La Chute d’Allende. Chili, 11 Septembre 1973

Le palais de la Moneda après le coup d'État. Agence de presse Sygma, 1973. Gallica BnF.

 

Sigan Ustedes sabiendo que, mucho más temprano que tarde, se abrirán las grandes alamedas por donde pase el hombre libre para construir una sociedad mejor1.

C’est par ces mots d’espoir que le président Salvador Allende termine son dernier discours au peuple chilien, retransmis, le 11 septembre 1973, à 9h, par la seule radio encore libre, Radio Magallanes. Le président chilien se suicide quelques heures plus tard, alors qu’à midi les forces aériennes commencent le bombardement du palais présidentiel de La Moneda.

 

 

Le coup d’État

Le coup d’État, organisé par le général Auguste Pinochet, avec le support tacite de Washington, renverse le gouvernement d’Unité Populaire (Union Popular) qui était parvenu au pouvoir en novembre 1970. Après une campagne électorale au cours de laquelle s’ étaient opposés le conservateur Jorge Alessandri, le représentant du parti démocrate-chrétien, Radomiro Tomić, et Salvador Allende, soutenu par la coalition de l’Union Popular composée des Parti socialiste, Parti communiste, Parti social-démocrate, Parti radical, Mouvement d’action populaire unitaire (MAPU, aile dissidente de la Démocratie chrétienne) et l’Action populaire indépendante, le futur président avait emporté les élections avec 36,3% des suffrages. Deux syndicats, la Fédération syndicale nationale et la Centrale unique des Travailleurs soutenaient également le programme de l’Union Popular.

A. Acquaviva, G. Fournial, P. Gilhodes et al., Chili de l’Unité populaire, Paris, Éditions sociales, 1971. BnF (16-R-9381 (41)).

La victoire de l’Union Popular a un écho mondial et est matière à réflexion pour la gauche européenne en quête d’unité et de stratégie politique. En France, François Mitterrand en parle comme d’un modèle pour la gauche socialiste en soulignant lui-même les ressemblances entre le cas chilien et français :

 

On est frappé quand on arrive au Chili par les similitudes de situations, de comportements, des relations des partis politiques entre eux. Beaucoup de partis, donc une infinité de nuances, les mêmes dénominations, les mêmes alliances. Je dirai même qu’au Chili, il y a encore, je crois, une plus grande richesse de la gamme. Mais cependant, au Chili, ils sont arrivés autour d’un pacte d’unité populaire à dessiner un programme d’action. Et ça fait maintenant un an que ce programme d’action est exécuté par le gouvernement issu de l’élection du président Salvador Allende2

 

En Italie, Enrico Berlinguer, alors secrétaire du Parti communiste italien, prête la plus grande attention à la stratégie des alliances mise en œuvre par Allende mais également aux causes du « golpe » (coup d’État) en soulignant que la Démocratie chrétienne chilienne, sous l’égide Eduardo Frei Montalva, avait bénéficié, dans les années 1960, d’un pouvoir écrasant. Les attaques menées dans les derniers mois du gouvernement Allende par la Démocratie chrétienne (de laquelle avait fait scission la MAPU), persuada Berlinguer de proposer un rapprochement avec la Démocratie chrétienne italienne, alors soutenue par les gouvernements nord-américains. L’enseignement chilien lui semble parfaitement limpide : aucune force politique progressiste ne peut ébranler le système capitaliste sans une majorité stable et un large consensus populaire. Les réflexions sur le cas chilien jettent les bases de ce qui sera ensuite appelé le compromis historique et largement exposé dans les médias du parti comme l’influente revue Rinascita. Rivista settimanale di politica e cultura italiana3.

 

 

Pareillement, en ce qui concerne la Grèce, les historiens et politologues ont souligné l’importance de la figure de Salvador Allende et de tout ce qu’il représentait dans l’éveil du mouvement contre la dictature des Colonels qui se solde par leur chute en novembre 19744.

 

Athènes 1973 (lot d’images SIPA-PRESS, consultable dans GallicaIntramuros).

