Chronique d’un « fait divers » estival : l’assassinat d’Étienne Marcel en 1358

Le 31 juillet 1358, Étienne Marcel, le Prévôt des marchands1, est assassiné en plein Paris. Revenons sur les lieux et les circonstances du crime.

Le contexte historique d’une « murder party » médiévale

En ce milieu du XIVe siècle, l’Europe est bouillonnante, en pleine mutation. Si crise de la féodalité il y a2, le royaume de France est surtout atteint par des troubles économiques3 amplifiés par les effets de la Peste Noire4. La montée en puissance de la bourgeoisie, qui se prévaut d’être l’égale de la noblesse et du clergé, bénéficie de l’essor des villes depuis le XIIIe siècle5.

La guerre de Cent ans qui oppose la dynastie des Plantagenêts à celle des Valois à partir de 1337 désorganise le royaume de France. Les débuts de la guerre, assez catastrophiques, ont entraîné un surcroît de dépenses : des rançons à payer, des armées à financer, des villes à fortifier… rendant difficile la levée des impôts et obligatoire le recours à des mutations monétaires pour renflouer le Trésor. Le discrédit sur les Valois s’accentue avec la défaite de Poitiers en 1356 qui fait prisonnier le roi Jean II le Bon. L’administration du royaume revient alors à son fils, en tant que régent, le futur Charles V. En embuscade et potentiel concurrent, Charles de Navarre se fait passer pour le champion du parti réformateur, profitant de la déstabilisation du royaume pour intriguer.

Le ressentiment général fait naître, notamment dans les villes, l’idée que le royaume serait mieux géré par les États généraux qui sont régulièrement réunis entre 1355 et 1359 pour autoriser l’impôt et lever l’armée. Les débats au sein de ces assemblées sont intenses. Les députés du Tiers état y font pression sur les deux autres ordres et contestent l’autorité royale6. Lors des États généraux de 1357, le Dauphin est acculé à accepter la promulgation de la Grande ordonnance votée au cours des États généraux de 1355. Elle esquisse une monarchie contrôlée et un vaste plan de réorganisation administrative, sans trouver toutefois de réelles applications. Dans ce contexte de grave crise politique, les campagnes ne sont pas en reste. Pillées par les Grandes Compagnies, pressurées par la fiscalité croissante, elles se révoltent en 1358 sous la forme de violences antinobiliaires, entre Île-de-France et Picardie notamment, qui prennent le nom de Grande Jacquerie.

Siège de Meaux pendant la Jacquerie, in Français 2643, BnF, fol 226v, Jean Froissart, Chroniques. Gallica (BnF).

Paris, capitale économique et politique du royaume, est aussi en ébullition. Première agglomération d’Occident, sans doute la plus peuplée d’Europe, centre universitaire de premier ordre, la cité est un énorme centre de consommation, d’artisanat et d’échanges, mais aussi le siège de la Cour et de l’administration. Au début de l’année 1358, le Dauphin quitte cette place stratégique, suite à l’assassinat par la foule de ses proches conseillers Robert de Clermont, maréchal de Normandie, et Jean de Conflans, maréchal de Champagne, dans un climat de guerre civile (cf. infra). Au mois de juillet, le régent met le siège devant Paris, où les troupes anglaises et le roi de Navarre, nommé capitaine général de Paris, rôdent. Le 22 juillet 1358, une rixe éclate entre les corps d’armée anglais et le peuple de la ville, de plus en plus partisan d’un retour du régent. C’est dans ce Paris en surchauffe que se déroulent les événements du 31 juillet 1358.

Mais, au fait, qui est la victime ?

L’historiographie a longtemps présenté Étienne Marcel comme un révolutionnaire avant l’heure, précurseur et grand réformateur. Né aux environs de 1316, Il fait partie de cette bourgeoisie parisienne qui s’enrichit peu à peu et acquiert des offices royaux7. Marchand drapier, investi dans les plus grandes confréries de Paris, il entre dans la haute bourgeoisie par son mariage avec Marguerite Des Essarts8. Fort de son influence grandissante, il succède en 1354 à Jean de Pacy comme prévôt des marchands de Paris9. Il porte les idéaux de la bourgeoisie réformatrice mais aussi traditionaliste qui construit de nouveaux outils pour l’administration de la ville. Habile tribun et défenseur de Paris, il souhaite garder Paris dans son rôle de capitale. Cette expérience n’est pas un mouvement isolé et s’apparente à celle de Cola di Rienzo pour maintenir la Rome éternelle ou encore aux réformes des villes flamandes.

Raymond Cazelles, Étienne Marcel : la révolte de Paris, Paris, Tallandier, 2006.

