Des marques et des provenances

Marques et estampilles sur les décrets du synode d’Aix-en-Provence (Paris, Gilles Beys, 1586). BnF, RLR, B-5515 (bis).
Marques et estampilles sur sur les décrets du synode d’Aix-en-Provence (Paris, Gilles Beys, 1586). BnF, RLR, B-5515 (bis).

 

L’expertise des bibliothécaires de la BnF est régulièrement sollicitée par des lecteurs, des chercheurs ou d’autres conservateurs pour tenter d’éclairer l’histoire des ouvrages sur lesquels ils travaillent, à la Bibliothèque ou ailleurs. Les livres anciens portent en effet souvent une multitudes de marques laissées par leurs auteurs et leurs propriétaires successifs : noms, signatures, annotations, ex-libris, armoiries et autres fers de reliure. Dans certains cas, ces marques permettent non seulement d’identifier les origines d’un texte ou d’un volume, mais aussi d’en dire un peu plus sur ces détenteurs du passé.

Cette chronique vous propose de revenir sur quelques demandes récentes en se concentrant sur le thème des marques héraldiques. Plus que tout autres, les armoiries peuvent en effet désarçonner, voire rebuter. Il s’agit pourtant de signes omniprésents, chargés d’une très forte valeur identitaire.

Archéologie de la marque

Rappelons-le avant de commencer, les livres anciens sont comme un terrain de fouille archéologique : ils s’y empile une série de strates successives, sur lesquelles différents acteurs ont laissé leurs marques.

À la base, il y a la strate du contenu. Elle mérite parfois une archéologie à part entière, fondée sur la philologie et la génétique textuelle. Elle a ses différents intervenants : le ou les auteurs du texte ; l’éditeur qui en réunit les différentes versions et les confronte ; les commentateurs qui introduisent, discutent, analysent, glosent ; les traducteurs qui servent de passeurs entre les langues et qui réécrivent parfois totalement une œuvre en y mettant plus d’eux même que du document originel. Tous concourent à forger le matériau que contient le livre et l’expression particulière qui s’y manifeste : un roman, ses remaniements, sa traduction, son édition commentée et annotée, etc. Chacun de ces acteurs a pu laisser les traces qui l’identifient à divers endroits du livre : sur une page de titre mentionnant un ou plusieurs noms, sur une tête de chapitre proclamant « Ici commence telle œuvre », au fil d’adresses au lecteur, etc.

« Cy commence le prologue [de] maistre Jehan de Meun ou livre de Boèce De Consolation de Phylosophie, translaté de latin en françois », BnF, MSS, fr. 1098, f° 1.
Marque d’auctorialité multiple, mentionnant l’auteur initial (Boèce), l’œuvre principale (Consolatio philosophiae), le fait qu’elle est ici traduite et précédée d’un prologue, ainsi que l’auteur de ce dernier (Jean de Meung). BnF, MSS, fr. 1098, f° 1.

La deuxième strate est celle de la fabrication de l’objet. Pour un imprimé, elle est principalement l’œuvre de l’imprimeur et du libraire-éditeur. Ces acteurs signent leur travail à travers deux grands types de marques : les données de la page de titre (nom et vignette) et les mentions d’achèvement d’impression en dernière page (colophon). Le papetier qui a fourni le support appose aussi sa propre marque sur l’objet, en filigranant son papier. Les illustrateurs, enfin, signent les gravures.

Reste enfin la dernière série de strates : celle des propriétaires et utilisateurs successifs du livre. Les ouvrages de luxe portent souvent les marques de leur commanditaire – emblèmes et armoiries – qui sont intégrées dès la conception de l’objet et peintes ou gravées dans les marges et les vignettes. Mais c’est la foule des propriétaires qui va laisser le plus de traces au fil du temps : noms et signatures inscrits sur les gardes, numéros d’inventaires, ex-libris gravés et collés, reliures personnalisées, annotations, estampilles, etc.

