Gallica pour les historiens (Partie III. Les recherches plus complexes)

Dans les précédents billets portant sur Gallica et les historiens, nous avons flâné (partie I), découvert des itinéraires, feuilleté des pages et des pages, mené des recherches simples et enregistré leurs résultats (partie II). Forts de ces rudiments, nous pouvons désormais mener des recherches plus complexes.

Trucs et astuces pour rechercher une phrase, une expression, un événement, un phénomène …

  George Sand et Victor Hugo : bonnes ou mauvaises lectures ?

Dans un texte de 1860, vous lisez le paragraphe suivant :

Il n’est plus permis d’en douter, la question des bonnes et des mauvaises lectures est l’une des questions capitales de l’époque. Tout le monde aujourd’hui sait lire et veut lire. L’institutrice de la génération nouvelle, c’est la presse1.

Vous vous demandez s’il est vrai que « la question des bonnes et des mauvaises lectures » a agité le Second Empire.  Vous allez donc rechercher l’expression « mauvaises lectures » dans Gallica entre 1852 et 18702. Dans le bandeau du haut, vous cliquez sur Recherche avancée. Par défaut la recherche avancée est proposée avec les champs auteur, titre et table des matières. Vous pouvez ensuite faire apparaître d’autres champs en cliquant sur les flèches et sur les signes + (Voir la capture d’écran ci-dessous. Si vous avez des difficultés à visualiser ces captures, utilisez le menu en haut à droite de votre écran pour obtenir un zoom.).  La recherche sera alors menée, toujours par défaut, dans l’ensemble des documents, quelles que soient leur nature, la date, la langue, etc.

Pour la recherche qui nous occupe, on va donc sélectionner le champ Texte et indiquer, bien entre guillemets « mauvaises lectures », puis préciser dans le champ Par année d’édition « de 1852 à 1870 », et cliquer en haut sur le pavé Lancer la recherche.

On obtient actuellement 213 résultats triés par défaut Par pertinence, c’est-à dire 213 documents comportant l’expression « mauvaises lectures », triés du plus pertinent (le plus proche de la demande) au moins pertinent sur 15 pages (on peut modifier le nombre de résultats par page tout en haut à droite). Si l’on veut visualiser commodément les résultats, on peut dans le cadre Affiner de la colonne de gauche répéter l’expression recherchée, toujours entre guillemets. Les premiers résultats apparaîtront alors surlignés en jaune pour chaque document (voir capture d’écran ci-dessous). Dans la colonne de gauche sont indiqués les critères de la recherche initiale et le nouveau filtre.

 

Voyons maintenant comment utiliser les résultats obtenus. Faites défiler la page grâce à l’ascenseur tout à droite et arrêtez-vous au résultat La Semaine des familles. Si vous cliquez sur sa couverture, vous obtiendrez immédiatement les différents numéros de ce périodique contenant l’expression exacte « mauvaises lectures » entre 1852 et 1870, classés par pertinence (vous pouvez aussi les obtenir en cliquant sur Voir les numéros correspondant à la recherche).

Tout en haut à gauche, le fil d’Ariane vous rappelle les étapes de votre recherche,  le titre du document que vous avez sélectionné et le nombre de résultats associés. En cliquant sur ce fil d’Ariane vous pouvez revenir sans encombre aux différentes étapes précédentes (voir capture d’écran ci-dessous).

Retournons aux résultats que vous avez triés par dates d’édition. Pour chaque document (ou partie de document, ou numéro pour la presse, etc.), vous obtenez les extraits des pages où se trouvent le mot ou l’expression recherchée. En cliquant sur ces extraits vous aboutissez aux pages concernées. Le fil d’Ariane en haut à gauche vous permet toujours de rebrousser chemin, et le surlignage en jaune vous aide à identifier l’expression que vous recherchiez. Vous pouvez alors télécharger la page qui vous intéresse, la découper, etc. (voir billet II).

Extrait de Nathaniel, « Chronique », La Semaine des familles, 26 septembre 1863. Gallica (BnF).

