La morue, un poisson à l’échelle du monde. 2 – Pratiques et techniques

Nicolas de Fer, Carte de la Mer du Sud et des costes d'Amerque et d'Asie, situées sur cette mer..., 1713. BnF, CPL, GE C-24281 (Rés).
Nicolas de Fer, Carte de la Mer du Sud et des costes d'Amerque et d'Asie, situées sur cette mer..., 1713. BnF, CPL, GE C-24281 (Rés).

 

Cet article reprend en la développant une communication présentée en octobre 2022 aux Rendez-vous de l’Histoire de Blois. Le thème cette année-là était « La Mer ».

De la pêche en chaloupe jusqu’à l’exploitation des fonds marins par les navires-usines, cinq cents ans se sont écoulés. Les cadences s’accélèrent au fil du temps, au détriment des conditions de vie et de travail des marins. La pêche se doit d’être rentable. Pour rester concurrentielles, les nations développent des pratiques et des technologies de plus en plus performantes. Les lignes dormantes et leurs centaines d’hameçons, longues de plusieurs kilomètres, les chaluts qui raclent le fond des océans sont d’une efficacité redoutable. Certains s’en inquiètent, mais le rendement prime. L’activité se poursuit. Les lourds flibots et dogres sont rapidement remplacés par les trois-mâts goélettes, rapides, puis par des bateaux gigantesques armés pour repérer le moindre banc.

Un poisson, deux pratiques

Dès le XVIe siècle, la pêche recouvre deux activités impliquant des techniques et des conditions de travail et de vie bien distinctes : la pêche sédentaire (ou pêche à la morue sèche) et la pêche côtière (ou pêche à la morue verte).

La pêche à la morue sèche : l’exemple des grands bancs de Terre-Neuve

La pêche à la morue sèche est côtière et sédentaire. Les navires restent mouillés dans le même havre durant toute la saison. Les hommes embarqués qui s’adonnent à cette activité, des Normands, Bretons et Basques, sont nombreux : certains sont chargés de la pêche du poisson, tandis que d’autres se chargent du traitement de la morue qui se déroule à terre.

Au cours de la saison, il n’est pas rare que des conflits éclatent entre locaux et pêcheurs étrangers, pour occuper les meilleurs mouillages.

La campagne de pêche commence par la capture de la boëtte, essentiellement le capelan, un petit poisson que la morue affectionne particulièrement, et qui servira d’appât. Partis tôt le matin, les pêcheurs prennent place dans de petites embarcations composées de trois à six hommes et longent la côte. Pour capturer les morues, ils utilisent une ligne à main ou une senne, un filet qui permet d’encercler puis de capturer les poissons pélagiques. En fin de journée, ils déchargent leurs prises à terre, sur les pontons appelés chaffauds, contraction d’échafaud.

La préparation du poisson relève d’une organisation précise, segmentée, répartie en fonction de l’expérience et du grade de chacun.

Julien Thoulet, Terre Neuve. 13, Saint Pierre. Les morues sur le grade et sur les bordelaises, 1887. BnF, CPL, SG XGA-17 (dépôt de la Société de géographie).
Julien Thoulet, Terre Neuve. 13, Saint Pierre. Les morues sur le grade et sur les bordelaises, 1887. BnF, CPL, SG XGA-17 (dépôt de la Société de géographie).
« Travail de la morue au "French shore" : le tranchage ». Adolphe Bellet, La grande pêche de la morue à Terre-Neuve, Paris, Challamel, 1901. BnF, SCT, 8-S-11080.
« Travail de la morue au “French shore” : le tranchage », dans Adolphe Bellet, La grande pêche de la morue à Terre-Neuve, Paris, Challamel, 1901. BnF, SCT, 8-S-11080.

Le décolleur coupe la tête de la morue, garde le foie et enlève les viscères ; le trancheur ouvre le poisson en deux, ôte l’épine dorsale, l’aplatit. Au mousse reviennent les basses tâches : le nettoyage du poisson.

Du travail du saleur dépend la qualité finale de la morue. Il doit déposer l’exacte quantité de sel qui amorcera le processus de déshydratation. Deux jours plus tard, les morues sont lavées et installées sur les graves – un espace de plein air recouvert de galets, tapissé de lits de branchage ou garni de vigneaux, sortes de tréteaux de bois. Les graviers (dont le nom dérive des graves) contrôlent la dernière étape : le séchage. Durant plusieurs semaines, les poissons sont retournés régulièrement, afin que chacun soit tour à tour exposé au vent et au soleil. Au terme de cette opération, les morues sèches sont prêtes pour le voyage de retour, vers la France, l’Espagne ou ailleurs. Grâce à ce traitement, elles peuvent en effet se conserver pendant de longs mois.

