Les images ont parlé ! L’album d’un député aux champs

Dans un précédent billet, nous vous mettions au défi de retrouver l’album représentant les actions d’un député de la Lozère sous le Second Empire.

Les moyens de retrouver cet album étaient multiples. Vous pouviez rechercher la liste des députés de la Lozère à cette période puis taper leurs noms dans Gallica. Vous pouviez, dans Gallica comme dans Retronews, tenter une recherche en associant par exemple album, député,  et Lozère. Vous pouviez encore rechercher l’expression que nous vous avions donnée (une insurrection démagogique), bien entre guillemets et en limitant les dates au Second Empire, etc. , etc1.

Ces différentes recherches vous font converger vers le même document, un album de 12 planches intitulé Le comte de Chambrun, ancien préfet, député de la Lozère et la comtesse de Chambrun édité à plusieurs reprises entre 1864 et 18692.

Le comte de Chambrun, ancien préfet, député de la Lozère et la comtesse de Chambrun. Dessins de Jules Gaildrau ; gravés par L. Dumont. Typographie de Ad. Lainé et J. Havard, 1864. Gallica (BnF).

L’album est impressionnant ! Il mesure en effet en hauteur 45 centimètres, ce qui en fait un objet volumineux, sans doute compliqué à distribuer et coûteux à fabriquer. La couverture, savamment composée, donne à voir un buste de l’empereur Napoléon Ier et d’abondantes moissons symboliques, le tout relié par le nom des chefs-lieux lozériens visités par le député.

Le comte de Chambrun, ancien préfet, député de la Lozère et la comtesse de Chambrun. Dessins de Jules Gaildrau ; gravés par L. Dumont. Typographie de Ad. Lainé et J. Havard, 1864. Gallica (BnF).

La première gravure représente le comte et  son épouse. Le comte Joseph Dominique Aldebert Pineton de Chambrun (1821-1899) semble en effet avoir imité Napoléon III qui a très tôt mis l’iconographie au service de sa propagande. Il semblerait aussi que le député ait compris l’impact de la photographie, distribuant dès 1863 des clichés aux électeurs, usage alors encore suffisamment novateur pour que la presse s’en étonne :

Lozère. (Circonscription unique). On assure que M. de Chambrun est abandonné par l’administration, qui appuierait M. Joseph Barrot, fils de M. Ferdinand Barrot, sénateur. Mais M. le comte de Chambrun persiste dans sa candidature, et plusieurs journaux ont annoncé que parmi les moyens de propagande employés par cet honorable député, il en est un, au moins singulier, qui consiste à faire distribuer, dans les campagnes de la Lozère, les photographies de M. le comte et de Mme la comtesse de Chambrun.

Elles sont accompagnées, lit-on dans le Siècle, d’une grande feuille de papier sur laquelle se trouve un grand cadre surmonté du buste de Napoléon III, et les noms des vingt-quatre cantons du département y sont indiqués. Sur le verso de cette feuille est une légende portant ces mots :

« Mais nos cœurs suivront bien partout cet amour, / Puisqu’ils ont tant d’amour à donner en retour. » JF. DE C.

Le Courrier du Dimanche prie ses lecteurs  de ne pas confondre M. le comte de Chambrun avec M. le marquis de Chambrun, parent par alliance de l’honorable M. de Corcelles, auteur d’un livre remarquablement libéral, l’Essai sur le Régime parlementaire en France. Est-ce à cause des photographies3 ?

Le comte de Chambrun, ancien préfet, député de la Lozère et la comtesse de Chambrun. Dessins de Jules Gaildrau ; gravés par L. Dumont. Typographie de Ad. Lainé et J. Havard, 1864. Gallica (BnF).

 

Louis Jourdan, journaliste du Siècle, nous donne une lecture fort intéressante de cet album en 1864. Après avoir prédit que les caricaturistes allaient s’emparer du personnage, critiqué la tenue du député dont la légion d’honneur lui semble trop ostensible4, il attaque violemment l’image suivante :

Vient ensuite un tableau qui le représente à cheval, en grand uniforme de préfet, le pistolet au poing ; il est suivi d’une compagnie de gendarmerie et de soldats de la ligne. La scène se passe en rase-campagne, nous sommes au 4 décembre 1851 !  C’est M. le préfet « qui réprime, dit le livret, une insurrection démagogique ».

— M. de Chambrun a été mal inspiré, lorsqu’il s’est décidé à mettre sous les yeux de ses concitoyens et à éterniser ce souvenir de nos luttes intestines5.

