L’École de la IIIe République, par et pour elle-même: les Mémoires et documents du Musée pédagogique

Une acquisition de la bibliothèque du Musée pédagogique..., Mémoires et documents scolaires ; fasc. n° 2(1885), BnF, 8-R-6879 (2)

Les lois scolaires de la fin du XIXe siècle constituent en France les repères historiques de la mise en place de l’École Républicaine. Néanmoins, si ces lois représentent indéniablement un moment fort de l’histoire scolaire française, il ne faut pas sous-estimer les différents processus qui se sont joués tout au long du XIXe siècle en contribuant à la fois au développement d’un État enseignant en France mais également à l’émergence d’une École en charge de l’enracinement de la République. À la fin du XIXe siècle on assista progressivement à la montée en puissance d’un appareil scolaire autonome et sécularisé, véritable « machine » complexe constituée par différentes « pièces » distinctes. L’École avec un grand « É » commençait alors à avoir ses propres règles et certifications. S’autonomisant de l’Église et de la religion, elle avait dorénavant ses propres locaux, ses propres corps professionnels et programmes (avec des contenus à transmettre différents de la culture religieuse). Pour cela, elle put s’appuyer sur des institutions qui furent à cette époque qualifiées d’« auxiliaires » (Martel, 1889). Entre les instances purement administratives ou politiques et les lieux d’enseignement, on trouvait des institutions, d’apparence secondaire, mais qui jouèrent en réalité un rôle essentiel dans l’autonomie de l’appareil scolaire et la recherche d’actions éducatives plus efficaces. C’est dans ce contexte que l’on peut comprendre la singularité de l’émergence du Musée pédagogique en France et l’intérêt des documents qui y étaient conservés.

L’École par elle-même

Dans les enjeux initiaux du Musée Pédagogique, la conservation du patrimoine1 de l’éducation était un aspect important. Si le directeur de l’enseignement primaire Ferdinand Buisson se prononça pour l’ouverture d’un musée pédagogique de qualité, c’est Jules Ferry qui créa, par le décret du 13 mars 1879, un musée pédagogique et une bibliothèque centrale de l’enseignement primaire se composant de plusieurs collections, de matériel scolaire, de documents historiques et statistiques, de livres de classes, relatifs à la France, mais également à l’étranger (ibid., p.9).

Cette autonomisation de l’appareil scolaire dans son fonctionnement institutionnel et dans sa réalité matérielle s’est amplifiée par la propre production de l’appareil scolaire sur lui-même et les appareils scolaires des autres États-Nations. Cette production était assumée à la fin du XIXe siècle par le Musée pédagogique national qui comprenait un dépôt important de documents historiques et statistiques (Martel, 1889, p.128). Le Musée pédagogique avait également des correspondants qu’il s’évertuait à informer et à faire dialoguer à travers la Revue pédagogique, un périodique mensuel2.

Cette revue fut d’autant plus utile que la conjoncture scolaire s’était accompagnée d’une série impressionnante de décrets, d’arrêtés ou de textes officiels. Aussi les publications du Musée pédagogique avaient cette fonction de réunir et faire circuler les documents officiels, mais également les productions les plus à mêmes à renseigner les travailleurs de l’enseignement, et plus particulièrement sur le contexte de l’instruction primaire.

Les Mémoires et documents scolaires du Musée pédagogique se déclinaient en six catégories : « les documents relatifs aux lois et débats parlementaires ; les documents administratifs d’ordre général ou plus spécifiques ; les directions pédagogiques pour l’enseignement des différentes matières du programme ; les documents historiques ; les catalogues ; les variétés scientifiques, littéraires et grammaticales » (Beurier, 1889, p.36). Au sujet du Musée pédagogique, on peut parler d’une œuvre qui se distinguait par un « caractère historique » (car elle recense et classe des documents originaux), un « caractère théorique » (elle permet des « études désintéressées » sur des problèmes liés à l’éducation) et un « caractère pratique » (elle vise à « améliorer l’avenir ») (ibid., p.37).  Entre 1885 et 1892, 120 fascicules furent édités (cf. en annexe) ; une collection de ces documents est conservée à la Bibliothèque Nationale de France (BnF) et a fait récemment l’objet d’un processus de numérisation pour la bibliothèque numérique Gallica3.

Pour les chercheurs contemporains, ces documents sont particulièrement instructifs. Ils renseignent tout d’abord sur la législation scolaire, un des aspects majeurs de l’œuvre républicaine scolaire. Citons notamment Décrets, arrêtés, circulaires et décisions ministérielles pour l’application de la loi du 30 octobre 1886 et des règlements organiques du 18 janvier 1887, Lois et règlements scolaires de l’Algérie ou encore Lois et règlements organiques de l’enseignement primaire.

