Faites parler les images ! « le Pensionnat Bourbon » (1882)

Le thème des Rendez-vous de l’histoire de Blois 2018 sera la puissance des images. Et si on s’entraînait un peu ?!

Il est fréquent dans la presse du XIXe siècle de relayer, commenter, voire de « sous-titrer »  de manière sarcastique les images publiées par d’autres supports. Le carnet de recherches L’Histoire à la BnF vous propose de découvrir aujourd’hui cet usage à travers une série de 9 vignettes, « Le pensionnat Bourbon », publiée le 5 février 1882 dans le supplément de La Petite République.

Serez-vous capable d’identifier les principaux protagonistes de ces images ?

Ratapoil ?

Corbeau ?

Gaucher ?

Démoc-Soc ?

Trouverez-vous en ligne une parodie caricaturale de ces dessins ?

Quelques indices sont donnés dans les conseils de lecture à la fin de ce billet …

Nous donnerons la réponse au mois d’août.

=> Double-cliquez dans le cadre ci-dessous pour voir l’image en son entier, puis vous pourrez zoomer.

Née en 1876, La Petite République est un quotidien  républicain, lié à La République française de Léon Gambetta. C’est un journal à un sou (ce qu’on nomme alors la « petite presse », à portée de toutes les bourses), qui se dit destiné à « porter jusqu’au fond des campagnes […] l’exposition et la démonstration des vérités républicaines1. » La Petite République acquerra quelques années plus tard une forte notoriété en publiant les articles de Jean Jaurès sur l’Affaire Dreyfus2.

« Léon Gambetta ». Estampe. Imagerie Pellerin à Epinal, 1883. Gallica (BnF).

La série de vignettes du « Pensionnat Bourbon » fait couler beaucoup d’encre. Le dessinateur Pépin y met en scène Gambetta de façon surprenante. D’autant plus surprenante, soulignent les journaux, que Léon Gambetta est actionnaire de La Petite République3C’est en effet un buste despotique de Gambetta qui préside l’Assemblée nationale. Et lorsque les élèves tentent de le renverser, un martinet les châtie !

Dans sa grande majorité, la presse condamne des images jugées irrespectueuses pour l’Assemblée, et critique La Petite République, le dessinateur, voire Gambetta et ses proches. Beaucoup d’articles suggèrent que Gambetta lui-même a voulu faire passer un message par le biais de ces vignettes. Celui du Gaulois reflète la tonalité quasi générale :

Qui croirait qu’un dessin, publié dans un petit journal à un sou, puisse être un grand événement politique ?
Mais le journal est la Petite République, un journal qui appartient corps et biens à M. Gambetta, et le dessin représente la Chambre des députés sous la forme d’une bande de polissons, tremblants devant M. Gambetta, et sur le point d’être fustigés pour lui avoir manqué de respect. On a souvent vilipendé la Chambre des députés, mais c’est peut-être la première fois qu’elle est ainsi bafouée et menacée par un de ses membres. On disait bien que M. Gambetta voulait la dissoudre mais on n’aurait pas cru qu’il le dirait lui-même, qu’il le dirait si promptement, si ouvertement, et en termes si injurieux.
Le dessin est, du reste, très spirituel. Les élèves sont à l’étude les élèves du pensionnat Bourbon. Le buste de M. Gambetta est sur la cheminée, à la place occupée autrefois par le buste de l’Empereur. Les élèves travaillent d’abord, puis ils s’ennuient, puis ils s’excitent, et s’unissent par s’insurger. Il y a plusieurs scènes que l’expression majestueuse et irritée du buste, rend fort comiques.
Ratapoil et Corbeau, qui ne rêvent que le désordre, entraînent Gaucher et Démoc-Soc, qui deviennent en même temps leurs complices et leurs dupes. Ils s’unissent tous ensemble, et viennent à bout de renverser le colosse.

Pendant que les élèves Corbeau et Ratapoil jetaient des cris de triomphe, dit la légende, Gaucher et Démoc-Soc restaient atterrés devant le buste, qui, quoique par terre, leur semblait d’autant plus redoutable qu’il était intact.
Dans le tableau qui suit immédiatement, tous les révoltés se sont remis au travail comme beaux petits saints, pour éviter la terrible férule, qu’on aperçoit déjà levée sur leurs têtes, et la légende annonce « qu’on s’attend d’un moment à l’autre au licenciement du pensionnat ».

