navale britannique9.

Cette translation de la cour allait d’ailleurs être à l’origine de la future Bibliothèque nationale du Brésil, héritière de la précieuse collection de 70 000 ouvrages ainsi que d’un cabinet de curiosités que le régent fait expédier, à sa suite, à Rio de Janeiro.

Mary Graham, « [Le Palais royal de] San Cristovão », Journal of a voyage to Brazil and residence there during part of the years 1821, 1822,1823, Londres, 1824. Gallica-Bnf (4-Px-5).


Très rapidement, en 1808, le prince ouvre les principaux ports du Brésil au commerce extérieur et abolit par décret toutes les restrictions ou interdictions à l’exercice de l’activité industrielle au Brésil.

Décret d’ouverture des ports brésiliens aux nations amies, janvier 1808, signé de la main du prince-régent João VI. Biblioteca Digital da Fundação Biblioteca Nacional.

L’appareil de l’État central est copié sur celui du Portugal : Trésor royal, Tribunal suprême de Justice, Cour d’appel, Intendance générale de la Police, et une nouveauté : la Banque du Brésil. Le grand artisan de ces réformes, Don Rodrigo de Sousa Coutinho, comte de Linhares et secrétaire d’État, de la Guerre et des Affaires étrangères, est également le défenseur du traité de commerce et d’alliance signé en 1810 avec la puissance anglaise représentée par Lord Percy S. Strangford10.

Celui-ci, qui ne devait pas être revu avant 1825, loin d’être un facteur de développement réciproque met rapidement l’État luso-brésilien dans une position économique très défavorable et dans une nette dépendance militaire vis-à-vis de la Royal Navy dans la mesure où :

  • les marchandises britanniques bénéficiaient de taxes allégées, à hauteur de 15 % au lieu des 24 % prévus pour les autres nations ;
  • l’installation de négociants britanniques au Brésil était encouragée, alors même que les exportations de tabac et de sucre brésilien vers la Grande-Bretagne étaient interdites (le sucre des colonies anglaises entrait en franchise) ;
  • En revanche, le Portugal conservait la maîtrise du trafic négrier dans ses établissements d’Afrique, dont le port d’Ouidah, situé sur les terres du royaume du Dahomey – même si, « à terme », il promettait l’extinction progressive du commerce négrier, comme cela avait été fait en Grande Bretagne en 1807.

En cas de guerre :

  • le Portugal bénéficierait de la protection d’un corps d’armée britannique et aurait la garantie de l’appui diplomatique anglais lors des négociations pour le rétablissement de la paix ;
  • les navires de l’un ou de l’autre des pays contractants ne pourraient pas transporter les produits ou marchandises d’un pays ennemi de l’un d’entre eux ;
  • les navires britanniques pouvaient relâcher, sans limite de nombre, dans les ports luso-brésiliens.

J. Carneiro da Silva, Allégorie satyrique de Roi Georges III d’Angleterre et de João VI piétinant le Brésil, 1810. Biblioteca nacional de Portugal (E. 2210 V).

Le caractère manifestement inégal du traité s’explique, en partie, par l’accord tacite que les Britanniques avaient donné aux prétentions territoriales portugaises visant le nord du Brésil (Guyane française) et, au sud, le bassin du Rio de La Plata11. La diplomatie britannique devait appuyer également João VI de toute sa puissance de persuasion sur la métropole portugaise en cas de proclamation d’indépendance de la colonie.

Naissance du Royaume-Uni de Portugal, de Brésil et des Algarves

La libération de Lisbonne et la paix générale de 1814-1815 vont vite poser la question de nouvelles relations entre les deux parties de l’empire, alors que le Pacte colonial était définitivement aboli. Pour bien marquer le changement de statut de la colonie, et pour étouffer toute tentation indépendantiste, João VI s’empresse de proclamer, le 16 décembre 1815, le décret de fondation du « Royaume-Uni de Portugal, de Brésil et des Algarves » qui accordait une égalité parfaite entre les royaumes. Un drapeau devait représenter leur union et leur égalité en associant l’écu royal portugais à la sphère armillaire – symbole du Brésil depuis le XVIIe siècle.

