La morue, un poisson à l’échelle du monde. 1 – Le poisson de la discorde

Morue. Physica animalium. BnF, Néerlandais 55, f° 16.
Morue. Physica animalium. BnF, Néerlandais 55, f° 16.

 

Cet article reprend en la développant une communication présentée en octobre 2022 aux Rendez-vous de l’Histoire de Blois. Le thème cette année-là était « La Mer ».

La morue, ou cabillaud, apparaît comme une aubaine. Elle est abondante, tout au moins aux prémices de son exploitation. En 1873, Alexandre Dumas peut encore écrire :

On a calculé que si aucun accident n’arrêtait l’éclosion de ces œufs et si chaque cabillaud venait à sa grosseur, il ne faudrait que trois ans pour que la mer fût comblée et que l’on pût traverser à pied sec l’Atlantique sur le dos des cabillauds1.

Pêchée très tôt par les Vikings et les Basques, facile à conserver sous forme séchée ou salée, la morue est particulièrement appréciée dans un Occident chrétien qui fait du poisson un mets symbolique et de consommation fréquente.

En France, Basques, Normands, Bretons, prennent le large vers les eaux froides de la Mer du Nord puis de l’Atlantique Nord-Ouest dès le XVIe siècle. Débute alors la fabuleuse, et par la suite tragique, histoire de la morue2.

Mais parce qu’elle est aussi une source de revenus non négligeable, elle devient l’objet de conflits politico-économiques féroces entre les Européens et avec les Canadiens, notamment à mesure que la ressource se raréfie, à partir du XIXe siècle.

Conflits de pêche

Des côtes européennes aux bancs de l’Atlantique Nord

Le naturaliste Alexandre Acloque estime que le plus ancien texte relatif à la pêche de la morue remonte à 8883. Elle se déroule alors à l’embouchure de l’Elbe. L’Encyclopédie méthodique redouble ce témoignage : la morue se pêche en rivière, également à l’embouchure de la Meuse, dans la Suir, rivière du sud-est de l’Irlande4. Acloque note que cette industrie est beaucoup plus ancienne, et qu’elle se pratiquait déjà autour de l’archipel des Lofoten, un des berceaux de la civilisation viking. Entre le IXe et le XIe siècle, les Vikings, vivant sur des terres peu propices à l’agriculture, partent à la conquête de l’Europe apportant avec eux un élément essentiel de leur alimentation : la morue. Aux XIe et XIIe siècles, les Norvégiens et les Islandais la pêchent en mer du Nord et dans la Baltique, toutes deux bénéficiant de la proximité des eaux froides recherchées par ce poisson et d’un climat permettant son séchage à l’air libre. Les habitants du nord-ouest de l’Écosse se livrent aussi très tôt à cette pratique, exploitant principalement la mer d’Irlande et les Hébrides.

C’est à cette époque que le reste de l’Europe voit arriver un étrange poisson, séché au soleil, rigide, le stockfish, qui se conserve pendant de longs mois sans perdre en qualité. On soupçonne alors la richesse des bancs au nord de l’Europe. Plusieurs nations tentent l’aventure ; les zones de pêche s’étendent vers l’Islande. Après les bateaux de pêche allemands, anglais, danois, les Français armeront également vers cette île. Le catholicisme interdisant la consommation de viande près de la moitié de l’année, la morue est une aubaine.

Au XIVe siècle, une communauté commerciale s’affirme, réunissant des commerçants du Nord de l’Allemagne, de Flandre et de la Baltique : la ligue hanséatique. Elle développe les routes commerciales vers les pays de la Baltique et la mer du Nord, et y établit des comptoirs dans les ports morutiers, comme Bergen (Norvège). Elle va dominer le commerce jusqu’au XVIIe siècle et assurer la distribution de la morue séchée dans toute l’Europe.

Mais une autre route maritime voit le jour, initiée pour certains par les Basques, pour d’autres par les Scandinaves5 : celle des Grands Bancs de Terre Neuve. Les Basques disposent d’un ingrédient indispensable à la préparation du poisson, le sel. À la fois hydrophile et antiseptique, il leur permet d’organiser des voyages au long court et de développer un marché de la morue séchée. Ils seront rapidement suivis par les Bretons, les Normands et les Britanniques.

