Bergame et Brescia, capitales italiennes de la Culture 2023: Brescia, la Lionne d’Italie

A. Guesdon, « Brescia, vue prise au-dessus de la porte Santo Nazzaro », extraite de H. Etiennez, L'Italie à vol d'oiseau, Paris, 1852, pl. 35. BnF, PHS, K-1543.
A. Guesdon, « Brescia, vue prise au-dessus de la porte Santo Nazzaro », extraite de H. Etiennez, L'Italie à vol d'oiseau, Paris, 1852, pl. 35. BnF, PHS, K-1543.

 

En 1985, Melina Mercouri et Jack Lang, ministres grecque et français de la Culture, lancent l’initiative d’un label « Capitale européenne de la Culture » afin de mettre en valeur la richesse culturelle européenne. Mis en place par la Commission Européenne à partir de 1987, il permet la valorisation du patrimoine et de la culture des villes hôtes, par l’organisation d’évènements culturels à vocation nationale et internationale.

En 2014, le ministère italien de la Culture a décidé de transposer ce dispositif à l’échelle péninsulaire, afin de promouvoir le patrimoine culturel, matériel et immatériel des villes italiennes. Pour l’année 2023, fait inédit, ce ne sont pas une mais deux municipalités qui ont été retenues : la candidature commune des cités lombardes de Bergame et Brescia a été choisie comme symbole de la renaissance culturelle d’un territoire particulièrement touché par la pandémie de Covid-19.

Les équipes du département Philosophie, Histoire et Sciences de l’Homme de la Bibliothèque nationale de France vous proposent à cette occasion deux billets sur ces deux cités.

De Brixia à Brescia : des Antiquités à la cité médiévale

Située à proximité du Lac de Garde, la cité de Brescia est fondée par les peuples ligures, avant de devenir la capitale d’un peuple celte, les Cénomans d’Italie. Son nom proviendrait de la racine celte Briga (hauteur ; fort) ou de Brixia (le marécage), d’où les versions francisées du nom de la ville. Conquise par les Romains vers 225 av. J.-C., elle prend le nom de Brixia et obtient le statut de cité sous le règne de l’empereur Auguste (27 av. J.-C. – 14 ap. J.-C.). L’important forum témoigne du rôle de la cité dans la province de Gaule Transalpine : la place s’ouvre sur un Capitolum, temple dédié à la triade capitoline (Jupiter, Junon, Minerve), offert à la cité par l’empereur Vespasien (69-79) pour son aide dans la répression de la révolte de Crémone1.

Bergame (Bergomum) et Brescia (Brixia) sur la Table de Peutinger, représentation du réseau des voies romaines. On distingue Milan (Mediolanum) à proximité de Bergame. Édition de Konrad Miller, Weltkarte des Castorius, gennant die Peutinger’sche Tafel, Ravensburg, 1888. BnF, CPL, GE D-21948.
Bergame (Bergomum) et Brescia (Brixia) sur la Table de Peutinger, représentation du réseau des voies romaines. On distingue Milan (Mediolanum) à proximité de Bergame. Édition de Konrad Miller, Weltkarte des Castorius, gennant die Peutinger’sche Tafel, Ravensburg, 1888. BnF, CPL, GE D-21948.

Saccagée par les Huns en 452, elle est conquise par les Lombards en 568 qui en font le siège d’un important duché. Brixia devient Brescia. Par ailleurs, plusieurs ducs de la cité furent élus rois des Lombards tels Rothari (636-652) ou Didier de Lombardie, dernier roi avant l’arrivée des Francs (757-774). Édifié par ce dernier, le complexe monumental de San Salvatore e San Giulia (monastère et église), désormais musée d’histoire de la ville, est classé au patrimoine de l’UNESCO avec les restes du forum et de l’amphithéâtre de Brixia depuis 20112. Un comté franc est ensuite institué sous l’influence de la marche du Frioul, avec la famille franque des Supponides à sa tête3. Il tombe progressivement sous l’influence de la marche du Frioul sous le roi Béranger, avant d’être intégré aux terres de l’Empire, « restauré » pour Othon Ier (962). La commune de Brescia est instaurée vers 1120.

