Au fil des collections de la BnF : Staline

L'Humanité, 11 mars 1953. Bibliothèque nationale de France, JOD-255.
La rubrique « Au fil des collections de la BnF » propose des florilèges de documents issus des fonds de la Bibliothèque nationale de France autour d’un personnage ou d’un thème, ainsi que des présentations de pièces remarquables. Elle n’a aucune prétention à l’exhaustivité.

Le 11 mars 1953, l’Humanité achève un cycle de près d’une semaine, consacré à la mort et aux funérailles de Staline. L’homme fort de l’Union soviétique était décédé le 5, cinq jours après une attaque cérébrale. Le jour fatidique, l’organe du parti communiste français s’était contenté de titrer sur la « grave maladie du camarade Staline », le gouvernement de Moscou n’ayant laissé filtrer les informations qu’au compte-goutte. Que ce soit à travers les publications de la presse française, les ouvrages écrits par des penseurs d’inspiration communiste, la polémique antisoviétique ou d’autres documents entrés par le dépôt légal ou au fil des acquisitions patrimoniales, le personnage occupe une place dans les collections de la Bibliothèque nationale de France à la hauteur de son empreinte sur l’histoire du XXe siècle.

Florilège documentaire, à 70 ans de là.

De l’homme aux fonds de la Nationale

La place de Staline dans les fonds de la Nationale s’explique en effet fondamentalement par la place que le personnage occupe dans l’histoire du monde et de la France au XXe siècle. Né le 18 décembre 1878 à Gori, dans une Géorgie alors intégrée à l’empire russe, Joseph Vissarionovitch Djougachvili rejoint le parti ouvrier social-démocrate de Russie dès 1898. Il prend le surnom de Staline, c’est-à-dire « l’Homme d’acier », сталь [stalh] signifiant acier en russe. Absent de Petrograd lors de la révolution de Février, acteur tout à fait secondaire de celle d’Octobre, il va toutefois prendre une importance considérable dans la vie politique de la République fédérative des soviets de Russie puis de l’Union soviétique à partir de 1920. En 1922, il devient secrétaire général du parti communiste, place qui va lui permettre de s’imposer à la tête du pouvoir dans les années qui suivent, notamment à partir de la mort de Lénine, le 21 janvier 1924. À coups de purges et de procès politiques, il élimine ses rivaux comme Trotski ou Boukharine, pourtant vétérans des deux révolutions de 1917. Il mène tout aussi brutalement la modernisation de l’économie, de l’administration et de l’armée soviétiques. Le pays, encore largement arriéré et marqué par les guerres en 1920, a totalement changé de visage à la veille du second conflit mondial.

Cette modernisation visible et, surtout, la résistance héroïque des soviétiques à l’invasion nazie de 1941, suivie de l’écrasement du régime hitlérien de 1942 à 1945, vont lui conférer une aura incontestable. De fait, en 1945 et jusqu’à sa mort, Staline est une des figures de premier plan de la politique et des actualités mondiales. Cette position est en partie construite par la propagande d’État en Union soviétique, par un véritable culte de la personnalité et par le relais d’une myriade d’intellectuels et de responsables ouvriers ou politiques qui vont s’en faire l’écho à travers le monde1.

En France, le personnage gagne un place majeure dans le paysage intellectuel et politique dès les années 1920. Mais l’importance des communistes dans la vie politique française à partir de 1936, puis dans la Résistance et la reconstruction du pays après la Deuxième Guerre mondiale, lui confère une position tout à fait considérable dans l’imaginaire d’alors: ses louanges sont chantées par le journal du parti communiste français, L’Humanité, par les publications de la CGT, par l’engagement d’artistes comme Aragon ou Picasso. Mais il est aussi décrié avec une virulence équivalente par la droite et une partie de la gauche. Traduit, objet de discours, d’articles, d’analyses, de films ou de photographies, Staline entre ainsi par le biais du dépôt légal à la Bibliothèque nationale, à l’égal de tous ceux qui publient ou sont l’objet de publications en France.

À travers la presse

L’omniprésence du personnage dans la presse française du second quart du XXe siècle est sans doute un des principaux témoignages de son importance dans le patrimoine documentaire français. L’Humanité, comme organe du parti communiste français et relais de la politique de Moscou, est un des journaux les plus enclins à parler de lui, même dans ses versions clandestines qui suivent le pacte germano-soviétique (1939) et l’invasion de la France par un Hitler officiellement allié à Staline (1940).

Parmi les plus célèbres pages du journal dédiées au dirigeant, on trouve notamment les numéros relatant ses 70 ans, en décembre 1949, et ses funérailles, le 9 mars 1953. À ces deux occasions, le quotidien déploie tout l’appareil de propagande et de culte de la personnalité qui entoure le chef soviétique.

Pour son anniversaire, L’Humanité publie des articles pendant une semaine :

L’Humanité, 21 décembre 1949. Bibliothèque nationale de France, JOD-255.

En mars 1953, le quotidien titre donc le 5 mars sur sa « grave maladie ». Il annonce sa mort en première page le 6 mars avec des articles tels que « Staline, l’homme de la victoire, l’homme de la paix, l’homme du socialisme », « Immense émotion dans toute la France », « Les peuples de toute la planète partagent la douleur du peuple soviétique » ou « Staline notre maître en socialisme ». Le 7 mars, le journal titre cette fois-ci « Après la mort de Staline, immense émotion en France et dans le monde », renchérissant sur la « Douleur du peuple soviétique » et, en double page, sur le « Deuil du peuple de France ». Du 9 au 11, enfin, L’Humanité publie le récit des funérailles2. Le 8 mars, le numéro du supplément L’Humanité-Dimanche est encore dédié à l’événement.

 

 
L’Humanité n’est pas le seul journal à relater ainsi la vie et la mort de Staline. En décembre 1949, pour ses 70 ans, Parallèle 50 (« Le journal le mieux informé sur les démocraties populaires »), lui consacre un numéro apologétique.

Parallèle 50, 16 décembre 1949. Bibliothèque nationale de France, GR FOL-JO-4555.

Les articles chantent son rôle dans la construction du socialisme, dans l’histoire de l’URSS, son influence sur le mouvement ouvrier, rapportent ses interviews sur la guerre et la paix. Sur une même page, un texte est dédié au « Staline intime » et à « Son Humanité », image quelque peu inattendue du chef d’un régime totalitaire. L’article intitulé « Le Philosophe » pose le point de vue sans équivoque :

Que Staline soit un homme d’action d’un exceptionnel génie, cela crève les yeux en vérité, et nul n’oserait le nier, même parmi ses pires ennemis ; mais qu’il soit en même temps, et par le fait même, un penseur d’une exceptionnelle envergure, les bourgeois français l’ignorent absolument et sont naïvement étonnés quand on le leur apprend3.

Quant au trépas du dirigeant soviétique, les autres quotidiens s’en font aussi l’écho. L’Est républicain annonce le 5 mars 1953 que d’après les rumeurs « Staline est déjà mort », alors même que son décès n’a toujours pas été officialisé, quand Libération se contente encore, le 6 mars, d’un « Staline est mourant ». Le Figaro, La Croix et France-Soir, de leur côté, s’interrogent sur la succession du maître du Kremlin et sur ses conséquences pour l’Union soviétique et le monde.

 

 
Hebdomadaires et mensuels emboitent le pas selon leur temporalité propre, comme le magazine communiste Femmes françaises, qui ne modifie pas son numéro du 7 mars dédié à la journée internationale des droits de la Femme, et qui reporte l’information dans le numéro suivant du 14 et celui du 21. Ce dernier s’ouvre sur une couverture au portrait de Staline avec un enfant, seulement accompagnée d’une citation du défunt. À l’intérieur, l’hommage s’ouvre sur une photo de la cérémonie parisienne du 9 mars, accompagnée d’une adresse aux femmes soviétiques à la gloire du « Grand Staline ».

 

 
Les Lettres françaises, l’hebdomadaire de Louis Aragon, attendent elles une semaine pour publier un numéro-hommage, « Tout ce que nous devons à Staline », ouvert par un portrait du personnage par Picasso qui fera scandale4. Le mensuel Regards sur le monde du travail va quant à lui dédier tout le numéro de mars à l’événement – à commencer par un étonnant éditorial intitulé « Staline, l’homme que nous aimions le plus ». France-URSS, ira encore plus loin en dédoublant l’hommage sur les mois de mars et mai.

 

 
Nettement plus critique, France-Illustration dédie quatre pages de son numéro du 7 mars 1953 aux purges qui ont visé ses rivaux. Le journal les achève avec ironie par une photo de Staline souriant entouré de chaises vides, assortie du commentaire « Enfin seul » ! Sur le même ton, il étrille sur deux pages le système de propagande stalinien et les éloges forcés des intellectuels et du peuple communistes. Il fait de même avec les « pactes » noués et rompus par le maître du Kremlin. À ce sujet, il conclue : « Il aurait signé des pactes… avec le Diable » ! Le ton est donné.

 

Des savants soviétiques n’avaient-ils pas annoncé que leur maître vivrait cent-cinquante ans ? Sa fin soudaine aura rappelé de façon certaine que l’avenir n’est à personne5

 
Plus inattendu, enfin, plusieurs journaux et magazines ont produit, au fil de la vie du dirigeant, des articles que l’on qualifierait aujourd’hui de « people ». Tels sont ces articles de Nuit et Jour ou Globe qui prétendent entrer dans l’intimité de l’homme fort du Kremlin.

 

 

Barbusse et Staline

Par le biais du dépôt légal, la Bibliothèque nationale de France a également reçu l’impressionnante masse des publications dont Staline a été l’objet depuis le XXe siècle. Une partie des monographies récentes consacrées au dirigeant est identifiable dans le catalogue grâce à l’indexation des collections.

Parmi les études consacrées au personnage, la Bibliothèque nationale de France possède un trésor dans le fonds Barbusse. Dans les années 1930, Henri Barbusse entreprend en effet de rédiger une biographie du chef soviétique. Cet ouvrage paraît en 1935 sous le titre Staline. Un monde nouveau vu à travers un homme. La Bibliothèque nationale en reçoit le dépôt légal à sa publication. Vers 1938, elle acquiert aussi un exemplaire de la première édition russe du texte6. Trente ans plus tard, en 1966, elle hérite par ailleurs des notes préparatoires7 de Barbusse et des épreuves annotées par l’auteur, que lègue Hélyonne Mendès, sa veuve.

Henri Barbusse, Staline : un monde nouveau vu à travers un homme, Paris, Flammarion, 1935. BnF, 16-M-2408.

Анри Барбюс, Сталин [Henri Barbusse, Staline], Moscou, Госиздат, 1936. BnF, 8-M-25595.

Barbusse est aussi responsable d’un reportage à la limite du « people » dans Regards, en 1935 :

Regards, 28 février 1935. BnF, JO-52336.

Victimes et opposants de Staline

En vingt-cinq années au pouvoir, le régime stalinien a fait dans les vingt millions de morts8. Jusqu’à la déstalinisation, l’Occident ignore en partie l’ampleur des purges, le nombre des camps de travail ou l’étendue de la répression que subissent les oppositions politiques ou nationales. Pour autant, les collections de la BnF recèlent de nombreux témoignages sur les victimes et opposants du personnage.

En 1933, ainsi, la famine s’abat sur le sud-ouest de l’URSS, notamment de l’Ukraine au Caucase. Aujourd’hui, les historiens s’accordent généralement pour dire que cette famine fut le résultat d’une politique consciente du gouvernement soviétique : la collectivisation forcée des terres et les réquisitions draconiennes de grains furent l’occasion de casser la structure socio-économique des campagnes (« dékoulakiser ») et de briser les velléités d’autonomie de ces régions périphériques9. Mais à l’époque, la perception est moins claire. Le pouvoir soviétique et une partie de ses relais en France hésitent entre nier purement et simplement les faits et l’implication du dirigeant d’un côté, et en prendre leur parti de l’autre.

Le 14 octobre, le radical Édouard Herriot affirme ainsi dans Le Béarn républicain:

Il n’est pas de pays sur lequel on ait, dans le temps présent, écrit plus de sottises que la Russie. De divers côtés, le fanatisme politique intervient. Pour les uns, elle est l’objet d’une sorte de culte mystique ; pour les autres, elle apparait comme une terre d’épouvante. C’est ainsi que, présentement, on mène toute une campagne au sujet d’une prétendue famine en Ukraine. La famine, je l’ai bien vue il y a dix ans, lorsque différentes missions de secours, et en particulier, la mission américaine, travaillaient à la réduire. Cette fois-ci, en parcourant l’Ukraine dans divers sens, je n’ai rien aperçu de tel. Il y a eu certainement, ici et là, des difficultés de ravitaillement, une production insuffisante, par suite soit de la paresse, soit de la mauvaise volonté. Je l’ai découvert nulle part de famine, même dans les villages allemands que l’on me signalait et que je suis allé voir. Ce que j’ai nettement perçu, c’est une campagne hitlérienne à l’appui d’un désir évident d’extension vers l’Est10.

La disette est pourtant alors à son comble. Le 31 août 1933, Léon Moussinac, dans L’Humanité, convenait bien de son côté de l’existence d’une famine mais faisait de Staline la solution du problème face au supposé sabotage des chauvins et des koulaks, c’est-à-dire aux petits propriétaires locaux :

 

L’élan est donné. Le Parti a agi. Staline, au Plénum de janvier, a dénoncé les fautes commises, les négligences coupables. Il en est résulté l’envoi des meilleurs camarades dans les kholkozes, une lutte très dure contre le sabotage criminel11.

À l’autre extrémité du spectre des réactions, un personnage méconnu au nom manifestement ukrainien, Dmytro Boug, instruit un procès en responsabilité de l’État et du dirigeant soviétique dans l’« organe de défense nationale des peuples du Caucase et de l’Ukraine », Prométhée, du mois de février 1933 :

 
La Bibliothèque a également reçu en dépôt des échos des victimes plus individuelles de Staline et de son gouvernement : les myriades d’hommes et de femmes qui furent victimes des purges ou de la Grande terreur de 1936-1937. Leurs traces hantent les fonds de la Nationale, au fil de photographies de presse, d’articles d’époque et de nombreuses études qui portent sur le sujet.

Les plus fameux de ces purgés sont sans doute les dignitaires de l’État soviétique que Staline élimina pour conquérir et conserver le pouvoir. On pense notamment à son rival déchu Trotski, que ses œuvres d’exil ont contribué à construire comme une figure romantique du révolutionnaire maudit. La Bibliothèque nationale en détient les traductions françaises, en particulier les éditions de La Révolution trahie ou Les Crimes de Staline, publiées chez Grasset et entrées en 1936-37 au titre du dépôt légal, ou de L’Internationale communiste après Lénine, qui qualifie Staline de « grand organisateur de la défaite ».

Plus largement, les collections de presse gardent la mémoire de ces purges et notamment des grands procès de 1936. Le 13 décembre 1936, Paris-Soir dimanche publie par exemple un reportage de Georges Robin au titre un rien sensationnaliste de « Le seul français qui y ait assisté raconte ce que fut le procès des ”terroristes” de Moscou » :

Paris-soir dimanche, 13 décembre 1936. BnF, GR FOL-LC2-6492

Il y fait preuve d’une clairvoyance certaine :

Tous plaident coupable, se chargeant complaisamment, « comme si les attentats projetés avaient été la chose la plus naturelle du monde et ne divergeant que dans les détails » : oui, ils ont voulu tuer Staline, Vorochilof et les autres […]. Tout procès comporte sa part de confession, de repentirs. Or dans le procès des terroristes de Moscou, c’est une véritable cascade d’aveux complets, totaux, préparés d’avance, semble-t-il, tant ils s’emboîtent parfaitement les uns dans les autres12.

Car si certains journaux brocardent le dirigeant soviétique par anticommunisme, rétrospectivement, leurs attaques sonnent parfois étonnamment justes. C’est par exemple le cas de cette double-page d’À la page, l’hebdomadaire des jeunes, intitulée « Qui est Staline ? ». L’exergue sur les « Coup[s] d’encensoir obligatoire[s] » rend finalement assez bien compte de la pesanteur du culte de la personnalité et de la surveillance généralisée de la population. Quant à la liste des révolutionnaires de la première heure, presque tous « fusillé[s] » ou « en prison », elle évoque assez cruellement comment le dirigeant a éliminé ses rivaux lors de son ascension puis pour se maintenir au pouvoir13.

À la page, l’hebdomadaire des jeunes, 18 novembre 1937. BnF, JO-51382.

 

Le dépôt légal impérial

Parmi les documents les plus inattendus qui sont entrés à la Bibliothèque nationale par le biais du dépôt légal, se trouvent les ouvrages publiés dans les territoires qui relevaient alors de l’empire colonial français: Afrique du Nord, AEF, AOF, Madagascar ou Indochine. Dans cette dernière, par exemple, les publications doivent être déposées en deux exemplaires, un à la Bibliothèque de Hanoï et un à la Bibliothèque nationale de Paris14.

Même si le dépôt n’a pas été systématique et si la publication d’œuvres communistes fut interdite en Annam15, la Bibliothèque nationale de France possède ainsi quelques ouvrages de la région sur maître du Kremlin. C’est par exemple le cas du Staline est-il un dictateur? (Staline có độc tài không?) du futur ministre communiste Nguyễn Văn Tây, mais aussi les nombreuses publications de la presse indochinoise qui évoque le personnage au fil de l’actualité.

Nguyễn Văn Tây, Staline có độc tài không ?, Mỹtho, 1938. BnF, 16-INDOCH PIECE-619


 

Pour revenir aux funérailles…

Les circonstances de la mort de Staline – une attaque cérébrale suivie de quatre jours d’agonie dus à la purge des médecins en réaction au « complot des blouses blanches » et à la terreur que le chef inspirait à son entourage – ont inspiré, tout comme la lutte qui s’ensuit entre les membres du politburo pour prendre le pouvoir.

