L’expansion maritime portugaise dans les collections de la BnF. 1 – 1415-1580

L'Afrique et l'Océan indien sur le planisphère de Domingos Texeira (1575). BnF, GE SH ARCH-3
L'Afrique et l'Océan indien sur le planisphère de Domingos Texeira (1575). BnF, GE SH ARCH-3

 

Cet article reprend en la développant une communication présentée en octobre 2022 aux Rendez-vous de l’Histoire de Blois. Le thème cette année-là était « La Mer ».

Le thème retenu en 2022 pour les Rendez-vous de l’histoire de Blois est la mer, et le pays invité, le Portugal. Heureuse coïncidence, car il y a entre le peuple portugais et la mer un lien qui s’explique aussi bien par la géographie du pays, tourné en grande partie vers l’Océan Atlantique, que par son histoire pluriséculaire. Le poète et essayiste Teófilo Braga, souligne dans son histoire littéraire, au début du XXe siècle, cette relation très forte :

la mer est le paysage suprême, qui nous fascine et nous subjugue. Si toute notre histoire dérive de la mer, notre vie sentimentale et poétique trouve avec la mer l’émotion la plus concentrée et la plus délicieuse, la plus profonde inspiration poétique, comme Les Lusiades en témoignent

La période allant de 1415 à 1580 est une période extrêmement riche en découvertes et en conquêtes de nouveaux territoires. Parmi les personnalités de l’époque, les navigateurs Vasco de Gama et Magellan, ainsi que le poète Camões, demeurent les plus célèbres.

La BnF possède de nombreux documents permettant de se représenter  les moyens techniques, les jalons chronologiques et les sources écrites qui accompagnent ces explorations.

Lopo Homem, Jorge Reinel, Atlas Miller, 1519
Le monde en 1519 vu par les Portugais. Lopo Homem, Jorge Reinel, Atlas Miller, 1519. BnF, CPL, GE D-26179 (Rés).

Dans l’imaginaire populaire, si l’on songe aux grandes découvertes maritimes européennes, ce sont les caravelles de Christophe Colomb qui viennent à l’esprit. D’autres navires sont très utilisés : la nef, plus ancienne, et la caraque, qui possède une capacité de stockage de marchandises plus élevée.

Carte marine portugaise de l'océan Atlantique Est, de la mer Méditerranée et de la mer Noire, connue sous le nom de portulan de Dijon, 1510. BM Dijon, ms. 550. Gallica.
Carte marine portugaise de l’océan Atlantique Est, de la mer Méditerranée et de la mer Noire, connue sous le nom de portulan de Dijon, 1510. BM Dijon, ms. 550. Gallica.

Pour s’orienter, les navigateurs utilisent les portulans, cartes marines construites sur un canevas de roses des vents, les courants, où l’on note le dessin des côtes et le nom des différents ports. Ces cartes font leur apparition au XIIIe siècle, chez les cartographes majorquins et italiens (Gênes, Venise), qui ont à leur tour influencé les cartographes des autres nations, notamment les Portugais. Certains portulans sont très richement décorés et évoquent les ressources des territoires concernés, la faune, la flore, les minerais, et également des zones inconnues, voire fantasmées.

De nouveaux instruments facilitent également la navigation, tels l’astrolabe, qui fournit une représentation du ciel à un instant donné, en projection sur un plan ; et le compas, qui permet de connaître à tout moment, une direction fixe de référence, en général le nord magnétique. Deux expositions virtuelles de la BnF permettent de se faire une meilleure idée des collections liées au thème maritime : La mer, terreur et fascination, présentée dans les murs de la BnF en 2005, qui bénéficie d’une iconographie très fournie, et L’âge d’or des cartes marines, de 2012, riche en cartes et portulans.

