Portugal, 25 avril 1974 : la Révolution des Œillets

[La Révolution des œillets au Portugal] / Henri Bureau, Alain Mendoza, Alain Dejean et al., Agence Sygma, 1974-1976. BnF, SVM, IFN-3000029.
[La Révolution des œillets au Portugal] / Henri Bureau, Alain Mendoza, Alain Dejean et al., Agence Sygma, 1974-1976. BnF, SVM, IFN-3000029.

Au printemps 1974 l’histoire du Portugal s’accélère brusquement. Le régime du vieux dictateur António de Oliveira Salazar est renversé par un mouvement de jeunes officiers porteur d’idéaux démocratiques. La Révolution des Œillets marque la fin de l’empire colonial portugais et ancre définitivement le pays dans l’espace communautaire européen.

Il n’a fallu que 62 jours1 à une centaine de jeunes capitaines de l’Armée portugaise pour renverser l’Estado Novo, régime dictatorial mis en place par António de Oliveira Salazar en 1933 et perpétué par son successeur, le professeur de droit, Marcelo Caetano. Le mouvement des jeunes militaires n’avait pas, au tout début, de revendications d’ordre proprement idéologique. Il était, dans son essence, un mouvement anti-gouvernemental, de révolte contre les guerres coloniales en Afrique qui s’éternisaient et dans lesquelles les militaires étaient les premiers à supporter le poids de la lutte antiguérilla2. Cependant, très vite, l’exercice du pouvoir amène le mouvement à se politiser. L’interaction entre partis politiques et militaires enclenche un bouleversement social et économique profond qui aboutit à l’entrée du Portugal dans le concert des nations démocratiques et, à moyen terme, à son intégration dans la CEE (ratification en janvier 1986).

Nous en retraçons ici les principales étapes.

Lisboa vuelve a ser Lisboa (Arriba, 27/04/1974. BnF, DEP, FOL-JO-10621)
« Lisboa vuelve a ser Lisboa », Arriba, 27 avril 1974. BnF, DEP, FOL-JO-10621.

Le 23 février 1974 est publié le livre du général António de Spínola, Portugal e o futuro3 qui a, d’emblée, un franc succès car il se vend à plus de 50 000 exemplaires. Poursuivant une réflexion politique et militaire déjà présente dans son livre Por uma Guiné melhor, il y déclare ouvertement l’impossibilité de gagner les guerres coloniales en cours depuis 1961 et prône l’instauration d’une vaste communauté luso-afro-brésilienne sans jamais envisager que les « provinces d’outre-mer » puissent rompre avec le Portugal4.

Le coup d’État du 25 avril

Or, de Spínola, en poste en Guinée-Bissau, était un des généraux les plus écoutés et proche du chef de l’état-major, le général Costa Gomes, qui avait été aussi le commandant en chef en Angola.

Celui-ci partageait l’analyse de Spínola et l’avait couvert dans les pourparlers avec les rebelles en vue d’une solution négociée. Encouragés par cette publication et par le comportement hésitant de Marcelo Caetano vis-à-vis des deux généraux5, les jeunes officiers décident, à la fin février 1974, à Evora, de donner à leur mouvement une forme permanente. Au mois de mars, lors d’une réunion plénière tenue à Cascais, les généraux Spínola et Costa Gomes sont choisis comme chefs du mouvement. Le 14 mars, leur destitution provoque la rupture définitive avec le régime. Deux jours plus tard, le Ve régiment d’infanterie de Caldas da Rainha décide de marcher sur Lisbonne. Cependant, n’étant pas suivi par d’autres unités de l’armée, il est aisément mis en déroute. Mais, dans l’ombre, un jeune major, Otelo Saraiva de Carvalho, coordonne le plan d’opération d’une autre insurrection. Le signal est donné dans la nuit du 24 avril, par la diffusion radiophonique de la chanson très populaire E depois do Adeus6. Aux premières heures du 25, c’est la chanson très militante du chanteur José Zeca Afonso, Grândola, Vila Morena7, qui est transmise par la radio catholique Renascença et confirme le mot d’ordre8.

Le Mouvement des forces armées (MFA) fait sortir les militaires de leurs casernes. Ils se répandent dans la capitale et s’emparent des secteurs stratégiques : télévision, radio, aéroport, gare, quartier général de la région militaire. Rares sont ceux qui refusent (y compris la police) car le corps des officiers intermédiaires (majors, capitaines, brigadiers) est désormais acquis à la cause. En même temps, des batteries d’artillerie sont installées au monument du Christ-Roi qui domine Lisbonne tandis que des forces aériennes survolent la capitale. Parallèlement, les forces armées déclenchent des opérations dans plusieurs villes du pays : Tomar, Santarém, Mafra, Viseu… rencontrant l’enthousiasme de la population. Alors que tous les ministres et officiers supérieurs, restés fidèles au régime, s’enfuient9.

Marcelo Caetano se réfugie dans la caserne de la Garde nationale républicaine, vite encerclée par les hommes du capitaine Fernando Salgueiro Maia et la population lisboète qui commence à rejoindre les troupes de jeunes capitaines10.