Le contado de Brescia se constitue autour des lacs de Garde (à l’est) et d’Iseo (à l’ouest) ainsi que des vallées comme la Val Camonica et la Val Trompia4. La phase d’affirmation des communes libres dans l’Italie du Nord, dans la première moitié du XIIe siècle voit la cité et ses voisines s’affronter régulièrement afin d’étendre leurs territoires5. Bergame et Brescia s’opposent ainsi à plusieurs reprises. Les cartes du département des Cartes et plans de la BnF – comme cette carte de l’atelier Blaeu – donnent une idée du territoire de Brescia alors :

Willem et Jan Blaeu, 
Territorio di Brescia et di Crema, BnF, GE DD-2987 (5231).
Willem et Jan Blaeu, Territorio di Brescia et di Crema, BnF, CPL, GE DD-2987 (5231).

À cette même période, la cité devient le cœur de l’agitation du prieur et prédicateur Arnaud de Brescia. Disciple d’Abélard, il préconise le refus du pouvoir et l’abandon des biens temporels, pour un strict retour au message des Saintes Écritures. Il est condamné pour hérésie par le concile de Sens de 1140, à l’initiative de Bernard de Clairvaux. De retour en Italie, il appelle le peuple de Rome au soulèvement pour chasser la Curie et rétablir la République romaine. Il finit par être capturé, pendu au Château Saint-Ange et ses restes sont brûlés puis jetés dans le Tibre6.

Brescia participe aux deux Ligues Lombardes contre l’hégémonie impériale. En 1238, Frédéric II de Hohenstaufen fait le siège de la cité, qui a refusé de se soumettre à l’instar de Bergame, mais il est repoussé. La diffusion de ses monnaies, que l’on retrouve des vallées alpines à la plaine du Pô, témoigne de l’influence de la ville dans toute l’Italie du Nord comme centre métallurgique, grâce aux mines de ses vallées7.

Au sein de la cité, le centre de gravité glisse vers l’ouest : le Duomo Vecchio¸ cathédrale édifiée dans un style roman à partir du tout début XIsiècle à l’emplacement d’une basilique carolingienne, prend place à proximité d’un Palazzo della Raggione, surnommé Broletto à Brescia, siège des institutions communales, daté de 1187. Au XVIIe siècle, une nouvelle cathédrale baroque, le Duomo Nuovo, est édifiée entre les deux édifices, à l’emplacement d’une ancienne basilique paléochrétienne8. La croissance démographique de la cité provoque également son expansion : tout d’abord au sein de ses murailles tardo-antiques, elle s’étend également par l’agrandissement de ses enceintes en 1187 et 1254.

La situation politique interne de la cité bresciane est marquée par une succession de crises. Sous le régime des consuls, puis des podestats, les factions rivales se disputent le pouvoir entre soutiens de l’alliance avec Milan (guelfe, favorable au pape) et ceux qui lui préfèrent Crémone (gibeline, pro-impérial)9. En parallèle, les autorités ecclésiastiques prennent également le pouvoir temporel sur la cité, à plusieurs reprises au cours du XIIIe siècle : les évêques Cavalcano de Salis (1258) et Berardo Maggi (1275-1308) s’en font proclamer seigneurs10. Ces querelles politiques permanentes facilitent la mainmise des seigneurs étrangers sur la cité : en 1311, elle subit ainsi un important siège de quatre mois par les troupes de l’empereur Henri VII de Luxembourg. La ville se rend et doit raser ses tours patriciennes et ses murailles tandis que ses citoyens doivent faire amende honorable, pieds nus et corde autour du cou, pour demander pardon11.

Brescia au cours des Renaissances : entre Milan, Venise… et les Français

Deux ans plus tard, la cité se soumet aux Visconti de Milan, à la tête du parti gibelin en Italie. Conquise ensuite par la famille Della Scala de Vérone (1329-1337), qui entame l’édification du château, elle fait une nouvelle fois allégeance aux Milanais et entre dans les territoires viscontéens. Après l’occupation du seigneur condottière Pandolfo Malatesta, de 1404 à son expulsion par le peuple en 1421, et un court retour sous domination milanaise, la population de la ville se soulève avec le soutien du condottière Francesco Bussone, comte de Carmagnola, en opposition au gouvernement du duc de Milan Philippe Marie Visconti (1412-1447)12. Les autorités civiles brescianes proclament le ralliement à la République de Venise, le 20 novembre 1426. Malgré un siège important par les troupes milanaises, la cité est officiellement rattachée à la Sérénissime après la bataille de Maclodio, victorieuse pour les Vénitiens (12 octobre 1427) et au traité de Ferrare (19 avril 1428).

 

Pisanello, Médaille de Filippo-Maria Visconti. BnF, MMA, AV 24 (Hill 21).
Pisanello, Médaille de Filippo-Maria Visconti. BnF, MMA, AV 24 (Hill 21).

