La morue, un poisson à l’échelle du monde. 4 – Menaces sur la morue

Chalut remontant 35 tonnes de morue. Marcel Mochet, « Pêche extrême à bord de la Grande hermine », Marine & Océans, n° 238 (premier trimestre 2013), p. 64. Gallica/Acoram.
Chalut remontant 35 tonnes de morue. Marcel Mochet, « Pêche extrême à bord de la Grande hermine », Marine & Océans, n° 238 (premier trimestre 2013), p. 64. Gallica/Acoram.

 

Cet article reprend en la développant une communication présentée en octobre 2022 aux Rendez-vous de l’Histoire de Blois. Le thème cette année-là était « La Mer ».

Malgré les nombreuses alertes concernant l’état des stocks de morues, face au gigantisme des bateaux et leur course au profit effrénée, les bancs de morues sont fortement fragilisés. D’autres éléments aggraveront la situation : le changement climatique, nos habitudes alimentaires.
Pour lutter contre la raréfaction de ce poisson, des moratoires sont décrétés, des quotas instaurés, des recherches scientifiques menées pour comprendre, informer et si possible changer le cours des choses

La surpêche : un problème connu de longue date

Aux XVIIe et XVIIIe siècles, les trois mâts dépassant les 300 tonneaux et montés par des équipages de 130 à 160 hommes mènent des campagnes de plusieurs mois.

Trois siècles et demi de pêche intense vont conduire à la raréfaction des poissons.

Au XVIe siècle, des navigateurs attestent du nombre si élevé des morues qu’il suffit, dit-on, de mettre des paniers à l’eau pour capturer ce poisson vorace. Si le naturaliste Alexandre Acloque souligne au début du XXe siècle le risque de disparition du poisson, Hugo Grotius dans son De la liberté des mers  évoquait déjà la possibilité d’un épuisement des ressources naturelles à travers les droits de navigation et de pêche, en précisant que :

celui-là même qui commanderait à l’Océan ne pourrait cependant diminuer son usage commun […]. Et à supposer qu’il le puisse en quelque chose, par exemple en ce qui est de la pêche, qui si on le veut, épuise les races des poissons, au moins ne le pourrait-il quant à la navigation, qui ne prend rien et ne fait rien perdre à l’immensité des eaux1.

Dans La mer, l’historien Jules Michelet met en avant deux âges de barbarie :

Nous avons traversé deux âges de la barbarie.

Au premier, on dit comme Homère : “la mer stérile”. On ne la traverse que pour chercher au-delà des trésors fabuleux, ou exagérés follement.

Au second, on aperçut que la richesse de la mer est surtout en elle-même, et l’on mit la main dessus, mais de manière aveugle, brutale, violente.

À la haine de la nature qu’eut le Moyen Âge, s’est ajoutée l’âpreté mercantile, industrielle, armée de machines terribles, qui tuent de loin, tuent sans péril, tuent en masse. À chaque progrès dans l’art, progrès de barbarie féroce, progrès dans l’extermination. Exemple : le harpon lancé par une machine foudroyante.

Exemple : la drague, le filet destructeur, employé dès 1700, filet qui traîne, immense et lourd, et moissonne jusqu’à l’espérance, a balayé le fond de l’Océan. […] Des espèces s’enfuirent de la Manche, passèrent vers la Gironde. D’autres ont défailli pour toujours. Il en sera de même d’un poisson excellent, magnifique, le maquereau, qu’on poursuit barbarement en toute saison. (Valenc., Dict. X, 352.) La prodigieuse génération de la morue ne la garantit pas. Elle diminue même à Terre-Neuve. Peut-être elle s’exile vers des solitudes inconnues2.

Loïc Josse estime les quantités de morues pêchées annuellement à 200 000 tonnes environ aux XVIIe et XVIIIe siècles, 300 000 tonnes vers 19003.