Reliure aux armes de  Jacques-Nicolas Colbert (1655-1707) sur les décrets du synode d'Aix-en-Provence (Paris, Gilles Beys, 1586). BnF, RLR, B-5515 (bis).
Reliure aux armes de Jacques-Nicolas Colbert (1655-1707) sur les décrets du synode d’Aix-en-Provence (Paris, Gilles Beys, 1586). BnF, RLR, B-5515 (bis).
Page de titre du même volume, avec les marques de la bibliothèque de Jean-Baptiste Colbert (1619-1683), de celle des Jacobins de la rue Saint-Honoré et de la bibliothèque impériale.
Marques de la bibliothèque de Jean-Baptiste Colbert (1619-1683), de celle des Jacobins de la rue Saint-Honoré et de la bibliothèque impériale sur le même volume.

Ces marques s’empilent tout au long de la vie du livre au gré de ses changements de mains. Elles se remplacent et se recouvrent parfois les unes les autres, quand un nouveau détenteur les biffe ou les superpose. Pour qui y prend garde, elles donnent de précieux renseignements sur l’histoire du volume et de ses propriétaires passés. En la matière, les armoiries sont particulièrement évocatrices. Semblables à une signature graphique, elles étaient tout à la fois un signe de propriété – par lequel un possesseur affirmait détenir un bien ou un livre – et un signe d’identité – par lequel il disait qui il était, d’où il venait, ce qu’il était dans la société, etc.

Le manuscrit aux armes parlantes

Le premier cas de cette chronique a été soumis par un conservateur d’une autre bibliothèque. Il portait sur un document du département des manuscrits, le français 1624. François Avril a décrit l’ouvrage ainsi  :

1624 (papier)
Jean de Meun, Le Duodecedron de Fortune.
France, XVe-XVIe siècle.
Encadrement échiqueté fol. 1; armoiries. Idem fol. 13
Provenance : armoirie fol. 1 et 13, n° 26 des manuscrits Montmor achetés par Colbert1.

Le premier folio porte donc un large encadrement à compartiments en forme de losanges, alternant des rinceaux bleu et or sur fond blanc et des petites touffes de fleurs sur fond d’or. Un décor typique des productions françaises de la fin XVe-début XVIe siècles. En bas, au centre, un des compartiments contient un écu armorié sur fond rouge.

Duodecedron de Fortune, BnF, fr. 1624, f° 1.
Duodecedron de Fortune, BnF, fr. 1624, f° 1.

L’écu, lui aussi, a une forme assez caractéristique de la Renaissance, celle qu’on appelle a testa di cavallo, supposée imiter le chanfrein d’une armure de cheval. Les armoiries représentent un chevron bleu avec une fleur-de-lis jaune et trois têtes de sanglier noires – ce qu’on décrira d’argent au chevron d’azur, chargé d’une fleur-de-lis d’or et accompagné de trois hures de sanglier de sable.

La pièce bleue à fleur-de-lis jaune retient immédiatement l’attention : évoquant les armes du roi de France, elle pourrait indiquer un serviteur de la Couronne. Distribuer tout ou partie de leurs emblèmes constituait en effet un des moyens, pour les rois, de récompenser leurs proches. Le fameux Gilles de Rais reçut par exemple de Charles VII le droit d’ajouter à ses propres armes une bordure aux armes de France juste après son élévation au maréchalat (été 1429). Quelques érudits modernes en ont conclu un peu hâtivement que les fleurs-de-lis étaient presque toujours des concessions royales2. Sans tomber dans une telle généralisation, l’hypothèse vaut le coup d’être testée au cas par cas.

Armoiries à « l’orleure de noz armes », concédées à Gilles de Rais en septembre 1429 par Charles VII. Arch. Nat., 1AP/
Lettres de Charles VII concédant à Gilles de Rais une « orleure de noz armes » (septembre 1429). Archives nationales, Chartrier de Thouars (1AP).
Pythagore sous les traits d'un comptable devant son abaque à jetons. Gregor Reisch, Margarita philosophica nova, Strasbourg, 1508. BnF, ARS, Rés. 4-S-17 (1).
Pythagore sous les traits d’un comptable devant sa table à jetons. Gregor Reisch, Margarita philosophica nova, Strasbourg, 1508. BnF, ARS, Rés. 4-S-17 (1).