Au XVe siècle, le navigateur italien John Cabot (Giovanni Cabotto), au service du roi d’Angleterre Henri VII, et son équipage préparent une expédition officielle. Ils quittent le port de Bristol en 1497, direction le grand Ouest, vers une terre où la morue est abondante. Les poissons seraient « si nombreux sur le rivage que nous avons à peine pu y faire passer un bateau à la rame6 » . Les bancs de Terre-Neuve se révèlent être une réelle opportunité.

La morue de l’Atlantique va jouer dès lors un rôle économique majeur. Symbole, dit-on, de l’abondance de ce poisson sur l’île, les armoiries de l’Islande représenteront une morue séchée et couronnée du XVIe siècle à 19037. À Boston, de même, une morue de bois peint, de plus d’un mètre de long, trône depuis 1784 dans la chambre basse du parlement du Massachusetts, en hommage à l’importance de cette pêche dans l’histoire de la colonisation de l’Amérique du Nord en général et de cet État en particulier.

Armoiries de l'Islande. Sebastian Münster, La Cosmographie universelle, s. l., Henry Pierre, 1555, p. 1005. BnF, CPL, GE FF-3058 (Rés).
Armoiries de l’Islande. Sebastian Münster, La Cosmographie universelle, s. l., Henry Pierre, 1555, p. 1005. BnF, CPL, GE FF-3058 (Rés).
Le « Sacred Cod » de la chambre des représentants de Boston. Image wikipedia.
Le « Sacred Cod » de la chambre des représentants de Boston.
Image Wikipedia.

Source de richesse, la pêche à la morue sera l’objet de rivalités notoires durant des siècles, notamment autour de l’Islande et à Terre Neuve, entre la France et les autres nations parties prenantes : le Canada, le Royaume-Uni, l’Islande.

Les traités d’Utrecht et le French Shore

Aux alentours de 1660, les premiers colons et pêcheurs français s’établissent sur la côte sud-est de Terre-Neuve, à Plaisance, aujourd’hui Placentia, qui deviendra la place forte des Basques et des Malouins.

En 1713, les traités d’Utrecht qui mettent fin à la guerre de Succession d’Espagne, font perdre à la France l’Acadie continentale et toutes ses possessions sur l’île de Terre-Neuve dont Plaisance8. Cependant, en vertu de l’article 13 de ce traité, si la France reconnait que l’île de Terre-Neuve est une possession britannique, elle obtient néanmoins un droit de pêche sur la côte septentrionale de Terre-Neuve, du cap Bonavista à la Pointe Riche : le French Shore.

Le French shore et les eaux françaises. Adolphe Bellet, La grande pêche de la morue à Terre-Neuve, Paris, Challamel, 1901. BnF, SCT, 8-S-11080.
Le French shore et les eaux françaises après 1713. Adolphe Bellet, La grande pêche de la morue à Terre-Neuve, Paris, Challamel, 1901, p. 36. BnF, SCT, 8-S-11080.

La France et l’Angleterre font alors en sorte d’éviter les conflits. Deux déclarations émanant des souverains des deux pays sont donc annexées au traité, afin de préciser l’esprit dans lequel devront se dérouler les activités de pêche et de déterminer la mise en pratique des stipulations générales concernant les pêcheries de Terre-Neuve. Elles enjoignent les deux populations à vivre de façon séparée et à ne pas interférer l’une avec l’autre9.

Cet esprit d’apaisement entre les deux puissances n’est pas constant. En 1755, un an avant le début de la guerre de Sept ans, les Anglais saisissent tous les navires français aux alentours de Terre-Neuve, incarcérant quelque 3000 hommes d’équipage. En 1783, un nouveau traité déplace les limites du French shore vers l’ouest ; la pêche sur ses côtes, jusqu’alors simplement ouverte aux Français, leur devient exclusivement réservée.

La construction des institutions politiques au Canada provoque de nouvelles tensions. La couronne britannique délègue à la colonie de Terre-Neuve un gouvernement autonome en 1854 ; un de ses premiers actes est de contester aux Français leur exclusif sur la pêche du French shore. Le 18 mai 1886, le parlement terreneuvien vote aussi une loi prohibant la vente de boëtte (appâts) aux étrangers : le Bait Bill.

