La Bible Polyglotte d’Alcalá : monument de la typographie et de l’histoire du livre

Bible polyglotte d'Alcalá de Henares. BnF, ARS, Fol.-T-1. Gallica/BnF.
Bible polyglotte d'Alcalá de Henares. BnF, ARS, Fol.-T-1. Gallica/BnF.

 

Ce billet a une triple origine. Il y a quelques mois, des chercheurs nous interrogeaient, les collègues de la Réserve des livres rares, de la bibliothèque de l’Arsenal et moi-même, sur les six exemplaires de la Bible complutense conservés à la Bibliothèque nationale de France. Six sur probablement un peu plus de six cents produits, soit 1% des exemplaires créés, et donc un peu plus de ceux qui ont résisté aux outrages des siècles. Je reviendrai dans le billet sur leur histoire à chacun, reprenant les indications fournies par mes collègues Louise Amazan et Nadine Férey-Pfalzgraf.

Dans l’exposition « L’Invention de la Renaissance » qui se tient du 19 février au 16 juin 2024 sur le site Richelieu de la bibliothèque, la Bible d’Alcalá occupe une place méritée, au regard du jalon majeur qu’elle représente, dans l’évolution de l’imprimerie et de la connaissance des textes bibliques.

Enfin, il me tenait à cœur, depuis un certain temps, de montrer ce que l’étude d’un livre pour ce qu’il est physiquement, et pas seulement pour ce qu’il contient, peut être riche d’enseignements.

Certains grands bibliographes du XIXe siècle, à commencer par Jacques-Charles Brunet, ont observé la Polyglotte d’Alcalá avec un certain dédain :

Cette polyglotte, exécutée par les ordres et aux dépens du cardinal Ximenes, dont elle a retenu le nom, est la première qui ait été publiée : bien moins complète que les autres polyglottes, elle ne se recommande guère que par sa grande rareté ; ce qui suffit cependant pour lui conserver une valeur considérable dans le commerce1.

Tout ce qu’en retient Brunet est sa rareté et donc son prix, notamment pour les quelques rares exemplaires imprimés sur vélin :

Vend[ue] 710 fr[ancs], m[aroquin] La Valliere ; 929 fr, m[aroquin] r[ouge] Soubise ; 63 liv., Willett ;  375 flor[ins], Meerman ; 500 fr., Librairie De Bure ; 16 liv., le duc de Sussex ; 700 fr., 3e vente Quatremère. On connaît 3 exemplaires de ce livre imprim[és] sur Vélin. Celui de Pinelli a été acheté 483 liv. en 1789 par M. de Mac-Carthy, et revendu 16000 fr., après le décès de ce dernier ; ensuite 525 liv[res]. chez Hibbert, après avoir appartenu à M. Hall Standish qui la légua au roi Louis-Philippe, il se trouve aujourd’hui dans la riche biblioth. de M. le duc d’Aumale2.

Quelques mots sur le contexte de création de la Bible Polyglotte d’Alcalá

Depuis Pétrarque, les penseurs, écrivains ou philosophes, d’Italie puis d’ailleurs, qu’on nommera par la suite « humanistes » se sont mis en quête des œuvres antiques. Ils cherchent à en retrouver le texte le plus fidèle à l’original qu’il se puisse, à en donner la version la plus fiable possible. S’ils s’intéressent d’abord aux lettres profanes, beaucoup pensent aussi au texte par excellence : la Bible.

En la matière, la tradition catholique donne la plus grande autorité à la Vulgate – la traduction effectuée par saint Jérôme à la fin du IVe siècle. Mais les savants connaissent aussi l’existence de versions grecques. Pour l’Ancien Testament, il s’agit notamment de la Septante qui regroupe des traductions de l’hébreu au grec réalisées par des juifs d’Alexandrie aux IIIe et IIe siècles avant Jésus Christ. Quant au Nouveau Testament, il a d’abord été rédigé en grec. Enfin, dans les communautés juives d’Europe, la tradition hébraïque a perduré, bien évidemment.

Mais travailler sur le texte sacré n’est pas anodin. Lui appliquer les méthodes philologiques de critique textuelle inventées par un Laurent Valla, par exemple, pourrait être mal perçu par l’Église… Sauf si, peut-être, l’impulsion était donnée par l’Église elle-même ? Et c’est un prince de l’Église, l’un des hommes les plus puissants de son temps, qui lance le projet éditorial de la Bible Polyglotte : Francesco Jiménez de Cisneros (1436-1517).

Felipe Bigarny (1475-1543) : portrait du Cardinal Cisneros, Universidad complutense de Madrid.
Felipe Bigarny (1475-1543) : portrait du Cardinal Cisneros, Universidad complutense de Madrid.

Après un début de carrière ecclésiastique jalonné de difficultés (un bref passage à l’évêché d’Uceda, un autre plus long en prison à la demande de l’archevêque de Tolède, une entrée chez les Franciscains…), il devient le confesseur et le directeur de conscience d’Isabelle la Catholique, reine de Castille. Il reste tout au long de sa vie un homme d’État autant qu’un homme d’Église. Le pape Alexandre VI lui confère l’archevêché de Tolède en 1495, à la demande d’Isabelle et de son mari Ferdinand II d’Aragon : le voici primat d’Espagne. En 1507, il reçoit son chapeau cardinalice, et est nommé Grand Inquisiteur par Ferdinand, une fonction essentielle dans ces années qui suivent la fin de la Reconquista. Cisneros œuvrait déjà depuis plusieurs années à la conversion des Maures et des Juifs. Il est en outre nommé régent de Castille en 1506-1507, puis gouverneur général à la mort de Ferdinand (1516-1517) position à laquelle il organise l’arrivée sur le trône de Charles Quint. Une carrière ecclésiastique et politique exceptionnelle, donc.

Mais Cisneros est également influencé par les idées des humanistes, et développe très tôt un intérêt prononcé pour la philologie. Il apprend dès 1480 l’hébreu auprès d’un rabbin de Sigüenza. Il collecte autant qu’il le peut les manuscrits des Saintes Écritures. En 1498, il fonde sur sa fortune personnelle l’université d’Alcalá de Henares, qui accueille des étudiants dix ans plus tard en 1508. Dès 1502, latinistes, hellénistes et hébraïsants travaillent à Alcalá à l’élaboration d’une version trilingue de la Bible. Parmi les collaborateurs, sous la direction de Diego López de Zúñiga (v. 1460-1531), on peut citer Alfonso de Zamora (1474-1544) pour le texte hébreu, Alfonso de Alcalá (1465-v. 1540), Pablo Coronel (1480-1534), Demetrius Doucas (v. 1480-v. 1527), Hernán Núñez de Toledo (v. 1480-1553) et Juan de Vergara (1492-1557) pour le texte grec… Si la participation du plus célèbre des humanistes espagnols, Antonio de Nebrija (1444-1522), a sans doute été plus limitée, il a fortement influencé le projet – et notamment l’annexe linguistique contenue dans le volume VI, avec sa grammaire de l’hébreu et son lexique trilingue.

Pour la publication de l’ouvrage, le cardinal fait venir de Logroño l’imprimeur Arnao Guíllen de Brocar, qui installe son atelier « complutense » (du nom latin d’Alcalá, Complutum) sans doute en 1510 – les premières impressions documentées étant datées du début de l’année 1511. L’impression de la Bible Polyglotte commence en 1513. Le colophon du volume V de la Bible Polyglotte Complutense, le premier à voir le jour, déclare que son impression a été achevée le 10 janvier 1514 : il s’agit du Nouveau Testament. L’impression des cinq volumes restants est terminée le 10 juillet 1517, quelques mois à peine avant la mort de Francisco Jiménez de Cisneros, qui survient le 8 novembre 15173.

Dans les cinq premiers livres de l’Ancien Testament (Pentateuque), le texte biblique est présenté en cinq blocs. Dans la partie supérieure de la page, la Vulgate au centre, encadrée, en miroir sur les doubles pages, par le texte hébreu à l’extérieur et le texte grec de la Septante à l’intérieur, avec sa traduction latine littérale mise dans les interlignes. Comme l’indique la seconde préface du Volume I :

Mediam autem inter has latinam beati Hieronymi translationem velut inter Synagogam et Orientalem Ecclesiam posuimus: tanque duos hinc et inde latrones medium autem Iesum hoc est Romanam sive latinam Ecclesiam collocantes.

Nous avons placé la traduction latine de saint Jérôme comme si elle était entre la Synagogue et l’Église orientale, les plaçant comme les deux larrons, un de chaque côté, et Jésus, c’est-à-dire l’Église romaine ou latine, au milieu entre eux. 

Dans la partie basse de la page, se trouve une interprétation issue de la tradition juive, à mi-chemin entre la traduction et le commentaire : le Targoum Onkelos4. Il figure dans sa version originale araméenne, à l’intérieur de la page, et en traduction latine à l’extérieur.

L’ouvrage n’est toutefois pas mis en vente immédiatement. On attend pour cela l’autorisation pontificale qui est bien lente à venir : Cisneros était mort, et Léon X avait bien d’autres préoccupations – notamment celle de capter l’héritage du cardinal, ce qui provoque une tension certaine avec Charles Quint5. L’autorisation est signée par le pape le 22 mars 1520. La révolte des Comuneros en 1520-1521 ralentit également la diffusion de la Bible Polyglotte. La mise en vente par le collège de San Ildefonso d’Alcalá ne commence vraisemblablement qu’en 1522. La diffusion, si tardive, des plus de six cents exemplaires imprimés est largement freinée par la disparition d’une bonne partie de ceux-ci lors du naufrage d’un navire à destination de l’Italie qui aurait eu lieu en 1521. La seule source mentionnant cet incident est une lettre de Philippe II au duc d’Albe, datée du 25 mars 1568, soit près de cinquante ans après l’évènement6

L’analyse d’histoire du livre et de typographie est tirée pour l’essentiel du superbe travail de Julián Martín Abad, chef émérite du service des manuscrits et des incunables à la Bibliothèque nationale d’Espagne. Il s’agit d’une traduction, abrégée et simplifiée pour être accessible à tous, d’un article publié dans La Biblia Políglota en su contexto, Editorial Universidad de Alcalá, 2016. C’est un exemple remarquable de ce qui peut être fait en matière de recherche en histoire du livre et en bibliographie matérielle, c’est à dire en analysant les caractéristiques physiques de l’ouvrage.