Les armoiries des officiers et conseillers royaux n’ont pas fait l’objet de recueil systématique ; il existe toutefois une source extrêmement commode qui peut s’y substituer : les jetons de compte. Ces petites pièces métalliques servaient aux comptables d’Ancien Régime pour faire leurs calculs3. Les officiers les faisaient souvent frapper de leurs noms, titres et emblèmes. Il y avait même parfois une date, permettant d’affiner les chronologies. Les grandes institutions royales, urbaines et seigneuriales en faisaient aussi graver à leurs insignes, ou à ceux du roi.

La très riche collection de jetons de la Bibliothèque nationale de France a ainsi permis de retrouver le détenteur des armes figurant sur le manuscrit français 1624. Il s’agit de Simon Teste (1482-1557), contrôleur des comptes et conseiller du roi sous François Ier4. Mieux, l’existence de deux jetons successifs pour ce personnage a conforté l’hypothèse selon laquelle le chevron bleu à la fleur-de-lis serait une récompense du roi à son conseiller. Sur le premier jeton, le chevron n’a pas encore de fleurs-de-lis et se trouve surmonté d’un lambel, une pièce en forme de râteau à trois dents, indiquant que Simon n’était pas le chef de famille5 ; sur le second, le lambel a sauté et le chevron porte désormais la fleur-de-lis6.

Jeton portant la légende « + Pour maestre Simon Teste / gardés-vous le mescompter ». BnF, MMA, JEF-1880 (JET-1917).
Jeton portant la légende « + Pour maestre Simon Teste / gardés-vous le mescompter ». BnF, MMA, JEF-1880 (JET-1917).
Jeton portant la légende « + M. Simon Teste, conseiller du roy / et correcteur de ses comptes ». BnF, MMA, JEF-1881 (JET-1918).
Jeton portant la légende « + M. Simon Teste, conseiller du roy / et correcteur de ses comptes ». BnF, MMA, JEF-1881 (JET-1918).

Le catalogue des actes de François Ier confirme définitivement l’hypothèse d’une récompense royale et permet de dater cette évolution : en janvier 1523, le roi autorisa Simon Teste, son conseiller et correcteur de ses comptes, à ajouter une fleur-de-lis d’or sur un chevron d’azur à ses armes7.

Les armoiries qui figurent dans le manuscrit français 1624 constituaient donc une double mise en image de l’identité de son propriétaire. Comme on vient de le voir, elles traduisaient visuellement la proximité du conseiller et du roi, en intégrant aux armes du premier une partie de celles du second. Mais l’écu initial était déjà en lui-même un double graphique du nom de Simon Teste – les trois têtes de sanglier (« testes » en moyen-français) transcrivant son patronyme8. Le résultat exprimait tout autant son appartenance à la lignée Teste que sa position personnelle au sein de l’État royal.

L’attribution étant certaine, elle a été saisie dans la base Bibale de l’Institut de recherche et d’histoire des textes9, qui recense un grand nombre de données sur l’histoire des manuscrits (provenances, marques, collections, etc.). L’existence d’un acte daté a aussi permis de préciser, dans cette base, la chronologie proposée par François Avril, en concluant que le décor actuel – voire le manuscrit dans son entier – ne pouvait être antérieur à 1523.

La reliure généalogique

La seconde énigme de cette chronique, posée aux bibliothécaires de la Nationale, émane d’un chercheur. Il s’agissait d’identifier la reliure d’un exemplaire du Lexique des dix orateurs, dans son édition parisienne de 1614, conservé hors de la Bibliothèque10.

Harpocration, Αρποκρατίωνος Λεξικον των δεκα ρητορων, Harpocrationis dictionarium in decem rhetores, Phil. Jacobus Maussacus supplevit et emendavit, Paris, Claude Maurel, 1614
Harpocration, Αρποκρατίωνος Λεξικον των δεκα ρητορων, Harpocrationis dictionarium in decem rhetores, Phil. Jacobus Maussacus supplevit et emendavit, Paris, Claude Maurel, 1614.

La reliure présente un beau décor du XVIIe siècle encadrant des armoiries. L’écu, composé de plusieurs compartiments (ou « quartiers »), est surmonté de la couronne à fleurons et à perles qui était associé, à cette époque, au titre de marquis. Il est aussi entouré des deux colliers des ordres de Saint-Michel et du Saint-Esprit.

