Le Club Alpin Français : défense et illustration de la géographie française

« Gardez-la intacte ! ». Affiche du Club Alpin Français publiée dans La Montagne, n°1979/2. BnF, PHS, 4-Lc18-280.
« Gardez-la intacte ! ». Affiche du Club Alpin Français publiée dans La Montagne, n°1979/2. BnF, PHS, 4-Lc18-280.

 

La création du Club Alpin Français le 2 avril 1874 s’inscrit dans un mouvement général : d’autres clubs alpins l’ont précédé à l’étranger, par exemple le Club alpin anglais (1857), les clubs alpins suisse, italien et allemand-autrichien (1863). On peut ajouter à cette liste le club vosgien, même si son nom ne fait pas référence aux Alpes (mais le C.A.F. s’intéresse à toutes les montagnes), fondé à Saverne en 1872, ce qui lui valut l’appellation de « Club (Allemand) des Vosges1 ».

En cette seconde moitié du XIXe siècle la création des clubs alpins accompagne le développement des pratiques sportives et touristiques, ainsi qu’une relative démocratisation des voyages. Le C.A.F., comme les autres clubs alpins, répond ainsi aux attentes de « fractions cultivées de la bourgeoise en plein essor2 » : « À l’origine, la conception de l’alpinisme retenue par les fondateurs exprime d’abord leurs préoccupations culturelles : un intérêt pour la connaissance scientifique de l’univers alpin mais également un goût affirmé pour l’évocation littéraire des péripéties de l’ascension et une certaine sensibilité esthétique aux paysages3 ». Certes l’article premier des statuts précise que « le Club Alpin Français sert de lien entre toutes les personnes que leurs goûts ou leurs études attirent vers les montagnes4 ».

Article premier — Le Club Alpin Français sert de lien entre toutes les personnes que leurs goûts ou leurs études attirent vers les montagnes.

Il a pour but de faciliter et de propager la connaissance exacte des montagnes de la France et des pays limitrophes :

  • Par des excursions soit isolées, soit faites en commun ;
  • Par la publication de travaux scientifiques, littéraires et artistiques, et de renseignements propres à diriger les touristes ;
  • Par la construction ou l’amélioration de refuges et de sentiers ;
  • Par des réunions ou conférences périodiques ;
  • Par la création de bibliothèques et de collections spécialisées5.

Mais la liste des membres des différentes sections du C.A.F. publiée dans le premier numéro de l’Annuaire du Club Alpin Français nous renseigne, quand les professions sont précisées, sur la composition sociologique des groupes : médecins, négociants, ingénieurs, avocats, rentiers… L’entre soi est d’autant plus de mise que « Pour être admis dans la Société, il faut être présenté, par deux membres ordinaires ou donateurs, au président de la section à laquelle on désire appartenir ».

Art. 3 — Le Club se compose de sections qui peuvent se constituer en tout endroit, avec un nombre de 10 membres au moins, et après avoir obtenu l’autorisation de la Direction centrale.

Elles nomment leur bureau, fixent la cotisation spéciale que leurs membres auront à payer à la caisse de leur section, et s’organisent comme elles l’entendent, en se conformant au but général du Club.

Art. 4 — Pour être admis dans la Société, il faut être présenté par deux membres, ordinaires ou donateurs, au président de la section à laquelle on désire appartenir. L’admission est prononcée suivant le règlement de la section.

Les étrangers sont admis aux mêmes titres que les Français, sauf ratification de leur nomination par la Direction centrale.

Art. 5 — Tout membre ordinaire ou donateur peut faire partie de plusieurs sections, ou passer d’une section dans une autre, pourvu qu’il soit accepté par celle dans laquelle il désire entrer6.

Un club sportif et patriotique

La création du C.A.F. fut aussi l’occasion de promouvoir et mettre en pratique l’exercice physique et l’hygiène, avec en filigrane le projet d’élargir la base sociale qui le compose. C’est ce que rappelait en 1893 Franz Schrader dans son éloge funèbre d’Albert Lemercier, le premier secrétaire général du club :

Ce n’était pas seulement des montagnes qu’il voyait dans les Alpes : c’était une école de virilité, de pureté morale, de hauteur intellectuelle7.