Si La Semaine des familles vous paraît particulièrement intéressante (voir copie d’écran ci-dessus), vous pouvez cliquer sur Voir tous les numéros  (sous-entendu du document). Attention, vous abandonnez alors la recherche de l’expression « mauvaises lectures », mais vous pourrez la reprendre en suivant le fil d’Ariane. Revenons-y d’ailleurs et affinons encore notre recherche. Si nous souhaitons savoir si dans l’ensemble des documents contenant l’expression « mauvaises lectures », entre 1852 et 1870, certains évoquent Sand, on peut encore affiner (colonne de gauche) en tapant dans le cadre Sand. Attention, les résultats obtenus portent sur les pages contenant  mauvaises lectures et/ou Sand. Il faut examiner les extraits pour trouver les pages contenant à la fois des références aux mauvaises lectures et à George Sand. Lorsque vous trouvez un extrait répondant à ces critères, cliquez dessus pour obtenir la page dans laquelle il se trouve (voir captures d’écran ci-dessous : zoom sur la liste des résultats ; page de l’extrait retenu).

Armand de Pontmartin, Les brûleurs de temples. Paris, Michel Lévy frères, 1863. Gallica (BnF).

 

Mais d’où viennent les ours mal léchés ?
Benjamin Rabier, Paquet, petit ours mal léché. Paris, Garnier frères, 1931. Gallica (BnF).

Autre exemple, vous vous demandez d’où provient l’expression « ours mal léché », et si elle est employée depuis longtemps3. Vous pouvez, entre autres nombreuses possibilités, mener la Recherche avancée suivante :

– champ Texte : « ours mal léché » (bien entre guillemets) / champ Titre : dictionnaire

Vous trouverez dans l’extrait ci-dessous un exemple des résultats ainsi obtenus.

Dictionnaire de locutions proverbiales. Tome 2 / L.-M.-E. Grandjean ; ouvrage publié par les soins de la municipalité de la ville de Toulon (Var) Auteur : Grandjean, Louis-Marius-Eugène. Auteur du texte Éditeur : impr. de R. Liautaud (Toulon) Date d’édition : 1899. Gallica (BnF).

Dans cet exemple, est évoquée une fable de La Fontaine. Vous pouvez la rechercher dans Gallica de la manière suivante : Recherche avancée / Auteur : La Fontaine/ Texte : ours amateur jardins/ Affiner: « l’ours et l’amateur des jardins » (bien entre guillemets).  Si vous optez pour la Recherche avancée /  Auteur : La Fontaine/ Texte : ours mal léché / Affiner : « ours mal léché », vous obtiendrez des réponses  portant sur des fables différentes, La Fontaine ayant employé cette expression  à plusieurs reprises.

 

Trucs et astuces pour rechercher des images

Les aéroplanes sages et moins sages de l’imagerie d’Épinal

Vous souhaitez savoir si les premiers avions ont été représentés dans les images d’Épinal ? Une Recherche avancée dans les Images avec dans le champ Tout : avion Épinal, puis un tri par date d’édition suffira à vous renseigner, car les images dont le thème principal est les aéroplanes ont été indexées avec le mot Sujet avion. Vous auriez pu mener une Recherche avancée en réfléchissant aux mots employés à l’époque et à un éditeur connu d’images d’Épinal4 :

  • Champ 1 : Tout/ Aéroplane
  • Champ 2 : Éditeur : Pellerin
  • Type de documents : Images
  • Dates : 1910 à 1914

=> Pour bien visualiser les images de la galerie ci-dessous, cliquer sur chaque image.

Les dragons des enluminures

Vous recherchez une iconographie du dragon au Moyen Âge5. L’effet est garanti6 ! Vous pouvez procéder de la manière suivante : rechercher le mot dragon puis trier dans la colonne de gauche par Type de documents et par Date d’édition. En sélectionnant images et XVe siècle, on obtient actuellement 12 images du XVe siècle numérisées contenant dans leur notice le mot dragon (voir capture d’écran ci-dessous).

Les résultats obtenus ne vous satisfont pas ?  Plutôt par exemple qu’une pièce de monnaie, vous espériez  des documents enluminés?

