L’empereur en représentation : décor et chorégraphie des soirées impériales au théâtre

Alors que vient de s’achever au musée d’Orsay l’exposition Spectaculaire Second Empire, 1852-1870, ayant fait la part belle aux thématiques de la fête impériale et des fastes du pouvoir, il est intéressant de revenir sur ce qui constitue l’une de leurs vitrines : le spectacle. Car le spectacle n’est-il pas le lieu par excellence où justement l’on regarde… ce qui se donne à voir ?

Le Second Empire, malgré sa réputation de période pauvre pour les spectacles1, connaît une vie théâtrale aussi bien créative, mondaine, qu’architecturale assez intense.
Le couple impérial sort régulièrement dans les grandes salles que sont l’Opéra et le Théâtre-Français, mais également dans une multitude d’autres théâtres2, quand ce ne sont pas les troupes elles-mêmes qui viennent jusqu’à eux dans les palais impériaux ; et souvent, lors de ces sorties, le cérémonial et le décor somptueux créent le spectacle autant dans la salle que sur la scène.

On trouve des témoignages de ces fastes dans de nombreux documents conservés à la Bibliothèque nationale de France. Les soirées impériales au théâtre sont largement décrites dans la presse de l’époque, dont on retrouve beaucoup d’illustrations au sein des recueils du département des Estampes et de la photographie ; mais également dans les souvenirs et les mémoires des contemporains, ainsi que dans divers documents rassemblés sous la cote Lb56, conservée au département Philosophie, histoire, sciences de l’homme et décrite dans le Catalogue de l’histoire de France.

Cérémonial et loge impériale

Ensemble ou séparément, accompagnés ou seuls, à l’opéra, au théâtre ou au ballet, à Paris ou à Compiègne, l’empereur et l’impératrice assistent régulièrement à des spectacles. Ces sorties, du moins pour les officielles, sont soumise à un protocole précis impliquant aussi bien les personnels du palais que du théâtre.

« Les soirs de spectacle, on dîne plus exactement. M. Bacciochi, Premier chambellan et, après lui, M. de Laferrière, dîne, ce jour-là, avec L.L. M.M. et quitte au dessert pour aller en avant au théâtre choisi. De suite, après le café, on part, laissant au palais l’officier de garde et l’officier d’ordonnance de service. […]
Ils prennent rarement une escorte, à moins que ce ne soit pour faire honneur à un prince étranger ou pour aller en gala. On monte dans la voiture désignée par l’écuyer de service et si on arrive avant L.L. M.M. on les attend en bas de l’escalier, à côté du directeur ému, frisé, ganté et armé de ses candélabres3. »

Ce cérémonial bien connu fait d’ailleurs l’objet de représentations dans la presse, comme dans cet exemple du Monde illustré4.

"Les Empereurs sont reçus au bas de l'escalier d'honneur par le directeur du Grand-Opéra et son personnel."
Représentation de gala au Grand-Opéra, Gustave Janet (1829-1898). Département Estampes et photographie.

Bien qu’il s’agisse ici d’une représentation de gala donnée à l’occasion du voyage à Paris du tsar Alexandre II venu visiter l’Exposition universelle de 1867, toutes les arrivées au théâtre du couple impérial se déroulent selon ce rituel pompeux, surtout à l’Opéra (alors Théâtre impérial de l’Opéra).
Ces sorties se veulent solennelles en dépit du caractère plaisant de l’activité, et certains commentateurs y voient volontiers une forme d’obligation protocolaire d’un empereur qui n’aurait par ailleurs guère de goût pour le théâtre et l’opéra.

« L’Empereur […] quoiqu’il détestât la musique, croyait de son devoir de se montrer assez fréquemment à l’Opéra. Il y allait toujours en grande cérémonie, escorté par le peloton de cavalerie de la garde de service aux Tuileries et avait l’air de s’y ennuyer prodigieusement.
Au mois d’octobre 1869, il quitta Compiègne pour trois ou quatre jours et arriva un soir à l’improviste dans sa loge. La salle entière se leva et l’acclama avec enthousiasme ; ce à quoi il parut être très sensible. C’est la seule fois que je l’aie vu se dérider un peu dans ce théâtre.
Il se plaisait davantage dans les autres, et je me souviens que, la même année, il riait de très bon cœur à la Dame de Monsoreau, à la reprise de laquelle il assistait à la Porte-Saint-Martin avec l’Impératrice5. »

Bien sûr, il s’agit là d’une évocation au cynisme presque revendiqué et postérieure de vingt ans aux faits qui sont décrits. Mais un cérémonial aussi policé et pompeux à une époque et dans une société qui pratique la mondanité permanente ne laisse guère de doute quant au but affiché de ces sorties : il s’agit de se montrer et d’être vu.

