L’expansion maritime portugaise dans les collections de la BnF. 2 – 1580-1822

Frontispice de l'Histoire des découvertes et conquestes des Portugais, Paris, 1733. BnF, PHS, 4-OY-131 (1)
Frontispice de l'Histoire des découvertes et conquestes des Portugais, Paris, 1733. BnF, PHS, 4-OY-131 (1)

 

Cet article reprend en la développant une communication présentée en octobre 2022 aux Rendez-vous de l’Histoire de Blois. Le thème cette année-là était « La Mer » et le pays invité le Portugal.

Les historiens ont pris l’habitude de distinguer trois empires portugais successifs. Le premier, établi en explorant la route des îles aux épices de l’Orient (Ceylan, Malacca, les Moluques), a fait l’objet du premier article de ce diptyque. Ce deuxième volet se penchera sur le deuxième et le troisième empires, centrés respectivement sur le Brésil puis l’Afrique.

Le deuxième empire colonial portugais : 1580-1822

1580-1640 : l’Union ibérique

L’essor du second empire colonial concorde avec une période très particulière de l’histoire lusitanienne : l’union des monarchies d’Espagne et du Portugal suite à l’extinction de la dynastie des Aviz. Le 4 août 1578, Sébastien Ier de Portugal meurt au Maroc, à la bataille des Trois Rois. Dès la nouvelle connue, son oncle Philippe II d’Espagne va mettre à profit ses liens privilégiés avec la noblesse portugaise pour recueillir la succession et réunir sous un seul sceptre les deux principales puissances coloniales de l’Europe du XVIe siècle : fils de Charles Quint et de l’impératrice Isabelle de Portugal, le roi d’Espagne peut se prévaloir d’être l’un des seuls petits-fils légitimes de Manuel Ier de Portugal et le seul à vivre dans la péninsule ibérique.

Cruzado portugais du règne de Philippe II d'Espagne (Philippe Ier de Portugal). BnF, AF.POR.1027 (15X(suppl.)-25)
Cruzado portugais du règne de Philippe II d’Espagne (Philippe Ier de Portugal). BnF, MMA, AF.POR.1027 (15X(suppl.)-25)

Après l’éphémère règne du cardinal Henri (1578-1580), de longues négociations et de nombreuses concessions accordées à la noblesse portugaise, les Cortes, réunies dans la ville historique de Tomar, reconnaissent Philippe d’Espagne comme leur nouveau roi, sous le nom de Philippe Ier du Portugal1. L’entité qui naît alors est généralement désignée sous le nom d’Union ibérique.

L’Union promettait des avantages aux deux monarchies dont l’économie était devenue interdépendante : les Espagnols tireraient profit du savoir-faire commercial des navigateurs portugais et des richesses de leurs nombreux comptoirs ouverts en Asie et Afrique ; le Portugal voyait dans l’Espagne l’allié idéal pour aider à la défense les territoires conquis qu’il ne pouvait plus assurer seul de façon efficace. Par ailleurs, le Portugal qui dépendait de plus en plus de l’or espagnol provenant du Mexique et du Pérou, bénéficierait de nouvelles routes commerciales espagnoles, notamment la route directe entre Manille et Acapulco connue sous le nom de Galion de Manille ou Nao de China (navire de Chine). Cette route maritime extrêmement périlleuse à cause des de la piraterie japonaise et des tempêtes océaniques n’était empruntée qu’une fois par an.

Parcours du Galion de Manille. BnF, CPL, GE SH 18 PF 175 DIV 1 P 3 D
Parcours du Galion de Manille. BnF, CPL, GE SH 18 PF 175 DIV 1 P 3 D

Depuis Manille, où une importante communauté de chinois vivait et pratiquait le commerce, le galion prenait d’abord la direction de Macao, péninsule située à quelques kilomètres de Hong Kong, devenue officiellement comptoir portugais en 1557. Le galion s’y arrêtait plusieurs mois avant de traverser l’océan à destination d’Acapulco, seul port sur le Pacifique autorisé à accueillir les cargaisons des navires espagnols provenant des mers d’Asie.  L’Empire du Milieu étant, à l’époque,  fermé au commerce extérieur, Macao jouissait d’une grande importance stratégique puisqu’il assurait l’échange des produits chinois contre les produits occidentaux ou provenant des Amériques. Le commerce y était donc extrêmement lucratif : des produits tels que la soie, les vases Ming, des épices très prisées comme le safran étaient échangés contre l’or et l’argent du Mexique, la cochenille qui servait à teindre les étoffes en rouge cramoisi, le cacao, le café, différentes sortes de piments et beaucoup de bétail.