Ce type d’identification peut être assez aisé, en raison de l’existence de plusieurs répertoires de grande qualité. Le fer armorié est, par exemple, recensé dans le Manuel de l’amateur de reliures armoriées françaises de E. Olivier, G. Hermal et R. de Roton, outil de référence dans le domaine. Les auteurs l’attribuent à Henri de Daillon, comte puis duc du Lude (v. 1622-1685)11.

Si par hasard il n’y avait pas figuré, et comme il vaut mieux toujours vérifier les affirmations de ce genre de répertoire, une autre source peut être mobilisée. Comme on l’a dit, l’écu est entouré du collier de l’ordre du Saint-Esprit, une société de cour créée par Henri III en 1578. Tous ses membres sont connus, de même que leurs armoiries, grâce à l’existence de listes armoriées, publiées dès l’Ancien Régime. Ces listes sont faciles à retrouver grâce au classement thématique du Catalogue de l’histoire de France – dont la cote Ll14 est consacrée à cet ordre.

Fer attribué à Henri de Daillon dans E. Olivier, G. Hermal et R. de Roton, Manuel de l'amateur de reliures armoriées françaises, Paris, 1924-1938, t. 8, pl. 1140.
Fer attribué à Henri de Daillon dans E. Olivier, G. Hermal et R. de Roton, Manuel de l’amateur de reliures armoriées françaises, Paris, 1924-1938, t. 8, pl. 1140.
Armes du même d'après François de La Pointe, Créations des chevaliers de l'Ordre du St Esprit faits par Louis le Grand, s. l., 1689, pl. 33.
Armes du même (comme duc de Daillon) d’après François de La Pointe, Créations des chevaliers de l’Ordre du St Esprit faits par Louis le Grand, s. l., 1689, pl. 33.

À Henri de Daillon, toutes ces listes donnent des armoiries d’un seul tenant, assez différentes de celles de la reliure. On y retrouve la croix aux bords découpés de petites dents qu’on voit en haut à gauche et en bas à droite du fer (on parle de croix « engêlée »), mais nul autre quartier. Il ne faut pas forcément s’en étonner : une même personne pouvait utiliser plusieurs armoiries au cours de sa vie et en fonction des contextes. Le genre d’écu à quartiers multiples qu’on voit sur la reliure, par exemple, avait pour but d’étaler une généalogie aux alliances prestigieuses : chaque quartier renvoyait à une famille alliée. Au quotidien, cependant, son propriétaire pouvait se contenter d’un écu simple, aux seules armes de sa propre famille12.

Dans ce genre d’armoiries composées, les armes de la famille principale se situent en général au premier quartier en haut à gauche ou dans le petit écusson placé au centre de la composition. Comme les armoriaux de l’ordre le montrent, les armes propres des Daillon sont celles du premier quartier – le fait qu’elles se répètent deux fois en constituait d’ailleurs un bon indice. Qu’en est-il des autres compartiments ?

Aux deux Daillon membres de l’ordre au XVIe siècle, René et Guy de Daillon, les listes armoriées des chevaliers du Saint-Esprit donnent des armes proches de celles de la reliure. On y retrouve les deux quartiers à la croix (armes primitives des Daillon), le quartier coupé en quatre (armes de leur mère Anne de Batarnay) et l’écusson central aux anneaux (armes de leur grand-mère, Jeanne d’Illiers). À Gaspard de Daillon (v. 1602-1676), évêque d’Albi et oncle d’Henri, ces mêmes listes donnent des armes associant la croix des Daillon et le lion de sa mère, François de Schomberg13.

Tous ces quartiers (qu’on retrouve sur le fer de la reliure) dessinent donc bien la généalogie d’Henri de Daillon :

  • la croix des Daillon en haut à gauche et en bas à droite,
  • le lion de sa grand-mère Françoise de Schomberg en haut à droite,
  • le quartier découpé en quatre de son aïeule Anne de Batarnay en bas à droite
  • la moitié gauche de l’écusson central pour sa bisaïeule Jeanne d’Illiers
  • la moitié droite de l’écusson central pour son arrière-grand-mère Jacqueline de La Fayette.
Généalogie d'Henri de Daillon.
Généalogie d’Henri de Daillon.
Source des dessins : wappenwiki.org (cc-by-nc-sa)

L’attribution du fer à Henri de Daillon par le Manuel de l’amateur de reliures armoriées se confirme donc, mais comment expliquer la différence avec les armoriaux de l’ordre du Saint-Esprit ?