Dès lors, elle intègre le Dominio da Terraferma (possessions de la République dans la plaine du Pô, par opposition aux îles de la lagune et aux domaines d’outre-Adriatique, qui forment le Stato da Mar) pour une période de 70 ans, malgré plusieurs sièges importants par les troupes milanaises, comme en 1438-144013. Mené par le condottière Niccolò Piccinino, à la solde des Milanais, ce siège est particulièrement intense. Tandis que le commandant des troupes vénitiennes, Gattamelata, parvient à sortir de la cité et à battre en retraite par les routes alpines à proximité du Lac de Garde, les Milanais mettent le siège et menacent Vérone, à l’est. Les Brescians, commandés par Taddeo d’Este et Francesco Barbaro, défendent ardemment leur ville. Au même moment, les Vénitiens font remonter le fleuve Adige à une flotte via Vérone, la mettent à sec au niveau de Rovereto (Trentin Haut-Adige) et la font transporter par voie terrestre jusqu’au port de Torbole, sur les rives septentrionales du Lac de Garde. Connue sous le nom de Galeas per montes, cette opération de l’ingénieur crétois Niccolò Sorbolo est un succès, qui permet le ravitaillement de Brescia en assurant le contrôle des rives du lac. Brescia est finalement délivrée du siège milanais à l’été 1440.

Brescia apparaît dès lors comme l’une des cités les plus fidèles à la nouvelle autorité vénitienne en Italie du Nord. Dès 1438, le Sénat vénitien la proclame Leonessa e degna sposa del Leone (Lionne et digne épouse du Lion [de Saint-Marc]) pour sa fidélité et son attachement à la République de Venise, tandis que la maxime Brixia fidelis fidei et justitiae (Brescia, fidèle à la foi et à la justice) devient la devise de la ville. De plus, Brescia joue un rôle important dans l’administration territoriale du Dominio da Terraferma : les principaux représentants des pouvoirs politiques et judiciaires, les Podestà et capitaines du peuple de Terre-Ferme, ainsi que les provéditeurs y sont installés ; les condottières importants dans la hiérarchie militaire vénitienne, tel Bartolomeo Colleoni (v. 1395-1475), y possèdent des demeures14.

À la suite du déclenchement de la guerre de la Ligue de Cambrai (Quatrième guerre d’Italie), les armées du roi de France, Louis XII, envahissent la Lombardie. Après la cinglante défaite vénitienne d’Agnadel, le 14 mai 1509, les régions de Bergame et Brescia passent sous domination française. Louis XII et ses troupes entrent à Brescia le 23 mars 150915. En février 1512, une révolte menée par le condottière Luigi Avogadro éclate dans le but de rétablir la tutelle vénitienne. Après un court siège, marqué par le rejet de l’ultimatum lancé par le capitaine français Gaston de Foix, duc de Nemours et les blessures du chevalier Bayard16, la cité est prise et mise à sac dans la journée du 19 février : édifices publics, palais, couvents sont pillés et incendiés tandis que la population est massacrée. Les faits nous sont racontés par Cesare Anselmi, bolognais présent sur place, dans la troisième partie du Delle storie bresciane d’Elia Capriolo († v. 1519) :

Par ce moyen furent les gens Vénitiens tous finis de tuer, ou pris, sauf quelques peu qui par la porte s’enfuirent. Et ainsi ils [les Français] commencèrent à mettre la Terre à sac, en brisant les portes, et comme ils étaient dans la maison, jetaient les maîtres par les fenêtres, de sorte qu’en peu de temps, les rues étaient toutes pleines de morts. Et c’est ainsi que Brescia fut reconquise par les Français dix-sept jours après qu’elle fut prise par les Vénitiens, avec la mort de plus de huit mille personnes et avec tant de souffrance et tant de cruauté avec toutes sortes d’hommes et de femmes, jeunes et vieux, que l’âme me pèse, il n’y avait pas de monastères sûrs, ni de lieux sacrés17.

Luigi Avogadro, capturé avec ses deux fils, est écartelé le 21 février et ses restes sont pendus aux portes de la cité. À l’annonce du massacre, Bergame préfère payer la somme de 60 000 ducats au capitaine français afin d’éviter le même sort. Tandis que Gaston de Foix meurt la même année lors du siège de Ravenne et que les Français évacuent la Lombardie, Brescia n’est définitivement reconquise par les Vénitiens que le 26 mai 151618. Elle retrouve sa position centrale au sein des positions vénitiennes en Terre-Ferme et devient l’un des lieux centraux des arts du Cinquecento, avec les artistes Moretto da Brescia, le Romanino ou le poète Lorenzo Gambara.