Son but était de « refaire la France, prendre cette jeunesse inconsciente qui battait le pavé des villes, l’enlever jusqu’au plus haut des Alpes, pour qu’elle y trouvât la force physique et morale8 ». C’est un point de vue que partage Adolphe Joanne qui fut président du C.A.F. et dont Schrader fit aussi l’éloge funèbre en rappelant qu’avec lui

le club alpin se lança à l’assaut des cimes vierges, pour grimper d’abord, puis pour endurcir les muscles et les volontés, pour donner à la patrie en chaque alpiniste un citoyen plus fier, plus libre, plus calme, plus propre aux fatigues et plus apte à toutes les choses fortes9.

Il n’est pas anodin que pour Schrader « Joanne considérait le Club Alpin comme le couronnement de sa carrière d’initiateur et d’apôtre10 », ni qu’il parle « d’apostolat11 » à propos de Lemercier : les créateurs et dirigeants du C.A.F. se sentent en effet investis d’une mission dont ils se veulent les propagandistes. C’est une idée qui perdure encore en 1924, pour le cinquantenaire du C.A.F. : Francisque Régaud parle alors, à propos du noyau de ses fondateurs, « des douze apôtres, ou plutôt des douze prêtres de cette religion nouvelle12  ». Ce prosélytisme est à tendance nettement patriotique puisque « leur but est d’aménager la Montagne, pour la rendre plus facile et accessible au plus grand nombre, d’y entraîner la jeunesse vers les saines émotions, pour l’éduquer ou l’initier au culte du Beau et de la Liberté, à l’amour sacré du sol natal et de ses merveilles13 ».

Cette mission pose la question des rapports entre les clubs alpins et le patriotisme, notamment concernant le cas particulier du C.A.F. En effet « la constitution du Club Alpin Français […] était pratiquement réalisée en 1870 à l’initiative de ses deux futurs premiers présidents, Adolphe Joanne, écrivain-géographe, auteur de nombreux guides touristiques, et Ernest de Billy, ingénieur en chef des mines14 ». Toutefois le projet de création fut abandonné après les désastres de la guerre ; puis « créé avec une infatigable persévérance en 1874 », il dut son succès « surtout au programme utile et patriotique placé en tête de ses statuts15 » . En 1880 Franz Schrader rappelle de son côté la « préoccupation patriotique » du C.A.F16.

Cinquante ans plus tard Francisque Régaud, qui précise qu’il fut fondé par « 138 bons Français17 », revient sur la situation :

La France sortait à peine des événements de 1870-1871 ; elle avait subi l’agression et l’invasion ; elle avait souffert douloureusement ; ses enfants injustement humiliés étaient résolus à se relever fièrement.

Dans cette renaissance, l’amour de la montagne fut un créateur incomparable d’énergies morales et physiques : “Excelsior, Haut les cœurs. – Pour la Patrie, par la Montagne”. Chacun, au Club, allait se mettre à la grande œuvre, selon les deux devises de la situation18,

devise dont Schrader avait écrit qu’elle résumait « l’idée patriotique et généreuse à laquelle avaient obéi les fondateurs du Club, en vue du relèvement moral et du développement physique de la jeunesse française19 ».

Logo du Club Alpin Français en tête de l'Annuaire de 1903. Gallica, AD Hautes-Alpes.
Emblème du Club Alpin Français, en tête de l’Annuaire de 1903. Gallica, AD Hautes-Alpes.

Pour le CAF, défendre la patrie, c’est avant tout mieux la connaître et la faire connaître, notamment dans les zones de montagne, moins facilement accessibles et souvent proches des frontières. Il faut pour cela arpenter le territoire, c’est-à-dire le parcourir sous forme de sorties scolaires « pour développer chez la jeunesse française le goût des voyages à pied20 » et « arracher les jeunes gens à l’énervante oisiveté des villes ; organiser pendant les vacances ces caravanes scolaires dès longtemps pratiquées en Suisse et en Allemagne, dont Töffer a si spirituellement illustré les joyeuses péripéties21 ». Certaines de ces excursions, qui sont au cœur du projet du C.A.F., donneront lieu à des comptes rendus dans l’Annuaire22.

Prospectus du Club Alpin Français. Club alpin français — Documents administratifs. Programmes [Recueil]. BnF, PHS, 4-WZ-2785.