À l’origine de nombreuses expéditions au XVe siècle, se trouve la figure centrale d’Henri le navigateur (1394-1460), troisième fils du roi Jean (João) Ier, que les Portugais connaissent sous le nom d’Infant. Il est l’instigateur et le financeur des expéditions de découverte qui partent du Portugal. C’est un homme mystique, qui porte le cilice, qui a consacré sa vie à deux idéaux : l’aventure géographique et la sainteté. Il est gouverneur de l’ordre religieux et militaire du Christ, successeur de l’ordre du Temple au Portugal, et il tire de nombreuses ressources de l’esclavage et de la pêche. Il meurt cependant ruiné en 1460 après avoir consacré tous ses revenus aux navigations d’exploration. On lui attribue traditionnellement la fondation d’une école de navigation et de géographie à Sagres, en Algarve, au Sud du Portugal. Ce qui est contesté par plusieurs historiens depuis les années 1950 : il ne s’agirait pas d’une construction à proprement parler, mais plutôt d’un groupe de savants réunis autour du prince. Jean II, qui règne de 1481 à 1495,  assurera la continuité de son œuvre.

Portrait d'Henri Le Navigateur. Crónica dos feitos da Guiné. BnF, MSS, Portugais 41, fol. 5v-6.
Portrait d’Henri Le Navigateur. Crónica dos feitos da Guiné.
BnF, MSS, Portugais 41, fol. 5v-6.

L’exploration maritime du Portugal en dehors de l’Europe commence par l’Afrique. Durant tout le XVe siècle, les navigateurs s’avancent et descendent plus loin vers le Sud sur la côte Ouest de l’Afrique, à la voile et avec la technique du cabotage, en longeant le littoral. Le but est d’accéder à l’or du Soudan en contournant les routes transsahariennes des commerçants berbères. Également de s’emparer de terres cultivables. À cela s’ajoute la prise de Constantinople par les Ottomans en 1453, qui renforce la nécessité de trouver d’autres routes vers la destination que l’on nomme « les Indes », pour en rapporter des épices (cannelle, girofle, muscade…) puisque les routes d’approvisionnement depuis la Méditerranée sont bloquées.

Carte nautique de Gaspar Viega, 1534. BnF, CPL, GE B-1132 (Rés)
Carte nautique de Gaspar Viega, 1534. BnF, CPL, GE B-1132 (Rés)

Les principales étapes de la découverte de ces territoires sont :  la prise de Ceuta en 1415 ; les années 1440 lors desquelles les navigateurs parviennent au Cap-Vert, au Sénégal et en Guinée et se met en place la traite négrière pour l’exploitation sucrière à Madère ; 1481, lorsque Diogo Cão explore les territoires correspondant aux Gabon, Congo, Angola et Afrique du Sud actuels ;  1487-1488, quand Bartolomeu Dias passe le Cap de Bonne-Espérance, anciennement « cap des tourmentes » ; les années 1490 avec l’exploration de la côte Est de l’Afrique, où châteaux, tours et forteresses s’élèvent progressivement, notamment sur l’île de Mozambique et à Mélinde, et où se créent des comptoirs commerciaux l’Ouest,  à Arguim (Sénégambie) et São Jorge da Mina (Cote d’Ivoire).

Le traité de Tordesillas, en 1494, est l’un des plus importants à l’époque puisqu’il répartit les zones d’influence du monde connu des Européens en deux zones, qui tente d’apaiser les tensions entre les couronnes d’Espagne et de Portugal après le voyage de Christophe Colomb. La  ligne de partage  est un méridien localisé à 370 lieues (1 770 km) à l’ouest des îles du Cap-Vert : tout ce qui se trouve à l’Est de cette ligne de démarcation est portugais, et tout ce qui se trouve à l’Ouest est espagnol. Les autres nations (France, Angleterre, Provinces Unies) ne respecteront pas ce traité, notamment François 1er estimant que la France n’a pas à être exclue des richesses du monde.