Double-page d'ouverture de la lettre du doge Girolamo Priuli à Sebastiano Marcello, gouverneur de Brescia (1565). BnF, Ars, ms. 8596.
Double-page d’ouverture de la lettre du doge Girolamo Priuli à Sebastiano Marcello, gouverneur de Brescia (1565). BnF, Ars, ms. 8596.

Comme à Bergame et d’autres grandes cités vénitiennes en Italie du Nord, une nouvelle place est édifiée comme centre du pouvoir : la Piazza della Loggia. Elle reprend les codes architecturaux de la place Saint-Marc de Venise : le Palazzo della Loggia, édifié à partir de 1492, devient le siège des autorités communales. Deux monts de Piété sont bâtis dans le même esprit vénitien et grâce au remploi de vestiges romains. En 1543, la Tour de l’Horloge est réalisée, avec une horloge astronomique, similaire à celle de Venise. Deux Macc dé lé ure, les « fous des heures », figures en bronze représentant deux hommes portant des marteaux, sonnent les heures de la cité. Enfin, une colonne surmontée d’un lion de Saint-Marc est disposée sur la place comme symbole de la tutelle vénitienne sur la cité. Elle fut détruite en 1797 et remplacée par l’allégorie de l’Italie après le Risorgimento.

Le 18 août 1769, un sixième de la cité est détruit par l’explosion des 90 000 kilos de poudre à canon conservés au sein du Bastion de la Porta San Nazaro, touché par un éclair. Un décompte officiel fait état de 400 morts et 800 blessés. Dans son roman utopique L’an 2440, rêve s’il en fût jamais (1771), le français Louis-Sébastien Mercier évoque quant à lui un chiffre de 2 500 morts19. La Bibliothèque conserve une carte des années 1760-1770, montrant la vaste zone affectée par l’événement : 

La zone affectée par l'explosion de 1769 a été liserée de rouge sur ce plan. Piano della citta di Brescia, v. 1760-1770. BnF, GE D-4049.
La zone touchée par l’explosion de 1769 a été liserée de rouge sur ce plan. Piano della citta di Brescia, v. 1760-1770. BnF, CPL, GE D-4049.

Brescia en Révolutions (XIXe-XXe siècles)

Occupée par les troupes françaises de l’Armée d’Italie en 1797, la cité devient le siège de la République bresciane, avant d’être intégrée dans la République cispadane à partir du traité de Campoformio de 1797 (département de Mella). Celle-ci est remplacée par le royaume napoléonien d’Italie (1805-1814). Après le congrès de Vienne (1815), Brescia est intégrée au royaume de Lombardie-Vénétie, créé au profit de l’empereur d’Autriche, François Ier.

Médaille sur la révolution de Brescia (1797). Sammlung Walter Niggeler 4. Teil : 3-4 novembre 1967, BnF, MMA, LEU-1967-NOV-3-4
Médaille sur la révolution de Brescia (1797). Sammlung Walter Niggeler, 4. Teil : 3-4 novembre 1967, BnF, MMA, Leu-1967-Nov-3-4. Voir aussi la description de cette médaille, dans Catalogue des médailles de l’histoire numismatique de Napoléon, comme général, consul et empereur, frappées à la Monnaie de Paris, depuis la bataille de Montenotte en 1796, Paris, Brasseux, 1840. BnF, PHS, 8-Z Larrey-216.

La première guerre d’Indépendance italienne marque profondément Brescia en raison du soulèvement de la population contre les troupes autrichiennes du maréchal Radetzky. Du 23 mars au 1er avril 1849, période appelée les Dix jours de Brescia, le centre-ville révolté est bombardé depuis le château, aux mains des Autrichiens. Elle est ensuite pillée et la population de la cité en partie massacrée par les troupes du général Julius Jacob von Haynau. Pour sa résistance, le poète Giosué Carducci donne à Brescia le surnom de Leonessa d’Italia, la lionne d’Italie, dans un poème de ses Odes barbares :

Et tout heureuse de son destin, me recueillit Brescia, Brescia la vaillante, la belliqueuse Brescia, Brescia la lionne italienne, qui s’abreuva du sang ennemi20.

Le 13 juin 1859, Brescia est libérée de l’administration autrichienne par Giuseppe Garibaldi et ses troupes. Il indique que « (…) toute la population réunie pour nous accueillir, comme à Bergame, mais avec quelque chose de plus dans l’enthousiasme, que l’on pourrait qualifier de brescian, et qui est unique21 ! ». Les nouvelles de la libération de Brescia paraissent dans la presse française, comme dans le Courrier de la Moselle du 23 juin 1859 :

Courrier de la Moselle: journal politique, industriel et littéraire, n° 31/75, 23 juin 1859.
Courrier de la Moselle: journal politique, industriel et littéraire, n° 31/75, 23 juin 1859. Bibliothèques-Médiathèques de Metz, AA 162-184.