La France abandonne finalement ce droit exclusif en 1904. La pêche va alors majoritairement se pratiquer au large, sur les bancs, selon une technique différente de celle « du bord » totalement délaissée au profit de la pêche au moyen de lignes de fond. La morue conservée dans le sel est rapportée en France, le séchage s’effectuant dans des usines, telles que celles installées à Fécamp, Saint-Malo, Port-de-Bouc, etc.

« Terre-Neuve. Commission des pêcheries (1885-1886), dans Ministère des affaires étrangères, Documents diplomatiques. Affaires de Terre-Neuve, Paris, Imprimerie nationale, 1891.
Arrangement du 14 novembre 1885 autorisant les Terreneuviens à s’installer sur le French shore. Ministère des affaires étrangères, Documents diplomatiques. Affaires de Terre-Neuve, Paris, Imprimerie nationale, 1891. BnF, Fol-Lf128-35 (101).

Des relations franco-canadiennes toujours difficiles

En 1972, le Canada étend la limite de ses eaux territoriales de 3 à 12 milles ; il accorde aussi des droits de pêche aux Français, mais les assortit de quotas. Il faut noter que la concurrence devient féroce avec la montée en puissance des armements russe, japonais, coréens, portugais. Mais quelles sont les réelles intentions des Canadiens ? Éviter toute concurrence – nous sommes à la fin des années 1970, période durant laquelle le gouvernement lance un vaste plan pour développer la filière du poisson ? Ou se soucier du déclin des populations de morues ?

Parcourant les mers, les grands navires-usines sont privilégiés au détriment de la pêche côtière artisanale. Les stocks disparaissent rapidement. À Terre-Neuve, de gigantesques chalutiers raclent les fonds avec leurs filets. La morue n’a même plus le temps de se reproduire. Conjuguée à d’autres facteurs (changement climatique, prolifération des phoques, pollution…), cette surpêche aura raison des bancs de poissons.

De son côté, une année après les Canadiens, la France adopte en 1978 une zone économique exclusive (ZEE) de 200 milles autour de l’archipel Saint-Pierre-et-Miquelon. Entre la France et le Canada, le conflit s’envenime. Les pêcheurs poursuivent cependant leur activité. En 1986, le Canada interdit aux étrangers l’accès à ses eaux. Le dialogue est rompu avec la France au sujet des délimitation des eaux territoriales de Saint-Pierre et Miquelon et des quotas de pêche attribués aux Français.

Les deux nations s’entendent alors pour désigner comme médiateur Enrique Valentín Iglesias García, ancien ministre des affaires étrangères de l’Uruguay. Le 30 avril 1988, un accord est enfin conclu à Ottawa, précisant la nécessité d’établir les quotas de pêche des navires français tout en mettant en avant la possibilité d’autres arrangements connexes pour les années 1989, 1990 et 1991 durant lesquelles un arbitrage international du litige relatif aux prétentions maritimes des deux États se mettra en place. Le litige sur la délimitation est tranché en 1992 par le tribunal arbitral de New York qui réduit la ZEE française à une étroite bande d’océan au sud de l’archipel. La même année, le 2 juillet, le gouvernement fédéral canadien interdit la pêche à la morue le long de la côte Est du Canada. Cette décision met au chômage près de 30 000 personnes et détruit le tissu social de la province de Terre-Neuve-et-Labrador, mais ne permet pas aux populations de morue de se reconstituer. De son côté, l’État français accordera des subventions à ses pêcheurs pour éviter une catastrophe économique.

Carte de l'arbitrage de 1992. Illustration de « Les espaces maritimes autour de Saint-Pierre-et-Miquelon », Cols Bleus. Hebdomadaire de la marine et des arsenaux, n° 2176 (27 juin 1992), p. 22. BnF, DEP, 4-JO-20143.
Carte de l’arbitrage de 1992. Illustration de « Les espaces maritimes autour de Saint-Pierre-et-Miquelon », Cols Bleus. Hebdomadaire de la marine et des arsenaux, n° 2176 (27 juin 1992), p. 22. BnF, DEP, 4-JO-20143.

La riposte islandaise

Face à la concurrence acharnée qui décime les populations de morue, l’Islande10 fait figure de pionnière. Dès 1922, son gouvernement décide de fermer totalement ses eaux territoriales aux navires étrangers. En 1950 les Islandais étendent cette zone de pêche exclusive de 3 à 4 milles, puis à 12 milles en 1958. C’est la survie même de l’île qui se joue. Les pêcheries représentent près de 95 % des exportations islandaises au cours des années 1950. À l’époque, le principal facteur de cette politique de fermeture est l’expansion continue des prises par les navires étrangers (britanniques, français, allemands, etc.) : elle provoque une raréfaction rapide du stock de poissons. Les garde-côtes islandais arraisonnent des chalutiers britanniques de façon quelque peu musclée, causant à l’occasion des dommages matériels11. La première guerre de la morue éclate, relancée en 1971, lorsque l’île décide de poursuivre l’élargissement de la zone de protection à 50 milles de ses côtes. La tension monte entre pêcheurs anglais et islandais. Ces derniers ont gain de cause, en 1972. Trois ans plus tard, la zone s’étendra à 200 mille des côtes. Les Guerres de la morue (1958-1976) ont participé à la production de nouveaux standards internationaux portant sur le droit de la mer aboutissant en 1982 à la Convention de Montego Bay. L’île sera ainsi à l’origine d’une décision majeure concernant le droit international de la mer : l’adoption de Zones économiques exclusives (ZEE) portées à 200 milles des côtes le 10 décembre 1982.

Rivalités marchandes

Concurrence entre les ports morutiers

Au XVIIe siècle, Marseille est la plaque tournante française du commerce morutier entre Atlantique et Méditerranée. Sa position géographique et ses salines (signalées depuis le VIe siècle), lui permettent d’assurer le négoce du poisson de Terre-Neuve, pêché par les Anglais puis les Malouins, vers l’Italie et le Levant.

En mars 1669, Colbert lui confère le statut de port franc : les droits de douane sont significativement réduits, voire purement et simplement supprimés, en fonction des marchandises. Cet avantage fiscal assure la prospérité de la ville. Ses marchands se lancent dans le commerce avec les Antilles et l’océan Indien, appuyés par un nouveau groupe : les consignataires. À la fois commerçants de gros, banquiers et assureurs, ils vendent les morues pour le le compte des armateurs et investissent dans l’armement. Ils deviennent un maillon incontournable à l’image de la famille Roux12.  

La peste de 1720 puis le soulèvement contre la Convention en 1793 fragilisent les activités commerciales de Marseille. D’autres ports se lancent dans l’aventure morutière, tels Granville et Saint-Brieuc. Bordeaux devancera la cité phocéenne à la fin du XVIIIe siècle. Comme celle-ci, elle arme peu pour la grande pêche mais devient un lieu de redistribution clé par voie maritime ou fluviale, en remontant la Garonne, l’Adour ou la Dordogne. Elle développe aussi par la suite une industrie du séchage grâce à son climat favorable et la disponibilité des terrains, notamment à Bègles.

La course à la technologie va rebattre les cartes. De nombreux ports s’équipent d’installations modernes de séchage, comme Fécamp, Dieppe, La Rochelle. La congélation du cabillaud est dans l’air du temps, contrairement à la morue séchée ou salée. Progressivement l’avantage climatique de Bordeaux, qui justifiait le séchage en plein air, s’estompe.

Les circuits complexes de la morue

La demande n’est pas seulement européenne. Pour nourrir les esclaves des lucratives plantations des Antilles, la morue va encore une fois constituer une aubaine en fournissant une source de protéines à bon marché. Ils doivent toutefois se contenter d’une morue de qualité médiocre, voire tout bonnement immangeable.

Les empires coloniaux d’Amériques organisent donc des circuits commerciaux complexes s’appuyant sur la complémentarité des ressources de chaque région. Partis du Nord du continent, les navires débarquent aux Antilles des denrées telles que la morue, les fourrures, le bois ou le blé, et s’y chargent de sucre, de tabac, de coton, de rhum et d’autres produits coloniaux, avant de regagner la France, La Rochelle ou Rochefort. Ils repartiront en Nouvelle-France en début d’été avec des marchandises prisées dans cette région, des produits manufacturés, des tissus, du vin13.