Arpenter le territoire c’est aussi le mesurer, comme on le fait avec les nombreuses cartes ou esquisses que propose le C.A.F., en s’appuyant souvent sur les itinéraires suivis par les membres du club. Le marquer aussi, par les sentiers et les refuges, ce qui est autant une façon de se l’approprier que d’en permettre la découverte.

La promotion de la géographie

Dans ces activités-là, le rôle des géographes et de la géographie est essentiel et correspond à un moment important de la diffusion de la discipline en France. En effet à la suite de la défaite de 1870, l’encadrement militaire et la formation des élites françaises sont pointés du doigt : on « met en cause deux enseignements, celui des langues et celui de la géographie23 ». De fait, « la guerre a servi de détonateur à un courant beaucoup plus important24 » et « la géographie n’a encore jamais tenu autant de place dans la société française qu’aux alentours de 1870. Le public demande des savoirs géographiques25 ». Dès l’après-guerre, on assiste à une nouvelle demande sociale et la discipline part à la conquête du grand public : « dans les décennies qui suivent la défaite de 1870, la société française attend beaucoup de la géographie : une base plus ferme pour le sentiment national […] une connaissance plus profonde des racines rurales du pays26 ». L’époque, comme le note Franz Schrader dans sa notice sur Joanne, est au « relèvement de la patrie27 » et il faut « joindre la géographie, la topographie, la recherche des lois naturelles, aux joies de l’ascension et à la préoccupation patriotique28 » ; dans ce contexte le C.A.F. devient, notamment grâce à ses publications, le pendant non universitaire de l’École de géographie française qui se met en place à la même époque.

Car « les liens qui unissent le Club alpin aux milieux scientifiques apparaissent particulièrement étroits. Ils sont révélateurs de la place de choix qu’occupent les sciences dans l’ordre des priorités des fondateurs. Ces relations sont évidentes avec la Société de géographie qui durant de nombreuses années va accueillir dans ses propres locaux les conférences publiques et les assemblées générales du C.A.F.29 ». Le C.A.F. veut ainsi « encourager les recherches scientifiques sur la physique du globe, la géographie, la botanique30 ».

L’ouvrage de Maury, L’Œuvre scientifique du Club alpin français (1874-1922), nous renseigne sur la variété et l’importance de la production scientifique de ses membres comme le rappelle un prospectus d’adhésion à l’association.

Prospectus du Club Alpin Français. Club alpin français — Documents administratifs. Programmes [Recueil]. BnF, PHS, 4-WZ-2785.

Cette production scientifique, le C.A.F. veut la diffuser à un public le plus large possible : il s’appuie pour cela, outre sur les caravanes scolaires réservées à un public jeune, sur des conférences et surtout sur ses publications (comme le prévoit l’article 1 des statuts) au premier rang desquelles l’Annuaire du Club Alpin Français qui, après une fusion avec le Bulletin, deviendra en 1904 La Montagne.

Le sommaire des revues est éloquent. Ainsi le premier numéro de l’Annuaire propose, outre des comptes rendus de courses et d’ascensions, des articles classés dans une rubrique « Sciences, industrie, beaux-arts » ou sous l’appellation « Miscellanées ». On y retrouve une grande variété de sujets : l’orographie des Alpes, les glaciers et les causes de leurs mouvements, une ville industrielle dans les montagnes du Jura…

Table du premier volume de l'Annuaire du Club Alpin Français, année 1874 (1875), p. xiij-ix. BnF, PHS, 4-Lc37-12 (1874).
Extrait de la table du premier volume de l’Annuaire du Club Alpin Français, année 1874 (1875), p. xiij-ix. BnF, PHS, 4-Lc37-12 (1874).

On peut lire aussi dans les numéros suivants des articles sur l’hypsométrie dans la chaîne des Vosges, le déboisement et le reboisement dans les Alpes, les recherches botaniques dans le massif du Mont-Blanc ou la géologie du Vignemale, l’herborisation lors d’une ascension du Pic du Midi ou la musique primitive conservée par les montagnes, articles qui témoignent d’une curiosité sans faille et d’un intérêt encyclopédique pour les zones de montagne : toutes les thématiques de la géographie sont représentées, même s’il faut bien remarquer que la géographie physique domine, ce que confirme la table analytique de L’Œuvre scientifique du Club alpin français.