Henri Dunant, assistant à la bataille de Solférino quelques jours plus tard et à l’aide apportée aux blessés par la population bresciane, émet l’idée d’une organisation de secours apolitique et neutre dans un traité, Un souvenir de Solférino (1862). Cet appel donnera naissance au Comité international de la Croix-Rouge en 1863, désormais appelé Mouvement international de la Croix-Rouge et du Croissant-Rouge.

Après son rattachement au nouveau Royaume d’Italie, la cité devient un moteur industriel de la Lombardie grâce à son industrie métallurgique, ses usines de composants automobiles et de production d’armes à feu. Un important centre industriel se développe ainsi en périphérie de la ville. Brescia accueille dès lors des courses automobiles comme la Mille Miglia (Mille milles, course mythique disputée entre 1927 et 1957, sur un parcours Brescia-Rome-Brescia) ou des meetings aériens, dont les fonds photographique de presse de la BnF conservent de nombreux témoignages.

Ceirano sur Itala. Photographie de l'agence Rol, septembre 1905. BnF, EST, EI4-13 (boîte 110)
Ceirano sur Itala. Photographie de l’agence Rol, septembre 1905. BnF, EST, EI4-13 (boîte 110)

Dès 1928, Benito Mussolini et les autorités fascistes souhaitent redessiner le centre historique de la ville par l’établissement de la Piazza della Victoria, réinterprétation fasciste de la Piazza della Loggia. Elle est édifiée à l’emplacement de l’ancien quartier médiéval dit delle Pescherie. Sa réalisation est confiée à Marcelo Piacentini, également architecte du nouveau centre-ville de Bergame (1907-1920). La Torrione INA (Istituto Nazionale Assicurazioni) – nouvelle tour de l’horloge – est considérée comme l’un des premiers gratte-ciels italiens et européens, liant les préceptes de l’École de Chicago au style fasciste. De nombreux bas-reliefs, installés sur les divers bâtiments de la place, représentent les grandes figures et moments de l’histoire bresciane. La place est inaugurée par Mussolini le 2 novembre 1932, pour marquer les 10 ans de son accession au pouvoir.

La ville fut également un haut lieu de résistance antifasciste et antinazie en 1943-1944. En effet, Brescia devient l’une des capitales de la République Sociale Italienne (RSI, également appelée République de Salò) en 1943, en tant que siège des ministères des Finances et de la Justice22. En raison de ce statut et de son importante industrie, la ville est lourdement bombardée par l’aviation anglo-américaine du 14 février 1944 au 18 avril 1945. Le 13 juillet 1944, le centre-ville, dont les fresques du XVe siècle du Broletto et la coupole du Duomo Nuovo, ainsi que la zone industrielle furent particulièrement touchés. La cité est libérée par les troupes anglo-américaines le 27 avril 1945, la veille de l’exécution de Mussolini.

L’histoire récente de Brescia est marquée par l’attentat néofasciste du mouvement Ordre Nouveau, le 28 mai 1974. À l’occasion d’une manifestation contre la violence fasciste, une bombe cachée dans une poubelle sous l’horloge de la Piazza della Loggia, explose, provoquant la mort de 8 personnes et 102 blessés. Il s’agit de l’un des attentats parmi les plus meurtriers connus par l’Italie durant la période des années de plomb, de 1969 à 1991.

 

 

Désormais ville industrielle et de services de près de 200 000 habitants, elle compte parmi les 20 plus importantes villes d’Italie en nombre d’habitants et la seconde cité de Lombardie, derrière Milan. Elle l’une des agglomérations les plus précocement et les plus sévèrement touchées d’Italie par l’épidémie de Covid-19 à partir de janvier 2020.