Pour protéger Paris, sa prospérité et ses circuits économiques, Étienne Marcel est très actif lors des États généraux à partir de 1355 et devient le chef du Tiers état, échaudé par la gestion des finances publiques et les dévaluations entraînées par les mutations monétaires. Mais, les circonstances obligent néanmoins à autoriser l’impôt et une monarchie contrôlée par les États généraux est instaurée. Cette prise de pouvoir d’Étienne Marcel est symbolisée par l’épisode de l’assassinat des maréchaux. Le 22 février 1358, Étienne Marcel déclenche une émeute réunissant trois mille personnes en armes et envahit le Palais de la Cité pour impressionner le Dauphin. L’image d’Épinal (cf. enluminure ci-dessous) a retenu le meurtre des deux maréchaux, celui de Champagne, Jean de Conflans, et celui de Normandie, Robert de Clermont, représentés avec, au second plan, Étienne Marcel tendant un chaperon rouge et bleu aux couleurs de Paris au dauphin Charles. Maître de Paris, Étienne Marcel s’efforce de gagner la province à sa cause en écrivant des lettres aux villes pour les convaincre du bien-fondé de son action. Il force le Dauphin à l’intégrer au Conseil de tutelle qui remplace le Conseil du roi.

Grandes Chroniques de France, Français 2813, BnF, fol 409v, vers 1375-1380. Gallica (BnF).

Mandragore, la base des enluminures des manuscrits de la BnF, nous propose plusieurs entrées thématiques pour l’iconographie sur Étienne Marcel (voir capture d’écran ci-dessous).

L’assassinat y est indiqué deux fois, montrant l’importance de l’événement. Ces enluminures sont bien différentes de l’icône romantique et révolutionnaire du XIXe siècle que l’on trouvera dans les gravures d’Alphonse de Neuville illustrant l’Histoire de France : depuis les temps les plus reculés jusqu’en 1789, racontée à mes petits-enfants par Guizot10.

Portrait d’Étienne Marcel. L’histoire de France : depuis les temps les plus reculés jusqu’en 1789, racontée à mes petits-enfants. Tome 2 / par M. Guizot, 1872-1876. Gallica (BnF).

Chronologie des faits : Différentes versions, plusieurs témoins

Faisant suite au portait de la victime, l’enquête se porte sur les versions chroniquées du récit de la mort d’Étienne Marcel. Globalement, Jacques d’Avout et Raymond Cazelles11, ses deux biographes contemporains, présentent les faits comme suit. En ce mois de juillet 1358, Paris est en état insurrectionnel, encerclée par les troupes du Dauphin et celle du roi de Navarre. Les soldats anglais, perçus par les Parisiens davantage comme des ennemis que des alliés, parcourent la ville. Le 27 juillet, Étienne Marcel fait libérer des prisonniers anglais. Parti à la tête d’une colonne militaire, on lui reproche d’avoir abandonné ses concitoyens. Le 31 juillet, Étienne Marcel se rend à la bastille Saint Denis qui commande la sortie de Paris vers le Nord et en demande la remise des clés. Il retrouve ensuite son futur assassin, le bourgeois Jean Maillard à la bastille de la porte Saint Antoine. Une foule impatiente les entoure. Là se déroule l’assassinat d’Étienne Marcel, ainsi que des membres de son entourage ; leurs cadavres sont abandonnés, comme cinq mois auparavant les maréchaux, à l’outrage de la foule. Étienne Marcel meurt sous les coups des bourgeois parisiens qui considèrent qu’il est allé trop loin dans son opposition et qu’il a voulu livrer la ville aux Anglais.

L’enluminure la plus connue représentant la mort d’Étienne Marcel est tirée des Chroniques de Froissart12. On observe donc Étienne Marcel, brandissant les clés des portes de la capitale, acculé par Jean Maillard, du haut de la porte Saint Antoine, ainsi que les partisans du prévôt qui sont rejetés au-delà des murs. En arrière-plan, Paris se dévoile au sein de ses murailles et laisse apparaître au loin les armées assiégeantes.

« Chroniques sire JEHAN FROISSART ». Français 2643. Gallica (BnF).

 

Liste des sources décrivant les circonstances du 31 juillet 1358 :

Les Grandes Chroniques de France :

La Chronique de Froissart :

La Chronique de Jean le Bel :

La Chronique de Jean le Bel, Jules Viard, SHF, tome II, 1905  : numérisé dans Gallica Intramuros ; plus d’information sur cette Chronique : François-L. Bruel , « Chronique de Jean le Bel, publiée pour la Société de l’Histoire de France par Jules Viard et Eugène Déprez« , Bibliothèque de l’école des chartes. 1907, tome 68. pp. 342-344.