À l’occasion des élections de 1869, le comte semble avoir réutilisé son album de propagande. C’est au tour du Figaro de persifler, sous la plume de Jules Richard :

M. le comte de Chambrun représente dans la flore élective le mancenillier sentimental à pomme d’or. C’est lui-même qui raconte, ses exploits dans un album distribué à tous ses électeurs et qui va retracer  dans les chaumières la charité de M. le comte et de madame la comtesse de Chambrun, car madame la comtesse aide M. le comte à méduser sa circonscription  […] M. Jules Gaildrau a représenté le comte de Chambrun à cheval, calme sur un cheval fougueux, comme Napoléon Ier demandait à David d’être représenté. Il devance de cinq cents mètres les gendarmes et la troupe de ligne et tient en respect cinq mille insurgés.

L’hydre de l’anarchie est terrassée6.

Le comte de Chambrun, ancien préfet, député de la Lozère et la comtesse de Chambrun. Dessins de Jules Gaildrau ; gravés par L. Dumont. Typographie de Ad. Lainé et J. Havard, 1864. Gallica (BnF).

 

Louis Jourdan, « L’album Chambrun », Le Siècle, 17 juillet 1864. Gallica (BnF).

Voici donc les interprétations féroces des deux journalistes, suivies des images de l’album Chambrun correspondantes :

E. de Chambrun nous transporte dans le palais de l’Élysée. Un personnage est assis devant une table, occupé à écrire. C’est le prince-président qui écrit à M. de Chambrun une foule de choses plus aimables les unes que les autres, et assurément fort méritées7.

On voit le prince-président assis devant une table et écrivant. Malgré tout mon respect pour la toute-puissance qui gouverne la France, je ne puis croire qu’il prend un air spécial et nouveau pour chaque lettre qu’il écrit ; et je suppose que le dessinateur de M. de Chambrun n’a pas assisté à la scène qu’il représente, d’autant plus qu’on m’a affirmé que la lettre adressée à M. de Chambrun était écrite de la main d’un secrétaire8.

Le comte de Chambrun, ancien préfet, député de la Lozère et la comtesse de Chambrun. Dessins de Jules Gaildrau ; gravés par L. Dumont. Typographie de Ad. Lainé et J. Havard, 1864. Gallica (BnF).

Changement à vue ! M. le préfet de la Lozère, toujours en grand uniforme, revêtu de tous ses ordres et l’épée au côté, soigne un malade dans une chaumière. On sent que le malade eût été mieux soigné peut-être si le noble comte eût mis l’habit bas. Mais on est préfet ou on ne l’est pas, cadédis9 !

M. de Chambrun n’écoutant que son cœur soulève un cholérique auquel un médecin administre une potion. L’action de M. le préfet est d’autant plus méritoire qu’il l’accomplit en grande tenue : chapeau à plumes, frac brodé d’or et pantalon à bandes. C’est l’ange de la charité en habits de gala10.

Le comte de Chambrun, ancien préfet, député de la Lozère et la comtesse de Chambrun. Dessins de Jules Gaildrau ; gravés par L. Dumont. Typographie de Ad. Lainé et J. Havard, 1864. Gallica (BnF).

 

Chut ! voici un beau spectacle, un spectacle à ravir la pensée comme dit Victor Hugo. Sur les marches de l’hôtel de ville de Mende un homme apparaît calme, souriant. Un feu de joie brûle sur la place ; le peuple danse, on agite en l’air les chapeaux, la musique de la garde nationale est au complet, les pompiers, armés de torches, éclairent cette scène majestueuse. Qu’est-ce donc, mon Dieu ? que se passe-t-il ? Le comte de Chambrun vient d’être élu député par 18,803 suffrages. La postérité lui saura gré d’avoir perpétué le souvenir de cette scène touchante11.

On brûle le mai, les pompiers agitent des torches, la population, vivement émue, se livre à là joie la plus désordonnée, tandis qu’une musique de la garde nationale joue l’air :

Ohé ! les petits agneaux,

Qu’est-ce qui casse les verres.

Un jeune enfant demande à son père si c’est la Marseillaise. M. de Chambrun, placé à côté du préfet, sur les marches de l’hôtel-de-ville, ne prête qu’une demi-attention à ce propos démagogique12.

 

Le comte de Chambrun, ancien préfet, député de la Lozère et la comtesse de Chambrun. Dessins de Jules Gaildrau ; gravés par L. Dumont. Typographie de Ad. Lainé et J. Havard, 1864. Gallica (BnF).