Parmi les fascicules édités, on retrouve également des ressources sur les programmes : Règlements et programmes d’études des écoles normales d’instituteurs et des écoles normales d’institutrices ainsi que Programmes généraux des écoles manuelles d’apprentissage. D’autres fascicules compilent les textes réglementaires autour de sujets et thématiques en lien avec une épreuve ou un aspect du travail scolaire.

On peut aussi mentionner quelques enquêtes et essais : La philosophie et l’éducation ; Descartes et le XVIIIe siècle, Questions historiques et Histoire de l’écriture.

Dans de nombreux fascicules, les lecteurs contemporains pourront trouver des éléments statistiques. Il s’agit de statistiques produites par l’institution sur elle-même, ce ne sont donc pas des données « brutes » sur le système éducatif de la fin du XIXe siècle4. Néanmoins, ces documents sont particulièrement utiles pour comprendre une cartographie et un point de vue. Cartographie de l’empreinte républicaine sur l’appareil scolaire, son développement, et point de vue d’un ensemble d’acteurs scolaires au sujet du rôle que devait jouer l’École Républicaine sur le territoire français. À cet égard, plusieurs fascicules méritent sans doute qu’on s’y attarde davantage. Tout d’abord, le fascicule Situation scolaire des départements français en 1878 et 1888 (1889), puisqu’il constitue une prise de pouls du développement de l’enseignement primaire publique entre l’année 1878 et l’année 1888, mais également du poids du livre dans ces processus. D’après ce travail, les conditions de scolarisation républicaine et de développement de l’instruction primaire apparaissaient très inégales selon les territoires et on peut observer les flux considérables de livres qui accompagnaient ces synergies scolaires républicaines. Ensuite, le fascicule Livres scolaires en usage dans les écoles primaires (1889), car ce type de production permet d’avoir un aperçu du niveau de diffusion des manuels tout en faisant émerger une liste précise des livres en usage avec le nom de leur(s) auteur(s). Enfin, le fascicule L’instruction primaire dans les colonies françaises (1889), dans lequel Frank Puaux (1844-1922) faisait le point sur l’instruction primaire dans les colonies françaises. Dans ce fascicule, le lecteur peut se faire une idée du développement de la scolarisation dans les colonies à la fin du XIXe siècle et de la multitude d’ébauches d’appareils scolaires qui préexistaient sur certains territoires, qui étaient non seulement aux mains de plusieurs congrégations mais surtout liés à des enjeux locaux complexes5.

L’École pour elle-même

Cette auto-présentation de l’École républicaine se connectait à différentes actions dont l’objectif commun était d’être utile à l’École elle-même et à son implantation dans la société française. Dans l’histoire du Musée pédagogique, il ne s’agissait pas seulement que l’École rende compte d’elle-même par ses propres agents, il était également question d’entretenir la spécificité de l’École et d’améliorer le travail des enseignants. Cette création actait l’autonomie de l’appareil scolaire tout en la rendant possible puisque le Musée communiquait sur les propres règles et spécificités institutionnelles de l’École et faisait circuler des travaux sur la singularité de l’action éducative. Le Musée pédagogique avait également un autre rôle, tout aussi important, car il faisait office de lieu de préparation et de perfectionnement professionnel. Envisagé comme le regroupement d’un musée, d’une bibliothèque et d’une collection d’archives historiques et statistiques, le Musée pédagogique était originellement destiné à devenir une « sorte de [Conservatoire National des Arts et Métiers] de l’éducation » (Poucet, 2020, p.76).

Rétrospectivement, on pourrait dire que le Musée pédagogique permettait aux enseignants de devenir « eux-mêmes », ou en tout cas ce qu’on attendait d’eux : des enseignants dévoués à leur mission et s’engageant à se perfectionner. Les expositions scolaires, les bibliothèques scolaires ou les musées pédagogiques existaient en Europe depuis le milieu du XIXe siècle et leur ambition initiale était de rendre disponibles, pour les instituteurs et les personnes intéressées par l’enseignement, des collections de livres, d’instruments scientifiques, du mobilier scolaire, afin de favoriser les études de pédagogie comparée, de faire connaître les meilleures méthodes et participer à l’amélioration des écoles et des classes (Beurier, 1889, p.5). Le musée national français consacré aux questions éducatives regroupait des objets se rapportant à l’instruction primaire, mais ne s’y réduisait pas. De la même manière, il n’était pas simplement un lieu de conservation, il revendiquait de mettre en activité. Comme l’écrivait Beurier :

Il ne se contente pas de renseigner, il enseigne ; il ne lui suffit pas de tenir la liste des travaux faits, il en suscite de nouveaux ; et, pour donner l’exemple, c’est bien le moins qu’il en fasse lui-même et qu’il se serve de ses ressources pour étendre son action dans toute la France, et au-delà, par ses propres publications (ibid., pp.7-8).