Pendant la première moitié du XXe siècle, seules quelques fermetures de zones et des réglementations portant sur le maillage font office de mesures de protection de la faune. Dès les années 1930, Anita Conti prend part avec les Terre-neuvas à de longues campagnes au Spitzberg, au Groenland, à Terre-Neuve4. En posant les termes d’un débat actuel, elle fait figure de précurseur : comment concilier la préservation des espèces et l’activité de pêche ?

Pêcheurs de Morue. Photo Anita Conti / Agence Vu, dans Amélie Mallié, « Faire renaître Anita Conti », Cols bleus. Le magazine de la Marine et de la mer, n° 2727 (24 décembre 2004), p. 26. Gallica/Marine nationale.
Pêcheurs de Morue. Photo Anita Conti / Agence Vu, dans Amélie Mallié, « Faire renaître Anita Conti », Cols bleus. Le magazine de la Marine et de la mer, n° 2727 (24 décembre 2004), p. 26. Gallica/Marine nationale.

Après la Seconde Guerre mondiale, les captures augmentent progressivement pour atteindre près de 800 000 tonnes en 1968.

Marc Moingean explique l’importance de l’évolution des techniques de pêche par les gains de productivité. Au XVIIIe siècle, 350 navires avec environ 10 000 hommes à leur bord ramenaient 56 000 tonnes de poisson. En 1950 le même tonnage est obtenu avec 29 navires et 1600 hommes5.

D’autres facteurs aggravants : le regard de la communauté scientifique

Lors de l’expédition scientifique d’exploration et de sensibilisation aux changements climatiques, Greenlandia, organisée en août 2022 sur la côte Est du Groenland, Caroline Bouchard, une scientifique du Centre de recherche climatique du Groenland, s’est particulièrement intéressée aux morues arctiques, Boreogadus Saida, et l’impact du réchauffement des eaux océaniques sur leurs œufs et larves très sensibles aux variations de température (les adultes étant moins affectés car vivant en grande profondeur) et ne tolérant pas les eaux peu salines.

Les régions polaires arctiques n’ont pas été choisies au hasard. Elles se réchauffent plus vite que le reste de la planète, avec une augmentation moyenne de 2°C déjà enregistrée entre 1960 et 2020. Autre souci auquel les juvéniles sont confrontés : la banquise moins épaisse n’assure plus une protection suffisante contre les ultraviolets. Sur le long terme, compte tenu du contexte actuel, les populations de morue arctique risquent de migrer, bouleversant ainsi les écosystèmes.

Une question taraude la communauté scientifique : quelle est, aujourd’hui, la première cause de raréfaction du poisson : les pratiques de pêche ? Le changement climatique ?

Concernant la morue, des chercheurs du Centre national de la recherche scientifique (CNRS) et de l’Université de Lille ont réuni des données portant sur l’évolution de la température de l’eau, la quantité de nourriture disponible et l’intensité de la pêche. Le programme est baptisé FishClim6. Ils ont ainsi reconstitué l’évolution du stock de cabillauds dans la Manche et en mer du Nord sur les soixante dernières années. La modification des températures serait désormais responsable à 64% de la réduction du stock de morues alors que dans les années de 1990 à 2000, le facteur causal était la surpêche7. Grégory Beaugrand, directeur de recherche au CNRS, envisage même une disparition totale du cabillaud en mer du Nord si les quotas de pêche ne sont pas revus à la baisse. La prise en considération conjointe de ces deux facteurs, pêche et climat, apparaît donc primordiale pour exploiter durablement les stocks de poissons8.

À la surpêche et au climat, s’ajoutent deux autres facteurs. Abordons tout d’abord l’augmentation du nombre de phoques gris9. Dans certaines régions, la morue constitue un aliment majeur de leur régime alimentaire, jusqu’à 60 % du régime dans les zones d’hivernage. Dans les années 1960, le nombre de phoques gris s’élève à environ 12 000. En 2012, on en compte près de 350 000 au Canada atlantique10. Des incertitudes demeurent sur les actions à mettre en œuvre pour réguler la population de phoques. Le moratoire sur la morue du Nord qui ne devait durer que quelques années est toujours en place, trente ans plus tard. La chasse commerciale aux phoques n’a jamais véritablement repris depuis les années 1990. Un abattage sélectif de phoques est étudié mais reste très controversé dans le contexte actuel de déclin général de la biodiversité marine. Ainsi, les modalités pour limiter les conséquences d’un effondrement écologique restent irrésolues et sources de débat, notamment au Canada.