Mais à partir des années 1830, la pêche sédentaire est en perte de vitesse économique. À cela plusieurs explications : la main d’œuvre est plus difficile à trouver, et les conflits entre îliens et pêcheurs venus d’ailleurs deviennent fréquents.

En 1904, la France renonce à son droit exclusif sur une partie des côtes. La pêche à la morue sèche va s’éteindre pour les voiliers français avec l’arrêt du système juridique du French Shore signée lors de la Convention de Londres.

La pêche à la morue verte

En France, de nombreux ports arment pour la pêche à la morue verte : Dunkerque, Gravelines, Saint-Valéry, Fécamp, Dieppe, le Havre, Honfleur, Cherbourg, Grandville, Saint-Brieuc, la Rochelle, Saint-Malo, les Sables-d’Olonne et dans une moindre mesure Bordeaux ou Marseille, ces deux villes s’étant plutôt spécialisées dans le négoce.

Il s’agit d’une technique de pêche errante. Contrairement à la pêche sédentaire, le salage s’y effectue à bord des navires. Cette pêche est pratiquée dès le XVIe siècle. Les lignes munies d’un hameçon gagneront en solidité au fil du temps, prenant alors l’aspect d’une corde (d’où le nom de cordier accordé aux navires de Grande pêche) sur laquelle s’attachent des lignes plus fines, ou empiles, longues de plusieurs mètres et portant chacune un hameçon.

Henri-Louis Duhamel Du Monceau et L. H. de La Marre, Traité général des pesches et histoire des poissons qu'elles fournissent, Paris, Saillant et Nyon, 1769, Ie partie, sect. 1, pl. 20
H.-L. Duhamel Du Monceau et L. H. de La Marre, Traité général des pesches et histoire des poissons qu’elles fournissent, Paris, Saillant et Nyon, 1769, Ie partie, sect. 1, pl. 20. BnF, ARS, Fol-S-1803 (1).

En haut : « Coupe de la mer où les morues se prennent aux appâts »

Au milieu : « Coupe de la mer dans laquelle on voit une corde ou bausse établie sur le fond où se prennent les poissons »

En bas : « Pêcheurs avec une corde flottante »

La date du départ des expéditions est étudiée avec attention. Si le départ est trop précoce, le bateau risque d’être pris dans les glaces ; s’il est trop tardif, la concurrence peut déjà être à l’œuvre ! Le capitaine choisit librement le lieu de pêche en fonction de sa connaissance des fonds et des courants marins.

Le travail est difficile, physique. Nous y reviendront par la suite. Les pêcheurs sont soumis aux intempéries du grand Nord. La première amélioration de leurs conditions de travail consiste dans l’installation de tonneaux disposés sur les galeries, le long du bordage, qui abriteront les lignotiers du froid, du vent, de la pluie, de la houle.

Henri-Louis Duhamel Du Monceau et L. H. de La Marre, Traité général des pesches et histoire des poissons qu'elles fournissent, Paris, Saillant et Nyon, 1769, IIe partie, sect. 1, pl. 9.
Disposition d’un navire morutier. Henri-Louis Duhamel Du Monceau et L. H. de La Marre, Traité général des pesches…, Paris, Saillant et Nyon, 1769, IIe partie, sect. 1, pl. 9.

Au XVIIe siècle, les navires de pêche errante sont de tailles relativement modestes, ne dépassant pas 100 tonneaux, avec un équipage de 10 à 20 hommes.

La pêche est une pratique épuisante, les embarcations dérivant lentement du petit matin jusqu’à la tombée de la nuit, soit environ 16 heures. Lorsque la morue mord, le pêcheur la tire vers le bateau, lui arrache la langue pour comptabiliser le nombre de prises qui sera inscrit sur un registre des pêches.

Chaque homme capture une centaine de morues par jour, certaines pouvant peser plus de 20 kg. On comprend alors très bien que cette pratique s’adresse aux hommes plutôt jeunes et robustes.

 

Une autre technique, controversée, le jigger ou faux, est utilisée lorsque le navire atteint des piaules,  bancs de poissons très denses. La ligne est alors terminée par un poisson en plomb, muni d’un crochet de chaque côté et jeté en mer sans appât. Mais le mouvement de va-et-vient opéré alors par les pêcheurs blesse de très nombreux poissons et, dès la fin du XVIIe siècle, capitaines et armateurs s’en plaignent. Pourtant, on utilisera cette technique jusqu’à la fin de la pêche aux lignes dormantes.