Loin de se cantonner à un rôle d’exposition permanente, la Musée pédagogique ambitionnait d’être un centre vivant, proposant des expositions, des cours et des conférences. Les premières collections furent fournies par l’Exposition universelle de 1878 et furent placées au Palais-Bourbon, puis dans un établissement municipal rue Lhomond. Il faut se rappeler ici que les expositions universelles accueillaient en effet depuis l’exposition de Londres de 1862 de vastes sections dédiées à l’éducation, qui permettaient de comparer les innovations pédagogiques dans différents pays. L’État acheta de nombreux ouvrages pour la bibliothèque ainsi constituée et une bibliothèque circulante fut mise en place afin d’aider notamment à la préparation des candidats au professorat et à l’inspection6. Ces premières acquisitions nécessitèrent de trouver un local plus approprié, c’est ainsi que le Musée pédagogique s’installa rue Gay-Lussac à Paris. À force de sollicitations et de réaménagements, le musée avait pu occuper une trentaine de salles remplies de livres et de documents imprimés, faisant office de laboratoires, conservant les collections scientifiques, ou consacrées au dessin, à la géographie, au travail manuel ou au mobilier scolaire (ibid., p.11). La bibliothèque centrale se constituait à la fin du XIXe siècle de neuf bibliothèques spécifiques : la bibliothèque Rapet, la bibliothèque générale, la réserve, la bibliothèque circulante7, la bibliothèque récréative8, la collection des documents administratifs, la bibliothèque des doubles et celles des cahiers d’élèves (p.15). En 1899, la bibliothèque générale comprenait 21 414 ouvrages ou documents catalogués et la bibliothèque centrale de l’enseignement primaire regroupait environ 50 000 volumes.

Comme l’affirmait Beurier : « Le Musée pédagogique n’est pas un simple conservatoire, c’est surtout un centre d’action et d’impulsion » (ibid., p.22). Il faut ici souligner la contribution du musée à la réforme de l’enseignement scientifique dans les écoles normales. Dans le cadre d’une montée en puissance de l’enseignement des sciences de plus en plus perçu comme un enseignement devant être au primaire « intuitif, inductif et actif » (Kahn, 2010, p.347), il fallait permettre aux écoles de se munir d’un outillage suffisant pour développer ce type d’enseignements9.

Une commission des sciences fut ainsi instituée au Musée pédagogique par l’arrêté du 17 avril 1879. Un second arrêté, en date du 10 août 1879, nomma une commission d’enquête chargée de la visite des écoles normales au point de vue de l’enseignement scientifique et qui devait présenter un rapport au Ministère. L’enjeu était double : faire l’état des lieux de l’enseignement des sciences physiques et naturelles dans les écoles normales, inventorier les instruments et collections qu’il serait nécessaire de placer dans les écoles normales et primaires supérieures. Un rapport en date du 2 avril 1880 concernant le personnel, l’organisation de l’enseignement scientifique, les méthodes, les travaux d’élèves, les programmes, les collections et le contrôle fut remis au Ministère. En retour, des catalogues relatifs au matériel nécessaire à chaque discipline fut mis en place au Musée. Lieu de coordination et de concertation, le Musée cherchait également à contribuer à la préparation du certificat d’aptitude pédagogique. Avec la loi du 30 octobre 1886, ce diplôme était nécessaire pour obtenir la titularisation des adjoints des écoles publiques. Pour préparer les candidats, le Musée pédagogique mit en place des conférences. À la fin de l’année 1887, une autre série de conférences fut créée, notamment dans le cadre de la préparation au professorat dans les écoles normales et primaires supérieures pour l’ordre des lettres (ibid., pp.28-29).

Le Musée pédagogique, les bibliothèques, les conférences et les musées scolaires : développer l’instruction et la pédagogie

Conserver, connaître, communiquer, former, telles pouvaient être les fonctions du musée pédagogique et la nature de sa contribution à l’appareil scolaire. Ces processus concentrés sur un lieu parisien mais à vocation nationale cherchant à diffuser sur le territoire constituaient en fait la face émergée d’une logique d’autonomisation et de patrimonialisation de la culture scolaire qui était également active sur les territoires, ce qui contribua à la clôture de l’école sur elle-même. L’École était dorénavant un lieu spécifique, avec un matériel tout aussi singulier, avec des objets permettant de progresser dans des disciplines en lien avec des savoirs particuliers. Dans ce contexte, le Musée pédagogique avait un rôle primordial à jouer, mais celui-ci était à relier aux actions en jeu dans d’autres institutions et dispositifs, comme les bibliothèques, les conférences et les musées scolaires.