Les comptoirs commerciaux ou feitorias

La structure économique de l’empire commercial portugais repose sur un vaste réseau de comptoirs d’outre-mer conçus comme des têtes de pont vers les comptoirs européens dont le plus important était la capitale portugaise elle-même. Lisbonne, devenue un immense emporium sur l’estuaire du Tage, servait de plate-forme de distribution en Europe.

Qu’ils soient placés en Afrique ou en Asie, les feitorias présentaient les mêmes caractéristiques : situés près de côtes, à l’embouchure d’un fleuve ou sur une île pour pouvoir (de)embarquer aisément hommes et marchandises, et presque toujours fortifiés.

Plan de la baye et île d'Arguim. BnF, CPL, GE DD-2987 (8111)
Plan de la baye et île d’Arguim. BnF, CPL, GE DD-2987 (8111)

Le premier connu date de 1445 et se trouve sur l’île d’Arguin, au nord de la Mauritanie actuelle, située à proximité du débouché des caravanes venant de Timbouctou. L’importance de ce comptoir pour l’histoire coloniale portugaise résulte de la traite négrière qui commence dès le XVe siècle. Ce comptoir est également important pour l’histoire de la colonisation française car, de la fin du XVIIe siècle à la moitié du XVIIIe siècle, des escadres de marine et des troupes d’infanterie françaises s’opposent à la fois aux marins et marchands hollandais et aux tribus trârzä pour le contrôle de la gomme arabique récoltée sur des bois de la rive droite du Sénégal2.

En Asie, nous retrouvons les mêmes caractéristiques. La ville-port de Goa, conquise par les Portugais dès 1510, est située sur la côte sud-ouest de l’Inde (cote de Malabar), à l’embouchure du fleuve Mondovi qui se jette dans la mer d’Arabie. Le port est vite fortifié et le comptoir s’enrichit grâce au florissant commerce des épices.

Vue de Goa. Philippus Baldaeus, Naauwkeurige Beschryvinge van Malabar en Choromandel, der zelver aangrenzende ryken en het machtige eyland Ceylon, Amsterdam, 1672. BnF, RLR, Rés FOL-O2K-33
Vue de Goa. Philippus Baldaeus, Naauwkeurige Beschryvinge van Malabar en Choromandel, der zelver aangrenzende ryken en het machtige eyland Ceylon, Amsterdam, 1672. BnF, RLR, Rés FOL-O2K-33

Sur la côte Est de l’Inde (côte de Coromandel), se trouve un autre exemple de comptoir portugais fortifié et situé près de l’embouchure de fleuve Khrisna, Masulipatam (ou Machilipatnam). Aux XVIIe et XVIIIe siècles, cette ville côtière, investie par la Compagnie française des Indes orientales, devient très célèbre en métropole pour ses tissus colorés connus sous le nom d’indiennes.

Masulipatam. Ville considérable du Royaume de Golconde
Usages du Royaume de Siam : cartes, plans et vues en 1688, par les Missionnaires. BnF, EST, OD-55-PET FOL
Masulipatam. Ville considérable du Royaume de Golconde. Usages du Royaume de Siam : cartes, plans et vues en 1688, par les Missionnaires. BnF, EST, OD-55-PET FOL

On comprend mieux l’importance des feitorias quand on sait qu’outre les marchandises, les entrepôts abritaient le matériel nécessaire à la construction navale. Le comptoir était toujours bâti à côté du lieu du pouvoir royal de façon à constituer un véritable complexe politique, manufacturier et commercial au service de la couronne qui le contrôlait par l’intermédiaire du feitor, nommé par le roi et ayant le statut de fonctionnaire d’outre-mer.