Du XVIe siècle jusqu’à la veille de la Révolution française, la technique de pêche aux bancs n’évoluera que très peu. La première évolution consistera à quitter le bord du navire pour pêcher à partir des chaloupes, avec des lignes à main, puis des lignes de fond.

Édouard Riou, « Pêche à la morue », Victor Meunier, Les grandes pêches, Paris, Hachette, 1871, p. 171.
Édouard Riou, « Pêche à la morue », Victor Meunier, Les grandes pêches, Paris, Hachette, 1871, p. 171. BnF, SCT, S-31343.

C’est en effet à partir de 1789 que le capitaine dieppois Sabot expérimente de longues lignes de fond, appelées aussi lignes dormantes ou harouelles, munies chacune d’une centaine d’hameçons boëttés, ou tentis, pouvant atteindre plusieurs kilomètres. Cette technique est déjà utilisée pour la pêche aux gros poissons de fond, au large des côtes de la Manche et de la Mer du Nord. Les lignes sont mouillées à partir de chaloupes et relevées deux fois par jour à la force des poignets. Une fois à bord, la morue est accrochée sur une pique en fer, l’élangueur, placée près du pêcheur. Cette technique plus productive sera adoptée sans réticence par la plupart des armements. Certains capitaines et armateurs seront cependant sceptiques, craignant une surabondance de poissons sur les marchés susceptible d’entraîner la chute des cours.

Quant aux marins, s’ils échappent à l’immobilité que leur imposent les barils, les risques encourus seront bien plus importants : se perdre dans le brouillard, être emporté par une tempête. Les autorités maritimes interdisent l’usage de ces lignes de fond sans grand succès. Il s’agit de la première grande évolution technique de la pêche errante.

Des techniques de plus en plus performantes

Des chaloupes aux doris

Vers 1870, les lourdes chaloupes sont remplacées par les doris d’origine américaine. Ces embarcations à fond plat, d’environ 6 mètres de long sont facilement empilables sur le pont.

Une fois le bateau arrivé sur les bancs, les doris sont mis à la mer avec deux hommes d’équipage qui pêchent toute la journée à la ligne dérivante, éloignés de leur navire.

 

Ils se maintiendront jusqu’au déclin des voiliers sur les bancs. L’image du doris est souvent celle que l’on associe à la grande pêche. Légères et maniables, ces embarcations n’en restent pas moins dangereuses : relever des kilomètres de lignes à une profondeur de 70 à 100 mètres puis regagner le navire alors que les embarcations sont remplies de poissons reste une entreprise périlleuse.

Les gréements et la construction navale

Différents types de navires pratiquent la pêche errante sur les bancs de Terre-Neuve ou encore en Islande : flibots, dogres, plutôt rustiques, lougres, grands et fins, dundees, bricks…

 

Tout d’abord de taille modeste, ils font des escales pour se ravitailler en sel, en boëtte (capelans mais aussi harengs frais, encornets) et pour y décharger une partie de leurs pêches.

La pêche errante connaît un développement important à partir de la fin du XVIIIe siècle, conséquence d’une meilleure maîtrise de la navigation et de l’évolution des techniques de pêche. Ainsi, le mythique trois-mâts goélette atteignant 45 mètres de long, avec un port de 400 voire 500 tonneaux et une voilure proche de 800 m2 s’adaptera parfaitement aux différentes allures et forces des vents. Ces bateaux ne relâchent pas et permettent l’organisation d’une campagne unique  qui se prolonge parfois durant sept mois.

La construction navale à Saint-Malo, Paimpol, Fécamp, Granville, etc. se développe avec ses activités connexes : fabrique de voiles, de cordages, de poulies, forges de marine, mais aussi commerces et cabarets. Certaines familles occupent une place économique particulièrement importante. Les Gautier à Saint-Malo lancent en moyenne 6 navires par an, construisent le premier navire-hôpital, le Saint-Pierre, et les navires d’exploration polaire du commandant Charcot. À Paimpol, Louis-Joseph Morand envoie pour la première fois un bateau en Islande et les Laboureur construisent de petites goélettes qui suivront le même itinéraire. À La Richardais-sur-Rance, les familles Le Borgne et Tranchemer seront à la tête d’importants chantiers navals. À Fécamp, au début du XXe siècle, Augustin Le Borgne, armateur, imagine un procédé de séchage artificiel de la morue avec toiles buvard et tunnels de dessiccation, permettant le traitement et la vente du poisson à domicile, et le capitaine Joseph Duhamel fonde avec son père les Pêcheries de Fécamp. À Granville, les Chuinard règnent incontestablement sur la pêche morutière de l’entre-deux-guerres.

