Bergame et Brescia, capitales italiennes de la Culture 2023: Bergame, la Cité des Mille

A. Guesdon, « Bergame. Vue prise au-dessus du mont San Vigilio », extraite de H. Etiennez, L'Italie à vol d'oiseau, Paris, 1852, pl. 41. BnF, PHS, K-1543.
A. Guesdon, « Bergame. Vue prise au-dessus du mont San Vigilio », extraite de H. Etiennez, L'Italie à vol d'oiseau, Paris, 1852, pl. 41. BnF, PHS, K-1543.

 

En 1985, Melina Mercouri et Jack Lang, ministres grecque et français de la Culture, lancent l’initiative d’un label « Capitale européenne de la Culture » afin de mettre en valeur la richesse culturelle européenne. Mis en place par la Commission Européenne à partir de 1987, il permet la valorisation du patrimoine et de la culture des villes hôtes, par l’organisation d’évènements culturels à vocation nationale et internationale.

En 2014, le ministère italien de la Culture a décidé de transposer ce dispositif à l’échelle péninsulaire, afin de promouvoir le patrimoine culturel, matériel et immatériel des villes italiennes. Pour l’année 2023, fait inédit, ce ne sont pas une mais deux municipalités qui ont été retenues : la candidature commune des cités lombardes de Bergame et Brescia a été choisie comme symbole de la renaissance culturelle d’un territoire particulièrement touché par la pandémie de Covid-19.

Les équipes du département Philosophie, Histoire et Sciences de l’Homme de la Bibliothèque nationale de France vous proposent à cette occasion deux billets sur ces deux cités.

Bergame : des origines à l’Antiquité tardive

Les origines de Bergame restent obscures. Plusieurs origines toponymiques sont attestées : son nom pourrait venir du germanique Berg (mont, colline) et heim (maison) ; du celte Bèrghem (fortification, protection) ou du grec Πέργαμον. (Pérgamon ; à l’instar de la cité d’Asie Mineure, dans l’actuelle Turquie). La cité aurait été fondée par un peuple celto-ligure, les Orobiens vers le VIe siècle av. J.-C. Une autre origine serait à rechercher du côté des Étrusques, qui auraient installé un habitat fortifié sur la colline. La cité porte alors le nom de Barra. Elle est occupée par les Celtes Cenomans d’Italie à partir de la fin du IVe siècle av. J.-C. Conquise par les Romains vers 200 av. J.-C. avec le reste de la Gaule Cisalpine, la cité devient une colonie de droit latin en 89 av. J.-C. Elle porte alors le nom de Bergomum. Quarante ans plus tard, en 49  av. J.-C., César accorde la citoyenneté romaine à tous les hommes libres du lieu, qui devient un municipe de la province de Transalpine1.

Bergame (Bergomum) et Brescia (Brixia) sur la Table de Peutinger, représentation du réseau des voies romaines. On distingue Milan (Mediolanum) à proximité de Bergame. Édition de Konrad Miller, Weltkarte des Castorius, gennant die Peutinger’sche Tafel, Ravensburg, 1888. BnF, CPL, GE D-21948.

Bergomum est un oppidum, c’est-à-dire une cité fortifiée de moyenne importance, sous la République (509-27  av. J.-C.) et sous l’Empire (27 av. J.-C.-476). Sa position géographique contrôle une large partie de la plaine padane, entre les actuelles Milan et Brescia. La cité occupe l’emplacement de l’actuelle Città alta (ville haute). Ses anciens decumanus et cardo se croisaient à l’emplacement de la Torre del Gombito, érigée à leur carrefour au XIIe siècle. Au cours du Bas-Empire (284-476), Alexandre de Bergame, un soldat romain originaire d’Égypte et converti au christianisme, vient y prêcher la nouvelle foi. Il est décapité, le 26 août 303, dans la plaine au sud de la cité et devient, par la suite, le saint-patron de la ville. La Colonna del Crotacio – nommée d’après le patricien Crotacio, qui aurait accueilli les prêches d’Alexandre aux premiers convertis – signale l’emplacement précis du lieu du martyr ; la basilique Sant’Alessandro in Colonna en tire son nom. La cité est mise à sac par les Wisigoths en 408, puis par les Huns en 452.

