La Clio de François Boucher du Cabinet des médailles de la BnF

Ce billet vous est proposé par :

  • Frédérique Duyrat, conservateur général, directeur du Département des Monnaies, médailles et antiques (BnF) et membre statutaire de l’équipe de recherche Mondes sémitiques (UMR CNRS 8167)
  • Jérôme Jambu, conservateur, chargé des collections de monnaies étrangères, Département des Monnaies, médailles et antiques (BnF) et Maître de conférences en Histoire moderne (Université de Lille IRHiS UMR CNRS 8529)

Retrouvez le en version anglaise ici / English version here

La restauration en cours du site Richelieu de la BnF a conduit à déposer un certain nombre de décors historiques. L’un d’entre eux orne la pièce aujourd’hui appelée « Salon Louis XV » qui est en fait l’ancien Cabinet des médailles, ou Cabinet du roi, du XVIIIe siècle, aujourd’hui département des Monnaies, médailles et antiques (Figure 1). Ce décor a été déplacé dans les années 1860 : lors des travaux de réaménagement du site de la Bibliothèque nationale rue de Richelieu, l’arcade de l’ancien hôtel de Nevers où se trouvait le Cabinet, au-dessus de la rue Colbert, dut être détruite. Le décor fut conservé démonté jusqu’au début du XXe siècle. Il fit alors l’objet d’un remontage scrupuleux par l’architecte Jean-Louis Pascal dans la nouvelle aile de la Bibliothèque créée pour accueillir le Cabinet des médailles et son musée. Des copies de grand format, datées du début du XIXe siècle, d’après des portraits de Louis XIV par Hyacinthe Rigaud et Louis XV par Louis-Michel Van Loo occupent chaque extrémité du salon en remplacement des tableaux détruits sous la Révolution. Les lambris dans lesquels s’insèrent les tableaux ont aussi été copiés d’après ce qui restait des originaux démontés. Ils ont permis la réinstallation des tableaux et du mobilier datés des années 1740, dans un décor proche de l’original.

Fig. 1. Vue du salon Louis XV avant le démontage du mobilier et des tableaux pour restauration. La couleur originale des boiseries était un blanc rosé. Salon Louis XV, site Richelieu, BnF. Cliché BnF.

L’aile Vivienne où est aujourd’hui situé le salon, ouverte en 1917, a été refermée pour travaux de rénovation exactement un siècle plus tard, en 2017. Une souscription publique a été lancée cette même année pour soutenir le programme de restauration du Cabinet du roi. Son décor est remarquable notamment par l’ensemble de peintures commandées pour former un programme iconographique autour des muses. L’un de ces tableaux, peint par François Boucher, est étroitement lié aux activités du Cabinet des médailles.

Un décor des années 1740

Louis XIV, collectionneur comme ses ancêtres de monnaies et médailles, utilisa l’art monétaire dans la construction du discours de son règne. Sa collection personnelle était conservée à Versailles, où il la consultait fréquemment. À sa mort, la Cour retourna à Paris ; puis  en 1720, il fut décidé de faire revenir le Cabinet du roi à la Bibliothèque royale, rue Vivienne. La réinstallation dut cependant être retardée jusqu’à la libération de l’Hôtel de Nevers, alors occupé par la marquise de Lambert, et la fin des travaux d’aménagement par l’architecte Robert de Cotte et son fils. En 1742 et 1743, les ateliers de menuiserie Verberckt exécutèrent les lambris et le mobilier, à l’exception des fauteuils et des chaises qui sont signés par le menuisier sculpteur Cresson. Les collections de monnaies et médailles revinrent de Versailles en septembre 1741, alors que le décor du salon n’était pas encore terminé. Dans le même temps, les peintures du Cabinet étaient commandées aux artistes les plus célèbres de l’époque : François Boucher, Charles-Joseph Natoire et Carle Van Loo. Ces tableaux traitent d’un même thème : les muses et leurs protecteurs. L’architecte Robert de Cotte a laissé un ensemble de notes manuscrites décrivant la pose de chacune des muses. Ces Papiers relatifs à l’établissement de la Bibliothèque du Roi sont conservés au département des Estampes et de la Photographie de la BnF, qui a récemment acquis un dessin préparatoire de Natoire pour l’un de ces tableaux.

Dans le salon, un tableau central sur l’un des longs côtés représente les protecteurs des muses (Figure 2) : Apollon, Mercure et Hercule musagète. Les neufs autres tableaux, disposés sur les dessus de portes et les espaces entre les fenêtres, représentent les neufs muses. Carle Van Loo, déjà auteur du tableau présentant les protecteurs des muses, a aussi peint Euterpe – la Musique – figurée en compagnie du dieu Pan tenant sa flûte, et Polymnie – la Poésie amoureuse – inspirée par Psyché et Hymen. Sur le mur d’en face, Charles-Joseph Natoire a dédoublé les trois muses qu’il devait représenter. Thalie ou la Comédie, Terpsichore ou la Danse, et Calliope ou la Poésie épique, sont chacune figurées sous les traits de deux muses, l’une blonde et l’autre brune.