Table analytique de l'ouvrage de Léon Maury, L’Œuvre scientifique du Club alpin français, Paris, 1936.
Table analytique de l’ouvrage de Léon Maury, L’Œuvre scientifique du Club alpin français, Paris, 1936. BnF, PHS, 4-G-2021.

Les illustrations occupent une place importante dans ces volumes, et peuvent avoir une visée esthétique, avec le sentier de la Magnane, ou sportive, que ce soit avec ce même Pic du Midi en haut duquel posent des alpinistes ou avec cette image des frères Zsigmondy entourés d’alpinistes. Mais il s’agit surtout de montrer et d’expliquer la montagne, et l’objectif pédagogique est omniprésent que ce soit avec la fontaine de l’Escala où une vue bucolique sert de prétexte à une précision géologique ou avec la présentation des cristaux à la base du Pic du Midi.

Petit sentier de la Magnane, Morgon (dessin de E. Guigues d'après nature). E. Gouguet, « Note sur l'arrondissement d'Embrun », Annuaire du Club Alpin Français, année 1883 (1884), p. 100. Gallica, AD. Hautes-Alpes.
Petit sentier de la Magnane, Morgon (dessin de E. Guigues d’après nature). E. Gouguet, « Note sur l’arrondissement d’Embrun », Annuaire du Club Alpin Français, année 1883 (1884), p. 100. Gallica, AD. Hautes-Alpes.
Fontaine de L'Escala de Bious ; roche d'eurite porphyroïde. R. de Bouillé, « Le Pic du Midi de Pau ou d'Ossau (2,885 mèt.), sa faune, sa flore, quelle action orogénique a présidé à sa formation », Annuaire du Club Alpin Français, année 1885 (1886), p. 156. Gallica, AD. Hautes-Alpes.
Fontaine de L’Escala de Bious ; roche d’eurite porphyroïde. R. de Bouillé, « Le Pic du Midi de Pau ou d’Ossau (2,885 mèt.), sa faune, sa flore, quelle action orogénique a présidé à sa formation », Annuaire du Club Alpin Français, année 1885 (1886), p. 156. Gallica, AD. Hautes-Alpes.

Les cartes sont elles aussi d’une grande variété et témoignent de l’important travail cartographique qui se met en place autour du C.A.F., notamment au sein de sa Commission de Topographie : ainsi cette esquisse topographique du massif de Séguret ou celle du contrefort méridional de la chaîne des Écrins qu’accompagne le tableau pour l’étude du panorama autour de la barre des Écrins ; la carte géologique et les coupes géologiques du mont Poupet.

H. Duhamel, Contrefort méridional de la chaîne des Écrins, 1882. Félix Perrin, « La Barre des Écrins en 1882 », Annuaire du Club Alpin Français, année 1882 (1883). Gallica, AD. Hautes-Alpes.
H. Duhamel, Contrefort méridional de la chaîne des Écrins, 1882. Félix Perrin, « La Barre des Écrins en 1882 », Annuaire du Club Alpin Français, année 1882 (1883). Gallica, AD. Hautes-Alpes.

Les illustrations et les cartes qui complètent des articles scientifiques parfois assez pointus, relèvent d’un double objectif. Celui lié à la géographie elle-même, qui vise à une meilleure connaissance du territoire français, notamment concernant des régions qui ont longtemps été moins accessibles. Mais également celui lié à la promotion de ces territoires d’un point de vue touristique, reprenant en cela les ambitions du C.A.F. telles que les rappelait son président en 1899 : « faire connaître comme elles le méritent nos montagnes françaises : les Alpes, les Pyrénées, les Vosges, les Cévennes, l’Auvergne, le Jura, le Morvan et y attirer les touristes de tous les pays31 ».

Le Mont Poupet: carte et coupe géologiques. Georges Boyer, « Le Mont Poupet, étude orographique », Annuaire du Club Alpin Français, année 1877 (1878), p. 408-409. Gallica, AD. Hautes-Alpes.

De la géographie au tourisme

Attirer les touristes, le C.A.F. s’efforce de le faire par les nombreux comptes rendus d’excursions et d’ascensions qu’il publie au début de ses Annuaires ou en signalant un nouveau chemin découvert par un de ses membres. Il facilite aussi le confort des touristes en les conseillant pour le choix des instruments météorologiques ou des appareils photographiques.

Le C.A.F. qui propose « tous les services auxiliaires du tourisme de montagne », comme le précise l’article 1 de ses statuts revus en 1912 revient aussi sur ses principales réalisations : les sentiers qu’il a tracés et balisés et surtout les nombreux refuges qu’il a construits, par exemple le refuge des Lyonnais ou le refuge Cézanne qu’il présente dans le numéro de 1899 commémorant les vingt-cinq ans de sa création. Il édite des brochures présentant les tarifs de ses propres guides et porteurs ou des programmes d’excursions.

Article premier — L’association dite Club Alpin Français a pour but de faciliter et de propager la connaissance et l’étude exactes des montagnes et, en particulier, des montagnes de la France et des pays limitrophes, par tous les moyens qu’elle jugera utiles, tels que: excursions individuelles ou collectives , caravanes scolaires ; sports alpins ; organisation de compagnies de guides, porteurs et muletiers et de tous services auxiliaires de tourisme en montagne ; réunions, conférences, congrès, concours ; édition d’organes périodiques et autres relatifs à la montagne, création de bibliothèques et de collections spéciales à son étude ; publication de tous travaux scientifiques, littéraires ou artistiques s’y rapportant32.

Ce que le C.A.F. a en effet bien compris, c’est que la promotion de la géographie se fait autant par des articles scientifiques que par le tourisme, qu’il voit comme une sorte de géographie appliquée, une géographie de terrain. Pour le C.A.F., le tourisme serait comme une caravane scolaire adaptée à un public adulte. Le touriste ne doit pas être un simple promeneur qui prendrait de l’exercice : les excursions ont aussi un but pédagogique et doivent renforcer l’intérêt des Français pour leur pays, elles relèvent d’ « une pratique cultivée, très proche des activités des sociétés savantes33 ».

Tarifs des guides 1927. Club alpin français — Documents administratifs. Programmes [Recueil]. BnF, PHS, 4-WZ-2785.
Tarifs des guides 1927. Club alpin français — Documents administratifs. Programmes [Recueil]. BnF, PHS, 4-WZ-2785.

Le tourisme est aussi un moyen d’aménager le territoire, de l’occuper, de le mettre en valeur tout en essayant de le protéger. Si le C.A.F. trace des sentiers et construit des refuges, il veille au reboisement pour lutter contre l’érosion et les inondations, reprenant en cela une idée que l’on retrouve dans d’autres pays : « L’idée d’aménager la montagne pour limiter les effets d’une déforestation menée sans discernement par les populations montagnardes constitue une préoccupation qui déborde largement les frontières de l’Hexagone34 ».

Pourtant, plus que les dégradations provoquées par les populations locales c’est celles dues au tourisme qui inquiètent le C.A.F. qui est « conscient des nuisances provoquées par l’afflux de touristes dans certaines vallées des Alpes, du point de vue de la conservation des espèces végétales les plus rares35 ». C’est ainsi que les membres du C.A.F. « expriment leur hostilité aux aménagements susceptibles de nuire au caractère exceptionnel des sites les plus remarquables et de menacer l’harmonie des paysages36 » et sont contre « les funiculaires ou les téléphériques qui ruinent, à leurs yeux, la valeur morale de l’alpinisme et les vertus éducatives de l’effort37 ».

Car tout en faisant la promotion du tourisme le C.A.F. s’inquiète d’une part de la surfréquentation, rançon de son succès, d’autre part du dévoiement de l’idée qu’il se fait du tourisme : il ne cautionne pas un tourisme qui serait trop éloigné de la pratique sportive, qui dénature le paysage et fausse les rapports avec les populations locales. C’est ce qu’Alphonse Daudet caricaturait de son côté dans Tartarin sur les Alpes en 1885 et ce que craignait déjà Élisée Reclus quelques années auparavant dans Histoire d’une montagne (1880).