 

Enfin, au Portugal, le Parti socialiste, dirigé par Màrio Soares, alors en exil, adopte un programme de réformes radicales mais dans le respect total des libertés individuelles. C’est ce que mettra en œuvre la révolution des Œillets du 25 avril 19745.

Autrement dit, le renversement de l’« utopie » chilienne provoque un choc émotionnel planétaire touchant des couches sociales très différentes. La communauté scientifique internationale n’hésite pas à le qualifier de rupture majeure du XXe siècle latino-américain6.

Mais c’est sans doute l’écrivain colombien Gabriel Garcia Márquez qui résume de la façon la plus poignante l’importance de l’événement qui conjugue la tragédie d’un homme et la fin d’une utopie politique :

[…] La contradicción más dramática de su vida fue ser, al mismo tiempo, enemigo congénito de la violencia y revolucionario apasionado, y el creía haberla resuelto con la hipotesis de que las condiciones de Chile permetían una evolución pacifica hacia el sccialismo dentro de la legalidad burguesa. […] El drama ocurrió en Chile, para mal de los chilenos, pero ha de pasar a la historia como algo que nos sucedió sin remedio a todos los hombres de este tiempo, que se quedó en nuestras vidas para siempre7.

Gabriel Garcia Márquez, Chile: el golpe y los gringos, Bogotà, [Alternativa], 1974. BnF (16-PC-5801)

La répression et l’exil

Parmi les tous premiers récits, rappelons celui de l’ambassadeur français à Santiago, Pierre de Menthon qui, avec sa femme Françoise, donne asile à des centaines d’opposants politiques jusqu’en avril 1974, moment de la réouverture des frontières chiliennes et de la reprise des vols intercontinentaux8.

Pierre de Menthon, Je témoigne : Québec 1967, Chili 1973, Paris, Le Cerf, 1976. BnF (16-R-13930).

Les milliers d’opposants politiques qui prennent le chemin de l’exil choisissent majoritairement le continent européen, notamment la France, la Grande-Bretagne, l’Italie et la Suède.

La France, alors gouvernée par Georges Pompidou, accueille beaucoup de militants chiliens dont une partie provient du Movimiento de la Izquierda Revolucionaria (MIR) mouvement d’extrême gauche qui inspire encore aujourd’hui la mouvance anticapitaliste9.

De récentes études sociologiques sur l’accueil des ressortissants chiliens en France avancent le chiffre global de 15 000 réfugiés et soulignent la promptitude et la générosité qui caractérisèrent leur arrivée10. En effet, l’existence d’une bonne structure d’accueil, unie au souffle libertaire post-68, à la mobilisation des syndicats, des associations d’entr’aide et de la gauche française récemment réunifiée, expliquent cet élan de solidarité.

Les nombreux tracts et affichettes de l’époque conservés dans le fonds des Recueils de la BnF témoignent de cette solidarité :

 

 

La mobilisation passe également par la musique. Le parti socialiste finance la production d’un disque trente-trois tours sur le Chili qui reprend l’hymne de l’Union Popular, « ¡Venceremos! », déjà chanté par Victor Jara, et rassemble le dernier discours de Salvador Allende, des chants révolutionnaires et quelques poèmes de Pablo Neruda. Le vinyl a, par la suite, fait l’objet de plusieurs rééditions sur CD, conservées au département Son, vidéo, multimédia de la BnF.

 

¡Venceremos! Hommage à Salvador Allende : 11 septembre 1973-11 septembre 2003, réédition CD 2013. BnF (SDC 12-303528)

 

Le Comité politique de l’Union Popular continue son activité en exil. Clodomiro Almeyda, plusieurs fois ministre sous le gouvernement Allende, devient le chef de l’opposition socialiste à l’étranger, d’abord en République démocratique d’Allemagne, ensuite au Mexique dans les années 1980. Il est élu à la tête du Secrétariat exécutif officiel de l’Union Popular, qui ne survit cependant pas aux profondes divergences politiques de ses militants et est dissoute en 1980.

