L’élection polonaise d’Henri III, un moment fondateur

Henricus Valesius D. G. Poloniae rex dux Andegavesis, 1573. BnF, Est., Rés QB-201 (7)-FOL, p. 60.

 

Manet ultima coelo.

« La troisième couronne m’attend au ciel », proclamait la devise d’Henri III1. Car avant d’espérer être couronné par la gloire posthume, avant même de ceindre la couronne de France en 1574, le dernier des Valois avait déjà régné sur un royaume2. Le 11 mai 1573, en effet, Henri, duc d’Anjou, frère de Charles IX et futur Henri III, était élu roi de Pologne et grand-duc de Lituanie. Son règne allait certes être bref (14 mois), mais il marqua profondément l’époque. Aussi extraordinaire du côté français que du côté polonais, son élection s’imposa comme un moment fondateur à court comme à long terme.

Élection royale ?

On l’oublie souvent, mais nombre de monarchies médiévales étaient électives : l’Empereur, le pape, mais aussi certains rois devaient leur trône à une élection3. Dans l’Empire, depuis la bulle d’or de 1356, c’était un collège de sept princes qui choisissait le souverain : les archevêques de Mayence, Trèves et Cologne, le roi de Bohême, le duc de Saxe, le marquis de Brandebourg et le comte palatin du Rhin. À Rome, depuis 1059, c’était la réunion des cardinaux en conclave qui désignait le pape. En Suède, le roi était nommé par les représentants du royaume assemblés autour des Pierres de Mora, un site sacré à proximité d’Uppsala.

Vignette du chapitre « De electione regis » dans Olaus Magnus, Historia de gentibus septentrionalibus, Rome, de Viottis 1555, p. 243. On y voit le roi de Suède élu sur les pierres de Mora.

À la fin du Moyen Âge, cependant, cette pratique était sur le déclin. En dehors du trône pontifical, le principe dynastique s’était peu à peu imposé dans les faits, voire dans la loi. En Suède, ainsi, la diète mit un terme aux élections royales en 1544 et, même si des processus électoraux demeuraient en vigueur dans toute l’Europe centrale, rois et empereurs s’y succédèrent majoritairement de père en fils ou de parent en parent, à tout le moins.

Hors des crises successorales, les assemblées électorales étaient surtout un temps de négociation où les représentants du royaume avaient l’occasion d’obtenir des garanties de la part de la dynastie régnante, en échange de son maintien sur le trône. C’est par ce biais que les princes du Saint-Empire purent confiner le pouvoir impérial au fil des Wahlkapitulationen, c’est-à-dire des traités concédés par chaque futur empereur en vue de son élection à partir de Charles Quint (1519-1558)4. Mais qu’un monarque se trouvât sans héritier direct et les assemblées électorales retrouvaient tout leur pouvoir. La mort du tout jeune Louis II Jagellon lors de la désastreuse bataille de Mohács (1526) permit ainsi l’élection des Habsbourg sur les trônes de Bohême et de Hongrie.

Władysław Semkowicz, Le royaume de Pologne (rouge) et le grand-duché de Lituanie (turquoise) aux XVe-XVIe s. sous les Jagellon. BnF, Cpl, GE C-17128 (1-2).

En Pologne, les élections royales prirent au contraire une importance croissante avec l’extinction de la dynastie des Piast qui régnait depuis le Xe siècle5. En 1370, son dernier représentant, Casimir III le Grand, mourut sans fils pour lui succéder. En vertu d’un accord négocié avec les grands seigneurs du royaume (les magnats) en 1339-1355, son neveu Louis d’Anjou, roi de Hongrie, fut appelé sur le trône. Père de trois filles mais d’aucun fils, le nouveau roi négocia avec la petite noblesse (la szlachta ou ordre équestre) sa succession en 1374 : en échange d’importantes concessions, une de ses filles le suivrait sur le trône. C’est ce qui advint en à sa mort (1382)… ou presque. Hedwige d’Anjou, cadette du défunt, fut bien couronnée reine de Pologne, mais une diète générale réunissant les magnats, la noblesse et les villes élut en même temps le grand-duc de Lituanie, Ladislas II Jagellon, pour l’épouser et régner à ses côtés.

À la mort d’Hedwige en 1399, Ladislas conserva le trône et c’est ainsi que la dynastie des Jagellon succéda aux Piast. Elle tirait toutefois son pouvoir d’une élection et, même si les rois se suivirent de père en fils ou de frère en frère, chacun d’eux prit soin de faire ratifier son avènement par la noblesse. Au fil du XVIe siècle, la balance pencha même de plus en plus du côté des nobles. En 1505, acculé par les Turcs et les Russes, Alexandre Ier dut en particulier concéder la constitution Nihil novi qui interdit aux rois de passer de nouvelles lois sans l’assentiment des magnats et de la szlachta. En 1529, surtout, le roi Sigismond Ier voulut faire élire co-roi son fils Sigismond-Auguste, âgé de dix ans. La pratique rappelait par trop celle des Empereurs germaniques de faire élire leur successeur de leur vivant pour établir une hérédité de fait du trône. C’est en tout cas ainsi que le prit la noblesse, qui fit payer fort cher au roi cette tentative de forcer la main à la tradition électorale. En échange de sa sanction, elle arracha que désormais chaque noble du royaume de Pologne aurait une voix individuelle dans l’élection du souverain (constitutions de 1530 et 1538)6.

Sigismond-Auguste dans le De Jagellonum familia de Jodocus Decius, 1521.

Sigismond-Auguste fut donc élu et couronné co-roi ; son père lui donna le gouvernement de la Lituanie en 1544 et il régna seul sur les deux pays après la mort de Sigismond Ier, en 1548. Malgré ses trois mariages, il n’eut pas d’enfant. Avec l’extinction imminente de sa dynastie, il redoutait que la Pologne ne se séparât de la Lituanie et que cette dernière ne se retrouvât seule face aux attaques répétées d’Ivan le Terrible. Il négocia donc une transformation radicale de ses États. L’avènement des Jagellon en 1386 avait inauguré une union personnelle des deux pays : le grand-duc de Lituanie était devenu également roi de Pologne. Les deux couronnes restaient cependant distinctes et séparées, comme le rappela la succession de Casimir IV en 1492 : les Polonais avaient choisi son fils ainé Jean et les Lituaniens son cadet Alexandre ; c’est seulement la mort du premier et l’élection d’Alexandre à sa suite qui avaient réuni les deux principautés en 1501. Il s’agissait maintenant de rendre une telle séparation impossible en transformant l’union personnelle en union réelle. Ce fut chose faite le 1er juillet 1569 : le traité d’union de Lubin donna naissance à un État nouveau, la République des Deux-Nations –

un même corps, indivisible et homogène, une seule et même république, et non deux différentes, dont les deux états et les deux peuples se sont confondus et fusionnés7.

L’interregnum de 1572 et la candidature d’Henri de Valois

Sigismond II Auguste mourut le 7 juillet 1572 et le nouveau régime prévu par le traité de Lubin entra pleinement en vigueur. Mais si les principes généraux étaient connus –

Qu’à partir de ce jour cette double nation soit à jamais gouvernée par un seul chef, par un seul souverain, par un seul roi commun, éligible par les voix communes des Polonais et des Lithuaniens. Son élection se fera en Pologne; ensuite il sera sacré et couronné à Cracovie. L’absence de l’une des parties ne devra pas être un obstacle à l’élection, car les sénateurs et tous les dignitaires du royaume de Pologne et du grand-duché de Lituanie y seront convoqués avec l’obligation d’y assister8.

– il fallait en arbitrer les modalités pratiques9.

Pour expédier les affaires courantes, on avait besoin d’un régent. Au printemps 1572, catholiques et protestants avaient désigné leurs candidats à cette fonction : les premiers penchaient pour l’archevêque de Gniezno, primat de Pologne ; les seconds pour le maréchal de la Couronne, Jean Firley. Se posait aussi la question du mode de l’élection : fallait-il un scrutin par tête de l’ensemble des membres de la noblesse, comme stipulé en 1530 et 1538, ou la rédaction assez vague du traité de 1569 autorisait-elle de recourir à un vote plus restreint – du seul sénat ou par la voix de représentants, par exemple ? Enfin, où fallait-il organiser l’élection, dans une république où certaines régions étaient aux mains des catholiques et d’autres plus profondément pénétrées par la Réforme ?

La conduite des affaires pendant l’interrègne fut partagée entre le primat de Pologne, désigné comme interrex, le sénat (réunissant les magnats) et l’ordre équestre, c’est-à-dire la petite noblesse de la szlachta. Pendant que les deux premiers gouverneraient la république et convoqueraient les assemblées, le troisième assurerait l’administration locale.

Représentation d’une des trois diètes de 1573-1574 (sans doute celle de Couronnement de février 1574) dans les Gestorum Populi Poloni sub Henrico Valesio de Fredo (1652). Frontispice détaché du département des Estampes.

Une assemblée préparatoire – la diète de convocation – fut réunie le 6 janvier 1573 pour examiner les questions pratiques : un vibrant plaidoyer du conseiller Jean Zamoyski imposa l’option du vote par tête de chaque membre de la noblesse (« viritim »), tandis que les catholiques obtinrent la réunion du corps électoral aux environs de Varsovie, une région restée fidèle à Rome10. Le scrutin se tiendrait au printemps suivant.

Restaient les candidats. Pour la première fois depuis 1382, la dynastie n’avait aucun prétendant naturel : Sigismond-Auguste ne laissait que des sœurs derrière lui – ni fils, ni frères. Le champ des possibles était donc largement ouvert. La Pologne-Lituanie représentait une pièce pivot de l’échiquier géopolitique que nulle chancellerie étrangère ne pouvait ignorer, bordée qu’elle était par le Saint-Empire, la Hongrie des Habsbourg, les principautés tributaires de l’empire ottoman et le tsarat de Moscou. À cela s’ajoutait le prestige d’une couronne royale et l’immensité de son territoire. Outre les nationaux, plusieurs princes étrangers tentèrent leur chance et pas moins d’une douzaine de candidature se manifestèrent, parmi lesquelles les plus sérieuses étaient :

  • Jerzy Jazlowiecki (1510-1575), voïvode de Ruthénie – descendant des Piast
  • Albert-Frédéric de Brandebourg (1553-1618), duc de Prusse – petit-fils de Sophie Jagellon
  • Jean III Vasa (1537-1592), roi de Suède – beau-frère de Sigismond-Auguste
  • Ivan IV « Le Terrible » (1530-1584), tsar de Moscou
  • Ernest d’Autriche (1553-1595), fils de l’empereur Maximilien II – petit-fils d’Anne Jagellon
  • Henri de Valois (1551-1589), duc d’Anjou et frère de Charles IX.

Le futur Henri III était le seul à n’avoir ni attaches dynastiques, ni intérêts directs dans les affaires de la région. À vrai dire, la France et la Pologne n’avaient presque aucune relation à cette époque.

La candidature était inattendue, mais pas illogique du point de vue français. Pour Charles IX et une partie de son entourage, envoyer Anjou en Pologne était l’occasion d’éloigner ce frère qui commençait à ressembler à un rival, tout auréolé de ses victoires de Jarnac et Moncontour sur les protestants. Pour la régente Catherine de Médicis, c’était l’occasion de trouver une couronne à son fils, après l’échec de ses démarches pour lui faire épouser Elizabeth d’Angleterre et Marie d’Écosse. Elle regardait vers la Pologne avant même la mort de Stanislas-Auguste et avait envoyé une ambassade à ce dernier dès le printemps 1572. Jean de Monluc, seigneur de Balagny, et Jean Choisnin, secrétaire de l’évêque de Valence, devaient proposer au roi de fiancer le duc d’Anjou à sa sœur, Anne Jagellon, et de le désigner comme son successeur. Ils trouvèrent Stanislas-Auguste trop proche du tombeau pour négocier, mais purent commencer leur travail d’influence avant même le début de l’interrègne ; Choisnin put aussi tenir un journal détaillé qui constitue une source précieuse pour les historiens11.

Le spectre décisif de la Saint-Barthélemy

En apprenant la mort du roi, Catherine de Médicis envoya un de ses meilleurs orateurs pour défendre la candidature française : Jean de Monluc, évêque de Valence employeur de Choisnin et père de Balagny. Quittant Paris au début du mois d’août, il arriva à Cracovie en septembre où la nouvelle du massacre de la saint Barthélémy (24 août 1572) l’avait précédé. Le parti autrichien comme le parti protestant ne se privèrent pas d’utiliser le déferlement de libelles qui s’ensuivit à travers l’Europe pour charger la candidature française12. Tout le travail de Monluc fut de renverser l’image qu’ils brossaient du duc d’Anjou et de donner des garanties aux Polonais. Son secrétaire Choisnin note :

Le plus grand empeschement qu’il avoit, c’estoit la nouvelle de Paris qu’on faisoit rafraischir de nouveaux advis. Toutes les sepmaines l’on apportait des peintures où l’on voyoit toute manière de mort cruelle dépainte : l’on y voyoit fendre des femmes pour en arracher les enfans qu’elles portaient. Le roy et le duc d’Anjou y estoient dépeints […] marrys de ce que les exécuteurs n’estoient assez cruelz […]. A cela y print ledict sieur [de Monluc] deux remèdes : l’un de respondre aux libelles diffamatoires, comme il avoit jà commencé, et faire publier ses respons13.

Scènes de la Saint-Barthélémy, détail d’une gravure de Frans Hogenberg, 1572?.

Pour prévenir tout risque de guerre de religion ou de politique d’intolérance, les nobles de la République se confédérèrent. Le 28 janvier 1573, ils proclamèrent solennellement l’égalité des trois confessions (catholique, protestante, orthodoxe) et la liberté religieuse pour tous les nobles. La décision ne se coulait dans aucune forme juridique connue – ce n’était ni une loi royale, ni un acte de la diète – mais le futur roi devrait s’y plier, qu’il s’agisse du très catholique Ernest d’Autriche, du « massacreur » Henri d’Anjou ou du protestant Jean III Vasa14.

Acte original de la Confédération de Varsovie, 28 janvier 1573. AGAD, Zbiór Dokumentów Pergaminowych, nr 4467. Le grand nombre de sceaux est là pour donner l’image de l’unanimité.

À partir du 7 avril, s’ouvrit la diète électorale ; 40 000 nobles s’étaient présentés pour participer au scrutin. Monluc parla le 10, après le légat du pape et l’ambassadeur d’Autriche. Il prononça un discours de trois heures en latin, sans notes, éloge du prince autant que de la nation polonaise. Préparé depuis le mois de mars et traduit en polonais, le texte fut aussitôt publié dans les deux langues15. Il promit que le roi respecterait les coutumes et libertés polonaises, qu’il utiliserait les revenus de son apanage français pour payer les dettes, redresser l’université de Cracovie et bâtir une flotte. Les représentants des palatinats, devant lesquels il avait parlé, se retirèrent auprès des nobles de leur région et les tours de vote commencèrent, palatinat par palatinat16.

La majorité se dégagea pour Henri dès le 4 mai, mais il fallut quelques compromis supplémentaires pour emporter l’unanimité requise. Le 10 mai, surtout, le maréchal de la Couronne Jean Firley, arracha une série de conditions que le roi devrait signer et jurer pour accéder au trône :

  • entériner les décisions de la diète de convocation et notamment le principe de l’élection libre de chacun de ses successeurs par un vote de tous les nobles,
  • reconnaître aux nobles le droit de contrôler les décisions royales en matière fiscale, diplomatique et matrimoniale, ainsi que celui de se révolter contre lui en cas de manquement,
  • réunir une diète tous les deux ans au moins pour entretenir le Nihil novi de 1505,
  • ratifier les articles de la confédération de Varsovie établissant la liberté de culte.

On nomma les dispositions de cette ultime transaction les « articles henriciens » et les promesses plus personnelles d’Henri faites par Monluc les Pacta conventa. Le processus électoral fut conclu et le duc d’Anjou fut proclamé à l’unanimité roi de Pologne et grand-duc de Lituanie le 11 mai 1573 sous le nom d’Henryk Walezy.

Pacta conventa d’Henri III. Archiwum Główne Akt Dawnych (AGAD). Contrairement aux Articles henriciens qui furent pérennisés et constitutionnalisés, une partie des promesses de Monluc demeura personnelle à Henri III.

Un nouveau règne commençait. Un nouveau régime aussi, car les articles henriciens pérennisèrent et constitutionnalisèrent les solutions qui s’étaient élaborées sur le tas durant l’interrègne de 1572-73. L’écho de la Saint-Barthélemy et la méfiance des protestants face à ce prince « massacreur » eurent un impact déterminant. C’est en grande partie d’eux que naquirent la démocratie nobiliaire, le pactisme et la tolérance religieuse qui allaient caractériser la République jusqu’aux grandes réformes de 1788-1791. L’historiographie polonaise ne manqua d’ailleurs pas de souligner cet aspect fondateur de l’élection henricienne – que ce soit pour en faire un le point d’origine de la glorieuse « liberté dorée » polonaise dans les Gestorum Populi Poloni sub Henrico Valesio de Fredo, ou pour en faire la source de la sclérose de la République au XVIIIe siècle, tel ce Discours patriotique sur la décadence de la Pologne qui proclamait en 1787, juste avant la fin du régime électoral que :

Ce fut sous les rois électifs, dont le premier est Henri de Valois, fils de Catarine de Médicis, roi électif en Pologne, sous lequel naquit ce monstre du gouvernement, qui succéda à nos jours et où les seigneurs et la noblesse acquirent en forme préscrite, le pouvoir législatif, qui commença à combatre contre celui du souverain ; c’est l’époque, d’où il faut compter les malheurs du pays [et] sa décadence17.

De fait, c’est l’ensemble de la procédure de 1573 (régence de l’interrex, tenue des trois diètes de convocation, d’élection et de couronnement, système des confédérations) qui allait en réalité servir de référence à toutes les élections suivantes18.

La réception de l’élection en France

Mais revenons au 11 mai 1573.

Henri avait été proclamé vainqueur de l’élection ; il fallait maintenant qu’il vînt prendre possession de sa couronne et de son trône. Une délégation partit donc de Pologne pour lui notifier solennellement son accession et lui faire ratifier les engagements de son ambassadeur, ainsi que les conditions auxquelles la noblesse entendait qu’il se soumît. À sa tête se trouvait l’évêque Adam Konarski et le conseiller Jean Zamoyski, celui-là même qui avait imposé la solution de l’élection viritim par tous les membres de la noblesse lors de la diète de convocation de janvier.

Le 19 août, les Polonais arrivèrent à Paris19. Si en public, prières, réjouissances et actions de grâce s’étaient succédées depuis juin à l’annonce de la bonne nouvelle (voir sélection), la cour restait mécontente des promesses de Monluc. Anjou s’offensait en particulier des freins que posaient les articles henriciens en matière politique et religieuse. L’intransigeance des émissaires polonais lors des discussions à Paris ne fit que renforcer ses prévenances. La légende allait retenir que Jean Zborowski dut à la fin lui forcer la main en lui déclarant « si non jurabis, non regnabis » (jure, ou tu ne règneras pas) ! Le 10 septembre, Henri de Valois prêtait serment de respecter les articles henriciens dans une grande cérémonie à Notre-Dame.

Louis Boudan, Dessin du sceau du duc-roi Herni apposé sur son acte d’approbation des Articles henriciens, BnF, Manuscrits, fr. 20141, fol. 59).

Trois jours plus tard, les délégués remettaient solennellement le décret d’élection au duc d’Anjou dans la grande salle du Palais de la cité, en présence de la cour et de la famille royale. L’imposant document, auquel pendaient 121 sceaux de nobles polonais, fut sorti de la cassette de vermeil dans lequel il avait été porté en procession à travers la ville et déposé au centre de la salle20. L’évêque Adam Konarski lut les mots de la diète reconnaissant le duc comme roi. Puis Jean Zamoyski lui fit une harangue en latin exposant les mérites qui avaient mené les Polonais à le choisir, mais qui insistait aussi sur les devoirs et les obligations du roi face à des sujets libres, dans une conception du pouvoir bien plus pactiste que celle de la cour des Valois:

Entre les peuples libres, les roys sont instituez pour leur utilité. Parquoy le roy doit en public et en privé pourvoir a leur commoditez et avantages, ne commettant aucune insolence, cholère ou aigreur contre aucun d’eux21.

Le lendemain, Henri faisait sa joyeuse entrée dans Paris comme roi de Pologne22. Le 15, enfin, Catherine de Médicis recevait le roi, la cour et les ambassadeurs polonais pour un somptueux banquet aux Tuileries23. C’est à cette occasion qu’elle donna le célèbre Ballet des provinces françaises ou Ballet des Polonois – une subtile chorégraphie de seize nymphes représentant les régions du royaume à la gloire des vertus militaires d’Henri et du génie politique de Catherine24.

Le Ballet des Polonais. Jean Dorat, Magnificentissimi spectaculi a regina regum matre in hortis suburbanis, Paris, F. Morel, 1573. BnF, RES M-YC-748.

Le roi de Pologne ne quitta finalement la France pour son royaume qu’en décembre. Il arriva deux mois plus tard à Cracovie où il fut couronné le 21 février 157425. Son séjour dans le royaume n’allait durer que quatre mois : apprenant la mort de son frère Charles IX en juin suivant, il quitta aussitôt la Pologne pour n’y jamais revenir. La diète, le somma de rentrer dans l’année, puis le déchut le 3 octobre 1575.

Pour éphémère qu’il fût, l’épisode eut un réel retentissement. Dès le début de l’aventure polonaise, en 1572, lettrés et éditeurs parisiens commencèrent à s’intéresser à ce lointain royaume, publiant la première vague notable d’ouvrages français à son sujet26. À côté des occasionnels directement liés à l’actualité de l’élection – discours et harangues des ambassadeurs, panégyriques, récits des événements, relations des fêtes et cérémonies – vont ainsi paraître plusieurs histoires et descriptions du pays (voir sélection). Une partie de ces ouvrages se présente explicitement comme des outils pour faire connaître aux lecteurs – et peut-être à Henri lui-même – cette lointaine contrée subitement passée sur le devant de la scène. C’est par exemple le cas des Chroniques et annales de Poloigne de Vigenère27 ou du Discours sur l’histoire des Polonais par lequel on peut cognoistre l’origine, situation, fertilité, mœurs, lois, coustumes, dévotions et modestie des habitans du royaume de Pologne publié par Guillaume Nyverd28, dont les prologues reprennent le lieu commun du texte adressé au prince pour l’instruire ou imprimé pour répondre à la curionsité du public. C’est sans doute cette même raison qui explique la réédition à Paris des Arma regni Poloniae29, un armorial de la noblesse polonaise publié une décennie auparavant à Anvers : les armoriaux étaient en effet réputés être des outils utiles à l’éducation des jeunes princes, pour leur apprendre à connaître les plus éminents de leurs sujets.

Blaise de Vigenère, Les chroniques et annales de Poloigne, Paris, Richer, 1573. BnF, M-6215.

Les institutions de la république des Deux-Nations passionnèrent également les théoriciens du politique et les polémistes français. La « démocratie nobiliaire » polono-lituanienne était à des lieues de l’absolutisme de droit divin que les Valois avaient pratiqué depuis le début du siècle. Avec ses trois composantes monarchique (puisqu’il y avait un roi), aristocratique (à travers le sénat) et républicaine (à travers l’élection viritim) qui se contrebalançaient l’une l’autre, elle représentait un cas exemplaire de ces constitutions mixtes qui faisaient les délices de la pensée politique depuis la Grant monarchie de France de Claude de Seyssel30. Pour ceux qui voulaient dénoncer la concentration excessive du pouvoir royal, elle pouvait donc servir de contre-modèle de monarchie délibérative, contractuelle et tempérée dans laquelle le roi était « freiné » par un large conseil et par le droit de révolte des élites. L’exemple polonais se retrouva donc logiquement dans des classiques de la littérature monarchomaque comme le Droit des magistrats de De Bèze (1573) ou la Franco-gallia de Hotman (1574) dès l”époque de l’élection d’Henri31.

Du côté français aussi, l’élection polonaise eut des conséquences au long cours, notamment pour Henri III lui-même32. Dès l’été 1573, elle permettait de sortir de la saison des Saint-Barthélemy : parmi ses conditions, la noblesse polonaise avait demandé à Monluc que Charles IX revînt à une politique de tolérance ; un document formel, les Postulata polonica fut même rédigé en ce sens. Ce fut chose faite le 11 juillet avec la pacification de Boulogne. À plus long terme, la Confédération de Varsovie démontra qu’une politique de tolérance pouvait être viable dans la durée – solution que la France avait jusque-là échoué à mettre en place et que seul l’Edit de Nantes pérennisa. Malgré sa déposition de 1575, Henri entretint quant à lui toujours la  fiction de son double règne polonais et français. Ses actes demeurèrent rédigés au nom du « roi de France et de Pologne », ses armoiries associèrent toujours les écus des deux royaumes, sa devise fit toujours allusion à ses deux couronnes terrestres et à sa future couronne céleste. Son double avènement polonais et français fut aussi placé au cœur du nouvel ordre qu’il créa en 1578 pour réunir l’aristocratie catholique autour de lui : puisqu’il avait reçu ces deux trônes le jour de la pentecôte, la nouvelle compagnie serait consacrée au Saint-Esprit et mettrait en avant la protection que la providence avait accordée au roi en lui donnant ces deux couronnes33. En somme, la Pologne conserva une place essentielle dans la représentation du roi en élu de Dieu – l’élection par la diète de 1573 n’en avait été que la première expression34.

Louis Boudan, Dessin d’une tapisserie aux armes et devises d’Henri III, roi de France et de Pologne. BnF, Estampes, Gaignières 1724.

Un lieu de mémoire, des polonica à Patrimoine partagé

Après la fuite du Valois, le 19 juin 1574, les relations entre la Pologne et la France allaient se refroidir jusqu’au XVIIe et au XVIIIe siècle – quand Louis XIV et Louis XV accueillirent l’exil de Jean II Casimir (1668-1672) puis celui de Stanislas Leszczynski (1737-1766). L’aventure polonaise d’Henri III devint peu à peu un lieu de mémoire, essentiel dans l’intérêt des Français pour la Pologne.

Dans la bibliothèque du petit Musée de l’histoire de France et de l’Europe que constituait le cabinet de Roger de Gaignières à la fin du XVIIe siècle35, par exemple, la majorité des imprimés relatifs à la Pologne avaient en réalité trait à l’élection de 1573 : polonica imprimés en 1573-1574, harangue de Monluc à la diète de mai, occasionnels relatifs à l’avènement d’Henri en Pologne, journal de l’ambassade polonaise de Choisnin, histoire du règne polonais par Fredo36.

L’élection henricienne demeura par ailleurs un lieu commun ou un point de départ, mobilisé par des polémistes pour faire de la démocratie nobiliaire polonaise un contre-modèle face à l’absolutisme français, comme Jean de Saulx-Tavannes en ministériat absolu de Richelieu puis Mazarin ou Henri de Boulainvilliers à la charnière des XVIIe et XVIIIe siècles. À l’époque des Lumières, enfin, des plaquettes comme le Discours patriotique de 1787 déjà évoqué font aussi remonter à cette élection source de la corruption du pays37.

On ne s’étonnera donc guère de la place importante qu’a occupé l’élection de 1573 dans la bibliothèque « Patrimoine-partagé : France-Pologne » de la Bibliothèque nationale de France et de la Biblioteka Narodowa de Varsovie.

Voir aussi, à la BnF

Et ailleurs…

 

Citer ce billet : Pіеrrе Соuhault, "L’élection polonaise d’Henri III, un moment fondateur," in L'Histoire à la BnF, 11/05/2023, https://histoirebnf.hypotheses.org/19285, [consulté le 04/06/2023].

 

  1. Il s’agit de la devise qu’il prend en 1574-1575 à son avènement au trône de France. Son corps représente trois couronne, une au-dessus des deux autres ; au sens strict, le mot signifie « La dernière demeure au ciel ». À son sujet, voir Isabelle Haquet, L’énigme Henri III : ce que nous révèlent les images, Nanterre, Presses universitaires de Paris Ouest, 2012 (en ligne sur OpenEdition) et Nuccio Ordine, Trois couronnes pour un roi, la devise d’Henri III et ses mystères, Paris, Les Belles lettres, 2011. Comme roi de Pologne, il avait une autre devise, représentant un aigle avec le mot « Nec metas rerum, nec tempora pono », comme l’analyse Ewa Kociszewska, « Astrology and empire. A device for the Valois king of Poland », Journal of the Warburg and Courtauld Institutes, vol. 73 (2010), p. 221-255, en ligne sur jstor. []
  2. Sur le sujet, voir notamment Nicolas Le Roux (dir.), « Henri roi de Pologne », dossier de la revue Seizième Siècle, n° 14 (2018), p. 7-182, en ligne sur jstor, qui donne un état récent de la bibliographie ; voir la partie « Autour de l’élection de Henri de Valois. Regards croises », dans Françoise Lavocat (dir.), La France et la Pologne. Histoires, mythes, représentations, Lyon, 2000, p. 79-136 ; Robert J. Knecht, Hero or Tyrant? Henry III, King of France, 1574-89, Burlington, Ashgate, 2014, p. 56 et sq. ; on peut aussi se référer aux études classiques sur le sujet : Emmanuel-Henri de Noailles, Henri de Valois et la Pologne en 1572, Paris, Lévy, 1867 ; Pierre Champion, Henri III : roi de Pologne (1573-1574), Paris, Grasset, 1944-1951 (1ère éd. 1931). []
  3. Sur le sujet, voir Corinne Péneau (dir.), Élections et pouvoirs politiques du VIIe au XVIIe siècle, Pompignac-près-Bordeaux, Bière, 2008 []
  4. Wolfgang Burgdorf, Protokonstitutionalismus. Die Reichsverfassung in den Wahlkapitulationen der römisch-deutschen Könige und Kaiser, 1519-1792, Göttingen, Vandenhoeck & Ruprecht (Schriftenreihe der Historischen Kommission bei der Bayerischen Akademie der Wissenschaften, 94), 2015 []
  5. Pour un aperçu synthétique de l’affirmation du régime électoral, voir Alfred Dufour, « Rousseau et ses Considérations sur le gouvernement de Pologne ou Rousseau historien et législateur antimoderne ? », Revue Française d’Histoire des Idées Politiques, vol. 49/1 (2019), p. 9-63, en ligne sur cairn. []
  6. Teresa Malinowski, « L’élection de 1573, cet événement “qui n’avoit este veu de nostre temps” », Seizième Siècle, n° 14 (2018), p. 19-30, en ligne sur jstor. []
  7. Art. 4 du traité d’union de Lubin, cité dans Documents servant à éclaircir l’histoire des provinces occidentales de la Russie ainsi que leurs rapports avec la Russie et la Pologne, Saint-Pétersbourg, 1865, p. 147. []
  8. Ibid., art. 5 []
  9. Sur l’interrègne, voir l’introduction de Teresa Malinowski, « L’élection de 1573… », art. cit. p. 20-27 ; l’ouvrage classique d’Emmanuel-Henri de Noailles, Henri de Valois et la Pologne… op. cit. est riche en sources ; voir aussi le journal du secrétaire français Jean Choisnin, « Discours au vray de tout ce qui s’est faict et passé pour l’entière négociation de l’élection du roy de Polongne », dans Jean-Alexandre-Charles Buchon (éd.), Choix de chroniques et mémoires sur l’histoire de France, Paris, Vrayet de Surcy (Panthéon littéraire, 12), 1854, p. 677-746). Il avait été publié dès 1574. []
  10. Sur Zamoyski et l’option de la démocratie nobiliaire polonaise, voir Anna Grześkowiak-Krwawicz, Queen Liberty : the concept of freedom in the Polish-Lithuanian commonwealth, Leyde et Boston; Brill, 2012 ; Ian Miernowski, « Aubigné et le “républicanisme des Sarmates rasés” », Albineana, Cahiers d’Aubigné, vol. 30 (Année 2018), p. 125-140, en ligne sur persée ; id., « L’homme ou le citoyen ? Les limites de l’universalisme humaniste chez Andrzej Frycz Modrezewski et chez Jean Bodin», dans Denis Crouzet, Élisabeth Crouzet-Pavan, Philippe Desan et Clémence Revest (dir.), L’humanisme à l’épreuve de l’Europe (XVe-XVIe siècle). Histoire d’une transmutation culturelle, Ceyzérieu, Champ Vallon, 2018 []
  11. Jean Choisnin, « Discours au vray de tout ce qui s’est faict et passé… », op. cit. []
  12. Sur la réception du massacre chez les protestants polonais, voir Marta Wojtkowska-Maksymik, « Henri de Valois et la France dans les lettres des calvinistes polonais aux théologiens suisses (1572-1576) », Seizième Siècle, n° 14 (2018), p. 31-45, en ligne sur jstor ; Marc Vénard, « La présentation de la Saint-Barthélemy aux Polonais, en vue de l’élection d’Henri de Valois », dans Les contacts religieux franco-polonais du Moyen Âge à nos jours, Paris, Le Dialogue, 1985, p. 116-127. []
  13. Jean Choisnin, « Discours au vray de tout ce qui s’est faict et passé… », op. cit., p. 700, cité par Isabelle Haquet,« Aux yeux du peuple de Pologne les portraits d’Henri de Valois », Seizième Siècle, n° 14 (2018), p. 78, en ligne sur jstor. []
  14. Sur la Confédération de Varsovie, voir : Laurent Tatarenko, « La Confédération de Varsovie du 28 janvier 1573 : une politique de tolérance au service des privilèges nobiliaires », Annales de Bretagne et des Pays de l’Ouest, n° 125-1 (2018), p. 9-23, en ligne sur OpenEdition. []
  15. Les discours du légat, de l’ambassadeur d’Autriche et de Monluc imprimés à Cracovie se trouvent dans le recueil BnF, Manuscrits, fr. 20141: fol. 39 pour le légat, fol. 49 pour l’ambassadeur impérial et fol. 59 pour Monluc. []
  16. Le processus est décrit par Teresa Malinowski, « L’élection de 1573… », art. cit. p. 25 et par Choisnin. []
  17. Discours patriotique sur la decadence de la Pologne, En Europe, 1787, p. 14. []
  18. Teresa Malinowski, « L’élection de 1573… », art. cit. p. 20-27 []
  19. Sur les fêtes parisiennes, voir notamment Ewa Kociszewska, « La Pologne, un don maternel de Catherine de Médicis ? La cérémonie de la remise du Decretum electionis à Henri de Valois », Le Moyen Age, vol. CXVII/3-4 (2011), p. 561-575, en ligne sur cairn. []
  20. Sur l’aspect matériel du document, voir sa notice dans la base des traités des archives diplomatiques et P. Skwarczyński, « The “Decretum electionis” of Henry of Valois », The Slavonic and East European Review, n° 37/88 (1958), p. 113-130, en ligne sur jstor. []
  21. Jean Zamoyski, L’Oraison du seigneur Jean de Zamoscie,… l’un des ambassadeurs envoyez en France par les Estats du royaume de Poloigne et du grand duché de Lithuanie, au sérénissime Roy éleu de Poloigne, Paris, Vascosan, 1574 , fol. 10 []
  22. Voir le récit manuscrit dans BnF, Manuscrits, fr. 5102. []
  23. Récit dans Jean Dorat, Magnificentissimi spectaculi a regina regum matre in hortis suburbanis, Paris, F. Morel, 1573. []
  24. Ewa Kociszewska, « War and Seduction in Cybele’s Garden: Contextualizing the Ballet des Polonais », Renaissance Quarterly, Vol. 65/3 (automne 2012), p. 809-863, en ligne sur jstor. []
  25. Récit dans Nicolas Du Mont, Les obsèques et funérailles de Sigismond Auguste, roy de Pologne, dernier défunct, plus l’Entrée, sacre & couronnement de Henry, à présent roy de Pologne, Paris, Denis du Pré, 1574 (ex. 1 et 2). []
  26. Jerzy Kloczowski, Muriel Wozniewski, « Les premières histoires de la Pologne publiées en France, à l’occasion de l’élection d’Henri de Valois », dans Robert Sauzet (dir.), Henri III et son temps, Paris, Vrin, 1992, p. 103-109, en ligne sur OpenEdition ; Teresa Malinowski, La République de Pologne dans les imprimés français (1573-1795) : penser les relations entre gouvernants et gouvernés à l’époque moderne, thèse inédite de l’université de Nanterre, soutenue le 18-04-2019 sous la direction de Monique Cottret et de Maciej Forycki ; Rita Mazzei, « L’elezione del 1573 e le prime storie di polonia pubblicate in Francia », Rivista storica italiana, anno CXX, fascicolo II, 2008, p. 459-502 []
  27. Blaise de Vigenère, Les chroniques et annales de Poloigne, Paris, Richer, 1573 []
  28. Discours sur l’histoire des Polognois, par lequel on peult cognostre l’origine, situatio, fertilité, moeurs, loix, coustumes, […] et modestie des habitants du Royaume de Pologne… Le tout extraict des historiographes allemans, qui ont escrit l’histoire generalle dudict païs, Paris, Nyverd, 1573 et Lyon, Rigaud ,1573. []
  29. Marcus Ambrosius, Arma regni Poloniae, slnd., cité par Nicolas Le Roux, « Introduction », Seizième Siècle, n° 14 (2018), p. 14, en ligne sur jstor et Vladimir Chichkine, « Les livres d’Henri III conservés à la bibliothèque nationale de Russie », ibid., p. 123-126. []
  30. Jean-Marie Constant, « La monarchie tempérée prônée par Claude de Seyssel : une idée d’avenir dans le monde politique français, aux XVIe et XVIIe siècles », dans Patricia Eichel-Lojkine (dir.), Claude de Seyssel : Écrire l’histoire, penser le politique en France, à l’aube des temps modernes, Rennes, PUR, 2010, p. 153-161. []
  31. Teresa Malinowski, La République de Pologne dans les imprimés français (1573-1795), op. cit., p. 159-182 []
  32. C’est une des hypothèses de Katarzyna Kosior, « Henry Valois’s court and elective kingship in the polish-lithuanian commonwealth », The Historical Journal, vol. 64/4, Septembre 2021, p. 865-890, en ligne sur cambridge.org. []
  33. Le Livre des statuts et ordonnances de l’ordre du benoist sainct Esprit estably par le très chrestien roy de France et de Pologne Henry III, slnd., le prologue rappelle ainsi parmi les motifs de création de l’ordre « qu’il [a aussi plu à Dieu], par l’inspiration du benoist Saint-Esprit, au jour et feste de la Pentecoste, unir tous les cœurs et volontez de la noblesse polonoise, et ranger tous les estats de ce puissant et renommé royaume et grand-duché de Lithuanie, à nous élire pour leur roy, et depuis, à mesme jour et feste, Nous appeller au regime et gouvernement de cette Couronne très-chrestienne, par sa volonté et droit successif… » []
  34. Sur le sujet, voir Isabelle Haquet, L’énigme Henri III…, op. cit. (en ligne sur OpenEdition) et Nuccio Ordine, Trois couronnes pour un roi…, op. cit. []
  35. Anne Ritz-Guilbert, La collection Gaignières, un inventaire du royaume au XVIIe siècle, Paris, CNRS, 2016 []
  36. Ils occupent les n° 1631-32, 1818, 2303-04, 2475, 2942-2957 et 3602 de l’inventaire de 1711). []
  37. Sur cette postérité, voir Teresa MalinowskiLa République de Pologne dans les imprimés français (1573-1795)op. cit. []

Pіеrrе Соuhault

Professeur agrégé, docteur de l'université Paris-Sorbonne. Centre Roland Mousnier (UMR 8596). Chef-adjoint du service Histoire, BnF.

More Posts


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search