Le buste est intact c’est Gambetta lui-même qui vous le dit. Si ce n’est lui, c’est donc son frère. Nous louons le journal, et celui qui en est l’inspirateur et le chef, d’une franchise si peu ordinaire. Les autres dictateurs ne montrent la férule qu’après avoir réussi. Avec celui-ci, c’est tout différent. Il crie sur les toits « J’ai été votre maître je le suis encore, malgré vous ; et je le serai jusqu’à la fin ».

C’est bien. C’est entendu. Acte est donné de la déclaration4.

L’Univers charge un caricaturiste « quelque peu maladroit » : « En les traitant d’écoliers qui travaillent à la pension Bourbon sous l’œil sévère du pion Gambetta, le caricaturiste rappelle fort à propos que M. Gambetta voulait mener sa Chambre à la férule5 ». La Justice suggère que le dessinateur mérite le martinet qu’il a utilisé dans son dernier dessin6. La Presse tente une défense de Gambetta, évoquant un entourage parfois mal inspiré :

Certains journaux voient dans cette imagerie grossière une imitation des procédés de Napoléon III avant le coup d’État. Nous n’attachons point une pareille importance à cette boutade d’un goût douteux. Si M. Gambetta était en ce moment à Paris, on pourrait supposer que la chose a été publiée avec son autorisation. Mais M. Gambetta voyage. Il était hier à Marseille ; aujourd’hui il est à Nice. On ne lui a pas communiqué les épreuves […]  Ce n’est pas lui qui aurait permis des menaces aussi grossières contre les Chambres, à la veille d’une interpellation qui est la première attaque contre le nouveau Cabinet. Il est trop adroit pour irriter les députés hésitants et les détacher de lui par des calembredaines7.

Ce à quoi Le Petit Parisien répond que la poste et le télégraphe existent entre Paris et Nice8 et que Gambetta a donc pour le moins eu les légendes entre les mains !

Certains journaux vont jusqu’à proposer une interprétation et/ ou un commentaire des dessins. C’est le cas de La Lanterne 9, et du Figaro10. Vous trouverez ci-dessous chacune des vignettes initiales suivie de sa légende puis de lu commentaire de La Lanterne, et pour certaines d’une réflexion du Figaro.

Image 1
Pépin, « Le pensionnat Bourbon », La Petite République, 5 février 1882. Cote GR FOL-LC2-3816 Département Philosophie, histoire, sciences de l’homme, BnF. En ligne sur Retronews.

Légende initiale

Il y avait une fois un petit pensionnat dont les élèves étaient les fils de bons bourgeois ou de riches commerçants. Sur la cheminée de la salle d’études, il y avait le buste d’un citoyen qui avait rendu quelques services à l’instruction.

La Lanterne

Le « buste » parfaitement reconnaissable, qui représente l’autorité, le devoir, la loi, c’est, naturellement, M. Gambetta.

Et vous remarquerez que les « élèves » sont de « bons bourgeois » et « riches » pendant que l’autre est un « citoyen ».

Le Figaro

Le buste, le lecteur l’a déjà reconnu. C’est en effet le buste de M. Gambetta, Mais la classe ? Quels étaient ces « fils de bons bourgeois », quelle était cette classe ?

Image 2
Pépin, « Le pensionnat Bourbon », La Petite République, 5 février 1882. Cote GR FOL-LC2-3816 Département Philosophie, histoire, sciences de l’homme, BnF. En ligne sur Retronews.

Légende initiale

Pendant quelque temps, les élèves travaillèrent assez assidûment, levant les yeux seulement de temps à autre, comme pour s’encourager, sur le buste de l’homme qui leur avait été donné comme un exemple de travail et de patriotisme.

La Lanterne

L’homme modèle ! Il n’y a que lui !

Le Figaro

Mais voilà ! Il y a un petit scélérat d’élève qui ne veut rien faire. C’est le sujet du troisième dessin.

Image 3
Pépin, « Le pensionnat Bourbon », La Petite République, 5 février 1882. Cote GR FOL-LC2-3816 Département Philosophie, histoire, sciences de l’homme, BnF. En ligne sur Retronews.

Légende initiale

On ne s’amuse guère ici ! dit un beau jour le petit Ratapoil, en s’adressant aux élèves du bout de la table ; tout le temps, il nous faut piocher dur ; par votre faute, tout ça, parce que la figure du bonhomme d’en face vous en impose.