Après la Première Guerre mondiale, 85% des voiliers se rendent à Terre-Neuve, la flotte des Terre-Neuvains réunissant ceux partis des ports bretons et de Fécamp. Les onze voiliers des ports du Nord prennent au contraire la route de l’Islande1. La période d’entre-deux-guerres et la crise de 1929 seront fatales aux chantiers de construction qui peu à peu fermeront : Cancale construit son dernier terre-neuvier en 1918 et Paimpol lance son dernier trois-mâts en 1921.

André Salles, Marine. Trois-mâts goëlette américain, à la mer, au nord des îles Vierges, 1899. BnF, CPL, SG XGC-20 (dépôt de la Société de géographie).
André Salles, Marine. Trois-mâts goëlette américain, à la mer, au nord des îles Vierges, 1899. BnF, CPL, SG XGC-20 (dépôt de la Société de géographie).
« France. Bâtiments marchands à Bordeaux », N.-M. P. Lerebours, Excursions daguerriennes, Paris, 184-43. BnF, EST, Rés photo VH-40 (A, 2)-PET.
« France. Bâtiments marchands à Bordeaux », N.-M. P. Lerebours, Excursions daguerriennes, Paris, 184-43. BnF, EST, Rés photo VH-40 (A, 2)-Pet.

Au début du XXe siècle, l’apparition de la motorisation introduit une nouvelle ère, celle de l’industrialisation de la pêche et ses corollaires : augmentation de la productivité, concurrence acharnée, gigantisme.

Des chalutiers aux navires-usines : la course à la technologie

La période allant de 1900 à 1914 peut être considérée comme l’apogée de la Grande pêche avec les fameux cordiers, voiliers conçus pour la pêche à la morue et techniquement aboutis.

À la fin du XIXe siècle, l’essor des chemins de fer favorise une extension accrue des débouchés vers l’intérieur du pays.

La demande augmente et afin de répondre à ces nouveaux besoins, les techniques de pêche doivent s’industrialiser. L’utilisation des chalutiers dont le rendement apparaît nettement supérieur à celui des voiliers sera la solution. Les premiers essais démarrent au début du XXe siècle. Immatriculé à Lorient, L’Éclaireur est, en 1900, le premier chalutier français armé pour l’Islande. Les eaux territoriales de l’île étant interdites à ce type de navire depuis 1898, le bâtiment est rapidement saisi. En 1904, la Jeanne, un chalutier d’Arcachon, vogue vers l’Amérique du Nord. Quelques années plus tard, la concurrence entre les chalutiers et les voiliers débute réellement, au profit des premiers. Dans les années 1920, le Charles-Edmond, le « nouveau morutier » est construit en 18 mois. Son guindeau, treuil installé sur le pont, est l’un des premiers à être équipé d’un petit moteur à pétrole soulageant les hommes de la remontée de la chaîne et de l’ancre.

Un chalutier à vapeur de Fécamp. Février 1936. Banque d'images de l'IFREMER, n° 92319.
Un chalutier à vapeur de Fécamp. Février 1936. Banque d’images de l’IFREMER, n° 92319.
Sandy-Hook, « Chalutier à vapeur en action », Joseph Kerzoncuf, La pêche maritime, son évolution en France et à l'étranger, Paris, Challamel, 1917, p. 215. BnF, SCT, 8-S-15420.
Sandy-Hook, « Chalutier à vapeur en action », Joseph Kerzoncuf, La pêche maritime…, p. 215. BnF, SCT, 8-S-15420.

La place prise par le charbon dans la cale est un réel problème. De fréquentes escales sont en effet nécessaires pour le ravitaillement occasionnant une perte de temps pour la pêche elle-même. Des cargos sont donc envoyés pour approvisionner les chalutiers et les débarrasser de leur première pêche. À la fin des années 1920, l’industrie de la pêche est en crise. Les stocks se vendent mal et, en 1926, les archives font déjà état de la diminution de la ressource. Il faut donc pêcher autrement et ailleurs. La découverte de zones à morues au Groenland par Lucien Beaugé, commandant la Sainte-Jeanne d’Arc, un navire-hôpital de la Société des Œuvres de mer, qui explore la côte occidentale du Groenland, apparaît alors comme une réelle opportunité.

Cependant, afin d’atteindre ces terres lointaines, il faut des navires bénéficiant d’une plus grande autonomie. Cette contrainte conduira immanquablement les armateurs à augmenter la taille de leur navire. Ils bénéficieront par ailleurs d’une nouvelle technologie : la propulsion diesel.