« Bandeira portugueza, desde 1816 até 1825 (Reino unido de Portugal, Brasil e Algarves) », in Eduardo Prado, A bandeira nacional, São Paulo, 1903, pl. 1, fig. D. Biblioteca brasiliana Guita e Jose Mindlin.

Le prestige de ce nouveau royaume était en outre assuré par le mariage de l’héritier du trône, Dom Pedro avec une archiduchesse autrichienne, Marie-Léopoldine de Habsbourg-Lorraine, et par la composition d’un nouveau gouvernement qui allait s’atteler à l’intégration des deux continents sous l’œil vigilant de la Grande-Bretagne.

« Débarquement de la princesse Léopoldine », in J. B. Debret, Voyage pittoresque et historique au Brésil…, op. cit., t. 3, pl. 32. Gallica-BnF (Estampes et photographie, Fol-UB-214).

Ainsi, pour le portefeuille des Affaires étrangères et de la Guerre, João VI choisit-il un fidèle de l’alliance anglaise, Pedro de Sousa Holstein, comte de Palmela, ancien ministre à Londres et plénipotentiaire au Congrès de Vienne ; Don Marcus de Noronha da Costa, dernier vice-roi du Brésil, devenait secrétaire d’État, de la Marine et de l’Outre-Mer. Enfin, Tomàs Antonio de Vila Nova Portugal, juriste portugais, homme habile et distingué, était nommé secrétaire d’État du tout récent royaume, avec la tâche d’aplanir les difficultés entre les deux parties le composant et d’administrer le patrimoine de la maison de Bragance. Pour asseoir davantage son prestige, João VI projette même une expansion territoriale vers le sud, et plus précisément, vers le Rio de la Plata, zone de frontière stratégique dont les territoires tampon faisaient régulièrement l’objet de litiges entre l’Espagne et le Portugal depuis leur découverte par Juan Díaz de Solís en 1515-16.

Guillaume Sanson, Le Paraguay tiré des relations les plus récentes, Paris, 1668. Gallica-BnF (Cartes et plans, GE DD-2987 (9441)). De nombreuses cartes et illustrations sont consultables sur le portail France-Brésil et sur Gallica.

Ainsi est lancée, sans aucune concertation entre le Portugal et le Brésil, une campagne militaire qui aboutit à l’occupation des places fortes de la « Bande orientale » (futur Uruguay) dont la plus connue est sans doute Montevideo12 – en conséquence de quoi, le Portugal se trouva menacé d’une invasion espagnole. Le désintérêt de Rio de Janeiro pour la crise provoquée en Europe et l’intransigeance avec laquelle l’annexion de la « Bande Orientale » est officialisée sous le nom de Province cisplatine en 1821, témoigne de l’incompréhension croissante entre Rio et Lisbonne.

Développement économique et « question négrière »

Sur le plan économique et social, la Couronne déploie beaucoup d’énergie pour assurer le développement de ce nouveau royaume.

Le peuplement est accéléré par une politique d’immigration où les Portugais (beaucoup d’entre eux venant des Açores) s’ajoutaient aux immigrants étrangers. Don R. de Souza Coutinho, favorise l’arrivée d’un million de Chinois et, après le mariage princier entre Marie-Léopoldine et le prince héritier, le nombre des sujets provenant de l’empire d’Autriche augmente considérablement, inaugurant ainsi le flux germanique qui sera à la base du développement du Brésil du sud. La plus grande des colonies portugaises se confirme donc comme étant une colonie d’exploitation et de peuplement.