Demi-angelot. Autorité émettrice de monnaie : Louis XI (roi de France ; 1423-1483). Date d’édition : 1467. BnF (Gallica)

Il vous faut penser au fait que les enluminures se trouvent dans les manuscrits, et modifier vos Filtres dans la colonne de gauche. Fermez en cliquant sur la croix à côté de chaque Filtre qui ne vous intéresse plus (ici image et XVe siècle) et choisissez comme Type de documents, manuscritsPuis dans Date d’édition, cliquez sur les siècles qui vous intéressent.

Si vous choisissez le XIIe siècle et, par exemple, dans les documents obtenus le Gratianus, Decretum ; Magister Rolandus, Glossae in Decretum Gratiani ; Nicolaus Maniacutius, Versus ad incorrupta pontificum nomina conservanda, vous allez constater que ce manuscrit n’est numérisé qu’en mode image. Vous ne pouvez mener de recherche plein texte dans le manuscrit (voir billet  I), alors que vous l’avez pourtant obtenu en menant une recherche sur un mot. Cela signifie que le mot dragon est en revanche présent dans la Notice du document. En effet, les notices de certains documents, comme les manuscrits enluminés, peuvent être détaillées. Ouvrez la notice grâce à l’icône Informations détaillées en haut à gauche. Cliquez sur les signes + pour déplier totalement cette notice et trouver ce qui vous intéresse.

=> Astuce: utilisez la combinaison des touches CTRL + F de votre clavier pour mener votre recherche dans la notice. Quand la fenêtre de recherche s’ouvre, tapez le mot dragon. Vous obtiendrez les occurrences du mot dragon dans la notice avec l’indication des feuillets correspondants. Il ne vous reste plus qu’à faire défiler en bas à droite de l’écran les numéros des vues /feuillets pour obtenir la page qui vous intéresse, cliquer et zoomer sur la miniature (voir capture d’écran  ci-dessous).

Il vous est alors possible de constituer un corpus d’enluminures du Moyen Âge mettant en scène des dragons, pour étudier par exemple comment la représentation du dragon varie au cours des siècles.

=> Cliquez sur les images de la galerie.

Le père littéraire de Rocambole

Dans les recueils de photographies, la recherche est légèrement différente. Ainsi, si vous recherchez une image du Vicomte Ponson du Terrail, le père de Rocambole, vous obtenez actuellement en triant par images 28 résultats. Vous décidez de consulter le Figaro-Album. Photographies de différents personnages français appartenant à la politique, aux arts, aux sciences, au théâtre, etc. Ici aussi la recherche plein texte n’est pas possible. En revanche, les Légendes (icône dans la colonne de gauche) vous donnent accès à la liste des photographies, et vous triez rapidement grâce au cadre Rechercher dans les légendes. Cliquez dans cette liste des Légendes sur la ou les légendes dont le mot surligné correspond au mot que vous recherchez. Le mode Affichage / Mosaïque fera alors apparaître la vue que vous recherchez (voir capture d’écran ci-dessous). En passant la souris sur l’image souhaitée, vous l’obtenez agrandie, et pouvez cliquer dessus pour zoomer, la télécharger, etc. (voir billet II).

Figaro-Album. Photographies de différents personnages français appartenant à la politique, aux arts, aux sciences, au théâtre, etc. Gallica (BnF)

 

Combiner les trucs et astuces pour construire une recherche fouillée

Compléter des lectures : exemple, Mélusine serpente ou dragon ?
[Raymond épie sa femme par un trou qu’il a pratiqué dans la porte]. Le roman de Mélusine, ou « la noble histoire de Lusegnen », par « Jehan d’Arras ». Gallica (BnF).

Vous vouliez savoir si Mélusine s’est transformée en  serpente, en sirène ou en dragon après l’indiscrétion de son époux Raymond ? Vous avez lu en ligne ces quatre recherches académiques7 :

Ces quatre articles vous ont donné envie de feuilleter les manuscrits médiévaux cités par les auteurs et d’en savoir plus sur l’évolution de la légende de Mélusine au cours des âges. Vous comptez donc sur Gallica pour vous documenter.

