Les images ont parlé ! « le Pensionnat Bourbon » (1882)

Dans un précédent billet (que vous pouvez (re)lire ici), le Blog Histoire vous a présenté une série de 9 vignettes, issue de La Petite République, qui avait provoqué un beau tollé  en 1882. En effet, l’Assemblée nationale y était présentée comme une bande d’élèves indisciplinés et irrespectueux. Leur « professeur », Gambetta, ne rétablissait le calme qu’en prononçant la dissolution de la Chambre. L’auteur des vignettes, le caricaturiste Pépin, était soupçonné de maladresse, voire de participer à une orchestration politique. Certains journaux insinuaient en effet que La Petite République, dont l’un des actionnaires majoritaires était Gambetta en personne, ne pouvait avoir publié ces dessins que par goût du césarisme…

Nous vous avions invité à identifier les quatre députés affublés d’un surnom : Ratapoil, Corbeau, Gaucher, Démoc-soc.

Y êtes-vous parvenus ?

Ratapoil

Pour les lecteurs du XIXe siècle, Ratapoil est un personnage familier. Créé par Daumier dans les années 1850-1851, il apparaît comme un personnage cynique, au service de la propagande bonapartiste autour du futur Napoléon III. Les campagnes républicaines contre les bonapartistes l’ont  réemployé sous la Troisième République1.

Honoré Daumier, « Ratapoil fesant [sic] de la propagande » : [estampe].Lith. Lordereau, 1851. Gallica (BnF).

Corbeau

Aux yeux des républicains, « Corbeau » représente par excellence le député clérical, la couleur noire de l’oiseau rappelant les soutanes  des curés.  L’anticléricalisme est alors important chez de nombreux députés républicains, et relayé par une partie de la presse2.

 

 

Gaucher

Gaucher fait référence à la « Gauche républicaine », groupe parlementaire français qui réunit les républicains « modérés » (ou républicains opportunistes).

Démoc-Soc

 

« Démoc-Soc » est représenté par le caricaturiste comme un frère jumeau de « Gaucher ».  Tous deux portent le bonnet phrygien.

« Démoc-soc » est l’héritier des « démocrates socialistes » des années 1850. En représentant « Gaucher » et « Démoc-Soc » très semblables l’un à l’autre, le dessinateur exprime les difficultés des électeurs à se repérer dans les différentes tendances de la gauche. Les élections de septembre 1881 ont en effet consacré la majorité républicaine (459 députés) à la Chambre et le recul des Bonapartistes (47). Les Républicains sont composés de trois groupes : l’Union républicaine, la Gauche républicaine et le Centre-Gauche. Les Monarchistes ont quant à eux 41 députés.

Ces élections consacrent la victoire du groupe de l’Union républicaine, dirigé par Gambetta.  Président de l’Assemblée nationale de janvier 1879 à octobre 1881, ce dernier devient  Président du Conseil. Son attitude autoritaire (en particulier vis-à-vis des députés) et ses nombreux projets de réformes conduisent à la chute de son gouvernement dès janvier 1882.

Ce n’est pas ça ma république. Éditeur : Louis Rotier (Paris). Date d’édition : 1881. Gallica (BnF).

 

Le dessin de Pépin en février 1882 constitue aux yeux de certains de ses contemporains une maladresse voire une provocation…  Il a donc entraîné, comme nous l’indiquions dans le précédent billet, un nombre important de commentaires et même une parodie.

Avez-vous identifié cette parodie ?

Tous les journaux satiriques évoquent Gambetta à cette période. Retenons deux exemples intéressants. La Lanterne de Boquillon reprend l’idée des députés turbulents le 12 février.

 

La Lanterne de Boquillon, par A. Humbert. 12 février 1882. Gallica (BnF).

 

Bien plus intéressante encore, la charge assortie d’un texte illustré publiée par Le Lampion de Berluron le 12 février 1882.  On y voit en effet les députés défiler honteux devant Gambetta …  Or les dessins sont signés du même Pépin qui avait donné la série de La Petite République !

Le Lampion de Berluron, 12 février 1882. Gallica (BnF).
Le Lampion de Berluron, 12 février 1882. Gallica (BnF).

 

Pourquoi cette quasi auto-parodie de ses dessins, dans une rhétorique simplifiée et dans une prose volontairement malhabile ? Pour Léon Millot, journaliste de La Justice (dirigée par Clemenceau, lequel attaque férocement Gambetta depuis la rupture en 1879 entre radicaux et opportunistes …), la presse gambettiste utiliserait prose et dessin selon les couches sociales visées, dans trois titres différents, La République, La Petite République et Le Lampion de Berluron :

Suivant les couches sociales auxquelles il s’adresse, l’opportunisme a trois organes intelligemment nuancés : le moniteur officiel, grave et pondéré, qui laisse transpirer solennellement la pensée du maître, et qu’un cénacle de ministres dégommés rédige pour l’Europe et les cours étrangères : la grande République, la Petite, qui s’adresse aux travailleurs des villes et des campagnes, avec l’étiquette de la maison, et qui force la note, surtout la note anticléricale, juste ce qu’il faut pour ne pas détonner avec son aînée, et enfin le Lampion qui affecte des allures indépendantes, qui met un faux nez démocratique, et qu on ne reconnaîtrait pas tout de suite s’il ne logeait pas en garni dans la maison commune. Celui-là monte encore d’un ton, et dit parfois son fait au patron, afin d’avoir le droit de le comparer à Aristide le dimanche suivant3.

  1. Voir Robert Fohr, « Ratapoil », Histoire par l’image consulté le 06 Août 2018. []
  2. Voir Lalouette Jacqueline, « Dimensions anticléricales de la culture républicaine (1870-1914) ». Histoire, économie et société, 1991, 10ᵉ année, n°1. Le concept de révolution, sous la direction de François Crouzet. pp. 127-142. []
  3. Léon Millot, « Propagande opportuniste », La Justice, 17 février 1882. []

Une réflexion sur « Les images ont parlé ! « le Pensionnat Bourbon » (1882) »

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.