Au sein du Musée pédagogique et en lien avec cette institution, il ne s’agissait pas seulement d’un processus de patrimonialisation de l’éducation scolaire, mais d’un dispositif complexe devant contribuer à l’émergence, au perfectionnement et au rayonnement de l’appareil scolaire en mettant en contact les travailleurs et les spécialistes de cette institution. Ce dispositif s’ancrait dans une conjoncture propice à l’instruction et à la diffusion de l’écrit. En effet, l’essor des bibliothèques ajouté au développement des pratiques de consommation culturelle donna à l’imprimé un rôle inédit dans la société française. Le Musée pédagogique prit ainsi place dans un ensemble de réseaux et de possibilités de documentation et de mises à disposition de livres : les bibliothèques communales, généralement installées à la mairie, ou d’un local en lien avec la ville ; les bibliothèques scolaires, créées par l’arrêté ministériel du 1er juin 1862 qui prescrivait la présence d’une bibliothèque scolaire par école primaire publique10 ; et les bibliothèques pédagogiques, destinées aux instituteurs11. Dans cette conjoncture valorisant l’instruction (notamment du peuple), la singularité du Musée pédagogique était de contribuer à l’instruction des travailleurs de l’enseignement eux-mêmes (et en particulier ceux destinés à œuvrer dans le primaire).

Parmi les autres « auxiliaires de l’école12» contribuant à la diffusion de l’instruction (Martel, 1889, p.116) et à la montée en puissance de l’appareil scolaire, on pouvait trouver également les conférences pédagogiques. Le raisonnement justifiant ces conférences était le suivant : « Il ne serait pas bon que chaque maître s’isolât dans son école » (id.). Il s’agissait de contribuer au perfectionnement pédagogique des instituteurs mais aussi à la structuration de leur communauté :

En se rapprochant périodiquement, ils n’apprennent pas seulement à discuter en commun les questions de méthode, les points de doctrine, les procédés et les livres, tous les détails de l’organisation scolaire : ils y trouvent par surcroît l’occasion de nouer ensemble de bonnes relations de confraternité et de multiplier leurs rapports avec leurs chefs hiérarchiques, c’est-à-dire de créer entre eux librement cette communauté d’esprit et cette solidarité professionnelle qui fait la puissance et la dignité du corps enseignant  (ibid., pp.116-117).

Ces conférences étaient obligatoires pour les instituteurs titulaires ou adjoints, et les institutrices. Il était possible d’en permettre l’accès aux membres de l’enseignement privé. Elles étaient organisées au niveau académique et elles devaient « ne traiter que des matières de pédagogie théorique et pratique ». La liste des questions à débattre était envoyée par les instituteurs et l’inspecteur d’académie choisissait les sujets de chaque session. Lors de la première quinzaine de juillet avait lieu une conférence spéciale pour arrêter la liste des livres en usage et la transmettre à l’inspecteur d’académie.

Cette préparation des enseignants, via le Musée pédagogique, les bibliothèques et les conférences, se dédoublait ainsi d’une volonté de faire évoluer la pédagogie, notamment par les musées scolaires. À la fin du XIXe siècle, l’idée de « musée scolaire » commençait en effet à circuler dans les esprits : s’il s’agissait de créer du patrimoine, il fallait également rendre possible l’enseignement et l’appropriation par les élèves. G. Serrurier, directeur d’école au Havre, écrivait : « La place du musée est dans l’école, au même titre que la bibliothèque scolaire » (1889, p.70). Mais, en tant qu’ils désignaient « l’ensemble des objets usuels, naturels et fabriqués, destinés à donner aux enfants des idées nettes, exactes, sur tout ce que les entoure », les musées scolaires pouvaient être considérés comme « les auxiliaires indispensables des leçons de choses » (1889, p.1). L’idée de « musée scolaire » était donc traversée de part en part par la pédagogie et les enjeux de savoirs : « Une école possède donc réellement le musée scolaire quand elle contient, dans des proportions suffisantes, des collections d’objets classés avec méthode et répondant aux besoins de son enseignement » (ibid., p.2). Quelques collections existaient dans les écoles avant les années 1880, mais elles ne pouvaient réellement constituer des musées scolaires à proprement parler, ces derniers ayant comme objectif le développement de toutes les facultés de l’enfant. Les leçons de choses, dont l’enjeu pédagogique consistait à partir de l’environnement concret de l’enfant pour l’amener peu à peu à des notions plus complexes, devaient dorénavant être le quotidien de l’enseignement primaire. Les collections des musées scolaires permettaient dans un premier temps l’observation, la prise en main, la manipulation, mais dans un deuxième temps, la réflexion, le raisonnement et la volonté. Leurs objectifs étaient « d’éveiller l’esprit d’observation de l’enfant, de lui donner des notions exactes sur l’ensemble des connaissances usuelles et de faire aimer l’enseignement » (ibid.p.21). Comment cela pouvait-il se dérouler concrètement ? Idéalement, le musée scolaire devait être créé par le maître, aidé de ses élèves et des amis de l’école (ibid.p.37), et trouver sa place dans l’école, avec un mobilier fourni par la commune. À la portée du maître, le musée pouvait être complété au gré des échanges ou des achats, mais devait avoir comme ambition de « donner aux élèves un enseignement plus intuitif et partant plus profitable » (ibid., p.66). Cette dimension muséale devait aussi concerner les écoles normales et permettre aux élèves-maîtres de développer des recherches.