La perte de la Nouvelle-France en 1763, suite à la Guerre de Sept Ans, bouleverse ces circuits : bien qu’ils puissent toujours installer des campements provisoires à Terre-Neuve pour de pêcher la morue, les Français ne peuvent plus se maintenir en tant que partenaires économiques d’importance, malgré les aides apportées par la métropole. Les colons anglo-américains vont les remplacer pour approvisionner les Antilles françaises, jusqu’à l’établissement d’un système de primes à l’armement et de taxes sur la concurrence étrangère qui permit de relancer l’activité morutière à partir de 1816.

La vitesse est un facteur clé dans ces échanges. Il faut faire vite pour arriver les premiers sur les lieux de pêche ; il faut faire vite pour être les premiers à livrer la « morue de prime » et doubler la concurrence. Des circuits complexes d’échange et de ravitaillement rapides se mettent en place. Aux côtés des morutiers, des chasseurs assurent les rotations rapides. Venus d’Angleterre, des navires livrent aux morutiers le sel qu’ils ont acquis en Espagne contre du Kaolin ; ils l’échangent contre le stock de poisson séché et du charbon canadien, qu’ils acheminent ensuite aux Antilles14.

Il n’y a pas qu’entre les différentes nationalités que la situation est tendue. Les privilèges pour les bateaux français diffèrent, si l’on est Bretons ou Normands. Ainsi à partir de la loi du tarif du 18 septembre 1664  jusqu’en 1739, le marché parisien est fermé aux Malouins, des « hors-venus », en raison des taxes élevées qu’ils se doivent d’acquitter lors du déchargement de la pêche à Dieppe ou au Havre, porte d’entrée normande vers la capitale15.

Marius Rossillon, dit O’Galop, « Un fabuleux trésor dans la mer », v. 1920. Sélection parmi les 16 vignettes originales. Musée national de l’éducation. Inv. 1979.25420.2.
Marius Rossillon, dit O’Galop, « Un fabuleux trésor dans la mer », v. 1920. Sélection parmi les 16 vignettes de l’exemplaire du Musée national de l’éducation. Inv. 1979.25420.2.

Parvenue à bon port, la morue poursuit son voyage par bateau, en train, voire même tirée par des bœufs sur les chemins de halage, afin de fournir les régions éloignées des côtes. Elle remonte l’Adour (entre Mont-de-Marsan et Bayonne), la Dordogne (utilisée sur la majorité de son cours et reliant l’Auvergne, grande consommatrice de poisson salé, à l’Aquitaine)16, mais aussi la Charente, la Sèvre-Niortaise ainsi que la Loire, jusqu’à Orléans.

Les chargements suivent les mêmes logiques que pour ceux destinés aux terres lointaines : à l’aller, les  poissons sont déchargés et au retour, les embarcations transportent  vin, céréales, châtaignes, fromages, pierres, bois de marine, bois de chauffage, charbon de bois, papier, fer, faïence…

 

La morue cessera-t-elle un jour de nous étonner ?

Elle nourrit les populations, fournit des marins expérimentés qui seront tour à tour pêcheurs ou soldats, est à l’origine de décisions géopolitiques majeures, impulsent de nouvelles règlementations dans le domaine maritime.

Ce poisson stratégique, avec sa longue et tumultueuse histoire économique, est même évoqué par Adam Smith dans ses Recherches sur la nature et les cause de la richesse des nations17 sous le nom générique de « poisson séché » et considéré comme un des meilleurs exemples  du développement du capitalisme « dans un environnement sans entraves18 ». La théorie de l’avantage comparatif, développée par David Ricardo en 1817, peut également être avancée dans le cas de la morue et l’ensemble des échanges dans lesquels elle est impliquée.

Pour aller plus loin

Retrouvez les autres épisodes de la série La morue, un poisson à l’échelle du monde.

  • Partie 1 — Le poisson de la discorde
  • Partie 2 — Pratiques et techniques
  • Partie 3 — Les « bagnards de la mer »
  • Partie 4 — Menaces sur la morue

Réécoutez la conférence sur le site des Rendez-vous de l’histoire de Blois.