Photo de Salqueiro Maia. Lisboa 25 de Abril de 1974. Breve roteiro fotográfico, Contexto, 1994. BnF, PHS, 2000-379329.

Comprenant que le rapport des forces s’était définitivement inversé en faveur du MFA, M. Caetano remet alors le pouvoir au général de Spínola et négocie son départ, ainsi que celui du vieux Président, l’amiral Américo Tomàs, vers l’exil, à Madère d’abord, puis au Brésil, alors gouverné par une junte militaire.

L’Estado Novo s’effondrait après des décennies de dictature et sans effusion de sang11. Les œillets rouges qu’une ouvrière de restaurant, Céleste Martins Caeiro, offre aux capitaines patrouillant la rue Braancamp, à Lisbonne, deviennent immédiatement le symbole du ralliement à la révolution.

Celeste Martins Caeiro mettant un œillet dans le canon de fusil (Reproduction. Centro de Documentação 25 de Abril, Coïmbra)
Celeste Martins Caeiro mettant un œillet dans le canon de fusil. Reproduction, Centro de Documentação 25 de Abril, Coïmbra.

Le MFA instaure aussitôt une Junta de Salvaçao nacional (Junte de Salut national), qui décrète la dissolution de la PIDE,12 ainsi que toutes les institutions du régime salazariste : la Légion portugaise, la Mocidade Portuguesa l’organisation de la jeunesse créée en 1936, et l’Action nationale populaire, successeur de l’Union nationale, parti unique depuis le début des années trente. Les gouverneurs d’outre-mer sont démis de leurs fonctions et la censure est abolie. Les prisonniers politiques sont libérés et les chefs des partis politiques en exil sont accueillis triomphalement à Lisbonne. Le 1er Mai est déclaré Festa do Trabalhador.

Portugal : retour de Mário Soares et Àlvaro Cunhal à Lisbonne. INA, 1974.
Portugal : retour de Mário Soares et Àlvaro Cunhal à Lisbonne. INA, 1974.

À peine quelques jours plus tard, de nouveaux partis se constituent à côté des deux principaux, le Parti socialiste (PSP) dirigé par Mário Soares et le Parti communiste (PCP) dirigé par Àlvaro Cunhal : le Mouvement démocratique portugais (MDP) proche du PC, le Mouvement de la gauche-socialiste (MES), l’Union démocratique populaire (UDP), marxiste-leniniste, le Parti travailliste démocratique portugais, le Parti chrétien social-démocrate (PDC), et enfin le plus à droite, issu de l’ancienne aile libérale de l’Assemblée du régime renversé, le Parti populaire démocrate (PPD). La Junta annonce l’élection dans un délai d’un an d’une Assemblée constituante au suffrage universel direct. Entre-temps, si le coup d’État qui avait renversé « le pouvoir tranquille » de Salazar avait suscité, à l’étranger, beaucoup de craintes, l’instauration de la jeune république, présidée dès le 15 mai 1974, par un homme de droite13, très expérimenté, le « général au monocle », reçoit un premier accueil favorable de la part des démocraties occidentales et fait la une de Newsweek.

Coup d’État au Portugal. Newsweek, 6 mai 1974. BnF, DEP, 4-Z-3550.
Coup d’État au Portugal. Newsweek, 6 mai 1974. BnF, DEP, 4-Z-3550.

Vers la troisième République

Après l’effervescence et l’allégresse des premières semaines, la métropole connaît une intense agitation sociale et politique. La réalité du pouvoir était détenue par les capitaines du MFA, dirigés par le major Otelo Saraiva de Carvalho. Ils imposent à de Spínola, comme Premier ministre, le colonel Vasco Gonçalves dont les idées étaient proches de celles du PCP. En outre, le COPCON (Commandement opérationnel du continent), bras armé du MFA, chargé de coordonner les opérations de sécurité, du maintien de l’ordre et de veiller à l’exécution du programme du mouvement, est créé.

Movimento das Forças Armadas : programa. - [Lisboa] : MFA, imp. 1974. Biblioteca Nacional de Portugal.
Movimento das Forças Armadas : programa. – [Lisboa] : MFA, imp. 1974. Biblioteca Nacional de Portugal, ct-84-g-pl.

Les nécessités de la guerre coloniale avaient engendré un changement notable dans le recrutement des officiers intermédiaires et, par conséquent, la composition sociale du corps. L’historien M. Méndez Fonseca, dans son ouvrage El fracaso del salazarismo, souligne à plusieurs reprises l’importance décisive de l’ouverture vers des couches plus populaires pour expliquer, d’une part, le processus de remise en question des rapports hiérarchiques ; d’autre part, la continuité historique d’avec une certaine tradition antifasciste de l’Armée portugaise.

Mario Mendez Fonseca, El fracaso del salazarismo, Caracas : Movimento Democràtico de Liberación de Portugal y Sus Colonias, 1963. BnF, PHS, 2024-45499.
Mario Mendez Fonseca, El fracaso del salazarismo, Caracas : Movimento Democràtico de Liberación de Portugal y Sus Colonias, 1963. BnF, PHS, 2024-45499.