La France et les autres pays

Au terme de cet article se pose une question : le Musée pédagogique est-il une spécificité française ? En France, le Musée pédagogique réalisait une vieille idée exprimée dès le début du XIXe siècle par Marc-Antoine Jullien (1775-1848) qui envisageait un institut normal d’éducation avec une bibliothèque centrale de l’enseignement public, puis par Philibert Pompée (1809-1874), Jules Simon (1814-1896) ou Bardoux demandant la création d’un institut pédagogique universel ou un bureau d’éducation (Beurier, 1889, p.8). En réalité, cette nouveauté n’était pas propre à la France, car la plupart des systèmes éducatifs nationaux s’étaient dotés de ce type d’institution (Fontaine et Matasci, 2015). En effet, les défis rencontrés étaient souvent les mêmes : scolariser en masse, préparer des acteurs économiques compétents et reproduire les élites dans un contexte global d’industrialisation (ibid., p.67). Cette concurrence nécessitait d’être attentif aux expérimentations et aux innovations menées en dehors des frontières pour chercher à se les réapproprier. Le développement des musées pédagogiques nationaux s’inscrivait dans le développement des expositions universelles, grand messes de l’industrialisation et du développement économique et lieux symboliques de la gigantesque concurrence entre États engagés alors dans la mise en scène de leur croissance respective.

Loin d’être une atypie française, le Musée pédagogique avait vocation également à ne pas rester centré sur le contexte national. En 1932, c’est au sein du Musée pédagogique que fut instauré un Centre national de documentation pédagogique à la suite des recommandations du Comité d’experts de la Société des Nations13.

Qu’est devenue cette institution par la suite ? L’idée d’un centre de ressources à l’usage des éducateurs s’imposa progressivement et le Musée pédagogique devint en 1936, par décision de Jean Zay, le Centre National de Documentation Pédagogique (CNDP). Une circulaire ministérielle datant du 24 août 1945 permit la création de Centres Régionaux de Documentation Pédagogique14. Par la suite émergeaient l’Institut Pédagogique National (IPN), puis de nouveau le Centre National de Documentation Pédagogique (CNDP) (devenu depuis Canopé) et l’Institut National de Recherche Pédagogique (INRP devenu depuis Institut Français d’Éducation). Au fil des années, la dénomination « Musée pédagogique » disparut (arrêté du 27 février 1950) mais un Musée de l’Enseignement français émergea pour prolonger cette première expérience muséale, qui devint par la suite le Musée national de l’éducation (MUNAE), qui comprend actuellement près 950 000 pièces relatives à l’histoire de l’éducation.

Références bibliographiques

Beurier, M. A. (1889). Le musée pédagogique et la bibliothèque centrale de l’enseignement primaire.  Paris : Imprimerie Nationale.

Fontaine, A. et Matasci, D. (2015). Centraliser, exposer, diffuser : les musées pédagogiques et la circulation des savoirs scolaires en Europe (1850‑1900). Revue germanique internationale, 21, 65-78.

Isaac, J. (1935). Le Musée pédagogique et les relations internationales. Fonds Jules Isaac.

Kahn, P. (2010). L’enseignement des sciences. In F. Jacquet-Francillon, R. d’Enfert et L. Loeffel, (dir.), Une histoire de l’école, p.343-349. Paris : Retz.

Luc, J.-N. (1985). La statistique de l’enseignement primaire 19e-20e siècles. Politique et mode d’emploi. Paris : INRP.

Martel, F. (1889). Législation et réglementation de l’enseignement primaire. Paris : Imprimerie Nationale.

Martinez, J.-M. (2019). L’enseignement des sciences et de l’agriculture dans les écoles normales d’instituteurs de l’académie de Montpellier (1880-1905). Histoire de l’éducation, 152, 11-35.

Pellisson, M. (1911). Musée pédagogique. In F. Buisson, (dir.), Nouveau dictionnaire de pédagogie et d’instruction primaire. Paris : Hachette. Musées pédagogiques (inrp.fr)

Poucet, B. (2020). Quelle histoire de l’éducation ? Dossiers des sciences de l’éducation, 42, 71-88.

Riondet, X. (2020). L’Institut international de coopération intellectuelle : comment promouvoir un enseignement répondant à l’idéal internationaliste (1931-1937) ?  Relations internationales183/3, 77-93.

Serrurier, G. (1889). Les musées scolaires. Paris : Imprimerie Nationale.

Annexe

Liste complète des 120 fascicules : Cote 8-R-6879, département Philosophie Histoire Sciences de l’homme, BnF.