Comme on l’a dit, ces armes sont surmontées d’une couronne de marquis. Marquis d’Illiers depuis la mort de son père en 1651, Henri de Daillon est élu dans l’ordre en 1661 puis créé duc du Lude et pair de France en juillet 1675. La reliure daterait donc vraisemblablement des années 1661-1675 – date à laquelle Henri a pu abandonner cet écu à quartiers multiples au profit de la seule croix des Daillon.

Ce choix serait cohérent avec un autre. Sur la reliure, en effet, la généalogie s’arrête au père d’Henri de Daillon. Chaque épouse d’un de ses ancêtres directs est représentée ; les deux d’entre elles ayant apporté des terres à la famille sont même mises à l’honneur sur le petit écusson central. L’écu ne laisse, en revanche, aucune place à la propre mère d’Henri de Daillon, Marie Feydeau. Riche, mais issue d’une lignée de robins nettement moins prestigieuse, elle semble avoir été mise à l’écart. Revenir aux armes primitives de la famille a pu être une solution encore plus radicale pour évacuer cette alliance profitable mais moins glorieuse, alors que la frontière entre noblesses de robe et d’épée était dans une phase de durcissement14.

Il s’est avéré après coup que ce travail de vérification de la provenance avait déjà été fait… au XVIIe siècle ! En voulant retrouver les références précises du volume, nous nous sommes aperçus qu’il contenait une mention manuscrite du jésuite Jean Chevalier faisant référence au marquis d’Illiers. D’autres marques permettent ensuite de suivre le livre au collège de La Flèche, entre les mains de Jean Brignon puis aux Récollets et à la bibliothèque municipale de Saint-Malo. Rappel qu’un examen de l’ensemble des marques présentes sur un livre est souvent bien plus efficace que de se concentrer sur une seule.

L’énigmatique bonnet suisse

Le dernier cas de cette chronique provient d’un échange avec une lectrice en quête d’usuels pour l’aider à identifier un manuscrit de la Bibliothèque nationale et universitaire de Strasbourg (ms. 311). Le volume en question – une copie des actes des conciles de Constance (1415-1418) et Bâle (1430-1437) – présente un premier folio orné de rinceaux de feuilles et de fleurs, ainsi que d’une armoirie assez singulière. La lectrice s’interrogeait tout particulièrement sur la figure très atypique que contient cet écu.

Acta conciliorum Constantiensis et Basiliensis. BNUS, ms. 311 (olim lat. 259), f° 1.
Acta conciliorum Constantiensis et Basiliensis. BNUS, ms. 311 (olim lat. 259), f° 1. Cliché IRHT.

Ce drôle de bonnet noir, à pompons et au large rebord d’hermine retroussé, est un motif spécifique à l’héraldique germanique. Les Allemands l’appellent Heidenhut, littéralement « bonnet de païen ». L’ontologie héraldique des archives nationales de Finlande – un outil très utile pour traduire les termes du blason d’une langue vers l’autre – recense ce concept, mais ne lui donne pas d’équivalent français. On trouve parfois le nom de « bonnet albanais ».

La guirlande de feuillage qui entoure l’écu donne des indices quant au contexte de production du décor. Cet ornement qu’on appelle « chapeau de triomphe », est en effet un emprunt de l’iconographie armoriale à l’humanisme et à son retour à l’antique. Il évoque les couronnes de lauriers offertes en signe de victoire, notamment aux généraux romains auxquels la Ville offrait une cérémonie de triomphe.

Le commanditaire de ce décor était donc une personne ayant un intérêt pour les conciles de Constance et Bâle – deux temps forts de la crise conciliaire de l’Église au XVe siècle, mais aussi deux moments phares de l’histoire des cités suisses – et sensibilisé à l’esthétique humaniste. Deux traits qu’on ne doit pas s’étonner de trouver conjugués, les conciles suisses ayant été de véritables creusets de la diffusion de la culture humaniste au XVe siècle15.