Le développement de l’agriculture est favorisé par des concessions de terres aux nouveaux arrivants ; cependant, comme auparavant en Europe, c’est dans le domaine des manufactures que la croissance est la plus spectaculaire. Don Rodrigo de Sousa Coutinho, qui a compris que l’accord commercial avec la Grande Bretagne fait du Brésil une sorte de colonie anglaise, favorise la naissance d’une industrie brésilienne. Ainsi des manufactures de coton, de laine et de soie sont-elles ouvertes pour transformer les matières premières locales, engendrant rapidement l’accroissement du commerce intérieur et extérieur.

Mais le développement de l’économie entraîne un accroissement considérable du trafic négrier. À partir de 1808, il connaît même des pics jamais atteints auparavant : les historiens estiment que pendant la décennie 1810, environ 250 000 esclaves noirs arrivèrent au Brésil13.

Mauricio Goulart, A escravidão africana no Brasil. Das origens à extinção do trafico, 1950. BnF (16 Pc-5112)

Or, la campagne pour l’abolition de la traite et de l’esclavage faisait rage en Angleterre, et l’opinion publique était de plus en plus sensible à cette cause. Certains journaux de voyage, tels que celui de Mary Graham (Lady Calcott), en sont un précieux témoignage14

L’image que Mary Graham, fait placer en regard de la page de titre de son Journal of a voyage to Brazil…, op. cit. est, significativement celle d’un «Slave market at Rio Janeiro», Gallica-Bnf (4-Px-5).

Un compromis fut trouvé : la traite légale se trouvait limitée aux seuls territoires portugais situés au sud de l’équateur, c’est-à-dire aux actuels Angola et Mozambique qui devinrent ainsi la principale source de main-d’œuvre servile du Brésil. Ce n’est certainement pas un hasard si l’une des plus importantes révoltes antimonarchiques et anticoloniales de cette période eut lieu à Pernambouc, capitainerie qui abritait l’un de plus importants marchés d’esclaves du Brésil.

Mary Graham, « Gate and slave market at Pernambuco », Journal of a voyage to Brazil…, op. cit. Gallica-Bnf (4-Px-5).

Les noirs étaient destinés à travailler sur les terres sucrières parmi les plus fertiles du Brésil, et par conséquent, les plus riches. La bourgeoisie créole de Recife, comme celle de tout le Nordeste, se révolte contre la ponction fiscale imposée par la Couronne, établie à Rio de Janeiro (Sudeste), et proclame la République le 6 mars 1817. Une Constitution – largement inspirée par les idées libérales de loges maçonniques liées à Londres et Paris – est adoptée. Toutefois, ne recevant aucun appui extérieur, la République s’éteint après une courte vie de 64 jours. Cette révolte, aux traits nettement sécessionistes, bien que limitée dans le temps et l’espace, est un signe précurseur des pulsions fédéralistes qui ponctueront l’histoire du Brésil au XIXe siècle15

Vers l’indépendance

En 1820, deux événements internes au Portugal vont accélérer l’émancipation du Brésil : le souvenir de la révolution libérale espagnole de Cadix de 1812 qui a imposé une Constitution au roi Ferdinand VII, et la révolte préparée par la société secrète du Sinédrio dont les principaux représentants sont Manuel Fernandes Tomás et José da Silva Carvalho.

Portrait de Manuel Fernandes Tomás et page du volume de Os heroes de 1820 qui lui est consacré (n° 1 de la série). Biblioteca nacional de Portugal (E. 263 V. et H.G. 7963 A.).

Cette société, née à Porto, était composée de petits propriétaires, commerçants et intellectuels portugais, auxquels s’ajoutèrent par la suite des centaines de militaires. Il n’est pas surprenant que la révolte se soit formée dans le grand port du Nord du royaume : sa bourgeoisie commerçante – largement appauvrie par le traité commercial anglo-portugais de 1810 – et ses élites intellectuelles s’étaient montrées particulièrement sensibles aux idéaux de la Révolution française, au point qu’on qualifia le mouvement de afrancesamiento de la vie sociale et culturelle de Porto16.