À propos de l’atelier d’imprimerie7

Pour diriger l’impression de sa Polyglotte, Francisco Jiménez de Cisneros choisit un maître imprimeur de la cité voisine de Logroño, Arnao Guillén de Brocar (né en France, à Bédeille, v. 1460 et mort à Alcalá en 1523). À l’invitation expresse du cardinal, l’imprimeur crée un atelier à Alcalá de Henares avec un véritable défi technique et intellectuel. Imprimer cette Bible en plusieurs langues et plusieurs alphabets va requérir une collaboration directe et étroite entre le maître imprimeur et ses artisans d’une part, et l’ensemble des savants (ou du moins avec certains d’entre eux) chargés de préparer les textes bibliques, des textes complémentaires et des instruments de travail d’autre part. L’aide des érudits est indispensable aux hommes de l’art dans les moments les plus complexes du processus de fabrication, en particulier dans celui de la composition des textes en hébreu, araméen et grec, et bien sûr au moment de la relecture et de la correction.

Brocar arrive à Alcalá de Henares parfaitement au fait de son métier : il a tenu des ateliers successifs à Pampelune et à Logroño. À Pampelune, sa production comprend nombre de livres liturgiques et de constitutions synodales des diocèses de Pampelune et de Tarazona. Elle y est documentée du 15 décembre 1490 au 7 août 1501.

Manuale secundum consuetudinem ecclesiae Pampilonensis, 15 décembre 1490. Bibliothèque nationale d'Espagne, INC/2575
Manuale secundum consuetudinem ecclesiae Pampilonensis, 15 décembre 1490. Bibliothèque nationale d’Espagne, INC/2575.

Dès cette époque, Brocar est à la tête d’un atelier bien équipé. Il dispose de pas moins de huit casses de caractères gothique, dont six de grand corps, nécessaires à la production de livres liturgiques. Il emploie ces fontes depuis les années 1495 et 1499, et seules trois d’entre elles ne seront pas réutilisées dans ses différents ateliers par la suite. Les autres serviront encore pendant de nombreuses années. Il convient également de noter qu’à partir de 1495, ses productions incorporent un ensemble peu fourni mais original d’initiales historiées, ainsi qu’un ensemble d’initiales simples, gravées sur métal, et des initiales xylographiques de différentes tailles avec des ornements végétaux.

Arnao Guillén de Brocar déménage à Logroño à partir du 2 septembre 1502. Dans ce deuxième atelier, en activité jusqu’en 1517, le maître imprimeur se montre beaucoup plus actif. Il continue d’imprimer des œuvres religieuses pour les diocèses de Pampelune, Calahorra et Palencia. Il travaille aussi à l’impression d’œuvres d’Antonio de Nebrija, tout en publiant un nombre très important de textes littéraires et de vulgarisation médicale, ainsi que des œuvres populaires. Cet atelier poursuivra son activité en parallèle de celui d’Alcalá, où s’imprime la Bible Complutense à partir de 1510-1511.

Colophon d'une impression à Logroño d'un texte d'Antonio de Nebrija, 1503. BNE, R/7688
Colophon d’une impression à Logroño d’un texte d’Antonio de Nebrija, 1503. Bibliothèque nationale d’Espagne (par la suite BNE), R/7688.

L’atelier de Logroño ne s’en tient pas au matériel originel employé à Pampelune et diversifie ses types de caractères. Dans les années 1502 à 1508, Brocar utilise de nouvelles fontes de plus petit corps. À côté des traditionnels caractères gothiques, il intègre également un jeu de lettres romaines, de conception humaniste. Il est certain que Nebrija n’a pas été étranger à ce renouvellement du matériel typographique. L’atelier dispose aussi d’une casse de caractères grecs, au dessin très rudimentaire, qu’il utilise pour la première fois dans un opuscule de Nebrija, De Litteris graecis, sans doute imprimé en 1507.

Nebrija, De Litteris graecis, alphabet grec, 1507. Bibliothèque de l'université de Salamanque, BG/1072/4
Nebrija, De Litteris graecis, alphabet grec, 1507. Bibliothèque de l’université de Salamanque, BG/1072/4.

La collaboration entre le maître imprimeur et le grammairien s’intensifie à partir de 1506-1507 : l’impression des œuvres de Nebrija est pendant des années l’une des meilleures et des plus rentables des entreprises de Brocar.

L’imprimeur continue à employer des initiales sur bois de modèles variés – à personnages ou à motifs floraux – sans souci apparent de cohérence et d’uniformité. On les retrouve conjointement dans toutes les productions de Brocar, à Logroño comme à Alcalá, ce qui suggère que le jeu à motif floraux et le jeu à personnages devaient circuler entre les deux ateliers.

Atelier de Brocar, Logroño ?, entre 1508 et 1513 ?, planche d'indulgences plénières. BNE, VE/1250/2.
Atelier de Brocar, Logroño ?, entre 1508 et 1513 ?, planche d’indulgences plénières. BNE, VE/1250/2.

À côté des livres liturgiques et humanistes, Brocar tire d’importants revenus de l’impression de bulles d’indulgences sur feuilles volantes, d’abord à Valladolid, avec un atelier installé au cœur du monastère hiéronymite de Nuestra Señora del Prado, pendant les années 1514-1519, et également à Tolède, dans le monastère dominicain de San Pedro Mártir, à partir de 1518. En dehors de cette production de bulles, ces ateliers fournissent aussi une force d’appoint pour suppléer l’atelier principal. On y réalise (notamment à Tolède) des travaux que la maison de Logroño n’a pas le temps d’entreprendre à un moment donné.

La première mention de l’atelier complutense se trouve à la fin d’un traité composé par l’évêque d’Ávila dédié à don Álvaro de Zúñiga y Guzmán, comte de Plasencia, sur la manière d’entendre la Messe, imprimé « en casa de Brocar », le 26 février 15118. Le mois suivant, le 27 mars, on y achève l’impression d’une Vie de sainte Catherine de Sienne9, ce qui nous amène à supposer que la mise en service de l’atelier devait remonter à la deuxième moité de 1510.

Il existe deux versions du colophon de ce deuxième livre produit à l’atelier, signe d’un changement important survenu dans le cours de la fabrication. La première version emploie simplement l’expression « en casa de Brocar ». La seconde, datée du 26 juin 1511, indique que l’imprimeur a travaillé « dans la très noble Université d’Alcalá de Henares, par mandat de l’illustre et révérendissime Seigneur le Cardinal d’Espagne archevêque de Tolède ». Significativement, un bois aux armes de Cisneros figure sur la page de titre.

Durant les longues années de fabrication de la Polyglotte, l’atelier d’Alcalá ne peut pas assumer l’ensemble du travail confié à Brocar par le Cardinal ou d’autres, et dont témoignent les nombreux privilèges d’impression qui lui sont concédés. Le maître imprimeur va donc profiter de ses très bonnes relations avec plusieurs de ses homologues : il confie en particulier à Fadrique Alemán de Basilea (v. 1472-1517) et son successeur Alonso de Melgar (en activité de 1517 à 1525) des impressions, financées depuis Alcalá, de 1512 à 1520.

Hymnaire pour le diocèse de Tolède, 1515, production de l'atelier Complutense contemporain de la Bible Polyglotte. BNE M/268
Hymnaire pour le diocèse de Tolède, 1515, production de l’atelier Complutense contemporain de la Bible Polyglotte. Colophon. BNE M/268.
Hymnaire pour le diocèse de Tolède, 1515, production de l'atelier Complutense contemporain de la Bible Polyglotte. BNE M/268.
Hymnaire pour le diocèse de Tolède, 1515, production de l’atelier Complutense contemporain de la Bible Polyglotte, fol. 75. BNE M/268.

Si, depuis le XVIIe siècle, on a pris l’habitude de désigner les imprimés antérieurs à 1500 sous un nom particulier – celui d’incunables10 – la technique d’impression ne change pas fondamentalement une fois ce seuil passé. Les livres imprimés dans les premières années du XVIe siècle demeurent très proches des précédents et le choix du nom de « post-incunables » pour désigner ceux des années 1501-1520 témoigne bien du maintien des procédures artisanales des ateliers primitifs dans ces décennies, notamment en Espagne et au Portugal.

La production de l’atelier d’Alcalá est la plus caractéristique de ces post-incunables ibériques dans toute la production de Brocar. En analysant les exemplaires de la Bible Polyglotte Complutense, si on accorde une attention particulière à la présentation typographique et aux éléments d’identification éditoriale, l’œuvre apparaît comme un monument révolutionnaire de l’imprimerie, même si elle conserve, parfois par tradition, des coutumes artisanales propres aux ateliers du XVe siècle.

Des exemplaires et de leurs singularités typographiques11

Il y a plus de cinq cents ans, un ensemble d’exemplaires d’une œuvre en plusieurs volumes a été fabriqué à Alcalá de Henares, proposant le texte biblique imprimé en plusieurs langues, avec un ensemble de textes et un vaste appareil critique destinés à permettre la meilleure compréhension intellectuelle et spirituelle du texte sacré. Le terme « imprimé » rappelle ici que ces exemplaires ont été produits avec certains matériaux en fonction d’un projet ; qu’il s’agit d’objets singuliers, résultant d’un processus artisanal complexe ; qu’on a voulu et réussi à matérialiser par eux une intention intellectuelle concrète ; qu’ils ont nécessité un investissement économique important ; et qu’ils sont créés pour être mis en vente. Tous ces traits doivent être analysée pour parvenir à la compréhension la plus complète possible du projet éditorial.

La bibliographie matérielle obtient ses résultats et ses conclusions en examinant en détail les caractéristiques physiques des exemplaires existants. Plus il y a d’exemplaires du tirage qui peuvent être étudiés, plus les analyses seront exactes. La dispersion des volumes de la Bible Polyglotte conservés dans des bibliothèques du monde entier, sans parler de ceux passés entre des mains privées, l’existence dans la littérature d’un nombre signifiant d’exemplaires « imaginaires », empêche une analyse de l’ensemble des livres conservés. Toutefois, à partir d’un corpus suffisant, il est possible d’en reconstruire l’histoire éditoriale et de formuler quelques hypothèses sur les premiers moments de son existence.