En se rendant au théâtre, les spectateurs même non avertis comprennent au premier coup d’œil auprès de qui ils vont assister à la représentation. Ils ne peuvent manquer de remarquer le décor qui pare tous les théâtres s’apprêtant à accueillir l’empereur. Dès les abords, on observe la façade :

« La représentation solennelle donnée ce soir à la Comédie-Française, en présence de Son Altesse Impériale le prince Louis-Napoléon, a été digne de l’hôte illustre à laquelle elle était offerte. La façade du théâtre avait été splendidement illuminée6. »

Les rues adjacentes se transforment parfois en allées de parade :

« Dès six heures et demie, les abords de l’Opéra étaient encombrés d’une foule nombreuse qui se hâtait de prendre une place sur le passage du prince Président.
Le boulevard des Italiens, la rue Lepelletier, la rue Rossini, brillamment éclairés, resplendissaient d’illuminations au gaz où les aigles et les N couronnés se mêlaient à de longues girandoles de flammes.
L’entrée de la rue Lepelletier était disposée avec un goût parfait. La rue elle-même était ornée comme un salon : des glaces, des étoffes lamées d’argent, des fleurs ornaient l’intérieur du portique sous lequel les voitures venaient se placer entre les deux statues de la Polymnie et de la Vénus d’Arles7. »

En entrant dans la salle, on aperçoit tout de suite la loge impériale qui, dans une débauche de tentures et de pourpre, se fait l’écrin du pouvoir :

« La salle était ornée de drapeaux au chiffre de Louis-Napoléon. Une magnifique tenture de velours rouge, semée d’abeilles d’or, tapissait le rebord de la loge impériale8. »

Et l’article de conclure :

« Le spectacle était plus dans la salle que sur la scène. »

On image bien sûr qu’une telle débauche de parures, notamment dans les rues, n’est pas systématique de chaque soirée de théâtre de l’empereur. L’épisode précité intervient dans le contexte bien particulier du mois d’octobre 1852, c’est-à-dire juste avant le rétablissement officiel de l’empire le 2 décembre et à l’occasion du séjour à Paris du chef algérien Abd el-Kader, libéré quelques jours auparavant des geôles françaises par le futur Napoléon III9. L’auto-célébration de ces marques de pouvoir s’exprime alors dans une surenchère de décorations.

Les loges occupées par l’empereur sont, elles, en revanche, toujours somptueusement décorées. En dehors des visites officielles avec les souverains étrangers, le couple impérial dispose dans les théâtres de sa loge personnelle (à l’Opéra, la loge d’avant-scène n°1), comme ci-dessous au Théâtre-Italien10 :

Loge impériale au Théâtre-Italien.
Thomas, W.m., « The imperial visit – The State Box at the Royal Italian Opera ». [S.l.] : [s.n.], [1855]. Département Estampes et photographie.

Ces loges impériales sont accompagnées de loges de service pour la suite de l’empereur et de l’impératrice, qui ne disposent pas toujours du même confort. La marquise de Latour-Maubourg, dont nous avons déjà évoqué les souvenirs, ne manque pas de s’en plaindre :

« La dame de grand service reste avec l’Impératrice et l’autre dans sa loge de service ; aux Italiens et à l’Opéra, elle est à côté de la loge impériale. Dans tous les autres théâtres, on est très mal. Il faut descendre dans la rue ou en plein boulevard, traverser entre deux haies de curieux et faire une ascension pénible pour arriver à deux cellules d’avant-scène privées de leur cloison, pour les rendre plus impériales ; les loges de service sont des compartiments de torture11. »