  1. La loi sur l’organisation de l’enseignement primaire (1882-1884)
  2. Une acquisition de la bibliothèque du Musée pédagogique : Dialogus Jacobi Fabri Stapulensis in phisicam introductionem. Introductio in phisicam Aristotelis
  3. Répertoire des ouvrages périodiques du XVIe siècle
  4. L’enseignement expérimental des sciences à l’école normale et à l’école primaire
  5. Compte rendu du Congrès international d’instituteurs et d’institutrices tenu au Havre du 6 au 10 septembre 1885
  6. Règlements et programmes d’études des écoles normales d’instituteurs et des écoles normales d’institutrices
  7. Schola aquitanica : Programme d’études du collège de Guyenne au XVIe siècle
  8. Instruction spéciale sur l’enseignement du travail manuel dans les écoles normales d’instituteurs et les écoles primaires élémentaires et supérieures
  9. Projet d’instruction pour l’installation d’écoles enfantines modèles
  10. La loi sur l’organisation de l’enseignement primaire (1886). Recueil de documents parlementaires relatifs à la discussion de cette loi au Sénat (1ère délibération)
  11. La loi sur l’organisation de l’enseignement primaire (1886) Recueil de documents parlementaires relatifs à la discussion de cette loi au Sénat (2ème délibération)
  12. La philosophie et l’éducation
  13. Conférence sur l’histoire de l’art et de l’ornement
  14. L’enseignement manuel et professionnel en Allemagne et dans les pays du Nord
  15. Les boursiers de l’enseignement primaire
  16. Ecoles d’enseignement primaire supérieur
  17. Rapport sur l’instruction publique à l’exposition universelle de la Nouvelle-Orléans
  18. La loi sur l’organisation de l’enseignement primaire (1886). Recueil de documents parlementaires relatifs à la discussion de cette loi à la Chambre des députés
  19. Les colonies de vacances. Mémoire historique et statistique
  20. Règlements organiques de l’enseignement primaire. Session de décembre 1886-janvier 1887 du Conseil supérieur de l’instruction publique
  21. Bibliothèques scolaires. Catalogue d’ouvrages de lecture
  22. Catalogue des bibliothèques pédagogiques
  23. Catalogue des lectures récréatives pour les veillées de l’école et de la famille
  24. Catalogue des périodiques scolaires français et étrangers
  25. Résumé du Répertoire des ouvrages pédagogiques au XVIe siècle
  26. Le phonétisme au congrès philosophique de Stockholm, en 1886
  27. Décret déterminant les règles de la création et de l’installation des écoles primaires publiques
  28. Pestalozzi, élève de Rousseau
  29. Le certificat d’aptitude pédagogique
  30. Le certificat d’études primaires supérieures
  31. Bibliothèque circulante du Musée pédagogique
  32. Catalogue des bibliothèques des écoles normales
  33. Deux ministres pédagogues : M. Guizot et M. Ferry
  34. L’enseignement de l’agriculture
  35. Instruction spéciale sur l’enseignement du dessin
  36. Bourses de l’enseignement primaire supérieur
  37. Résumé des états de situation de l’enseignement primaire pour l’année 1885-1886
  38. Exposition universelle de 1889
  39. Horace Mann, son œuvre, ses écrits
  40. Décrets, arrêtés, circulaires et décisions ministérielles pour l’application de la loi du 30 octobre 1886 et des règlements organiques du 18 janvier 1887
  41. Lois et règlements scolaires de l’Algérie
  42. Les auteurs du brevet supérieur
  43. Le cahier de devoirs mensuels
  44. L’histoire des mots
  45. Comment les mots changent de sens
  46. Ecoles manuelles d’apprentissage et écoles professionnelles
  47. Recueil des textes de compositions donnés aux examens et concours de l’enseignement primaire en 1887
  48. Titres et brevets de capacité (1888)
  49. L’enseignement de la gymnastique dans les établissements d’enseignement primaire
  50. Projet de loi sur les dépenses ordinaires de l’enseignement primaire et les traitements du personnel de ce service ; Textes du projet du Gouvernement et du projet de la Commission
  51. Projet de loi sur les dépenses ordinaires de l’enseignement primaire et les traitements du personnel de ce service. Recueils de documents parlementaires relatifs à la discussion de cette loi à la Chambre des députés (1887)
  52. Projet de loi sur les dépenses ordinaires de l’enseignement primaire et les traitements du personnel de ce service. Recueil de documents parlementaires relatifs à la discussion de cette loi au Sénat
  53. Recueil des textes de compositions donnés aux examens de brevet de capacité (Brevets élémentaire et supérieur – Session de juillet 1887)
  54. Recueil des textes de compositions donnés aux examens de brevet de capacité (Brevets élémentaire et supérieur – Session de novembre 1887)
  55. Recueil des textes de compositions donnés aux concours de 1887 (Écoles normales – Bourses d’enseignement primaire supérieur)
  56. Écoles nationales professionnelles
  57. Discours prononcés au banquet de l’association des anciens élèves de l’école normale de la Seine
  58. Écoles normales supérieures d’enseignement primaire de Saint-Cloud et de Fontenay
  59. Conférences et causeries pédagogiques
  60. Question du surmenage