In-folios en papier et en parchemin, ou De la mise en forme12

Les exemplaires de l’édition de la Polyglotte permettent de distinguer deux émissions en fonction du matériau utilisé comme support. On appelle émission, au sein d’une édition, un ou des exemplaires qui se distinguent du reste de l’ensemble, du fait d’une volonté manifeste de les rendre différents. Cette volonté peut se former avant le début de l’impression proprement dite. Mais elle peut aussi survenir après le moment de la mise en vente, et même lorsque la période normale de commercialisation est terminée depuis longtemps.

Le tirage de la Polyglotte se compose d’exemplaires publiés sur papier, pour la plupart. Il y en avait peut-être plus de 600. Il comporte aussi un petit nombre d’exemplaires imprimés sur parchemin, sans aucun doute prévus pour des destinataires de marque.

Le matériel utilisé comme support ne conditionne pas logiquement le format. Dans le cas de la Polyglotte, nous sommes face à un in-folio, ce qui signifie que chaque feuille, une fois imprimée, n’a été pliée qu’une seule fois. Ensuite, on forme un cahier en emboitant (ou pas) plusieurs feuilles. Dans la Polyglotte, chaque volume présente une structure plurielle, car on mélange des cahiers d’une, deux, trois, quatre voire cinq feuilles – cahiers que l’on nomme respectivement bifeuillets, binions, trinions (les plus fréquents), quaternions et quinion (un seul identifié, dans le volume V).

L’imprimeur, dans les premiers temps de l’imprimerie, fournit une information très utile pour faciliter le travail d’assemblage des cahiers et de reliure : le registre. Il s’agit d’une sorte de clé se trouvant généralement à la fin du volume, qui permet de vérifier si l’exemplaire est complet et correctement construit. C’est en quelque sorte une première technique qui a cessé d’être utilisée lorsque les signatures typographiques l’ont largement remplacée, même si les deux éléments apparaissent parfois dans une même impression. À partir de 1485 environ, la forme la plus courante de registre consiste à lister les cahiers en offrant la séquence des lettres utilisées pour les signatures typographiques et en ajoutant une note sur le nombre de feuilles dont se compose chaque cahier.

La présence d’un registre dans les exemplaires d’une édition postérieure à l’an 1500 est rare. Le registre a alors perdu sa fonction initiale, remplacé par l’emploi des signatures typographiques ; sa présence est comme la survivance d’une vieille coutume. Son emploi pourrait être justifié par le fait que la structure de l’exemplaire présenterait une grande complexité ou, parce que des cahiers avec une signature typographique spéciale auraient été incorporés dans un second temps. En tout cas, l’existence d’un registre dans la production des ateliers d’Arnao Guillén de Brocar est très peu fréquente, presque exceptionnelle. Dans le cas de la Polyglotte, seuls les volumes I, II et III présentent des registres, sans que cela semble dû à une plus grande complexité de leur structure par rapport à celle des autres volumes.

Les signatures typographiques sont les lettres et les chiffres qui sont placés sur la marge inférieure, à droite, sous le texte du recto des feuilles successives qui constituent la première moitié de chaque cahier. La succession des lettres qui caractérisent les cahiers était de 23, du a au z, sans que ni le j, ni le u ni le w ne figurent dans la séquence, et parfois en alternant le s et le « ſ » (s long). Pour désigner les feuilles successives, on utilise généralement des chiffres romains et plus exceptionnellement arabes. Si ce premier alphabet ne suffit pas à individualiser tous les cahiers, on utilise un alphabet de lettres majuscules, ou des alphabets doublés ou triplés du type Aa ou Aaa, ou bien encore d’autres signes. Il est également courant que le premier cahier, contenant les textes préliminaires, présente comme signature typographique un ou plusieurs signes spéciaux, car il est généralement imprimé dans un second temps.

Dans les volumes de la Polyglotte, les signatures typographiques utilisent des lettres gothiques et des chiffres romains, le typographe préférant généralement des polices d’un corps plus grand que celui utilisé pour la composition du texte des mêmes pages, sauf dans les cahiers 30 à 35 (A-E6F4) du volume III dans lequel il a eu recours à une police de lettres rondes pour les signatures typographiques.

Dans le volume V, un cahier a été inséré entre les feuilles de signature Q6 et R1, avec la signature « a », ce qui mène à soupçonner qu’il s’agit d’un ajout décidé dans un second temps lors de l’impression. Il se trouve entre l’Évangile de saint Jean et les Épîtres de saint Paul, et contient, en grec, une description des voyages de saint Paul et les commentaires de plusieurs auteurs anciens sur ses Épîtres. Exceptionnellement, la numérotation des feuilles successives à l’intérieur du cahier est proposée en chiffres arabes.

Le volume VI offre d’autres particularités. Il présente des séquences de signatures typographiques avec des lettres rondes, mais surtout il fait appel à la numérotation de tous les feuillets. Une telle foliotation est absente dans les volumes I-V de la Polyglotte et n’apparaît que dans le volume VI, en haut des pages cette fois.

Volume VI : début de la grammaire hébraïque avec la foliotation. BU Bâle, UBH FA II 10d, Grammaire, fol. 1.
Volume VI : début de la grammaire hébraïque avec la foliotation. BU Bâle, UBH FA II 10d, Grammaire, fol. 1.

Comportant une foliotation particulière et un colophon propre daté du 31 mai 1515, la grammaire hébraïque forme un texte isolé à l’intérieur du volume final.

Volume VI : colophon de la grammaire hébraïque avec la foliotation. BU Bâle, UBH FA II 10d, Grammaire, fol. 15v.
Volume VI : colophon de la grammaire hébraïque. BU Bâle, UBH FA II 10d, Grammaire, fol. 15v.

Le Vocabularium Hebraicum totius veteris testamenti cum aliis dictionibus chaldaicis ibi contentis… est également un texte isolé avec son propre colophon daté du 17 mars 1515 ; l’imprimeur y a également ajouté une foliotation particulière. La composition et l’impression clairement indépendantes des deux ensembles de feuilles ont peut-être forcé la décision de l’emploi de la foliotation, mais dans le vocabulaire, elle est également rendue nécessaire par la décision d’incorporer un index de mots latins, en six colonnes. Il est renvoyé dans cet index à la numérotation réelle, mais sans détailler le recto ou le verso.

Volume VI : début de l'index des noms latins, avec indication des folio. BU Bâle, UBH FA II 10d, index, n. f. .
Volume VI : début de l’index des noms latins, avec indication des folio. BU Bâle, UBH FA II 10d, index, n. f. .

Malgré les diverses variantes dans les signatures, assez courantes à l’époque, il convient de souligner l’attention accordée par les artisans : il y a très peu d’erreurs de composition dans les signatures – une dans la foliotation du volume VI ; et deux dans les signatures typographiques du volume III, une dans le IV, et trois dans le VI.

Les collations montrant la structure effective des volumes, accompagnées le cas échéant de la copie du registre correspondant, sont les suivantes (dans l’ordre chronologique d’impression des six volumes) :

  • Volume V : a4A-Q6 a6R-Z6AA-LL6MM8a10a-f6g4
  • Volume VI : []2 A-Z6AA-EE6FF4A-D6E2a8A6B6C4. – 2 h., j-clxxij f., 34 h., j-xv f., 1 h.
  • Volume I : +8-1? = []2-1? []6 ; a-z6aa-zz6ττ6??8; a2 = || Registrum.|| a.b.c.d.e.f.g.h.i.k.l.m.n.o.p.q.r.s.t.v.x.y.z. || aa.bb.cc.dd.ee.ff.gg.hh.ii.kk.ll.mm.nn.oo.pp.qq.rr.ss.tt.vv.xx.yy.zz.ττ.??. ||Omnes sunt terni excepto ultimo qui est quaternus. ||
Registre du volume 1. BU Bâle, UBH FA II 9a, CA-xxxiiij-f
Registre du volume 1. BU Bâle, UBH FA II 9a, n. f.
  • Volume II : []2 a-z6aa-tt6vv4 ; a2 = Registrum huius voluminis || a b c d e f g h i k l m n o p q r ʃ t v x y z. aa bb cc dd ee ff gg hh ii kk ll mm nn oo pp qq rr ʃʃ tt vv. || Omnes sunt terni preter. vv. qui est duernus. |
Registre du volume II. BNE, U/5888, n. f.
Registre du volume II. BNE, U/5888, n. f.
  • Volume III : aaa-ddd6eee4Aaa6Bbb6Ccc4Ddd-Hhh6Iii4a-i6k4l-o6p8A-E6F4 ; a2 = || Registrum huius voluminis || aaa.bbb.ccc.ddd.eee.Aaa.Bbb.Ccc.Ddd.Eee.Fff.Ggg.Hhh.Iii.a.b.c.d.||e.f.g.h.i.k.l.m.n.o.p.A. B.C.D.E.F. || Omnes sunt terni:preter eee. Ccc. Iii. k. F. qui sunt duerni:et p. qui est quaternus.||
Volume III - exemple de signature. BNE, U/5888, Dddij.
Volume III – exemple de signature. BNE, U/5888, fol. Ddd2.
Volume III - registre. BNE, U/5888, n. f.
Volume III – registre. BNE, U/5888, n. f.
  • Volume IV : a-z6aa-oo6pp4A-F6G4 ; a2.

Les volumes I, II et III présentent une séquence de signatures typographiques relativement complexe mais en tout cas normale, avec l’alternance des cahiers de quatre, six et huit feuilles faciles à pointer lorsque le relieur contrôlait les signatures typographiques. S’il a été jugé nécessaire d’inclure ces registres, nous pouvons nous interroger sur les raisons qui ont motivé leur absence dans le volume IV, car la complexité de la structure est très similaire. Peut-être son absence est-elle motivée par le fait de devoir réserver dans la forme l’espace situé sous l’explicit et la description du contenu pour inclure la marque d’imprimeur.

Volume IV - Colophon et marque de l'imprimeur. BNE, U/5889, n. f.
Volume IV – Colophon et marque de l’imprimeur. BNE, U/5889, n. f.

L’absence d’un registre dans le volume V est moins surprenante puisqu’il a été imprimé relativement tôt. C’est pourtant dans ce volume que sa présence aurait été particulièrement utile : on y trouve en effet plusieurs cahiers portant la « a », dont un qui a été intercalé, peut-être à la suite d’une décision de dernière minute.

Si l’on compare les informations offertes dans les registres avec les collations, on constate qu’en aucun cas on ne rapporte la feuille finale qui contient la liste des errata dans les volumes I, II et III, feuille également présente dans le volume IV et absente dans le V. Il est vrai que ce cahier était réalisé une fois l’impression terminée. L’absence de mention dans le registre pourrait être due au fait que l’imprimeur pensait que le lecteur/acheteur utiliserait cette liste d’erreurs pour corriger son exemplaire et ne la conserverait au-delà.

On ne peut exclure le caractère fonctionnel de ce cahier : dans les premiers temps de l’imprimerie, l’imprimeur propose parfois un ou plusieurs documents imprimés avec par exemple le texte des rubriques pour faciliter le travail du rubricateur et vraisemblablement aussi pour s’assurer de la fidélité textuelle de chacun des exemplaires que ce dernier devait compléter à la main. Ces feuilles, une fois le travail effectué, n’ont pas vocation à être gardées.

Le premier cahier des volumes I et II n’est pas non plus évoqué dans leurs registres respectifs.

On a sans doute procédé à son impression après avoir terminé le corps du texte, mais curieusement ce n’est pas le cas dans le volume III, car les introductions – page de titre et prologues – n’ont pas été proposés dans un cahier indépendant.

Une fois l’impression terminée, les feuilles dûment séchées sont pliées et regroupées pour former les cahiers. On regroupe les cahiers correspondant à chaque volume, sauf vraisemblablement pour les feuilles du premier cahier du volume I auxquelles manquait alors l’approbation pontificale de 1520.

Signature + sur le premier cahier du volume I. BnF, ARS, Fol-T-1 (1).
Signature « + » sur le premier cahier du volume I. BnF, ARS, Fol-T-1 (1).

Le registre ne dit rien de ce premier cahier, portant une croisette (+) pour signature typographique. Pour ce cahier, on s’attendrait logiquement à un quaternion – un cahier de quatre feuilles soit huit folios  – mais dans les exemplaires connus, il ne comporte que sept folios. Brocar a pu vouloir se réserver un espace assez confortable pour pouvoir y insérer une autorisation pontificale dont il ne connaissait pas encore la longueur.

Variantes qui singularisent certains exemplaires ou Des états A, B, C, D et E13

Lorsque le processus de fabrication est terminé et que l’on observe le tirage d’une édition, de nombreux exemplaires sont identiques, bien sûr, mais pas tous : on découvre très souvent des différences qui se sont produites sans qu’on les ait souhaitées. C’est le cas, par exemple, lorsque le maître imprimeur ou le typographe lui-même, en regardant une feuille fraîchement imprimée, découvrent la présence d’une coquille, arrêtent alors le travail et procèdent à la correction de la forme. Les feuilles imprimées ensuite ne présentent plus la faute. Mais les feuilles comportant l’erreur ne sont pas rejetées, car le papier et a fortiori le parchemin sont chers. Ainsi des feuilles peuvent présenter des états différents en raison de la présence d’une variante non planifiée à l’avance. Dans le cas de la Polyglotte elle-même, de nouveaux états sont même apparus après la mise en vente.

La plus notable de ces variantes concerne l’approbation du pape Léon X. Certains des exemplaires conservés du volume I présentent, à la fin du premier cahier sur lequel est copiée l’introduction, une page laissée en blanc. C’est là que figure, sur les autres, le texte de l’approbation pontificale.

Cela signifie sans doute que certains exemplaires ont pu quitter l’entrepôt de Brocar avant la réception de l’imprimatur romain. Ces exemplaires du volume I constituent un état (connu sous le nom d’état C) différent de l’ensemble des autres, dans lesquels l’approbation pontificale du 22 mars 1520 est bien imprimée. Le reste du tirage de ce cahier (formant l’état A) est repassé sous presse, après plusieurs années d’attente, pour recevoir l’approbation imprimée.

Dernier feuillet verso du premier cahier du Volume I : l'autorisation pontificale est copiée à la main. BNE, U/5887, n. f.
Autorisation pontificale copiée à la main à la fin du premier cahier du volume I (état C). BNE, U/5887, n. f.
Autorisation pontificale imprimée à la fin du premier cahier du volume I. BU Complutense de Madrid; BH FOA 195
Autorisation pontificale mal imprimée à la fin du premier cahier du volume I (état A). BU Complutense de Madrid, BH FOA 195.

Dans certains exemplaires, la première lettre de l’approbation – la lettrine V de Venerabilis – est cassée ; on constate aussi deux fautes criantes, une sur la première ligne (FPISCOPO), et deux autres dans la cinquième ligne (FT DILFCTE). Après une si longue attente, le travail a peut-être été précipité. Mais quelqu’un s’est rendu compte de ces deux défauts dans le cours du tirage : on a remplacé la lettrine défectueuse, qui comprenait un personnage unique, par une nouvelle dans lequel apparaissent deux figures humaines inégales, représentant l’apôtre Pierre et Jésus. Les coquilles de la ligne 5 ont été corrigées: ET DILECTE. Ces exemplaires corrigés forment l’état B.

On identifie aussi un état E, présentant des variantes dans certains exemplaires du volume V, avec notamment des lettrines différentes utilisées au début des textes. Difficile d’en expliquer les raisons : pas de coquilles, pas de problèmes de formes…

L’état D, quant à lui, présente une reprise du premier cahier du volume I après la mort de Brocar par son successeur à la tête de l’atelier complutense, Miguel de Eguía. On y note particulièrement la présence d’une page de titre différente avec aux angles, des portraits des Pères de l’Église. Le Lincoln College d’Oxford en possède un exemplaire acquis par John Longland, évêque de Lincoln, en 1527. On peut penser qu’il s’agissait pour les imprimeurs de relancer la vente de la Bible Polyglotte14.

La présentation du texte15

Caractères métalliques et lettrines sur bois16

L’atelier complutense, en recevant la commande de l’impression de la Polyglotte, a dû accroître son matériel typographique déjà abondant : il a fallu une nouvelle police gothique, deux polices romaines, deux autres pour imprimer le texte hébreu et araméen, au dessin nettement plus raffiné que ceux que l’on trouve dans les incunables hébreux ibériques, et deux pour le texte grec, l’une avec des lettres conçues dans le style des Alde, et l’autre police spécialement élégante, utilisée uniquement pour composer le Nouveau Testament, après l’avoir testée en imprimant deux textes préparés par Demetrius Doucas : Erotemata Chrysolorae (colophon daté du 10 avril 1514) et Opusculum de Erone et Leandro de Musée.

Début de l'évangile de Jean (vol. V). BU Bâle, UBH FA II 10c, fol. Riii.
Début de l’évangile de Jean (vol. V). BU Bâle, UBH FA II 10c, fol. R3.

À Alcalá, la maison Brocar continue à employer les initales sur bois comme elle l’avait fait à Pampelune et Logroño. Le nombre de lettrines a augmenté, certes, mais il n’y a toujours aucun souci d’homogénéité et on constate des différences de taille et d’ornementation sensibles sur une même page. Il n’y a qu’une seule exception : le caractère M qui ouvre les prologues des quatre volumes de l’Ancien Testament : il pourrait s’agir d’une pièce créée spécialement pour l’occasion.

Premières lettrines de l'évangile de Matthieu (vol. V). BU Bâle, UBH FA II 10c, fol. Ai.
Premières lettrines de l’évangile de Matthieu (vol. V). BU Bâle, UBH FA II 10c, fol. A1.
Lettrine du prologue du second volume de l'Ancien Testament BU Bâle, UBH FA II 10, n. f.
Lettrine M du prologue du second volume. BU Bâle, UBH FA II 10, n. f.

Compte tenu de la grande variété des lettrines présentes dans les pages de la Polyglotte, on aurait pu espérer reconstituer des alphabets historiés dans les productions de l’atelier. Malheureusement, ce n’est pas probant. Tout invite à penser que le typographe disposait d’un tiroir de caractères en vrac, qu’il choisissait sans critère particulier.

Lettrines et initiales de la table des épitres (vol. V). BU Bâle, UBH FA II 10c, n. f.
Lettrines et initiales des Interpretationes Hebreorum Chaldeorum Grecorumque nominum (vol. V). BU Bâle, UBH FA II 10c, n. f.

De la composition et de la mise en page17

Les textes introductifs ou préliminaires nous montrent une alternance de lignes de texte composées avec des types de corps et de dessins différents, gothique et romain. Souci esthétique du typographe ? Son choix est plus certainement dû à son expérience.

Lettre introductive de Jérôme à Paulin introductive à la Vulgate (prologue du vol. I). BnF, ARS, Fol-T-1 (1).
Lettre introductive de saint Jérôme à Paulin de Nole, introductive à la Vulgate (prologue du vol. I). BnF, ARS, Fol-T-1 (1).

Dans les premiers temps de l’imprimerie, un ouvrier spécialisé, le rubricateur, était parfois chargé d’incorporer certaines lignes à l’encre rouge sur les pages – des lignes que le typographe avait laissé en blanc lors de l’impression du texte principal. Mais très vite l’imprimeur réduit les coûts de production en se débarrassant de cet artisan extérieur, en le remplaçant par l’impression en deux couleurs, ce qui signifie le passage des feuilles deux fois sous la presse. Puis, sans aucun doute à nouveau pour des raisons d’économie, on choisit de se passer de l’encre rouge et de souligner les niveaux de textes en ayant recours à des types de caractères différents. En ce sens, la Polyglotte est caractéristique des post-incunables et conserve cette pratique.