 

Vous comprenez que le corps législatif ne dut avoir rien de plus pressé que d’utiliser le talent, les lumières, l’initiative d’un tel homme. Il fut nommé membre de quelques commissions, il défendit devant le conseil d’État, toujours en grand uniforme, l’utilité d’un chemin de fer pour la Lozère. Et vite, deux tableaux là-dessus13!

Il devrait y avoir deux planches : une pour la commission de l’adresse, une pour celle du budget, mais M. de Chambrun n’ayant jamais joué qu’un rôle effacé au Corps législatif, il a bien fait de ne pas faire des frais trop considérables pour cette phase de sa vie. […] Le comte, en uniforme, parle à des conseillers d’Etat également en uniforme. En simple bourgeois, le comte n’eût rien obtenu de gens si bien mis, et l’on comprend qu’en cette circonstance, il n’ait pas négligé l’influence de la broderie14.

 

Le comte de Chambrun, ancien préfet, député de la Lozère et la comtesse de Chambrun. Dessins de Jules Gaildrau ; gravés par L. Dumont. Typographie de Ad. Lainé et J. Havard, 1864. Gallica (BnF).

 

Tenez ? le voilà qui visite les localités de son département et sa voiture enguirlandée est attelée de quatre chevaux, chargés de fleurs eux aussi, et piaffant ! il faut voir !  Le comte est reçu sous un arc de triomphe ; il est debout, grave, devant un maire qui lui lit son compliment. Et le peuple est là, plus enthousiaste que jamais. Un souverain en voyage n’est pas mieux accueilli ! Mais nous n’en finirions pas si nous voulions vous raconter tout cet album monumental où M. de Chambrun a fait buriner lui-même ses moindres faits et gestes, de peur qu’on n’en ignore15.

Sous un arc de triomphe, un maire de village, entouré de ses administrés, lit un discours au ménage de Chambrun. Les gars tirent des coups de fusil, ce qui doit gêner la lecture de l’officier municipal, mais les vers inscrits sur l’arc de triomphe témoignent du mauvais état poétique des Cévennes :

La Lozère entière

 A reconnu un père,

Vivez longtemps, vivez heureux :

C’est le plus cher de tous nos vœux16.

 

Le comte de Chambrun, ancien préfet, député de la Lozère et la comtesse de Chambrun. Dessins de Jules Gaildrau ; gravés par L. Dumont. Typographie de Ad. Lainé et J. Havard, 1864. Gallica (BnF).

 

Le voici toujours beau, toujours inspiré; qui préside un banquet à Villefort. Plus loin, il se fait représenter précédé de clairons et de sapeurs, escorté des pompiers, suivi d’une foule innombrable, et se dirigeant vers un arc de triomphe élevé en son honneur à Marvejols. Ici, il est élu, une seconde fois, député. Des écussons, reliés entre eux par des guirlandes de fleurs, portent des inscriptions poétiques dans le genre de celle ci :

C’est aujourd’hui le jour

Que nous triomphons d’amour

De nos mains populaires nous l’avons nommé

Notre député !

Vive, vive, le comte de Chambrun17 !

M. de Chambrun — qui décidément a toutes les vertus, parle tandis que les convives mangent. Cependant ce qu’il dit paraît les intéresser, car ils ont l’œil au rôti mais l’oreille au discours. […] Le comte, au milieu des transports de la population, est conduit au poste par un officier de pompier et un chirurgien de la garde nationale. Toujours un arc de triomphe sur le premier plan. Les précédents de l’album me font craindre que l’inscription suivante ne soit en vers18.

=> cliquez sur la galerie ci-dessous pour mieux voir les images

Là, M. le comte fait une tournée dans les parties les plus inaccessibles des Cévennes. Il est à cheval, et seul, il traverse le gué d’une rivière pendant que ses compagnons et ses serviteurs effrayés restent sur la rive, stupéfaits de tant d’audace19.

Le comte, à-cheval, fend un torrent : ses domestiques sur la rive hésitent à le suivre20.

 

Le comte de Chambrun, ancien préfet, député de la Lozère et la comtesse de Chambrun. Dessins de Jules Gaildrau ; gravés par L. Dumont. Typographie de Ad. Lainé et J. Havard, 1864. Gallica (BnF).

 

Ici s’arrêtent les commentaires image après image du Siècle, mais Le Figaro poursuit jusqu’à la treizième vignette, puis ne donne que les légendes des dernières :

La comtesse reçoit des fleurs, le comte est acclamé par les hommes […]  Le comte de Chambrun est élu une seconde fois député de la Lozère par 17 871 suffrages.  […] La comtesse a l’air soucieux; le peintre a voulu sans doute montrer qu’elle ressent une vive douleur de voir 932 voix de 1857 manquer à l’appel du scrutin de 1863.  Les planches 14,15 et 16 sont consacrées à madame de Chambrun. La comtesse de Chambrun visite les enfants des salles d’asile. La comtesse de Chambrun visite les pauvres malades; La comtesse de Chambrun orne les églises21.

=> cliquez sur la galerie ci-dessous pour mieux voir les images

Salué par un « large éclat de rire » du Siècle, l’album Chambrun demeure durablement un symbole de mauvais goût politique. Le journal La Lanterne l’évoque encore en  1882 à propos de la caricature du buste de Gambetta :

Depuis l’album Chambrun, de grotesque mémoire, on n’avait rien fait d’aussi  ridicule22.

Louis Jourdan souligne dans l’article dont nous venons de lire des extraits la présence de Madame de Chambrun. Cette association visuelle est inspirée de la propagande bonapartiste qui met fréquemment en avant les actions de bienfaisance de l’impératrice Eugénie. Madame de Chambrun occupe donc un rôle socialement important, mais très genré : pendant que son homme multiplie les actions viriles et héroïques, elle est cantonnée aux actions charitables.

Et n’allez pas croire que œt album où M. de Chambrun se glorifie lui-même et s’élève au niveau des plus illustres conquérants, ait été destiné à l’intimité de la famille. Non, il a été tiré, nous dit-on, à un nombre considérable d’exemplaires. M. de Chambrun a donc, de propos délibéré, appelé sur lui les sourires de la publicité. Puissent ces sourires lui faire comprendre qu’il est peut-être allé trop loin dans sa propre glorification ! Et encore, si ce recueil de gravures ne touchait que M. de Chambrun ! Mais nous avons cru devoir passer sous silence celles qui représentent Mme la comtesse de Chambrun visitant les salles d’asile, les hôpitaux, les églises, distribuant des dons, placée au près de son mari dans toutes les cérémonies où celui-ci figure au premier rang23.

En 1869, Jules Richard peut bientôt compléter son article par une information précieuse en période électorale :

On m’envoie un détail charmant sur l’Album Chambrun. M. de Chambrun appartient au parti clérical, et la Lozère est moitié protestante, moitié catholique. Pour les cantons protestants, il y avait une édition spéciale de l’album, d’où on avait enlevé la dernière planche : La comtesse de Chambrun orne les églises. L’exemplaire que j’ai entre les mains appartient à l’édition catholique24 .

Le comte de Chambrun ne semble pas avoir réagi à ces différents  propos de la presse. L’emploi des images, des photographies à un programme de gravures proche de l’imagerie d’Épinal, a sans doute pour lui fait partie d’une propagande électorale destinée à créer une proximité, tout comme ses nombreuses tournées dans le département. Le choix de Jules Gaildrau, dessinateur qui avait déjà représenté de grands événements du Second Empire et semble s’être spécialisé dans la représentation de scènes théâtrales, n’est pas fortuit : le comte de Chambrun entend montrer une performance politique. Il est le premier d’une véritable dynastie Chambrun qui a représenté les Lozériens aux XIXe et XXe siècles25.

S’il a été un fidèle représentant de Napoléon III, le député a ensuite mis son énergie et son importante fortune au service du Musée social et des projets de Frédéric Le Play. Saluant la mémoire de Chambrun et son action pour les plus démunis, Jules Claretie revient toutefois en 1899 sur l’affaire de l’album :

Quand je pense pourtant qu’aux heures de ma jeunesse ce bienfaiteur des classes pauvres qui vient de mourir après avoir fondé le Musée social, le comte Aldebert de Chambrun, fut précisément un sujet de plaisanteries courantes, un de ces originaux ou de ces naïfs dont Paris aime à s’entretenir avec une douce ironie ! Le comte de Chambrun était alors député officiel et il avait tenu à laisser à la postérité une évidente preuve de son dévouement à l’empire. Riche, ayant épousé la fille d’un des propriétaires de la cristallerie de Baccarat, il s’était offert le luxe d’une publication spéciale où ses moindres gestes, ses actions les plus simples, étaient magnifiés par la gravure […] Ces hauts faits, illustrés par un crayon indulgent, nous faisaient sourire. Nous ne soupçonnions pas alors que ce gentilhomme, dont la biographie se réduisait à ces scènes intimes, s’élèverait du jour jusqu’à la gloire des Montyon et des Le Play26.