Pour trouver les manuscrits, vous allez taper Mélusine dans le cadre de recherche en haut de la page Gallica, et cliquer à gauche sur la flèche à côté de Tout Gallica pour faire apparaître Manuscrits  et lancer la recherche en cliquant à droite du cadre sur la loupe (Vous pouvez aussi passer par Recherche Avancée / Champ : Tout / Type de document : Manuscrits). Vous triez ensuite les 22 manuscrits obtenus par date d’édition.

Pour trouver les miniatures, vous devrez ensuite adapter votre méthode à la description du document :

  • si la notice est détaillée (voir plus haut) : recherche dans la notice
  • si une table des légendes (voir plus haut) a été dressée : recherche dans cette table
  • si le document ne dispose ni d’une notice détaillée ni d’une table des légendes, recherche des miniatures grâce à l’AffichageMosaïque (voir billet II)

Enfin, les auteurs cités plus haut ayant pris soin de citer exactement la provenance des documents, vous pouvez rechercher directement les manuscrits en question. Par exemple, avec la référence « Coudrette, Le Roman de Mélusine, BnF, ms. fr. 12575 », vous allez recopier ms. fr. 12575   dans le cadre de recherche en haut de la page Gallica, et cliquer à gauche sur la flèche à côté de Tout Gallica pour faire apparaître Manuscrits et lancer la recherche en cliquant à droite du cadre sur la loupe (voir capture d’écran ci-dessous).

Vous trouverez dans la galerie ci-dessous trois exemples de Mélusine désormais métamorphosée en dragon, quittant le château de Lusignan, ou y revenant la nuit pour allaiter son dernier-né.

=> Cliquez sur les images de la galerie.

 

Vous vous demandez si l’iconographie de Mélusine fait l’objet de recherches depuis longtemps ? Ici aussi Gallica peut vous aider8 si vous réfléchissez suffisamment aux termes de votre recherche. Par exemple :

  • la recherche avancée de l’expression « représentations de Mélusine » ramène 6 résultats desquels il faudra retrancher des spectacles ayant pour titre Mélusine
  • la recherche avancée de l’expression « iconographie de Mélusine » ramène 4 résultats

Ces résultats sont complémentaires. Ils montrent une curiosité certaine des sociétés savantes pour les représentations de Mélusine au XIXe siècle et au début du XXe siècle. On lira par exemple ici la recension des images de Mélusine publiée  en 1882 dans les Mémoires de la Société de statistique du département des Deux-Sèvres.

Vous pourrez également mener une étude comparative de la façon dont la légende de Mélusine est rapportée selon les types de documents et les époques. On appréciera par exemple ici la façon dont Melle Emma Faucon raconte la légende aux enfants dans son Grand alphabet féerique, choix de contes nouveaux (1860) …

Un porteur d’eau bonapartiste ?

En feuilletant les numéros de  L’Éclipse de 1876, vous vous demandez comment interpréter le dessin ci-dessous …

Une recherche avec le mot « bonaporteurdeau » ne donne aucun résultat  dans Gallica …9. Mais vous pouvez mener une enquête à partir des éléments textuels et iconiques, en vous aidant de Gallica :

  • dans « bonaporteurdeau », on identifie Bonaparte et porteur d’eau
  • « nous auchi j’on vota » se traduit facilement par « moi aussi j’ai voté »
  • la scène se situe à l’octroi de Riom, donc en Auvergne
  • le personnage est habillé en paysan (sabots, gilet, etc.), et parle patois. Sa peau est noircie
  • l’oiseau est un aigle

En menant la Recherche avancée : Champ 1: Texte :  « porteur d’eau »/ Champ 2 : Texte : auvergne, vous aboutissez à différents extraits qui mettent en scène les migrations des Auvergnats vers Paris au XIXe siècle pour devenir porteurs d’eau, marchands de parapluie, marchands de charbon, etc. Le personnage reproduit est donc la représentation stéréotypée de l’Auvergnat au XIXe siècle, noirci du charbon qu’il transporte, parlant encore le patois10.