La Continuation de la chronique de Guillaume de Nangis :

La Chronique des Quatre Premiers Valois

La Chronique normande :

L’Istoria Fiorentine :

Étienne Marcel par Émile Gautier ; orné de gravures sur bois dessinées par Denis ; gravées par Tellier, Librairie d’éducation laïque, 1881, pp. 177. Gallica (BnF).

 

Qui est finalement l’assassin ?

Toutes les sources évoquent Jean Maillard (et certaines son frère Simon), bourgeois de Paris, de son état drapier, longtemps fidèle d’Étienne Marcel, qui lui a confié la garde d’un des quartiers de la capitale entre les portes Saint Denis et Saint Antoine. Les Marcel, Le Flament, Des Essarts, de Pacy, Maillard, Charny sont tous apparentés et reliés aussi à la noblesse. C’est ce même milieu de la grande bourgeoisie parisienne qui est poussé par la peur des nouvelles orientations et du durcissement de la politique du prévôt. Voir Charles de Navarre arriver sur le trône l’inquiète. Dans ce contexte de guerre entre les Valois et le roi d’Angleterre, cette bourgeoisie souhaite avant tout défendre son statut, sa richesse et sa situation.

Mémoires pour servir à l’histoire de Charles II, roi de Navarre et comte d’Évreux, surnommé le Mauvais, par feu M. Secousse. Paris, Durand, 1758. Pp. 317. Cote : 4-LK2-1160. Département Histoire, philosophie, sciences de l’homme (BnF).

Les Mémoires de Secousse13 proposent en 1758 une première synthèse des sources au sujet de la mort d’Étienne Marcel : différentes chroniques mais aussi des lettres du Trésor des Chartes qui présentent les interactions entre les forces en présence. Quelques années plus tard, en 1778, M. Dacier lit en séance sa Question historique : « À qui doit-on attribuer la gloire de la Révolution qui sauva Paris pendant la prison du roi Jean ? »14. Il y présente les chevaliers Pépins des Essars et Jean de Charny comme les principaux protagonistes de l’assassinat. Au XIXe siècle, Léon Lacabane15 démolit les arguments de Dacier et fait du peuple de Paris et de Jean Maillard les auteurs principaux de l’assassinat, notamment en reprenant la lecture d’une version de Froissart et de registres du Trésor des Chartes récompensant Jean Maillard par l’anoblissement.

Si les historiens ont tant débattu à ce sujet entre le XVIIIe et le XIXe siècle16, toujours est-il que les intérêts des bourgeois et des nobles de Paris ainsi que ceux du régent comme du roi de Navarre convergent à la disparition du prévôt devenu gênant.

La postérité d’Étienne Marcel

Après la colère parisienne, le Dauphin revient le 2 août dans sa capitale, y installe une nouvelle organisation, le 4 août, en nommant un nouveau prévôt, Gencien Tristan. Paris se réconcilie autour de la mort d’Étienne Marcel. Les prérogatives du Prévôt des marchands sont restreintes et le pouvoir royal affermi par le nouveau Charles V.

Sous la Révolution française, Étienne Marcel devient une figure emblématique. Lorsque le 17 juillet 1789, Louis XVI est reçu à l’Hôtel de Ville par le nouveau maire Jean-Sylvain Bailly, il doit porter la cocarde bleue et rouge aux couleurs de Paris. À L’exception de l’ajout du blanc couleur du roi, la scène n’est pas sans rappeler Charles V coiffé du chaperon bleu et rouge du 22 février 1358.

Pour ces raisons, Étienne Marcel devait aussi être regardé avec admiration par les historiens du XIXe siècle aux sympathies libérales ou républicaines : « cet échevin du quatorzième siècle a, par une anticipation étrange, voulu et tenté des choses qui semblent n’appartenir qu’aux révolutions les plus modernes » écrit à son sujet Augustin Thierry17. Dans cette perspective, plusieurs ouvrages lui sont d’ailleurs consacrés dans les premières années de la Troisième République18.

=> Cliquez sur les images ci-dessous pour mieux les voir

Paris n’oublie pas pour autant Étienne Marcel, lui attribuant le nom d’une rue et d’une station de métro, lui offrant aussi une statue monumentale. Camille Saint-Saëns lui dédie un opéra19. Raymond Queneau en fait un personnage de son roman Le chiendent  :

– Oh, non, je m’appelle Étienne Marcel.
Un silence. Les taverniers se regardent.
– Mais alors, dit Meussieu Belhôtel, vous avez déjà votre rue à Paris.
On s’esclaffe. Étienne à qui l’on fait la plaisanterie depuis une vingtaine d’années rit aussi. Il trouve cela de plus en plus grotesque. Il voudrait bien se réveiller, mais il sait qu’il ne le peut. Une petite phrase se met à lui galoper dans la tête : « c’est ça la vie, c’est ça la vie, c’est ça la vie »20.