La Lanterne

Sans lui, jamais on ne ferait rien. Si la Chambre a jamais fait quelque chose, c’est grâce à lui. Tous les autres : des cancres, des ânes, des « feignants! »

Le Figaro

Le bonhomme d’en face ! Eh bien ! À ce blasphème, à ce sacrilège, le « petit Gaucher» — troisième dessin de la Petite République française, — n’exprime aucune indignation, au contraire.

Image 4
Pépin, « Le pensionnat Bourbon », La Petite République, 5 février 1882. Cote GR FOL-LC2-3816 Département Philosophie, histoire, sciences de l’homme, BnF. En ligne sur Retronews.

Légende initiale

— Pardi ! répondit le petit Gaucher, nous ne demanderions pas mieux que de nous amuser ! Mais si le buste s’aperçoit que nous ne travaillons pas, il nous fera renvoyer chez nos parents, et puis nous serons joliment attrapés.

La Lanterne

« Il nous fera renvoyer ! » Cela s’y trouve en toutes lettres. C’est assez dire que l’homme modèle est à la fois le maître de la dissolution et le directeur tout-puissant du suffrage universel.

Pour disperser et pour confondre les récalcitrants, il n’a qu’à vouloir.

Le Figaro

Le lecteur n’a plus rien à apprendre : la classe d’élèves, c’est la Chambre : les élèves, ce sont les députés. La suite demande un résumé, car enfin il n’est si bonne société qui ne se quitte. Le « fils Corbeau », c’est-à-dire un député clérical (fine allusion à la couleur noire du vêtement ecclésiastique), s’écrie malicieusement :  […]

Image 5
Pépin, « Le pensionnat Bourbon », La Petite République, 5 février 1882. Cote GR FOL-LC2-3816 Département Philosophie, histoire, sciences de l’homme, BnF. En ligne sur Retronews.

Légende initiale

Que vous êtes naïfs ! souffla malicieusement le fils Corbeau : si c’est le buste qui vous retient de rire un brin! moi, à votre place, je le jetterais par terre, et une fois cassé vous n’auriez plus rien à craindre.

La Lanterne

Ceci est pour dire tout simplement que si les républicains ont voté contre M. Gambetta, c’est pour obéir aux suggestions cléricales.

Le Figaro

La classe, c’est-à-dire la Chambre, ou plutôt une coalition composée du « fils Corbeau », du « petit Ratapoil » et du « petit Démoc-Soc » met aussitôt le projet à exécution. On jette le buste par terre. Mais le châtiment (huitième dessin de la Petite République française) ne se fait pas attendre : […]

Image 6
Pépin, « Le pensionnat Bourbon », La Petite République, 5 février 1882. Cote GR FOL-LC2-3816 Département Philosophie, histoire, sciences de l’homme, BnF. En ligne sur Retronews.

Légende initiale

T’en parles bien à ton aise, cria le petit Démoc-soc, crois-tu que nous sommes assez forts pour ça ?

— Marche donc ! firent Ratapoil et Corbeau, nous t’aiderons, et ça nous amusera tout plein!

La Lanterne

L’extrême gauche et la gauche radicale ne peuvent que remercier la Petite République de leur appliquer, avec une forte nuance de dédain, cette appellation qui rappelle les polémiques bonapartistes avant le 2 décembre.

Image 7
Pépin, « Le pensionnat Bourbon », La Petite République, 5 février 1882. Cote GR FOL-LC2-3816 Département Philosophie, histoire, sciences de l’homme, BnF. En ligne sur Retronews.

Légende initiale

Sur-le-champ, les écoliers mirent leur projet à exécution. Un échafaudage de dictionnaires fut dressé pour atteindre le buste qui gênait leurs escapades : des règles furent glissées dessous ; alors, Ratapoil et Corbeau, joignant leurs efforts à ceux de leurs amis Gaucher et Démoc-Soc, renversèrent le buste, qui tomba en les épouvantant.

La Lanterne

Remarquez que, pour atteindre à la hauteur de M. Gambetta, ces pauvres groupes ont besoin de se faire un piédestal. Et remarquez aussi la petitesse de ces pygmées devant le colosse qui « en tombant les épouvante ».

Image 8
Pépin, « Le pensionnat Bourbon », La Petite République, 5 février 1882. Cote GR FOL-LC2-3816 Département Philosophie, histoire, sciences de l’homme, BnF. En ligne sur Retronews.