Une recherche sur les élections en mars 1876 (date de publication du dessin), vous indique qu’il s’agit d’élections législatives. Vous menez donc la Recherche avancée : champ 1 : texte : élections Riom/ Type de documents : presse. Une fenêtre s’ouvre et vous propose de préciser vos bornes chronologiques, vous  indiquez donc du 01/03/1876 au 31/03/1876. Vous obtenez plusieurs résultats indiquant l’élection de M. Rouher à Riom.

Annales du Sénat et de la Chambre des députés , 10 mars 1876. Gallica (BnF).

 

Vous découvrirez en poursuivant cette enquête dans Gallica qu’Eugène Rouher, pilier du Second Empire, est en conflit avec Napoléon-Jérôme Bonaparte en 1876, et pourrez vous lancer dans une interprétation du dessin … Voici en attendant ce qu’en disait Charles Fontane  dans Un maître de la caricature – And. Gill : 1840 – 1885   :

En commentaire des dernières élections. Fantaisie à la manière des ombres chinoises, représentant un compatriote de M. Rouher donnant la becquée à un aiglon11.

Quand le vocable de Pré-Maudit éveille des idées de meurtre : d’un gardien de police suspecté de crimes en série à une ogresse

Un article dans La Presse du 16 mai 1921 sur les changements des noms de rues à Paris vous intrigue :

On s’est déjà élevé contre une tendance qui gagne, de proche en proche, et risque de faire disparaître d’intéressants points de l’histoire de Paris. Il s’agit de la manie de changer les noms des rues de la capitale.

Parfois, certes, cette modification a des raisons que l’on peut prendre en considération mais souvent elle n’a d’autres motifs que des sentiments d’une susceptibilité peut-être excessive.

Ainsi les habitants de la rue du Pré-Maudit n’ont-ils pas obtenu le changement de ce vocable et aujourd’hui cette voie n’a gardé de son ancien nom que la première partie et s’appelle, tout court, rue du Pré.

A disparu de la sorte ce nom qui  « avait une allure sinistre et éveillait des idées de  meurtre ».

Or, des recherches auxquelles s’est livré M. Lucien Lambeau, le distingué membre de la Commission du. Vieux-Paris, l’origine de ce nom Pré-Maudit ne semble nullement être celle que l’on pensait. Le lieudit Pré-Maudit, sur lequel fut tracé plus tard la rue, était un terrain de cultures dépendant de la seigneurie de la chapelle Saint-Denis et devait sa dénomination à une personne de la localité dont le nom fut dénaturé par la suite et devint l’expression de terreur que l’on a condamnée ((« En changeant les noms des rues, on détruit l’histoire de Paris », La Presse, 16 mai 1921.)).

Vous décidez d’en savoir plus sur l’histoire de la rue du Pré-Maudit et les raisons qui ont poussé les habitants à demander un changement de dénomination. Vous commencez par le plus facile, en recherchant « Commission du Vieux-Paris », et en affinant avec Et contient « pré maudit » (vous pouvez aussi mener une recherche simple avec quelques mots repérés dans le texte ci-dessus : lucien lambeau pré maudit). Vous retrouvez grâce à cette recherche la communication de Lucien Lambeau devant la Commission du Vieux-Paris le 15 mai 1921, et vous apprenez que ce sont les habitants eux-mêmes qui, en 1920, ont demandé le changement du nom de leur rue  au motif  qu’il a des allures sinistres et éveille des idées de meurtre.

Vous décidez de vérifier s’il s’agit d’une susceptibilité excessive, comme le laisse entendre l’entrefilet de La Presse,  ou si les habitants ont été traumatisés par des faits-divers … Vous menez les recherches suivantes :

  • « rue du pré maudit » / affiner : assassin
  • « rue du pré maudit »/ affiner : meurtre

Les résultats sont éloquents ! Deux meurtriers ont particulièrement fait parler de cette rue. Le premier, en septembre 1879, a dissimulé dans les égouts soixante-dix-sept paquets contenant une partie des restes d’un homme préalablement écorché. L’assassin, Victor-Joseph Prévost, est un ancien boucher devenu gardien de police. Il avoue bientôt avoir tué son ancienne maîtresse, et on le soupçonne d’une série de meurtres12.

