Un impôt sur les chiens ? ce que nous dit la satire (partie II)

Nadar, « Les philosophes du jour », Petit Journal pour rire, 1856. n° 42. BnF, Département Philosophie, Histoire, Sciences de l’homme. Cote : 4-LC2-3830.

Instituée à l’été 1855 après plus d’un demi-siècle d’hésitations (voir billet précédent), la taxe sur les chiens entre en vigueur en 1856. Elle doit être comprise entre un à dix francs et distingue deux classes de chiens, l’une dite d’agrément l’autre utilitaire.  Les législateurs ont prévu qu’elle rapporterait des sommes importantes aux communes, et permettrait de diminuer le nombre de chiens errants donc de lutter contre la rage alors meurtrière. Ils ont aussi argué que la nourriture consacrée aux chiens pourrait revenir  à des populations mal nourries. Les premières réactions de la presse en 1855 sont spéculatives : on a volontiers imaginé que les propriétaires allaient se débarrasser de leurs chiens. S’il semble en effet que certains d’entre eux ont  noyé ou abandonné leurs bêtes avant l’entrée en vigueur du nouvel impôt, les caricatures dépeignent surtout des stratégies de résistance des rétives et rétifs à la taxe mais  désireux de conserver leur animal. Cet écart  par rapport à une littérature réaliste qui s’est plus volontiers penchée sur l’élimination sordide des animaux1 montre une fois encore qu’on doit envisager la presse satirique comme une caisse de résonance plus subtile qu’il n’y paraît des mutations sociétales.

Les caricatures de 1856, au-delà d’une peinture des fraudeurs et des propriétaires ridicules de caniches enrubannés, donnent à voir l’omniprésence des chiens dans certains foyers et l’importance pour leurs maitres de cette compagnie animale. Plus largement, le développement de l’hippophagie, les expérimentations de la pisciculture, la taxe sur les chiens, une exposition agricole très fréquentée, sont autant d’occasions pour la presse satirique pendant l’année 1856 d’interroger la nature des relations entre hommes et animaux2.

« Canicides » et histoires édifiantes

La presse réagit de manière très hétérogène à la taxe sur les chiens. Le Nouveau Journal des Connaissances utiles se montre extrêmement pragmatique :

Au moment où la mise en vigueur de la loi sur la taxe des chiens occasionne une Saint-Barthélémy parmi l’espèce canine, il n’est pas sans intérêt de savoir ce que vaut la dépouille de cet animal, grand ami de la picorée de l’homme.

On peut tirer du chien mort :

1° Une peau, qui est vendue par première main de  40 à 89 centimes ;

2° De la graisse, en plus ou moins, grande quantité qui est vendue, par les chiffonniers de Paris qui s’occupent de ce produit, de 60 à 80 centimes le kilogramme en vrac […]

3° des chairs, des os et du sang, qui, comme engrais, ont une valeur moyenne de 15 c.  […]

— Soit environ 5 fr. pour la valeur d’un chien mort […]

En évaluant à deux cent mille le nombre de chiens qui seront abattus d’ici au mois de février, et à 5 fr. le produit de chacun d’eux, c’est 1 million de francs que l’économie industrielle va retirer de cette mesure. Si on évalue en outre la nourriture de ces parasites à 5 centimes de  pain par jour, ou 18 francs par an au moins, on  trouve qu’ils laisseront pour 3 à 4 millions de nourriture disponible, qui reviendra aux autres animaux. Lorsqu’on n’estime qu’à 5 centimes par jour la nourriture d’un chien, on reste au-dessous de la vérité, pour le moment, et au prix où sont les denrées alimentaires, il y a, à Paris, dix mille chiens nourris de blanc de poulet, de biscuit, de sucre, dont la nourriture s’élève au moins, à 1 fr. par jour, soit près de 4 millions par an. Quoi qu’il en soit, les chiens qui disparaissent auraient pu ou pourront avoir après leur mort une valeur au moins égale à celle qu’ils avaient avant, et laisseront certainement à la disposition de la population pour quelques millions de nourriture3.