Planisphère envoyé en 1502 au duc de Ferrare pour l'informer du partage de Tordesillas. Reproduction de l'original de la Bibliothèque de Modèle pour Henry Harrisse, Les Corte-Real et leurs voyages au Nouveau-Monde d'après des documents nouveaux ou peu connus tirés des archives de Lisbonne et de Modène, Paris, Leroux, 1883. BnF, CPL, GE SH 18 PF 1 DIV 0 P 0 D.
Planisphère envoyé en 1502 au duc de Ferrare pour l’informer du partage de Tordesillas. Reproduction de l’original de la Bibliothèque de Modène pour Henry Harrisse, Les Corte-Real et leurs voyages au Nouveau-Monde d’après des documents nouveaux ou peu connus tirés des archives de Lisbonne et de Modène, Paris, Leroux, 1883. BnF, CPL, GE SH 18 PF 1 DIV 0 P 0 D.

Le passage du cap de Bonne-Espérance découvert en 1488 par Bartolomeu Dias ouvre donc la route des Indes. Sur une carte de l’Océan Indien datant de 1649, du cartographe portugais João Teixeira Albernaz, on peut voir un résumé de la zone d’influence des Portugais en Orient : l’Afrique de l’Est avec Mozambique et Mélinde, l’île d’Ormuz, en Iran actuel, Goa et Calicut en Inde sur la côte de Malabar, auxquels il faut ajouter, hors carte : Malacca, en Malaisie actuelle, les Moluques, en Indonésie et Ceylan.

Le nom du deuxième gouverneur de l’Inde portugaise (1509-1515), Afonso de Albuquerque, est resté dans l’histoire comme celui d’un grand stratège militaire. Il continue l’œuvre de son prédécesseur Francisco de Almeida, en renforçant l’installation de comptoirs commerciaux, et de forteresses, et le peuplement de ces territoires par des Portugais, encourageant les mariages avec les autochtones. Il développe le pouvoir naval pour contrer la domination arabe dans l’Océan Indien : le pouvoir royal comprend en effet que l’hégémonie commerciale implique une domination militaire et politique. Il sera fait duc de Goa par Manuel Ier, comptoir qu’il a fondé en 1510, et où il mourra en 1515.

Parmi les sources écrites de ces voyages en Asie, la BnF conserve deux des trois manuscrits en français relatant celui de Magellan, copies d’un original perdu.  Antonio Pigafetta embarque avec le navigateur et en relate le voyage le plus célèbre. Magellan est une figure historique maltraitée et source de litige entre l’Espagne et le Portugal puisque, bien que portugais, il fait son expédition la plus célèbre pour le compte du roi d’Espagne, Charles Quint, en 1519, voyage dont il ne reviendra pas. Il cherche la route des épices vers l’Ouest, et trouve l’accès au Pacifique depuis l’Atlantique en passant par le détroit qui porte à présent son nom, au Nord de la Terre de Feu. Il meurt en 1521 à Cebu (Philippines actuelles) et c’est un autre capitaine qui ramènera la flotte à Séville, Sebastian Elcano.

Vasco de Gama a réalisé plusieurs voyages vers l’Inde et a ainsi ouvert une nouvelle route commerciale. Sa plus longue expédition dure deux ans, de 1497 à 1499. Il s’agit, pour l’époque, de la plus longue traversée en haute mer jamais faite (93 jours contre 36 jours pour celle de Colomb). On attribue le récit de ce voyage à Alvaro Velho, un marin qui faisait partie de l’expédition. Si Vasco de Gama est passé à la postérité grâce aux Lusiades de Camões, qui ont mythifié ces expéditions,  ce journal est très intéressant car il tempère l’idée d’un voyage uniquement couronné de succès. Il servira de base à de nombreux écrits ultérieurs, dont les fameux Lusiades, sans conteste le texte le plus célèbre de l’histoire littéraire portugaise, dont la BnF possède une édition originale de 1572. Les Lusiades retrace en dix chants l’histoire des Lusitaniens depuis ses origines, ainsi que l’aventure maritime de Vasco de Gama. Les Lusiades forment une encyclopédie des connaissances de l’époque, qui s’adresse au roi Sébastien Ier (Dom Sebastião). Camões y glorifie le peuple portugais, le poème s’achevant par cet avertissement sans appel « Faites que jamais les peuples que l’on admire ne puissent dire que les Portugais sont faits pour obéir plus que pour commander ». Camões est considéré comme le plus grand poète portugais : le 10 juin, fête nationale portugaise, correspond à la commémoration de sa date de mort. Il existe peu de détails biographiques le concernant : né vers 1524 dans une famille de petite noblesse, il mène une vie instable d’aventurier. Il échappe à un emprisonnement contre la promesse d’embarquer pour l’Inde comme soldat, et il séjournera en Orient de 1553 à 1569. Il fera naufrage sur les côtes de la Cochinchine, dont il ne parvient à sauver que son manuscrit des Lusiades. Il a la particularité d’être le premier poète européen avec une longue expérience de fréquentations de cultures extra-européennes.