On ne se dépare pas de ces fastes, bien au contraire, lorsque ce sont les troupes qui font le déplacement dans les palais impériaux. La scène suivante se déroule à Compiègne en 1859 :

« L’Impératrice […] voulut faire représenter au château la pièce d’un compiégnois, l’innocente satire, disait-on, des mœurs de la société aristocratique de la ville, société qui, bien entendu, boudait l’empire.
La salle offrait ce soir-là un coup d’œil splendide, et la loge impériale ressemblait à une véritable corbeille de fleurs. Sur le devant de la loge, l’Empereur, ayant à sa droite S. A. I. la princesse Clotilde ; l’Impératrice avec le prince Napoléon à sa gauche ; […]12. »

Le cérémonial de la sortie au théâtre se poursuit même après la représentation jusqu’en fin de soirée :

« On reste en bas, chez l’Empereur, en revenant – on trouve dans son salon du Conseil, du thé, du bouillon, du vin de Bordeaux. L’Empereur regarde les dépêches arrivées pendant la soirée. On parle quelquefois. L’Impératrice prend son thé, chacun dit son mot sur la pièce, les acteurs et la salle ; étant fatigués, l’après-soirée se prolonge rarement plus d’un quart d’heure13. »

Le théâtre : salon diplomatique et vitrine spectaculaire

Le spectacle sert de vitrine aux fastes de l’Empire, en particulier dans les théâtres subventionnés tels que l’Opéra. C’est donc quasiment un passage obligé pour les souverains étrangers en visite officielle à la cour. Les soirées à l’Opéra ou ailleurs sont incluses dans les programmes et annoncées par la presse qui en fait ensuite le compte-rendu minutieux, comme ici où le journal La Presse détaille sur une colonne entière la richesse des décorations mises en place à l’occasion de la visite de la Reine Victoria, le 21 août 1855 : des boulevards aux bâtiments puis du péristyle au foyer, tout le parcours jusqu’à la salle de l’Opéra est jalonné de guirlandes, d’arcs de triomphe et de jardins artificiels.
L’intérieur même de la salle fait l’objet d’une mise en place particulière. En effet, pas question d’utiliser la loge impériale habituelle pour recevoir les souverains. On s’installe plutôt dans les premières loges de face, somptueusement décorées pour l’occasion, quand on ne les remplace pas purement et simplement par une estrade avec loge éphémère et dais. On en trouve d’abondantes représentations141516 :

La décoration tend même à déborder de la salle jusque sur la scène (ou presque), comme le montre ce projet de décor pour un rideau de théâtre du peintre décorateur Charles-Antoine Cambon17, aux monogrammes des couples souverains Victoria et Albert et Napoléon et Eugénie.

Rideau aux monogrammes de la reine Victoria et d'Albert (VA), et de Napoléon III et Eugénie (NE)
Charles-Antoine Cambon, Rideau aux monogrammes de la reine Victoria et d’Albert, et de Napoléon III et Eugénie, 1855. Département de la Musique – Bibliothèque-musée de l’Opéra.

Même en dehors des visites officielles le théâtre peut se faire salon diplomatique car il est un espace, sinon d’exercice, au moins de démonstration du pouvoir. Napoléon III y est en représentation et les spectateurs observent ses faits et gestes, ainsi que ceux de l’impératrice avant, pendant et après le spectacle. On peut y afficher ses amitiés, ses réconciliations, voire ses inimitiés pour qui ne partage pas la loge de l’empereur.  Ainsi, lorsque Abd el-Kader se rend dans la loge impériale pour remercier celui qui se présente comme son libérateur, les spectateurs n’en perdent pas une miette.

« Un incident d’une imposante étrangeté est venu augmenter encore l’enthousiasme de la salle. Une loge des secondes de face avait reçu des hôtes à la figure basanée, au burnous éclatant de blancheur ; c’était Abd-el-Kader et ses compagnons d’exil qui venaient assister à la réception triomphale de leur bienfaiteur.
Dans un entr’acte, l’émir alla rendre visite au Prince-Président, et, sur son passage, les fronts se découvraient d’un mouvement unanime […]18 ».

Abd el-Kader dans la loge impériale à l'Opéra le 28 octobre 1852.
A. Geiger, Louis-Napoléon und Abd-el-Kader in der grossen Oper zu Paris am 28.t Oktober 1852. Département Estampes et photographie.