 

 

 

 

Le cadavre de la rue du Pré-Maudit : arrestation de l’assassin (nouveaux détails). Paris, Maison Aubert, 1880.

 

Quant à « l’ogresse du Pré-Maudit », on la connaît mieux sous le nom de « l’ogresse de la Goutte d’Or ». Cette femme, responsable de la mort d’une dizaine d’enfants qu’elle a étouffés, a débuté ses crimes dans la rue du Pré-Maudit13.

L’ogresse du Pré-Maudit : 7 enfants étranglés et étouffés par l’horrible mégère Jeannne Weber. Paris, L. Hayard ,1908. Gallica (BnF).

Si vous classez chronologiquement les documents contenant « rue du pré maudit », vous constatez que les habitants de ladite rue ont pétitionné au moins à trois reprises, s’attirant à chaque fois les moqueries de la presse. Si la mémoire locale est marquée par les événements passés récents, il n’en est pas de même de celle des journalistes, lesquels croient dénoncer des superstitions, et s’arrogent la préservation du long terme …

Eugène Duclay, « Les noms des rues« , Gil Blas, 2 mars 1909.

Mais où se trouvait cette fameuse rue ? Là encore, les documents classés par ordre chronologique vont vous donner la solution. Cette rue appartenait à la commune de La Chapelle14. Elle est en grande partie supprimée pour établir la gare de marchandises des Chemins de fer du Nord (ligne de Petite Ceinture) et devient l’impasse du Pré maudit, bientôt intégrée au XVIIIe arrondissement parisien par un décret de 186315.

Nomenclature des rues, boulevards, quais, impasses, passages, monuments de la ville de Paris… par Félix et Louis Lazare. Paris, 1860. Gallica (BnF)
Nomenclature des voies publiques et privées dressée sous la direction de M. Bouvard,… / par M. Beck,… . Paris, Chaix, 1898. Gallica (BnF)

La rue du Pré Maudit gagne sa réputation littéraire dans le feuilleton Milord l’Arsouille :

Enfin le fugitif atteignit une espèce de petite rue qui existe encore aujourd’hui et qui, située non loin des fortifications, porte le nom sinistre de « rue du Pré-Maudit ».

D’où vient cette étiquette de mauvais augure ?

Les étymologistes ne le savent guère, et nous ne le savons pas plus qu’eux.

Est-ce à cause de quelque aventure sombre, à cause de quelque crime commis jadis dans ces parages, que la susdite rue s’appelle ainsi ?

Est-ce tout simplement parce que les chardons seuls et les ronces s’obstinent à pousser sur ce terrain ?

Nous l’ignorons.

Quoi qu’il en soit, à l’époque de notre récit, une espèce de cabaret borgne s’élevait à l’extrémité de ce chemin, et ce bouge n’avait pas une réputation tout à fait irréprochable16.

Enfin, à défaut de clichés de la rue du Pré Maudit, on trouvera dans Gallica plusieurs photographies de la rue de la Chapelle d’où partait la rue du Pré Maudit.

« Cour, rue de la Chapelle, 98« , 1888. [Recueil de photographies. Le Vieux Montmartre, 1852-1890] / Henri Daudet. Société d’histoire et d’archéologie Le vieux Montmartre (Paris). Gallica (BnF).
Une dernière astuce

Une dernière astuce peut vous être utile. Vous avez mené des recherches il y a quelques mois, et désirez savoir si de nouveaux documents évoquant la même personne, le même lieu, etc., ont été numérisés depuis ? Faites la même recherche et triez vos résultats par Date de mise en ligne. Par exemple, si vous avez mené des recherches il y a un an sur « le sacre de Louis XIV », vous découvrirez de nouveaux documents (voir capture d’écran ci-dessous). Vous trouverez la Date de mise en ligne précise des documents dans les Informations détaillées des documents (voir billet I).

 

Conclusion : en avant pour  Gallica Studio !