Vüe du Palais Roi de Portugal a Lisbon [Paço da Ribeira]. BnF, EST, LI-72 (5)-FOL
Vüe du Palais Roi de Portugal a Lisbon [Paço da Ribeira].
BnF, EST, LI-72 (5)-FOL

Ce sont là des caractéristiques fondamentales de la thalassocratie portugaise qui, selon de nombreux historiens, expliquent le déclin de son empire. Contrairement à l’Angleterre ou Pays Bas, où une bourgeoisie riche et entreprenante investissait des fortunes pour armer des flottes, au Portugal le seul vrai armateur était l’administration royale. Cette faiblesse, jointe à la constante pénurie démographique (9), sont les deux arguments évoqués pour expliquer la perte, finalement assez rapide, de ses comptoirs, surtout en Asie3.

1640-1661 : de la fin de l’Union Ibérique au Traité de La Haye

L’Union ibérique montre rapidement ses limites. En 1588, lors de la bataille de Gravelines, la flotte espagnole est arrêtée dans son dessein d’envahir l’Angleterre, pays désormais en plein essor politique et commerciale4.  En outre, les provinces du Nord des Pays-Bas, en révolte contre la couronne d’Espagne depuis 1581 deviennent aussi les ennemis de la couronne portugaise. Le glas de l’Union ibérique est sonné en 1628, dans la baie de Matanzas, sur l’île de Cuba. Cinquante-huit  vaisseaux espagnols de la Flotte des Indes sont capturés par le fameux corsaire hollandais Piet Heyn et l’amiral Hendrik Cornelisz Lonk au service de la Compagnie néerlandaise des Indes occidentales. Le butin est colossal : la cargaison est en effet estimée à 11 millions de florins en pièces d’argent et denrées coloniales diverses.

Verovering vande silver-vloot inde bay Matança, anno 1628 [capture de la flotte des Indes dans la baie de Matanzas, l'an 1628]. BnF, CPL, GE DD-626 (37 Rés).
Prise de la flotte des Indes, avec les portraits de Piet Heyn et Hendrik Cornelisz Lonk, ainsi que l’inventaire de la cargaison. Verovering vande silver-vloot inde bay Matança, anno 1628. BnF, CPL, GE DD-626 (37 Rés).

L’Union ibérique prend fin en 1640 avec la guerre de Restauration : mécontents de la politique centralisatrice du ministre espagnol Gaspar de Guzma, comte-duc d’Olivarès, les Portugais se soulèvent contre Madrid et acclament comme roi Jean, duc de Bragance, issu d’une branche bâtarde des Aviz.

Ayant retrouvé son autonomie politique, le royaume tente de défendre ses comptoirs des attaques hollandaises. En vain. Après plusieurs batailles navales désastreuses, notamment celle de Macassar, en 1641, la monarchie portugaise concentre ses forces sur la reconquête du Brésil dont une partie du Nord-Est avait été conquis par les Provinces-Unies pour former la Nouvelle-Hollande. Un accord entre les deux pays est scellé en 1661 par le Traité de la Haye : le Brésil revient entièrement au Portugal (après paiement de la somme considérable de 8 millions de florins) tandis que Ceylan, Java et les Moluques deviennent des comptoirs hollandais. L’Angola est reconnu colonie portugaise ainsi que le Timor orientale.

En 1661, un autre événement marque profondément l’histoire de la monarchie portugaise : le contrat de mariage entre Catherine de Bragance, fille du roi Jean IV du Portugal, et Charles II d’Angleterre confirmant ainsi le basculement du Portugal dans la sphère d’influence anglaise.