Du royaume lombard à la période communale

À l’arrivée des Lombards en Italie du Nord (570), Bergame devient le siège d’un duché dont le territoire se concentre sur l’ancienne cité romaine et ses plus proches campagnes2. En 702, le duc de Bergame Rotharis (ou Rothari) se proclame roi des Lombards mais il est capturé et exécuté après le siège de la ville par le roi légitime, Aripert II3. Le duché est alors supprimé. La conquête de la Lombardie par les Francs de Charlemagne (774) mène à l’établissement d’un comté palatin, placé sous la domination de la famille des Giselbertins4. Saccagée en 894 par les troupes d’Arnulf de Carinthie, elle est prise et saccagée en 902 par les Hongrois. Béranger Ier du Frioul, roi d’Italie, confie le pouvoir temporel aux évêques de Bergame deux années plus tard. À la suite de la déposition de l’évêque-comte Arnolfo lors du Concile de Milan de 1098, une commune libre est instaurée. En cela, elle suit les exemples de Milan (1097), Pise (1081-1085) ou encore Ferrare (1105)5. La mise en place de la Commune est soutenue par un groupe de familles de la notabilité urbaine (classes marchandes, juristes, notaires), complémentaires des anciennes clientèles politiques des Giselbertins et des évêques. Le gouvernement civique est d’abord consulaire (au XIIe siècle, avec une première mention en 1117), puis devient podestal à la fin du siècle6. Un portrait saisissant de la cité bergamasque pendant la période communale se trouve dans le Liber Pergaminus de l’évêque Mosè del Brolo (Moïse de Bergame ou Moïse le Grec). Chantant la beauté et l’harmonie de sa patrie, il affirme que c’est l’alliance entre les divites (les riches) et les pauperes (les pauvres) qui en assure l’équilibre politique et social :

Une paix d’or lie les citoyens par le nœud de la stabilité ; dans la paix se maintient le pauvre, et le pacte de la paix contient le riche7.

La Bibliothèque nationale en conserve une édition critique, ainsi qu’une Expositio in graecas dictiones du même auteur (MSS, lat, 548 et 15732).

Première page du Liber Pergaminus de Moïse de Bergame reproduite dans Giovanni Cremaschi, Mosè del Brolo e la cultura a Bergamo nei secoli XI-XII, Bergame, 1945. BnF, 8-K-8147 (3)

Dès 1137, la basilique Santa Maria Maggiore est édifiée dans la Città Alta, avec le soutien des autorités urbaines. En 1265, la Misericordia de Bergame est fondée comme œuvre spirituelle et caritative féminine par les Dominicains. Elle devient progressivement une institution majeure de la cité, qui prend en charge les hospices et hôpitaux.

Les multiples cartes et plans moderne de Bergame, conservés par le département des Cartes et plans, témoignent de l’organisation spatiale et de la topographie du lieu aux époques médiévales et modernes – avec le cœur de la cité dominant la plaine, tandis que les anciens faubourgs médiévaux s’organisaient autour de retours menant à Venise et Milan. Ces quartiers, surnommés i borghi (les bourgs) forment l’actuelle Città bassa (ville basse).

Les travaux de François Menant (1948-2022) jouent un rôle important dans l’historiographie francophone de Bergame et de sa province : dans sa thèse d’État soutenue en 19888, l’historien montre combien les relations entre la montagne alpine, les collines et la plaine padane ont pesé dans l’édification des structures socio-politiques et économiques des cités de Bergame, Brescia et Crémone9. Il y dissèque les modes de domination économique et politique des cités sur leur territoire environnant (contado). Domination politique, à partir de la paix de Constance (1183), qui soumet les seigneuries rurales à l’autorité urbaine. Domination militaire, spatiale et démographique, à travers un puissant incastellamento – phénomène de regroupement des populations paysannes dans des bourgs fortifiés, gardés par des garnisons au service des cités10. Domination judiciaire par le remplacement progressif de la justice seigneuriale d’échelon local par une inflation des législations urbaines et d’une escalade de la cruauté et de la violence représsive, liée à la redécouverte du droit romain. Domination économique enfin, avec l’essor de la proto-industrie métallurgique et textile dans les centres urbains qui aménagent, en parallèle, les campagnes environnantes en créant des canaux d’irrigation, en asséchant les marais, en développant de manière savante et raisonnée l’agriculture et l’élevage ovin.

En 1156, l’empereur Frédéric Ier Barberousse (1155-1190) concède à la cité le droit de battre monnaie ; outre les monnaies de la commune, ses ateliers frappent aussi celles de plusieurs seigneuries environnantes. La Bibliothèque nationale de France conserve nombre d’exemples de ces frappes au sein du département des Monnaies, médailles et antiques.