Lorsqu’on ouvre le premier volume de la Polyglotte, qui propose le texte du Pentateuque, on est immédiatement frappé par la répartition harmonieuse des doubles pages. Dans chacune d’elles, avec une admirable élégance, cinq blocs textuels sont répartis en deux sections. Dans la partie supérieure, trois colonnes pour le texte sacré : l’original hébreu à l’extérieur des pages, la Septante grecque le long de la reliure et la Vulgate latine de saint Jérôme entre les deux. Le grec de la Septante est interligné avec une nouvelle traduction en latin. Le bas de chaque page est occupé par le Targoum Onkelos, en araméen le long de la couture et en traduction latine côté tranche. Les doubles pages sont présentées en miroir – sans aucun doute sur décision de l’atelier d’imprimerie – de manière à pouvoir indiquer les racines lexicales et les notes dans les marges respectives, intérieures et extérieures.

Première double-page de la Genèse (vol. I). BnF, ARS, Fol-T-1 (1).
Première double-page de la Genèse (vol. I). BnF, ARS, Fol-T-1 (1).

Chaque page est composée de manière à garder sa cohérence textuelle : on y trouve le même texte dans chaque langue, au mot près. Pour conserver des blocs homogènes malgré la longueur variable du texte dans les différentes langues, le typographe comble les fins de ligne et l’espace en bas de colonne en recourrant à du faux texte. Dans le texte latin, il s’agit de groupes d’un, deux, trois, quatre ou cinq « o » attachés les uns aux autres. Le compositeur peut ainsi créer du « gris » qui donne l’illusion d’une parfaite régularité et éviter un excès de blanc (zones sans texte).

Premiers mots de la Genèse dans la traduction de saint Jérôme (vol. I). BnF, ARS, Fol-T-1 (1).
Premiers mots de la Genèse dans la traduction de saint Jérôme (vol. I). BnF, ARS, Fol-T-1 (1).

Autre astuce, le typographe utilise, à sa discrétion personnelle, des abréviations qui lui permettent de garder une longueur de ligne fixe. C’est un usage typographique classique dans le cas des incunables et des post-incunables, hérité des manuscrits. En raison de l’étroitesse de la colonne dévolue à la Vulgate, les mots abrégés y sont plus courants que dans la colonne contenant la traduction latine du Targoum, en pied de page. Dans cette dernière, d’ailleurs, on a parfois recours à des chaînes de « o » pour remplir les vides. Le système est aussi utilisé dans la traduction latine interlinéaire de la Septante.

Dans les zones blocs en hébreu et araméen, de la même manière, le typographe justifie son texte avec un signe spécial, une sorte de virgule angulaire ou une succession de ce signe.

Premiers mots de la Genèse en hébreu (vol. I). BnF, ARS, Fol-T-1 (1).
Premiers mots de la Genèse en hébreu (vol. I). BnF, ARS, Fol-T-1 (1).

Ce sont des raisons purement techniques qui motivent la présentation des textes en colonnes d’une largeur inégale : chaque ligne du texte hébreu devait coïncider dans sa colonne, avec la ligne équivalente du texte grec et sa traduction latine interlinéaire. L’hébreu utilisant un alphabet sans voyelles, il prenait évidemment moins de place.

Les blocs en grec sont les seuls où l’on brise parfois les règles de justification : on découvre comment le typographe joue avec l’excès de texte, soit en élargissant sa colonne pour lui faire englober l’espace marginal dévolu aux notes,

Déport du texte grec en marge dans le volume I. BnF, ARS, Fol-T-1 (1), fol. b-ij
Déport du texte grec en marge dans le volume I.
BnF, ARS, Fol-T-1 (1), fol. B2.

soit en envahissant l’espace des deux autres colonnes parallèles par la partie inférieure

Déport du texte grec sur deux colonnes dans le volume I. BnF, ARS, Fol-T-1 (1), fol. b-iiij
Déport du texte grec sur deux colonnes dans le chapitre 8 de la Genèse (vol. I). BnF, ARS, Fol-T-1 (1), fol. B4.

Ces cas de figures sont totalement exceptionnels. Cela ne se produit que parce que chaque page est un unicum textuel, dans lequel les cinq blocs de texte correspondent au mot près entre eux.

Dans les pages où il figure, enfin, le Targoum Onkelos n’a pas été justifié à l’aplomb de la Septante ; il est décalé d’un peu plus d’un centimètre vers la couture, pour s’aligner sur les notes marginales. Celles-ci sont de deux types. Elle comprennent tout d’abord une succession verticale de lettres majuscules, allant de A à G – suivant le découpage de la Bible attribué à Stephen Langton (ca. 1150-1228), archevêque de Canterbury. Ce système divise chacun des chapitres de la Bible en sept parties identifiées par les lettres de l’alphabet. Ce système a servi à partir du XIIIe siècle à la construction des premières concordances bibliques et demeure employé pour donner des références précises dans le texte sacré jusqu’à l’introduction de la numérotation des versets au XVIe siècle. On trouve aussi dans ces marges les renvois à d’autres passages de la Bible au moyen d’un système de référence indiquant le livre par son titre abrégé, le numéro du chapitre et la lettre correspondant au découpage de Langton. Ce système de référence est présent dans tous les volumes.

Alignement des références sur l'araméen dans le volume I. BnF, ARS, Fol-T-1 (1), fol. b-iiij v°.
Alignement des références sur l’araméen dans le chapitre 8 de la Genèse (vol. I). BnF, ARS, Fol-T-1 (1), fol. B4 v°.

Dans les volumes II, III et IV, des pages de l’Ancien Testament sont proposées avec seulement trois zones de texte, correspondant à celles de la section supérieure du volume I et avec une présentation équivalente. On y retrouve les mêmes astuces de justification.

Disposition d'une page du livre d'Esdras (vol. III). BNE, U/5888, fol. AAAiii.
Disposition d’une page du livre d’Esdras (vol. III). BNE, U/5888, fol. AAA3.

Lorsque le texte hébreu n’est pas disponible, le texte des pages est également présenté à trois colonnes, une centrale avec le texte latin de la Vulgate, flanquée des deux côtés du texte grec de la Septante, avec sa nouvelle traduction en latin.

On peut même passer d’une présentation à l’autre à l’intérieur d’une même page, si le texte hébreu vient à manquer, comme c’est le cas dans le livre de Daniel.

Commencement du livre de Judith (vol. III). BU Bâle, UBH FA II 10a, fol. Aaa.
Commencement du livre de Judith dans le volume III. BU Bâle, UBH FA II 10a, fol. Aaa.
Rupture de pagination dans le livre de Daniel (vol. IV). BU Bâle, UBH FA II 10a, fol. ff-ij v°.
Rupture de pagination dans le livre de Daniel (vol. IV). BU Bâle, UBH FA II 10b, fol. FF2 v°.

Lorsque le texte de la Vulgate n’est pas disponible (« Qui in latino non habetur »), les pages offrent en deux colonnes le texte grec interligné avec sa traduction. Enfin, le texte des pages du volume V, correspondant au Nouveau Testament, est présenté en deux colonnes, une plus large avec le texte grec, et une autre, à sa droite, avec le texte latin de la Vulgate.

Commencement du Troisième livre des Macchabées (vol. IV). BU Bâle, UBH FA II 10b, n. f.
Commencement du Troisième livre des Macchabées (vol. IV). BU Bâle, UBH FA II 10b, n. f.
Commencement de l'Apocalypse de Jean (vol. V). 
BU Bâle, UBH FA II 10c, n. f.
Commencement de l’Apocalypse de Jean (vol. V). BU Bâle, UBH FA II 10c, n. f.

La séquence verticale de lettres majuscules et de références bibliques abrégées rappelées précédemment se situe dans la marge extérieure, à condition qu’il y ait une colonne hébraïque sur les pages, sinon à l’intérieur dans les autres modalités de présentation.

La présentation des pages de l’Ancien Testament répond pleinement à l’objectif du cardinal Cisneros d’offrir un instrument de travail pratique et didactique. Cela a obligé ses collaborateurs à fixer une orthographe particulière dans le cas de l’hébreu et à créer un système pour relier rigidement mot à mot cette colonne avec le texte latin de la Vulgate offert dans la colonne centrale. Les mots hébreux peuvent être décomposés en racines et en suffixes. Les consonnes qui ne font pas partie de la racine sont surmontés d’un signe ressemblant à un accent, de sorte que le lecteur puisse connaître leur caractère utilitaire, et identifier facilement les consonnes de la racine, qui figurent aussi sur la marge extérieure. Une lettre latine en exposant, imprimée à la fois devant chaque mot et devant la racine dans la marge, permet de les rapprocher. L’identification de la racine permet au lecteur de se tourner vers le dictionnaire hébreu-latin inclus dans le volume VI pour comprendre ses diverses significations.

Racines et système de renvoi du texte hébreu dans le vol. I. BnF, ARS, Fol-T-1 (1).
Racines et système de renvoi du texte hébreu dans le chapitre 9 de la Genèse (vol. I). BnF, ARS, Fol-T-1 (1).

Les mots hébreux sont généralement oxytones, c’est-à-dire qu’ils portent l’accent tonique sur la dernière syllabe. Pour se passer des signes complexes de vocalisation massorétique, les éditeurs se sont limités à placer un tilde sur la syllabe tonique dans les mots paroxytones.

La lettre latine qui précède le mot hébreu et la racine dans la marge est également placée devant le mot latin correspondant de la colonne centrale, reliant le texte hébreu à la Vulgate. Ce système d’interconnexion mot à mot est utilisé car la traduction ne respecte pas servilement l’ordre des mots du texte d’origine. Si l’une de ces lettres latines porte un point en dessous, c’est un signal de vigilance particulière. La traduction de saint Jérôme a pris en compte le sens plus que la littéralité : ces lettres latines avec un point en dessous indiquent les mots équivoques ou polysémiques. Les traductions réalisées pour la Polyglotte, l’interlinéaire du texte grec de la Septante et celle du texte araméen, se caractérisent justement par un littéralisme rigoureux.

Lettres de concordance dans le chapitre 4 du Lévitique (vol. I). BnF, ARS, Fol-T-1 (1).
Lettres de concordance dans le chapitre 4 du Lévitique (vol. I). BnF, ARS, Fol-T-1 (1).

Dans le cas de la colonne grecque du Nouveau Testament, chaque mot grec est mis en relation avec sa traduction latine en indiquant dans les deux cas une lettre en exposant identique, à laquelle s’ajoute un point en dessous s’il y a polysémie. De même, dans le cas des deux colonnes, le typographe a recours à l’utilisation des chaînes de « o » pour justifier le texte.

Début de l'évangile de Luc (vol. V). BU Bâle, UBH FA II 10c, fol. H-iii.
Début de l’évangile de Luc (vol. V). BU Bâle, UBH FA II 10c, fol. H3.

Le volume V comprend les Interpretationes hebreorum chaldeorum grecorumque nominum Novi Testamenti qui méritent un bref commentaire. Le texte est offert en double colonne et en suivant un modèle présent dans les éditions incunables : certains mots sont mis en avant à l’intérieur du texte, en les plaçant entre parenthèses, mais en remplaçant la première forme du signe orthographique par un « capitulum » ⸿. Ces mots se répètent dans la marge, créant ainsi un index de noms, inévitablement très répétitif, sous forme d’apostilles marginales.

Interpretationes hebreorum chaldeorum grecorumque nominum (vol. V). BU Bâle, UBH FA II 10c, n. f.
Interpretationes hebreorum chaldeorum grecorumque nominum (vol. V). BU Bâle, UBH FA II 10c, n. f.
Nicolas de Lyre, Liber differentiarum veteris testamenti, v. 1515. Biblioteca de Catalunya, Tor. 80-4º, fol. H-j.
Nicolas de Lyre, Liber differentiarum veteris testamenti, Alcalá, Brocar, v. 1515. Biblioteca de Catalunya, Tor. 80-4º, fol. H1.

Ces Interpretationes se trouvent aussi dans la deuxième édition, à l’atelier complutense, du Liber differentiarum veteris testamenti cum quibusdam aliis additionibus de Nicolas de Lyre, habituellement datée de 1515 et dont l’impression a sans doute précédé celle du volume V de la Polyglotte. Il est curieux de noter que le même caractère xylographique a été utilisé pour l’initiale au début des deux impressions.

Cette deuxième édition, et tout comme la première, datée d’environ 1512 et qui ne contient que l’Ancien Testament, ont sans aucun doute été réalisées par ceux qui préparaient les textes de la Polyglotte, sans réel but commercial, l’imprimeur ne mentionnant ni son nom, ni l’atelier ni la date.

Toutes les pages comprennent des titres. Le typographe garde les compositions en construisant les formes pour l’impression des pages successives, puis en effectuant les petits changements nécessaires, tout comme il réutilise les compositions préparées pour incorporer dans le cas des pages des volumes I-IV les en-têtes des différentes colonnes.

Enfin quelques observations intéressantes. L’histoire typographique de la note de bas de page, un élément ayant revêtu une énorme importance, ne commence vraiment qu’au XVIIIe siècle, mais il convient de noter que dans la Polyglotte, il existe quelques exemples très précoces dans le volume V. Il ne s’agit pas simplement d’apostilles marginales : autorités distinguées en marge, traductions de mots, etc. Une véritable note de bas de page, bien que se trouvant dans la marge, apparaît sur la feuille portant la signature A5 recto, et signale une variante textuelle du chapitre VI de l’Évangile de saint Matthieu, auquel il est renvoyé avec un signe spécial à l’intérieur du texte lui-même.

Curieusement, sur la feuille avec signature U3 recto, apparaît une simple note culturelle explicative d’une expression. Dans ce cas on profite de la lettre de concordance qui précède le premier mot pour effectuer le renvoi.

Appel d'une note explicative avec une croisette (Matt. 6, vol. V). BU Bâle, UBH FA II 10c, n. f.
Appel d’une note explicative avec une croisette (Matt. 6, vol. V). BU Bâle, UBH FA II 10c, n. f.
Appel de note utilisant les lettres de concordance (I Cor. 15, vol. V). BU Bâle, UBH FA II 10c, n. f.
Appel de note utilisant les lettres de concordance (I Cor. 15, vol. V). BU Bâle, UBH FA II 10c, fol. U3.

Sur le verso du même folio se trouve une variante textuelle indiquée dans la marge sans aucun signe de renvoi, ni lettre avec exposant, ni symbole. La variante est simplement placée à la bonne hauteur du texte.

Dernier exemple : au début du chapitre 5 de la première Épître de Jean, sur le folio KK2 verso, un texte de Thomas d’Aquin encadre le texte :

Glose de Thomas d'Aquin dans la Première épître de Jean (vol. V). BU Bâle, UBH FA II 10c, fol. kk-ij v°.
Glose de Thomas d’Aquin dans la Première Épître de Jean (vol. V). BU Bâle, UBH FA II 10c, fol. KK2 v°.

En ce qui concerne la présentation du volume VI, les pages offrent deux, quatre ou six colonnes. Il faut noter que, suivant une pratique courante dans les premiers temps de l’imprimerie, la façon de trier les mots par ordre alphabétique fait primer la phonétique sur l’orthographe. On peut parfaitement l’observer dans les Introductiones hebraicorum : chaldeorum : grecorum-que nominum : veteris ac novi testamenti secundum ordinem alphabeti.

Classement phonétique dans les Interpretationes hebraicorum (vol. VI). BU Bâle, UBH FA II 10d, fol. A2.
Classement phonétique dans les Interpretationes hebraicorum (vol. VI). BU Bâle, UBH FA II 10d, fol. A2.

Lettrines en blanc ou avec lettre provisoire18

Pour les initiales, dans les exemplaires des éditions les plus primitives, on découvre fréquemment un espace blanc au début du texte, de sections ou de chapitres, réservé à l’enlumineur ou au calligraphe, censés composer une initiale riche en couleurs ou en décoration. Les anciens ateliers ont conservé cette pratique artisanale, ainsi que celui d’incorporer dans cet espace blanc une lettre provisoire, simplement destinée à éviter les erreurs. Les ateliers d’imprimerie se sont rapidement déchargés de l’intervention lourde de cet opérateur en recourant à la sculpture en bois ou en métal pour fabriquer des jeux d’initiales.

Néanmoins, on peut se retrouver dans les premières décennies du XVIe siècle avec des pages imprimées qui présentent un espace blanc au début d’un texte ou un espace blanc avec une lettre provisoire au centre, à côté d’une ou plusieurs initiales xylographiques, simplement parce que le typographe n’avait pas à portée de main le caractère en bois nécessaire lors de l’achèvement de ses formes.

La Polyglotte est fabriquée pendant la période post-incunable et les lettrines manquent parfois, comme dans le volume V, le premier imprimé. Sur certaines pages, nous découvrons un manque d’uniformité non voulu, conséquence du manque de caractères, malgré la collection riche et varié d’initiales xylographiques historiées ou décorées.

Début de la deuxième épître de Pierre (vol. V) : une lettre d'attente dans le texte grec, rien dans le latin. BU Bâle, UBH FA II 10d, fol. JJ4 v°.
Début de la deuxième Épître de Pierre (vol. V) : une lettre d’attente dans le texte grec, rien dans le latin. BU Bâle, UBH FA II 10d, fol. JJ4 v°.
Début de l'Apocalypse (vol. V) : une lettre d'attente dans le texte grec et une dans le latin. BU Bâle, UBH FA II 10d, n. f.
Début de l’Apocalypse (vol. V) : une lettre d’attente dans le texte grec et une dans le latin. BU Bâle, UBH FA II 10d, n. f.
Début de la Troisième épitre de Jean (vol. V) : une lettre d'attente dans le texte grec et une lettrine dans le latin. BU Bâle, UBH FA II 10d, KK3 v°.
Début de la Troisième Épitre de Jean (vol. V) : une lettre d’attente dans le texte grec et une lettrine dans le latin. BU Bâle, UBH FA II 10d, KK3 v°.

Les marques éditoriales19

Les pages de titre20

Au XVIe siècle, la page de titre, le colophon et la marque d’imprimeur et/ou de libraire, sont des outils essentiels qu’ont les producteurs du livre pour se faire connaître. L’historien du livre ancien y trouve une partie des éléments qui lui permettent d’identifier précisément un ouvrage.

Les différents volumes de la Polyglotte s’ouvrent par une page de titre aux armes du cardinal Cisneros. Brocar y remploie un bois qu’il a utilisé pour la première fois pour l’impression de la Vie de Sainte Catherine de Sienne, œuvre de Raymond de Capoue, avec un colophon daté du 27 mars 1511. Il continue à l’utiliser jusqu’en 1518.

Raimondo de Capua, Vida de la bien aventurada sancta Caterina de Sena, Alcala de Henares, Brocar, 1511, page de titre. Biblioteca Complutense, BH FLL Res.1098(2).
Raimondo de Capua, Vida de la bien aventurada sancta Caterina de Sena, Alcala de Henares, Brocar, 1511, page de titre. Biblioteca Complutense, BH FLL Res.1098(2).
Raimondo de Capua, Vida de la bien aventurada sancta Caterina de Sena, Alcala de Henares, Brocar, 1511, colophon. Biblioteca Complutense, BH FLL Res.1098(2).
Raimondo de Capua, Vida de la bien aventurada sancta Caterina de Sena, Alcala de Henares, Brocar, 1511, colophon. Biblioteca Complutense, BH FLL Res.1098(2).

Comme souvent à l’époque, cette vignette aux armes ne présente pas la régularité qu’on trouvera par la suite. Sur l’écu, les tons clairs et foncés sont inversés – les compartiments blancs de la gravure correspondant aux rouges (de gueules) et ceux hachurés correspondant aux jaunes (d’or). Les glands pendant du chapeau ne sont pas non plus disposés en rangs réguliers.

Page de titre du volume V. BNE, U/5890.
Page de titre du volume V de la Polyglotte, le premier à avoir été imprimé. BNE, U/5890.

Pour les pages de titre de la Polyglotte, l’atelier n’innove pas. Il reprend le modèle – certes harmonieux – qu’il avait composé en 1511 pour répondre à l’invitation de Cisneros : il présente ses armes encadrées de quatre bandeaux, aux motifs variés bien qu’assez répétitifs.

La seule nouveauté introduite pour la Bible complutense consiste en deux bandeaux verticaux plus larges, différents l’un de l’autres, avec une riche décoration antiquisante de vases, de candélabres et de rinceaux. Ils seront réutilisés dans les éditions de livres liturgiques commandés par le cardinal entre 1515 et 1517.

Sur les pages de titre de la Polyglotte, un quatrain d’hexamètres latins surmonte l’écu et fait référence aux quinze compartiments rouge et jaune des armes du cardinal :

Haec tibi pentadecas tetragonon respicit illud,
Hospitium Petri et Pauli ter quinque dierum,
Namque instrumentum vetus hebdoas innuit, octo
Lex nova signatur, ter quinque receptat utrunque.

On les retrouvera aussi sur les livres liturgiques commandés par le cardinal entre 1515 et 1517, mais toujours sous l’écu.

Enfin, pour le premier des volumes imprimés, le volume V, la vignette est imprimée en noir dans une même passe que le texte. Pour les autres, en revanche, la vignette est imprimée à l’encre rouge, ce qui implique que la feuille a dû passer deux fois sous presse, le rouge d’abord, puis le noir. Cette alternance de couleur est traditionnelle, spécialement dans les ouvrages religieux, mais classiquement, c’est le titre qui est en rouge, souvenir des « rubricae », et non le décor.

Page de titre du volume 2. BNE, U/5888.
Page de titre du volume II. BNE, U/5888.

Les marques d’imprimeur21

Dans les volumes V, VI et IV, en respectant l’ordre d’impression, Brocar a incorporé deux de ses marques typographiques. Sous le colophon du volume consacré au Nouveau Testament, se trouve la plus ancienne de ses marques. Il s’agit d’un bois qui mesure 57 x 41 mm et représente un rectangle en noir, à l’intérieur d’un filet. Dans le rectangle et tout en blanc, un orbe surmonté d’une croix. Dans la partie inférieure du globe les initiales A et G (Arnao Guillén) entrelacées, entre deux étoiles. Au-dessus, de chaque côté du pied de la croix, liées à lui et entre elles par une chaîne, les initiales D et G [Deo Gratias ?]. Les vide sont complétés par des arabesques et deux fleurs : en bas à gauche une fleur de quatre pétales et en bas à droite une fleur de cinq pétales.

Colophon et marque de l'éditeur dans le volume V. BU Bâle, UBH FA II 10c, n. f.
Colophon et marque de l’éditeur dans le volume V. BU Bâle, UBH FA II 10c, n. f.

Cette marque est utilisée en permanence par Brocar à partir de 1492, d’abord dans son atelier de Pampelune, puis à Logroño, de 1502 à 1511, année où il commence à l’utiliser dans son nouvel atelier d’Alcalá, jusqu’au 10 avril 1514. Elle est alors remplacée par une marque très proche, ne différant que par la disposition des arabesques et des fleurs.

La marque qui apparaît sous le colophon du 17 mars 1515 fermant la première partie du volume VI, le Vocabularium hebraicum atque chaldaicum veteris testamenti, est un bois, mesurant 126 x 81 mm. On le retrouve sous le colophon du 10 juillet 1517 dans le volume IV. Il présente la particularité d’avoir une petite fenêtre centrale dans laquelle on pouvait glisser quelques caractères formant une devise modifiable à l’envi. Sous cette fenêtre, se trouve le monogramme AG, flanqué de deux harpies. De chaque côté, deux enfants sur des piédestaux soutiennent le cadre de la devise. Au-dessus, un médaillon encadré de deux cornes d’abondance, et, dans les angles supérieurs, les bustes en médaillons des saints Pierre et Paul. Dans le médaillon, un homme, en tunique et à genoux, en prière devant les instruments de la passion du Christ.

Colophon et marque de l'imprimeur à la fin du vocabulaire hébreu (vol. VI), avec la devise « Per signum crucis de inimicis nostris libera nos domine Deus noster ». BNE, U/5891, fol. 172.
Colophon et marque de l’imprimeur à la fin du vocabulaire hébreu (vol. VI), avec la devise « Per signum crucis de inimicis nostris libera nos domine Deus noster ». BNE, U/5891, fol. 172.
Marque de l'imprimeur avec la devise « In hoc signo vinces » dans le volume IV. BNE, U/5889, n. f.
Marque de l’imprimeur avec la devise « In hoc signo vinces » dans le volume IV. BNE, U/5889, n. f.

Dans le volume VI la marque porte la devise « Per signum crucis de inimicis nostris libera nos domine Deus noster ». C’est la première des devises attestée avec cette marque, dès 1515. Dans le volume IV la devise est « In hoc signo vinces » ; c’est la quatrième des devises attestées, apparaissant en 1517 sans être la seule utilisée cette année-là.

Les six exemplaires de la Bibliothèque nationale de France :

Dans le catalogue publié des Bibles imprimées du XVe au XVIIIe siècle conservées à Paris22, la Bible Polyglotte d’Alcalá occupe la première notice :

[Bible (polyglotte). 1514-1517] < 1 >

Vetus Testamentum multiplici lingua une primo impressum. Et imprimis Pentateuchus hebraico greco atque chaldaico idiomate. Adjuncta unicuique sua latina interpretatione. – (Impressa in Complutensi universitate…. Industria & solertia Arnaldi Guillelmi de Brocario. 1517. mensis Juli die decimo-1514, mensis Januari die decimo). – 6 t. en 5 vol.; in-2°.

1r des Polyglottes, connue sous le nom de « Polyglotte d’Alcalá ». Éd. par le cardinal Francisco Jiménez de Cisneros, archevêque de Tolède. Les t. I-IV contiennent l’A.T. avec les textes suivants : hébreu, Vulgate, Septante avec une trad. latine interlinéaire sur 3 col. Le Pentateuque contient en plus, en bas de page, le targum en car. hébreux accompagné de sa trad. latine. Le t. V contient le N.T. avec le texte grec et la Vulgate sur 2 col., le t. VI un appendice. Le bref de Léon X en tête du t. I est daté 22 mars 1520. Marque de l’imprimeur à la fin du t. IV et au t. V. Dates en toutes lettres relevées aux colophons de l’A.T. et du N.T. Dans les ex. décrits ci-dessous, les armes de F. Jiménez de Cisneros aux titres sont impr. en rouge aux t. I-IV, en noir au t. V. Le f. a8v° du t. I (bref de Léon X) peut comporter aux lignes 1 et 4 des graphies fautives « FPISCOPO » et « FT DILFCTE » ou des graphies correctes « EPISCOPO » et « ET DILECTE », et le bois de l’initiale peut représenter soit un visage encapuchonné, soit deux saints. Le t. V contient parfois l’« αποδημια του αγιου παυλον τον αποστολον… ». Tous les ex. connus du N.T. contiennent pour les ff. CC2/CC5 et KK2/KK5 des cartons, datés de 1520 par M. Screech. Titres à encadr.

Adams B968. Darlow & Moule 1412.

La brève description signale bien quelques-uns des états décrits par Abad, avec une légère erreur : il s’agit de la cinquième ligne et non de la quatrième pour la graphie fautive.

Voici la description des exemplaires de la Bibliothèque nationale de France :

BNF RÉS. [Rés. A. 12 (1-5). – Avec les graphies fautives dans le bref de Léon X et le bois représentant un visage encapuchonné23. Les 2 ff. d’errata du t. I sont rel. entre le Prologue et le bref de Léon X, ceux du t. II en tête du texte. Le t. V contient l’« αποδημια του αγιου παυλον τον αποστολον… ». Le colophon, avec marque, du t. IV mg. Rel. à décor doré. Tranches dorées et ciselées.

BNF RÉS. Rés. A. 12 bis (1-5). – Le f. suivant le titre du t. II et le 1er f. du texte sont rel. après le f. sig. a5. Les 2 ff. d’errata du t. IV sont rel. en tête des livres des Maccabées. Avec les mêmes variantes que l’ex. précédent24. Rel. à décor doré aux armes de Henri II. Tranches dorées et ciselées.

BNF PHS [Fb. 25704-25707, 25709. – Mêmes variantes que les ex. précédents25. Le colophon, avec marque, du t. IV mq. Ex-dono ms. : Theotonius de Bragança, archevêque d’Evora (1578-1602), à la chartreuse de « Scala Coeli ». Ex-libris ms. : Récollets, à Paris.

BNF ARS. [Fol T 1 (1-6) (anciennement T 1). – Avec les graphies fautives dans le bref de Léon X et le bois représentant un visage encapuchonné26. Le t. V contient l’« αποδημια του αγιου παυλον τον αποστολον… ». Rel. en 6 vol. Au t. I, les 2 ff. d’errata rel. avant le f. a1 (début du texte de la Bible) ; t. VI incomplet du f. [-]2 (blanc) ; dans ce même t., le cahier a8 (index latin du vocabulaire) est rel. avant les « Interpretationes ». Ex-libris au pochoir : « S. Greg. » (= Saint-Grégoire ?). Prov. Paulmy (ancienne cote T1).

BNF ARS. [Fol T 2 (1-3) (anciennement T 2). – Dans le bref de Léon X, 1re graphie fautive, 2e correcte, bois représentant deux saints27. Au t. II, les 2 ff. d’errata sont rel. après le titre. Le t. III est incomplet du f. [-] 2 (blanc), le cahier E2 est rel. après le f. C3. Le cahier a8 (index) rel. avant l’introduction. Le t. V contient l’« αποδημια του αγιου παυλον τον αποστολον… ». Réglé. Rel. maroquin rouge à la Du Seuil en 3 vol. Ex-libris ms. : « F. Joannes Letort, doct. Sorb » ; couvent des Grands Augustins, à Paris. Mention ms. de prix : 200 ll.

BNF ARS. [Fol T 205 (anciennement T 516 A). – T. V et VI seuls rel. en 1 vol., qui contient l’« αποδημια του αγιου παυλον τον αποστολον… ». Au t. VI, incomplet du dernier f., le cahier a8 (index latin) est rel. après les « Interpretationes ». Ex-libris ms. : « Sum Berseli » ; « Sum coenobii S.Laurentii ».

Regardons maintenant les reliures et les provenances des exemplaires de la Bibliothèque nationale de France.

L’exemplaire A-12 de la Réserve des Livres rares28

Les cinq tomes de l’exemplaire A-12 sont conservés dans une reliure en maroquin noir à décor doré, tranches ciselées, inscription sur les plats, XVIe siècle, dos refait. L’ex-libris a été soigneusement biffé sur tous les volumes de cet exemplaire entré dans les collections au plus tard en 1868 – d’après l’estampille « bibliothèque royale » qui figure en page de titre.