Joana Pinheiro de Almeida, Catherine de Bragance: infante du Portugal et reine d'Angleterre, Aix-en-Provence, 2020
Joana Pinheiro de Almeida, Catherine de Bragance: infante du Portugal et reine d’Angleterre, Aix-en-Provence, 2020

Les historiens ont souvent souligné la dot gigantesque que prévoyait le contrat et qui contribua abondamment à la consolidation du pouvoir anglais sur les mers : la ville de Tanger, Bombaim (devenu Bombay) et les îles environnantes, des privilèges au Brésil, un trésor de deux millions de cruzados. Rappelons que la jeune princesse portugaise, extrêmement raffinée, amène avec elle ses goûts et ses habitudes, entre autres une boisson chaude appelée le chà (tcha en chinois) vite rebaptisé le thé. Le rituel du tea-time, progressivement imposé par la jeune reine Catherine à la cour d’Angleterre, comprenait également la consommation de  douceurs à l’orange. Cet agrume, d’origine asiatique, déjà très populaire à la cour des Médicis,5 ne supportait pas le long voyage en mer entre le Portugal et l’Angleterre, d’où la nécessité de le cuire et le conserver sous forme de marmelade.

La plus grande des colonies portugaises : le Brésil

Le Brésil est un vaste territoire qui couvre le tiers de l’Amérique latine. Le naturaliste et médecin hollandais, Piso Willem, en avait détaillé les nombreuses ressources naturelles dans son livre Historia Naturale Brasiliae, écrite au retour  de l’expédition scientifique de 1646. Au XVIIe siècle, le retour des colons portugais entraîne l’ajout de la culture  du café et de la canne à sucre, l’or blanc, à l’exploitation de bois de brésil (pau brasil).  En effet, le Brésil offre des vastes espaces vierges, assez humides pour dispenser l’irrigation nécessaire. Les moulins à sucre se multiplient d’autant plus que la main d’œuvre est abondante et vient directement de l’Angola d’où partent les navires négriers.

« Convoi de café s'acheminant vers la ville », J. B. Debret viagem pitoresca e historica ao Brasil, Paris, 1834 (fac-sim. 1953). BnF, EST, UB-214 (A)-FOL.
« Convoi de café s’acheminant vers la ville », J. B. Debret, Viagem pitoresca e historica ao Brasil, Paris, 1834 (fac-sim. 1953). BnF, EST, UB-214 (A)-fol.
« Petit moulin à sucre », J. B. Debret, Viagem pitoresca e historica ao Brasil, Paris, 1834 (fac-sim. 1953). BnF, EST, UB-214 (A)-FOL.
« Petit moulin à sucre », J. B. Debret, Viagem pitoresca e historica ao Brasil, Paris, 1834 (fac-sim. 1953). BnF, EST, UB-214 (A)-fol.

L’autre source d’enrichissement est l’exploitation aurifère des mines de Minas Gerais qui bat son plein tout au XVIIIe siècle. La situation change totalement en 1822, lorsque l’indépendance du Brésil oblige la couronne à se replier sur les domaines africains.

Troisième empire colonial : 1822-1999

Les colonies africaines

Après la perte du Brésil, la monarchie portugaise concentre ses investissements sur le continent africain où elle possède déjà de nombreux comptoirs dont les plus importants sont l’Angola, le Mozambique, les îles de Cap-Vert et la Guinée Bissau6.

Cependant, au XIXe siècle, l’Afrique est très convoitée par les puissances européennes puisqu’elle demeure largement à découvrir comme le témoigne cette carte de 1838, dressée par l’ingénieur-géographe français, Auguste Henri Dufour :

Auguste-Henri Dufour, Carte d'Afrique, Paris, 1838. BnF, CPL, GE C-7743
Auguste-Henri Dufour, Carte d’Afrique, Paris, 1838. BnF, CPL, GE C-7743

Aussi, à partir des années 1840, l’administration lisboète organise-t-elle toute une série d’expéditions en Afrique noire. La plus connue est celle du major Serpa Pinto, militaire, explorateur et administrateur colonial portugais qui a largement contribué à cartographier l’intérieur du continent. En 1877-78 il réalise la plus périlleuse de ses expéditions en réussissant à relier l’Angola à l’ouest au Mozambique à l’est, tout en faisant un détour vers le sud, notamment vers les villes actuelles de Pretoria et  Durban. Le major Serpa Pinto, premier européen à avoir exploré ces territoires d’Afrique australe, a laissé un récit captivant et très précis de cette première expédition européenne dans des territoires d’Afrique australe. Il occupe les deux volumes intitulés Comment j’ai traversé l’Afrique, rédigés par l’explorateur et immédiatement traduits en anglais, allemand et français.