L’âme républicaine de celle-ci, inspirée par le socialisme utopiste de Joseph Fourier, se serait manifestée largement lors du soutien accordé à la Ire République, en 1910, puis à l’occasion de l’affaire Humberto Delgado, militaire et homme politique portugais qui en 1958 avait incarné l’opposition à Salazar et assassiné, en Espagne, en 1965, par la PIDE14.

La révolution entre alors dans une deuxième phase où s’affrontent, au sein du MFA comme dans la société civile, les partisans d’une politique économique et sociale ouvertement marxiste-léniniste et les partis modérés, notamment le PS le PPD et le CDS, qui militaient pour l’instauration d’une démocratie représentative et la planification d’une économie de réforme. En désaccord avec la politique du gouvernement, de Spínola démissionne le 30 septembre 1974. Il est remplacé, comme Président de la République, par le général Costa Gomes, très apprécié par les jeunes capitaines pour sa sensibilité aux problèmes sociaux. À la même époque, la publication d’un bulletin d’information bimensuel confirme la rapide transformation du MFA en mouvement politique :

Movimento. Boletim informativo das forças armadas, n° 19 (19-30 mai 1975). Associação 25 abril.
Movimento. Boletim informativo das forças armadas, n° 19 (19-30 mai 1975)15. Associação 25 abril.

Dans les campagnes, les grands domaines de l’Alentejo sont occupés en réaction à la politique de sabotage (abandon des terres), adoptée par les grands propriétaires, inquiets de la tournure des événements. Parmi les réformes, la plus attendue est la réforme agraire, réclamée en vain depuis le XIXe siècle. Elle va susciter les plus âpres controverses, les partis d’obédience communiste défendant une solution de collectivisme radical tandis que les groupes socialistes militent pour la coexistence de coopératives avec des entreprises familiales et d’autres de nature proprement capitaliste16. Dans les villes, les premiers mois de 1975 voient la naissance de comités de quartier et d’assemblées de travailleurs. Deux cent vingt-deux entreprises se mettent en autogestion. Les maisons inhabitées sont occupées ainsi que les usines abandonnées par leurs dirigeants17. C’est alors que le matin du 11 mars 1975 éclate à la base militaire de Tancos, près de Lisbonne, « un drôle de drame » qui aura par la suite d’importantes répercussions sur la radicalisation de certains membres du MFA18.

Deux avions bombardent la caserne d’un régiment d’artillerie légère étiqueté comme « gauchiste ». Cependant, le chef de la caserne, le capitaine Dinis de Almeida qui se refuse à quitter les lieux, reçoit très rapidement le soutien des putschistes qui croient avoir été manipulés. De Spínola qui, avec le soutien du général Franco, avait monté cette tentative de contre-coup d’État pour écarter toute menace « bolchevique » et empêcher les négociations pour l’indépendance de l’Angola, se voit obligé de quitter Tancos avec ses fidèles pour le chemin de l’exil, d’abord vers l’Espagne, puis au Brésil. En réaction à ce coup d’État, le MFA renforce son action par la création d’un Conseil de la Révolution (CR). Celui-ci regroupe les attributions de la Junte de salut national, du Conseil d’État et du Conseil des chefs des états-majors des Forces armées ; responsable devant une assemblée générale du MFA composée de 240 militaires. Disposant de pouvoirs importants qu’à l’époque aucun parti ne pouvait lui disputer, le CR prend des mesures économiques radicales, dont la droite s’accommode tant bien que mal, en multipliant les nationalisations : banques, assurances, transports, énergie, navigation, services portuaires et construction navale, radio et télévision19.

C’est dans ce contexte incandescent qu’un accord est trouvé sur la date des élections législatives pour l’Assemblée constituante : ce sera le 25 avril 1975. Cependant, après le coup d’Etat avorté du 11 mars, le MFA avait imposé aux partis, plutôt récalcitrants, une plate-forme d’accord constitutionnel lui garantissant, dans la prochaine Constitution, le contrôle du pouvoir politique pour une durée de trois à cinq ans. L’organisation des élections va s’avérer être un très grand défi, « une révolution dans la révolution » si l’on considère que la majorité des Portugais n’avait jamais exercé le droit de vote et que, sous la dictature, seule une minorité était inscrite sur les cahiers électoraux. En outre se posait le problème du statut des centaines de milliers de Portugais qui avaient émigré, parfois depuis bien longtemps, et qui pouvaient peser très lourd sur l’issue du scrutin. Sur les préconisations d’une commission ad hoc, soucieuse de respecter un des slogans de la révolution : «  Un peuple uni à l’intérieur et à l’extérieur du pays », les partis accordent aux émigrés le droit de vote bien qu’avec de multiples restrictions20.