La course à la technologie est lancée. Les navires vont progressivement s’équiper de treuils à vapeur (permettant de tirer d’immenses chaluts très peu sélectifs), de harpons pneumatiques conduisant à la quasi-extinction de certains stocks comme la morue de Terre-Neuve2, de moteurs auxiliaires, de l’électricité, de la TSF, de sonars, de chambres frigorifiques. On doit la congélation du poisson à un New-Yorkais, Clarence Birdseye. Passant l’hiver au Labrador, il a l’idée de congeler des aliments pour les conserver. Il appliquera cette technique aux poissons.

Du chalutier à vapeur alimenté au charbon, à la fin du XIXe siècle, on passe donc rapidement au chalutier à moteur diesel qui se généralise à partir des années 1930. Equipés d’un moteur, ils auront un rendement moyen 4 à 5 fois supérieur à celui des voiliers et libérés de la contrainte du charbonnage, ils pourront étendre leur zone de pêche : Groenland, Spitzberg, mer de Barents.

Progressivement, les machines vont remplacer les matelots pour le traitement des poissons et les congélateurs se substituer au sel.

La pêche latérale sera remplacée par une pêche par l’arrière du bateau, facilitant ainsi les manœuvres et nécessitant moins d’hommes. En 1954, apparaît sur les bancs Le Fairtry, chalutier-usine congélateur anglais qui triple les quantités pêchées avec une capacité de traitement de 600 tonnes par jour. On peut pêcher jour et nuit, à toutes les profondeurs, partout et toute l’année, par quasiment tous les temps. Les navires gagnent toujours plus en technicité notamment avec le sondeur-détecteur de poissons, une étape décisive dans l’exploitation intensive des fonds. Pour optimiser les rendements, des bateaux d’une même nation parfois coopèrent. Si deux d’entre eux « travaillent en bœuf », c’est-à-dire en tirant un vaste filet positionné entre les deux navires, 120 tonnes de poissons peuvent être retirées en une seule fois.

Les filets prennent des poissons de toutes les espèces, sans distinction. Dans ces prises, les trois quarts sont considérés comme du « faux poisson » (car constitués d’espèces qui ne se vendent pas) et sont rejetés à la mer. Cette pratique a scandalisé la première femme océanographe, Anita Conti, qui fustigera dès les années 1930 ces filets qui « raclent » sans relâche les fonds marins et les transforment en désert dans son ouvrage Racleurs d’océan.

Anita Conti, Râcleurs d'océans, Terre-Neuve, Groënland, Labrador, Paris, A. Bonne, 1953. BnF, SCT, 16-S-1046.
Anita Conti, Râcleurs d’océans, Terre-Neuve, Groënland, Labrador, Paris, A. Bonne, 1953. BnF, SCT, 16-S-1046.

L’automatisation maximale de la production et le gigantisme sont atteints avec le Victor Pleven, lancé en 1971, à une époque où le processus de disparition de l’espèce est déjà enclenché. Il est adapté à la pêche aux poissons de fond et pélagiques de l’Atlantique Nord. La capacité des cales est de 20 000 m3. Il permet de pêcher tout type de poisson et de traiter 45 tonnes en 24 heures. De nombreuses tâches sont automatisées comme le tranchage ou le filetage. Les entrepôts frigorifiques permettent une congélation parfaite du poisson. Les déchets sont transformés en huile ou farine. Le changement d’échelle dans les fonds mobilisés et la nature capitaliste des sociétés d’armement induisent d’infernales cadences de travail.

On pêche 24 heures sur 24. On travaille de jour comme de nuit. On pêche dix mois dans l’année.

Menacée, la morue en sera décimée.

Pour aller plus loin

Retrouvez les autres épisodes de la série La morue, un poisson à l’échelle du monde.

  • Partie 1 — Le poisson de la discorde
  • Partie 2 — Pratiques et techniques
  • Partie 3 — Les « bagnards de la mer »
  • Partie 4 — Menaces sur la morue

Réécoutez la conférence sur le site des Rendez-vous de l’histoire de Blois.

  

  



Citer ce billet
ybaratta (2024, 15 mars). La morue, un poisson à l’échelle du monde. 2 – Pratiques et techniques. L'Histoire à la BnF. Consulté le 22 avril 2024, à l’adresse https://doi.org/10.58079/w0x6

  1. René Musset, « La grande pêche française à Terre-Neuve et en Islande », Annales de géographie, n° 169, 1922. p. 84-86. Sur Persée. []
  2. Didier Gascuel, Pour une révolution dans la mer, de la surpêche à la résilience, Paris, Actes Sud, 2019. []

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search