  61. Compatibilité des écoles normales
  62. Les classes enfantines
  63. Discours de réception de M. Gréard à l’Académie française
  64. Questions historiques
  65. Statistiques de l’enseignement primaire supérieur (écoles et élèves) au 31 décembre 1887
  66. Livres scolaires en usage dans les écoles primaires publiques
  67. Discours sur l’éducation physique
  68. Exposition internationale de Melbourne (1888)
  69. Rapports présentés au Conseil d’administration du Musée pédagogique le 5 mars 1888
  70. Classement général des écoles primaires publiques (année scolaire 1888-1889)
  71. Note sur l’instruction publique de 1789 à 1808, suivi du catalogue des documents originaux existant au Musée pédagogique et relatifs à l’histoire de l’instruction publique en France durant cette période
  72. Les colonies de vacances à Paris en 1887
  73. La question de la réforme orthographique
  74. Programmes généraux des écoles manuelles d’apprentissage
  75. Rapport à M. le Ministre de l’Instruction publique sur le résumé des états de situation de l’enseignement primaire pour l’année scolaire 1886-1887
  76. Convention scolaire franco-suisse
  77. Travaux de commission de gymnastique
  78. Documents statistiques sur la situation budgétaire de l’enseignement primaire
  79. Rapport sur les écoles scandinaves et sur l’éducation artistique et industrielle de la femme à l’exposition de Copenhague
  80. Lois et règlements organiques de l’enseignement primaire
  81. Programmes révisés des écoles normales primaires
  82. Règlements et programmes des écoles primaires supérieures
  83. L’enseignement professionnel. Étude sur la législation en vigueur
  84. Recueil des textes de compositions donnés aux examens aux concours de l’enseignement primaire en 1888
  85. Documents relatifs aux maladies épidémiques et contagieuses
  86. Prix Bischoffsheim et prix de la Société d’assistance pour les aveugles. Jeux scolaires
  87. Les commencements de l’instruction primaire à Strasbourg
  88. Recueil des arrêts du Conseil supérieur de l’instruction publique en matière contentieuse et disciplinaire (1880-1888)
  89. Loi sur les dépenses ordinaires de l’instruction primaire publique et les traitements du personnel de ce service. Recueil de documents relatifs à la discussion de la loi au Sénat, 1889
  90. Loi sur les dépenses ordinaires de l’instruction primaire publique et les traitements du personnel de ce service. Recueil de documents relatifs à la discussion de la loi à la Chambre des députés (1889)
  91. Congrès international de l’enseignement primaire. Analyse de mémoires
  92. Les lois collégiales de l’Académie du Béarn (1568-1580)
  93. La réforme de l’éducation en Allemagne au XVIIIe siècle
  94. L’instruction publique des femmes en France
  95. Congrès international de l’enseignement primaire. Compte rendu des séances
  96. Les recettes et les dépenses de la République français de 1870 à 1889
  97. Aperçu général sur l’enseignement secondaire des jeunes filles en Allemagne
  98. Histoire de l’écriture
  99. Recueil des textes de composition donnés aux examens et concours de l’enseignement primaire en 1889
  100. Lois et règlements sur l’enseignement primaire et sur les différents services de l’enfance qui ne dépendent pas du Ministère de l’Instruction publique
  101. Loi du 19 juillet 1889. Documents relatifs au classement du personnel de l’enseignement primaire, inspecteurs primaires, Écoles normales, Écoles primaires supérieures
  102. Loi du 19 juillet 1889. Documents relatifs au classement et aux traitements des instituteurs
  103. Loi du 19 juillet 1889. Algérie
  104. Loi du 19 juillet 1889. Décrets et documents relatifs aux indemnités de résidence dues au personnel des instituteurs
  105. Loi du 19 juillet 1889. Règlements relatifs à la ville de Paris et au département de la Seine
  106. Recueil des règlements relatifs à la loi du 19 juillet 1889
  107. Discussion du budget du Ministère de l’instruction publique (1891)
  108. Organisation pédagogique et administration des écoles normales
  109. Programmes des écoles primaires supérieures
  110. Recueil des arrêts du Conseil d’État en matière d’instruction publique
  111. Jeux scolaires. Prix Bischoffsheim et prix de la Société d‘assistance pour les aveugles
  112. Les colonies de vacances de la Ville de Paris en 1888 et 1889
  113. Documents relatifs l’inspection médicale des écoles primaires
  114. Programme des écoles indigènes de l’Algérie
  115. Recueil des textes de composition donnés aux examens et concours de l’enseignement primaire en 1890
  116. Manuel d’exercices gymnastiques et de jeux scolaires
  117. Enseignement primaire chez les indigènes musulmans d’Algérie et notamment dans la Grande-Kabylie
  118. Mémoires et documents scolaires publiés par le Musée pédagogique
  119. Statistique de l’enseignement primaire supérieur au 31 décembre 1890
  120. Rapport fait au nom de la Commission chargée d’examiner les modifications à introduire dans la législation et dans l’organisation des divers services de l’Algérie. Instruction primaire des indigènes