On aura remarqué cependant que le journal utilise l’expression de « Saint-Barthélémy ». Cette image a été employée dès le vote de la loi par un journal au contenu souvent humoristique, L’Argus et le Vert-vert réunis :

C’en est fait, le caniche est émancipé ; dorénavant un chien n’est plus un chien, c’est un citoyen patentable. Dorénavant un chien a son état civil, il paie sa cote personnelle ; il  ne monte pas encore sa garde, mais, patience !  ça viendra. En attendant, voilà quinze cent mille quadrupèdes pauvres, mais honnêtes, transformés tout à coup, par le seul fait de leur insolvabilité, en parias, en proscrits, en bandits (c’est le mot de M. le rapporteur), et dont la tête est mise à prix ; voilà quinze cent mille intéressantes bêtes mises au ban de la civilisation et condamnées, de par une loi canicide, à une autre Saint-Barthélemy. Nous aimons à croire que ces considérations ont échappé à l’intelligence de la Société protectrice des animaux, s’il est vrai, comme le législateur l’assure, que cette Société ait eu l’aveuglement ou la faiblesse d’adhérer au projet de loi, autrement il faudrait admettre que sa protection est de la même nature que l’amour paternel de ce comte Ugolin qui se faisait un devoir de manger ses enfants , afin de leur conserver un père4.

Cette brève met en avant des notions importantes qui vont agiter la presse en 1856 :

  • par le biais de l’impôt et d’une inscription dans un registre, le chien acquiert un statut équivalent à celui du contribuable, du citoyen (cf.infra).
  • les législateurs savent pertinemment que tous les propriétaires ne pourront et /ou ne voudront payer la taxe, et que la loi va donc entraîner de nombreuses exécutions de chiens.
  • la Société de Protection des Animaux a été favorable à cette législation5.
Occurence du mot canicide dans la presse entre 1840 et 1900, selon les données de Retronews au 13/06/2018.

Employé jusqu’ici pour désigner une expérience sur un chien ou un sacrifice, le terme « canicide » est encore peu usité en 1856 mais semble désormais qualifier le fait de tuer de nombreux chiens. Les journalistes l’appliquent à la loi et non aux  législateurs. Le Journal amusant synthétise les différentes réflexions en faisant de la taxe un élément notable de l’année à venir. Entre les pattes du bœuf gras6, un élégant chien d’agrément qui a payé la taxe des 10 francs regarde avec commisération un corniaud  sacrifié. La loi protectrice des animaux volète tel un fantôme, inutile …

=> cliquez sur les vignettes ci-dessous pour voir les images

On trouve aussi dans la presse des récits  qui n’occultent pas la manière sordide dont les gens (et pas nécessairement les plus pauvres) essaient de se débarrasser de leurs compagnons à quatre pattes. Donnant plus de noblesse aux animaux qu’à leurs propriétaires, tantôt sérieux tantôt humoristiques, ces textes ont une visée édificatrice.  Ainsi Le Courrier de L’Eure rapporte que le « sieur F…, ne voulant pas payer l’impôt pour son vieux chien, se décide à le tuer » à coups de houe et de fourche. Il enterre l’animal qui, n’étant pas tout à fait mort,  pousse quelques gémissements et est délivré par un congénère. Clopin-clopant, le malheureux se traîne à la maison de son maître, qui cette fois «  fut accessible à la pitié,  pansa les blessures de sa victime, et voulut bien se décider à payer sa capitation7 ».

Encyclopédie populaire : journal de tout le monde… sous la direction de M. l’abbé Mullois. Paris, M. C. Dillet, 20 décembre 1856. Gallica (BnF).
Encyclopédie populaire : journal de tout le monde… sous la direction de M. l’abbé Mullois. Paris, : M. C. Dillet, 20 décembre 1856. Gallica (BnF).

L’Écho rochelais fournit trois exemples locaux gradués  dans un même numéro. Black est vendu par son maître, un charpentier chargé de famille, à un capitaine de navire. L’épagneul saute dans le port de la Rochelle, et nage jusqu’à son maître « attendri » qui décide de payer l’impôt.  Médor est confié à un pendeur de chiens, mais la corde casse. On le jette dans la vase du port, dont il est tiré par un mousse au bout de trois jours… mais c’est vers la maison de son maître qu’il se précipite ! Enfin, Mirza, pur King-Charles, est adorée par sa maîtresse. Elle reçoit une « cosse de Marans » (une bûche) sur le crâne. Son maître, un grigou calculateur, la fait empailler, et se réjouit d’une économie appréciable par rapport à vingt ans de taxe… Les trois exemples sont précédés d’un texte :