Un entrefilet du Charivari confirme que cette tentative de propagande électorale par l’image a durablement marqué et choqué les esprits :

On a omis de rappeler que M. de Chambrun aurait droit à un brevet d’invention. Il fut le créateur de la photographie électorale.

— Qu’est-ce ? demandez-vous.

Voici.

M. de Chambrun avait fait confectionner un album où il était représenté, page à page, dans les principales circonstances de sa vie.

Les journaux en eurent quelque gaieté alors.

Depuis il ne s’est pas présenté d’imitateur, et la photographie électorale est morte presque en naissant27.

 

 

Comte de Chambrun (Lozère). Album des députés au Corps législatif / Photographies d’après nature ; par Mayer et Pierson, photographes de S. M. l’Empereur, 1857-1862. Gallica (BnF).

 

 

« Lettre du Préfet du Jura [Vicomte de Chambrun] à un conseiller municipal » lui demandant d’exhorter ses concitoyens à aller tous voter les 21 et 22 novembre [1852]. Gallica (BnF).
  1. Pour aller plus loin dans ce type de recherches, voir dans ce carnet les billets Gallica pour les historiens et Retronews pour les historiens. []
  2. Les images qui suivent sont issues – sauf mention contraire – de l’exemplaire numérisé pour Gallica (BnF) : Le comte de Chambrun, ancien préfet, député de la Lozère et la comtesse de Chambrun, Dessins de Jules Gaildrau ; gravés par L. Dumont. Typographie de Ad. Lainé et J. Havard, 1864. []
  3. Le Temps, 1er mai 1863. []
  4. Le comte de Chambrun est fait chevalier de la légion d’honneur à 31 ans, en 1852. On trouvera son dossier ici. []
  5. Louis Jourdan, « L’album Chambrun », Le Siècle, 17 juillet 1864. []
  6. Jules Richard, « Chronique de Paris », Le Figaro, 25 avril 1869. []
  7. Louis Jourdan, « L’album Chambrun », Le Siècle, 17 juillet 1864. []
  8. Jules Richard, « Chronique de Paris », Le Figaro, 25 avril 1869. []
  9. Louis Jourdan, « L’album Chambrun », Le Siècle, 17 juillet 1864. []
  10. Jules Richard, « Chronique de Paris », Le Figaro, 25 avril 1869. []
  11. Louis Jourdan, « L’album Chambrun », Le Siècle, 17 juillet 1864. []
  12. Jules Richard, « Chronique de Paris », Le Figaro, 25 avril 1869. []
  13. Louis Jourdan, « L’album Chambrun », Le Siècle, 17 juillet 1864. []
  14. Jules Richard, « Chronique de Paris », Le Figaro, 25 avril 1869. []
  15. Louis Jourdan, « L’album Chambrun », Le Siècle, 17 juillet 1864. []
  16. Jules Richard, « Chronique de Paris », Le Figaro, 25 avril 1869. []
  17. Louis Jourdan, « L’album Chambrun », Le Siècle, 17 juillet 1864. []
  18. Jules Richard, « Chronique de Paris », Le Figaro, 25 avril 1869. []
  19. Louis Jourdan, « L’album Chambrun », Le Siècle, 17 juillet 1864. []
  20. Jules Richard, « Chronique de Paris », Le Figaro, 25 avril 1869. []
  21. Jules Richard, « Chronique de Paris », Le Figaro, 25 avril 1869. []
  22. « Le Buste », La Lanterne, 6 février 1882. []
  23. Louis Jourdan, « L’album Chambrun », Le Siècle, 17 juillet 1864. []
  24. Louis Richard, « Chronique de Paris », Le Figaro, 28 avril 1869. []
  25. Voir Yves Pourcher, « Parenté et représentation politique en Lozère », Terrain, 4, mars 1985. []
  26. Jules Claretie, La vie à Paris : 1880-1910.  [tome année 1899]. Paris, G. Charpentier et E. Fasquelle, 1899. []
  27. Jean Ralph, « Chronique du jour », Le Charivari, 29 novembre 1880. NB cette chronique est complétée dès le lendemain par Le Charivari qui dévoile d’autres procédés électoraux supposés du Comte de Chambrun qu’on pourra lire ici. []

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.