Le C.A.F. a été le grand promoteur du tourisme qu’il aura voulu conforme à une certaine idée qu’il se faisait de l’alpinisme et de la découverte des montagnes. Mais il a été débordé par son succès et a vu la démocratisation du tourisme céder la place à la massification et à ses excès difficilement canalisables.

Pour aller plus loin :

D’autre part le Recueil : Club Alpin Français contient de nombreuses brochures publicitaires sur les activités  C.A.F. et des documents sur la vie interne de l’association.



Citer ce billet
Bertrand Tassou (2024, 2 avril). Le Club Alpin Français : défense et illustration de la géographie française. L'Histoire à la BnF. Consulté le 22 avril 2024, à l’adresse https://doi.org/10.58079/w54i

  1. « Clubs alpins étrangers », Annuaire du Club Alpin Français, année 1875 (1876), p. 828. []
  2. Olivier Hoibian, Les Alpinistes en France : une histoire culturelle, Paris, L’Harmattan, 2000, p. 30. []
  3. Olivier Hoibian (dir.), L’Invention de l’alpinisme : la montagne et l’affirmation de la bourgeoisie cultivée, 1786-1914, Paris, Belin, 2008, p. 251. []
  4. voir Club alpin français — Documents administratifs. Programmes [Recueil]. BnF, PHS, 4-WZ-2785. []
  5. Titre premier, « But et siège du club », des statuts du Club Alpin Français. Annuaire du Club Alpin Français. []
  6. Ibid., titre deux, « Sections et membres ». []
  7. Franz Schrader, « Abel Lemercier », Annuaire du Club Alpin Français, année 1893 (1894), p. XV. []
  8. Ibid., p. XVII. []
  9. Franz Schrader, « Adolphe Joanne », Annuaire du Club Alpin Français, année 1880 (1881), p. XIV. []
  10. Ibid. []
  11. Schrader, « Abel Lemercier », art. cit., p. XVII. []
  12. « Cinquantenaire du Club Alpin Français », La Montagne, revue mensuelle du Club alpin français, n° 174 (juillet-septembre 1924), p. 243. []
  13. Ibid. []
  14. Olivier Hoibian, Les Alpinistes en France : une histoire culturelle, op. cit., p. 9. []
  15. Annuaire du Club Alpin Français, 1874 p. XII – XII. []
  16. Schrader, « Adolphe Joanne », art. cit., p. XIV. []
  17. « Cinquantenaire du Club Alpin Français », art. cit., p. 242. []
  18. Ibid., p. 243. []
  19. « Chronique du Club Alpin Français – Rapport annuel », Annuaire du Club Alpin Français, année 1903 (1904), p. 574. []
  20. « Caravanes scolaires », Annuaire du Club Alpin Français, année 1876 (1877), p. 609. []
  21. Ernest Cézanne, « Club Alpin Français », Annuaire du Club Alpin Français, année 1899 (1900), p. 517-518. []
  22. M. L. Richard, « Excursion scolaire dans le Briançonnais: la vallée du Queyras et le massif du Pelvoux », Annuaire du Club Alpin Français, année 1893 (1894), p. 59. []
  23. Paul Claval, Histoire de la géographie française, de 1870 à nos jours, Paris, Nathan, 1998, p. 27. []
  24. Ibid. p.27. []
  25. Ibid. p. 34. []
  26. Ibid., p. 61. []
  27. Schrader, « Adolphe Joanne », art. cit., p. XIV. []
  28. Ibid. []
  29. Olivier Hoibian (dir.), L’Invention de l’alpinisme…, op. cit., p. 256. []
  30. Cézanne, « Club Alpin Français », art. cit., p. 517. []
  31. Ibid., p. 518. []
  32. Titre Ier — « définition et objet de l’association » des Statuts du Club Alpin Français. Club alpin français — Documents administratifs. Programmes [Recueil]. BnF, PHS, 4-WZ-2785. []
  33. Olivier Hoibian (s.d.), L’Invention de l’alpinisme…, op. cit., p. 267. []
  34. Ibid., p. 260. []
  35. Ibid. p . 261. []
  36. Ibid. []
  37. Ibid. p. 261-262. []

Bertrand Tassou

Bertrand Tassou est conservateur au département Philosophie, histoire sciences de l'homme à la BnF, chargé de collections en géographie.

More Posts

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search