Cependant, le Sinédrio ne visait pas l’instauration d’une république mais le retour du roi au Portugal. Les élites espéraient obtenir de lui, à l’instar d’autres monarques européens, une constitution parlementaire et libérale qui permettrait de retrouver la fierté d’antan, ainsi que les profits ayant fait la gloire de la métropole. Mais il s’agissait aussi de clarifier les règles de fonctionnement de l’empire et les rapports entre ses principales composantes. Car pendant que le roi se trouvait à Rio, une junte régentait le Portugal en son nom à Lisbonne ; officiellement désignée par le monarque, elle était en réalité sous la coupe de Sir William Carr Beresford, ex-commandant de l’armée anglo-portugaise aux côtés de Wellington, promu maréchal par João VI.

La révolution libérale de Porto du 24 août 1820, fait vite des émules au Paraná, comme à Rio et à Bahia. Le roi João VI, ne pouvant plus tergiverser, prend la décision de rentrer à Lisbonne tout en instituant un conseil de régence pour le Brésil, placé sous l’autorité de son fils Dom Pedro, héritier de la Couronne. Celui-ci, surnommé le Brésilien, fait naître de véritables espoirs de progrès car il va essayer de concilier la tradition monarchique et les valeurs libérales. Sur les conseils du savant et futur ministre de l’Intérieur, José Boniface de Andrade e Silva, il approuve l’élection d’un conseil de députés des provinces destiné à donner au pays un centre commun d’union et d’intérêts réciproques. Des journaux officiels tels que le Reverbero Constitucional Fluminense répercutent cette « effervescence » libérale.

Revue Reverbero Constitucional Fluminenese. BnF (2007-81977)

Le régent approuve également la convocation d’une Assemblée générale constituante et législative élue, signant par là même, bien qu’indirectement, la rupture de fait avec le Portugal. Dans ce contexte de forte tension institutionnelle, les événements se précipitent et se chevauchent. Effaçant d’un trait tous les organes établis à Rio depuis 1808, les Cortès de Lisbonne refusent la solution fédéraliste, prenant pour acquise la soumission de la colonie. Elles exigent également le retour de Dom Pedro en métropole, sous peine d’être accusé de crime de lèse-patrie. En inversant une seconde fois la relation entre le Portugal et le Brésil, la révolution libérale de 1820 rétablit ainsi un rapport de dépendance entre la métropole et sa colonie. Pris entre l’ultimatum de Lisbonne et la campagne en faveur de son maintien au Brésil, largement soutenue par l’élite de Coimbra17 et les élites créoles qui craignaient une révolution des esclaves comme celle d’Haïti de 1791, Dom Pedro, chevauchant le long du fleuve Ipiranga, lance son célèbre cri (janvier 1822):

« Fico !» (Je reste !) puisque c’est pour le bien de tous, dites au peuple que je reste »

Auquel il ajouta, le 7 septembre 1822 :

Brésiliens, à partir d’aujourd’hui, notre devise sera l’indépendance ou la mort ! »

Pedro Américo, Independência ou Morte, 1888. Huile sur toile, Museu Paulista (wikimedia commons).

C’est sur ce cri que la séparation entre le régent de la colonie et les institutions de la métropole, est définitivement consommée et que le nouvel État du Brésil voit le jour le 7 septembre 1822. Dans l’après-midi même du 7 septembre, le peintre Jean-Baptiste Debret, qui fait partie de la mission artistique française au Brésil, arrivée en 1816, dessine un drapeau associant le vert de la maison de Bragance et le jaune des Habsbourg, appelés à devenir les couleurs nationales18.

« Drapeau et pavillon brésiliens », in J. B. Debret, Voyage pittoresque et historique au Brésil…, op. cit., t. 3, pl. 29. Gallica-BnF (Estampes et photographie, Fol-UB-214)

Le 1er décembre, dans la chapelle impériale de Rio de Janeiro, Dom Pedro est sacré empereur sous le nom de Pierre (Pedro) Ier.