Le dernier aspect abordé, global, sera celui des farines, fortement lié à nos habitudes alimentaires11. Farines et huiles de poisson, produites à partir de poissons entiers ou de sous-produits de la transformation du poisson, constituent l’un des compléments protéiques les plus utilisés dans l’alimentation animale avec le soja. Depuis le début des années 2000, la forte augmentation de la consommation de viande s’est accompagnée de celle de la consommation de poisson. En doublant ses volumes de production, l’aquaculture a littéralement explosé, entraînant automatiquement une hausse de la demande de protéines pour nourrir les élevages de poissons. Alors qu’elle ne dépassait pas 100 millions de tonnes au début du siècle, la production totale atteint quelque 180 millions de tonnes et devrait même dépasser les 200 millions de tonnes en 2030, selon la FAO. Dans un contexte de tensions alimentaires, la transformation de poissons de « qualité alimentaire » questionne. En effet, un quart des poissons pêchés, soit 20 millions de tonnes, servent aujourd’hui à la production de farine, alors même que 90 % de ces prises pourraient être consommées par les humains. La FAO dans un récent rapport sur la situation des pêches et de l’aquaculture met en lumière les menaces qui pèsent sur la sécurité alimentaire des communautés des régions côtières et sur les pêcheries artisanales12.

Promouvant la « pêchécologie », les auteurs, Éloïse Thiercelin et Olivier Antoine, proposent diverses pistes pour remédier à la situation : les poissons pêchés devraient être exclusivement destinés à la consommation humaine et les techniques de pêche mises en avant – augmentation de la taille des mailles des filets, limitation des dispositifs non sélectifs – évoluer. Ces propositions ne sont certes pas nouvelles mais n’étant pas toujours mises en œuvre de façon systématique, il s’avère nécessaire de les réaffirmer.

L’influence des moratoires et des quotas

Le diagnostic de l’IFREMER (Institut français de recherche pour l’exploitation de la mer) publié en janvier 2023, portant sur la pêche française et les stocks de poissons confirme très modestement une tendance à l’amélioration des ressources halieutiques.

En dix ans, la part des poissons jugés « en bon état écologique » est passée de 18 % à 43 % et celle des espèces jugées reconstituables de 4 % à 6 %. Il montre également que 51 % des 327 000 tonnes de poissons débarqués dans l’Hexagone en 2021 proviennent de populations exploitées durablement, contre 48 % en 2020. La proportion de poissons en situation de surpêche a diminué, passant de 33 % à 23 % sur une décennie, cependant 2 % proviennent de populations considérées comme « effondrées », à savoir le cabillaud et le merlan.

J. Barrault, « Évolution de l’état des populations de poissons exploitées en France hexagonale entre 2000 et 2021 », Bilan 2022 en France hexagonale : la moitié des volumes de poissons pêchés provient de populations exploitées durablement, sur ifremer.fr. Tous droits réservés.
J. Barrault, « Évolution de l’état des populations de poissons exploitées en France hexagonale entre 2000 et 2021 », Bilan 2022 en France hexagonale : la moitié des volumes de poissons pêchés provient de populations exploitées durablement, sur ifremer.fr. Tous droits réservés.

En effet, pour ces deux espèces, la quantité de reproducteurs est insuffisante pour assurer le renouvellement des populations, sans pour autant que cela conduise à l’extinction de l’espèce. Dans les années 1990, grâce à des mesures drastiques portant sur son exploitation, la morue a évité de justesse l’extinction.

Herlé Goraguer, délégué à l’IFREMER, en explique les raisons. Jusqu’en 1987, 60 000 tonnes de morues de l’Atlantique sont, chaque année, capturées dans les Grands Bancs. Si en 1992, le tonnage descend à 36 000 tonnes, le stock de morues est déjà trop fragilisé. Le 2 juillet 1992, le gouvernement fédéral interdit la pêche à la morue dans les provinces de Terre-Neuve et du Labrador. Un an plus tard, c’est tout le golfe du Saint-Laurent qui est concerné. Ce moratoire, évoqué précédemment, met fin à près de cinq siècles de pêche à la morue à Terre-Neuve-et-Labrador. Son objectif : contribuer à la restauration des stocks de morue.

La France, avec son territoire de Saint-Pierre-et-Miquelon, et le Canada cogèrent la pêche, notamment du point de vue scientifique, et une évaluation annuelle de la biomasse est effectuée afin de constater les effets de cette décision. Si la biomasse de morues se stabilise, il subsiste des disparités locales, voire régionales, où la population de morues apparaît encore trop faible et les individus trop maigres pour permettre une pêche à grande échelle. Aujourd’hui, d’après les données fournies par le ministère des Pêches, des Océans et de la Garde côtière canadienne, la quantité de morue du nord du golfe se trouve à 10 % de son point de référence limite. Il s’agit de l’état le plus préoccupant dans l’ensemble des stocks de morues du Canada atlantique d’après le Ministère. C’est pourquoi l’interdiction est encore largement en vigueur13. Le rapport de Pêches et Océans Canada publié en avril 2021 recommande des prises totalisant 12 999 tonnes durant la prochaine saison estivale, soit une légère augmentation par rapport aux 12 350 tonnes autorisée au cours des deux dernières années.

Trente ans après le moratoire, la situation reste donc encore critique, des points de vue économique – rappelons la perte de dizaines de milliers d’emplois, sans compensation majeure pour les pêcheurs – et écologique, la morue constituant un élément essentiel du réseau trophique.

Réseau trophique de l'Atlantique Nord-Ouest. D'après David Lavigne, trad. Loïc Josse, La morue: voyages et usages, Glénat/Chasse-Marée, 2014, p. 272.
Réseau trophique de l’Atlantique Nord-Ouest. D’après David Lavigne, trad. Loïc Josse, La morue: voyages et usages, Glénat/Chasse-Marée, 2014, p. 272.

Les réponses de la politique européenne de pêche

La politique commune de pêche (PCP), une émanation de la politique agricole commune, est initiée en 1983. Son objectif est une répartition harmonieuse des ressources entre les États membres qui partagent les mêmes zones de pêche. Pour assurer la pérennité des ressources halieutiques, des mesures fondées sur des totaux admissibles de captures (TAC) sont définies chaque année. L’adoption des TAC, par espèce et par zone, se fait sur la base des recommandations de la Commission européenne qui s’appuie sur des avis scientifiques indépendants concernant l’état des stocks de poissons. Chaque État membre de l’Union Européenne reçoit ensuite ses quotas nationaux qui sont répartis, au sein du pays, entre les pêcheurs. Chaque État se doit de veiller au respect des quotas.

Lors de la réforme de 2014, la PCP introduit un nouvel indicateur : le rendement maximum durable (RMD). Théorisé dès 1935 par le Britannique Michael Graham (1898–1972) et utilisés par la Commission européenne dès 200614, il reflète la quantité de poissons que l’on peut capturer à long terme sans affecter de façon significative le processus de reproduction. La valeur du RMD fluctue en fonction de la productivité du stock et du diagramme d’exploitation portant sur la structure en taille (ou en âge) des captures.

D’autres mesures peuvent être mises en place pour optimiser les ressources halieutiques : la limitation des périodes de pêche et de l’usage de certains filets ou encore l’interdiction de certaines zones de pêche.

La protection des océans aujourd’hui

Les mesures de protection de l’océan ont un rôle essentiel à jouer dans la limitation des impacts écologiques sur les stocks de poissons. Les aires marines protégées (AMP), si elles sont accompagnées de contrôles réguliers, apparaissent essentielles pour favoriser l’abondance et la diversité des espèces.