 

Pour aller plus loin

Le premier épisode du diptyque :

Bibliographie

En histoire italienne

  • Florence Alazard, La bataille oubliée : Agnadel, 1509 : Louis XII contre les Vénitiens, Rennes, Presses universitaires de Rennes, coll. « Histoire », 2017. Disponible en Salle J – Histoire et salle L – Histoire : 940.21 ALAZ b ; Rez-de-Jardin‑ Jardin : 2017-109162.
  • Jean Boutier, Sandro Landi, Jean-Claude Waquet (dir.), Le temps des Italies : XIIe-XIXe siècle, Paris, Passés Composés, 2023. Disponible en Salle J – Histoire et salle L – Histoire : 945 BOUT t.
  • Catherine Brice, Histoire de l’Italie, Paris, Perrin, coll. « Tempus », n° 28, 2e édition, 2019 (2003). Disponible en Salle J – Histoire et Salle L – Histoire : 945 BRIC h ; Rez-de-Jardin ~ Jardin : 2020-216808.
  • Élisabeth Crouzet-Pavan, Renaissances italiennes : 1380-1500, Paris, Albin Michel, coll. « L’Évolution de l’humanité », n° 61, 2e édition, 2013 (2007). Disponible en Salle J – Histoire et Salle L – Histoire : 945.05 CROU r ; Rez-de-Jardin ~ Jardin : 2013-104826.
  • Élisabeth Crouzet-Pavan, Enfers et paradis : l’Italie de Dante et de Giotto, Paris, Albin Michel, coll. « Bibliothèque de l’Évolution de l’Humanité », n° 47, 2e édition, 2004 (2001). Disponible sur le site Richelieu : 945 CROU ; Rez-de-Jardin – Magasin : 2004-263388.
  • Jean Delumeau, L’Italie, de la Renaissance à la fin du XVIIIesiècle, Malakoff, Armand Colin, 1997. Disponible en Salle J – Histoire : 945.05 DELU i ; Rez-de-Jardin – Magasin : 8-D1 MON-3551.
    • Réédité en 2022 sous le titre L’Italie, de Botticelli à Bonaparte, Paris, Armand Colin, coll. « Mnémosya », 2022. Disponible en salle J – Histoire : 945 DELU i ; Rez-de-Jardin – Magasin : 2022-131163.
  • Jean-Pierre Delumeau, Isabelle Heullant-Donat, L’Italie au Moyen Âge. Ve-XVe siècle, Paris, Hachette, coll. « Carré Histoire », n° 47, 2000. Disponible en Salle J – Histoire : 945.03 DELU i ; Rez-de-Jardin – Magasin : 2000-42476.
  • Séverin Duc, La guerre de Milan : Conquérir, gouverner, résister dans l’Europe de la Renaissance, Ceyzérieu, Champ Vallon, coll. « Époques », 2019. Disponible en Rez-de-Jardin – Magasin : 2020-59870 ; Bibliothèque de l’Arsenal – Magasin : 8-Z-56410.
  • François Guichardin, Histoire d’Italie, 1492-1534, traduit de l’italien par le Centre de recherche sur la pensée politique italienne de l’ENS de Fontenay-Saint-Cloud ; édition établie par Jean-Louis Fournel et Jean-Claude Zancarini, Paris, Robert Laffont, coll. « Bouquins », 1996, 2 vol : Vol. I, 1492-1513 ; Vol. II, 1513-1534. Disponible en Salle J – Histoire : 945.05 GUIC h1, h2.
  • Didier Le Fur, Les guerres d’Italie : un conflit européen, Paris, Passés Composés, 2022. Disponible en Salle J – Histoire : 945.05 LEFU g ; Rez-de-Jardin – Magasin : 2022-228686.
  • François Menant, L’Italie des Communes (1100-1350), Paris, Belin, coll. « Belin sup. Histoire », 2005. Disponible en Salle J – Histoire : 945.03 MENA i ; Rez-de-Jardin – Magasin : 2005-278918.
  • Pierre Milza, Histoire de l’Italie : des origines à nos jours, Paris, Pluriel, 2013 (Fayard, 2005). Disponible en Rez-de-Jardin – Magasin : 2013-109684.
  • Elena Musiani, Faire une nation : les Italiens et l’unité (XIXe-XXe siècle), Paris, Gallimard, coll. « Folio Histoire », 2019. Disponible en Salle J – Histoire : 945.083 MUSI f ; Rez-de-Jardin – Magasin : 2018-32582.

Brescia

Je tiens à remercier particulièrement Paola Bonfadini ainsi qu’Emanuela Prosdotti, Claire Camberlein & Diane Maussire pour leurs conseils attentifs et leurs relectures bienveillantes.

 

 



Citer ce billet
Peter Morel (2023, 29 décembre). Bergame et Brescia, capitales italiennes de la Culture 2023: Brescia, la Lionne d’Italie. L'Histoire à la BnF. Consulté le 23 mai 2024, à l’adresse https://doi.org/10.58079/vejy

  1. Sur la période romaine de Brescia, voir : Clara Stella (dir.), Brixia: scoperte e riscoperte [mostra, Brescia, Santa Giulia museo della Città, 2003], Milan, Skira, 2003. []
  2. Cette entrée dans le patrimoine mondial de l’UNESCO s’est fait dans le cadre du classement « Les Lombards en Italie. Lieux de pouvoir (558-774 ap. J.-C.) ». Sur le complexe de San Salvatore e Santa Giulia, voir également : []
  3. Sur les Supponides, comtes de Brescia et ducs de Spolète, voir : François Bougard, « Les Supponides : échec à la reine », dans François Bougard, Laurent Feller, Régine Le Jan (dir.), Les élites au Moyen Âge. Crises et renouvellements, Turnhout, Brepols, 2006, p. 381-401. []
  4. Sur Brescia à la période médiévale, voir : François Menant, Campagnes lombardes au Moyen Âge. L’économie et les sociétés rurales dans les régions de Bergame, de Crémone et de Brescia du Xe siècle au XIIIe siècle, Rome, EFR, coll. « Bibliothèque des Écoles françaises d’Athènes et de Rome », n° 281, 1993. L’ouvrage a fait l’objet d’une récente réédition dotée d’une nouvelle préface de Laurent Feller (Université Paris-1 Panthéon-Sorbonne) : François Menant, op. cit, coll. « Classiques de l’École française de Rome », 2023. []
  5. Sur l’Italie des Communes, voir également : François Menant, L’Italie des Communes, Belin, coll. « Sup Histoire », 2005 ; Franck Collard, Isabelle Heullant-Donat (dirs.), Les villes d’Italie, mi-XIIe – mi-XIVe siècles, Neuilly, Atlande, coll. « Clés concours. Histoire médiévale », 2005 ; Jean-Louis Gaulin, « Le temps des Communes », dans Jean Boutier, Sandro Landi, Jean-Claude Waquet (dir.), Le temps des Italies. XIIe-XIXe siècle, Paris, Passés Composés, Rome, École française de Rome, 2022, p. 237-253 ; Franco Franceschi, Ilaria Taddei, Les villes d’Italie du milieu du XIIe siècle au milieu du XIVe siècle : économies, sociétés, pouvoirs, cultures, Rosny-sous-Bois, Bréal, coll. « Amphi Histoire médiévale », 2005. []
  6. Sur Arnaud de Brescia, voir également : Arsenio Frugoni, Arnaud de Brescia dans les sources du XIIe siècle, traduit de l’italien par Alain Boureau, Paris, Les Belles Lettres, 1993 (Rome, Istituto storico italiano per il Medio Evo, 1954) ; Arsenio Frugoni, « Arnaldo da Brescia », Dizionario Biografico degli Italiani, Rome, Istituto Treccani, vol. 4, 1962 ; Jacques Verger, « Pourquoi l’Église a brûlé Arnaud de Brescia », L’Histoire, n°183, décembre 1994. []
  7. Sur le sujet, voir : François Menant, « Pour une histoire médiévale de l’entreprise minière en Lombardie », Annales. Économies, sociétés, civilisations, 42e année, n°4, 1987, p. 779-796. []
  8. La Piazza del Broletto porte désormais le nom du pape Paul VI (1963-1978), originaire de la province. []
  9. Sur le conflit entre les Guelfes et les Gibelins, voir également : François Menant, Les villes d’Italie (1100-1350), op. cit. ; Franck Collard, Isabelle Heullant-Donat (dirs.), op.cit. ; Jean-Pierre Delumeau, Isabelle Heullant-Donat, op.cit.. []
  10. Voir également : Matteo Ferrari, « Jurer la paix, conjurer la trahison. L’image du serment dans l’iconographie politique communale (Brescia 1298-1308) », dans Martin Aurell, Jaume Aurell, Montserrat Herrero (dir.), Le Sacré et la parole. Le serment au Moyen Âge, Paris, Classiques Garnier, coll. « Rencontres », n°378, p. 93-129. []
  11. Jean-Marie Mœglin, « Pénitence publique et amende honorable au Moyen Âge », Revue historique, octobre-novembre 1997, t.298, fasc. n°2, p. 225-269. []
  12. Sur Pandolfo Malatestà, voir le paragraphe consacré dans le premier billet de ce diptyque, ainsi que : Giorgio Chittolini, Elisabetta Conti, Maria Nadia Covini, Nell’età di Pandolfo Malatesta: signore di Bergamo, Brescia e Fano agli inizi del Quattrocento, Brescia, Morcelliana, coll. « Storia », 2012. []