Citer ce billet : Xavier Riondet, "L’École de la IIIe République, par et pour elle-même: les Mémoires et documents du Musée pédagogique," in L'Histoire à la BnF, 16/12/2022, https://histoirebnf.hypotheses.org/18200, [consulté le 27/01/2023].

  1. Sur l’idée de patrimoine éducatif et pédagogique, nous renvoyons les lecteurs à ces trois ouvrages : Alexandre-Bidon, D. et al. (dir.). (1999). Le patrimoine de l’éducation nationale. Charenton-le-Pont : Flohic éditions ; Dancel, B.et Houssaye, J. (dir.). (2002). Les Idées pédagogiques : patrimoine éducatif ? Mont Saint-Aignan : PURH ; Chalmel, J. (2020). La pédagogie, un patrimoine culturel immatériel ? L’exemple de Jean-Frédéric Oberlin. Paris : L’Harmattan. []
  2. Cf. Perséide Éducation | Revue pédagogique sur persee.fr []
  3. Cf. L’éducation et l’école en France | Gallica (bnf.fr). []
  4. Nous renvoyons les lecteurs à l’ouvrage de Jean-Noël Luc (1985) sur les statistiques de l’enseignement primaire. []
  5. Mêlé à d’autres documents et archives, ce type de ressources est sans doute particulièrement utile pour observer sur quelles bases et sur quels rapports sociaux s‘est développée l’instruction publique dans les colonies et le type de dilemmes qu’occasionna le développement de la scolarisation locale. []
  6. « Le catalogue est envoyé à toute personne qui en fait la demande, et les ouvrages que cette bibliothèque comprend sont expédiés sur tous les points du territoire français aux membres du personnel enseignant qui désirent les consulter et à qui il est permis de les garder pendant un temps ne pouvant excéder deux mois. Les envois de livres prêtés sont faits gratuitement comme colis postaux. Le port au retour est seul à la charge de l’emprunteur. En cas de perte ou de détérioration grave des ouvrages prêtés, l’emprunteur doit ou les remplacer ou en payer le prix marqué au catalogue » (Martel, 1889, p.129). []
  7. Cf. Notice bibliographique Bibliothèque circulante du musée pédagogique. Octobre 1891 | BnF Catalogue général – Bibliothèque nationale de France. []
  8. Cf. Catalogue des livres de lectures récréatives reçus au Musée pédagogique. Dons des éditeurs / Ministère de l’Instruction publique et des beaux-arts ; préface de Louis Tarsot et Albert Wissemans | Gallica. []
  9. Notamment pour mettre en application la loi du 16 juin 1879 qui envisagea la question des enseignements à l’agriculture. Cette loi avait notamment créé des chaires départementales d’agriculture. Selon Jean-Michel Martinez, les titulaires de ces chaires étaient des « chargés de leçons » dans les écoles normales primaires ((Cf. L’enseignement des sciences et de l’agriculture dans les écoles normales d’instituteurs de l’académie de Montpellier (1880-1905) sur openedition.org. []
  10. C’est par l’arrêté du 1er juin et des deux circulaires du 24 juin 1862 que furent créées les bibliothèques scolaires. Dans ces textes de cadrage, ces bibliothèques avaient deux objets spécifiques : « 1° Le prêt gratuit ou le louage des livres de classe aux enfants qui suivent les écoles primaires publiques ; 2° Le prêt gratuit aux familles des ouvrages qui seront admis dans lesdites bibliothèques » (cité par Hachette, 1862, pp.5-6). A l’origine, ces bibliothèques avaient la particularité d’être à la fois scolaires et communales. Le choix des livres à destination des élèves était alors conditionné par une liste préparée par les instituteurs pour les écoles dépendant du Conseil académique et arrêtée par le Ministre ; la collection d’ouvrages à destination des familles se constituait de dons et d’acquisitions, sous l’autorisation de l’inspecteur d’académie. []
  11. Ces bibliothèques furent mises en place dans chaque canton, souvent dans le chef-lieu, dans une école, et c’est donc le directeur de cette école qui faisait fonction de bibliothécaire. []
  12. Parmi les autres « auxiliaires », on pouvait recenser la mise en œuvre de caisse des écoles pour encourager et faciliter la fréquentation de la caisse par des récompenses aux élèves assidues par des secours aux élèves indigents, la mise en œuvre de caisses d’épargne scolaires et l’émergence de classes d’adultes ou d’apprentis. []
  13. Allocution d’Albert Lebrun, 1932. Fonds du Musée pédagogique. Archives Nationales, Pierrefitte-sur-Seine. []
  14. Cf. Brochure Le musée pédagogique et le Centre national de documentation pédagogique (1946). Fonds du Musée Pédagogique, 71 AJ 1. Archives Nationales, Pierrefitte-sur-Seine. []

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search