L’année 1855 aura été pour la race canine une ère de persécution et de massacre qui léguera de funèbres souvenirs aux âges à venir. Étrange retour des choses d’ici-bas ! C’est à l’époque où la loi protectrice des animaux, la loi Grammont, commence à pénétrer dans nos mœurs, au moment où, par suite, tous les caniches du monde pouvaient croire leur sûreté individuelle garantie, que tout-à-coup a sonné l’heure d’une proscription fatale au plus grand nombre. Qui racontera jamais tous les actes de fidélité sublime, de dévouement courageux, comme aussi les froides cruautés, les mordants désespoirs auxquels aura donné lieu le recensement des chiens ? Les journaux de différentes localités, en faisant connaître qu’il y a relativement peu d’inscrits, parlent des nombreux canicides qui se commettent chaque jour; dans les grandes villes, on fait de véritables hécatombes de ces infortunés quadrupèdes. Les rivières et les fleuves charrient leurs cadavres. Hélas ! le nombre des victimes est bien grand, car les différentes espèces de la race ont été atteintes, depuis le pauvre petit roquet, gracieux et inoffensif aboyeur, jusqu’à l’énorme boule-dogue mâtiné !… Si de cette persécution hérodesque il faut conclure, comme le disait un journal, que le chien n’est pas l’ami de l’homme, par contre, on peut affirmer que l’homme est l’ami du chien, d’après les traits d’attachement et de fidélité que l’histoire nous a transmis de ces intéressants animaux8.

Les caricaturistes  associent l’anthropomorphisation des animaux et leur mort pour proposer des images suggérant un suicide altruiste des chiens, devant la taxe impossible à payer.

=> cliquez sur les vignettes ci-dessous pour voir les images

 

Tentatives de fraudes et travestissements en tous genres pour canidés

 

La presse satirique montre surtout des propriétaires attachés à leurs chiens, et qui tentent des subterfuges. Certains ont même décidé de ne pas faire de déclaration. Ce phénomène entraîne à certains endroits un durcissement de la législation comme par exemple le port obligatoire d’une médaille avec le nom du chien et l’adresse du propriétaire.  Les chiens errants sont alors empoisonnés par les municipalités. En 1856, l’imagination des humoristes va bon train, dans des brèves comme celle-ci :

JUIN. — Madame X…, disparue depuis quatre mois, est retrouvée dans la forêt de Fontainebleau, où elle s’était retirée avec son danois pour ne pas payer l’impôt sur les chiens9.

Nadar, « Le massacre des innocents », Petit Journal pour rire, n° 17, 1856. BnF, Département Philosophie, Histoire, Sciences de l’homme. Cote : 4-LC2-3830.

Sous la satire, affleure souvent  une prise de position. Dans le Petit Journal pour rire, Nadar croque une pauvresse qui se prive visiblement de tout dans sa soupente pour nourrir de nombreux canidés (voir l’image ci-dessus.). Ne pouvant payer la taxe pour ces chiens qui seraient qualifiés d’agrément, elle redoute « un massacre des innocents »10… À l’inverse, Daumier se moque d’un bourgeois hypocrite qui feint de faire un cadeau à une dame parce qu’elle a  souvent témoigné le désir d’avoir un joli chien11. Cham dessine une mère s’inquiétant de voir son enfant marcher à quatre pattes tel un chien12.

Les propriétaires essaient également de faire passer leur chien dans la seconde catégorie, moins imposée. Très vite, les communes affinent la définition des uns et des autres :

On sait que les chiens sont légalement divisés en deux catégories ; celle des chiens de garde et chiens d’agrément. Après beaucoup de discussions où les propriétaires des sujets imposés ont fait valoir bien des raisons, la plupart des administrations municipales ont adopté la définition suivante : « Le caractère du chien d’agrément est de suivre son maître, d’être son compagnon fidèle dans ses promenades, de jouir de son habitation particulière, d’assister à ses repas, d’avoir place au foyer. Quelle que soit la bonne garde qu’il puisse faire à l’abri de vent et bise, c’est un chien d’agrément, c’est le chien qui plaît et qu’on aime. Les roquets, bichons, carlins, lévriers et autres petites races hargneuses, criardes et inutiles sont des chiens d’agrément.  Le chien de garde, au contraire, n’accompagne son maître que pour le défendre ou l’avertir du danger. Il est maigrement nourri, éloigné brutalement du foyer et mis à la porte en toute saison pour faire sa garde. En ville, il devra être constamment à l’attache, pour pouvoir être rangé dans la catégorie des chiens de garde13. »

Le caricaturiste Gilbert Randon semble avoir assisté dans les mairies à l’inscription des chiens dans les registres14, dédiés à cet usage (voir dessins ci-dessous…).

