Les images ont parlé ! Un poupon en apothéose

Dans un précédent billet, nous vous invitions à deviner la légende de l’image ci-dessus. Pour les moins hugoliens d’entre vous, quelques indices pouvaient vous aider :

  • une vue de Besançon était mise en avant
  • vous étiez invités à découvrir le numéro de L’ Assiette au beurre consacré par Steinlen à «Justice – la vision de Hugo » en 1902, et publié à l’occasion du centenaire de la naissance de l’écrivain

    L’Assiette au beurre, 26 février 1902. Gallica (BnF)
  • un costume théâtral évoquant l’automne constituait le dernier indice

Par ailleurs, le dessin donnait à voir un garçonnet encore en robe,  prénommé XIXe siècle, et portant un poupon braillard du nom de Victor Hugo. Les rayons entourant la scène suggéraient une apothéose. Ces divers éléments sont faciles à décoder pour le lecteur du début du vingtième siècle qui a lu voire appris le poème en question à l’école et/ou entendu la citation du vers repris par la légende, et connaît de nombreux dessins montrant Victor Hugo en apothéose.

Album de la « Lune » et de « l’Éclipse ». Cent dessins de Gill. Gallica (BnF).

Le premier poème des Feuilles d’automne (1831) débute en effet de la sorte :

Ce siècle avait deux ans ! Rome remplaçait Sparte,
Déjà Napoléon perçait sous Bonaparte,
Et du premier consul, déjà, par maint endroit,
Le front de l’empereur brisait le masque étroit.
Alors dans Besançon, vieille ville espagnole,
Jeté comme la graine au gré de l’air qui vole,
Naquit d’un sang breton et lorrain à la fois
Un enfant sans couleur, sans regard et sans voix ;
Si débile qu’il fut, ainsi qu’une chimère,
Abandonné de tous, excepté de sa mère,
Et que son cou ployé comme un frêle roseau
Fit faire en même temps sa bière et son berceau.
Cet enfant que la vie effaçait de son livre,
Et qui n’avait pas même un lendemain à vivre,
C’est moi. —

=> Cliquez sur les images de la galerie ci-dessous pour voir le manuscrit autographe.

Salué avant même sa publication par des admirateurs tels que Sainte-Beuve (voir ici), le poème attire aussi les moqueries des adversaires politiques et/ou littéraires de Victor Hugo, comme dans cet Anti-Hugo (voir ici) datant de 1844. Le premier vers est donc cité dans des parodies, comme celle d’un conte de fées que l’on peut lire ci-dessous, publiée dans La Vie parisienne en 1872, ou dans des dessins d’humour.

Puck, « Simples notes », La Vie parisienne, 4 mai 1872.

Le dessin d’humour dont vous deviez retrouver la légende fait quant à lui partie d’une série intitulée « le Victor Hugo des petits enfants » proposée par Henri Avelot.

=> Cliquez sur la galerie ci-dessous pour voir les images et la légende qu’il fallait retrouver.

 

=> Pour aller plus loin, on pourra entre autres :

    • Le Victor Hugo illustré : photos et caricatures de Victor Hugo… / [textes de Pierre Gamarra, Christian Gattinoni, Bertrand Tillier et Didier Daeninckx] ; [sous la direction de Véronique Fau-Vincenti]. Montreuil, Musée de l’histoire vivante, cop. 2002
    • Victor Hugo raconté par la caricature / [catalogue par Gérard Pouchain] ; [coordination, Sophie Krebs]. Paris, Maison de Balzac, 2002

    • Victor Hugo : caricatures d’exil / par Gérard Pouchain. Paris, Gérard Pouchain, cop. 2016

    • Victor Hugo par la caricature / Gérard Pouchain. Paris, les Éd. de l’Amateur, impr. 2013

    • Portraits photographiques, portraits-charge  / [exposition, Villequier, Maison Vacquerie-Musée Victor Hugo, 12 mai-30 septembre 2012] / Sophie Fourny-Dargère;  Jean-Marc Gomis, Gérard Pouchain. Villequier, Maison Vacquerie-Musée Victor Hugo, 2012

 

 

 

 

 


Une réflexion sur « Les images ont parlé ! Un poupon en apothéose »

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.