Les moyens mis en œuvre pour capturer le vote de os emigrados témoigne de l’enjeu : des représentants influents du MFA, tel Vítor Alves, se rendent en France en novembre 197421. Tracts et dépliants sont abondamment diffusés :

Le 25 avril 1975, la population se rend massivement aux urnes (6 176 559 d’inscrits ; 5 665 707 de votants ; participation de 91,73 %). À la grande surprise du PC et de l’aile plus radicale du MFA, les vrais gagnants sont les socialistes et les modérés puisque les scores attribuent 37,87 % au PS (116 sièges), 26,39 % au PSD (81 sièges), 16,6 % au PCP + MDP (35 sièges), 0,79 % au UDP (1 siège), 7,61 % au CDS (17 sièges) et 0,57 % au PPM (0 sièges). L’appel au vote blanc, lancé par certains ténors du MFA et soutenu par des intellectuels tels que José Saramago ne remporte guère de succès auprès de la population (bulletins blancs et nuls : 6,94 %).

José Saramago, Os apontamentos : crónicas políticas, Lisboa : Caminho, 1990. BnF, salle G, 869/4 SARA 2 a.
José Saramago, Os apontamentos : crónicas políticas, Lisboa : Caminho, 1990. BnF, salle G, 869/4 SARA 2 a.

Malgré les résultats électoraux, le PCP et les membres les plus maximalistes du MFA poursuivent dans leurs tentatives d’imposer la démocratie directe. Les tensions atteignent leur paroxysme pendant « l’été chaud » (« Verão quente »). Deux dangers menaçaient la révolution : le « coup de Prague » et la guerre civile. Le premier était évoqué même s’il semblait assez improbable. Le Portugal, membre de l’OTAN, se trouvait dans la sphère d’influence occidentale  qui pouvait compter sur les bases militaires stratégiques des Açores et de Madeira. Par la voie de Henry Kissinger, les États-Unis, à peine sortis de la guerre du Vietnam, font savoir qu’ils ne toléreraient l’instauration d’une régime communiste, sans pour autant évoquer le recours à des méthodes militaires22.

Pour sa part, l’URSS, désirant assoir son influence en Afrique plutôt que faire du Portugal un nouveau Cuba, venait de signer avec les États Unis, en novembre 1974, les accords de Vladivostock limitant les armes stratégiques23. Une intervention militaire comme celle de Prague, en 1968, risquait de déclencher une nouvelle guerre mondiale, hypothèse qui semblait peu probable. En revanche, on ne pouvait plus écarter l’éventualité d’une guerre civile au Portugal. Les tensions continuent d’ailleurs d’émailler le deuxième semestre de 1975 : le PC et certains groupes d’extrême-gauche soutiennent des grèves importantes chez les ouvriers agricoles de l’Alentejo et les ouvriers de la métallurgie ; un sac a lieu à l’ambassade d’Espagne et la radio Renascença est occupée par 2 000 militants de gauche radicaux. Dans cette situation électrique se produit le 25 novembre une nouvelle tentative de coup d’État par des parachutistes, cette fois proches du brigadier Otelo de Carvalho. L’échec du coup d’État, éventé par le lieutenant-colonel Ramalho Eanes, futur président du Portugal, marque la fin du « processus révolutionnaire en cours » (PREC) commencé le 25 avril 197424.

Le rapport de forces entre militaires et civils s’inverse définitivement avec l’adoption de la Constitution du 2 avril 1976. Tous les partis politiques sauf le CDS ont voté en sa faveur. Elle était fortement influencée par celle de la Ve République française et établissait un régime semi-présidentiel donnant un rôle très important au président de la République, élu au suffrage universel. Le 27 juin 1976, Ramalho Eanes, le vainqueur du coup d’État du 25 novembre est élu président avec 61,6 % des suffrages et Mário Soares, soutenu par une large coalition, assume les fonctions de premier ministre le 16 juillet 1976.

La promulgation de la Constitution consacre « la transition pacifique vers le socialisme », la victoire des militaires et des partis politiques modérés sur les franges radicales du MFA.

La décolonisation

Pour la toute jeune démocratie portugaise l’autre grande difficulté à résoudre était de mener à terme le processus de décolonisation. « Faire vite », « Trancher dans le vif » deviennent les mots d’ordre du gouvernement car il était évident que la démocratie ne peut réellement s’affirmer que sur les ruines de cet esprit colonial que Salazar et ses ministres avaient farouchement défendu quitte à être « orgueilleusement seuls »25.

Au lendemain du 25 avril 1974, il fallait mettre un point final aux combats et rapatrier les 500 000 militaires et civils présents en Afrique : os retornados. Pour un pays qui comptait environ 8 500 000 habitants en métropole, il s’agissait d’un mouvement de population considérable qu’allait engendrer des difficultés majeures sur le plan de l’intégration sociale et économique encore perceptibles de nos jours26.

En Angola, au Mozambique et en Guinée Bissau-Cap Vert les soldats avaient déposé les armes sous l’ordre de leurs supérieurs ou de leur propre initiative. Si, d’une part, cette « fin des hostilités » favorisait les mouvements d’indépendance appuyés par l’opinion publique mondiale, l’Organisation des Nations Unies et les Églises, d’autre part elle fragilisait la position de Lisbonne dans les négociations avec les indépendantistes et compliquait la passation des pouvoirs27. L’Angola présentait le cas le plus complexe.

« Angola. La folie des grands », Nouvel Obs, 22 décembre 1975. BnF, DEP, FOL-Z-1575.
« Angola. La folie des grands », Nouvel Obs, 22 décembre 1975. BnF, DEP, FOL-Z-1575.

Le mouvement indépendantiste y était le mieux structuré, relativement peu influencé par les rivalités tribales et bien implanté dans les villes, mais les conflits entre les trois organisations qui se disputaient le pouvoir : le FLNA, UNITA et le MPLA retardent de plusieurs mois la proclamation de l’indépendance qui n’advient que le 11 novembre 1975 et après des multiples attentats meurtriers28. Au Mozambique et en Guinée-Cap-Vert les forces rebelles prépondérantes étaient unifiées et communistes. De même, à Sao Tomé e Principe, le petit mouvement d’indépendance était unifié29. En Guinée-Bissau, les frères Cabral, des métis originaires du Cap-Vert, fondent en 1956 le Parti africain pour l’indépendance de la Guinée et du Cap-Vert. Dans les îles de Sao Tomé, dans les années 1960 est fondé le Comité pour la libération de Sao Tomé-et-Principe par des exilés au Gabon. CLSTP est dans un premier temps orienté vers le marxisme mais, en 1972, le groupe est renommé en MLSTP (Mouvement pour la libération de Sao Tomé-et-Principe – Parti social-démocrate, ou Movimento de Libertação de São Tomé e Príncipe – Partido Social Democrata, abrégé en MLSTP-PSD) et est affilié à l’Internationale socialiste30.

La différence entre les colonies était tangible aussi sur le plan économique. Comme pour le Brésil, en 182231, l’Angola et le Mozambique disposaient déjà de structures socio-économiques stables. Leurs économies et finances avaient atteint un degré de développement qui leur permettait de se passer du contrôle de la métropole. Les deux pays pouvaient compter sur leurs propres juristes, des cadres administratifs, politiques, culturels, et possédaient même une université, institution que le Brésil n’avait jamais pu obtenir. Leur maturité se manifestait également dans les nombreuses relations nouées avec les pays étrangers, Cuba et l’Union soviétique en premier lieu.

En revanche, les colons blancs, contrairement à ceux du Brésil, n’avaient pas développé une conscience nationale propre car leur implantation y était relativement récente (fin des années 1950). Comme le fait observer René Pélissier,

si la colonisation portugaise a bien été la première à s’être frottée à l’Afrique noire, elle a été la dernière à s’y être implantée effectivement, même dans les zones qui lui avaient été reconnues internationalement. […] car l’Afrique noire et notamment l’Angola, continuait d’être perçue comme une terre d’expiation dangereuse et de maladies sans remèdes32.

La plupart des Portugais croyaient à « la portugalité », à savoir l’unité de la nation portugaise « du Minho à Timor », comme l’avait d’ailleurs dit et martelé le salazarisme pendant sa longue vie. L’« élite noire » au contraire, avait pu avec le temps se forger un nationalisme propre, grâce aussi au mouvement culturel de la « négritude » avec des aspects territoriaux, ethniques et sociaux qui lui ont permis de revendiquer et prendre la direction des affaires de l’État33.

Par ailleurs, l’émergence des mouvements de libération nationale dans les colonies est, en grande partie, le résultat indirect de la théorie du « lusotropicalisme » empruntée au sociologue brésilien, Gilberto Freyre, qui l’avait exposée dans son livre :

Freyre, O Luso e o trópico, Lisboa, 1961. BnF, PHS, 4-G-3455
Gilberto Freyre, O Luso e o trópico […], Lisboa : Comissâo executiva das comemoraçôes do V centenário da morte do infante D. Henrique, 1961. BnF, PHS, 4-G-3455

D’abord rejetée, puis adoptée, par Salazar, cette théorie vantait le « génie colonial portugais », notamment ses promesses de métissage, sa douceur et ses apports civisationnels sans commune mesure avec ceux de l’empire anglais ou français34.

Ainsi, de nombreux représentants de l’aristocratie africaine étaient-ils allé étudier dans les universités de Coimbra et de Lisbonne et avaient fréquenté la « Maison des Étudiants de l’Empire » où circulaient, entre-autres, les théories politiques modernes prônant l’autodétermination des peuples. Les frères Amílcar et Vasco Cabral, chef du mouvement de libération nationale de la Guinée-Bissau et du Cap-Vert ainsi que Lúcio Lara et Agostinho Neto, avaient tous étudié dans les universités de la métropole et commencé leur activité politique clandestine au sein du « Mouvement anticolonial » (MAC) fondé en 1957.