Randon, « Les nouveaux contribuables de 1856« , Le Journal amusant, 19 janvier 1856. Gallica (BnF).
Randon,  « Les nouveaux contribuables de 1856« , Le Journal amusant, 19 janvier 1856. Gallica (BnF).

 

Une des thématiques fréquentes des caricatures est le travestissement des chiens pour échapper à la fraude. Par exemple, dans la « Position imposée aux chiens pour ne pas être imposés15» une concierge a maladroitement déguisé la première de ses bêtes en enfant, le second en lecteur absorbé, et le dernier est caché dans une cage à oiseaux. Ce travestissement avait déjà inspiré les caricaturistes lors des débats des années précédentes sur la taxe, comme en témoigne cet ensemble très significativement intitulé Projet de plaisanteries à propos du projet d’impôt sur les chiens en 1848 …

Un chien citoyen

 

La taxe canine contribue fortement à un changement de regard sur le chien. Le fait que son existence soit désormais subordonnée à une taxe, parfois équivalente à l’impôt payé par les plus pauvres16,  impliquant une inscription sur un registre, fait des chiens « les nouveaux contribuables » auxquels  le dessinateur  Randon consacre une série. De surcroît, le chien pour qui on a payé la taxe peut acquérir encore plus d’importance aux yeux de ses propriétaires et de la société :

Depuis que les chiens sont devenus des contribuables, les employés de mairie chargés d’enregistrer leur état civil s’expriment avec une sorte de déférence sur le compte de ces nouveaux administrés. « Être traité comme un chien », « crever comme un chien », sont deux proverbes tombés en désuétude. On dit à ceux qui viennent acquitter l’impôt établi sur la race canine ; « Monsieur ou madame, on vous rendra votre argent, dans le cas où votre chien cesserait d’exister17. »

Honoré Daumier, dans Le Charivari, croque un père de famille embrassant et sermonnant son chien18: « Vous voilà maintenant passé citoyen, vous payez l’impôt…. vous êtes même devenu presque membre de ma famille, puisque nos deux noms sont accolés sur votre collier….. j’espère donc que désormais vous mènerez la conduite la plus régulière…. il ne s’agit plus de mener une vie de chien…, sinon je me verrais obligé, pour l’honneur de nos deux noms de vous faire enfermer dans une maison de correction, jusqu’à l’âge le plus avancé ! ….»
Vouvoyé, en fils de bonne maison, le chien est bientôt portraituré « puisque maintenant il est de la famille 19». Ce changement de statut constitue évidemment une protection pour le chien, désormais assuré qu’on paiera la taxe.

Ainsi embourgeoisé, le chien  en viendrait à maîtriser l’art de l’inégalité sociale selon les caricaturistes. De nombreux dessins montrent les animaux fiers de leur appartenance à une catégorie plus taxée, traitant les autres de « racaille », discourant avec aplomb (galerie d’images ci-dessous).

=> cliquez sur les vignettes ci-dessous pour voir les images

Un autre animal de compagnie, le chat, triomphe dans les charges, car il n’est pas assujetti à une taxe. Deux personnes âgées discutent, en compagnie d’un perroquet et de quatre matous qui ont visiblement tous les droits : « Le gouvernement a eu raison de mettre un impôt sur les chiens; quand on pense qu’un seul de ces animaux dévorait en moyenne la substance d’au moins trois pauvres chats20! »

Devenus citoyens, désormais dotés du sens politique, les chiens contestent l’impôt sous la plume des humoristes. Ils le peuvent de manière « naturelle » en montrant les dents aux personnes qui souhaitent les recenser21. Ils sont aussi capables de s’exiler, tels ces canidés agitant des mouchoirs dans un bateau, dans un dessin légendé « Émigration des chiens qui n’ont pas le moyen de payer l’impôt »22. Quand ils ne prennent pas eux-mêmes l’initiative de la fraude. Au chat qui lui lit, goguenard, le contenu de l’avis d’impôt et le passage concernant l’exception  concernant les chiots nourris par leur mère, un chien visiblement adulte, puisqu’il fume la pipe, répond « Si je disais au receveur que je tète encore…23». Le Figaro raconte comment un chien a pratiqué « une usurpation d’état », se faisant passer pour un autre : « Je puis marcher la tête haute, je ne dois rien au gouvernement, moi ! est une locution qui a passé maintenant dans la langue canine, et qui a détruit, chez cette race, la douce égalité qui offusquait ses dominateurs24. »

Les chiens organisent par conséquent ici et là des manifestations. Ici encore, les caricaturistes avaient imaginé en 1848 cette thématique, amalgamant anthropomorphisation des chiens et événements contemporains pour contester la taxe canine. Elle répondait certainement à une animalisation des députés sous le crayon de Grandville qui avait donné une lithographie intitulée « Ce n’est pas une chambre mais un chenil » en 1831.

« Les chiens de Paris allant demander à l’Assemblée Nationale l’abolition du décret qui les impose, vu la quantité de boulettes que l’on va leur faire avaler« . Lith. de Lordereau, Éditeur, r. Saint-Jacques, 1848. Gallica (BnF).

En 1855, Édouard Chantepie retranscrit sur 36 pages les propos tenus par un imaginaire Parlement des chiens, satire qui n’épargne ni le fonctionnement de l’assemblée, des partis politiques  et du gouvernement ni le recours alors récent aux statistiques :

Applaudissez, bourgeois ! tenez vos bourses prêtes !
Murmurez ! mais payez. Car vous aimez vos chiens :
Ce sont encor pour vous les plus sûrs gardiens.
Voilà déjà longtemps que vos économistes
Avaient dressé des chiens le nombre sur leurs listes !
Afin de vous prouver par chiffres et raisons
La part que vous jetez aux chiens — de vos moissons ;
Et combien on pourrait donner à l’indigence,
Si l’on faisait crever de faim les chiens de France :
Supposé, toutefois, que la plupart des gens
Fissent passer des chiens la dîme aux indigents.
Statistique, à science économique ! unique 25 !

L’Écho rochelais place en 1857 une assemblée canine chez les Indiens, afin probablement d’éviter la censure. L’apologue précise de manière transparente que le « roi dissipateur […] trouvant son budget insuffisant et mince, s’avisa de créer un impôt sur les chiens26

Un chien plus noble que l’homme ?

Les caricaturistes ont donc parfois mis en scène  des chiens qui, devenus citoyens, se sont mis à reproduire les travers humains, comme on a pu le voir plus haut. Le plus souvent, il est cependant reproché aux hommes de pervertir les « pensées des animaux » (titre d’une série de dessins de Randon), des « philosophes du jour  » (série de Nadar).

Les chiens sont alors obligés pour survivre de composer avec des maîtres peu reconnaissants. Ainsi Zéphyr, « chien de la petite bourgeoisie »,  a compris que sa mort était proche. Il revient avec un superbe gigot :

— Dans le langage muet de la race canine, cela voulait dire incontestablement : « Bon maître à moi, — paye l’impôt pour petit chien à toi, —Zéphyr travaillera ; —Zéphyr nourrira toi ; —peut-être fera-t-il fortune à toi ; —Zéphyr a l’œil sur une boutique de changeur ; — prochainement  il rapportera à petit maître des bons du trésor. » Le langage de Zéphyr a été compris : — on a acquitté ses contributions pour un an27.

De la même manière, Jules Lovy affirme dans Le Journal amusant que l’impôt « a fait éclater des actes de dévouement sublimes — chez les chiens »  alors que « la loi qui assure à ces animaux une position et un état civil aurait pu leur donner le droit, ou du moins leur fournir le prétexte de s’assimiler les vices de l’espèce  humaine28 ». Il cite  par exemple la chienne d’un ouvrier, partie mettre bas devant un hôtel particulier afin que les chiots soient recueillis par de riches propriétaures. Et de conclure les différents exemples donnés sur l’ingratitude humaine : « Et cependant le chien continue d’être l’ami de l’homme : c’est son seul défaut29. »

Le parallèle est donc vite fait avec un autre ami de l’homme qui connaît en 1856 un sort tout aussi controversé que le chien : le cheval dont les savants essaient de faire consommer la viande à la population30. Clément Caraguel s’amuse par exemple dans Le Charivari à parodier les premiers comptes rendus de repas hippophagiques :

Il s’agissait de manger un chien rôti. […] Pour rendre l’expérience tout à fait concluante, nous avions choisi non pas un jeune chien gras et dodu, mais un vieux caniche aveugle que son maître avait mis à la porte pour ne pas payer l’impôt. Ce caniche était véritablement hideux à voir et aussi peu appétissant que possible.

Il n’en a pas moins été jugé excellent.

Je ne sais trop à quoi comparer le goût de ce caniche ; c’était quelque chose de meilleur encore que le cheval.

Figurez-vous un arôme tenant à la fois de l’ananas, du faisan, de la moutarde, de la truffe, du turbot et de la pomme de terre frite.

Il n’ y a qu’un cri d’admiration31.

Marcelin, « Après l’hippophagie », Petit Journal pour rire, n° 45, 1856. BnF, Département Philosophie, Histoire, Sciences de l’homme. Cote : 4-LC2-3830.

 

Les textes maniant l’ironie ou la satire à l’occasion de la taxe instituée en 1855 révèlent donc une interrogation sur le statut d’un animal longtemps considéré comme un objet32, mais dont la compagnie et l’affection sont indispensables à nombre de gens. Plusieurs dessins représentent des hommes et des femmes tentant de remplacer leur chien qui par un objet qui par un autre animal, sans grand succès …
H. Émy, « Projet de plaisanteries à propos du projet d’impôt sur les chiens », Album du journal pour rire / Charles Philipon [directeur de publication]. Paris, Aubert, 1848. Gallica (BnF).

C’est encore l’humour qui est employé trente années années plus tard pour dénoncer l’arrêté mettant en place la fourrière. Le préfet de police Lozé est alors  surnommé « le canicide », étiquette qui lui sera accolée durablement et lui vaudra plusieurs caricatures comme celle-ci.

Enfin, par un juste retour des choses, en 1917, La Baïonnette proposera un impôt payable par les chiens selon leur catégorie de propriétaires33 !

G. de La Fouchardière, « Quelques nouveaux projets d’impôts« . La Baïonnette, 15 février 1917.Bibliothèque historique, BHVP, 2014-10797. Gallica (BnF).

 

=> Pour aller plus loin, on pourra lire, entre autres :

Maurice Agulhon, « Le sang des bêtes. Le problème de la protection des animaux en France au XIX e siècle »,  Romantisme, 1981, n° 31, pp. 81-109.

Éric Baratay, Et l’homme créa l’animal. Paris, Odile Jacob, 2003.

Christian Estève, « La “question” canine en France au milieu du XIX e siècle » in Paul Bacot et al (dir.), L’Animal en politique. Paris, L’Harmattan, 2003.

Une bête parmi les hommes, le chien : de la domestication à l’anthropomorphisme / troisièmes Rencontres internationales Des bêtes et des hommes ; études coordonnées par Fabrice Guizard & Corinne Beck. Amiens, Encrage université, 2014.

Kathleen Kete, The Beast in the Boudoir. Petkeeping in Nineteenth-Century Paris, Berkeley, University of California Press, 1994, 200 p.

Armelle Le Bras-Choppard, Le Zoo des philosophes, de la bestialisation à l’exclusion. Paris, Plon, 2000.

Éric Pierre, « La zoophilie dans ses rapports à la philanthropie, en France, au XIX  e siècle », L’Animal domestique. Cahiers d’Histoire, n° 3-4, 1997.

Victoria Vanneau, Le chien  : histoire d’un objet de compagnie. Paris, Éd. Autrement, 2013. On pourra aussi réécouter cette émission : https://www.franceculture.fr/emissions/le-bien-commun-13-14/le-chien-un-objet-juridique-comme-les-autres

Citer ce billet : Agnès Sandras, "Un impôt sur les chiens ? ce que nous dit la satire (partie II)," in L'Histoire à la BnF, 18/06/2018, https://histoirebnf.hypotheses.org/2145, [consulté le 23/09/2018].

 

  1. Par exemple dans Les Contes de la Bécasse de Maupassant : « Elle n’avait nullement songé à l’impôt, et quand on lui réclama huit francs, – huit francs, Madame ! – pour ce freluquet de quin qui ne jappait seulement point, elle faillit s’évanouir de saisissement. Il fut immédiatement décidé qu’on se débarrasserait de Pierrot. » Voir Éric Baratay, « Chacun jette son chien. De la fin d’une vie au XIXe siècle », Romantisme, 2011/3 (n°153), p. 147-162. En ligne ici. []
  2. Agnès Sandras, « 1856 vu par Le Charivari : année bestiaire ou année zoo ? », Sociétés & Représentations, 2009/1 (n° 27), p. 39-64. En ligne ici. []
  3. Cité par La Presse, 20 janvier 1856. []
  4. L’Argus et le Vert-vert réunis, 22 avril 1855. []
  5. En 1847 la Société « applaudit à une mesure qui tendrait à donner à chaque individu de la race canine un maître déterminé qui y tiendrait comme à une propriété imposable, à part l’affection qui le porterait à traiter avec soin ce compagnon intelligent et fidèle ». Voir le Recueil des rapports et mémoires de la Société protectrice des animaux. Paris,  Ledoyen, 1848. Page 78. []
  6. Il s’agit d’une référence à la promenade du bœuf gras, rituel carnavalesque parisien. []
  7. L’Assemblée nationale, 22 janvier 1856. []
  8. L’Écho rochelais, 2 janvier 1856. []
  9. Le Journal amusant, 5 janvier 1856. []
  10. Nadar, « Le massacre des innocents », Petit Journal pour rire, n° 17, 1856. []
  11. Honoré Daumier, « Étrennes de 1856 », Le Charivari, 2 janvier 1856. []
  12. Cham, « Croquis », Le Charivari, 8 janvier 1856. []
  13. L’Industriel de Saint-Germain-en-Laye, 19 janvier 1856. []
  14. Pour en savoir plus sur cet enregistrement, voir entre autres les billets qui y sont consacrés sur le site des Archives de la Haute-Garonne ici, et sur le site Aprogemere []
  15. Dopter,  lithographe et Masson, illustrateur, « Position imposée aux chiens pour ne pas être imposés ». Chez Dopter, Éditeur, r. de la Harpe 58, à Paris. Vers 1856. []
  16. « De quoi, monsieur… reprit le pierrot, tu ne peux pas dire citoyen? — le citoyen pierrot… entends-tu, qui monte sa garde et paye dix francs de contributions, comme un chien ». Auguste Villemot, « Chronique parisienne« , Le Figaro, 31 janvier 1856. []
  17. Hippolyte de Villemessant, « Nouvelles à la main », Le Figaro, 13 janvier 1856. []
  18. Honoré Daumier, « Actualités », Le Charivari, 28 janvier 1856. []
  19. Le Charivari, 31 janvier 1856. []
  20. Randon, « Les nouveaux contribuables de 1856 », Le Journal amusant, 19 janvier 1856. []
  21. « La perception de l’impôt des chiens continue à présenter quelques difficultés », Petit Journal pour rire n° 30, 1856. []
  22. Nadar, « Revue du premier trimestre de 1856 », Journal amusant, 12 avril 1856. []
  23. Randon, « Pensées des animaux », Le Journal amusant, 16 août 1856. []
  24. Victor Cochinat, « Mascor », Le Figaro, 20 mars 1856. []
  25. La taxe canine devant le parlement des chiens : satire / par É. Chantepie. Paris, chez tous les libraires,1855. Page 34. []
  26. A. Delétant, « Conseil tenu par les chiens« , L’Écho rochelais, 7 janvier 1857. []
  27. Auguste Villemot, « Chronique parisienne », Le Figaro, 10 janvier 1856. []
  28. Jules Lovy, « Les chiens contribuables – La plaque de cuivre et ses conséquences« , Le Journal amusant, 9 février 1856. []
  29. Ibid. []
  30. Agnès Sandras, « 1856 vu par Le Charivari : année bestiaire ou année zoo ? », Sociétés & Représentations, 2009/1 (n° 27), p. 39-64. En ligne ici. []
  31. Clément Caraguel, « Les hippophages », Le Charivari, 25 décembre 1855. []
  32. Voir Victoria Vanneau, Le chien : histoire d’un objet de compagnie. Paris, Éd. Autrement, 2013. []
  33. G. de La Fouchardière, « Quelques nouveaux projets d’impôts« , La Baïonnette, 15 février 1917. []

Agnès Sandras

chargée de collections en histoire de France au département Philosophie, histoire, sciences de l'homme

More Posts

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.