Exemplaire A-12, tranche dorée ciselée
Exemplaire A-12, tranche dorée ciselée.
Exemplaire A-12, page de tire du volume I
Exemplaire A-12, page de tire du volume I.
Exemplaire A-12, dos refait du volume I
Exemplaire A-12, dos refait du volume I.
Exemplaire A-12 : plat de la reliure du XVIe siècle.
Exemplaire A-12 : plat de la reliure du XVIe siècle.

L’exemplaire bis de la Réserve des Livres rares29

Les cinq tomes de l’exemplaire A-12 (BIS) forment quant à eux une série de reliures en maroquin brun à décor doré et argenté aux armes d’Henri II. Les tranches sont dorées et ciselées. Le volume est conservé depuis le début dans les collections royales puis nationales (ancienne cote de la bibliothèque de François Ier en chiffres arabes reportée en haut de la page de titre).

Exemplaire A-12 (bis) : plat aux armes d'Henri II
Exemplaire A-12 (bis) : plat aux armes d’Henri II.
Exemplaire A-12 (bis), tranche dorée ciselée
Exemplaire A-12 (bis), tranche dorée ciselée aux emblèmes d’Henri II.
Exemplaire A-12 (bis) : dos aux armes d'Henri II
Exemplaire A-12 (bis) : dos aux armes d’Henri II.

L’exemplaire T-1 de la Bibliothèque de l’Arsenal

Les trois exemplaires dont deux complets de la Bibliothèque de l’Arsenal30 :

Fol-T-1 (1-6) : c’est un exemplaire homogène, relié en six volumes, en veau fauve au XVIIIe siècle. Il appartient à la collection du marquis de Paulmy (1722-1787) dont la bibliothèque constitue le cœur historique de la collection de l’Arsenal. Un ex-libris apposé au pochoir au titre donne à lire la mention « S. Greg. » mais le possesseur n’a pas encore été identifié. Le premier volume est numérisé et consultable dans Gallica.

Exemplaire fol-T-1 : plat en veau
Exemplaire fol-T-1 : plat en veau.
Exemplaire fol-T-1 : ensemble des dos des six volumes
Exemplaire fol-T-1 : ensemble des dos des six volumes.

L’exemplaire T-2 de la Bibliothèque de l’Arsenal

L’exemplaire Fol-T-2 (1-3) est également un exemplaire homogène, relié en trois volumes, en maroquin rouge, avec un décor à la Du Seuil à deux encadrements, du milieu du XVIIe siècle (seules les contregardes sont en papier marbré). L’exemplaire est réglé. Il porte l’ex-libris manuscrit d’un particulier « F. Joannes Letort, doct. Sorb. » et celui du couvent des Grands Augustins, à Paris. Il est entré à la bibliothèque de l’Arsenal à la faveur des confiscations révolutionnaires, à la fin du XVIIIe siècle.

Exemplaire fol-T-2 : plat de la reliure
Exemplaire fol-T-2 : plat de la reliure.
Exemplaire fol-T-2 : ensemble des dos des trois volumes
Exemplaire fol-T-2 : ensemble des dos des trois volumes.

L’exemplaire T-205 de la Bibliothèque de l’Arsenal

L’exemplaire Fol-T-205 ne comporte que les tomes V et VI seuls (Nouveau Testament), reliés en un volume au XIXe siècle par la bibliothèque de l’Arsenal (demi-reliure veau, plats recouverts de papier à la colle). On voit au titre deux ex-libris manuscrits : « Sum Bereli », suivi d’une mention en grec, et « Sum coenobii S. Laurentii » qui correspond probablement à l’abbaye Saint-Laurent de Liège. Il s’agirait donc également d’un document entré pendant la période de la Révolution française, saisi lors de l’occupation française en Belgique (1792-1799).

Exemplaire fol-T-205 : dos du XIXe siècle
Exemplaire fol-T-205 : dos du XIXe siècle.
Exemplaire fol-T-205 : plat au papier à la colle
Exemplaire fol-T-205 : plat avec papier à la colle.

L’exemplaire du fonds Fontainebleau du département Philosophie, histoire, sciences de l’homme

L’exemplaire provient de la bibliothèque du château de Fontainebleau, il est conservé sous les cotes Fb-25704-25709 ; il est bien complet du volume VI, coté Fb-25708, contrairement à ce que le catalogue général pourrait laisser penser. Pour les provenances, on trouve un ex-dono manuscrit de Theotonio de Bragance, cinquième fils du duc Jacques de Bragance et archevêque d’Evora (1578-1602), à la chartreuse de « Scala Coeli » qu’il avait fondée, puis un ex-libris manuscrit du couvent des Récollets, à Paris. Après les saisies révolutionnaires, l’exemplaire rejoint la bibliothèque du château de Fontainebleau, comme le montre l’estampille. Les six volumes ont une reliure du XVIe siècle en basane mouchetée.

Exemplaire FB-25704 : dos
Exemplaire FB-25704 : dos.
Exemplaires FB-25704-25709 : ensemble des six plats en basane mouchetée.
Exemplaires FB-25704-25709 : ensemble des six plats en basane mouchetée.

Il est quelques autres exemplaires dans les collections françaises : à la Bibliothèque Mazarine, à la Bibliothèque Sainte-Geneviève, à la Bibliothèque du Château de Chantilly (l’un des rares exemplaires imprimés sur vélin connus), mais aussi dans d’autres bibliothèques comme à Besançon !

Biblia Complutensis, exemplaire de la BM de Besançon, 5001-5006.
Biblia Complutensis, exemplaire de la BM de Besançon, 5001-5006.

Pour consulter la Bible Polyglotte d’Alcalá en ligne

Sur Gallica se trouve le Volume I de l’exemplaire de la Bibliothèque de l’Arsenal coté T-1.

On accède aussi, via Gallica a deux autres exemplaires :

Celui de la Bibliothèque municipale de Lyon, aux armes de Camille de Neuville de Villeroy (1606-1693), archevêque de Lyon :

Celui de l’Université de Bâle, grâce à la plateforme E-Rara, qui propose une table des matières pour chaque volume (onglet “contenu”) :

Enfin sur le site de la Biblioteca Digital Hispánica, où les six volumes numérisés à la suite peuvent facilement être consultés.

Pour aller plus loin



Citer ce billet
Frédéric Manfrin (2024, 24 mai). La Bible Polyglotte d’Alcalá : monument de la typographie et de l’histoire du livre. L'Histoire à la BnF. Consulté le 15 juin 2024, à l’adresse https://doi.org/10.58079/11puu

  1. Jacques-Charles Brunet, Manuel du libraire et de l’amateur de livres, Paris, Firmin Didot frères, 1860-1865, t. 1 (Aa-Chytraeus), p. 849-851. []
  2. Ibid. []
  3. Sur Cisneros, voir : Joseph Pérez, Cisneros, el cardenal de España, Madrid, Taurus, 2014 ; José Palomares, El Cardenal Cisneros: Iglesia, Estado y cultura, Madrid, San Pablo, 2017. []
  4. Voir Israel Drazin et Stanley M. Wagner, Onkelos on the Torah : understanding the Bible text… original English translation… commentary, appendix… and translation of the haphtarot from the Aramaic targumim, Jerusalem, Gefen, 2006-2009, 5 volumes. []
  5. Voir Joseph Pérez, Cisneros, el Cardenal de España, Madrid, Taurus, 204, p. 87 []
  6. Voir l’article de Ignacio García Pinilla : « Reconsidering the relationship between the Complutensian Polyglot Bible and Erasmus’ Novum testamentum », in Basel 1516; Erasmus’ edition of the New Testament, Tübingen, Mohr Siebeck, 2017, p. 62 et Baldomero Macías Rosendo, La Biblia políglota de Amberes en la correspondencia de Benito Arias Montano : Ms. Estoc. A 902, Universidad de Huelva, 1998, p. 84-85 []
  7. Julián Martín Abad, « La Impresión y la puesta en venta de la Biblia Políglota Complutense », in La Biblia Políglota en su contexto, Editorial Universidad de Alcalá, 2016, p. 295-297. []
  8. Alonso Fernández de Madrigal, Tratado compuesto por el […] Tostado obispo de Ávila […] al illustre señor el conde don Álvaro de Stuñiga sobre la forma que avíe de tener en el oyr de la missa, Alcala de Henares, Brocar, 1511. []
  9. Raimondo de Capua, Vida de la bien aventurada sancta Caterina de Sena, Alcala de Henares, Brocar, 1511. []
  10. Ce nom vient du latin incunabulum qui signifie « berceau ». Ces livres posaient notamment de grandes difficultés aux bibliothécaires qui devaient les décrire en raison de l’absence très fréquente de mentions identifiant leur auteur ou leur éditeur. []
  11. Julián Martín Abad, art. cit., p. 297-301. []
  12. Ibid., p. 297-300. []
  13. Ibid., p. 300-301. []
  14. Ibid., p. 322-325. []
  15. Ibid., p. 301-318. []
  16. Ibid., p. 301-306. []
  17. Ibid., p. 306-318. []
  18. Ibid., p. 318. []
  19. Ibid., p. 318-322. []
  20. Ibid., p. 318-321. []
  21. Ibid., p. 321-322. []
  22. Martine Delaveau et Denise Hillard (éd.), Bibles imprimées du XVe au XVIIIe siècle conservées à Paris : Bibliothèque nationale de France, Bibliothèque Sainte-Geneviève, Bibliothèque de la Sorbonne, Bibliothèque Mazarine, Bibliothèque de la Société de l’histoire du protestantisme français, Bibliothèque de la Société biblique, Paris, Bibliothèque nationale de France, 2003, p. 3-4. []
  23. Ce qui correspond à l’état A. []
  24. Ce qui correspond à l’état A. []
  25. Toujours un état A. []
  26. Toujours un état A. []
  27. La description correspond à un exemplaire de l’état B. []
  28. Photographies et description par Louise Amazan. []
  29. Idem. []
  30. Les photographies et la description sont de Nadine Férey-Pfalzgraf. []

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search