Luis de Camões, Os Lusiadas, Lisbonne, 1572. BnF, RLR, Rés. P-YG-38.
Luis de Camões, Os Lusiadas, Lisbonne, 1572. BnF, RLR, Rés. P-YG-38.

Fernão Mendes Pinto (v. 1514-1583), est l’un des premiers Européens à être parvenu au Japon. Il a eu une vie riche en aventures, et a connu celui qui est devenu Saint François Xavier, Jésuite évangélisateur en Asie. Ses Voyages aventureux, à la fois récits d’aventure, de voyage, et conte philosophique, narrés à la première personne du singulier, qu’il écrit pour sa descendance, ont paru en portugais en 1614, sont traduits et rapidement publiés en France : l’édition de 1645 connait un succès immédiat.

Il faut garder à l’esprit que de nombreuses expéditions ont échouées, et que ce que nous voyons rétrospectivement comme une progression implacable et méthodique n’apparaissait pas comme telle à l’époque, ce que rappellent les histoires tragico-maritimes,  ces récits de rescapés, la face sombre des navigations, selon l’expression de l’écrivain José Saramago.

Ces courts récits de naufrage, actuellement méconnus en France, sont emblématiques de la littérature maritime portugaise. Ils sont édités dès le XVIe siècle sur des feuilles de cordel, et réunis pour la première fois dans une anthologie mieux éditée en 1735-36 par Bernardo Gomes de Brito, et restent très populaires et traduits en français au XIXe siècle.


Jeronimo Corte Real, Naufragio e lastimoso successo da perdição de Manoel de Sousa de Sepulveda, e dona Lianor de Sa, sua mulher, e filhos, Lisboa, 1783. BnF, LLA, YG-2824
Jeronimo Corte Real, Naufragio e lastimoso successo da perdição de Manoel de Sousa de Sepulveda, e dona Lianor de Sa, sua mulher, e filhos, Lisboa, 1783. BnF, LLA, YG-2824

Le récit ci-dessus est le plus célèbre des histoires de naufrages qui ont eu lieu à l’époque : en 1552, Manoel de Sepulveda, un capitaine portugais qui revenait d’Inde en compagnie de sa femme, doña Leonor de Sá, et de leurs trois enfants, fait naufrage près du cap de Bonne-Espérance. Le mari perd successivement sa femme et ses enfants. Fou de désespoir, il s’enfonce dans la forêt où il meurt. Ce récit poignant sera repris notamment par Camões dans les Lusiades au chant V, par le théâtre des Jésuites, et dans le théâtre espagnol de Tirso de Molina.

Du côté des Amériques, on retient la date de 1500 comme celle du débarquement de la première flotte portugaise au  Brésil.

Lopo Homem, Jorge Reinel, Atlas Miller, 1519. BnF, CPL, GE DD-683 (2 Rés).
Lopo Homem, Jorge Reinel, Atlas Miller, 1519.
BnF, CPL, GE DD-683 (2 Rés).