Le 4 mars 2023, les 193 États membres de l’ONU aboutissent, après plusieurs années de négociations, à un traité juridiquement contraignant. Il s’agit de protéger la haute mer, celle-ci commençant là où s’arrêtent les ZEE des États, soit au-delà des 200 milles nautiques (370 km) des côtes. La particularité de la haute mer est son absence de juridiction. Celle-ci représentant plus de 60 % des océans et près de la moitié de la planète, on comprend l’importance de cette décision qui cible cinq points principaux dont la gestion durable des stocks de poissons grâce à la collaboration renforcée entre les organisations maritimes régionales et les organisations régionales de gestion des pêches.

Pour aller plus loin

Retrouvez les autres épisodes de la série La morue, un poisson à l’échelle du monde.

Réécoutez la conférence sur le site des Rendez-vous de l’histoire de Blois.

  

  



Citer ce billet
ybaratta (2024, 7 avril). La morue, un poisson à l’échelle du monde. 4 – Menaces sur la morue. L'Histoire à la BnF. Consulté le 23 mai 2024, à l’adresse https://doi.org/10.58079/w6gg

  1. Hugo Grotius, Dissertation de Grotius sur la liberté des mers (A. Guichon de Grandpont trad. et éd.), Paris Imprimerie royale, 1845, p. 51 []
  2. Jules Michelet, La mer, Paris, Michel Lévy, 1875, p. 335-336. []
  3. Loïc Josse, « Cap sur la morue, l’aventure des terre-neuvas », Le Cours de l’histoire, France Culture, 3 octobre 2022. En ligne sur radiofrance.fr. []
  4. Anita Conti, Râcleurs d’océans. Terre-Neuve, Groënland, Labrador, Paris, A. Bonne, 1953. À son sujet, voir Amélie Mallié, « Faire renaître Anita Conti », Cols bleus. Le magazine de la Marine et de la mer, n° 2727 (24 décembre 2004), p. 22-27. []
  5. Marc Moingeon, Les pêcheurs bréhatins à Terre-Neuve: 1508_2008, Paris, Gisserot, 2008. []
  6. Bernhard Kühn, Alexander Kempf, Thomas Brunel et alii, « Adding to the mix – Challenges of mixed-fisheries management in the North Sea under climate change and technical interactions », Fisheries Management and Ecology, vol. 30/4 (2023), p. 360-377. Sur le site de l’IFREMER. []
  7. Grégory Beaugrand, Alexis Balembois, Loïck Kléparski et Richard R. Kirby, « Addressing the dichotomy of fishing and climate in fishery management with the FishClim model », Communications Biology, n° 5 (2022),  art. n° 1146. En ligne sur le site Nature. []
  8. Grégory Beaugrand, « L’effondrement des stocks de morue est-il causé par le climat ou par la pêche ? », communiqué de presse sur le site cnrs.fr, 9 novembre 2022. []
  9. Gaëlle Ronsin et Florian Sanguinet, « Un effondrement durable des morues au Canada », Revue d’anthropologie des connaissances, n° 16/2, 2022. Sur openedition.org. []
  10. Rigas Arvanitis et Mina Kleiche-Dray, « Controverses maritimes : connaissances et régulations », Revue d’anthropologie des connaissances, n° 16/2, 2022. Sur openeditions.org. []
  11. Olivier Antoine et Éloïse Thiercelin, « Sécurité alimentaire et géopolitique des protéines : enjeux et perspectives d’une ressource en mutation », Hérodote, n° 188 (2023/1), p. 173-191. Sur cairn.info. []
  12. La Situation mondiale des pêches et de l’aquaculture 2022. Vers une transformation bleue, Rome, FAO, 2022. []
  13. David Berry, « Moratoire sur la pêche à la morue de 1992 », Encyclopédie canadienne, 2020. Sur thecanadianencyclopedia.ca. []
  14. Jean-Marie Pujo, « Préservation de la ressource : que fait l’Europe ? », Marine, n° 215 (2e trimestre 2007), p. 47. []

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search