 

Clodomiro Almeyda, Pensando a Chile, Santiago, Terranova, 1986. BnF (16-PC-8161).

 

Aujourd’hui, 50 ans après ces événements tragiques, la Bibliothèque nationale de France rend hommage à la figure du Président Salvador Allende en présentant une sélection de documents dans les salles de lecture d’histoire, et annonce la tenue du colloque « Athènes-Santiago, 1973-2023 : une histoire culturelle des luttes contre les dictatures » qui aura lieu le 15 novembre 2023 dans le Petit Auditorium de la BnF – site François Mitterrand. L’avant-programme est d’ores et déjà consultable ici.

La sélection bibliographique est également disponible en ligne.

 



Citer ce billet
Emanuela Prosdotti (2023, 11 septembre). La Chute d’Allende. Chili, 11 Septembre 1973. L'Histoire à la BnF. Consulté le 23 mai 2024, à l’adresse https://doi.org/10.58079/pmuv

  1. « Allez de l’avant sachant que bientôt s’ouvriront de grandes avenues où passera l’homme libre pour construire une société meilleure ». La totalité du discours de Salvador Allende est consultable en ligne sur le site France Terre d’asile. []
  2. L’interview, diffusée le 17.11.1971 est consultable en ligne sur le site conjoint INA – Fondation François Mitterrand. []
  3. Nous signalons également le site web dédié à Enrico Berlinguer et à ses écrits : https://enricoberlinguer.org/ []
  4. Eugénia Palieraki, « “Le Chili est proche”. Les mouvements antidictatoriaux grecs et les septembres chiliens » Monde(s). Histoires, espaces, relations, n° 8 (2015/2), p. 45-64. Consultable en ligne sur Cairn. []
  5. Diego Palacios Cerezales, « Deux ans de révolution : 1974-1976 » dans Christophe Roux, Le Portugal depuis la révolution des Œillets. Dynamiques politiques et sociales, Paris, L’Harmattan, 2022, chapitre 3, page 62 et suivantes. []
  6. Olivier Compagnon, Caroline Moine (dir.), « Chili 1973, un évènement mondial », dossier de la revue Monde(s). Histoires, espaces, relations, n° 8 (2015/2). Consultable en ligne sur Cairn. []
  7. Gabriel Garcia Márquez, Chile: el golpe y los gringos, Bogotà, [Alternativa], 1974. Nous traduisons : « La contradiction la plus dramatique de sa vie fut d’être à la fois un ennemi farouche de la violence et un révolutionnaire passionné; il croyait l’avoir résolue en estimant que les conditions du Chili permettaient une évolution pacifique vers le socialisme tout en respectant la légalité bourgeoise. […] Ce drame s’est déroulé au Chili, pour le plus grand malheur des Chiliens, mais il restera dans l’histoire comme un événement qui, irrémédiablement, nous arrive à nous tous et qui demeurera pour toujours dans nos vies ». []
  8. Voir aussi Pierre et Françoise de Menthon, El asilo contra la opresión. Embajada de Francia. Santiago – Chile. 1973, Santiago, Museo de la Memoria y los Derechos Humanos, 2013. Edition numérique disponible en ligne sur le site du musée. []
  9. Voir, par exemple, L’Anticapitaliste, Revue du Nouveau parti Anticapitaliste. Pour l’histoire du MIR, Eugénia Palieraki, ¡La revolución ya viene! El MIR chileno en los años sesenta, Santiago, LOM, 2014 ; id., Naissance d’une révolution. Histoire critique du MIR chilien, Paris, Terres de feu, à paraître en 2023 []
  10. Voir le dossier « L’Exil chilien en France », Hommes & migrations. Revue française de référence sur les dynamiques migratoires, n° 1305 (2014). Consultable en ligne sur openedition.org. []

Emanuela Prosdotti

Chargée de collections en histoire de l'Italie, de la péninsule ibérique et de l'Amérique latine au département Philosophie, histoire, sciences de l'homme

More Posts

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search