Ainsi, en un peu plus d’un an, de l’été 1974 à l’automne 1975, les proclamations d’indépendance se succèdent-elles :
– 10 septembre 1974 : Guinée-Bissau
– 25 juin 1975 : Mozambique
– 5 juillet 1975 : Cap-Vert
– 12 juillet 1975 : Sao Tomé e Principe
– 11 novembre 1975 : Angola
– 28 novembre 1975 : Timor oriental35

Ces déclarations redonnent au Portugal ses frontières d’avant les « Grandes découvertes » du XVe siècle36. Macao, la dernière « extension » portugaise en Asie, est définitivement rétrocédé à la Chine en 1999. L’ancrage à l’Europe communautaire, commencé dès 1977, et officialisé le 1er janvier 1986, scelle la nouvelle vocation atlantiste du Portugal.

Césure majeure dans l’histoire contemporaine portugaise, la révolution du 25 avril 1974 frappe par la singularité du rôle inhabituel joué par de jeunes militaires déterminés à « democratizar, descolonizar e desenvolver » (« démocratiser, décoloniser, développer »), autrement dit, faire du Portugal un pays libre et moderne.

Diario de Noticias, 11/05/1974. BnF, DEP, JO-9356.
Diario de Noticias, 11 mai 1974. BnF, DEP, JO-9356.

C’est également à ce jour historique du 25 avril 1974 que le politologue américain, Samuel Huntington, fait remonter la source de « la troisième vague » de démocratisation ; troisième vague qui, à seulement quelques mois de la chute tragique de Salvador Allende37, annonce – et précède – les transitions espagnole et grecque vers le régime parlementaire. Dans les années 1980 ce sera le tour de l’Amérique latine (Brésil, Argentine, Uruguay) et de l’Asie (Philippines, Taiwan).

À l’occasion du 50e anniversaire de la Révolution des Œillets, le service Histoire de la BnF propose une bibliographie sélective de documents (livres, périodiques, films et documentaires, estampes et photographies…) sur le sujet. En salle J, une exposition sous vitrine d’une dizaine de livres, en langue portugaise, provenant des collections patrimoniales de la BnF complète la présentation des titres en libre-accès.

Par ailleurs, le service Langue et littérature portugaises du département Littérature et art de la BnF invite à la (re)découverte de cette période historique par le biais de nombreuses œuvres culturelles, biographiques et littéraires, écrites aussi bien pendant la dictature salazarienne qu’après la Révolution des Œillets. Une sélection de titres fait l’objet d’une présentation en salle G.



Citer ce billet
Emanuela Prosdotti (2024, 25 avril). Portugal, 25 avril 1974 : la Révolution des Œillets. L'Histoire à la BnF. Consulté le 23 mai 2024, à l’adresse https://doi.org/10.58079/w9us

  1. Du 23 février 1974, date de la publication du livre Portugal e o futuro, au 25 avril 1974. []
  2. Entre 1961 et 1974 quelques 900 000 jeunes portugais sont envoyés en Afrique. Dès 1968 le service militaire est porté à quatre ans dont deux ans de formation en métropole et nombreux sont les jeunes qui essaient de s’y soustraire. Les dépenses militaires, amplifiées par le choc pétrolier de 1973, absorbent près de 40 % du budget de l’État et jettent le pays dans une grande pauvreté. Voir Yves Léonard, Histoire du Portugal contemporain, Paris : Chandeigne, 2016, p. 148-149 – BnF, salles J et L, 946.904 LEON h. Voir également la troisième partie de cet article consacrée à la décolonisation. []
  3. Voir « L’expansion maritime portugaise dans les collections de la BnF. Partie 2 : 1580-1822 » sur L’Histoire à la BnF. []
  4. Le statut de « colonies », instauré par la République de 1910, était devenu, sous le régime de Salazar, celui de « provinces d’outre-mer ». []
  5. Pour les historiens, M. Caetano chercha à ménager ses généraux car il connaissait le mécontentement grandissant des capitaines et craignait un coup d’État. D’après Jean-Francois Labourdette, Histoire du Portugal, Paris : Fayard, 2000, p. 610 – BnF, salles J et L, 946.9 LABO h. []
  6. Chanson écrite par José Niza, composée par José Calvário et interprétée par Paulo de Carvalho. Tous droits réservés. []
  7. Tous droits réservés. []
  8. La chanson A depois do Adeus, [Et alors adieu], était célèbre car elle avait obtenu des prix et avait représenté le Portugal à l’Eurovision de mars 1974. Grândola, Vila morena [Grândola, ville brune], s’inspire de l’entraide des habitants de Grândola, ville située en Alentejo, région du Portugal au sud du Tage, connue pour ses nombreux latifundia. Elle fut censurée par le régime parce qu’accusée de propager des idées communistes. La transmission de la chanson avait pu se faire grâce à des techniciens, sympathisants communistes, présents dans cette radio, alors propriété de l’évêché de Lisbonne. []
  9. Salazar avait fait des officiers supérieurs une élite totalement dépendante du régime. Pour perpétuer leurs privilèges, les officiers devaient se marier avec des femmes ayant fait des études supérieures et pouvant avancer une dot d’au moins 2 000 $. D’après Antonio Rangel Bandeira, « Portuguese Armed Forces Movement : historical antecedents, professional demands, and class conflict », dans Politics & Society, volume 6, no 1, 1976, p. 26 – BnF, DEP, 2000-87263 et ressources électroniques. Voir également la deuxième partie de cet article. []
  10. Sur le site 25 de abril. As linhas de liberdade (consulté le 16-04-2024) il est possible de suivre les différentes étapes des événements. []
  11. Les quatre morts et quelques dizaines de blessés de l’insurrection du 25 avril 1974 sont dus aux tirs de la police politique – connue sous le sigle PIDE – sur la foule qui s’était dirigée vers son siège. []
  12. Lors de sa création le 29 août 1933, la tâche principale de la PIDE était la suppression du communisme au Portugal. Salazar lui-même annonça publiquement que le communisme était « devenu la grande hérésie de notre époque » et était donc le principal ennemi de son nouveau régime. Les sociétés secrètes telles que la franc-maçonnerie avaient également été interdites. Salazar avait demandé conseil à la police de Mussolini, l’OVRA, qui avait été fondée en 1927 ; mais alors que l’OVRA et la Gestapo étaient si indépendantes qu’elles étaient pratiquement un État dans l’État, la PIDE portugaise était toujours restée sous contrôle ministériel. []
  13. Sur le profil et la carrière de A. de Spínola qui, en 1941, s’était engagé aux côtés de la Wehrmacht, voir l’ouvrage de Carlos Alexandre de Morais, António de Spínola, o homem, Lisboa : Estampa, 2007 – BnF, PHS, 2009-29363. []
  14. L’historien portugais Fernando Rosas souligne également le facteur déterminant du changement démographique et social chez le corps des officiers mais insiste aussi sur le changement culturel engendré par le mouvement des étudiants portugais dans les années 1968-73. Cf. Fernando Rosas, Ensaios de abril, Lisbonne : Tinta da China, 2023 – BnF, PHS, 2024-59489. Sur le MFA, voir également l’article d’Alain Joxe, « Le Mouvement des Forces Armées portugaises », dans Politique étrangère, no 6, 1974, p. 659-687 – BnF, DEP, 8-G-13411 et en ligne. []
  15. Le premier numéro date du 9 septembre 1974. Diffusé seulement dans les casernes, il sera vendu en kiosque après le départ de Spínola. []
  16. Pour un résumé des enjeux politiques de la réforme, qui fera par la suite l’objet même de l’article 96 de la Constitution en tant que « instrument fondamental pour la construction d’une société socialiste », nous renvoyons à l’article de Michel Drain « La réforme agraire portugaise », dans Méditerranée, no 4, 1979 – BnF, PHS, 4-G-3366 et en ligne. []
  17. La Bourdette, op. cit., p. 615. []
  18. L’expression « drôle de drame » est utilisée par l’historien Yves Léonard dans Sous les œillets la révolution. Le 25 avril au Portugal, Paris : Chandeigne, 2023, p. 83 – BnF, salle J, 946.904 LEON s. []
  19. Comme le fait observer l’historien Yves Léonard, le fort interventionnisme étatique pratiqué par Salazar dans l’après-guerre fait que les nationalisations sont, d’une part, perçues par la droite comme un moindre mal par rapport à l’autogestion des entreprises ; d’autre part, elles renforcent le poids des élites technocratiques déjà très présentes dans les années soixante grâce à la dissociation du capital et de la gestion managériale (Op. cit., p. 86). []
  20. Sur l’importance du vote des Portugais de l’étranger et les critères retenus, voir Victor Pereira, C’est le peuple qui commande. La révolution des Œillets, 1974-1976, Bordeaux : Éditions du Détour, 2023, p. 161-171 – BnF, salle J, 946.904 PERE c. []