Le Heidenhut étant une figure très rare, on a regardé si ces armoiries ne figuraient pas à titre d’exemple dans des manuels d’héraldique allemande. Le Handbuch der Heroldskunst a fourni un cas réel d’écu d’or au Heidenhut de sable rebrassé d’hermine, attribué à la famille Breisach, Breisacher, ou Preysach16. À l’origine bourgeois de Constance, les Breisach se signalent à partir des années 1430 dans l’entourage des empereurs germaniques. C’est à cette époque qu’un certain Marquard Breisacher – en même temps que ses frères Hans, Berthold, Conrad et Heinrich – est anobli et reçoit de Sigismond Ier de Luxembourg la concession officielle de ces armoiries. Il accompagne le souverain à Rome en 1433 pour son couronnement impérial puis passe au service de son successeur Albert II d’Autriche. Frédéric III aura lui aussi un Marquard von Breisach (fils du précédent) dans son conseil et l’enverra en mission diplomatique à Venise17.

Armoiries des Breisach (var. 1), dans Julius Kindler von Knobloch, Oberbadisches GeschlechterbuchHeidelberg, 1898, bd. 1, p. 154.
Armoiries des Breisach (concession de 1431), dans Julius Kindler von Knobloch, Oberbadisches Geschlechterbuch, Heidelberg, 1898, bd. 1, p. 154. Cliché BU Heidelberg.
Armoiries des Breisach (var. 2), dans Julius Kindler von Knobloch, Oberbadisches GeschlechterbuchHeidelberg, 1898, bd. 1, p. 154.
Armoiries des Breisach (augmentation de 1433), dans Julius Kindler von Knobloch, Oberbadisches Geschlechterbuch, Heidelberg, 1898, bd. 1, p. 154. Cliché BU Heidelberg.
Armoiries des Breysacher (au centre), dans Bernhard Koerner, Handbuch der Heroldskunst: wissenschaftliche Beiträge zur Deutung der Hausmarken, Steinmetz-Zeichen und Wappen, Görlitz in Schles, 1930, bd. 4, pl. 173. 
Cliché université du Minesota.
Armoiries des Breysacher (au centre), dans Bernhard Koerner, Handbuch der Heroldskunst: wissenschaftliche Beiträge zur Deutung der Hausmarken, Steinmetz-Zeichen und Wappen, Görlitz in Schles, 1930, bd. 4, pl. 173. Le dessin de Koerner n’est pas parfaitement conforme aux diplômes du XVe s.

 

Si l’histoire des Breisach – une famille suisse en contact avec les milieux humanistes de la cour impériale et d’Italie – colle donc bien avec ce qu’on sait du manuscrit, on en demeure à une simple probabilité. La réflexion doit s’arrêter là et on ne peut ni conclure de façon certaine, ni identifier un individu particulier au sein de la famille.

Comme souvent lorsque l’on cherche à retracer l’histoire d’un volume, il faut se contenter d’une hypothèse générale et faire son deuil d’une certitude précise et définitive.

 

Pour aller plus loin

Généralités

Sur l’héraldique

Dans Gallica

On s’est limité à deux titres du XXe siècle qui présentent une approche plus historique et culturelle que celle des ouvrages du XIXe.

Reliures

 

 



Citer ce billet
Pіеrrе Соuhault (2024, 26 janvier). Des marques et des provenances. L'Histoire à la BnF. Consulté le 15 juin 2024, à l’adresse https://doi.org/10.58079/vod7