Pour capitaliser les résultats de ces coûteuses explorations, la royauté portugaise envisage de faire du Mozambique et de l’Angola un seul territoire allant de de l’Atlantique à l’océan Indien. En 1887, le ministre portugais des Affaires étrangères, Henrique de Barros Gomes, présente le projet sous forme d’une carte, qu’on appelle depuis la carte rose, dont la BnF en conserve un exemplaire appartenu à la Société portugaise de Géographie :

Carta da Africa meridional portugueza, dite « carte rose », Paris, 1886.BnF, CPL, GE C-3820
Carta da Africa meridional portugueza, dite « carte rose », Paris, 1886.
BnF, CPL, GE C-3820

Une telle politique coloniale ne pouvait que déplaire au gouvernement britannique qui n’avait pas ratifié la Conférence de Berlin de 1885 et envisageait la réalisation d’un empire qui irait du Caire au Cap, en Afrique du Sud7. Aussi, en 1890, le gouvernement de Lord Salisbury  n’hésite-t-il pas à briser le rêve portugais en lançant un ultimatum  et une violente campagne contre les « prétentions » portugaises. Il s’ensuit un conflit diplomatique d’une grande âpreté qui se solde par un cuisant camouflet pour le Portugal. En effet, ce dernier, privé de l’appui des autres pays européens, se voit obligé de renoncer à son projet colonial, renoncement qui suscite un vaste sursaut « patriotique » d’où naîtra La Portuguesa hymne national composé par le musicien Alfred Kiel.

La fin de l’empire colonial portugais

À l’instar de l’empire colonial britannique et français, l’empire colonial portugais se désagrège après la seconde guerre mondiale, dans le sillon des mouvements d’indépendance nationale. En 1961, le premier ministre indien, Jawaharlal Nehru, annexe Goa et les comptoirs  de Damao, Diu et Anjidiv.

Entre-temps, en Afrique les mouvements de libération développent la méthode de la guérilla grâce à l’aide des soldats cubains et à l’appui, tout au moins moral, du nouveau président des États-Unis, John Fitzgerald Kennedy, défenseur convaincu du droit à l’auto-détermination des peuples. C’est dans ce contexte que le général portugais, Antonio de Spínola, posté en Guinée Bissau, arrive à la conclusion que la seule paix possible est une paix négociée avec les dirigeants des mouvements de libération. En février 1974 la publication de son livre, O Portugal e o futuro (Le Portugal et son avenir), déclenche la révolte de nombreux jeunes capitaines de l’armée, révolte qui aboutira à la Révolution des Œillets du 25 avril 1974 et la chute du régime de Salazar et de son successeur, Marcelo Caetano.

Antonio de Spínola, Le Portugal et son Avenir, Paris, Flammarion, 1974. BnF, PHS, 16-R-15048 (2).
Antonio de Spínola, Le Portugal et son avenir, Paris, Flammarion, 1974. BnF, PHS, 16-R-15048 (2).

La fin de l’empire portugais connaît son dernier acte avec la rétrocession de la péninsule de Macao, et ses petites îles environnantes, au gouvernement de la République de Chine Populaire le 17 décembre 1999.

« Après Hong Kong, la Chine récupère Macao avec Taiwan en ligne de mire », Les Échos, vendredi 17 décembre 1999. BnF, DEP, Gr Fol-Lc2-6878
« Après Hong Kong, la Chine récupère Macao avec Taiwan en ligne de mire », Les Échos, vendredi 17 décembre 1999. BnF, DEP, Gr Fol-Lc2-6878

Le nouveau modèle économique de cette péninsule d’à peine 30 km2, délaisse l’industrie manufacturière au profit de du tourisme de loisirs, en notamment les casinos et toute sorte de jeux de hasard.8.