  13. Sur les conflits en Italie du Nord au cours de la première moitié du XVe siècle, voir également : Luciano Piffanelli, Politica e diplomazia nell’Italia del primo Rinascimento. Per uno studio della guerra “Contra et adverses ducem Mediolani”, Rome, École française de Rome, coll. « Collection de l’École française de Rome », n°569, 2020. []
  14. Sur la période vénitienne de Brescia, voir : Stephen D. Bowd, Venice’s most loyal city : civic identity in Renaissance Brescia, Cambridge, Harvard University Press, 2010 ; Sur Bartolomeo Colleoni (v. 1395-1475), voir : Peter Morel, « Peter et les Condottières : Épisode 47 du podcast Passion Médiévistes », 10 janvier 2021. Accessible en ligne à l’adresse suivante : https://passionmedievistes.fr/ep-47-peter-condottieres/⟨hal-03842950⟩ ; Peter Morel. Bartolomeo Colleoni (1392-1395 – 1475), vie et mort d’un condottière dans l’Italie des Renaissances (XIVe-XVe siècles). Mémoire de Master 2 Recherche en Histoire médiévale, sous la direction d’Isabelle Heullant-Donat (CERHiC – Université de Reims Champagne-Ardenne). 2021. ⟨hal-03842655⟩. []
  15. Sur la bataille d’Agnadel, voir : Florence Alazard, La bataille oubliée : Agnadel, 1509 : Louis XII contre les Vénitiens, Rennes, PUR, coll. « Histoire » 2017 , Angiolo Lenci, Il leone, l’aquila e la gatta. Venezia e la Lega di Cambrai. Guerre e fortificazioni dalla battaglia all’assedio di Padova del 1509, Padoue, Il Poligrafo, 2002. []
  16. Jacques de Mailles, La très joyeuse, plaisante et récréative histoire du gentil seigneur de Bayart, Paris, H. Loones, 1878, chap. 49 : « Commet le duc de Nemours reprist la ville de Bresse sur les Veniciens, où le bon chevalier sans paour et sans reprouche acquist grant honneur, et comment il fut blessé quasi à mort ». []
  17. Elia Capriolo, Dell’istorie della citta di Brescia, Brescia, Giovanni Battista Bacchi, 1630 : « (…) In questo mezo furon le genti Venetiane tutte finite d’ammazzare, ò prese, fuor che alcuni pochi, che per la porta se n’uscir via. E comminciossi la Terra a mandare a sacco, ropendo gli usci, e come erano in casa gettando i padroni per le fenestre, talche in poco spatia le strade eran tutte piene di morti. Et così fu da’Francesi racquistata Brescia diciasette giorni da poi, che era stata presa per venetiani, con morte di più d’otto milla persone, & con tanto stratio, et tanta crudeltà con ogni sorte d’huomini & di donne giovani & vecchie, che l’anima mi fugge pensandoni, non vi essendo sicuri monasterij, nè alcun luogo sacro ». Traduction de l’auteur. []
  18. Voir également : Séverin Duc, La guerre de Milan. Conquérir, gouverner, résister dans l’Europe de la Renaissance (1515-1530), Ceyzieu, Champ Vallon, 2019. []
  19. Sur l’explosion de 1769 à Brescia, voir également : Scipione Garbelli, Le Rovine di Brescia per lo scoppio della polvere, descritte da Scipione Garbelli, Brescia, G.M. Rizzardi, 1771. Conservé à la BnF : PHS/K-4083. []
  20. Giosuè Carducci, Odes barbares (J. Lugol, trad.), Paris, Lemerre, 1888 []
  21. Pierre Milza, Garibaldi, Paris, Fayard, 2012, p. 350. []
  22. Sur la République sociale italienne, voir également : Serge Bernstein, Pierre Milza, Le fascisme italien, 1919-1945, Paris, Éditions Points, coll. « Points Histoire », n° 44, 2018 ; Mario Avagliano, Marco Palmieri, L’Italia di Salò, 1943-1945, Bologne, Il Mulino, coll. « Biblioteca storica », 2017. Sur la période fasciste en Italie, voir : Emilio Gentile, La Voie italienne au totalitarisme. Le parti et l’État sous le régime fasciste, Monaco, Éditions du Rocher, 2004 (Rome, Carocci, 1995). []

Peter Morel

Gestionnaire de collections - Conservation & chargé de numérisation. Département Philosophie Histoire Sciences de l'Homme. BnF - Bibliothèque nationale de France.

More Posts - Website

Follow Me:
TwitterLinkedIn

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search