L’archéologie mérovingienne à travers les siècles

L’exposition Les Temps mérovingiens au musée de Cluny qui s’est tenue jusqu’au 13 février 2017 a mis sous les feux de l’actualité le Haut Moyen Âge. L’archéologie est l’une des sources principales de l’histoire mérovingienne, en raison du faible nombre de sources écrites. Elle est, de ce fait, la science qui engendre le renouvellement le plus profond des études mérovingiennes. Que nous apporte l’archéologie mérovingienne ? Quelles évolutions a-t-elle connues ?

Le XVIIe siècle : la première découverte

On peut dater la naissance de l’archéologie mérovingienne avec la découverte de la tombe de Childéric 1er à Tournai en 16531. La description de ces fouilles nous est parvenue grâce à Jean-Jacques Chifflet (1588-1660) qui publie en 1655 L’Anastasis Childerici I. Elle permet d’avoir un aperçu des objets trouvés en corrélation avec les emplacements de fouilles et de proposer plusieurs interprétations. Ce travail est un document d’autant plus précieux qu’une partie du trésor a été volée en 1831. Fortement empreint de culture romaine (monnaies, fibule cruciforme, paludamentum et anneau sigillaire), l’ensemble du trésor funéraire compte parmi ses pièces remarquables des abeilles cloisonnées d’or et de grenat, symbole qui sera repris sous le Premier Empire à la manière des fleurs de lys royales. Ainsi, grâce à la bibliothèque numérique Gallica, on peut mettre en regard ces abeilles relevées, dessinées puis gravées au XVIIe siècle et les photographies du XXIe siècle.

Le XIXe siècle : la passion du Moyen Age

Les recherches en histoire médiévale ont pris leur envol au XIXe siècle. Si en 1825, Victor Hugo appelle à la « Guerre aux démolisseurs!» et qu’en 1834, Prosper Mérimée devient inspecteur général des Monuments historiques, l’archéologie française ne bénéficie cependant que de peu d’attention de la part des pouvoirs publics. Les chantiers archéologiques s’ouvrent de gré à gré par accord entre le propriétaire du terrain et le fouilleur, le plus souvent un érudit local éclairé2.

Il est indispensable d’évoquer la figure de Jean Benoît Désiré Cochet, (1812-1875), abbé de son état, mais aussi inspecteur des monuments historiques pour le département de la Seine-Inférieure à partir de 18493. Archéologue de terrain, il fouille les cimetières francs et publie les résultats de ses recherches dans La Normandie souterraine, les Sépultures Gauloises, Romaines, Franques et Normandes  et le Tombeau de Childéric 1er, roi des Francs. Avec une illustration abondante, il réalise ainsi de grandes synthèses réunissant une importante documentation.

Ces travaux divers sont relayés dans toute la France grâce aux fascicules des sociétés d’histoire et d’archéologie locales. Ils informent le public sur les travaux de fouilles en cours. En 1864, par exemple, le Journal de la Société d’archéologie et du Comité du Musée lorrain décrit le déroulement de la découverte du cimetière mérovingien de Maizières-lès-Vic, indique la liste des objets trouvés ainsi que leurs gravures.

outils-gravure
Société d’archéologie lorraine, Journal de la Société d’archéologie et du Comité du Musée lorrain, Nancy : Société d’archéologie lorraine, 1864. BnF

Les XXe et XXIe siècles : l’archéologie préventive et les nouvelles interprétations scientifiques de l’histoire mérovingienne

En 1941, le régime de Vichy promulgue la première loi sur les fouilles archéologiques, validée en 1945, qui subordonne à autorisation de l’État toute entreprise de fouilles. L’Association pour les fouilles archéologiques nationales (Afan) créée en 1973, puis l’Institut national de recherches archéologiques préventives (INRAP) à partir de 2002 réalisent la majorité des découvertes.

La tombe la plus spectaculaire reste encore actuellement celle d’Arégonde, reine mérovingienne du VIe siècle ((Thomas Calligaro, Patrick Périn, La tombe d’Arégonde : nouvelles analyses en laboratoire du mobilier métallique et des restes organiques de la défunte du sarcophage 49 de la basilique de Saint-Denis, Musée des antiquités nationales, 2005, « Antiquités nationales », tome 37, p. 204-206. Richelieu [54150-PER-4-(2005)])) ; elle a été trouvée en 1959 par Michel Fleury dans le sous-sol de la basilique de Saint-Denis. Le trésor constitué de bijoux, d’ornements vestimentaires et d’objets usuels est désormais rassemblé au Musée d’archéologie nationale. Depuis quelques années, des programmes pluridisciplinaires et internationaux et les réexamens en laboratoire permettent de renouveler ou de préciser certaines interprétations. L’archéologie mérovingienne retrace l’histoire des nécropoles, comme le montrent ces reportages à Norroy-le-Veneur en Moselle, Evrecy dans le Calvados ou Lagny-sur-Marne en Seine-et-Marne. L’ensemble des techniques est appliqué pour toute l’archéologie funéraire et sert à vérifier des hypothèses intéressantes tant sur les inhumations habillées4 que la vie quotidienne.

L’archéologie mérovingienne se concentre donc principalement sur l’archéologie funéraire, et pose ses jalons et ses interprétations historiques entre les découvertes de la tombe de Childéric et trois siècles plus tard celle d’Arégonde et des fouilles actuelles.

Pour aller plus loin :

Bibliographie sur l’archéologie mérovingienne en complément de la conférence de Marie Frauciel du 11 janvier 2017 la BnF.

Le corpus Les temps mérovingiens sur Gallica en lien avec l’exposition Les Temps mérovingiens.

Citer ce billet : Séverine Boullay, "L’archéologie mérovingienne à travers les siècles," in L'Histoire à la BnF, 06/03/2017, http://histoirebnf.hypotheses.org/185, [consulté le 24/04/2017].

 

  1. Patrick Périn, La Datation des tombes mérovingiennes : historique, méthodes, applications, Genève, Droz, 1980, 433 p. Rez-de-jardin – [4-G-3622 (39)] []
  2. http://www.inrap.fr/ []
  3. Charles Roessler, Étude sur l’abbé Cochet, Rouveyre, 1886, Rez-de-jardin – [8-LN27-36348] et André Fouré, L’Abbé Cochet : 1812-1875 : vice-président de la Commission départementale des antiquités : sa personnalité, son œuvre, Commission des antiquités de la Seine-Maritime, 1975, Rez-de-jardin – [8-LN27-74719] []
  4. Tradition d’inhumation présente chez les populations d’origine barbare, le corps est vêtu d’habits d’apparat à la symbolique affirmée (tissus, chaussures, accessoires, armures, bijoux ou objets religieux…). Voir Boyer Raymond, Fattori Yves. Aperçus sur une technique de fouille des inhumations habillées. In: Revue archéologique de Narbonnaise, tome 9, 1976. pp. 271-284. Et voir Raymond Boyer, Vie et mort à Marseille à la fin de l’Antiquité : inhumations habillées des Ve et VIe siècles et sarcophage reliquaire trouvés à l’abbaye de Saint Victor : travaux de laboratoire, Marseille, Atelier du patrimoine, 1987 []

Séverine Boullay

chargée de collections en histoire médiévale au département Philosophie, histoire, sciences de l'homme

More Posts

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *