L’archéologie de la Grande Guerre vue de l’est [Conférence du mercredi 23 mai, à 18h30]

archive ill. 1 Champ de bataille de Verdun (Auteur : R. de Matos Machado, mars 2015)

Le mercredi 23 mai, M. Michaël Landolt et Mme Stéphanie Jacquemot, archéologues auprès du Service régional de l’archéologie à la Direction Régionale des Affaires Culturelles du Grand Est donneront des conférences illustrant deux facettes de l’apport de l’archéologie à la connaissance de la Grande Guerre dans la région Grand Est.

Pour les informations pratiques (lieu, horaires), voir ici.

Découvrez comment l’Histoire s’élabore au fil des fouilles, de l’étude des objets ou des textes à travers la rencontre avec ceux qui l’enrichissent chaque jour par leurs recherches. Ce nouveau rendez-vous est consacré à l’actualité de la recherche archéologique de la Guerre.

 

ill. 2 Dépotoir dans un cantonnement allemand de Sainte-Marie-aux-Mines (Haut-Rhin) (photo sous droits, Claire Delalande, Archéologie Alsace)

L’alimentation du combattant de la Grande Guerre à travers l’archéologie par Michaël Landolt

Le développement de l’archéologie de la Première Guerre mondiale en France depuis quelques années s’est récemment accompagné d’une définition de nouvelles problématiques d’études. Parmi celles-ci, l’étude archéologique des dépotoirs vient véritablement compléter la vision de la Grande Guerre. De nombreux éléments, issus du mobilier rejeté dans ces structures, sont à mettre en relation avec l’alimentation. L’évocation par les soldats des conditions alimentaires au front et au repos est trop souvent parcellaire et anecdotique. Ainsi, les objets et les restes alimentaires qui leurs sont liés méritent une attention particulière car ils contiennent une quantité d’informations encore sous exploitées par les historiens. Même si ces vestiges ont malheureusement souvent été délaissés, au profit des fouilleurs clandestins, les études scientifiques démontrent aujourd’hui le potentiel documentaire de ce mobilier. À partir de corpus principalement issus de Champagne-Ardenne, Lorraine et Alsace, l’alimentation des soldats allemands et français pourra être abordée. L’accent sera donné sur les spécificités de chaque belligérant à partir de quelques exemples caractéristiques (boissons,  condiments, conserves, viande…). Cette étude comparative pluridisciplinaire développera plusieurs problématiques depuis la fabrication des aliments jusqu’au rejet des restes alimentaires.

ill. 3 Prospection sur le site de Verdun (CC BY-NC-ND 4.0)

Archéogéomorphologie de la Grande Guerre : une approche du façonnement des paysages du premier conflit mondial dans le Nord-Est de la France (champ de bataille de Verdun) par Stéphanie Jacquemot

Cent ans après, les traces des combats de la Grande Guerre demeurent toujours vivaces dans les paysages du Nord-Est de la France. C’est le cas notamment en forêt de Verdun, qui a fait l’objet en 2013 d’une prospection par LiDAR aéroporté, permettant de dévoiler, sous forme d’images 3-D à haute résolution, les vestiges de guerre masqués par le manteau forestier. Menée à partir du traitement d’images et de l’analyse de terrain, une étude archéogéomorphologique des formes de relief induites par les bombardements et les aménagements du front établit une typologie et une cartographie inédites de la diversité des vestiges et de la structure du champ de bataille. Les résultats de ces travaux menés avec Rémi de Matos-Machado contribuent à affiner la connaissance du champ de bataille de Verdun.

Bibliographie

Archéologie du Grand Est

  • Stéphanie Jacquemot, Vestiges de guerres en Lorraine : le patrimoine archéologique des conflits mondiaux. Metz : Éd. Serpenoise, impr. 2011. [BnF inv. 2012-14795]
  • Bernadette Schnitzler et Michaël Landolt, À l’Est, du nouveau !: archéologie de la Grande guerre en Alsace et en Lorraine. Strasbourg : Musées de la Ville de Strasbourg, impr. 2013. [BnF inv. 2013-409111  consultable en libre-accès en salle J]

Alimentation du soldat

  • Michaël Landolt, « Archéologie du front ». Bulletin des bibliothèques de France (BBF) [En ligne], 3 |2014, p. 66-75. URL : http://bbf.enssib.fr/consulter/bbf-2014-03-0066-006
  • Caroline Poulain, Manger et boire entre 1914 & 1918. Dijon : Bibliothèque municipale de Dijon ; Gand : Snoeck, DL 2015. [BnF inv. 2016-37854 consultable en libre-accès en salle C]

Verdun et Lidar

  • Rémi de Matos Machado, Jean-Paul Amat, Gilles Arnaud-Fassetta et François Bétard, « Potentialités de l’outil LiDAR pour cartographier les vestiges de la Grande Guerre en milieu intra-forestier (bois des Caures, forêt domaniale de Verdun, Meuse) », EchoGéo [En ligne], 38 | 2016. URL : http://journals.openedition.org/echogeo/14791.
  • Rémi De Matos-Machado. « Le LiDAR voit le champ de bataille de Verdun : un outil pour l’étude des vestiges de guerre », Les 4 jours de Verdun, Verdun, France. 2014. 〈hal-01485081〉

ill. 4 Front de l’Ouest, hiver 1914 (CC BY-NC-ND 4.0)


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. Apprenez comment les données de vos commentaires sont utilisées.