Pedro Alvares Cabral dirige une flotte de 1200 personnes (mousses, matelots, soldats, proscrits, marchands, Franciscains) vers les Indes pour le compte du roi de Portugal. Au printemps 1500, les Portugais découvrent une terre qui n’est pas celle qu’ils cherchaient. Lorsqu’ils reprennent la mer le 2 mai, en direction de l’Inde, Alvares Cabral fait notifier au roi dom Manuel cette découverte, en envoyant la nouvelle par navire express. En 1501, une nouvelle flotte dont fera partie Amerigo Vespucci est envoyée pour une reconnaissance officielle de la part de la couronne portugaise.

Parmi ces descriptions de la rencontre avec les populations autochtones du Brésil, la lettre écrite au roi Manuel Ier par Pero Vaz de Caminha revêt une importance telle qu’elle a été inscrite en 2005 dans la liste Mémoire du Monde de l’UNESCO – registre des grands documents de l’histoire de l’Humanité. Le secrétaire de l’escadre de Pedro Alvares Cabral y fait la chronique des premiers contacts entre navigateurs européens et indigènes de la terre qu’il dénomme terre de Santa Cruz, en mai 1500.

La lettre de Pero Vaz de Caminha au roi Manuel le Fortuné. O Patriota Brasileiro, Paris, 1830. BnF, PHS, 8-PX-115 (1).
La lettre de Pero Vaz de Caminha au roi Manuel le Fortuné. O Patriota Brasileiro, Paris, 1830. BnF, PHS, 8-PX-115 (1).

Au départ, le Portugal accorde peu d’importance au Brésil, et ce n’est qu’avec la perte d’influence dans l’Océan Indien et l’Afrique qu’il y investira davantage. Au cours du XVIe siècle, et surtout au XVIIe siècle, se développera au Brésil une économie de même modèle qu’à Madère : exploitation de plantations de cannes à sucre au moyen d’esclaves venus du Cap-Vert et de la côte de Guinée. Les Portugais repèrent rapidement le potentiel exploitable de l’arbre appelé bois brésil, qui donnera plus tard son nom au pays. C’est un bois de teinture rouge et de construction, dont on connaissait déjà une variante en Afrique du Nord. Les Portugais en font rapidement l’exploitation, de façon si intensive que l’arbre est désormais une espèce protégée.

Pierre Pomet, « Du bois de Brésil », Histoire générale des drogues, traitant des plantes, des animaux et des minéraux, Paris, 1694. BnF, ARS, FOL-S-1015
Pierre Pomet, « Du bois de Brésil », Histoire générale des drogues, traitant des plantes, des animaux et des minéraux, Paris, 1694. BnF, ARS, FOL-S-1015
André Thévet, « Racines de quoy ils font leurs farines… et de l’arbre du Brésil », Cosmographie universelle, Paris, 1575. BnF, ARS, FOL-H-78 (2)
André Thévet, « Racines de quoy ils font leurs farines… et de l’arbre du Brésil », Cosmographie universelle, Paris, 1575. BnF, ARS, FOL-H-78 (2)

À ce moment historique inédit d’explorations et de conquêtes extrêmement fortes, succède dès 1580 une période aux enjeux renouvelés. À la perte d’indépendance du royaume de Portugal, sous autorité espagnole, s’ajoute en effet la nécessité de conserver les territoires précédemment conquis sur trois continents avec des moyens humains limités.

Pour aller plus loin

Retrouvez les autres épisodes de la série L’expansion maritime portugaise dans les collections de la BnF.

Réécoutez la conférence sur le site des Rendez-vous de l’histoire de Blois.

 

 



Citer ce billet
Maud Lageiste (2024, 5 février). L’expansion maritime portugaise dans les collections de la BnF. 1 – 1415-1580. L'Histoire à la BnF. Consulté le 15 juin 2024, à l’adresse https://doi.org/10.58079/vr34

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search