Denier de la commune de Bergame, XIII-XIVe s.
BnF, MMA, Le Hardelay 255

À la même période, plusieurs conflits éclatent avec Brescia et Crémone. Après la destruction de Milan par les troupes de l’empereur en 1162, Bergame fait partie des fondatrices de la première Ligue Lombarde (1157-1183), alliance militaire qui cherche à endiguer les menées de l’empereur pour restaurer son pouvoir en Italie à partir de 115711. Les cités l’emportent sur les impériaux le 29 mai 1176, lors de la bataille de Legnano. La paix de Constance (1183) confirme leur autonomie, en échange de la reconnaissance de la suzeraineté — symbolique et relativement lointaine — de l’empereur sur les terres du Royaume d’Italie. En 1226, Bergame reprend les armes au sein de la seconde Ligue Lombarde face au nouvel empereur Frédéric II de Hohenstaufen (1212-1250). La principale bataille se déroule dans le contado bergamasque, à Cortenuova, le 27 novembre 123712. La Ligue est défaite et ses troupes sont massacrées par les soldats impériaux. Les autorités bergamasques préfèrent se soumettre avant la bataille, de peur que la cité ne soit détruite par l’empereur.

Bulle d’or (sceau) de l’empereur Frédéric II de Hohenstaufen. BnF, MSS, Mélanges Colbert 378, n° 491.

En parallèle, les conflits internes embrasent la cité : les familles de la faction guelfe (partisans du pape), telles les Colleoni et les Rivola, s’opposent aux familles gibelines (partisans de l’empereur), telles les Suardi, et se déchirent pour le contrôle politique de la cité13. Les deux partis alternent au pouvoir au gré des alliances politiques et des coups de force, chassant souvent leurs rivaux hors de la ville.

Bergame au temps des condottières

Ces troubles cessent en 1337, lorsque le parti gibelin finit par s’imposer : Azzone Visconti (1302-1339), seigneur de Milan et vicaire impérial en Italie, s’empare de la ville et s’en proclame seigneur14. Les familles guelfes sont chassées de la cité. Dès son arrivée, Visconti renforce les fortifications en édifiant une Rocca (forteresse) à l’est de la Città Alta, une citadelle à l’ouest ainsi qu’un fort sur la colline de San Vigilio, en surplomb de la cité. Bergame est désormais une possession milanaise.

Avec la mort de Jean Galéas Visconti († 1402), l’État milanais entre dans une phase d’effondrement progressif. Situé à sa marge, le Bergamasco plonge dans une instabilité qui va durer l’essentiel du XVe siècle. En 1402, assiégée par le condottière Facino Cane, au service des Milanais, la cité est ensuite conquise par le condottière Pandolfo Malatestà en 1408, qui avait déjà pris Brescia et Fano quatre ans plus tôt15. Malatesta se proclame seigneur de la ville et y bat monnaie à sa propre effigie.

Denier de Pandolfo Malatesta, seigneur de Bergame, v. 1404-1421.
BnF, MMA, D 1182 (43-17-15).

Pandolfo Malatesta est chassé de Bergame et de ses autres possessions par les troupes milanaises en 1421. En 1428, c’est au tour des armées de Venise de prendre la cité et son territoire, après la bataille de Maclodio. Bergame est rattachée aux possessions de la République de Venise sur la Terre ferme. Elle en marque la limite occidentale16. Le Palazzo della Ragione devient le siège des représentants locaux du pouvoir vénitien : le podestà et le capitaine du peuple17. La cité est cependant une nouvelle fois assiégée par les forces milanaises en 1437, jusqu’à leur défaite contre les renforts vénitiens menés par le condottière bergamasque Bartolomeo Colleoni. Le conflit embrase aussi les plaines alentours, comme lors de la bataille de Caravaggio (1448), entre la République de Venise et la République ambrosienne18. Capitaine général des armées vénitiennes de 1455 à 1475, Colleoni s’établit dans la plaine bergamasque où la Sérénissime lui donne en fief plusieurs seigneuries. Homme fort de la région, le condottière se fait édifier une magnifique chapelle funéraire à proximité de la basilique Santa Maria Maggiore, œuvre de l’architecte et sculpteur lombard Giovanni Antonio Amadeo19.

Frontispice de la Historia della vita et fatti dell’eccellentissimo capitano di guerra Bartolomeo Coglione, écrite par l’humaniste bergamasque Pietro Spino pour son compatriote Gratioso Percaccino (Venise, 1569). BnF, PHS, K-3735.

Renaissances et modernités

Après une courte occupation française pendant la guerre de la Ligue de Cambrai (4e guerre d’Italie ; 1508-1516), les autorités vénitiennes vont s’attacher à inscrire leur emprise dans la pierre, en réaménageant la ville et ses campagnes. Une nouvelle place est créée au cœur de la Città Alta, conforme aux codes architecturaux et politiques de la métropole. Dans le même temps, l’ancien siège du pouvoir communal, datant de 1198 et incendié en 1511, est reconstruit par l’architecte Pietro Isabello dans le style vénitien. Enfin, un nouveau palais de style vénitien est édifié pour clore la place, devenu la Biblioteca Civica Angelo Mai, sur l’actuelle Piazza Vecchia.

Philibert-Louis Debucourt, Le palais communal, sur la Piazza Vecchia, illustration de Tønnes Christian Bruun-Neergaard, Voyage pittoresque et historique du nord de l’Italie, Paris 1820, pl. 30. BnF, EST, FOL-UB-46.

Les autorités vénitiennes décident aussi de fortifier la Città Alta en édifiant une nouvelle série de murailles à partir de 1561. Pas moins de 250 maisons, 7 églises et plusieurs bâtiments publics sont détruits, parmi lesquels la cathédrale Saint-Alexandre, pour faire place nette aux nouveaux remparts. La colère des Bergamasques gronde contre la Sérénissime. Les Vénitiens doivent renforcer la garnison militaire de la cité et relogent les citoyens expulsés dans les différentes parties de la ville. Ils reconstruisent aussi une nouvelle cathédrale à proximité de la Basilique Santa Maria Maggiore. Le nouveau dispositif militaire est achevé par le percement de quatre portes monumentales, aux quatre points cardinaux de la cité, qui arborent fièrement les emblèmes de Venise. Depuis 2017, ces fortifications sont classées au Patrimoine mondial de l’UNESCO20.

Le Cinquecento (XVIe siècle italien) voit une déclinaison particulière du maniérisme s’épanouir entre Bergame et Brescia, qu’on qualifie parfois de Renaissance bergamo-bresciane. Elle constitue une synthèse de l’antique et des influences artistiques milanaises et vénitiennes, avec des peintres comme Lorenzo Lotto, Moretto da Brescia ou encore Romanino21. La famille Moroni, originaire de Bergame, joue un rôle majeur, avec Giovanni Battista Moroni (v. 1524-v. 1579), formé par le Moretto, qui devient l’un des principaux artistes de ce courant. À Bergame, cette période artistique prend fin en 1620, à la suite d’une épidémie de peste provoquant la mort de 20 000 personnes. En 1796, comte Giacomo Carrara, collectionneur et historien de l’art, crée l’Academia Carrara. Héritière de ses collections, elle conserve aujourd’hui plus de 1800 œuvres d’artistes allant de la Renaissance, tels Botticelli ou Andrea Mantegna, en passant par Moroni et jusqu’au XIXe siècle. Elle abrite aussi une école d’art22.

Giovanni Battista Moroni, Portraits des époux Agliardi, extrait du Bulletin du Musée Condé, n° 72 (nov. 2015). BnF, 4-JO-28883.

L’année suivante, la ville est conquise par les troupes du général Bonaparte lors de la première campagne d’Italie. Une très éphémère République bergamasque est proclamée avant qu’elle ne soit rattachée à la République cispadane (département du Serio, 1797-1805)23. Les emblèmes de la République de Venise sur les murailles de la cité et sur le Palazzo della Ragione sont détruits et remplacés par l’arbre de la liberté. En 1799, les troupes austro-russes reconquièrent la ville. Elle est reprise par les Français à la suite de la bataille de Marengo, l’année suivante, et restituée à la République cispadane. Elle intègre ensuite le Royaume d’Italie (1805-1815). Après le Congrès de Vienne, la cité intègre le nouveau royaume autrichien de Lombardie-Vénétie, comme l’ensemble de la Lombardie. Ce n’est qu’en 1859 que la ville est libérée de l’occupation autrichienne par Giuseppe Garibaldi et ses troupes de volontaires, lors de la Deuxième guerre d’indépendance italienne (1859-1860)24.

En remerciement, pas moins de 174 Bergamasques se joignent aux volontaires garibaldiens dans l’Expédition de Sicile (ou Expédition des Mille) qui aboutit au rattachement du Royaume des Deux-Siciles au nouveau Royaume d’Italie. Par ailleurs, les chemises rouges portées par les Mille seraient également originaires de la cité, puisque produites par des teinturiers bergamasques. Par là même, Bergame gagne son surnom de Città dei Mille25. L’ancienne forteresse viscontéenne (XIVe siècle) est depuis devenue le musée du Risorgimento, consacré à ces volontaires combattants.

Le premier XXe siècle voit la Città Bassa profondément remaniée. Un complexe monumental est conçu par l’architecte romain et fasciste Marcello Piacentini pour regrouper les administrations politiques, judiciaires et financières de la cité26. Il fut principalement édifié entre 1922 et 1927 dans le style Novecento. Très peu touchée par les combats de la Seconde guerre mondiale, Bergame est désormais un centre économique et industriel du bassin métropolitain de Milan. Son aéroport, à Orio al Serio, est le troisième d’Italie pour le transport de passagers et le premier pour le fret de marchandises. En 2020, la province de Bergame est la plus sévèrement frappée d’Italie par la pandémie de Covid-19, avec 30 000 décès entre mars 2020 et mars 2021.

 

Un bergamasque à la BnF : Gaetano Donizetti (1797-1848)

Né à Bergame le 29 novembre 1797, Gaetano Donizetti est originaire d’une famille pauvre. Initié très tôt à la musique au sein du chœur de la basilique Santa Maria Maggiore par Simon Mayr, il est ensuite envoyé au Conservatoire de Bologne pour y étudier le contrepoint et la fugue.

Entre 1816 et 1829, il séjourne d’abord à Venise où il présente son premier opéra, Enrico di Borgogna. Il part ensuite à Rome avant de s’installer à Naples. Ses 26 opéras lui apportent une première célébrité, avec des thèmes d’inspiration préromantique : l’Antiquité romaine, le règne des Tudors, les grandes figures de la Renaissance. C’est toutefois à Milan qu’il rencontre le succès en 1830, avec la mise en scène de la tragédie Anne Boleyn. Repris à Paris, Londres et Madrid, cette œuvre fait connaître Donizetti à l’échelle européenne. S’ensuivent plusieurs œuvres majeures : L’elisir d’amore (opéra burlesque, Milan, 1832) ; Lucrezia Borgia à partir de la pièce de Victor Hugo (Milan, 1833 puis à Paris, 1840) ; Marino Faliero (tragédie lyrique, Paris, 1835) ; Lucia di Lammermoor (opéra traditionnel, Naples puis Paris, 1835-1837) ; Les Martyrs (tiré d’une tragédie de Pierre Corneille, Paris, 1840) ou encore La Favorite (Paris, 1840). En 1837, il déménage à Paris et présente quelques années plus tard, en 1843, sa dernière œuvre majeure : Don Pasquale. Syphilitique, sa santé se détériore rapidement à partir de 1845 et il est interné à Ivry-sur-Seine. En 1847, il obtient l’autorisation de retourner à Bergame, où il meurt le 8 avril 1848.

Partition autographe de La Favorite. BnF, Mus, BMO, RES-62.
Partition autographe de Fausta. BnF, Mus, MS-4072.

Gaetano Donizetti est l’un des compositeurs italiens les plus prolifiques du XIXe siècle, avec environ 550 compositions musicales dont près de 71 opéras, de la musique sacrée et de la musique de chambre. La Bibliothèque nationale de France conserve plusieurs de ses partitions autographes et sa correspondance, accessibles sur Gallica, mais aussi de nombreuses captations de ses œuvres.

Pour aller plus loin

Bibliographie

En histoire italienne

  • Florence Alazard, La bataille oubliée : Agnadel, 1509 : Louis XII contre les Vénitiens, Rennes, Presses universitaires de Rennes, coll. « Histoire », 2017. Disponible en Salle J – Histoire et salle L – Histoire : 940.21 ALAZ b ; Rez-de-Jardin‑ Jardin : 2017-109162.
  • Jean Boutier, Sandro Landi, Jean-Claude Waquet (dir.), Le temps des Italies : XIIe-XIXe siècle, Paris, Passés Composés, 2023. Disponible en Salle J – Histoire et salle L – Histoire : 945 BOUT t.
  • Catherine Brice, Histoire de l’Italie, Paris, Perrin, coll. « Tempus », n° 28, 2e édition, 2019 (2003). Disponible en Salle J – Histoire et Salle L – Histoire : 945 BRIC h ; Rez-de-Jardin ~ Jardin : 2020-216808.
  • Élisabeth Crouzet-Pavan, Renaissances italiennes : 1380-1500, Paris, Albin Michel, coll. « L’Évolution de l’humanité », n° 61, 2e édition, 2013 (2007). Disponible en Salle J – Histoire et Salle L – Histoire : 945.05 CROU r ; Rez-de-Jardin ~ Jardin : 2013-104826.
  • Élisabeth Crouzet-Pavan, Enfers et paradis : l’Italie de Dante et de Giotto, Paris, Albin Michel, coll. « Bibliothèque de l’Évolution de l’Humanité », n° 47, 2e édition, 2004 (2001). Disponible sur le site Richelieu : 945 CROU ; Rez-de-Jardin – Magasin : 2004-263388.
  • Jean Delumeau, L’Italie, de la Renaissance à la fin du XVIIIesiècle, Malakoff, Armand Colin, 1997. Disponible en Salle J – Histoire : 945.05 DELU i ; Rez-de-Jardin – Magasin : 8-D1 MON-3551.
    • Réédité en 2022 sous le titre L’Italie, de Botticelli à Bonaparte, Paris, Armand Colin, coll. « Mnémosya », 2022. Disponible en salle J – Histoire : 945 DELU i ; Rez-de-Jardin – Magasin : 2022-131163.
  • Jean-Pierre Delumeau, Isabelle Heullant-Donat, L’Italie au Moyen Âge. Ve-XVe siècle, Paris, Hachette, coll. « Carré Histoire », n° 47, 2000. Disponible en Salle J – Histoire : 945.03 DELU i ; Rez-de-Jardin – Magasin : 2000-42476.
  • Séverin Duc, La guerre de Milan : Conquérir, gouverner, résister dans l’Europe de la Renaissance, Ceyzérieu, Champ Vallon, coll. « Époques », 2019. Disponible en Rez-de-Jardin – Magasin : 2020-59870 ; Bibliothèque de l’Arsenal – Magasin : 8-Z-56410.
  • François Guichardin, Histoire d’Italie, 1492-1534, traduit de l’italien par le Centre de recherche sur la pensée politique italienne de l’ENS de Fontenay-Saint-Cloud ; édition établie par Jean-Louis Fournel et Jean-Claude Zancarini, Paris, Robert Laffont, coll. « Bouquins », 1996, 2 vol : Vol. I, 1492-1513 ; Vol. II, 1513-1534. Disponible en Salle J – Histoire : 945.05 GUIC h1, h2.
  • Didier Le Fur, Les guerres d’Italie : un conflit européen, Paris, Passés Composés, 2022. Disponible en Salle J – Histoire : 945.05 LEFU g ; Rez-de-Jardin – Magasin : 2022-228686.
  • François Menant, L’Italie des Communes (1100-1350), Paris, Belin, coll. « Belin sup. Histoire », 2005. Disponible en Salle J – Histoire : 945.03 MENA i ; Rez-de-Jardin – Magasin : 2005-278918.
  • Pierre Milza, Histoire de l’Italie : des origines à nos jours, Paris, Pluriel, 2013 (Fayard, 2005). Disponible en Rez-de-Jardin – Magasin : 2013-109684.
  • Elena Musiani, Faire une nation : les Italiens et l’unité (XIXe-XXe siècle), Paris, Gallimard, coll. « Folio Histoire », 2019. Disponible en Salle J – Histoire : 945.083 MUSI f ; Rez-de-Jardin – Magasin : 2018-32582.

Bergame

 

 Je tiens à remercier Emanuela Prosdotti, Claire Camberlein et Diane Maussire pour leurs conseils et relectures bienveillantes.

 



Citer ce billet
Peter Morel (2023, 20 novembre). Bergame et Brescia, capitales italiennes de la Culture 2023: Bergame, la Cité des Mille. L'Histoire à la BnF. Consulté le 15 juin 2024, à l’adresse https://doi.org/10.58079/pmuz

  1. Un municipe (du latin municipium), est une cité dont les citoyens disposent des mêmes droits que les citoyens romains, tout en pouvant conserver ses institutions propres. Voir Estelle Bertrand (dir.), Gouverner l’Empire romain, de Trajan à 410 après J-C, Neuilly, Atlande, coll « Clés Concours Histoire ancienne », 2022, p. 451. Sur les institutions romaines, voir Éric Guerber, Joëlle Napoli, Yann Rivière et alii, Rome, ville et capitale (Ier siècle av. J-C-IIe siècle ap. J-C), Neuilly, Atlande, coll. « Clés Concours Histoire ancienne », 2002. []
  2. Sur l’histoire de la cité au Haut Moyen Âge, voir Mariarosa Cortesi (dir.), Bergamo e il suo territorio nei documenti altomedievali : atti del convegno, Bergamo, 7-8 aprile 1989, Bergame, Provincia de Bergame – Centro documentazione beni culturali, coll. « Contributi allo studio del territorio bergamasco », 1991 ; Sur les fouilles archéologiques menées à Bergame, voir : Raffaella Poggiani Keller (dir.), Bergamo dalle origini all’altomedioevo : documenti per un’archeologia urbana, Modène, Panini, 1986. []
  3. Paul Diacre, Histoire des Lombards, texte traduit par François Bougard, Paris, Brepols, coll. « Miroir du Moyen Âge », 1994. Livre VI, 18-20. Voir aussi : Tommaso Indelli, Langobardìa. I Longobardi in Italia, Padoue, Edizioni del Ar, 2013. []
  4. Sur la famille des Giselbertins (Gisalbertini en italien), voir François Menant, « Les Giselbertins, comtes du comté de Bergame et comtes palatins », Formazione e strutture dei ceti dominanti nel Medioevo : marchesi, conti e visconti nel regno italico (secc. IX-XII), Atti del primo convegno di Pisa : 10-11 maggio 1983, Rome, Instituto storico italiano per il Medio evo, 1988, vol. 1. []
  5. Sur la période communale de Bergame, voir François Menant, « Bergamo comunale : storia, economia e società », dans G. Chittolini (éd.), Storia economica e sociale di Bergamo. Il comune e la signoria, Bergame, Fondazione per la storia economica e sociale di Bergamo, 1999, t. 1, p. 15-182. Sur l’Italie des Communes, voir plus généralement François Menant, L’Italie des Communes, Belin, coll. « Sup Histoire », 2005 ; Franck Collard, Isabelle Heullant-Donat (dirs.), Les villes d’Italie, mi-XIIe – mi-XIVe siècles, Neuilly, Atlande, coll. « Clés concours. Histoire médiévale », 2005 ; Jean-Louis Gaulin, « Le temps des Communes », dans Jean Boutier, Sandro Landi, Jean-Claude Waquet (dir.), Le temps des Italies. XIIe-XIXe siècle, Paris, Passés Composés, Rome, École française de Rome, 2022, pp. 237-253 ; Franco Franceschi, Ilaria Taddei, Les villes d’Italie du milieu du XIIe siècle au milieu du XIVe siècle : économies, sociétés, pouvoirs, cultures, Rosny-sous-Bois, Bréal, coll. « Amphi Histoire médiévale », 2005. []
  6. Un podestat (en italien podestà, du latin potestas) est le magistrat suprême de l’exécutif dans certaines communes, assumant les fonctions de justice, de conciliation et d’arbitrage. Itinérant et souvent recruté à l’extérieur de la commune par souci d’impartialité, il exerce sa charge pour une durée limitée (six mois à un an en général). Voir Franck Collard, Isabelle Heullant-Donat (dirs.), op. cit., p. 627. Voir aussi : Renato Ravanelli, La storia di Bergamo, Bergame, Grafica & Arte, 1996, vol. 1, pp. 42-50. []
  7. Sur ce texte majeur, entièrement rédigé en hexamètres latins : Guglielmo Gorni (ed.), II « Liber Pergaminus » di Mosè de Brolo, Spolète, Fondazione CISAM, 1980, v. 274. []
  8. François Menant, Campagnes lombardes au Moyen Âge. L’économie et les sociétés rurales dans les régions de Bergame, de Crémone et de Brescia du Xe siècle au XIIIe siècle, Rome, ÉFR, coll. « Bibliothèque des Écoles françaises d’Athènes et de Rome », n° 281, 1993. L’ouvrage a fait l’objet d’une récente réédition dotée d’une nouvelle préface de Laurent Feller (Université Paris-1 Panthéon-Sorbonne) : François Menant, op. cit, coll. « Classiques de l’École française de Rome », 2023. []
  9. Sur le sujet, voir aussi : Diane Chamboduc de Saint Pulgent, Marie Dejoux (ed.), La fabrique des sociétés médiévales méditerranéennes. Les Moyen Âge de François Menant, Paris, Éditions de la Sorbonne, 2018. []
  10. Sur l’incastellamento en Italie, lire également : Étienne Hubert, L’« Incastellamento » en Italie centrale. Pouvoirs, territoire et peuplement dans la vallée du Turano au Moyen Âge, Rome, École française de Rome, coll. « Bibliothèques des Écoles françaises d’Athènes et de Rome », n° 309, 2002. []
  11. Voir : François Menant, L’Italie des Communes (1100-1350), Paris, Belin, coll. « Sup’Histoire », 2005. []
  12. Sur la bataille de Cortenuova : Benoît Grévin, « Le Chant de Cortenuova », dans Diane Chamboduc de Saint Pulgent, Marie Dejoux (éd.), La fabrique des sociétés…, op. cit., pp. 469-478. []
  13. Sur le conflit entre les Guelfes et les Gibelins, voir François Menant, Les villes d’Italie…, op. cit. ; Franck Collard, Isabelle Heullant-Donat (dirs.), Les villes d’Italie…, op. cit. ; Jean-Pierre Delumeau, Isabelle Heullant-Donat, L’Italie au Moyen Âge, Ve-XVe siècle, Hachette, coll. « Carré Histoire », n° 47, 2000. []
  14. Sur Azzone Visconti (1302-1339), voir Federica Cengarle, « La signoria di Azzone Visconti tra prassi, retorica e iconografia (1329-1339) dans Massimo Vallerani (dir.), Tecniche di potere nel tardo medioevo. Regimi comunali e signorie in Italia, Rome, Viella, coll. « I libri di Viella », n° 114, 2010, pp. 89-116. []
  15. Gian Paolo G Schiarf, « La signoria malatestiana a Bergamo », in Giorgetta Bonfiglio-Dosio, Anna Falcioni (dir.), La signoria di Pandolfo III Malatesti a Brescia, Bergamo e Lecco, Rimini, Bruno Ghigi Editore, coll. « Storia delle Signorie dei Malatesti », 2000, pp. 435-493. []
  16. Voir Élisabeth Crouzet-Pavan, Venise triomphante. Les horizons d’un mythe, Paris, Albin Michel, coll. « Bibliothèque de l’Évolution de l’Humanité », n° 45, 2e édition, 2004 [1999], pp. 153-210. []
  17. Sur l’édification des palais publics ou des Palazzi della Ragione, voir Élisabeth Crouzet-Pavan, Enfers et Paradis. L’Italie de Dante et de Giotto, Paris, Albin Michel, coll. « Bibliothèque de l’Évolution de l’Humanité, n° 47, 2004, pp. 66-78 ; Silvia Diacciati, Lorenzo Tanzini, « Uno spazio per il potere: palazzi pubblici nell’Italia comunale » dans Silvia Diacciati, Lorenzo (dir.), Società e poteri nell’Italia medievale. Studi degli allievi per Jean-Claude Maire-Vigueur, Rome, Viella, coll. « I libri di Viella », n°176, 2014, pp. 59-80. []
  18. On appelle République ambrosienne (Aurea Repubblica Ambrosiana) le régime républicain établi par un groupe de juristes et citoyens milanais à la mort du dernier duc de la famille Visconti, Philippe Marie (13 août 1447). Elle tombe avec l’avènement du condottière Francesco Sforza (25 mars 1450) comme nouveau duc de Milan. Elle est nommée en hommage au patron de la cité, Ambroise de Milan. []
  19. Sur Bartolomeo Colleoni (v. 1395-1475), voir : Peter Morel, « Peter et les Condottières : Épisode 47 du podcast Passion Médiévistes », 10 janvier 2021. Accessible en ligne à l’adresse suivante : https://passionmedievistes.fr/ep-47-peter-condottieres/. ⟨hal-03842950⟩ ; Peter Morel. Bartolomeo Colleoni (1392-1395 – 1475), vie et mort d’un condottière dans l’Italie des Renaissances (XIVe-XVe siècles). Mémoire de Master 2 Recherche en Histoire médiévale, sous la direction d’Isabelle Heullant-Donat (CERHiC – Université de Reims Champagne-Ardenne). 2021. ⟨hal-03842655⟩. []
  20. Au sein du groupe « Ouvrages de défense vénitiens du XVIe au XVIIe siècle : Stato da Terra – Stato da Mar occidental », voir https://whc.unesco.org/en/list/1533. []
  21. Sur Lorenzo Lotto, voir Peter Humfrey, Lorenzo Lotto, Paris, Gallimard, 1997 ; Giorgio Mascherpa, Lorenzo Lotto a Bergamo, Milan, Cassa di Risparmo delle provincie lombarde, 1971. Sur Romanino : Lia Camerlengo (dir.), Romanino : un pittore in rivolta nel Rinascimento italiano, Milan, Silvana, 2006 (catalogue d’exposition). []
  22. Sur les œuvres des XIVe et XVe siècles conservées à l’Accademia Carrara, voir : Giovanni Valagussa (ed.), Accademia Carrara, Bergamo : dipinti italiani del Trecento e del Quattrocento : catalogo completo, Milan, Officina Libraria, 2018. Pour les œuvres du XIXe siècle, voir : Franco Ambrosio (ed.), Accademia Carrara di Bergamo : i dipinti dell’Ottocento, Milan, Skira, 2005. []
  23. Catherine Brice, Histoire de l’Italie, Paris, Perrin, coll. « Temps », 2019, pp. 271-285. []
  24. Pierre Milza, Histoire de l’Italie des origines à nos jours, Paris, Pluriel, 2016 [2013] (Fayard, 2005). []
  25. Voir Elena Musiani, Faire une nation. Les Italiens et l’unité (XIXe-XXIe siècle), Paris, Gallimard, coll. « Folio Histoire », n° 270, 2018, pp. 157-169 ; Gilles Pécout, Naissance de l’Italie contemporaine : 1770-1922, Paris, Armand Colin, coll. « U. Histoire contemporaine », 2004. []
  26. Sur le réaménagement de la Città Bassa au XXe siècle, voir : Fulvio Irace, « Le due città : Piacentini e Angelini », dans Giorgio Rumi, Gianni Mezzanotte, Alberto Cova (dir.), Bergamo e il suo territorio, Milan, Cariplo, coll. « Provincie di Lombardia », 1997, pp. 161-197. Marcello Piacentini est également l’architecte du campus de l’Université de Rome III ou de la Via della Conciliazione, reliant la Place Saint-Pierre au Tibre, à Rome. Le réaménagement du centre de la Città Bassa bergamasque est son premier projet d’envergure. []

Peter Morel

Gestionnaire de collections - Conservation & chargé de numérisation. Département Philosophie Histoire Sciences de l'Homme. BnF - Bibliothèque nationale de France.

More Posts - Website

Follow Me:
TwitterLinkedIn

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search