L’empire du Brésil était né19.

« Cérémonie de sacre de D. Pedro Ier, empereur du Brésil », in J. B. Debret, Voyage pittoresque et historique au Brésil…, op. cit., t. 3, pl. 48. Gallica-BnF (Estampes et photographie, Fol-UB-214)

Voir aussi :

 

Citer ce billet : Emanuela Prosdotti, "7 septembre 1822 : l’indépendance du Brésil, une émancipation atypique ," in L'Histoire à la BnF, 07/09/2022, https://histoirebnf.hypotheses.org/17315, [consulté le 04/10/2022].

 

  1. Le qualificatif de « atypique » est notamment utilisé par B. Bennassar dans l’ouvrage de B. Bennassar et R. Marin, Histoire du Brésil : 1500-2000, Paris, Pluriel, 2014. Parmi les publications les plus récentes sur l’histoire du Brésil et le processus de son indépendance, citons également A. Slémian et J. Paulo Pimenta, Naissance politique du Brésil : origines de l’Etatet de la nation, 1808-1825, L’Harmattan, 2019 ; A. Enders, Histoire duBrésil, Paris, Chandaigne, 2016 ; M. Faure, Une histoire du Brésil : naissance d’une nation, Paris, Perrin, 2016 ; A. da Costa e Silva (dir.), Historia doBrasil naçao : 1808-2010, Fundacio Mapfre/Objetiva, 2011-2015, vol. 1 « Crise colonial e independência, 1808-1830 » ; A. Lopez et C. G. Mota Historia do Brasil. Uma interpretaçao, Sao Paulo, Senac, 2008 []
  2. La ville-capitainerie fut fondée en 1709 avec le nom de Minas de Ouro. Elle prit le nom de Minas Gerais en 1720. Au début du XVIIIe siècle, la ruée vers l’or engendra l’arrivée de nombreux bandeirantes, aventuriers qui pénétraient dans les terres des indiens Tupis à la recherche d’or et d’esclaves. La création d’une capitainerie aida à mettre fin aux nombreux conflits entre les chercheurs d’or. []
  3. Le quinto était l’impôt d’un cinquième de la production minière que les exploitants devaient verser à la Couronne []
  4. Le système du Pacte colonial est souvent décrit comme un synonyme du régime de l’Exclusif. En réalité, l’Exclusif colonial était un régime d’échange imposé par les pays européens à leurs colonies au XVIIe siècle, selon lequel la colonie ne pouvait importer que des produits provenant de la métropole tandis qu’elle ne doit exporter que vers celle-ci. Le Pacte colonial, de son côté, visait plutôt à confiner la colonie dans une sorte de spécialisation productive. Voir R. Vainfas (dir.), Dicionàrio do Brasil colonial (1500-1808), Objetiva, 2000, vol. I, p. 442 ; C. Liauzu (dir.), Dictionnaire de la colonisation française, Larousse, 2007, p. 282 []
  5. Tiradentes est inscrit dans le panthéon des héros de la nation. En son honneur, le 21 avril, jour de son exécution, a été déclaré jour férié et fête nationale dans tout le Brésil depuis 1965. Le palais de l’Assemblée législative de Rio de Janeiro est également appelé « Palais Tiradentes ». []
  6. Le régent et futur roi João VI était pleinement conscient de la nécessité de faire de Rio de Janeiro, fermée aux influences étrangères depuis deux siècles, une capitale culturellement attractive pour susciter le désir de s’y installer et faire souche. Par ailleurs, son approche très pragmatique des sciences devait l’amener à favoriser les missions scientifiques et artistiques que de nombreux pays européens projetaient organiser pour découvrir le Brésil et, par conséquent, ses richesses naturelles. Sur le développement de la culture humaniste et scientifique au Brésil. Voir J. Carlos de Oliveira, D. João VI, adorador do Deus das ciências? : a constituição da cultura científica no Brasil (1808-1821), Editora E-paper, 2005. Aperçu en ligne  sur google books []