 

 



Citer ce billet
ybaratta (2024, 4 mars). La morue, un poisson à l’échelle du monde. 1 – Le poisson de la discorde. L'Histoire à la BnF. Consulté le 23 mai 2024, à l’adresse https://doi.org/10.58079/vy2v

  1. Alexandre Dumas et Denis-Joseph Vuillemot, Grand dictionnaire de cuisine, Paris, A. Lemerre, 1873, article « Cabillaud » []
  2. Mark Kurlansky, Un poisson à la conquête du monde ou La fabuleuse histoire de la morue (Yves Paccalet, trad.), Paris, Le Grand livre du mois, 1999. []
  3. Alexandre Acloque, Nos pêcheurs de haute mer, Tours, A. Mame et fils, 1904, p. 23. []
  4. Encyclopédie méthodique. Dictionnaire de toutes les espèces de pêches, Paris, Agasse, 1795, p. 113 : « La morue qui se pêche à l’embouchure de la Meuse et que l’on nomme dans le commerce Morue de Meuse, est un gros cabillaud, puisqu’on en prend qui pèsent jusqu’à vingt livres : il est très délicat et plus estimé que celui du grand banc et de l’Islande… ». []
  5. Voir E. Ducéré, « Les pêcheurs basques à Terre-Neuve », Bulletin de la Société des sciences, lettres et arts de Pau, s. II, t. 22 (1892-93), p. 222 et sq. []
  6. Gérard Gardner « La pêche à Terre-Neuve », L’Actualité économique, n°4, février 1941 []
  7. François-Alexandre Aubert de La Chesnaye Des Bois, Dictionnaire généalogique, héraldique, chronologique et historique contenant l’origine et l’état actuel des premières Maisons de France…, Paris, Duchesne, 1757-1765 []
  8. Par leur article 13. Voir Ministère des affaires étrangères, Documents diplomatiques. Affaires de Terre-Neuve, Paris, Imprimerie nationale, 1891, n° 1 ou l’exposé qu’en fait Gabriel de Mably, Le droit public de l’Europe fondé sur les traitez conclus jusqu’en l’année 1740, La Haye, 1746, t. 2, p. 316. []
  9. Ferdinand Louis-Legasse, Évolution économique des îles Saint-Pierre et Miquelon,  Paris, Sirey, 1935, p. 17 sqq. []
  10. Louis Papy, « La pêche en Islande », Annales de géographie, n° 238 (1933), p. 391-407 []
  11. Mahdi Fawaz et Léo Malherbe, « Le pouvoir “destructeur” des agents économiques », Revue Défense Nationale, 2020/7 (n° 832), p. 133-35 []
  12. Jean-François Brière, « Le commerce triangulaire entre les ports Terre-Neuviers français, les pêcheries d’Amérique du Nord et Marseille au XVIIIe siècle : nouvelles perspectives » Revue d’histoire de l’Amérique française, vol. 40/2 (automne 1986), p. 193-214. Sur érudit.org. Voir aussi Gilbert Buti, « Une maison de négoce à Marseille au xviiie siècle : les Roux frères », Patrimoines du Sud [En ligne], n° 13 (2021). Sur openedition.org []
  13. Mickaël Augeron, Jacques Péret et Thierry Sauzeau (dir.), Le golfe du Saint-Laurent et le Centre-Ouest français : histoire d’une relation singulière, XVIIe-XIXe siècle, Rennes, PUR, 2010 []
  14. Loïc Josse, La morue: voyages et usages, Glénat/Chasse-Marée, 2014, p. ___. []
  15. Claude Nières, Les villes de Bretagne au XVIIIe siècle, Rennes, PUR, 2004, p. 391-408 []
  16. Serge Lerat, « L’ancienne navigation sur la basse Dordogne et ses affluents », Revue historique de Bordeaux et du département de la Gironde, t. 8, n°1 (janvier-Février 1959), p. 45-53. []
  17. Adam Smith, Recherches sur la nature et les causes de la richesse des nations, Paris, Buisson, 1790, t. 1, p. 48 sqq. []
  18. Daniel Bastien, « La morue: saga d’une reine des mers », Les Échos, 16 décembre 1999. []

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search