Fig. 2. Les protecteurs des muses, peints par Carle Van Loo : Apollon, sous les traits du roi Louis XV, Hermès et Hercule Musagète. Salon Louis XV, Richelieu, BnF. Département Monnaies, médailles et antiques, cote AA.MOB.29. Gallica (BnF).

Un tableau de François Boucher, incarnation du Cabinet des médailles

François Boucher est l’auteur des quatre dessus de porte. Melpomène, ou la Tragédie, Erato, ou l’Eloquence et Uranie, ou l’Astronomie, mériteraient des éloges. Mais le tableau qui fut salué par la critique lors de sa présentation au Salon de 1743 et qui reste aujourd’hui l’emblème du Cabinet des médailles représente Clio (Figure 3). Pour reprendre les mots de Robert de Cotte, « c’est la première des Muses, elle préside à l’Histoire et à l’éloge des grands hommes ». Pour la représenter, l’architecte proposait la composition suivante : « on pourrait la reproduire assise, écrivant sur un grand livre supporté par le Temps, regardant les bustes ou les médaillons des héros placés au temple de Mémoire ». En revanche, François Boucher, au moment de l’exécution, a pris quelques libertés avec le modèle proposé. Il a aussi introduit quelques éléments supplémentaires attachant sa Clio au Cabinet des médailles.

Fig. 3. La muse de l’histoire, Clio, peinte par François Boucher en 1742. Le tableau, légèrement nettoyé à l’occasion du démontage, laisse déjà pressentir les couleurs lumineuses que la restauration permettra de retrouver. Cliché BnF.

Au lieu de tirer son inspiration de portraits de personnages historiques, la muse se voit présenter un portait de Louis XV « en médaille ». Le livre qu’elle écrit s’intitule d’ailleurs Histoire de Louis. Comme le fait remarquer le directeur du Cabinet des médailles de 1937 à 1961, Jean Babelon, dans son étude sur Le Cabinet du roi ou le salon Louis XV de la Bibliothèque nationale, ce schéma général avait déjà été utilisé pour le frontispice d’ouvrages sur les médailles de Louis XIV. L’ Histoire du règne de Louis le Grand par les médailles (1689) et Les médailles du règne de Louis le Grand (édition de 1723, gravure par Coypel) débutent en effet sur des représentations de la muse de l’Histoire écrivant dans un livre appuyé sur les ailes du Temps, inspirée par une médaille au portrait de Louis XIV.

Les amours qui entourent la Clio du Cabinet des médailles ont des fonctions liées aux monnaies. Deux sont occupés à lui présenter le portrait de Louis XV, l’un d’entre eux lui désignant le roi d’un geste directif qui ne laisse pas de doute sur le sens de la scène (Figure 4) : la muse écrit l’histoire de Louis « par les médailles ». Le troisième amour, assis à la droite de Clio, médite sur une monnaie d’or qu’il a extraite d’un tas posé entre ses bras (Figure 5). Ces amours numismates confirment la vocation du lieu pour lequel ils ont été peints : l’écriture de l’histoire fondée sur la connaissance de la monnaie. Jusqu’au XIXe siècle en effet, le nom de médaille était utilisé indifféremment pour les médailles et pour les monnaies de collection. Celles-ci sont une source d’histoire importante qui, aux XVIIe et XVIIIe siècles, étaient particulièrement étudiées, notamment pour comprendre l’histoire des rois et des empereurs de l’Antiquité.

=> Cliquez sur la galerie ci-dessous pour voir les images

Sous Louis XIV, la production de monnaies et médailles se développa pour écrire l’histoire du roi régnant : guerres, paix, épisodes importants furent consignés dans le métal et circulèrent en France et en Europe. L’Académie des inscriptions et Belles-Lettres fut créée pour choisir les scènes et les devises latines des monnaies et médailles. Les meilleurs artistes se virent confier le dessin du portrait du roi. La représentation d’une Clio tirant son inspiration d’une « médaille » est donc une sorte de retournement : le roi n’illustre plus son histoire par une histoire métallique, c’est son histoire métallique qui dicte l’écriture de l’histoire. On pourrait ainsi y voir une allusion à la stabilité monétaire que le souverain offre à ses sujets depuis près de 20 ans, symbolisée par une représentation du louis d’or.

Une muse de l’histoire qui tire son inspiration d’un louis d’or

À propos de l’effigie monétaire du tableau, Jean Babelon écrivait en 1927 :

Ce médaillon, quoique d’un style moins ferme, peut être comparé soit aux médailles que gravait Roëttiers pour l’Histoire métallique, soit aux sanguines de Bouchardon, et aux médailles de Jean Duvivier1.

En cherchant du côté des médailles et du dessin, ce numismate du monde antique n’avait pas vu qu’il s’agissait d’une monnaie contemporaine de la scène. Deux anges portent en effet, et présentent à Clio, un portrait de Louis XV en forme de tondo qui reprend trait pour trait sa représentation sur le droit des louis d’or dits « au bandeau » (Figure 6), créés peu de temps auparavant.

Fig. 6. « Louis d’or » de François Boucher. Cliché BnF.

Au cours de l’année 1740, le roi Louis XV choisit un nouveau portrait pour le représenter sur les pièces de monnaie à son effigie, les louis d’or et les écus d’argent. Âgé de 30 ans, le souverain était un homme séduisant dont la physionomie avait bien changé depuis la gravure du précédent portrait, en 1726, alors qu’il n’avait pas encore 16 ans (Voir figure 7).

Fig. 7. Droit du louis d’or « aux lunettes », gravé en 1725 (portrait du roi à 15 ans). Gallica (BnF).

Pour la première fois de son règne, ce n’est pas pour une raison financière qu’il change la monnaie, mais par pur esthétisme. Louis XV ne lève pas là un nouvel impôt déguisé, comme souvent lors des changements de monnaie : il souhaite que ses monnaies ressemblent à son image. C’est d’ailleurs en ces termes qu’un arrêt de la Cour des monnaies, la cour souveraine dédiée aux affaires monétaires, rapportait cette modification, quelques mois après les premières frappes :

Sa Majesté ayant désiré que son effigie sur les espèces d’or et d’argent fust doresnavant plus ressemblante qu’elle ne l’estoit, elle auroit ordonné qu’il fust fait des poinçons d’une nouvelle empreinte sur lesdites espèces.

Le nouveau portrait du roi, réalisé par le graveur général des monnaies de France depuis 1727, Joseph Charles Roëttiers (1691-1779), est un chef-d’œuvre de l’art classique. Il représente la tête de Louis XV à gauche, de profil, tirant légèrement vers le trois-quarts face ce qui donne à l’ensemble, malgré le peu de relief des monnaies, une sensation de profondeur. Le front du roi est large, l’œil grand et le sourcil fin, le nez bourbonien, les lèvres minces et pincées, avec une longue chevelure naturelle et bouclée, nouée par un simple ruban (Figure 8).

Fig. 8. Droit du louis d’or « au bandeau », gravé en 1740 (portrait du roi à 30 ans). Gallica (BnF).

C’est d’ailleurs de cette particularité de mode dont s’emparèrent les numismates du XIXe siècle pour surnommer ce type « au bandeau ». On ne trouve nulle part ailleurs, dans les représentations du souverain, une telle coiffure, si particulière et repérable. Pour la peinture, ni Carle Van Loo, ni plus tard Maurice Quentin de La Tour, n’ont jamais représenté le roi ainsi. Seul Roëttiers, pour la monnaie, a eu cette audace. Les graveurs François Joseph Marteau et Jean Duvivier détourneront bien cette image pour la médaille, mais avec plus de sévérité pour le premier et beaucoup moins de grâce pour le second. Roëttiers n’a cependant pas inventé ce type de représentation monétaire : il s’inspire clairement de celles de monarques antiques coiffés du diadème originel, c’est-à-dire ceints d’un bandeau de tissu, comme on les trouve représentés sur les monnaies des rois hellénistiques (Figure 9). Dans ce type de pièce typique de la Bactriane, ce sont aussi les yeux et les sourcils qui ont servi d’inspiration au graveur.

Fig. 9. Droit du Statère d’Euthydème. Gallica (BnF).

Pour exécuter son tableau, François Boucher, à n’en pas douter, avait un de ces louis d’or pour modèle, aucun autre support avec cette représentation n’étant alors disponible, comme il est probable que Roëttiers s’inspira de modèles antiques pour la réalisation de cette effigie.

***

Faites un don et devenez mécène du Cabinet du roi !

***

  1. Jean Babelon,Le Cabinet du roi ou le Salon Louis XV de la Bibliothèque nationale.Paris, G. Vanoest, éditeur, 1927. []

2 réflexions sur « La Clio de François Boucher du Cabinet des médailles de la BnF »

    1. Merci de votre enthousiasme. C’est le Temps qui est représenté sous les traits d’un homme âgé et ailé. François Boucher a parfaitement respecté cette recommandation de l’architecte Robert de Cotte pour la composition du tableau.

      Frédérique Duyrat et Jérôme Jambu

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.