Légende initiale

Pendant que les élèves Corbeau et Ratapoil jetaient des cris de triomphe, Gaucher et Démoc-soc restèrent atterrés devant le buste, qui, quoique par terre, leur semblait d’autant plus redoutable qu’il était intact.

La Lanterne

« D’autant plus redoutable ! » L’aveu n’est-il pas complet ! De la colère et des menaces : une véritable déclaration de guerre à la Chambre : tels sont les sentiments et les dispositions de M. Gambetta. Mais le neuvième et dernier dessin en dit plus à lui tout seul que tous les autres ensemble.

Image 9
Pépin, « Le pensionnat Bourbon », La Petite République, 5 février 1882. Cote GR FOL-LC2-3816 Département Philosophie, histoire, sciences de l’homme, BnF. En ligne sur Retronews.

Légende initiale

Depuis ce jour les auteurs de ce boucan effroyable sont très embarrassés et inquiets ; cependant, le buste n’est plus devant leurs yeux ; mais s’ils s’amusent moins qu’auparavant, c’est qu ils s’attendent d’un moment à l’autre au licenciement du pensionnat.

La Lanterne

Et l’image, cette fois, ne laisse rien à désirer. Les petites canailles insurgées contre le maître se courbent, épouvantées, sur leurs bancs, à l’aspect d’un martinet menaçant qu’agite, par une porte entre ouverte, le bras vengeur du suffrage universel.

Cela parle aux yeux assez clairement pour que les plus simples parviennent à comprendre ; et il n’y a plus d’équivoque cette fois.

C’ est au pays que M. Gambetta fait appel contre la Chambre des députés.

Comme Bonaparte en 1851, M. Gambetta se pose devant le pays en homme nécessaire, sans lequel rien d’utile n’est possible.

Il se pose en victime sacrifiée par l’égoïsme d’une Chambre incapable et pervertie.

Il se pose en vengeur du peuple contre les intrigants parlementaires.

Le Figaro

En effet, cela fait froid dans le dos. Chambre imprudente ! Elle a eu beau faire enlever le buste : depuis ce temps-là, « si les élèves s’amusent moins qu’auparavant, c’est qu’ils s’attendent d’un moment à l’autre au licenciement du pensionnat.» Cette parabole ingénieuse, avec dessins à l’appui, démontre que la campagne de dissolution, est ouverte et que M. Gambetta compte la pousser bientôt avec vigueur. Nous n’en avions jamais douté.

=> Pour aller plus loin, entre autres

* quelques articles en ligne sur Gallica et Retronews évoquant ce dessin :

* quelques suggestions de lecture :

  • Collection Gambetta du Musée de Cahors Henri Martin
  • Jérôme Grévy, « La présidence de Gambetta (1879-1881) : un tournant politique ? », dans Jean Garrigues (dir.), Les Présidents de l’Assemblée nationale de 1789 à nos jours, Paris, Classiques Garnier, 2016
  • Dominique Lobstein, « Léon Gambetta », Histoire par l’image [en ligne], consulté le 02 Juillet 2018
  • Bertrand Tillier,  La Républicature : La caricature politique en France, 1870-1914. Nouvelle édition [en ligne]. Paris : CNRS Éditions, 1997.

 

 

  1. Jean-Marie Mayeur, Léon Gambetta : la patrie et la République. Paris, Fayard, 2008. []
  2. Gilles Candar, « De la politique à la littérature ? La Petite République et la critique littéraire », Romantisme, 2003, n°121 (La littérature fin de siècle au crible de la presse quotidienne). Pp. 71-79. []
  3. Ibid. []
  4. « Nos échos : le « pensionnat Bourbon  » », Le Gaulois, 7 février 1882. []
  5. Auguste Roussel, L’Univers, 5 février 1882. []
  6. Camille Pelletan, « Leçons au crayon », La Justice, 7 févier 1882. []
  7. « Le Pensionnat Bourbon », La Presse, 7 février 1882. []
  8. « Le buste », Le Petit Parisien, 8 février 1882 []
  9. « Le Buste », La Lanterne, 6 février 1882. []
  10. Adolphe Racot, « Paris au jour le jour », Le Figaro, 6 février 1882. []

Une réflexion sur « Faites parler les images ! « le Pensionnat Bourbon » (1882) »

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.