Enfin plus récemment et prosaïquement le Prix Étienne Marcel récompense aujourd’hui les PME-PMI dans le secteur économique.

Citer ce billet : Séverine Boullay, "Chronique d’un « fait divers » estival : l’assassinat d’Étienne Marcel en 1358," in L'Histoire à la BnF, 30/07/2018, https://histoirebnf.hypotheses.org/2471, [consulté le 20/10/2018].

 

  1. Depuis le milieu du XIIIe siècle, le prévôt des marchands est de facto le représentant de la bourgeoisie parisienne auprès du pouvoir royal. []
  2. R. H. Hilton, « Y eut-il une crise générale de la féodalité ? », Annales. Économies, Sociétés, Civilisations. 6ᵉ année, N. 1, 1951. Pp. 23-30. []
  3. Guy Bois, La grande dépression médiévale, XIV e-XV e siècles : le précédent d’une crise systémique. Paris, Presses universitaires de France, 2000. []
  4. Guy Bois, La peste noire et la mutation de l’Occident. Paris, Monfort, 2000. []
  5. voir sur le site pédagogique de la BnF : l’essor des villes et la ville au XIIIe siècle. []
  6. Raymond Cazelles, « Les mouvements révolutionnaires du milieu du XIVe siècle et le cycle de l’action politique », Revue historique. Paris, Presses universitaires de France, t. 228,‎ 1962, p. 279-312. []
  7. À ce sujet, voir Jean Favier, Le Bourgeois de Paris au Moyen Age. Paris, Tallandier, 2015. []
  8. Henri Frémaux, La Famille d’Étienne Marcel. Paris, 1904. []
  9. Boris Bove, Dominer la ville : prévôts des marchands et échevins parisiens de 1260 à 1350. Paris, CTHS, 2004. []
  10. François Guizot, L’histoire de France : depuis les temps les plus reculés jusqu’en 1789, racontée à mes petits-enfants. Tome 2. Paris, Hachette, 1872-1876. []
  11. Jacques d’Avout, Le meurtre d’Étienne Marcel : 31 juillet 1358. Paris, Gallimard, 1960 ; et Raymond Cazelles, Étienne Marcel : la révolte de Paris. Paris, Tallandier, 2006. P. 326 : « Tel est le récit de la mort de Marcel qu’on peut à peu près rétablir d’après les récits fort divergents des chroniqueurs ». []
  12. « Chroniques sire JEHAN FROISSART » Froissart, Jean (1337?-1410?),1401-1500, Français 2643  ; autres enluminures représentant la scène : Chroniques françaises, traduction de Bernard Giu, XIV-XVe siècles, Besançon, Bibliothèque Municipale. []
  13. Mémoires pour servir à l’histoire de Charles II, roi de Navarre et comte d’Évreux, surnommé le Mauvais, par feu M. Secousse. Paris, Durand, 1758. Pp.294-303. []
  14. Mémoire lu le 28 avril 1778 en séance publique, devant l’académie des Inscriptions, Recueil des mémoires de l’Académie des Inscriptions et Belles-lettres, tome 43, pp.563-577. []
  15. Léon Lacabane, Mémoire sur la mort d’Étienne Marcel (1358). In: Bibliothèque de l’École des chartes. 1840, tome 1. Pp. 79-98. []
  16. Jules Tessier, La Mort d’Étienne Marcel. Étude historique. Paris, 1886. []
  17. Émile Gautier, Étienne Marcel. Librairie d’éducation laïque, 1881, Pp.204. []
  18. entre autres, J.-L.-C. Renaudin, Étienne Marcel et son époqueA. Boyer et Cie, 1881 ; Mme Eugène Garcin, Étienne Marcel,  Librairie centrale des publications populaires, 1882. []
  19. Étienne Marcel, opéra en 4 actes, poème de Louis Gallet, Saint-Saëns, Camille (1835-1921). Durand, Schoenewerk et C.ie, partitions. Voir cet extrait de l’INA ici. []
  20. Raymond Queneau, Le chiendent. Paris, Gallimard, 1993, Collection Folio. P. 48. []

Séverine Boullay

chargée de collections en histoire médiévale au département Philosophie, histoire, sciences de l'homme

More Posts

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.