Vous souhaitez valoriser et partager les informations découvertes ?

Créez votre EPUB (livre électronique) enrichi avec des images et du son !

Ou bien encore testez le nouveau moteur de recherche iconographique GallicaPix avec  les images de 14-18 !

Attention, vous êtes parti une fois encore pour un long voyage de Gallicanaute historien … ci-dessous un exemple de résultat avec la recherche « chat » !

« Une recrue du 10ème bataillon de fusiliers de Northumberland cousant ses boutons sur son épaule et un chat (mascotte du 10ème bataillon) ». Agence Roll, 1914. Gallica (BnF).

 

Citer ce billet : Agnès Sandras, "Gallica pour les historiens (Partie III. Les recherches plus complexes)," in L'Histoire à la BnF, 02/03/2018, https://histoirebnf.hypotheses.org/1811, [consulté le 19/08/2018].

 

 

 

 

  1. Histoire de l’œuvre des bonnes lectures pour la jeunesse (Courrier de la jeunesse, Arc-en-ciel, etc.) dans vingt-cinq diocèses et spécialement dans les diocèses de Bayeux et d’Evreux. Paris, imp. de Morris, 1860. Page 2. []
  2. NB. Il va de soi que vous devrez nuancer les résultats obtenus, car tous les documents portant sur cette question ne sont pas forcément numérisés dans Gallica. []
  3. Il va de soi qu’il faudrait aussi mener des recherches ailleurs que dans Gallica. []
  4. Rappels méthodologiques : tout ne peut être indexé dans une image. Si l’image numérisée contient un aéroplane mais que ce n’est pas un de ses  thèmes principaux, vous ne l’obtiendrez pas. Enfin, bien sûr, toutes les images d’Épinal ne sont pas obligatoirement numérisées dans Gallica. Le Musée de l’image d’Épinal a également mis en ligne une partie de ses collections, voir ici. []
  5. N’oubliez pas de vous servir de la base Mandragore de la BnF et du dossier de presse autour de l’Exposition bestiaire médiéval de la BnF; de la base Enluminures ; de la base Liber Floridus. []
  6. Voir Quand les Gallicanautes rient d’une enluminure médiévale. Pour les tout petits, l’application Fabricabrac pour tablettes iPad. []
  7. Vous compléterez ces lectures en utilisant la bibliographie sur Mélusine mise en ligne par la Société de Mythologie française. []
  8. Rappelons-le, de manière non exhaustive ! []
  9. En effet L’Éclipse est numérisée en mode image (voir billet I). Vous ne trouverez donc pas cette image en cherchant « bonaporteurdeau » []
  10. Voir par exemple le personnage du porteur d’eau dans Le Misanthrope et l’Auvergnat, pièce de Labiche qui connaît un énorme succès au XIXe siècle. []
  11. Charles Fontane, Un maître de la caricature – And. Gill : 1840 – 1885, vol.  2. Paris, Editions de l’ibis, 1927. []
  12. Pour en savoir plus, on pourra entre autres : lire en ligne : Jean-Marc Berlière, « La cervelle du gardien de la paix », Criminocorpus,  mis en ligne le 01 janvier 2009; écouter Bruno Fuligni, auteur de  Souvenirs de police : La France des faits-divers et du crime vue par des policiers (1800 – 1939), dans l’émission « L’heure du crime » (RTL), évoquer en 2016  « Victor Prévost le gardien de la paix assassin » . []
  13. Voir entre autres la notice qui lui est consacrée sur Wikipédia et donne une bibliographie, et le site Criminicorpus []
  14. Voir sur le site des Archives de Paris : le cadastre révisé des communes annexées (1830-1850) – La Chapelle Saint-Denis section C dite de l’Eglise []
  15. Voir sur le site des Archives de Paris : le Plan parcellaire municipal de Paris (fin XIXe) -71e quartier – Goutte d’Or. []
  16. Léon Beauvallet, Milord l’Arsouille, in Les Feuilletons du dimanche, vers 1878. []

Agnès Sandras

chargée de collections en histoire de France au département Philosophie, histoire, sciences de l'homme

More Posts

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.