  1. Fichier Avril, BnF, NAF. 28635 (4), fiche n° 868. []
  2. Marc de Vulson de La Colombière, La science héroïque…, Paris, Cramoisy, 1644, p. 74 évoque ainsi les « pièces qui ne peuvent estre adjoustée aux armes que par concession des souverains, comme en France les fleurs de lys, en Allemagne les aigles, en Espagne les chasteaux et les lyons, en Angleterre les léopards et ainsi des autres pièces qui composent les armes des roys et princes souverains sous la domination desquels nous sommes nés ». Sur ces partages héraldiques, voir Laurent Hablot, « “En Bon amouré”, le partage de l’emblématique royale à la Renaissance », Revue Française d’Histoire des Idées Politiques, n° 50 (2019/2), p. 141-162, en ligne sur Cairn ou JSTOR. []
  3. Alain Schärlig, Compter avec des jetons : tables à calculer et tables de compte du Moyen Âge à la Révolution, Lausanne, Presses polytechniques et universitaires romandes, 2003 ; voir aussi l’entrée abaque sur data.bnf.fr. []
  4. La BnF conserve par ailleurs son livre d’heures, (Latin 1426A), à la fin duquel Teste a tenu un livre de raison. Cette dernière partie a fait l’objet d’une étude de Françoise Lehoux, « Le Livre de Simon Teste, correcteur à la Chambre des comptes, 1481-1557 », Bulletin philologique et historique, Année 1940-41, p. 137-200. []
  5. BnF, MMA, JEF-1880 (JET-1917). Françoise Lehoux, « Le Livre de Simon Teste…», art. cit., p. 140, n. 2 affirme que ce chevron primitif était rouge – de gueules. []
  6. BnF, MMA, JEF-1881 (JET-1918). []
  7. Paul Marichal (éd.), Catalogue des actes de François Ier, Paris, Imprimerie nationale, 1887, t. 1, n° 1974 ; l’article déjà cité de L. Hablot, « “En Bon amouré”… », p. 153, n. 24 fait référence à cet acte, signale des jetons et un manuscrit, mais sans donner de référence précise et sans indiquer s’il s’agit du livre de raison ou de ce Duodecedron. []
  8. Quand les armes évoquent ainsi le nom de celui qui les porte, on parle d’armes parlantes []
  9. UPR 841 du CNRS []
  10. Harpocration, Αρποκρατίωνος Λεξικον των δεκα ρητορων, Harpocrationis dictionarium in decem rhetores, Phil. Jacobus Maussacus supplevit et emendavit, Paris, Claude Maurel, 1614 []
  11. Eugène Olivier, Georges Hermal et Robert de Roton, Manuel de l’amateur de reliures armoriées françaises, Paris, 1924-1938, t. 8, pl. 1140. Les auteurs décrivent les petites figures rondes de la moitié gauche de l’écusson central comme des besants, c’est-à-dire des disques pleins. La reliure à identifier semble, cependant bien montrer qu’il s’agit d’annelets, c’est-à-dire de cercles percés en leur milieu. []
  12. Sur la mode des écus composés au XVIIe siècle, voir Clément Savary, « Lécu écartelé au XVIIe siècle. Un outil du discours identitaire des nobles », Dix-septième siècle, n° 291/2 (2021), p. 79-95. []
  13. Voir, par exemple, Germain-François Poullain de Saint-Foix, Catalogue des chevaliers, commandeurs et officiers de l’Ordre du Saint-Esprit, Paris, 1760, p. 6 (René), 29 (Guy) et 191 (Gaspard). []
  14. Elie Haddad, « Noblesse d’épée, noblesse de robe : espaces sociaux et frontières idéologiques », L’Atelier du Centre de recherches historiques [En ligne], n° 21 bis (2020). []
  15. Sur le sujet, voir Clémence Revest, Romam veni. Humanisme et papauté à la fin du Grand Schisme, Ceyzérieu, Champ Vallon, 2021 []
  16. Bernhard Koerner, Handbuch der Heroldskunst: wissenschaftliche Beiträge zur Deutung der Hausmarken, Steinmetz-Zeichen und Wappen, Görlitz in Schles, 1930, bd. 4, pl. 173. Le dessin qu’en donne Koerner diffère un peu de celui du ms. de Strasbourg et des diplômes du XVe siècle : il peint les pompons (« Knöpfen ») du bonnet en blanc plutôt qu’en noir et donne un revers jaune au chapeau du cimier. []
  17. Ces éléments sont donnés par Julius Kindler von Knobloch, Oberbadisches Geschlechterbuch, Heidelberg, 1898, bd. 1, p. 154-156. Le texte de l’anoblissement de Marquard I Breisach est enregistré dans Haus-, Hof- und Staatsarchiv, Reichskanzlei, Registres, Règne de Sigismond, Reichsregister I (1428-33), f° 174v. Le texte de la concession d’armes de 1433 est enregistré dans le Reichsregister K (1433-35) de la même série , f° 69. []

Pіеrrе Соuhault

Professeur agrégé, docteur de l'université Paris-Sorbonne. Centre Roland Mousnier (UMR 8596). Chef-adjoint du service Histoire, BnF.

More Posts

Vous aimerez aussi...

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search