  21. Entre 1957 et 1974, la France avait accueilli environ 900 000 Portugais. Ceux-ci avaient fortement changé de mentalité au point que les propriétaires ruraux portugais et la partie la plus conservatrice de l’Église ne cessaient d’exiger l’interdiction de l’émigration vers la France et la lutte contre les départs clandestins. Voir Victor Pereira, La dictature de Salazar face à l’émigration : l’État portugais et ses migrants en France, 1957-1974, Paris : Presses de la Fondation nationale de Sciences Politiques, 2023 – BnF, salle J, 944.083 PERE d. []
  22. H. Kissinger put compter sur les conseils avisés de Frank Carlucci, diplomate expérimenté (longtemps en poste au Brésil) et nouveau chef du bureau de la CIA au Portugal. Pour celui-ci, le Portugal ne risquait pas de devenir le Chili de Allende et, par conséquent, les méthodes utilisées en Amérique latine auraient été totalement contre-productives. Voir Victor Pereira, C’est le peuple qui commande : la Révolution des œillets, 1974-76, Bordeaux : Éditions du Détour, 2023, p. 158-159 – BnF, salle J, 946.904 PERE c. []
  23. Jacques Bonnemaison, « Les accords stratégiques de Vladivostock », dans Défense nationale, Paris, mai 1975, p. 27-36 – BnF, DEP, 8-V-53992. []
  24. Avec le temps, les historiens ont attribué une importance capitale à la date du 25 novembre 1975 : elle inaugurerait une « contre-révolution de velours » grâce à laquelle va pouvoir se constituer la démocratie libérale portugaise. Voir Raquel Varela, Un peuple en révolution : Portugal 1974-1975, traduit du portugais par Hélène Melo, Marseille : Agone, 2018 – BnF, salle J, 946.904 VARE p. []
  25. En 1961 les soldats de l’Union indienne envahissaient Goa ainsi que Dieu en moins de 36 heures mettant fin à l’Estado de India, que le Portugal possédait depuis 1501. On sait que Salazar avait vécu la perte de Goa comme une profonde humiliation et souhaitait poursuivre l’effort colonial malgré le retrait de l’Angleterre et de la France de leurs colonies respectives. Voir Sandrine Bègue, « Orgueilleusement seuls ? La résistance coloniale portugaise à Goa. 1955-61 », dans Frédéric Bozo, Relations internationales et stratégie. De la guerre froide à la guerre contre le terrorisme, Rennes : PUR, 2005 – BnF, salle D, 327.09049 BOZO r et en ligne. []
  26. Le passé colonial et os retornados sont des sujets qui font toujours débat dans la société portugaise actuelle. Cf. l’interview d’Yves Léonard, « L’extrême droite de Chega au Portugal : entre normalisation et lutte pour l’hégémonie », dans Lusotopie, no XXI (2), 2022 (en ligne). Voir également l’étude de Christoph Kalter, Postcolonial people : the return from Africa and the remaking of Portugal, Cambridge : Cambridge University Press, 2022 – BnF, DEP, 2023-96910. []
  27. À la fin des années 1960, le Portugal a été doublement pointé du doigt par les organisations humanitaires, l’Église protestante, très active au Mozambique et l’Église catholique, le pape Paul VI recevant à Rome, en 1970, les dirigeants du MPLA, du FRELIMO et du PAIGC. Voir Diogo Ramada Curto, O colonialismo português em Africa : de Livingstone a Luandino, Lisboa : Edições 70, 2020 – BnF, salle L, 946.9/325. []
  28. En Angola, la Union populaire d’Angola (UPA), dirigée par Alvaro Roberto Holden, se transforme en 1962 en Front national de libération de l’Angola (FNLA) ; l’UNITA est fondée et dirigée par Jonas Savimbi en 1966 et est solidement implantée au sud du pays ; le Mouvement populaire de libération de l’Angola, d’obédience marxiste, a comme chef Agostinho Neto, poète et homme politique qui sera le premier président de l’Angola, en 1975. []
  29. Le Front de libération du Mozambique, fruit de la fusion de trois organisations formées à la fin des années 1950, est fondé à Dar-el-Salam en juillet 1962, autour de Marcelino dos Santos et Eduardo Mondlane. []
  30. Norrie MacQueen, The decolonization of Portuguese Africa : metropolitan revolution and the dissolution of Empire, London : Longman, 1997 – BnF, PHS, 2001-47753. []
  31. Voir « 7 septembre 1822 : l’indépendance du Brésil. Une émancipation atypique » sur L’Histoire à la BnF. []
  32. René Pélissier, « La colonisation portugaise en Afrique. Aperçus sur quelques mythes et certaines réalités », dans Matériaux pour l’histoire de notre temps, no 32-33, 1993, p. 2-9 – BnF, PHS, 4-JO-39771 et en ligne. []
  33. La « négritude » est un courant littéraire et politique, créé durant l’Entre-deux-guerres, rassemblant des écrivains francophones noirs, comme Aimé Césaire, Léopold Sédar Senghor. Il était étroitement lié aux mouvements anticoloniaux. Voir Aimé Césaire, Discours sur le colonialisme ; suivi de Discours sur la Négritude, Paris ; Dakar : Présence africaine, 2004 – BnF, DEP, 2005-12090. []
  34. Armelle Enders, « Le lusotropicalisme, théorie d’exportation : Gilberto Freyre en son pays », dans Lusotopie, 1997, no 4, p. 201-209 – BnF, PHS, 8-R-113066 et en ligne. []
  35. Juste un mois après la proclamation de l’indépendance, une partie du Timor oriental est envahie par l’armée indonésienne et annexée en 1976 sans que la communauté internationale reconnaisse cette partition. []
  36. Voir les deux articles parus sur L’Histoire à la BnF : « L’expansion maritime portugaise dans les collections de la BnF. Partie 1 : 1415-1580 » et « Partie 2 : 1580-1822 ». []
  37. « La chute d’Allende. Chili, 11 septembre 1973 » sur L’Histoire à la BnF. []

Emanuela Prosdotti

Chargée de collections en histoire de l'Italie, de la péninsule ibérique et de l'Amérique latine au département Philosophie, histoire, sciences de l'homme

More Posts

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search