Dès 1973, le journaliste Georges Bortoli avait déjà écrit une chronique des événements16. Mais c’est la sortie de la double bande dessinée de Fabien Nury et Thierry Robin17 qui remet un coup de projecteur sur l’événement, sur le ton de la comédie noire historique. Un film en est tiré en 2018 par le réalisateur britannique Armando Iannucci18. Une œuvre qui intègre également les collections de la Bibliothèque nationale de France par le dépôt légal des productions audiovisuelles.

 

 

Ailleurs à la BnF

  • 1924-1953 : « L’URSS de Staline vue par la France », un cycle de billets sur Retronews, le site de presse de la BnF
  • Staline sur data.bnf.fr
  • Les écrits de Staline lui-même dans le catalogue général de la BnF

 

Citer ce billet : Blog Histoire, "Au fil des collections de la BnF : Staline," in L'Histoire à la BnF, 11/03/2023, https://histoirebnf.hypotheses.org/18574, [consulté le 27/09/2023].

  1. Voir notamment : François Kersaudy, Staline, Perrin, 2012 ; Stephen Kotkin, Stalin, London, Allen Lane, 2014- ; Lilly Marcou, « Staline entre le mythe et la légende », Politix, vol. 5, n°18 (1992/2), p. 99-107 ; Jean-Jacques Marie, Staline, Paris, Fayard, 2001 ; Nicolas Werth et Mark Grosset, Les Années Staline, Paris, 2007. Voir plus généralement les ouvrages du catalogue général, indexés sur le sujet. []
  2. Ces numéros sont consultables sur Gallica intramuros, depuis les salles de lecture de la BnF []
  3. René Maublanc, « Le Philosophe », Parallèle 50, 16 décembre 1949, p. 1 []
  4. Lucie Fougeron, « Une “affaire” politique : le portrait de Staline par Picasso », Communisme, n°53-54, 1998, p. 119-149 []
  5. .« Le Culte stalinien », France-Illustration, 7 mars 1953, n. p. []
  6. Les arobases signalent les caractères non-latins dans le catalogue ; ce type d’exemplaire, resté mal catalogué, est donc difficile à retrouver []
  7. Numérisées sur Gallica, à partir de la vue 186. []
  8. Pour une interprétation radicale de ces morts, voir : Norman M. Naimark, Les génocides de Staline, Paris, l’Arche, 2012 []
  9. Andrea Graziosi, « Les famines soviétiques de 1931-1933 et le Holodomor ukrainien », Cahiers du monde russe, 46/3 | 2005, 453-472 ; Lynne Viola, « La famine de 1932-1933 en Union soviétique », Vingtième Siècle. Revue d’histoire, 2005/4 (no 88), p. 5-22 ; Nicolas Werth, « Retour sur la grande famine ukrainienne de 1932-1933 », Vingtième Siècle. Revue d’histoire, 2014/1 (N° 121), p. 77-93 []
  10. Édouard Herriot, « En Union soviétique », Le Béarn républicain, 14 octobre 1933, p. 2 []
  11. Léon Moussinac, « Sur le front socialiste d’Ukraine », L’Humanité, 31 août 1933, p. 1 et 2 []
  12. Georges Robin, « Le seul français qui y ait assisté raconte ce que fut le procès des ”terroristes” de Moscou », Paris-Soir dimanche, 13 décembre 1936, p. 5 []
  13. Nicolas Werth, La terreur et le désarroi : Staline et son système, Paris, Perrin, coll. «Tempus» (n°160), 2007 ; id., Les Procès de Moscou (1936-1938), Bruxelles, Complexe, 2006 ; Alexeï Pavlioukov, Le fonctionnaire de la Grande Terreur: Nikolaï Iejov, Paris, Gallimard, 2017. []
  14. Sur ce sujet, voir la présentation du portail France-Vietnam, partenariat de la BnF et de la Bibliothèque nationale du Vietnam []
  15. « Actes officiels du gouvernement annamite. Ministère de l’intérieur. 1er juillet 1937 », Bulletin administratif de l’Annam, 8 octobre 1937, (1937/13) p. 786-793 []
  16. Georges Bortoli, Mort de Staline, Paris, 1973 []
  17. Fabien Nury et Thierry Robin, La Mort de Staline, Paris, Dargaud, 2010-2012 []
  18. Armando Iannucci, La mort de Staline, Gaumont vidéo, 2018 []

Blog Histoire

Le carnet L'Histoire à la BnF est administré par le service Histoire de la Bibliothèque nationale de France.

More Posts


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search