Ainsi, l’imaginaire occidental représentant Macao telle une ville ouverte à toutes « les indulgences »9 se trouve-il amplement conforté par ce choix économique. Les thèmes des films à grand public des années 1940-1950 : Macao, l’enfer du jeu (1942) ou Le paradis des mauvais garçons (1952), sont à nouveau évoqués par des productions audiovisuelles plus récentes. Songeons, par exemple, au film de Sam Mendes, Skyfall (2012) ou au documentaire de M. Bogdanim, Macao sans retour (2004) conservés par le département Son, Vidéo, Multimédia de la BnF.

Affiche pour Macao, l'enfer du jeu (1954). BnF; EST, DIA-AFF-50261
Affiche pour Macao, l’enfer du jeu (1954). BnF; EST, DIA-AFF-50261
Affiche pour Le paradis des mauvais garçons (1955). BnF, EST, GR SNR 4 (CHOKO 7030).
Affiche pour Le paradis des mauvais garçons (1955). BnF, EST, GR SNR 4 (CHOKO 7030).

Pour aller plus loin

Retrouvez les autres épisodes de la série L’expansion maritime portugaise dans les collections de la BnF.

Réécoutez la conférence sur le site des Rendez-vous de l’histoire de Blois.

 

 



Citer ce billet
Emanuela Prosdotti (2024, 16 février). L’expansion maritime portugaise dans les collections de la BnF. 2 – 1580-1822. L'Histoire à la BnF. Consulté le 22 avril 2024, à l’adresse https://doi.org/10.58079/vumw

  1. Les concessions accordées à la noblesse portugaise sont évoquées dans Jean-François Labourdette, Histoire du Portugal, Paris, Fayard, 2000, p. 278-280. []
  2. voir Gérard Buttoud, La guerre d’Arguin, 1678-1728, Paris, L’Harmattan, 2020 []
  3. A.H. de Oliveira Marques, Histoire du Portugal et de son empire colonial, Paris, Karthala, 1998, p. 189 et suivantes. []
  4. Pour l’histoire de la bataille, très controversée, de Gravelines, nous renvoyons aux livres de Colin Martin and Geoffrey Parker, Armada : the Spanish enterprise and England’s deliverance in 1588, New Haven, Yale University Press, 2022 et A. Luis Gomez Bertràn, La Invencible y su leyenda negra : del fracaso inglés en la « derrota » de la Armada espanola, Benalmádena, Arin, 2013. []
  5. D’après certains historiens, les oranges seraient également à l’origine des armoiries des Médicis, qui entretenaient un fructueux commerce avec l’Orient. Voir Giovanni Cherubini e Giovanni Fanelli,  Il Palazzo Medici Riccardi di Firenze, Florence, Giunti, 1990 ; Paola Ventrone, Le tems revient ; feste e spettacoli nella Firenze di Lorenzo il Magnifico, Milan, Silvana editore, 1992 []
  6. René Pélissier, « Portugal : trois empires perdus », Matériaux pour l’histoire de notre temps, vol. 107, n°. 3 (2012), pp. 44-53 []
  7. Sur la conférence de Berlin de 1885, qui partage les territoires africains entre les puissances européennes, voir Hendrik Lodewijk Wesseling, Le partage de l’Afrique, 1880-1914 (Patrick Grilli trad.), Paris, Gallimard, 2002. Le projet de relier le Caire au Cap est due à l’homme d’affaires et ministre britannique, Cécil J. Rhodes, directeur de la British South African Company. []
  8. Michael O’Regan, « Macao à l’ère postcoloniale : espoir et désespoir dans un centre mondial du tourisme et des loisirs », Via. Tourism review, n° 16  (2019). []
  9. Le poète britannique W. H. Auden utilise ce qualificatif dans son poème Macao qui date de 1938. Voir Wystan Hugh Auden, The complete works (Edward Mendelson, éd.), Princeton, 1996, vol. 1 : « Prose : and travel books in prose and verse. 1926-1938 ». []

Emanuela Prosdotti

Chargée de collections en histoire de l'Italie, de la péninsule ibérique et de l'Amérique latine au département Philosophie, histoire, sciences de l'homme

More Posts

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search