Sous le sapin de la BnF: Fantômes de pierre

Le pavillon de Flore en ruines (Tuileries). Les Ruines de Paris, 1871. BnF, EST, Réserve pet fol-ZF-364
Le pavillon de Flore en ruines (Tuileries). Les Ruines de Paris, 1871. BnF, EST, Réserve pet fol-ZF-364

 

Pour les fêtes, le département Philosophie, Histoire, Sciences de l’Homme de la BnF vous présente ses récentes publications. Deuxième volet : l’ouvrage Fantôme de pierre de Frédéric Manfrin, chef du service Histoire, et Chloé Perrot, chargée de collection aux Estampes, publié aux éditions de la Bibliothèque nationale de France.

Il en va des monuments comme des hommes : le temps ou  les vicissitudes de l’histoire les marquent, les abîment, parfois les détruisent. Ainsi que pour les êtres aimés, ils demeurent par leur souvenir, ou des traces concrètes. Les ruines sont encore debout, les reconstructions gardent les signes des bâtiments originaux. Ce sont eux, ces « Fantômes de pierre » qui sont au cœur de notre ouvrage.

Bien sûr, ces bâtiments disparus ou dénaturés ont laissé des traces sur le papier et donc dans les collections de la Bibliothèque nationale de France. Des auteurs ont pu écrire leur histoire, on en a dessiné les plans, on les a représentés en élévation, ils figurent dans des documents d’archives manuscrits. Charge à l’historien ou à l’amateur éclairé de regrouper les sources. Mais deux grands ensembles surgissent rapidement de la masse de documents : la collection de topographie du Département des Estampes et de la photographie, et la cote Lk7, histoire locale, du Département Philosophie, histoire, sciences de l’homme.

Parmi les séries documentaires du département des Estampes, désignées ainsi car elles regroupent des documents par thématiques, trois occupent quantitativement les premières places : les portraits, l’histoire et la topographie. Sur ce dernier sujet, les fonds du département, nourris dès le XVIIe siècle par l’acquisition de collections de particuliers, ont notamment reçu deux grands ensembles consacrés à la topographie. Ainsi, en 1711, le roi se voit donner la collection de l’historiographe François Roger de Gaignières (1642-1715), soit cent dix-sept volumes qui comptent 12 885 vues de villes, de châteaux et monuments, rejoints en 1753 par les cinquante volumes topographie assemblés par le fermier général Michel Joseph Lallemant de Betz (1693-1773). Ensemble, elles forment le socle de la cote série V, entièrement consacrée aux documents « géographiques », principalement à celle de la France et de l’Europe. S’y ajoute encore, entre autres, la collection d’Hyppolite Destailleurs et qui contient 1328 dessins relatifs à la ville de Paris et 3521 pour à la province. Ces volumes trouvent leur complément dans bien d’autres documents : photographies, estampes ou encore dessins et plans, répartis dans l’ensemble des séries. Tous permettent de retrouver l’aspect de notre pays à différentes époques et constituent un fonds documentaire particulièrement précieux, bien qu’encore largement sous-exploité.

Dès le milieu du XIXe siècle, dans le fonds des imprimés, les ouvrages traitant de l’histoire de France (au sens très large), ont bénéficié d’un système de cotation thématique précis. Plus de deux mille sous-cotes permettent de classer les 2,5 millions de livres assez finement. Par exemple, un document portant une cote « Lb37 » concerne le règne de Louis XIV. Pour l’histoire des villes et des monuments, il s’agit de la cote Lk7. Le chercheur y trouvera des monographies, bien sûr, mais aussi nombre de tirés à part catalogués à la pièce, d’articles de revues savantes… Les cotes Lj, « archéologie française », sont également très utiles pour partir à la recherche de nos monuments disparus. Il faut entendre ici archéologie comme histoire de l’art, selon l’ancienne acception du terme. Ainsi, la mémoire des lieux constitue une part importante des collections de la Bibliothèque nationale de France où elle se conjugue avec celle des faits et des Hommes.

Vue de la ville de Saint-Pierre (Martinique) avant sa destruction par la Montagne Pelée. Bibliothèque de l’Institut national d’agronomie coloniale. Gallica/Cirad

Il est des cas où la nature est seule responsable de la disparition de monuments, ainsi l’éruption de la Montagne Pelée a rayé de la carte la ville de Saint-Pierre et l’immense majorité de ses habitants. Mais bien plus souvent, les destructions sont d’origine humaine. La guerre fait toujours ses victimes, de chair ou de pierre : le Temple-Neuf de Strasbourg en 1870, Verdun en 1916, l’église Saint-Vincent de Rouen en 1944. Bien avant déjà, les guerres de Religion et l’iconoclasme huguenot avaient mutilé de nombreux édifices. Un évènement cependant focalise les regards quand il est question de monuments détruits : la Révolution française et ses suites. Il n’est pas étonnant que le terme de vandalisme ait été popularisé par l’abbé Grégoire en 1794, au moment même où de nombreuses exactions saccageaient les monuments vendus comme biens nationaux, émergeait l’idée d’un patrimoine à défendre. L’abbatiale de Cluny en est un exemple célèbre. Il y eut aussi des destructions politiques, comme celle de Port-Royal des Champs, ou les incendies de la Commune. Le « progrès » a aussi été cause de démolition : c’est pour la salubrité publique de Paris que le cimetière des Saints-Innocents a été fermé et déplacé. Pour favoriser le commerce, le Pont-Neuf de Cahors a été détruit et remplacé par une structure de béton. D’autres ont été victimes d’incendies, comme le château de Lunéville. Beaucoup enfin ont souffert du temps et de l’incurie, souvent par manque de moyens, de leurs propriétaires…

Ex Libris de Victor Hugo à la cathédrale Notre-Dame. BnF, EST, KB-134-PET-FOL

Faire l’histoire de lieux, aussi prestigieux soient-ils, c’est par essence, faire de l’histoire locale. Parfois même de la micro-histoire, tant ils sont tous habités par des individus, fréquentés par des voisins, visités par des passants. Ils sont liés à la vie quotidienne. Les invoquer, les convoquer permet de faire dialoguer la mémoire collective et la mémoire personnelle. Ils ont trouvé leur place dans la littérature et la poésie. Songeons simplement à Victor Hugo et Notre-Dame de Paris…

Il n’était pas possible de réunir ici l’ensemble des lieux perdus ou endommagés au cours du temps. Il a donc fallu se contenter d’une sélection, pour laquelle nous avons souhaité que toutes les régions soient représentées. S’il était impossible de faire abstraction de certaines destructions particulièrement célèbres ou attendues dans ce contexte, comme celle l’abbaye de Port Royal ou celles survenues pendant la Commune, nous avons également souhaité que d’autres événements, moins connus peut-être, figurent aussi parmi nos pages. Chacun, par son histoire, méritait une mise en lumière et une forme de reviviscence que nous espérons avoir su lui donner.

Frédéric Manfrin et Chloé Perrot, Fantômes de pierre. À la recherche des monuments disparus, Paris, BnF, 2023. 256 pages. 35 euros.

Voir la présentation sur le site des éditions de la BnF.

Ce texte a été préparé par Frédéric Manfrin.



Citer ce billet
Blog Histoire (2023, 8 décembre). Sous le sapin de la BnF: Fantômes de pierre. L'Histoire à la BnF. Consulté le 28 février 2024, à l’adresse https://doi.org/10.58079/pmv2

Blog Histoire

Le carnet L'Histoire à la BnF est administré par le service Histoire de la Bibliothèque nationale de France.

More Posts

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search