  7. L’historien L. H. Dias Tavares, a longuement étudié cette période historique. Son ouvrage Historia da sedição intentada na Bahia em 1798 : “a Conspiração dos alfaiates”, São Paulo, 1975, demeure un classique de la période. L’historienne K. M. de Queiros Mattoso, quant à elle, a étudié l’influence des idées des Lumières françaises sur le mouvement républicain de 1798. Plus récemment, l’historienne brésilienne Patricia Valim a consacrée une thèse à ce sujet. []
  8. En 1806, pour tenter de ruiner la Grande Bretagne, Napoléon Ier, instaure un blocus continental qui prend fin en avril 1814, avec sa première abdication []
  9. Le transfert de la cour portugaise au Brésil avait déjà été envisagé lors de plusieurs crises de l’histoire du royaume, notamment après la mort sans héritier d’Henri Ier de Portugal, en 1580, et lors de la Guerre de restauration de l’indépendance, quand la France retira son soutien aux Portugais en négociant les traités de traité de Westphalie (1648). []
  10. Treaty of Amity Commerce and Navigation between His Britannic Majesty and his Royal Highness The Prince regent of Portugal. L’exemplaire de la Chambre britannique des Communes est numérisé. []
  11. Les termes du traité sont largement discutés dans l’ouvrage de B. Bennassar et M. Richard, Histoire du Brésil, Pluriel, 2014, partie 2, chapitres II et III. []
  12. On avait coutume d’appeler « Bande orientale » les territoires les plus à l’est du Rio Uruguay []
  13. d’après Mauricio Goulart, Escravidãoafricana no Brasil, das origens à extinção do tráfico, São Paolo, 1950 []
  14. Lady Calcott était très proche des régents portugais mais également de l’amiral et homme politique anglais Thomas Cochrane, position qui lui permit d’accéder aux lieux du pouvoir.  Voir l’article de Anyda Marchant, « The Captain’s Widow: Maria Graham and the Independence of South America », The Americas, vol. 20, n° 2 (1963), pages 127-142 []
  15. Celia Freire A. Fonseca, « L’idée républicaine au Brésil », Annales historiques de la Révolution française, n° 298 (1994). Nous signalons également le témoignage oculaire du marchand français, Louis-François de Tollenare, contenu dans ses Notes dominicales, et l’article Léon Bourdon, « Un Français au Brésil à la veille de l’indépendance : Louis-François de Tollenare, 1816-1818 », Revue Caravelle, n° 1 (1963). []
  16. Le terme espagnol, est utilisé également pour le Portugal []
  17. Du XVIe au XIXe siècle, l’université de Coimbra est le principal lieu de formation des classes dirigeantes portugaises. L’étude de l’historien Nuno Gonçalo Monteiro en propose une synthèse dans le chapitre « Les élites urbaines au Portugal et au Brésil, 1640-1820 », dans L. Coste (dir.), Liens de sang, liens de pouvoir : les élites dirigeantes urbaines en Europe occidentale et dans les colonies européennes. Fin XVe-fin XIXe siècle, Rennes, PUR, 2010, p. 73-94 []
  18. Plus tard, à l’avènement de la république, on affirmera que le vert symbolise la forêt amazonienne et que le jaune renvoie à l’or du Minas. Voir Michel Faure, Une histoire du Brésil : naissance d’une nation, Paris, Perrin, 2016, p. 157 []
  19. Le Royaume du Portugal ne reconnaîtra l’indépendance de l’ancienne colonie qu’en 1825, par le Traité de Rio de Janeiro signé sous l’égide de la Grande Bretagne. []

Emanuela Prosdotti

Chargée de collections en histoire de l'Italie, de la péninsule ibérique et de l'Amérique latine au département Philosophie, histoire, sciences de l'homme

More Posts


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search