Le spectaculaire ne se limite donc, sous le Second Empire, ni aux représentations ni aux fêtes impériales. Véritable symbole de pouvoir, il envahit toutes les dimensions de la vie de cour et s’exprime lors des soirées théâtrales dans les décors de pourpre et d’or des salles de spectacle, transformées en scènes de la vie impériale.

Citer ce billet : Emilie Fissier, "L’empereur en représentation : décor et chorégraphie des soirées impériales au théâtre," in L'Histoire à la BnF, 20/01/2017, https://histoirebnf.hypotheses.org/29, [consulté le 26/03/2017].

 

  1. « Le Second Empire correspond sans doute à l’une des époques les plus ternes de l’histoire de notre théâtre » : Maurice Descotes, Histoire de la critique littéraire en France, Tübingen : G. Narr ; Paris : J.-M. Place, cop. 1980. p. 290 []
  2. Xavier Mauduit, « Les souverains au théâtre et le spectacle dans les palais impériaux sous le Second Empire », in Les Spectacles sous le Second Empire, dir. Jean-Claude Yon, Paris : A. Colin, impr. 2010. p. 22 []
  3. Souvenirs de la marquise de Latour-Maubourg, cités par le général de Cossé Brissac, « La Vie de cour des Tuileries sous Napoléon III », in Revue du souvenir napoléonien, n°298, mars 1978, p. 37-38 []
  4. Gustave Janet, Représentation de gala au Grand-Opéra, publiée dans Le Monde illustré, n°531, 15 juillet 1867. p. 363 et 364 []
  5. Comte de Maugny, Souvenirs du Second Empire, la fin d’une société. Paris : E. Kolb, [1889], p. 218-219 []
  6. Son Altesse Impériale Louis-Napoléon Bonaparte Au Théâtre Français et à l’Opéra, affiche. Paris, Se frouve [sic] chez Durand, rue Rambuteau, 32, [1852] []
  7. ibid. []
  8. Ibid []
  9. Sur les relations entre Abd el-Kader et Napoléon III, voir cet article synthétique du site d’histoire de la Fondation Napoléon []
  10. Thomas, W.m., The imperial visit. – The State Box at the Royal Italian Opera. [S.l.] : [s.n.], [1855]. Feuillet détaché de : The Illustrated London News, 28 avril 1855, p. 419 à 422 []
  11. Souvenirs de la marquise de Latour-Maubourg, op. cit., p. 38 []
  12. Mme Ernest Duvergier de Hauranne (sous le pseud. de Sylvanecte), Souvenirs contemporains. La cour impériale à Compiègne. Paris : G. Charpentier, 1884. p. 143-144 []
  13. Souvenirs de la marquise de Latour-Maubourg, op. cit., p. 38 []
  14. Représentation de gala à l’Opéra en l’honneur de la reine Victoria le 21 août 1855. [S.l.] : [s.n.], [s.d.]. Reproduction d’une aquarelle d’Eugène Lami appartenant à la Bibliothèque royale du château de Windsor. – Pl. d’Eugène Lami, par P.-A. Lemoisne, Paris, 1912 []
  15. Cosson, Aspect de la Salle de l’Opéra le jour de la représentation de gala donnée en l’honneur de S. M. l’Empereur de Russie, [S.l.] : [s.n.], [1867] – Double feuillet détaché de L’Illustration, 25e année, 15 juin 1867, p. 376 et 377 []
  16. Gustave Janet, The Imperial box at the Grand Opera, Paris. [S.l.] : [s.n.], [1867] – Feuillet détaché de The Illustrated London News, n° 1432 (22 juin 1867), p. 619 et 620 []
  17. Charles-Antoine Cambon, [Rideau aux monogrammes de la reine Victoria et d’Albert (VA), et de Napoléon III et Eugénie (NE)]. 1855 – 1 dess. : pastel ; 400 x 595 mm []
  18. Son Altesse Impériale Louis-Napoléon Bonaparte Au Théâtre Français et à l’Opéra, op.cit []

Emilie Fissier

Bibliothèque nationale de France, département Philosophie, histoire, sciences de l'homme.

More Posts

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *